AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'abri des regards [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Kunisaki Tachibana

prof de philo

Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 18:15

      " Vous n'êtes pas obligé d'en parler si ne voulez pas..."

      « Bah ouais ! Bien sûr que je ne veux pas ! Seulement... »

    Il répondrait, il n'avait pas d'autre choix. Il croisa les bras et, sans la regarder, fit un pas en arrière. Il l'avait senti se rapprocher mais préférait rester loin, finalement. Il se sentait trop en colère pour affronter son regard ou encore moins faire un seul geste envers elle. Il fallait mieux qu'elle l'évite pour le moment, le temps que le calme revienne en lui, que ses traits cessent de se crisper, que sa respiration se fasse plus douce. Qu'il se sente mieux, ou moins mal. Ce n'était pas le moment, les yeux toujours trahis par le regret, il avait la mâchoire bloquée. Il avait presque la mine boudeuse, soulée et blasée d'un adolescent en colère. Et merde, pourquoi est-ce que ça l'énervait à ce point ? Il ouvrit la bouche pour parler mais ne sortit qu'un hoquet, il déglutit avec difficulté, regardant dans le vide il tenta à nouveau de reprendre la parole.

      « Elle pensait que revenir auprès de ma famille serait la meilleure chose à faire, elle me disait que je devais aller voir mon père. Que je... m'excuse, pour que les choses rentrent dans l'ordre. Mais elle ne savait pas pourquoi j'avais quitté ce pays et je n'arrivais... pas... à le lui dire. »

    Il ferma les yeux avec force, la bouche fermée, il respirait fortement, sa poitrine se relevant au rythme de son désarroi. Il devait le dire, non pas que c'était difficile, mais il avait honte, si honte. D'avoir accepté cette promesse saugrenue et ridicule, d'avoir cru que... que... Il avala sa salive en relevant le menton, sentant une palpitation dans son cou. Il accentua la pression sur ses bras, ayant à nouveau un léger mouvement de recul, comme pour se protéger. Être seul, juste une seconde. Il avait du mal à réaliser qu'il avouait cela à quelqu'un, il n'avait jamais su ce qu'on pouvait ressentir en disant tout à quelqu'un, en lui faisant confiance. C'était une sensation très désagréable de faire ça, il ne comprenait pas que des gens puissent le faire à longueur de temps. Il avait mal au cœur comme il ne l'avait jamais dit. D'une voix brisée qu'il ne put contenir, il dit, sans la regarder.

      « Elle m'a fait promettre de ne jamais revenir aux États-Unis. »

    Il eu un rire nerveux face à propre connerie, dite à haute voix cette promesse qu'il avait fait des mois de cela lui tordu la ventre le douleur, il eu envie de hurler, de crier sa bêtise. Comment avait-il pu se laisser avoir par ça...

      « Elle était persuadée que je ne pourrais être heureux qu'en ne revenant chez moi, qu'en ne sachant que je ne partirai pas à nouveau. Elle voulait que j'arrête de fuir ce qui ne me plaisait pas, que je l'affronte. Mais je n'osais... pas... lui avouer qui j'étais vraiment, pourquoi je ne voulais pas rentrer. Alors... j'ai accepté. »

    Il se tut, plongé dans une soudaine tristesse profonde, il sentit presque ses yeux devenir brumeux. Il ne comprenait toujours pas comment il avait pu faire ça. Pourquoi ? Il lui aurait suffit de refuser, ce n'était qu'une promesse à la con. Son plus grand regret, sa pire tristesse. Il avait été si bête.

      « Si je revenais, elle refuserait de me voir, c'était le deal. Mais j'ai accepté parce que je... »

    Il sourit, le sourire le plus mélancolique qu'il n'eut jamais offert à quelqu'un de toute sa vie. Sa voix se fut plus maigre, faible, il leva enfin les yeux vers elle, sentant son visage redevenir soudainement plus calme et reposé.

      « ... Je croyais qu'elle m'empêcherait de partir. »

    J'étais suffisamment idiot pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 19:19

" Bah ouais ! Bien sûr que je ne veux pas ! Seulement... "

Seulement quoi? Voulait-il aussi sortir ce qui lui faisait mal? Lui aussi avait une sorte de poids sur les épaules? Elle n'en savait rien mais voulait savoir. Continuant de fixer le prof, celui ci recula, et avait l'air en colère. Eh bien... Entre elle qui avait pleurée et lui qui était en colère... Cela annonçait une bonne soirée encore. Elle recroisa ses bras sur son ventre pour se réchauffer un peu, et attendit la suite. Elle ne voulait pas l'interrompre, car lui ne l'avait pas interrompue lors de sa... confession pour ainsi dire. Alors elle allait l'écouter, jusqu'au bout.

" Elle pensait que revenir auprès de ma famille serait la meilleure chose à faire, elle me disait que je devais aller voir mon père. Que je... m'excuse, pour que les choses rentrent dans l'ordre. Mais elle ne savait pas pourquoi j'avais quitté ce pays et je n'arrivais... pas... à le lui dire. "

Elle allait dire quelque chose, mais se retint. Quelque part, elle n'aurait pas du le forcer sans comprendre la situation... Bref, ce n'était pas ses affaires. Mais pourtant... Elle ne pouvait pas s'empêcher de penser que la dame n'aurait pas dû faire ça... Mais en même temps, lui aussi n'aurait pas du accepter... Mais bon. L'amour faisait faire des choses bêtes des fois, qu'on regrettait après. Elle pencha la tête sur le côté, toujours attentive à ce qu'il disait. Il eu un autre mouvement de recul, et elle comprit que cela devait être vraiment pénible de lui avouer ça. En même temps...

" Elle m'a fait promettre de ne jamais revenir aux États-Unis. "

Elle eu une expression surprise. Comment pouvait-on faire promettre une chose pareil... Quelque part, elle était presque.. choquée. Ce genre de chose était pire qu'un rejet. Cela avait comme autre signification "Je veux plus de te voir...", voir quelque chose de pire encore. Il riait, mais d'un rire nerveux. Elle ne comprenait pas... Mais pourquoi lui avoir fait faire une telle promesse?

" Elle était persuadée que je ne pourrais être heureux qu'en ne revenant chez moi, qu'en ne sachant que je ne partirai pas à nouveau. Elle voulait que j'arrête de fuir ce qui ne me plaisait pas, que je l'affronte. Mais je n'osais... pas... lui avouer qui j'étais vraiment, pourquoi je ne voulais pas rentrer. Alors... j'ai accepté. "

Ah... Elle avait presque envie de le traiter d'imbécile. Mais elle chassa cette pensée de sa tête. Il n'aurait pas du accepter. Il aurait du refuser. Mais en même temps, si il lui avait promis, c'était bien parce qu'il l'aimait non? Quelle drôle de situation... Soudainement, elle trouvait la dame égoïste. Elle ne la connaissait pas, mais faire faire ce genre de chose alors qu'on ne connaissait pas la situation de la personne était tout de même assez... culotté.

" Si je revenais, elle refuserait de me voir, c'était le deal. Mais j'ai accepté parce que je... "

Elle fronça les sourcils. Elle était plus que culottée. Comment avait-elle pu faire un deal pareil? ... Et pourquoi elle réagissait comme ça elle? Ce n'était pas ses affaires, son avis ne comptait pas. Mais ce qui le tracassait le plus, c'était la raison de son non refus. Enfin, pourquoi il avait accepté. Elle le regarda, et fut presque touchée par son sourire. Il était triste, mais elle avait l'impression qu'il n'était pas seulement triste, mais plus encore... Elle n'avait encore jamais vue une expression pareil sur le visage de ce prof. En même temps.. Elle ne le surveillait pas non plus. Il leva les yeux vers elle, toujours avec ce sourire triste.

" ... Je croyais qu'elle m'empêcherait de partir. "

Sa voix était presque brisée. Cependant, elle eu peut-être une idée. Il voulait donc la voir? Elle s'approcha doucement, et s'arrêta à quelque pas. Certes, elle ne l'avait pas empêcher de partir. Certes, il lui avait promis de ne plus venir en Amérique. Mais ils pouvaient toujours se voir tout en respectant ces conditions non?

" Je.... je ne peux pas comprendre. Autant l'admettre. Mais... Il y a toujours un moyen de vous voir sans pour autant briser les conditions de votre promesse."

Elle eu un petit sourire avant de continuer.

" Et si c'était elle qui venait au Japon?"

Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 19:58

      " Je.... je ne peux pas comprendre. Autant l'admettre. Mais... Il y a toujours un moyen de vous voir sans pour autant briser les conditions de votre promesse. "

    Il eu un mouvement brusque de recul, levant le regard vers elle, presque effrayé. Il avait oublié l'espace d'un instant qu'elle était encore là, il s'était perdu si loin dans ses pensées. Il ouvrit grand les yeux, surpris, arrêtant de croiser les bras, il se tint le plus droit possible, la regardant comme s'il craignait quelque chose. Il avait beau avoir essayé de reculer au fur et à mesure qu'il parlait, il se sentait un peu trop proche d'elle et hésita à faire un pas en arrière. Il déglutit et resta à sa place. Il était certain de ce qu'elle s'apprêtait à dire.

      " Et si c'était elle qui venait au Japon? "

    Le rouge lui monta aux joues comme une traînée de poudre, si vite qu'il eu soudainement très chaud. Haussant les épaules de stupeur, il ouvrit la bouche sans dire un mot, les lèvres légèrement de travers. Sans savoir pourquoi, il réagissait là comme s'il avait affaire à une situation gênante ou qui, du moins, le rendait extrêmement mal à l'aise. Ses joues le brûlaient et son visage retrouva sa beauté naturelle, enlevant toute trace de colère, ses poings se détendirent, dissipant au passage toute sa rage. Réalisant qu'il devait avoir une expression étrange, il se ressaisit et se racla la gorge avec plus de force que nécessaire - aie, ça fait mal - il détourna le regard, un sourire crispé sur les lèvres.

    Bien sûr qu'il y avait déjà pensée, en fait, il y pensait à longueur de temps. Il apprenait avec une joie incontestable tous les progrès qu'elle faisait dans sa langue natale, il était heureux dès qu'elle lui apprenait ne pas réussir à avoir de travail - et, par la même occasion, se sentait égoïste et cupide. Il prenait ça comme des signes incontestables qu'elle devait le rejoindre, qu'elle souhaitait le rejoindre ! A chaque fois qu'il lui téléphonait il attendait le moment où elle le lui annoncerait, où elle lui donnerait sa décision. Il ne supportait plus de l'entendre rabâcher qu'il devait aller voir son père au plus vite, qu'il devait tout faire pour garder son poste et ne plus faire les mêmes erreurs. Et dire qu'il avait pris un risque énorme précédemment, un risque qui aurait pu l’emmener à être renvoyé pour la - presque - deuxième fois, qu'aurait-elle répondu à ça ? Sa gorge se serra, il avait toujours un sourire embarrassé sur les lèvres. Levant les mains, il les agita avec force en guise de négation.

      « Non, non. Non, je ne peux pas lui demander, ce serait égoïste de ma part. Elle ne parle pas très bien la langue, elle a un... euh, copain. Elle commence sa vie là-bas, ce serait puéril que lui demander de tout lâcher juste pour moi. Je ne pense pas en valoir la peine. »

    Il baissa les yeux, songeur. L'image de toute la soirée lui repassa devant les yeux.

      « Je ne crois pas avoir suffisamment de valeur pour ça. »

    Il leva les yeux vers elle, se demandant si elle verrait là la subtilité des anciens évènements. S'il ne méritait pas qu'on le déteste pour des actes vraiment odieux, alors il ne méritait sûrement pas qu'on fasse une telle chose par amitié. Pourtant il voulait y croire, tellement. Il chérissait cet espoir si fort, plus que cette photo ou le souvenir qu'elle incarnait. Il n'attendait que ça, qu'elle vienne.

      « Ouais, puis si ça se trouve elle détestera celui que je suis ici, hein, elle ne serait pas la seule... Et si elle refuse ? »

    Il écarquilla les yeux, sa voix s'était brisée à la fin, comme éteinte. Si elle refusait, il ne s'en remettrait jamais.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 21:53

Elle fut surprise de voir le rouge lui monter au joues. Elle ne s'attendait vraiment pas à ça. Surtout que cela n'avait pas l'air d'être de colère ou autre, mais juste parce qu'il était... gêné? Elle n'en savait rien, mais n'empêche... Elle vit ses poings se détendre, tandis qu'il avait toujours une drôle d'expression sur le visage. Elle avait presque envie de rire, mais se retint de justesse. Ce n'était pas le moment pour rire, surtout qu'elle ne comprenait pas pourquoi il avait cette réaction. Elle pencha la tête sur le côté, ne pouvant s'empêcher d'avoir un moins un air amusé. Décidément... Elle ne penserait pas que ça serait drôle.

Néanmoins, il se reprit, et avait l'air vraiment.. gêné. Elle avait juste fait une suggestion... Et il réagissait comme ça. Comme quoi, il était vraiment lunatique. Cependant, elle n'arrivait pas à savoir pourquoi il réagissait comme ça. Il n'y avait pas pensé? Alors là, c'était impossible. Alors... c'était le fait qu'elle y pense aussi? Aucune chance. Mais qu'est-ce que c'était alors? Elle le fixa, puis il leva les mains et les secoua en geste négatif. Elle arqua un sourcil.


" Non, non. Non, je ne peux pas lui demander, ce serait égoïste de ma part. Elle ne parle pas très bien la langue, elle a un... euh, copain. Elle commence sa vie là-bas, ce serait puéril que lui demander de tout lâcher juste pour moi. Je ne pense pas en valoir la peine. "

Mais... Elle n'a pas dit qu'elle devait rester tout le temps non plus. Mais juste pendant une période, juste un moment. Il avait encore la chance de pouvoir la voir, et il ne voulait pas qu'elle vienne. Mais... Il était vraiment stupide ou quoi? Ou alors... Timide? Il baissa les yeux, et sembla perdu dans ses pensées. Il ne pensait pas en valoir la peine... Elle mit une main sur son front, l'air blasé.

" Je ne crois pas avoir suffisamment de valeur pour ça. "

Elle soupira. Il était vraiment stupide, c'était pas possible. Il ne pensait pas avoir suffisamment de valeur... Mais quel.. Idiot. Elle se sentit alors vraiment fatiguée, et soupira encore, produisant de la buée tant il faisait froid. Mais en ce moment même, elle s'en fichait.

" Ouais, puis si ça se trouve elle détestera celui que je suis ici, hein, elle ne serait pas la seule... Et si elle refuse ? "

Elle baissa sa main, la remit près de son corps, et planta ses yeux dans les siens.

" Pourquoi elle refuserait? Croyez vous donc que vous n'avez aucune valeur à ses yeux? Dans ce cas, pourquoi veut-elle que les choses s'arrangent de votre côté, au point de vous faire faire une telle promesse?"

Elle soupira. Parfois, elle avait l'impression d'être plus adulte qu'elle ne devrait l'être. Décidément... C'était sa soirée.

"La langue n'est pas un problème, ne cherchez pas d'excuses bidon. Après tout, vous pourriez lui apprendre. Et puis, elle pourrait très bien venir. Pas pour toute la vie, mais pendant certaines périodes. Et puis au moins, elle pourrait constater d'elle même si vous tenez votre promesse ou pas."

Elle n'y croyait pas. Pourquoi cherchait-elle à l'aider? Les choses changeaient vite, et pourtant... Elle soupira de nouveau, avant de dire une dernière phrase.

" Et puis... Parfois, les gens ne se rendent pas forcément compte de leur valeur auprès des autres. Ils se croient en dessous de tout, alors qu'ils peuvent être bien plus. Même vous."

Voilà. Au moins, c'était dit. Elle avait toujours son regard planté dans celui du prof, en l'attente d'une réaction. Sérieusement, elle ne savait pas du tout comment il allait réagir, mais bon... Elle verrait bien. Elle posa une main sur sa gorge. Elle était encore sèche, et parler autant lui avait donner l'impression de cracher des flammes.


Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 22:32

      " Pourquoi elle refuserait? Croyez vous donc que vous n'avez aucune valeur à ses yeux? Dans ce cas, pourquoi veut-elle que les choses s'arrangent de votre côté, au point de vous faire faire une telle promesse? "

    Ouais, je le crois. Il n'avait jamais été sûr de compter à ses yeux et cette remarque ne fit qu'accentuer son malaise. Bien souvent il se disait que cette promesse ne servait à rien, qu'elle n'avait été là que pour le forcer à rentrer. A partir loin d'elle, comme si c'était la seule chose qu'elle n'eu jamais souhaitée.

      " La langue n'est pas un problème, ne cherchez pas d'excuses bidon. Après tout, vous pourriez lui apprendre. Et puis, elle pourrait très bien venir. Pas pour toute la vie, mais pendant certaines périodes. Et puis au moins, elle pourrait constater d'elle même si vous tenez votre promesse ou pas. "

    Mais je ne la tiens pas cette foutue promesse, il n'avait pas revu ni même eu le moindre contact avec son père depuis des mois, revenir ici n'avait rien changé. Il n'avait pas trouvé cette paix intérieure à la con dont elle parlait, il n'avait rien fait de tout cela à part reprendre ses mauvaises habitudes et se détruire un peu plus à chaque fois. S'enfoncer dans la solitude. Il ferma les yeux et baissa la tête, un sourire de rage sur les lèvres.

      " Et puis... Parfois, les gens ne se rendent pas forcément compte de leur valeur auprès des autres. Ils se croient en dessous de tout, alors qu'ils peuvent être bien plus. Même vous. "

      « J't'emmerde. »

    Ouais, carrément. Je t'emmerde. Les sourcils froncés il était à nouveau en colère, ce qu'elle avait dit n'avait fait que le réconforter dans ce qu'il pensait déjà. Tout ça n'était qu'une mascarade. Jamais elle n'accepterait de venir parce qu'elle-même avait décidé qu'ils se sépareraient. Jamais elle n'accepterait de rester ici or il ne supporterait pas de devoir la laisser partir loin de lui. Il voulait qu'elle reste avec lui seulement il n'y avait aucune raison valable à cela. Il n'avait aucune valeur à ses yeux, il ne représentait rien à part... un grand frère, juste un grand frère. Un ami. Mais merde, il n'avait jamais voulu être ça.

    Son visage se détendit légèrement, bien qu'il ne parvenait pas à cacher son exaspération profonde.

      « Ouais, j't'emmerde putain. Si c'était aussi simple ça se saurait. Tu ne la connais pas, tu ne sais rien d'elle ni de moi et franchement je me demande pourquoi je t'ai dis ça. Je dois juste reconnaître que tu avais raison sur le fait que je cherchais des excuses bidons, pourquoi elle refuserait, hein ? »

    Il leva les yeux vers elle, en proie à une grande colère, pourtant il paraissait étrangement calme. En fait, il était exténué.

      « Tu n'imagines pas toutes les réponses possibles à cette question. »

    Il soupira, se tordant la bouche à gauche et à droite à cause de l'agacement. Il avait honte car dans le fond ce qu'elle avait dit était vraie et plein de bon sens, mais il ne l'acceptait pas. La relation qu'il entretenait avec Amy était trop ambiguë pour lui, trop complexe, elle était le genre de personne à ne pas savoir entretenir des relations normales avec les gens. Elle les apprécie mais, dans le fond, est incapable de s'attacher à eux, elle vivait dans son monde. Ce qu'il y avait c'était qu'il n'avait jamais été sûr d'appartenir à ce monde-là.

    Il leva les yeux vers elle, légèrement honteux de s'être énervé contre elle à nouveau.

      « J'ai répondu à ta question, le reste ne te regarde pas. »

    Alors arrête de me juger, l'implorait-il du regard.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 22:51

" J't'emmerde. "

Elle leva les yeux au ciel. Elle ne réagit même pas à ça. En même temps, elle s'était doutée qu'il allait être en colère. Mais bon. Elle était vraiment fatiguée, et ne voulait même pas répondre. Il faisait ce qu'il voulait. Mais maintenant, elle en savait plus sur lui. C'était mieux que rien. Elle soupira de nouveau, et avait encore plus l'impression de cracher des flammes. Pourtant, elle n'était pas un dragon... Enfin... Elle leva les yeux vers le prof, qui était en colère. Pour ne pas changer.

" Ouais, j't'emmerde putain. Si c'était aussi simple ça se saurait. Tu ne la connais pas, tu ne sais rien d'elle ni de moi et franchement je me demande pourquoi je t'ai dis ça. Je dois juste reconnaître que tu avais raison sur le fait que je cherchais des excuses bidons, pourquoi elle refuserait, hein ? "

Non elle ne la connaissait pas. Non, elle ne savait rien d'elle. Et vraiment, elle ne souhaitait rien savoir. Elle en savait assez pour le moment.

" Tu n'imagines pas toutes les réponses possibles à cette question. "

Non elle n'imaginait pas. Et ne voulait pas imaginer. C'était vrai, dans le fond, elle ne connaissait rien à sa vie, et s'en moquait éperdument pendant un moment. Elle fronça les sourcils, le froid revenant peu à peu se faire sentir. Ses doigts étaient tout engourdie, et elle le plia pour ne plus que ce soit le cas. Tout en gardant son regard dans celui du prof, elle se sentait soudainement envahie par une colère certaine. Elle fut tout d'abord déstabilisée, ne sachant pas pourquoi s'énervait, puis soupira. Encore.

" J'ai répondu à ta question, le reste ne te regarde pas. "

Bien. C'était donc tout. Il n'avait plus rien à lui dire, et elle non plus. Elle avança donc, et se dirigea vers la porte. Elle s'arrêta cependant à côté du prof, puis prit la parole sur un ton aussi froid que pouvait être la température à ce moment là.

" Bien. Je penses donc qu'il n'y a plus rien à dire pour ce soir, je vais donc partir. Vous faites ce que vous voulez, alors à moins que vous aillez d'autres chose à déclarer, moi je m'en vais."



Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 23:15

      " Bien. Je penses donc qu'il n'y a plus rien à dire pour ce soir, je vais donc partir. Vous faites ce que vous voulez, alors à moins que vous aillez d'autres chose à déclarer, moi je m'en vais. "

    Qu'elle s'en aille, qu'elle s'en aille, putain. Il en avait marre d'être là, il crevait de froid, il était énervé, il avait soif et voulait rentrer. Mais elle partirait avant lui, il voulait juste qu'elle le laisse seul. Décidément il détestait cette Miharu, il n'aimait pas ses manières, cette façon qu'elle avait de l'exaspérer si facilement, en une seule phrase, en un unique soupire. Qu'elle redevienne soudainement si blasée, comme si elle s'en fichait, comme si elle ne tenait plus étroitement serrée dans sa main sa cravate encore imbibée de larmes. Ce n'était qu'une sombre conne et elle était au moins aussi pathétique que lui, il se demandait bien pourquoi il avait prit la peine de rester avec elle alors qu'elle vidait son sac. Il ne regrettait pas de l'avoir fait, pas vraiment, mais il était exaspéré. Il avait été bête de croire qu'elle ferait la même chose pour lui.

    Son poing se serra, il fixait le vide devant lui, ne lui accordant pas le moindre regard, ne prouvant pas d'une quelconque façon qu'il l'avait écoutée ni même entendue. Son cœur lui criait qu'il haïssait cette sale gamine, qu'il n'avait qu'une seule envie à présent, c'était qu'elle parte. Qu'elle ne revienne pas, qu'elle ne lui adresse plus la parole. Qu'elle ne lui rende jamais ce qui lui appartenait car il n'en voulait plus. Qu'elle disparaisse de sa vue, tout simplement. Il serra encore plus son poing, sentant son bras trembler légèrement, il était calme mais ses sourcils étaient froncés à lui en faire mal. Il lâcha un rire mauvais, ne lui accordant tout pas un seul regard.

      « J'étais vraiment con de croire que tu pouvais comprendre. »

    Il inspira fortement, ne bougeant pas d'un pouce, il se contenta de lâcher d'une voix glacée et assurée.

      « Maintenant tire-toi. »

    Et ne te retourne pas, même s'il doutait qu'elle le fasse. Il attendrait un peu avant de s'en aller à son tour, il avait quelques comptes à régler avec lui-même. Il ne savait pas quelle heure il était. Tard, car ils étaient enfoncés dans la nuit, d'un autre côté il avait l'impression que cette soirée était passée à une vitesse folle. Le souvenir de sa dernière heure de cours lui résonna dans la tête comme les brides d'une ancienne vie lointaine et inconnue. D'une certaine manière, il jugeait que les choses avaient changé irrémédiablement, en mal, sûrement. Et peut être en bien aussi, ne sait-on jamais. Sans même réfléchir à si Sakura était partie ou non, il leva les yeux au ciel, observant les étoiles.

    Ce qui aurait pu le calmer se contenta de le laisser impassible, en fait, il ne voyait plus rien. Les traits tirés par l'exaspération, il ne voyait rien dans le ciel qu'un noir de jais le recouvrant totalement, il ne comprenait pas pourquoi il ne discernait plus les étoiles.

    Mais dans le fond, il s'en foutait. Il voulait juste être seul à présent.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 23:50

Elle voulait partir. Pourquoi? Parce qu'elle se sentait de plus en plus mal. Certes, elle avait chialer comme une gamine dans ses bras, mais elle ne supporterait pas de paraître à nouveau faible devant lui. Elle ne se l'autoriserait pas. Elle leva le pieds pour partir, mais eu soudainement un haut le cœur. Pourquoi resterait-elle? Alors qu'ils n'avaient plus rien à dire. Il l'avait dit lui même, cela ne la regardait pas. Alors à quoi bon rester, sans rien dire et à mourir de froid? Parce qu'il avait fait la même chose pour elle? Certes... Mais il voulait l'aider. Là, il avait bien dit, mot pour mot qu'il l'emmerdait. Elle fronça les sourcils, comme si cette phrase seule suffisait à l'énerver. Ce n'était pas bon pour elle de s'énerver après avoir vidée son sac, et surtout dans son état des plus faiblards. Elle serrait le petit bout de tissu dans sa main. Elle se trouvait vraiment débile des fois... Elle entendit le prof rire, mais d'un de ses rires mauvais. Elle eu un air triste sur le visage, sans réelle raisons.

" J'étais vraiment con de croire que tu pouvais comprendre. "

Elle comprenait quelque part. Car oui, elle s'était mis à sa place. La situation était plutôt difficile, mais elle ne pouvait rien lui dire, car cela ne la regardait pas. En même temps, elle ne comprenait qu'à moitié, car elle n'avait plus de personne chère à ses yeux.

" Maintenant tire-toi. "

Elle avança donc, lentement, sans prendre compte de la froideur dans la voix du prof. Elle avait l'impression de marcher au ralentit, tant elle était lente. Elle s'imaginait que la situation pouvait être dure. Après tout, il avait accepter la promesse en croyant qu'elle allait le retenir, mais ce ne fut pas le cas. Il devait considérer ça comme un rejet donc. Elle arriva devant la porte, et se rendit compte alors à quel point elle avait froid. Elle mit sa main sur la poignée, comme se cela demandait un effort impossible, et au moment où elle posa sa main le bout de métal, elle ouvrit grand les yeux. Elle sentait son cœur battre plus fort, comme s'il menaçait de sortir de sa poitrine à tout moment. Les pulsations battaient dans ses oreilles, et sa vue commençait à se brouiller.

Qu'est ce qu'il lui arrivait... Elle posa son autre main sur la porte, comme si elle ne pouvait plus tenir debout sans, et baissa la tête vers le sol. Le froid s'intensifia, la frigorifiant sur place. Elle ne savait pas pourquoi elle était comme ça... Tandis que ses hauts le cœur s'intensifiaient, elle recommença à avoir des vertiges dans sa tête. Elle plissa les yeux, mais ses pensées n'étaient plus assez clair pour qu'elle puisse réfléchir à la situation. Elle tourna la poignée, et entendit à peine le crissement qu'elle émit quand elle ouvrit la porte, le bruit étant étouffée par les pulsations qui elles, se faisaient de plus en plus forte. Ses jambes ne la tiendraient plus longtemps, elle le savait. Elle hésitait à prendre les escaliers, de peur de tomber en route, mais n'eut pas le loisir d'y penser plus longtemps. Elle serra une dernière fois le nœuds dans sa mains, avant de fermer les yeux et de tomber en arrière.

Elle ne voyait plus rien, ne sentait plus rien, et sombra dans l'inconscience...
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 0:27

    Il resta dans cette position un bon moment, la tête en l'air, regardant ce qu'il ne parvenait pas à voir, ne sachant pas si elle était enfin partie ou non. Commençant à avoir une crampe au niveau de la nuque, il baissa les yeux, se disant qu'elle devait être enfin partie. Il entendit vaguement un léger crissement, étouffant un juron il se retourna en se demandant ce qu'elle fichait encore là. Exaspéré, il ne remarqua pas vraiment comme elle vacillait sur elle-même ni même comme elle agrippait la poignée de porte avec conviction, comme pour ne pas sombrer. S'apprêtant à lui demander sèchement de déguerpir, il la vit lentement chuter en arrière, ses jambes ne la portant visiblement plus. Par réflexe il parcouru la distance qui les séparait à grandes enjambées, une main en l'air comme espérant qu'il pourrait espérer la rattraper à temps. Elle s'écroula au sol dans un bruit sourd alors qu'il arrivait à son niveau, il s'arrêta, interloqué, la respiration haletante - de par la surprise et le soudain regain de vitalité. Il se mit à genoux, soupirant, et merde. Pourquoi maintenant ? Il se demandait pourquoi il avait mérité ça. Posant les mains en sol, il mit son visage en face du sien, à l'envers, savoir si elle était consciente ou non.

    Il attendit une seconde, l'appela par son nom mais elle ne répondit pas. Malgré la nuit - et ses yeux clos -, elle semblait en mauvais état. Il se demandait à quoi était-ce du, le froid peut être. Un frisson lui parcouru le dos. Il l'insulta mentalement de s'être évanouie maintenant et se releva d'un mouvement las. Se mettant au niveau de la porte entrouverte, il réfléchit une seconde et, ne voyant pas d'autre solution, se pencha pour pouvoir la porter dans ses bras. Dans le genre, il avait bien la flemme, ses muscles étaient engourdis par le froid et il se sentait plus faible qu'à l'ordinaire. De son poids plume, il n'eut cependant aucun mal à la soulever. Il donna un coup de pied dans la porte qui s'ouvrit en grand, se cognant contre le mur, il voulait aller vite. Il y avait un seul mètre à l'intérieur du vestibule avant les escaliers, il ne pouvait presque pas avancer. Regardant aux alentours, il se servit de son pied à nouveau pour fermer la porte, la posant contre le mur, assise, allongeant ses jambes pour qu'elle soit plus confortable - si on pouvait dire ça comme ça.

    Le noir total, soudainement. Il ne voyait plus rien, la porte s'était refermée, emportant avec elle la seule et minuscule source de lumière. Se levant il l’entrouvrit légèrement pour profiter de la clarté de la lune, quand bien même elle était faible, ça suffirait. Il n'y avait pas de lumières ici - il tata le mur, au cas où, mais ne trouva aucun bouton. Il se plaça à nouveau à côté de Sakura, pliant les jambes, il posa ses avant-bras sur ses genoux, l'observant d'un air vide.

      « Réveille-toi s'il te plait. »

    Dit-il connement dans un soupire, il ne voulait pas attendre. Cependant il ne pouvait pas nier que profiter de la très légère chaleur de cet endroit lui faisait du bien. Posant sa main sur son épaule, il la bougea légèrement à gauche et à droite, se demandant ce qu'il fallait bien faire pour qu'elle revienne à elle... et s'en aille.

    Qu'elle s'en aille surtout.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 0:57

Elle avait l'impression de dormir. Mais elle ne faisait pas un rêve pour le moins bien. Elle se retrouva dans un endroit tout noir. Elle ne voyait rien, mais pourtant, elle savait que ce n'était pas à cause de sa vision. Mais tout simplement parce qu'il n'y avait que du noir autour d'elle. Elle avait beau tourner autour d'elle, elle ne voyait vraiment rien. Mais elle n'avait pas froid, c'était déjà ça. Mais le fait d'être seule ne la rassurait pas. Elle ne avait pas ce qui l'attendait, ou ce qui allait se passer. Et comme avant, elle se sentait incroyablement vulnérable. Elle fonça les sourcils, se demandant pourquoi elle était ici... Ah oui, elle s'était évanouie. Et le prof lui avait demandée de partir aussi. Elle croisa ses bras sur son ventre, et baissa la tête. Quelque part, elle s'en voulait..

Après tout, lui l'avait aidée, mais elle non. Pas étonnant qu'il soit en colère et qu'il la déteste... Mais elle en savait pas quoi faire pour l'aider, surtout que c'était trop tard. D'ailleurs, pourquoi voulait-elle l'aider? Parce qu'elle se sentait coupable. Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'elle était comme ça avec quelqu'un. Mais pourtant... Elle se sentait coupable. Bizarre... C'était la nuit des révélations ou quoi? Elle espérait que non. De toute façon, elle ne pourrait pas l'aider, quoi qu'elle fasse. Elle n'aimait pas cette sensation d'être coupable, c'était comme si elle repensait à...


Sakura...

Elle se figea. Non... Elle ne devait pas se retourner. Non. Elle ne devait pas se retourner. Elle ne savait pas d'où venait cette voix, mais ne voulait pas le savoir. Elle leva les yeux au ciel, qui n'était rien d'autre qu'un fond noir interminable. Elle ne savait pas où elle était, et ne savait pas si elle devait y rester ou partir. Mais une chose était sûre. Elle avait peur. Peur de ce noir infinie, peur du fait qu'elle était seule, peur de ce qui allait se passer. Pourtant, il ne se passait rien. Elle était là, toute seule, et il y avait une voix qui ne cessait de l'appeler. Mais elle savait que si elle se retournait, elle allait le regretter, sachant très bien d'où provenait cette voix. Elle se baissa, et s'assit lentement, posant sa tête sur ses genoux. Ses yeux étaient vagues, et elle se sentait vraiment perdue. Entourée des ténèbres. Elle ne s'était encore jamais évanouie, c'était la première fois.

Même lors de l'accident... Elle ferma doucement les yeux, se demandant alors ce qu'il se passait en dehors. Que faisait le prof? Avait-il remarqué qu'elle était tombée? En tout cas, si c'était le cas, il devait être énervé. Pour ne pas changer. Elle même avait été un peu en colère avant de sombrer... Mais elle ne savait pas pourquoi. Elle enfouie sa tête dans ses genoux, essayant de savoir pourquoi elle était là, au lieu de ne pas rêver ou autre. C'était ça, être évanouie? Être seul face à soi même? En tout cas, elle se sentait vraiment mal... Pour ne pas changer encore. Elle leva sa main droite, et la vit vide. Ah oui... C'était son corps qui avait le nœuds... Cela ne lui plaisait pas en tout cas. Être consciente sans vraiment l'être... Quoi de plus beau dans la vie...

Au moins, elle pouvait réfléchir. Mais à quoi? Tout ce qu'elle allait faire quand elle se réveillerait, ça serait de partir parce qu'ils n'avaient rien à dire. Soudainement, elle se trouva vraiment pathétique. Mis à part l'accident, elle avait eu une belle vie, et là, elle s'apitoyait sur son sort tout ça parce qu'elle ne pouvait pas aider quelqu'un qui en avait besoin. Enfin besoin.. Façon de parler. Mais s'en foutait de lui à la fin! Du moins, elle le pensait... Elle soupira. Elle en avait vraiment marre. Et la solitude commença sérieusement à la peser. Elle regarda encore autour d'elle, pour voir s'il n'y avait pas un moyen de sortir, mais rien. Il n'y avait que les ténèbres et elle.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 1:19

    S'il avait prêté attention à sa première impression, il aurait juré qu'elle semblait légèrement agitée. Pourtant, en se concentrant, elle ne bougeait pas et semblait même paisible. Il se demandait comment il avait pu voir ça alors qu'elle dormait à point fermé. Il ne savait pas quoi faire face à quelqu'un d'évanoui, d'ailleurs il se demandait bien pourquoi ça lui était arrivé, ce n'était vraiment pas le moment. Si seulement ça aurait pu arriver après, dans sa chambre, ou dans un couloir. Un pion l'aurait vite repéré et alors ça aurait été plus facile. Il regarda en avant, se souvenant de l’escalier. Ah non, peut être pas. Il se demanda si l'avoir aidée était une bonne chose ou pas, il commençait à en avoir marre de rendre service à cette gamine, surtout vu la manière dont elle lui renvoyait l’ascenseur. Il avait vraiment été con et naïf sur ce coup-là, il aurait dû comprendre qu'elle ne ferait rien pour lui. Il avait juste été trop bête pour le réaliser plus tôt. Il aurait dû inventer un mensonge débile, faire croire qu'elle était morte ou qu'elle l'avait plaqué mais qu'il harcelait encore son ex, à la limite, ce serait mieux passé. Il soupira, il avait vraiment la flemme.

    D'ailleurs, rien ne l'obligeait à rester. Il ouvrit grand les yeux, se leva, enjamba Sakura et commença à descendre les escaliers, sans réfléchir. Il se dit qu'après tout il n'avait aucune raison valable de rester là avec elle, qu'est-ce qu'elle ferait à son réveil ? A tous les coups elle lui lancerait un regard blasé, or il n'avait pas envie de subir ça, plus maintenant. Arrivé en bas, il ouvrit la porte donnant sur le couloir, presque aveuglé par le lumières qu'il dégageait, un pas en avant pour partir, il fit un grand geste brusque pour fermer la porte, y mettant son pied par réflexe pour ne pas qu'elle claque - résultat, il en avait la larme à l'œil. C'était le pion qui lui avait piqué son portefeuille qui arrivait là, il ne voulait pas prendre le risque qu'il le voit, surtout qu'il n'accepterait pas d'avoir avec lui une quelconque conversation concernant Sakura, en particulier s'il comprenait qu'ils étaient sur le toit, seuls, depuis un bon moment. La porte entrebâillée, il le vit s'en aller sans le remarquer. Soupirant de soulagement, il ferma la porte et remontant les escaliers quatre à quatre, les mains dans les poches. Il s'éclipserait plus tard.

    Arrivée à sa hauteur, elle n'avait pas reprit conscience et respirait doucement, il se renfrogna, l'enjambant à nouveau il vint s’assoir à côté d'elle. Et merde, tant pis, il resterait là. Peut être même qu'il attendrait qu'elle se réveille, sachant parfaitement qu'elle aurait certainement une réaction qui l'énerverait au plus haut point. Lâchant un léger soupire, il grinça ses dents par l'ennuie, se demandant combien de temps il allait devoir attendre. Tournant la tête vers elle il dit d'une voix forte.

      « Miharu réveille-toi, j'ai pas l'intention d'attendre pendant 150 ans. »

    Il n'espérait pas vraiment qu'elle l'entendrait ou serait réveillée par le bruit, après tout, elle ne dormait pas. Mais il ne savait pas quoi faire d'autre et se sentait désarmé. La regardant quelques secondes pour savoir si elle ouvrait les paupières, elle n'en fit rien. Soupirant pour la énième fois, il la fixa d'un air vague, sans vraiment la voir. Il attendrait, après tout il n'avait rien de mieux à faire.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 1:44

Elle avait une mine indescriptible, comme si pour la première fois, elle se sentait vraiment vide. Elle regardait en face d'elle, ne sachant même pas combien de temps s'était écoulée depuis qu'elle était là. Une éternité sûrement... Du noir... Elle ne voyait que ça. Qu'allait-elle faire? Elle n'en savait rien. Mais ne voulait pas rester ici. Seulement, il n'y avait aucun moyen de sortir, donc elle était coincée là. Seule. Elle se mordit les lèvres, et enfoui de nouveau sa tête dans ses genoux. Elle n'aimait pas être seule, et aurait tout donnée pour ne plus être dans cet endroit. Elle n'aimait pas le noir, il faisait trop sombre, elle ne pouvait plus rester ici. Elle se releva, et hurla de toute ses forces. Elle en avait marre, marre d'être là, marre de se sentir coupable, marre d'être seule... Mais sa voix resta en écho dans le noir, et elle s'effondra à genoux.

Qu'allait-elle faire ici? Et pourquoi elle ne se réveillait pas? Elle devait sortir. Elle tomba entièrement sur le sol, s'étalant comme une crêpe. Du noir... Encore et toujours du noir... Elle détestait cette couleur. C'était comme un vide... Elle ferma les yeux, étant perdue pour de bon. Son expression devenait de plus en plus vide, tandis qu'elle cherchait en vain comment sortir. Elle n'était pas là où elle le voulait.... Mais où voulait-elle aller? Elle n'en savait rien...


En fait, elle n'en avait plus rien à faire de rien. Comme si le noir absorbait toutes ses émotions. Sauf sa culpabilité. Elle sentait encore cette dernière lui faire une boule dans le ventre, mais elle ne savait plus quoi faire, ni comment le faire. C'était comme si les ténèbres l'envahissaient, pour mieux la punir. La punir... Quel mot bizarre. La punir de quoi au juste... d'avoir été froide? Elle ne savait pas... Elle ne savait plus... Elle était pathétique. Idiote. Elle l'admettait. Elle se remit sur ses genoux, lentement, puis baissa la tête.

Elle ne voyait que ses jambes, et ses mains à plat dessus. A ce moment là, elle aurait aimée avoir le bout de tissu, au moins, ça lui permettrait d'avoir quelque chose. Mais non, elle était seule. Sans rien. Alors, pour la deuxième fois de la soirée, elle se remit à pleurer. Elle en avait ras le bol bon sang ! Elle frappa le sol de ses poings, et cria de rage une nouvelle fois. Mais merde à la fin ! Elle leva les yeux vers le fond noir. Elle était déboussolée, ne savait pas où aller, et il n'y avait personnes pour l'aider. Alors, une question vint à son esprit.


Est-ce qu'elle était la seule dans ce cas?

Non. Il y en avait sûrement d'autre qui étaient passés par là. Est-ce que le prof aussi était passé par là? Elle n'en savait rien, et même si elle lui posait la question, il allait l'envoyer bouler avec une phrase exaspérante du genre "Qu'est ce que ça peut te foutre ! " Elle ferma les yeux, toujours la tête vers le plafond, s'il y en avait un. Elle devait sortir. Elle devait s'excuser. Encore. Mais cette fois, ça serait justifié.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 2:03

    Le temps passait lentement, si lentement. Ça faisait combien de temps qu'il était là, à attendre ? Ça semblait une éternité, il soupira, c'était fou comme il se faisait chier. Pour la énième fois il se demanda qu'est-ce qui le retenait ici, il n'avait rien à faire là, il savait qu'il s'énerverait à son réveil soit parce qu'elle partirait sans rien dire, soit parce qu'elle dirait quelque chose qui, de toute manière, ne pourrait que l'exaspérer encore plus. Se déplaçant à l'opposé de Sakura, il posa son dos sur le mur d'en face, les yeux fermés, regardant vers le haut, la tête vide, fatigué. Il sentait encore un léger courant d'air qui filtrait de part la porte mais n'osait pas la fermer, il n'acceptait pas de se retrouver dans le noir complet, or de question. Pour s'occuper il regardait distraitement la fine ligne argentée dessinée sur le sol, suivant la lumière et jouant dans les courbes de Sakura finissant sa course sur les marches. Décidément il se faisait vraiment chier.

    Il la regarda à nouveau, elle semblait si paisible que ça le soula, ça lui donnait l'impression qu'elle ne faisait que dormir et du coup, qu'il attendait ici pour rien. Un peu comme si elle le narguait. Ah, il aurait bien aimé la voir si ça avait été lui qui s'était évanoui - il réfléchit un instant, un impossible, il lui en fallait beaucoup plus pour ça -, elle serait partie sans rien dire et l'aurait laissé comme une merde, dehors, dans le froid. Il en était certain. D'un autre côté, il avait faillit le faire aussi, il cessa de la regarder, fixant un point à l'extérieur. Il ne voyait rien et se sentait entouré par un noir complet, oppressant, il en avait marre. Si seulement il n'y avait au aucun risque pour qu'on les repère ici, il aurait ouvert la porte du bas pour y aller entrer la lumière du couloir. La tête penchant lamentablement sur le côté, il se dit à nouveau qu'il s'ennuyait, et qu'est-ce qu'il s'ennuyait !

    Il repensa à toute cette soirée, se demandant comment ils en étaient arrivés là. Ça a commencé avec un chantage - qu'il avait jugé banalement simple, mais qui visiblement horripilait Sakura -, ensuite il s'était énervé contre elle, allant jusqu'à la menacer pour récupérer la photo. Quand bien même elle lui avait rendu dans un grand soulagement, il l'avait plaqué au sol juste pour se venger, s'amuser. Faisant toutes sortes d'allusions mesquines sur son prétendu petit ami, n'oubliant jamais de préciser qu'il la détestait. Et vers la fin - sa gorge se serra -, elle avait déversé un torrent de larmes dans sa chemise - il tapota son épaule, sentant qu'elle était toujours humide -, finalement il s'était enragé sur elle après lui avoir raconté la presque vérité concernant Amy. Tout ça était illogique, d'un autre côté, il tenait étrangement aux événements de cette soirée, ils étaient importants pour lui et il ne comprenait pas exactement pourquoi, ni même ce que ça signifiait. Même s'il détestait vraiment Sakura, il avait été heureux de pouvoir l'aider et lui dire - une seule et unique - une phrase réconfortante, quand bien même la soirée s'était très mal terminée.

    Il releva sa manche pour lire l'heure, constatant qu'il n'avait pas sa montre. Tant pis, se redressant légèrement, il l'observa, l'air vague, hésitant à l'appeler une nouvelle fois. Seulement il savait que ça ne servirait à rien, alors il se tut. De toute manière, il avait la gorge nouée.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 2:22

Elle ne se sentait vraiment pas bien. Toute seule dans cette culpabilité. Elle ferma les yeux, se jurant que quand elle se réveillerait, elle s'excuserait. Pourtant, ce n'était pas du tout son genre de s'excuser, encore moins deux fois à la même personne. Sincèrement en plus. Mais... Elle se sentait presque redevable. Elle soupira, et recommença à avoir froid. Géniale... Elle ouvrit de nouveau les yeux, s'attendant à voir l'immensité noire qui l'entourait, mais cette fois ci, ce ne fut pas le cas. Sa vision était encore un peu floue, elle sentait ses membres engourdie, et parvenait à distinguer une personne en face d'elle. Non... Il n'était pas resté tout de même.

Elle cligna plusieurs fois des yeux, pour rendre sa vision un peu plus nette, et constata que si, il était resté. Elle était surprise, étonnée, et presque... triste. Elle se sentait vraiment pathétique. Pourquoi il était là? Pourquoi il restait avec elle? Pourquoi, alors qu'il avait été en colère plus tôt? Elle se redressa correctement, et avant même qu'il ne puisse prendre la parole, elle commença à parler.


" Je suis désolée. Non, ce n'est pas la fatigue, mais je suis vraiment désolée. Je... je n'ai rien su dire, alors que vous m'avez aidé quand j'étais mal. Et je comprends donc que vous vous soyez mis en colère seulement..."

Elle le fixa, sa sincérité se lisait dans son regard, et elle se trouvait encore plus pathétique.

" Je dois surement vous emmerdez avec mes paroles, ou alors je suis vraiment une fille pathétique, mais je tiens vraiment à m'excuser. "

Elle remarqua alors une chose bien étrange. Sa voix était vraiment toute basse, comme si elle chuchotait ses paroles. Elle toussa un peu pour l'éclaircir, puis reprit alors une dernière fois la parole. Elle releva la tête, plantant son regard dans le siens.

" Alors voilà. Pardon."

Elle ne savait pas comment il réagirait, mais se doutait qu'il allait l'insulter, ou alors se mettre en colère. Mais elle s'en fichait. Peu importait sa réaction, même si elle espérait qu'elle ne soit pas mauvaise. Ce n'était pas tous les jours qu'elle s'excusait, alors elle espérait juste qu'il la croit. Elle ne baissa aucunement le regard, se demandant alors si son évanouissement ne lui avait pas un peu fait effet au niveau du cerveau. Ou alors, elle allait tellement mal qu'elle n'était plus elle même. Quoi qu'il en soit, elle avait pensée ce qu'elle avait dit. Et s'il la croyait pas... Bah, là, elle ne saurait vraiment pas quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 2:43

    Ses paupières avaient commencé à être lourdes, il était fatigué - ce qui, dans le fond, arrivait rarement - et se disait que finalement il rentrerait directement dans sa chambre pour y dormir, c'était peut être la meilleure chose à faire. Alors le lendemain il serait sacrément malade, mais ça il s'en fichait pas mal. Alors qu'il avait commencé à faire des signes bizarres avec ses mains pour s'occuper, il vit les pieds de Sakura, posés juste à côté de lui, s'agiter. Levant les yeux, il fut surpris de voir comme elle était soudainement bien réveillée, avec une étrange conviction dans les yeux.

      " Je suis désolée. Non, ce n'est pas la fatigue, mais je suis vraiment désolée. Je... je n'ai rien su dire, alors que vous m'avez aidé quand j'étais mal. Et je comprends donc que vous vous soyez mis en colère seulement... "

    Il n'eut pas le temps de réagir, d'ailleurs, il ne savait pas quoi faire. Elle avait beau dire que ce n'était pas la fatigue, il avait du mal à le croire. Et dire qu'elle s'était déjà excusée auparavant auprès de lui, il avait du mal à accepter qu'elle puisse recommencer. A moins que ce ne soit dans ses habitudes ? Il jugea cela peut probable, quand bien même cela faisait partie de son caractère, son comportement envers elle ne supposait pas qu'elle avait la moindre reconnaissance envers lui.

      " Je dois surement vous emmerdez avec mes paroles, ou alors je suis vraiment une fille pathétique, mais je tiens vraiment à m'excuser. "

    Il ne comprenait pas pourquoi elle venait de dire ça. Elle était pathétique de s'excuser, ou avait-elle voulu dire autre chose ? Quand bien même il avait très peu d'estime envers lui-même, il se jugeait suffisamment... important, pour ça, tout de même. Il avait le droit d'exister à n'importe quel titre, comme chaque autre personne. Il n'avait toujours pas bougé, son visage à la calme et impassible, il attendait qu'elle termine ce qu'elle avait à dire, ne sachant toujours pas si ça lui faisait plaisir ou pas.

      " Alors voilà. Pardon. "

    Ça avait dû lui coûter très cher de dire ça, Kunisaki le supposait, en fait il en était sûr. Il se demandait simplement ce qui l'avait poussé à faire ça, était-ce à cause de son évanouissement ? Parce qu'il était resté là avec elle à attendre qu'elle reprenne ses esprits ? Il n'arrivait pas à bouger, et il ne savait simplement pas quoi faire. Est-ce que ça lui faisait du bien ? Oui, beaucoup même, il en oublia une grande partie de l'amertume qu'il ressentait envers elle, l'espace d'un instant. Il réfléchit à ce qu'il pourrait lui répondre, mais aucune phrases ne lui vint en tête. Dire qu'il acceptait ses excuses serait prétentieux, en vue de tout ce qu'il avait put faire avant. Sans vraiment s'en apercevoir, il se mit à sourire, légèrement rieur.

      « Merci, ça me fait plaisir d'entendre ça. »

    Le plus simplement du monde, ça lui avait fait plaisir, et il ne voyait pas vraiment ce qu'il aurait pu ajouter à cela. Se redressant sur sa place, il jeta un coup d'œil à l'extérieur, le visage détendu et paisible. Oui, il devait bien lui accorder ça, il se sentait tout à coup beaucoup mieux, étrangement. Se relevant en prenant appuis sur sa main, il enjamba facilement Sakura, se posant sur la deuxième marche, dos à elle. Il tourna la tête en sa direction, posant sa main à côté de la sienne - car, l'espace d'un instant, il avait hésité à lui toucher le poignet, mais en remarquant l'absurdité de ce geste, il s'était retint. Il lui lança un sourire.

      « Si tu peux me dire que tu te sens bien, alors je te laisserai enfin tranquille. »


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 11:45

Elle l'observa attentivement, et fut.. soulagée de voir qu'il ne se mettait pas en colère. Mais il avait l'air surpris. pas étonnant, en même temps, elle s'excusait rarement auprès des autres, alors il avait le droit de se poser des questions. Mais elle espérait vraiment qu'il ne se mette pas en colère. Déjà parce qu'elle avait déjà assez subie comme ça, et surtout parce qu'elle n'était pas en état de supporter une autre de ses crises de colère. Mais il n'avait pas l'air de se mettre en colère. Au contraire, elle le vit sourire, amusé. Cela.. l'amusait?

" Merci, ça me fait plaisir d'entendre ça."

Elle eu une envie de soupirer de soulagement, mais se contenta de sourire. Au moins, cela lui faisait plaisir, c'était déjà ça. Il se releva, passant devant elle, puis s'assit sur une marche de l'escalier. Il avait déjà un air plus détendu, et semblait un peu... apaisé pour ainsi dire. Elle regarda dehors, puis eu un drôle d'air sur le visage, avant de reporter son attention sur le prof.

" Si tu peux me dire que tu te sens bien, alors je te laisserai enfin tranquille. "

Ah... Si seulement c'était le cas. Elle souriait, se demandant alors si elle devait mentir ou alors dire la vérité. Cependant, il en avait assez fait comme ça, alors elle opta pour la première option.

" Je vais beaucoup mieux, mais je vais rester ici quelques minutes encore."

Pourquoi? Tout simplement parce que ses jambes étaient tout engourdie, et qu'elle ne pouvait pas les bouger pour le moment. Si jamais elle essayait de se lever, elle savait qu'elle s’effondrerait la seconde d'après, alors elle préférait rester encore un peu ici, le temps qu'elle se dégourdisse les jambes, puis irait aux toilettes pour aller vomir. Quoi? Aller vomir? Eh oui... Un retournement d'estomac à toujours le don de vous donner cette envie. Pour le moment, elle arrivait à l'ignorer, mais bon... Ce n'était pas comme si elle allait retenir ça pendant tout le reste de la nuit. Mais elle ne laissa rien paraître de son mal, se contentant de sourire, comme elle le faisait si bien.

"Mais vous pouvez partir si vous voulez."

Soudain, elle avait l'impression de regretter ces paroles. S'il partait, elle resterait seule, dans le noir. Comme quand elle était évanouie. Sauf que cette fois ci, elle n'aurait pas de regrets ou de culpabilité. Mais elle serait quand même seule, avec le noir. Elle remarqua alors qu'elle avait moins froid, mais ce n'était pas encore ça. Elle fixa le prof, sans montrer son agitation intérieur, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 12:59

      " Je vais beaucoup mieux, mais je vais rester ici quelques minutes encore. "

    Elle souriait mais il avait légèrement de mal à la croire, quand bien même il ne discernait pas la part de mensonge dans son expression, il sentait qu’il y avait quelque chose. Quoi, il ne le savait pas vraiment. Il était probable qu’elle mente, comme un « Oui très bien » quand quelqu’un qui vous horripile et vous ennuie vous demande si vous allez bien. A quoi bon répondre la vérité dans ces cas là, hein ? A quoi bon lui dire la vérité à lui, il se le demandait.

      " Mais vous pouvez partir si vous voulez. "

    Son visage se raidit soudainement, il ne comprenait pas pourquoi – et d’ailleurs n’avait pas envie de comprendre – mais ça le vexa. Un peu, pas tant que ça, mais il n’appréciait simplement pas cette remarque. Avec plus de froideur dans la voix qu’il ne l’aurait souhaité, il dit sans la regarder.

      « Si tu y tiens. »

    Quelle impulsivité. Il se leva sans attendre, ne se retournant pas, il enfouit ses mains dans les poches et entreprit de descendre le long escalier. Si elle préférait être seule, qu’elle le fasse, il s’en foutait de toute manière. Vu la manière faussement enjouée avec laquelle elle lui avait dit ça, il ferait mieux de s’en aller, visiblement elle n’avait plus la moindre envie de supporter sa présence. Il ne savait pas pourquoi ça l’énervait à ce point, peut être que, connement, il aurait aimé qu’elle lui dise de rester. Juste ça. Après tout on ne lui avait certainement jamais dit de ne pas partir, et dès qu’il s’en allait on ne le retenait pas. A quoi bon.

    En bas des marches, il posa sa main sur la poignée, agitant celle restée dans sa poche. Il n’avait pas ses clopes. Il crevait d’envie de fumer mais il n’avait rien, il soupira en murmurant à lui-même un juron. Son paquet devait être dans sa veste, or il n’avait pas le courage de retourner dans sa salle de classe pour le récupérer maintenant. Il se retourna, en fait il n’avait pas le courage de s’en aller tout court. Il était même probable qu’il se cherche des excuses. Ça ne finirait pas comme ça, ce n’était pas à lui de s’en aller le premier, ce n’était pas juste. Il rebroussa chemin et fit demi-tour, remontant pour les marches une nouvelle fois.

    Arrivée à la hauteur de Sakura, il se contenta de lancer dans un soupire.

      « Ce n’est certainement pas ce que tu veux mais… »

    Il s’assit sur la même précédente marche, le dos posé sur le mur, juste en face de Sakura. Regardant d’un air las vers le haut, il tenait à faire passer cela pour un acte de grande désinvolture.

      « Tu vas devoir supporter ma présence encore un peu. »

    Parce qu’il n’avait pas à partir le premier, parce qu’il n’avait simplement pas envie de s’en aller. Il attendrait qu’elle puisse se lever, marcher, lui parler en ne lui montrant qu’un grand désintérêt, comme d’habitude. Il la regarda, prenant un air faussement calme, il osa même espérer, l’espace d’une seconde, qu’elle lui avait proposé de partir pour ne plus l’ennuyer. Il eut même le culot de croire qu’en fait elle ne voulait pas vraiment qu’il parte. Mais ce n’était que des conneries, ça. Bien sûr qu’elle voulait qu’il se casse, c’était évident.

    Il regarda ailleurs, espérant juste qu’elle ne viendrait à lui faire comprendre qu’elle désirait vraiment qu’il disparaisse de sa vue.



- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 15:08

Elle le vit se raidir, et elle eu son visage calme, celui qu'elle gardait tout le temps, et qui avait le don de l'énerver, tandis qu'il répondit d'un ton assez froid.

" Si tu y tiens. "

Elle ne montra rien, mais eu presque envie qu'il reste. Elle le regarda se lever presque aussitôt, puis de descendre. Il allait vraiment partir... Sans même vérifier s'il avait ouvert la porte, elle tourna la tête vers l'extérieur. En fait, elle ne voulait pas rester toute seule de nouveau. Même si ce n'était que dans sa tête, elle avait encore l'impression d'être dans l'endroit où elle avait été. Du noir... Sauf qu'il y avait la lumière, mais elle ne pouvait pas sortir. Pas encore. Elle maudissait son état, n'arrivant même pas à plier les jambes. Elle reporta son attention sur ces dernières, et à peine eut-elle essayée de les bouger que son engourdissement lui fit une sensation tellement désagréable qu'elle arrêta aussitôt ses essais. Qu'allait-elle faire ici... Elle ferma les yeux, et buta sa tête contre le mur, le visage vers le plafond. Elle se sentait de nouveau seule pendant un court instant, et son ancienne peur, celle éprouvée dans le noir, lui revint doucement.

Elle ne l'admettait pas, mais elle aurait voulu qu'il reste. Elle refusait catégoriquement de l'admettre, et chassa cette pensée. Elle eu un drôle de sourire, un sourire désespéré, mais que personne ne pouvait voir. Mais elle ouvrit de nouveau les yeux. Elle entendait les pas qui revenaient, et se tourna vers le prof, qu'elle croyait partit. Mais qui revenait. Pourquoi il revenait? Elle se posa cette question, sans trouver la réponse tandis qu'il s'arrêta à sa hauteur.

" Ce n’est certainement pas ce que tu veux mais… "

Il va rester? Mais pourquoi il restait? Il en avait déjà assez fait non? Elle se sentait vraiment... Nulle. Elle le regarda s'asseoir à la même place, le dos contre le mur.

" Tu vas devoir supporter ma présence encore un peu. "

Elle le regarda sans comprendre. Elle eu presque envie de l'inciter à partir, en lui disant des choses qui puissent l'exaspérer, mais n'en fit rien. Tout simplement parce qu'elle ne voulait pas être seule. Elle fit un petit sourire, sans rien ajouter. Il faisait ce qu'il voulait après tout, et avait ses raisons. Mais cela la tracassait tout de même. Elle le fixa, en pencha la tête sur le côté. Elle voulait lui demander, mais ça pourrait être mal interpréter, et il le prendrait peut-être mal.

"Cela ne vous dérange pas de rester ici? ... Vous avez peut-être mieux à faire non?"

Ah merde... S'il réfléchissait un peu à sa question, elle s'était auto-grillée. Elle eu un air blasé. Elle se trouvait vraiment... Bref. Idiote. Mais bon.. Avec un peu de chance, il ne verrait là qu'une supposition, rien de plus.


Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 15:39

    Elle eu un petit sourire et il s’en sentit rassuré. Enfin, un peu, pas trop. Il avait du mal à l’admettre. La regardant d’un air calme il se dit qu’elle dégageait quelque chose d’étrange. Il osa sincèrement croire l’espace d’une seconde qu’elle avait été contente de le revoir. Mais il chassa vite cette idée, ce n’était pas logique. Pas du tout.

      " Cela ne vous dérange pas de rester ici? ... Vous avez peut-être mieux à faire non? "

    Il eut un grand sourire, sincère. Lâchant un léger rire spontané. C’était si rare qu’il se mette à sourire de la sorte qu’il s’en étonna lui-même, il était sûr pourtant que ses yeux étaient tristes. Il ne lâchait pas son regard, à la fois surpris et légèrement… déçu.

      « Je crois que c’est plus à toi que ça dérange, je me trompe ? »

    Il n’avait ni ça sans animosité aucune, sur un ton désinvolte, comme s’il n’y prêtait pas vraiment attention. Ce n’était pas si grave dans le fond, il voulait se forcer à croire que ce n’était pas si grave. Qu’il s’en fichait, que ce n’était pas important. Mais ça l’était, il se sentait légèrement triste. Cependant il n’en avait rien à faire que sa présence la dérange, car il était bien décidé à rester là, il ne bougerait pas. Il parvenait presque à se convaincre, c’était pour cette raison qu’il ne s’était pas énervé, il n’avait aucune raison valable à ça. Il agissait pour lui-même et non pour elle, certainement pas. S’il était là c’était parce qu’il en avait envie et rien d’autre, elle pouvait vouloir qu’il s’en aille, il resterait là et attendrait qu’elle parte la première. Il ne comprenait pas pourquoi mais c’était important pour lui, de s’en aller le dernier. Il ne voulait plus fuir.

    Il avait été perdu dans ses pensées quelques secondes, regardant dans le vide, quand il leva enfin les yeux vers elle, elle semblait blasée. Décidément, cette fille n’était pas intéressante. Mais tant pis, elle pouvait être blasée autant qu’elle le souhaitait, elle n’avait qu’à s’en aller si elle le souhaitait. Il préférait encore que ce soit elle qui l’évite, et non l’inverse. Il ne voulait pas abandonner ses problèmes, pour une fois. Tant pis si ce n’était pas ce qu’elle voulait. Toujours un sourire triste ses les lèvres, il était étonnement calme.

      « Désolé mais c’est justement parce que je n’ai rien à faire que je reste là. Rien ne m’attend. »

    Personne ne m’attend, supposait-il. Il détourna les yeux, se sentant vide, le ventre creux – ah ouais, en fait il crevait la dalle. Il n’avait pas l’impression d’être triste, c’est pourquoi il n’approuvait pas l’expression de son visage. Tant pis. Il s’agita légèrement à sa place, se repositionnant – c’était affreux comme ces marches étaient inconfortables. Haussant légèrement les épaules, il regardait dans le vide. Il réfléchissait à tout ce qui s’était passé avant. Il avait eu envie de partir, de se venger, de boire, de coucher, de fumer et même de dormir. Pourtant en cet instant précis la seule et unique chose qu’il voulait c’était rester ici. Désolé pour elle, mais il ne partirait pas encore.

      « Si les choses s’étaient passées différemment, je serais sûrement à errer dans les rues à l’heure qu’il est. Seulement je n’en ai plus envie, je préfère être là avec toi. »

    Merde, et merde. La dernière partie de la phrase lui avait échappé, il n’en revenait pas de l’avoir dite, il avait peur qu’elle ne l’analyse pas de la bonne manière. Ce qu’il avait voulut dire ? Il avait passé une soirée horrible, vraiment chiante. Mais il ne regrettait rien. Absolument rien.



- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 18:31

Il eu un léger rire, mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi il était là. Ni pourquoi il rigolait. Mais elle préférait le voir en rigolant sans comprendre plutôt que lui crier dessus. Décidément... Elle ne se sentait pas vraiment elle même à cet instant. Comme si elle était redevenue celle qu'elle était... Elle secoua légèrement la tête. Non, elle n'était plus comme ça maintenant, elle n'était plus cette espèce de fille naïve et qui s'occupait de tout le monde. Elle avait changée, et ce n'était pas pour être comme avant.

" Je crois que c’est plus à toi que ça dérange, je me trompe ? "

Elle ouvrit la bouche pour parler, mais la referma. Qu'est ce qu'elle allait dire de toute manière? Elle mentirait? Elle ne sentait même plus l'utilité de mentir maintenant. Du moins, à lui. Parce que même si elle lui mentait, il allait tout de même rester. Enfin, elle le pensait. Elle le pensait, ou alors étais-ce encore autre chose? Elle leva les yeux au ciel. Elle se trouvait vraiment désespérante par moments... Elle soupira, et reporta son attention sur le prof. Elle ne savait même pas si cela la dérangeait qu'il soit là ou pas. Mais bon.. De toute manière, elle n'allait pas répondre. Tout simplement parce qu'elle craignait sa réponse. Alors autant se taire, plutôt que de dire des choses qu'elle regretterait.

" Désolé mais c’est justement parce que je n’ai rien à faire que je reste là. Rien ne m’attend. "

Il avait un sourire assez triste, et paraissait calme. Elle ne savait pas quoi dire, parce qu'elle, elle savait qu'elle était attendue. Mais elle s'en moquait. Elle se rendit alors compte à quel point le monde des adultes pouvaient se montrer cruel des fois. Quand on était encore des ados, on avait toujours des amis ou autre, mais cela semblait si différent en grandissant... Surtout que ce prof préférait être détesté. Donc mis à part la dame, il ne devait pas avoir beaucoup d'amis. Son regard se voila. Elle était presque triste pour lui.

" Si les choses s’étaient passées différemment, je serais sûrement à errer dans les rues à l’heure qu’il est. Seulement je n’en ai plus envie, je préfère être là avec toi. "

Son regard devint étonné, et elle le fixa, la surprise se lisant dans son regard. Pourquoi il avait dit ça? Il préférait être avec elle? Pourquoi donc? Elle fronça les sourcils, réfléchissant à ce qu'il avait voulue dire par là. Mais elle ne voyait vraiment pas pourquoi il avait lâcher ça soudainement. Il appréciait sa compagnie? Et puis quoi encore. Il croyait que ça lui faisait chier qu'il soit là? Il faisait fausse route. Mais qu'est ce qu'il avait voulue dire par là... Elle n'arrivait tout simplement pas à comprendre. Ce prof était vraiment bizarre...

" Vous êtes bizarre. "

Elle lâcha ça avec un drôle d'air sur le visage. En même temps, qu'est ce qu'elle pouvait dire d'autre? Le remercier? Elle ne savait même pas pourquoi il avait dit ça, ça se trouvait, il se moquait d'elle. Elle fit un mouvement avec sa jambe, mais se crispa. Toujours aussi engourdie... Elle la remit en place, et soupira. Elle avait vraiment l'impression que c'était sa soirée...

Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 19:03

      " Vous êtes bizarre. "

    Arg, elle n'avait pas compris où il avait voulu en venir. Rien d'étonnant, en même temps, il avait regretté amèrement sa dernière phrase, avec toi. Il se persuadait que ce n'était qu'une erreur, que ça ne voulait rien dire. Que s'il tenait à rester ici ce n'était que pour lui-même, uniquement pour son propre intérêt. Il n'acceptait pas de croire que ça puisse être autre chose. Lui, apprécier sa compagnie ? Impossible, elle l'horripilait et il y avait quelque chose dans son regard qui faisait qu'elle l'agaçait constamment. Pourtant, il était toujours là. Des dizaines d'endroits pour se retrouver seul dans ce pensionnat, au chaud, sans être dans le noir, mais il restait là, avec elle. En fait, elle avait raison, il était bizarre. Il leva un main en l'air en signe d’arrêt, avec un sourire embarrassé.

      « Non, tu te méprends. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. »

    Je n'ai pas envie d'être avec toi, c'est ça qu'il voulait dire. Sa compagnie l'indifférait, du moins il tentait de s'en convaincre, il n'avait que ça. Il aurait peut être mieux fait de l'approuver plutôt que de chercher à démentir, dans le fond c'était vrai, il était bizarre. Très bizarre, et impulsif en plus, dans le genre c'était un cocktail dangereux. Mais qu'aurait-il pu faire d'autre ? Il n'acceptait pas qu'elle puisse croire qu'il... enfin, qu'il souhaitait sincèrement rester en sa compagnie. Ça n'avait rien à voir, hein, absolument rien. Il en était persuadé, il se le répétait en boucle dans la tête, ça ne pouvait pas être autre chose. Rien qu'à la regarder, elle l'énervait, comme toujours. Il se disait même qu'il avait envie qu'elle s'en aille, elle. Il le croyait, alors il pensait n'avoir aucune raison d'en douter. Mais peut être que la véritable raison était autre, peut être qu'il ne voulait pas la voir partir non plus. Son cœur se serra, pff, non ça ne pouvait pas être ça. Franchement, elle l'énervait. Il paraissait résigné, avec un léger sourire gêné aux coins des lèvres.

      « Si je veux rester là c'est parce que... je ne sais pas où aller, en fait. Puis... je vois pas pourquoi je me justifie, tu as raison je suis bizarre. »

    Il lui lâcha un sourire, autant abandonner, il devinait sans mal qu'elle interpréterait mal ce qu'il pourrait dire de toute façon. Autant tout lâcher avant d'aggraver les choses et lui faire croire qu'il ressentait des sentiments qu'il n'avait certainement pas. Sale gamine. Il espérait bien qu'elle le comprendrait rapidement, histoire qu'il cesse de se sentir aussi embarrassé. Abandonnant un long soupire, il ferma les paupières quelques secondes et laissa sa tête reposer sur le mur. Il était calme, très calme. Il avait la flemme de s'énerver pour rien comme il le faisait d'habitude. Au bout d'une rapide seconde il baissa les yeux vers elle, un simple sourire - sincère, faut croire - sur les lèvres.

      « Mais si tu tiens à ce que je m'en aille tu n'as qu'à le dire. »

    Et alors il s'en irait peut être, finalement. Il souhaitait qu'elle soit honnête avec lui, qu'elle dise sincèrement si elle voulait qu'il reste ou qu'il parte. Il respecterait sa décision - ou pas -, mais il voulait l'entendre de vive voix, sans passer par quatre chemins. Savoir ce qu'elle pensait, tout simplement.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 21:45

" Non, tu te méprends. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. "

Elle ne comprenait déjà pas ce qu'il avait voulue dire, alors si en plus il disait qu'elle se méprenait sur ce qu'elle pensait, c'était lui qui se faisait des idées.. Mais qu'avait-il voulue dire alors? Elle fronça les sourcils. Apparemment, il s'était trompé dans sa phrase, c'était tout. Mais oui, ça ne pouvait être que ça. Elle fut soulagée de constater qu'elle avait raison sur ce point. Mais oui, il était tellement crevé qu'il se trompait dans ses phrases, pas de quoi paniquer. Elle regarda le plafond. D'ailleurs, elle ne savait même pas en penser de sa phrase. Il s'était sûrement trompé, mais il avait voulue dire quoi alors?

" Si je veux rester là c'est parce que... je ne sais pas où aller, en fait. Puis... je vois pas pourquoi je me justifie, tu as raison je suis bizarre. "

Elle arqua un sourcil, et pencha la tête sur le côté. Il ne savait pas où aller? Mais il y avait des tas d'endroits pourtant, chez lui, ou dans un bar plus loin... Il y avait beaucoup d'endroits mis à part avec elle. Oui, il était bizarre. Vraiment très bizarre. Mais le gens étaient bizarre à partir du moment où on ne comprenait pas leurs actions, ou leurs gestes. Donc, elle le trouvait bizarre uniquement parce qu'elle n'arrivait pas à le cerner. En même temps, cerner une personne de son genre, qui s'énerver pour un rien et ensuite se calmer l'instant d'après, fallait le faire. Mais en même temps, les gens étaient lunatique tout simplement parce qu'ils prenaient tout au premier degrés. Enfin, elle le pensait. Après, elle n'était pas elle même lunatique, donc, elle ne pouvait pas savoir ce qu'il en était vraiment.

" Mais si tu tiens à ce que je m'en aille tu n'as qu'à le dire. "

Elle souriait. Elle ne pouvait s'en empêcher. Pourquoi voudrait-elle qu'il s'en aille? Au moins, elle n'était pas toute seule dans le froid, et dans le noir. Son regard se porta sur le prof, qui souriait... bizarrement. Enfin, il paraissait presque sincère. Elle ne savait pas quoi dire. Si elle disait qu'il voulait qu'il parte, elle saurait bien qu'elle mentirait. Elle n'avait même plus la force de mentir. Mais si elle disait qu'elle voulait qu'il reste... Elle fronça les sourcils. Puis repensa alors à ce qu'il avait dit lors de sa réponse. " Je croyais qu'elle m'empêcherait de partir. "

Son visage devint étrangement calme, tout en ayant gardé son sourire.

" Je n'ai pas dit que je voulais que vous partiez. J'ai juste dit que si vous vouliez partir, vous pouviez vous en allez. Ensuite, si mon avis compte vraiment..."

Elle haussa les épaules, puis regarda dehors, avec un air mélancolique sur le visage. Elle ne voulait pas l'admettre. Mais elle le devrait bien un jour.

"Je trouve ça triste d'être seul."

C'était sortit tout seul, mais elle pensait vraiment ce qu'elle avait dit. Les gens qui étaient seuls étaient souvent des gens qui étaient livrés à eux même. Quand elle était inconsciente, elle avait été seule dans le noir, livré à sa culpabilité et ses regrets. Mais parfois, ça pouvait aider d'être seul. On réfléchissait mieux à nos problèmes et autres... Bref, cela n'avait pas que des inconvénients. Mais pas beaucoup d'avantages non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 19 Aoû - 23:31

      " Je n'ai pas dit que je voulais que vous partiez. J'ai juste dit que si vous vouliez partir, vous pouviez vous en aller. Ensuite, si mon avis compte vraiment... "

    Oui, il compte, quand bien même il avait honte de l'admettre. Elle l'embrouillait. Pourquoi est-ce qu'elle ne répondait pas directement à la question ? Un oui ou un non, c'était tout ce qu'il souhaitait. Alors pourquoi elle l'évitait ? Elle tournait autour du pot et il n'aimait pas franchement ça. Finalement son avis ne lui importait pas tant que ça, essaya-t-il de se convaincre, en vain. Elle pouvait bien dire ce qu'elle voulait, il n'y accordait pas tant d'importance que ça. A quoi bon s'intéresser à ce qu'elle pouvait dire...

      " Je trouve ça triste d'être seul. "

    Sa gorge se noua, il écarquilla les yeux, tournant vivement la tête vers elle. Elle regardait au dehors, paisible, alors que se livrait en lui une intense bagarre. Il ne rêvait pas, elle avait bien dit ça ? Il avait du mal à reconnaître qu'elle lui dise ainsi la vérité, l’atroce vérité, celle qui vivait en lui depuis toujours. Il avait du mal à croire qu'elle puisse réellement comprendre cette solitude-là, celle qui fait qu'on sait que jamais on ne trouvera personne qui nous comprendra vraiment. De parler en sachant qu'on ne sera pas écouté. De rire avec quelqu'un sans se sentir joyeux. Il connaissait bien cette sensation, il la ressentait tous les jours depuis qu'il était revenu. Pourtant il pouvait dire sans prétention qu'il lui arrivait bien souvent d'être accompagné, d'avoir des discutions normales, de rigoler. Mais il se sentait toujours seul, constamment. Et encore en cet instant.

      « Est-ce que tu te sens seule, maintenant ? »

    Ça lui avait échappé mais il tenait à avoir la réponse, savoir s'il était une véritable compagnie ou pas. Il en avait marre de voir qu'elle ne répondait jamais vraiment, n'était-il pas important à ce point ? Il plongea son regard dans le sien, parfaitement calme, mais dans ses yeux ressortait une intense conviction, il ne lâcherait pas l'affaire. Il voulait qu'elle répondre, et, si elle y tenait, il y répondrait également. Ne sait-on jamais, elle pourrait se faire emporter par la curiosité une seconde fois. Il ne bougeait pas d'un cil, ne cillant pas, il voulait être certain qu'elle ne l'éviterait pas. Sa voix était très calme et ressortait de son visage une incroyable impassibilité.

      « Je suis là mais ça ne veut rien dire. Tu vois où je veux en venir, après tout mes cours portent sur ce sujet. »

    La solitude. Comme c'était vaste, bien sûr qu'il n'avait pu qu'en faire part dans une dissertation de philosophie, même s'il n'était pas certain qu'elle était déjà arrivée au pensionnat à cette époque. La vraie vie lui semblait si loin d'ici. Il ne lâchait pas son regard, il voulait qu'elle réponde. Merde, une simple question d'honnêteté. Juste ça. Et pour ainsi dire il ne savait pas laquelle de ses réponses pourrait le satisfaire. Un oui serait logique, un non lui travaillerait les tripes. Et s'il elle l'évitait il était fort probable que ça l'agace. Ne la quittant pas des yeux, il attendait, calmement.

    Est-ce que Kunisaki se sentait seul ? Carrément.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Sam 20 Aoû - 0:01

" Est-ce que tu te sens seule, maintenant ? "

Elle se tourna vers le prof, et vit que ce dernier avait son regard planté dans le sien. Il voulait qu'elle réponde, mais elle ne savait vraiment pas quoi dire. Elle se sentait pas seule en ce moment, mais quelque part, au fond de soi, on se sentait toujours un peu seul. Seul, avec une espèce de peur qui nous dit qu'on ne sera jamais compris par qui que ce soit. Qu'il n'y aura jamais personne pour venir nous trouver dans notre solitude, qu'il n'y aura jamais personne qui pourra nous aider à nous sortir de cette peur. Voilà qu'elle se mettait à penser comme ça... La fatigue lui faisait de drôle d'effet, et elle se demanda alors pourquoi il posait cette question. Ah oui... Elle avait oubliée qu'il voulait exister pour les yeux des autres. En étant détester, ou pas. Enfin, elle supposait.

" Je suis là mais ça ne veut rien dire. Tu vois où je veux en venir, après tout mes cours portent sur ce sujet. "

Vive la philosophie ! ... Se sentait-elle seule? Elle n'en savait rien. Le regard du prof ne la lâchait pas, montrant à quel point il voulait qu'elle réponde. Elle pencha la tête, plongée dans ses pensées. Puis, elle lâcha d'un ton monotone, comme si elle était ailleurs en disant ça, ce qui ne fit qu'accentuer le fait qu'elle le pensait:

" Quelque part, tout le monde se sent un peu seul. Même si on est avec les autres, qu'on rigole ou autre, le fait de ne pas être sûr que les autres puissent nous voir vraiment ne fait qu'accentuer la crainte d'être un jour incompris. Et c'est de là que vient la solitude. Car ne pas être compris, c'est sûrement l'une des choses la plus horrible qui puisse arriver. Car en étant incompris, on reste seul avec nous même, jusqu'à ce qu'une personne arrive à nous saisir vraiment. Et ce n'est seulement qu'à ce moment là..."

Elle eu un air mélancolique au visage, et s'arrêta dans sa lancée. A un moment de sa vie, elle n'était plus seule, elle ne se sentait plus seule. Mais elle avait mit fin à ça, et redevint seule à nouveau. Tout en gardant son regard dans celui du prof, un sourire se dessina sur son visage. Un sourire qui semblait contenir une infinie tristesse... Car maintenant, elle était sûre d'une chose. Il n'y avait plus personne dans ce monde qui risquait de la comprendre. Et de ce point de vue là, elle était seule. Et pour encore très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Sam 20 Aoû - 0:33

      " Quelque part, tout le monde se sent un peu seul. Même si on est avec les autres, qu'on rigole ou autre, le fait de ne pas être sûr que les autres puissent nous voir vraiment ne fait qu'accentuer la crainte d'être un jour incompris. Et c'est de là que vient la solitude. Car ne pas être compris, c'est sûrement l'une des choses la plus horrible qui puisse arriver. Car en étant incompris, on reste seul avec nous même, jusqu'à ce qu'une personne arrive à nous saisir vraiment. Et ce n'est seulement qu'à ce moment là... "

    Ce n'était que de l'évitement, ça. Décidément, elle fuyait tout ce qu'il disait, il se demandait bien à quoi était-ce dû. Ile ne croyait pas avoir gagné sa confiance - certainement pas -, mais il se disait qu'à présent ils pouvaient se parler franchement. Lui avait une fâcheuse tendance à trop l'être et se laisser gagner par ses émotions, c'est ça, d'être impulsif. Mais visiblement elle ne le comprenait pas. Ce que lui n'acceptait pas c'était qu'on puisse toujours garder le même regard, ne jamais s'énerver ou éviter les questions. Elle était inutile, quand bien même il lui trouvait un certain intérêt. Il eut un maigre sourire et détourna le regard.

      « Tu ne réponds pas à la question. »

    Il abandonnait, discuter avec elle ne servait à rien et franchement, il préférait se taire. A quoi bon se fatiguer avec quelqu'un comme elle, il préférait la laisser dans son tripe et attendre qu'elle se lève enfin, il se demandait bien d'ailleurs ce qu'elle attendait. Est-ce qu'elle était trop faible ? Elle n'avait pas l'air si fatiguée, au contraire, elle était bien réveillée. Ce qu'elle avait dit était légèrement fouillis mais avait du sens, elle aurait certainement l'occasion de prouver ce raisonnement dans une futur dissertation de philosophie. Il réfléchit, oui, il verrait bien ça comme son futur sujet, en fait, il le trouvait très intéressant. Il chercha machinalement dans ses poches, oubliant momentanément qu'il n'avait pas ses clopes. Merde, ça faisait longtemps qu'il ne s'était pas allumé une cigarette, très longtemps même. Il n'aurait pas eu la moindre gêne à enfumer l'escalier tant il commençait à être en manque.

    Il commençait à glisser lamentablement sur le mur, se redressant et craquant faiblement sa nuque, il se repositionna. Repliant ses jambes, il se tourna et posa les pieds sur les marches d'en dessous, l'épaule contre le mur. Il se racla la gorge, il avait très envie de tousser, il avait mal à l'estomac.

      « Très bien, j'arrête de t'ennuyer. »

    Il soupira, il n'était pas énervé ni même agacé. Juste fatigué, il était résigné à l'idée d'en apprendre plus. Il se tairait, considérant qu'il n'avait plus rien à lui dire. Posant ses coudes sur les cuisses, il enfouit sa tête dans les mains quelques secondes, se frottant les yeux. Il souffla et se redressa, levant les yeux au ciel. Il était calme et épuisé. Si elle voulait parler, qu'elle le fasse. Lui n'en avait plus envie. Il ne chercherait plus à savoir si elle le détestait ou non, si elle se sentait seule ou pas. Si elle voulait qu'il reste ou si elle s'en foutait. Il n'existait pas à ses yeux, ça, il avait fini par le comprendre. Il n'avait pas besoin d'en apprendre plus.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Sam 20 Aoû - 0:46

" Tu ne réponds pas à la question. "

La question. Si elle se sentait seule ou pas. A vrai dire... Elle n'avait pas de réponse précise, et tourna la tête vers l'extérieur. Elle plia légèrement les jambes, qui lui firent moins mal, mais qui ne lui faisaient pas non plus du bien. Elle se demanda alors pourquoi elle avait dit ça. Cette phrase lui avait échappée, et pourtant... Elle regarda le ciel. Il était si grand... En même temps, il était tout autour de la planète, c'était normale. Mais en même temps, elle se demandait pourquoi il y avait autant d'étoiles. Quand elle était jeune, elle pensait que chaque étoiles étaient comme un soleil, mais en plus lointain. Et donc, que chaque soleils avaient aussi son propre système, comme le système solaire. Mais bon... Elle s'éloignait un peu du sujet là.

" Très bien, j'arrête de t'ennuyer. "

Elle se tourna vers le prof, qui avait changé de position. Elle le regarda, son air était inexpressif, puis reporta son attention sur ses jambes. Elle mit ses mains en dessous de ses genoux, pour les monter jusque sa poitrine, et fit une grimace déplaisante pour les deux. Une fois mise comme elle le voulait, avec une grimace de douleur et de gêne sans nom, elle soupira, puis regarda le plafond.

" En ce moment non. Je ne me sens pas seule."

C'était sa réponse. Elle avait un regard vague, mais pourtant, n'avait plus vraiment la sensation d'être seule. en même temps, elle lui avait déballée ce qu'elle avait fait de pire dans toute son existence, alors bon... Ce n'était pas rien non plus. Et dire qu'elle le détestait avant... Vraiment, elle était complètement perdue. Elle se tourna vers le prof, se disant qui lui, il devait vraiment se sentir seul. En même temps... Ce n'était pas elle qui allait être une bonne compagnie. Elle eu un air mélancolique pendant quelque secondes, puis reposa sa tête sur ses genoux. Elle allait bientôt pouvoir se lever, mais pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'abri des regards [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Toit-