AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'abri des regards [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Kunisaki Tachibana

prof de philo

Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mer 10 Aoû - 22:27

      " Très bien...."

    Son cœur s'affola, il fracturait ses côtes, résonnait dans sa tête, palpitait jusque dans ses bras. Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Elle semblait résignée, contrainte. Il croyait le savoir mais n'osait pas y penser, de peur que cette simple illusion s'envole dans le vent et disparaisse avec lui. Il jugea son soupir comme étant un bon signe, qu'enfin elle abandonnait, qu'il avait gagné. Impossible, il ne pouvait pas gagner maintenant. Elle mit sa main dans sa nuque remarquant que la chaîne de son collier s'agitait légèrement, elle sortit alors de ses cheveux un fin document sur papier glacé, de loin il semblait minuscule. Insignifiant.

      " Voilà votre photo. "

    Il tendit la main en avant sans rien dire, le souffle coupé, les yeux exorbités par l'idée de la prendre à nouveau. Il tremblait mais ne s'en aperçut pas, il récupéra la photo des fins doigts de Sakura. Il l'approcha de lui et résista à l'envie dévastatrice qui lui disait de la poser contre son cœur. Pourquoi ? Amy avait fait ça juste avant de la lui donner et il n'avait jamais oublié ce geste de sa part, « De mon cœur pour le tient. » avait-elle simplement dit. Il l'observa quelques instants, se remémorant tout, la sensation au toucher, les bords qui étaient légèrement cornés pour avoir séjournés si longtemps dans le même portefeuille. Le regard qu'avait Kunisaki et qu'il ne s'était jamais reconnu avant, le sourire étincelant d'Amy, ses longs cheveux, ses yeux brillants. Il la retourna et regarda les mots qui y étaient écris sans les lire, il les connaissaient par cœur, il eu simplement du baume au cœur en reconnaissant sa jolie écriture. Toujours tremblant - de froid ? -, il sorti son portefeuille de sa poche arrière gauche pour y remettre la photo, là où était sa place, là où elle avait toujours été. Il la remit dans sa poche arrière et leva enfin les yeux vers Sakura, l'air étonnement sombre.

    Tu payeras pour ça, tu payeras.

    Sans réfléchir plus longtemps il se jeta sur elle, lui agrippant les poignets avec force, la faisant chuter en arrière. Elle était allongée sur le sol et il se trouvait au dessus d'elle, lui tenant fermement les mains et ses jambes bloquant les siennes. Il savait qu'elle ne pourrait jamais imaginer se relever, Kunisaki ne passait son temps à se battre pour rien, il avait beaucoup de force en particulier dans les bras. Les yeux dirigé vers elle, il prit un certain plaisir à la regarder de haut à nouveau, se sentant le véritable dominant pour la première fois depuis le début.

      « Tu croyais sincèrement que je te laisserai partir comme ça ? »

    Demanda-t-il avec une voix perfide, le sourire en coin. Que pouvait-elle espérer ? Rien, elle ne pouvait pas bouger dans cette position et il s'en sentit euphorique, si joyeux. Il n'avait jamais eu la véritable intention de la laisser faire sans rien dire, il l'avait compris à peine ses doigts avaient effleuré le document qu'elle lui avait rendu.

      « Peut être qu'on ne te donne pas d'ordre, mais on ne joue pas avec moi sans en subir les conséquences. »

    Il souriait, conscient de la situation extrême dans laquelle il la plongeait. Qu'allait-il faire ? Il n'en savait rien, il voulait juste qu'elle paye, qu'elle paye pour ça. Rapprochant son visage du sien, il la foudroya du regard, toute crispation avait disparu de ses traits. Dans la nuit il n'y avait plus rien, rien à part ce sourire mauvais à souhait.

      « Essaye donc de te débattre, que je rigole un peu. »

    Et fais donc ce que tu veux, de toute manière plus rien n'a d'importance. Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mer 10 Aoû - 22:49

Elle allait s'en aller, mais au moment où elle s'apprêtait à partir, l'air du prof devint sombre. Elle comprit alors qu'il voulait sa revanche. Et qu'elle n'allait pas s'en sortir aussi facilement. Mais soudainement, elle n'en avait rien à faire. Il pouvait faire ce qu'il voulait, elle était lasse. Cette fois, elle n'allait rien faire. Avant même qu'elle ne s'en rende compte, il se jeta sur elle, la plaquant sur le sol, bloquant ses mains et ses jambes. Mais bizarrement, elle n'eut pas mal. De toute façon, elle ne se débattrait pas. Pourquoi? Parce qu'elle ne pouvait pas bouger, et qu'elle risquait de se faire mal inutilement.

" Tu croyais sincèrement que je te laisserai partir comme ça ? "

Pas vraiment. Mais bon. Elle aurait toujours pu espérer non? Même si elle ne voyait pas la raison. Mais pourquoi elle ne réagissait pas? Parce qu'elle n'en voyait pas l'utilité. Après tout, elle l'avait bien cherchée... D'habitude, elle aurait criée, elle l'aurait injuriée, mais là, elle ne fit rien. Bizarrement, elle manquait de réaction. Elle se contentait de fixer le prof de philo, sans rien dire.

" Peut être qu'on ne te donne pas d'ordre, mais on ne joue pas avec moi sans en subir les conséquences. "

Sans subir de conséquences hein... Elle n'en avait rien à faire. Pourquoi manquait-elle de réaction? Parce qu'elle n'était plus vraiment elle même. A cause de son souvenir enfoui, elle avait tendance à changer quand elle se souvenait de ça. Cela ne durait pas longtemps, mais en général, elle était tout le temps ailleurs. Elle ne se préoccupait plus de rien. Elle ne répondit même pas à cette remarque.

" Essaye donc de te débattre, que je rigole un peu. "

A quoi bon. A quoi bon se débattre, alors qu'elle ne pouvait pas bouger. A quoi bon se débattre, alors qu'elle n'en avait rien à faire. A quoi bon se débattre, alors que justement, elle allait avoir des marques. Elle avait autre chose à faire que de s'occuper du cas de prof. Il ne pouvait pas la frapper. Il pouvait juste la tenir comme ça, mais rien de plus. Un sourire mauvais était sur son visage, mais sur celui de la jeune fille, il n'y avait rien. Bizarrement, aucun expression animait son visage, même son regard semblait vide.

" A quoi bon... Vous ne faites que perdre votre temps."

Même sa voix semblait monocorde. Elle fixait toujours l'homme qui la tenait, mais quelque part, elle avait presque.. pitié de lui. Réellement. Qu'est ce que cela changerait s'il la frappait? Ce qui était fait était fait. Ce n'était pas en la frappant, ou en la retenant que cela allait changer quoi que ce soit. Elle ne se sentait pas vraiment bien, son ventre commençait à se nouer, et elle palissait à vue d’œil. Seulement dans le noir, on ne pouvait pas le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mer 10 Aoû - 23:57

    Il ne savait pas pourquoi il faisait ça, pour s'amuser, peut être. Pour se venger, sûrement. Faire souffrir les gens c'était si facile par des coups, des menaces, il l'avait fait tant de fois. En devenant adulte, en acceptant ce poste de professeur il croyait sincèrement avoir changé. Être amoureux, être honnête, se comporter de la bonne façon avec ses élèves. Travailler, être présent pour les gens importants. Savoir discuter quand ça n'allait pas. Mais il était toujours le même, toujours...

    Quelqu'un de mauvais le reste tout sa vie, évidemment. Il aurait dû le savoir depuis le début, et il ne pourrait peut être plus la cacher bien longtemps à Amy. Elle finirait par le découvrir tôt ou tard comme bien d'autres avant elle. L'espace d'un instant il songea à la lâcher et se sauver, oublier et faire comme si rien ne s'était passé. Pourquoi ne pas le faire ? Il ne bougea pas. Il ne comprenait pas pourquoi elle restait si impassible, quelle en était la raison ? La fatigue ? Impossible. L'incrédulité ? Ça n'y ressemblait pas. L'indifférence ? Sa gorge se serra. Il aurait préféré qu'elle s'énerve, tout aurait été plus facile à comprendre pour lui, tellement plus. Il voulait la faire réagir, quitte à s'enfoncer, quitte à montrer qui il était. Il voulait s'en aller mais il n'en fit rien.

      " A quoi bon... Vous ne faites que perdre votre temps."

      « J'adore faire perdre le tient. »

    Son sourire s'estompait peu à peu, comme si le plaisir qu'il avait ressenti en ayant du pouvoir sur elle se dissipait. De toute manière, dans le noir on ne discernait rien, pas même le visage de Sakura. Il ne voyait là que ses grands yeux bleus affreusement neutres et les reflets de ses cheveux, emmêlés sur le sol. Son cœur battait vite et il constata avec effrois que cela n'était du qu'à une chose : la peur. De quoi ? De ce qu'il faisait, il savait que c'était anormal, mais il ne trouvait pas là la force de se conduire en adulte responsable. Certainement pas, tout ça finirait par lui retomber dessus, évidemment. Autant y aller jusqu'au bout, lui souffla une petite voix aigu qui parlait au nom de l'adolescent qu'il était avant.

      « Et si je t'embrassais, hein ? Ça ne doit pas être grand chose pour toi ça, un baiser. »

    Il continua à rapprocher son visage du sien, ne voyant même pas les traits de Sakura qui disparaissaient dans la nuit, de plus en plus noire. Il supposait parfaitement ce qu'il venait de dire, il ne savait pas si elle avait jamais eu de petits amis. Peut être, elle était belle, seulement il ne l'imaginait absolument pas donnant la moindre véritable affection à quelqu'un. Ses lèvres touchèrent simplement les siennes, une petite seconde, et il se recula, l'observant de yeux ronds. Il accentua la pression qu'il avait sur ses poignets, peut être un indice de son angoisse. Il eu un fin sourire au coin des lèvres.

      « Mais je suis sûr que tes lèvres appartiennent déjà à quelqu'un. »

    Et j'aimerais bien connaître son nom.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 0:18

" J'adore faire perdre le tient. "

Elle ne réagis même pas. Et dire que c'était elle qui était censée être une gamine, et lui l'adulte. Elle devait admettre qu'elle avait des doutes. Lui faire perdre du temps. Certes, mais après, si on lui posait des questions, elle répondrait quoi après? Parce que de toute manière, ce prof ne valait même pas la peine de se faire faire virer par elle. Il allait bien trouver un autre moyen de partir, de force, mais pas par elle. Elle avait vraiment autre chose à faire de ses journées. Elle voyait le sourire du prof disparaître peu à peu, et se demanda alors à quoi il pensait. Il avait compris qu'elle ne réagirait pas? Il la laisserait tranquille?

" Et si je t'embrassais, hein ? Ça ne doit pas être grand chose pour toi ça, un baiser. "

Il n'était pas sérieux... Il n'allait pas l'embrasser tout de même. Son regard changea un instant. Il était tout simplement menaçant. Mais il n'avait pas l'air de le voir, car il penchait la tête vers elle. Non... Il ne pourrait pas faire ça. Impossible. C'était un prof, il n'avait pas le droit de faire ça... Elle sentit alors ses lèvres, mais une seconde, même pas. Il avait fait ça... Il avait osé... Elle le fixa, mais ne voyait pas grand chose. Il ne fit qu'appuyer encore plus sur ses poignets, mais elle n'en avait plus rien à faire.

" Mais je suis sûr que tes lèvres appartiennent déjà à quelqu'un. "

Elle le fixait toujours. Son visage changeait au fur et à mesure qu'il avait dit cette phrase. Comment avait-il ne serait-ce qu'osé faire ça... Ses yeux s'étrécirent, devenant de plus en plus froid. Tellement glaciale qu'on pouvait presque croire qu'ils abritaient un iceberg au fond d'eux. Seuls ses yeux changeaient, ce qui donnait à son visage un air fermé. Froid. Et menaçant. Son souvenir resurgit à ce moment précis, mais cela ne fit que renforcer sa froideur.

" Vous avez osé...."

Sa voix était froide, basse, accentuant presque le fait qu'elle était en colère. Mais ses colères n'était pas explosif. Mais glacial. Elle voulait partir tranquille, et le laisser tranquille. Mais là, il avait fait ce qu'il ne fallait pas. Son regard le foudroyait, et elle savait bien que c'était ce qu'il voulait. Il voulait la mettre en colère, et c'était fait. Maintenant, il allait la subir. Ce qui était beaucoup moins drôle. Elle n'était pas totalement en colère à cause de ce qu'il avait fait, mais pour ce qu'il avait dit.

Mais je suis sûr que tes lèvres appartiennent déjà à quelqu'un.

Elle eu une envie de lui coller une baffe. Comment pouvait-il dire ça comme ça lui?! Mais pour qui il se prenait ce sale prof? Elle bouillonnait intérieurement. Des images tourbillonnèrent dans sa tête, des instants qu'elle avait chassée revenant la hanter. Non... Elle ne devait pas se souvenir... Soudainement, son ventre lui fit mal, et elle pâlissait encore plus. Elle avait presque envie de vomir. Mais elle se retint. Des scènes défilaient devant ses yeux, qu'elle avait fermés, et elle du se concentrer de toute ses forces pour ne pas hurler de rage. Elle devait réfléchir. Ne pas céder à la colère. Mais il était trop tard. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire. Réfléchir en étant en colère...


Dernière édition par Sakura Miharu le Jeu 11 Aoû - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 0:51

      " Vous avez osé...."

    Elle ferma les yeux, ça le rassura. Il n'avait pas ressenti toute cette colère dans ces yeux, ni même ce froid glacial dans sa voix, il pensait à autre chose. Sa concentration était telle qu'elle le troublait, il ressentit une sorte de réconfort de voir qu'elle réfléchissait à ce qu'il venait de dire, qu'elle ne supportait pas ce qu'il venait de faire. C'était une solution comme une autre et il était heureux qu'elle cesse d'être si imperturbable, au moins il ne faisait pas ça pour rien. Il réfléchit à son tour, la lâcher ? Pas encore, il avait encore tant de choses à lui demander. Tant...

      « J'ai raison, visiblement. Tu ne cherches même pas à démentir. »

    Certainement, même ! Il en était persuadé et sentait qu'elle n'était pas prête à le nier. Des questions vinrent se nicher dans sa tête et il se surprit à véritablement s'intéresser à elle, quelques instants. Qui était cette personne, celle qui avait du probablement habiter ses pensées auparavant et encore maintenant, il devait la forcer à y penser. Il ne plongerait pas dans l'abîme des sentiments difficiles tout seul, il l'emporterait avec lui. Qu'elle sache ce que c'était, qu'elle réalise aussi peut être. Elle et Kunisaki se ressemblaient tant que s'en était flippant, il se reconnaissait parfaitement dans ses actes, pourtant leurs caractères étaient si différents, si opposés. Ils avaient juste le même fond, et leur âme était noire. Ils étaient tout deux plongés dans les ténèbres, et il savait mieux que personne comme l’apparition de la lumière pouvait faire mal.

    Le bonheur fait mal, il affaiblit.

    Elle devait probablement le savoir, peut être même mieux que lui. Ils se seraient détestés s'ils avaient eu la malchance de se connaître au même âge, deux personnes qui prennent autant de plaisir à détruire les autres, ça aurait été horrible. A celui qui est le plus faux, à celui qui va le plus loin, à celui qui affectionne la rancœur et la peur. Le premier qui aime a perdu, Kunisaki ne vaincra pas sur ce point là. Le premier qui est aimé en retour a gagné, alors Kunisaki perdrait. Évidemment.

    Il commençait à avoir très froid sans sa veste et il hésitait fortement à enfin la lâcher, ne serait-ce que parce qu'il souhaitait par dessus tout rentrer. Mais alors, que ferait-elle ? Il n'était pas sûr qu'elle soit énervée ou simplement légèrement contrariée, alors que ses yeux étaient clos. Peut être lui en collerait-elle une, ou rappellerait sa menace quant à son probable futur renvoie. Mais il ne pouvait pas la laisser partir pour le moment, car il avait encore une question et il voulait être certain qu'elle y répondrait. Pour cela, il ne fallait pas qu'elle bouge.

      « Comment il s'appelle ? »


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 1:10

Elle le fixait, sa colère se lisait parfaitement sans son regard. Il l'avait mis en colère. Maintenant, il allait payer pour avoir dit ça. Il allait payer pour lui avoir fait resurgir ce souvenir.

" J'ai raison, visiblement. Tu ne cherches même pas à démentir. "

Elle ne répondit même pas. A quoi bon répondre à ce prof totalement borné? Ses mains la démangeaient. Si jamais il la lâchait, elle lui collerait la baffe de sa vie. Les images ne s'estompèrent pas, au contraire, elles affluaient de plus en plus. Un rire, une voix...

Non non et non! Elle ne devait pas se souvenir, elle ne devait pas ressentir ça... Non. Elle se l'interdisait. Et se l'interdirait toujours. Elle ne pouvait tout simplement plus ressentir ça. C'était hors de question. Car ce genre de choses allait aussi avec ce qu'il y a après. L'amour c'était beau, mais la colère, la tristesse, la rancune qu'il y avait après était tout simplement insupportable. Non pas qu'elle s'était fait rejeter, non, pas du tout... Ses souvenirs affluaient encore, et ce furent des paroles cette fois ci.

Je vais te le prouver...

Non non non non! Pas encore... Elle ne voulait pas revivre ça. Elle plissa les yeux, et essaya de se concentrer pour sortir de l'emprise de ce prof de malheur.

" Comment il s'appelle ? "

Elle ne répondit pas. Elle ne voulait pas répondre. Et ne répondrait pas. Même si elle devait rester ici toute la nuit, jamais elle ne le dirait. Mais elle ne pu s'empêcher de corriger ce qu'il avait dit.

" S'appelait."

Elle l'avait dit doucement, sans colère ni froideur. Juste avec de la tristesse. Elle ne jouait pas la comédie. Elle ne voulait pas parler de ça, tout simplement parce que non seulement elle était triste quand elle se remémorait ce souvenir, mais elle se sentait presque coupable du fait qu'elle avait été heureuse. Depuis, elle s'interdisait d'être vraiment heureuse. Tout simplement à cause de ce souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 2:00

      " S'appelait. "

    L'espace d'une seconde, d'une seconde horriblement interminable, il avait l'impression d'être allé beaucoup trop loin. C'était ce qu'il recherchait jusqu'à présent mais il ne s'était simplement pas attendu à ça. Peut être parce que lui, la seule personne à qui il tenait était en vie, il pensait que ce serait la même chose pour elle. Que sa méfiance en pensant à lui n'était dû qu'au fait qu'elle ne supportait pas l'idée de s'attacher à quelqu'un. Il aurait dû y penser et il se sentait bête, voir même honteux, si c'était possible venant de lui. Les yeux grands ouverts, il n'arrivait pas à dire quoi que ce soit, gelé jusqu'au bout de ses mains - qui commençaient sérieusement à s'engourdir -, il n'arrivait presque plus à bouger et, sa bouche qui s'était légèrement entrouverte, refusait catégoriquement de se refermer malgré toute la bonne volonté qu'il y mettait. Un courant d'air froid remontait le long de son échine et il sentait des perles de sueurs glacées couler le long de son cou. Quoi faire ? Il se sentait perdu.

    Je suis désolé, mais les mots refusèrent de franchir le seuil de ses lèvres. Qu'est-ce que c'était cette réaction ? De la pitié, de l'empathie ? Il n'en savait rien, et pour la première fois depuis qu'il la connaissait il était sincèrement et profondément triste pour elle, cela ne lui ressemblait absolument pas. Le plus étrange étant qu'il avait ce sentiment étrange qu'il réagissait comme ça parce que c'était elle, et non quelqu'un autre. Elle, pour qu'il n'éprouvait rien de plus d'un profond ennuie, elle à qui il n'adressait la parole que pour y soutirer quelque chose de précieux pour s'en servir contre elle. Elle pour qui il était sincèrement désolé. Il sentait ses muscles se contracter et à cause des engourdissements et du froid il en eu une vive douleur. La regardant, il ne savait toujours pas quoi penser, et encore moins quoi dire.

      « Je... euh, j'ai froid. »

    Sans prévenir, et peut être même sans véritablement se prévenir lui-même, il la relâcha et se leva précipitamment. Il avait comme des courbatures dans les épaules et le cou, il se recula de quelques pas, en l'espace de quelques infimes secondes il lui avait donné l'occasion de s'en aller, pourtant il n'avait pas encore ce qu'il cherchait. Qui était ce garçon. Qui il était. Il se passa la main dans les cheveux - geste purement nerveux - et se dirigea à très grandes enjambées vers la porte qui donnait aux escaliers. La main sur la poignée, il ne trouvait pas la force de la tourner et resta là, ayant froid sans savoir pourquoi. Il serra le poing et sa tête tomba d'elle-même sur la porte, il se sentait mal physiquement. Et mentalement ? Était-il possible qu'il se sente mal pour elle ?

    Peut être pas, il avait osé, l'espace d'un court instant, perdre Amy. Comment réagirait-il si une chose pareille lui arrivait ? S'il devait renoncer à elle sans jamais avoir pu lui avouer ses sentiments honteux ? S'il était condamné à être seul à jamais, ne plus pouvoir lui parler, lui sourire, la prendre dans ses bras ? Et s'il était condamné à ça ? Une crampe se forma dans son ventre si fortement qu'il se cambra en avant, il la lâcha la poignée et se retourna, comme épuisé, respirant à coup de fortes inspirations.

    Il ne savait même pas où était Sakura, il ne distinguait rien. Rien à par le noir, il se sentait entouré par les ténèbres.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 2:25

Elle commençait à avoir un peu froid. Mais sa veste la réchauffait un peu. Et sa colère commençait aussi à s'atténuer. Pourtant, elle avait toute les raisons du monde à être en colère. Mais elle commençait à se calmer. Son souvenir la calmant peu à peu. Elle ferma les yeux, essayant de se concentrer sur un moyen de se libérer. Mais elle était moins forte que lui, et savait que toute tentative seraient vaines. Mais elle ne pouvait pas rester là tout le temps, sinon il allait encore la faire souffrir. Et elle refusait de souffrir parce qu'un prof de philo l'y contraignait.

Elle ouvrit de nouveau les yeux, et vit alors qu'il la fixait. Toute trace de méchanceté avait désertés ses yeux, mais pourtant, il ne la lâchait pas. Elle eu encore plus l'envie de lui en coller une, mais bon. Elle ne pouvait rien faire. Et commençait sérieusement à avoir un peu froid aussi. Mais en regardant le prof, seulement en chemise, elle se disait qu'il devait avoir encore plus froid qu'elle.


" Je... euh, j'ai froid. "

Elle s'en était doutée. Puis, il la lâcha et se releva, subitement. elle en profita pour se redresser sur ses coudes, attendant de voir ce qu'il comptait faire, mais il ne fit rien qui puisse de nouveau la bloquer. Il passa une main dans ses cheveux, et partit vers la porte. Sakura se releva entièrement, et le fixa. Il n'avait pas l'air d'aller bien... Elle le vit se cambrer, se retourner, et elle entendait sa respiration de là où elle était.

Elle ne savait pas quoi faire. Le baffer et sortir? Non, il n'avait pas l'air d'aller vraiment bien et elle avait déjà fait assez de dégâts comme ça. Elle avait presque pitié de le voir comme ça. Mais elle ne pouvait pas sortir non plus. Soudain, son nœud à l'estomac se serra, et elle se retourna vers le muret. Son souvenir était partit, mais en laissant des traces. Ainsi, elle leva les yeux vers le ciel, et se laissa aller à ses larmes. Cependant, elle pleurait, mais en silence. Ce n'était que des larmes, mais cela faisait un bien fou de pouvoir pleurer. Elle sortit un mouchoir de sa poche, et essuya ses yeux en vitesse.

Pourquoi pleurer... Alors qu'elle refoulait ce souvenir. Cependant, elle avait beau essayer, elle n'arrivait pas à oublier. Et n'oublierait surement jamais. Mais pour le moment, elle ne voulait pas y penser. Après quelques minutes sans rien dire, et après s'être calmée, elle se tourna vers le prof de philo, et avança vers lui. Elle s'arrêta à quelques pas, et prit sur un ton calme.


" Si cela ne vous est pas encore arrivé, n'y penser pas. Cela ne fera que vous faire souffrir inutilement."

Maintenant qu'elle y pensait, il ne s'était pas excusé. Mais elle n'en attendait pas venant de lui. En fait, pourquoi elle lui avait dit ça? Par pitié? Possible. En fait, elle s'en fichait. Tout ce qu'elle voulait, c'était qu'il se décale, qu'elle puisse sortir d'ici. Après tout, parler, c'était sa spécialité. Elle arriverait bien à le faire sortir d'ici. Même si elle devait le traîner jusqu'aux couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 20:53

    Il ne remarqua pas qu'elle pleurait, en fait il ne remarquait rien et ce n'était pas plus mal. Qu'est-ce qu'il aurait fait si ça avait été le cas ? Il serait parti sans rien dire car fuir c'était facile, en général il ne savait pas quoi faire en compagnie de personnes qui laissent libre court à leur sentiments. Les larmes, c'est faible, se disait-il, c'est la défaite du corps sur l'esprit. Sa respiration redevint plus calme, il cessa d'angoisser et oublia, l'espace d'une seconde qu'il avait froid et qu'il se trouvait dans une situation étrange. Il se demandait pourquoi elle ne l'avait toujours pas giflé, insulté, ou forcé à partir de devant la porte car il bloquait le passage. Il ne savait plus quoi penser, il ouvrit les yeux et cru la voir triste, l'espace d'une seconde. Rien qu'une seconde.

      " Si cela ne vous est pas encore arrivé, n'y penser pas. Cela ne fera que vous faire souffrir inutilement."

      « Hum, non. Je ne me fais pas de mal puis je... qu'est-ce que tu en sais ? "

    Bordel mais qu'est-ce que tu racontes ? Il ne s'était pas compris lui-même et se demandait bien pourquoi il avait tant tenu à lui répondre, il aurait mieux fais de se taire, sûrement. Il soupira, sentant des gouttes se sueur froide sur son front, il se sentait étrangement fatigué, sans savoir pourquoi. Épuisé même, comme s'il venait juste de courir. Il baissa les yeux vers le sol, songeur. Peut être ferait-il mieux de se décaler, de s'excuser ? Non, ça sonnerait faux venant de lui, quand bien il serait honnête, puis de toute manière il n'en avait pas envie. Il avait envie de rentrer et surtout, peut être pour la première fois depuis bien longtemps, il avait envie de dormir, dans son lit et non pas à moitié affalé sur une chaise, la tête posée sur sa table de salon, encore habillé car il aurait oublié de se changer, les cheveux creux d'un côté à cause de sa position inconfortable. Pourtant il ne se décalerait pas. Il n'avait pas envie qu'elle parte.

    Et ça, il ne savait pas pourquoi.

      « Est-ce que tu me détestes ? Est-ce que j'ai suffisamment de valeur pour ça ? »

    Il devait être insignifiant à ses yeux, sûrement même, mais il voulait savoir, sincèrement. Cette question lui avait échappé et à peine avait-elle franchis ses lèvres qu'il la regrettait amèrement, seulement il voulait qu'elle réponde honnêtement. Savoir s'il en valait la peine. Elle trouvait que détester les gens ne faisait que compliquer les choses, alors il tenait à connaître ce qu'il en était pour lui. Il la regarda, perplexe, ne sachant pas quelle réponse serait la bonne. Un oui serait attendu, un non serait improbable - et très faux -. Ce qu'il redoutait, c'était le rien. Qu'elle ne ressente rien envers lui comme il croyait que c'était le cas pour elle.

    Il n'acceptait plus de se poser la question à la lui même car il avait peur qu'elle ait changé, en quelques instants. Alors qu'il se fichait d'elle, qu'il soit incapable d'être neutre par rapport à ça. C'était étrange. Et il voulait qu'elle réponde, absolument.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 21:21

" Hum, non. Je ne me fais pas de mal puis je... qu'est-ce que tu en sais ? "

Suffisait de le regarder, il n'avait pas l'air au meilleur de sa forme. Et surtout, il était comme ça depuis qu'elle avait dit... Elle chassa cette pensée. Elle pensait ce qu'elle voulait déjà, et surtout, elle n'était pas débile. C'était simple pour elle de voir quand ce qu'elle disait ou pas avait de l'effet sur les gens. Mais avec ce prof, c'était bizarre. Il échappait à son don, mais elle disait quand même des choses qui pouvait l'affecter. Qui pouvait le mettre en colère. Même si à la base, c'était le but recherché. Elle aimait ça, voir les gens qui se mettait en colère à cause d'elle.

Cela prouvait qu'elle avait touchée un point sensible de un, et surtout, elle pouvait ensuite mieux utiliser la personne. Un moyen comme un autre de manipuler une personne. Les gens avaient tendance à moins réfléchir quand ils étaient en colère, ce qui lui convenait. Elle se mettait rarement en colère, mais ce maudit prof avait réussis à la rendre froide.. Elle devait l'avouer, mais il n'y serait jamais parvenue si elle n'avait pas eu ce souvenir... Chassant une nouvelle fois ses pensées, elle écoutait ce que disait l'homme en face d'elle.

" Est-ce que tu me détestes ? Est-ce que j'ai suffisamment de valeur pour ça ? "

Elle le fixa. Son visage redevint impassible, tandis qu'elle y réfléchissait. Elle ne savait même plus si elle le détestait. Elle hésitait. Ce prof méritait d'être détester, il n'y avait aucun doutes là dessus. Mais en même temps...

" Être détesté des gens c’est exister à leurs yeux... "

Elle sortit la phrase qu'il avait dit auparavant. Bien sûr, il avait raison, quand on est détesté des gens, ces dernier nous donnent la peine d'exister pour eux. Dans le mauvais côté certes, mais on existait. Et quelque part, elle se demandait si ce prof devait exister pour elle ou pas. Car au départ, elle le détestait, elle le haïssait même, mais maintenant, elle ne savait pas. Toujours avec un visage impassible, elle fixa son prof, qui avait vraiment une mauvaise mine. Pourquoi devrait-elle le détester, et lui accorder cet honneur?

Maintenant, elle avait l'impression que les choses avaient changées. Elle ne savait plus quoi penser de ce prof, qui aimait une dame qu'il ne voyait apparemment plus, ou pas, et qui tenait à une photo plus que tout au monde. D'ailleurs, son comportement était assez bizarre... Et même assez violent. Est-ce que la jolie dame savait comment il se comportait quand il était en colère? Peut-être que leur histoire avait mal finie? Mais dans ce cas, elle n'aurait pas écrit ça sur le derrière de la photo... Mais pourquoi elle réfléchissait sur son cas d'ailleurs?

Elle continua de le regarder, laissant un grand silence s'installer. Est-ce qu'elle détestait ce prof? Elle se le demandait. Pourquoi était-elle indécise, alors qu'avant, elle le haïssait presque?


" Pourquoi me posez vous la question? Est ce que cela vous tient tant que ça d'être détesté des autres? Pour exister à leurs yeux? "

C'était donc ça? Il voulait juste exister pour les autres? Quitte à être détesté?
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 21:51

    [C'est de plus en plus court, désolée U.U]

      " Être détesté des gens c’est exister à leurs yeux... "

    Son souffle se coupa un instant, il avait comme une crampe à l'estomac. Il ne se doutait pas qu'elle se souviendrait de cette phrase, il avait l'impression qu'elle se retournait contre lui à présent. Mais ces mots il les pensait, il les acceptait, il vivait avec tous les jours, alors il n'acceptait pas qu'elle les répète maintenant. Croisant les bras, il s'adossa à la porte et se mordit la lèvre inférieure, espérant de tout cœur qu'elle ne dirait pas ce qu'il redoutait. Oui, il aimait exister auprès des gens. Il aimait qu'ils ressentent quelque chose pour lui, n'importe quoi, de la haine, de la gêne, de l'amitié si c'était possible. N'importe quoi, mais il ne voulait pas être oublié. Il fallait l'admettre, il avait souffert de ça. C'était une faiblesse comme une autre.

      " Pourquoi me posez vous la question? Est ce que cela vous tient tant que ça d'être détesté des autres? Pour exister à leurs yeux? "

      « C'est un moyen comme un autre, non ? »

    Il avait dit ça avec un ton étonnement calme et dégagé, constatant avec surprise qu'il l'était lui-même. Il aurait cru angoisser face à une réponse qui ne lui aurait pas convenu, mais il se décidait à ne plus flancher sur ce sujet. Surtout qu'elle venait, et Kunisaki espérait sincèrement que c'était sans le savoir, d'évoquer l'un des pires cauchemars de toute sa jeunesse, ce qui l'avait poussé à devenir cet être abjecte, menteur et violent, lunatique et joueur. Son père, ah oui son père, il détestait penser à lui. D'ailleurs il le haïssait de ton son être, jusqu'à son souvenir. Ce qu'il y avait, c'est qu'il ne supportait pas qu'il n'ait jamais ressenti la même chose pour lui. Son père ne l'aimait ni ne le détestait. Il s'en fichait. Il n'y avait rien. Et dire que c'était sa mère qui était partie la première, ce n'était pas juste.

    Il s'agita lentement sur lui même, changeant sans cesse son dos de place, bougeant sa bouche à droite à gauche, les yeux en l'air, rêveur, il réfléchissait. A quoi ? Difficile à dire, entendre parler de son père - ou même la moindre allusion faisant référence à lui - le faisait entrer dans une colère noire et incontrôlable, mais pas cette fois-là, il était étonnement calme et avait sincèrement l'impression que tout lui passait au dessus avec une grande facilité. Il se racla la gorge et fronça légèrement les sourcils, redirigeant son regard vers Sakura. D'un voix dégagé, il dit :

      « Beaucoup de gens, les élèves ou même les professeurs, m'apprécient et me détestent sans vraiment savoir pourquoi. Je pensais qu'à toi je t'avais donné une raison suffisante pour que tu me haïsses sincèrement. »

    Tout simplement.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Jeu 11 Aoû - 23:41

" C'est un moyen comme un autre, non ? "

Certes. Mais dans ce cas, pourquoi il tenait tant à être dans la vie des gens, faire partie de leur existence, que ce soit en bien ou en mal? Pourquoi voulait-il représenter quelque chose envers les autres... Elle n'en savait rien. Pourtant, beaucoup de gens voulaient faire partie de la vie des autres, comme ce prof. Mais elle n'en voyait jamais la raison. Elle pensait tout simplement que ce genre de personnes manquaient d'affection, et voulaient être dans la vie des autres, car ils n'aimaient pas être isolés. Était-ce le cas de ce prof? Avait-il ce besoin, cet irrépressible besoin de faire partie de la vie des autres, pour ne pas être isolé? Pour ne pas être seul?

Elle le regardait s'agiter, et il avait une mine assez bizarre. Elle se demanda alors pourquoi il ne voulait pas la laisser partir. Il faisait de plus en plus froid, et ça veste ne suffisait plus à la réchauffer. Mais quand elle voyait le prof en face d'elle seulement avec une chemise, elle eu encore plus froid. Des frissons la parcouraient, mais elle n'en tint pas compte. Mais cela ne l'aidait pas dans sa réponse. Pourquoi elle ne le détestait pas? Et pourquoi elle le détestait? Pourquoi elle hésitait?

" Beaucoup de gens, les élèves ou même les professeurs, m'apprécient et me détestent sans vraiment savoir pourquoi. Je pensais qu'à toi je t'avais donné une raison suffisante pour que tu me haïsses sincèrement. "

Ainsi... Il voulait aussi exister dans sa vie, en tant que méchant prof qui l'utilisait, et qu'elle haïssait. Mais pourquoi vouloir paraître forcément comme un méchant? Mais c'est toujours plus facile de détester les gens... Soudain, tout se mit en place dans sa tête. Il voulait être dans la vie des gens, mais sans tenir compte de ces derniers... Décidément, il était vraiment bizarre ce prof. Mais il allait être déçue. Désormais, elle ne le haïssait même plus. Tout ce qu'il avait dit lui avait fait changer d'avis. Elle fixa, son regard étant presque neutre. Et surtout honnête. Elle n'avait que rarement ce genre de regard, imitant de la sincérité quand il le fallait, mais elle était rarement honnête. Mais cette fois, elle l'était pour lui dire un truc qu'elle pensait.

" Désolée de vous l'apprendre, mais je ne vous haïs même plus. Vous ne valez pas la peine que je vous haïsse. Mais seulement...."

Ignoré. Que vous soyez seul. Et indifféré. Elle ne dît rien cependant. Pourquoi? Elle ne savait pas. Elle aurait aimée lâcher ces mots, mais rien ne vint. Mais cela ne répondait pas à sa question. Est-ce qu'elle le détestait? Ou alors non? Elle n e ressentait qu'un grand vide envers lui. Pourtant, il n'y a même pas une heure, elle le détestait, elle le haïssait. Mais là... On aurait dit que ça s'était volatilisé. Elle ne savait plus quoi penser de ce prof. Pourtant, elle devrait le détester, le haït pour tout ce qu'il lui avait fait. Mais rien. Comme si tout ce qu'il avait dit n'avait fait... Que l'indifférer. Pourtant, ce n'était pas comme s'il n'avait pas dit des choses débiles.

Mais elle ne savait pas. En fait, c'était comme si elle se trouvait en face d'un inconnu. Un inconnu qui s'était détester et haïr pendant un moment. Mais ce prof n'était pas vraiment un inconnu, vu qu'elle le croisait tous les jours.. De quoi essayait-elle de se convaincre au juste? Qu'elle devait le détester? Ou pas?


[ Pas de problèmes xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 12 Aoû - 13:02

      " Désolée de vous l'apprendre, mais je ne vous haïs même plus. Vous ne valez pas la peine que je vous haïsse. Mais seulement...."

    Son cœur se serra. Levant les yeux au ciel il eu un léger soupir.

      « Je suppose que c'est une bonne chose, non ? Comme tu disais ça n'aurait fait que compliquer les choses. »

    Il avait au moins le mérite de ne pas être si détestable que ça, après tout. Il sentit son souffle se briser, il croisa encore un peu plus fort les bras, le froid se faisant plus intense et piquant. Oui, ça le gênait, ah bah bien sûr ! C'était comme ça, il n'aimait pas qu'on lui soit indifférent et savait que ce n'était généralement le cas avec personne, il fit tout pour que sa réponse le laisse de marbre mais il sentait comme une chaleur désagréable dans le ventre. Il fronça les sourcils, regardant dans le vide. C'est dingue comme il avait envie de foncer dans un bar, séduire n'importe quelle demoiselle et s'envoyer en l'air avec elle. Des besoins charnels et naturels, selon lui, c'était un homme, merde. Et cette situation le rendait mal à l'aise.

    Il décolla son dos de la porte et pencha légèrement la tête en regardant Sakura, qu'est-ce qu'il ressentait pour elle ? Quelques instants auparavant, rien, c'était le vide total. L'absence d'amertume, pas même la moindre envie de s'intéresser à elle, s'il avait songé à lui voler des informations sur sa vie, c'était uniquement pour s'en servir contre elle. Et encore maintenant, s'il découvrait quelque chose, ce n'était certainement pas par intérêt, encore moins par empathie. Seulement il se sentait différent de tout à l'heure. En fait, il était énervé.

      « Moi je te déteste, il y a encore quelques minutes ce n'était pas le cas mais j'ai changé d'avis. Je te trouve vraiment conne et franchement, tu es très ennuyeuse. »

    Il n'avait pas dis ça en espérant la faire réagir ou même l'énerver, il savait que ça ne fonctionnait pas sur elle. D'ailleurs il l'avait dit avec une voix très dégagée et calme. Il avait simplement pris plaisir à dire ce qu'il pensait, même s'il avouait par la même occasion qu'en vérité, oui, il avait fini par sincèrement la détester. Il lui trouvait un certain intérêt et il ne voulait pas la laisser partir comme ça, il avait tant de choses à lui dire. En fait, il voulait la voir s'énerver, car jusqu'à maintenant il n'avait réussi à le faire qu'une fois et ça n'avait pas duré longtemps. Carrément pas satisfaisant pour quelqu'un comme lui.

    S'il était incapable de gagner son respect ou son intérêt, alors il continuerait à chercher à l'énerver, peut importe comment ou en disant quoi. Il trouvait bien quelque chose, il finirait bien par agrandir cette faille qu'il y avait en elle. Je serais le plus fort. Il eu un fin rire.

      « Je ne suis pas sûr que ton ami aimerait la personne que tu es devenue. »


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Ven 12 Aoû - 13:29

" Je suppose que c'est une bonne chose, non ? Comme tu disais ça n'aurait fait que compliquer les choses. "

Voilà. Cela ne faisait compliquer les choses. Mais une personne doit bien détester une autre au moins une fois dans sa vie. Mais lui, elle ne le détestait pas. D'ailleurs, elle n'en avait vraiment plus rien à faire de lui. Maintenant qu'elle savait plus de choses à son sujet, il ne l'intéressait plus. Du moins, c'était ce qu'elle pensait. Pourquoi le détester? Après tout, elle pouvait faire comme lui. L'ignorer. L'ignorance faisait plus mal que d'être haïe. Pourquoi? Parce que cela nous donnait le sentiment de ne pas exister. Et ça, c'était vraiment ce qui pouvait faire le plus mal. Mais après, tout dépendait de la personne. Si elle même n'en avait rien à faire de l'autre, il n'y avait pas de soucis.

" Moi je te déteste, il y a encore quelques minutes ce n'était pas le cas mais j'ai changé d'avis. Je te trouve vraiment conne et franchement, tu es très ennuyeuse. "

Elle le fixa. Et alors? Elle était conne, ennuyeuse, et elle était détestée. Donc, elle existait au yeux de ce prof. Tiens donc... Pourquoi avait-il changé d'avis? Elle continuait de le fixer, sans comprendre pourquoi il se donnait la peine de lui donner un peu "d'importance" si on pouvait dire ça. Après tout, il venait d'avouer qu'il ne l'ignorait plus. Alors maintenant, les situations étaient inversées. Intéressant... Mais elle se demandait alors pourquoi il ne bougeait pas. Elle voulait sortir, et lui aussi surement. Enfin, il valait mieux, sinon il allait être malade dans les prochains jours... Mais pourquoi elle se souciait de ça elle?

" Je ne suis pas sûr que ton ami aimerait la personne que tu es devenue. "

Elle eu un sourire. Non, il ne l'aimerait pas du tout. Mais elle n'était pas comme ça à cette époque... Mais cela remontait à si longtemps en même temps... Elle se reprit, puis déclara:

" Et moi, je ne penses pas que votre chère amie aimerait la personne que vous êtes. Vraiment."

Eh oui, car c'était facile de paraître gentil et serviable, mais ensuite, était-elle au courant de son autre côté? Sakura avait des doutes. Non, elle ne devait pas savoir. Elle repensa à la photo. Elle ne devait pas savoir, mais est ce qu'il comptait lui dire un jour? Ou alors allait-il lui cacher ce côté de lui même? Et c'était ça qu'on appelait aimer... En cachant une partie de nous même, on ne saura jamais si la personne nous aimera entièrement, en acceptant tout ce qu'on est. Qualité comme défauts. Personnellement, Sakura n’espérait ne pas avoir à aimer un jour. Même si elle savait que c'était impossible, elle voulait vraiment éviter de ressentir ce genre de choses. Car elle ne saurait pas comment faire. Au pire, elle pourrait lui montrer une infime partie d'elle même.

Et si cela ne convenait pas à l'autre, elle lui effacerait la mémoire. Et les sentiments qui vont avec.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Dim 14 Aoû - 23:56

[Désolée du retard]

      " Et moi, je ne penses pas que votre chère amie aimerait la personne que vous êtes. Vraiment."

    Il hurla de rire, un sourire étrange et perturbé posé sur le visage. Il savait qu'elle allait dire ça, il en était tant persuadé ! Le dos légèrement voûté il s'avança, arrêtant de bloquer la porte - mais ça il ne s'en aperçu pas. Le petit sourire qu'elle avait sur les lèvres le ravissait, elle croyait sincèrement le piéger avec quelque chose d'aussi facile ? Mais non, il valait beaucoup mieux que ça, il était plus fort qu'elle ne le pensait. Il fit quelques pas en avant, se dirigeant vers elle, ne la lâchant pas une seule seconde du regard, la défiant. Oui, elle avait parfaitement raison, Amy n'aimerait sûrement pas qui était sincèrement Kunisaki, au fond de lui. Mais elle ne l'aimait pas, dans le fond, elle n'éprouvait pas les mêmes sentiments que lui, alors à quoi bon se préoccuper de ça ? Qu'il soit mauvais ou fasse semblant d'être bon, elle ne l'aimait pas, et ça il ne le changerait jamais. La fixant toujours intensément, il était fier de ne pas être perturbé par une phrase aussi facile. Mais cependant, il se méfiait toujours de lui-même, ne sachant jamais vraiment quelle réaction il allait avoir en parlant d'Amy.

      « Je savais que tu dirais ça, en fait je suis sûr que tu t'en fiches, de tout ça. »

    Le regard plongé dans le sien, il ne remarqua même pas à quel point il s'était soudainement rapproché d'elle, s'accrochant à chaque mot qu'il allait prononcer comme s'ils étaient brûlant. Il savait ce qu'il fallait dire, il savait ce qu'elle ne voulait pas entendre. Il pencha légèrement la tête, ayant un fin rire suspect.

      « Comment tu as forcé ce gars à t'aimer, hein ? Les fleurs ont dû t'être utiles. Il te suffisait de lui faire oublier tous tes défauts, (il claque des doigts) comme ça, pouf ! Et tu es parfaite à ses yeux. Facile, j'imagine. »

    Il ne lâchait rien, pesant chaque syllabe pour qu'elle soit prononcée sur le ton qu'il faut, avec le sourire le plus perfide possible. Oubliant le froid, la fatigue, la haine. Tout, il avait envie de la détruire intérieurement. Comme lui l'était déjà.

      « J'ai au moins le mérité de m'être plus fais chier que toi pour cacher qui je suis vraiment. »

    Il riait bruyamment intérieurement, espérant le plus sincèrement du monde qu'elle ne le supporterait pas. Si elle savait ! ah, si seulement. Tout ce qu'il avait dû faire, dire et sacrifier pour faire oublier la personne qu'il était. Il disait à Amy tout pour la rassurer et faire croire qu'il était vraiment cet homme-là, celui en qui elle pouvait avoir confiance, celui sur qui elle pouvait pleurer. Il avait cru changer, devenir vraiment quelqu'un de bien. Mais il n'en était rien, rien. Si Amy savait, si elle découvrait ça.

    Lui n'avait aucun moyen pour le lui faire oublier.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Lun 15 Aoû - 0:36

Elle le vit avancer, et eu soudain la voie libre vers la porte. Maintenant, il pouvait dire ce qu'il voulait, il ne bloquait plus la porte. Donc elle pouvait très bien partir pendant qu'il parlait, elle n'en avait plus rien à faire de ce qu'il pouvait dire. Restant sur place, elle n'attendait plus qu'il soit assez écarté de la porte pour pourvoir le contourner et sortir d'ici. Seulement, vu l'air qu'il avait au visage, il comptait encore parler. Elle avait presque envie de soupirer, mais resta avec son masque impassible. Il la fixait, avec un air de défi dans les yeux, mais Sakura ne répondit pas à la provocation. Elle n'avait qu'une envie: partir. Et ce n'était pas en répondant aux provocations de ce prof qu'elle allait y arriver.

" Je savais que tu dirais ça, en fait je suis sûr que tu t'en fiches, de tout ça. "

Bien sûr qu'elle s'en fichait. Elle voulait sortir, et il venait de libérer le passage. Alors à quoi bon continuer de répondre à ce prof. A quoi bon vouloir encore parler tout court, alors que maintenant, elle pouvait partir? Elle le regarda, et se demanda alors pourquoi il avait un sourire aussi... Bizarre. Qu'allait-il encore répondre? Il avait vraiment son temps à perdre?

" Comment tu as forcé ce gars à t'aimer, hein ? Les fleurs ont dû t'être utiles. Il te suffisait de lui faire oublier tous tes défauts, comme ça, pouf ! Et tu es parfaite à ses yeux. Facile, j'imagine. "

Cette fois ci, elle en avait marre. Elle planta ses yeux dans les siens, et eu un sourire. Mais pas un sourire mauvais ou autre. Un simple sourire. Il voulait encore la faire réagir avec ces paroles, seulement, ce qu'il pouvait dire ne l'atteignait plus. Après tout, certes, elle effaçait la mémoire des autres. Mais elle ne faisait que profiter de ce qu'on lui avait donné à sa naissance. Après tout, si elle avait un don, c'était bien pour l'utiliser non? Alors à quoi bon lui faire des reproches là dessus? Sauf... Que pour ce gars, comme il disait, elle n'avait rien fait.

Non, elle n'avait rien fait. Il était venu tout simplement, et... Elle plissa les yeux. Il voulait la forcer à se souvenir. Il voulait la faire souffrir.

" J'ai au moins le mérité de m'être plus fais chier que toi, pour cacher qui je suis vraiment. "

La ferme. Tu ne sais rien. Alors la ferme. Elle baissa la tête. Elle ne voulait pas se remémorer ça... Elle avait fait en sorte de ne pas se souvenir de lui, mais ce soir, ce prof la forçait à faire face. A l'horrible vérité. Mais elle ne voulait pas. Elle n'avait rien fait pour que ce garçon l'aime, rien du tout. Elle ne manipulait pas les gens de cette manière, tout simplement parce qu'un copain ne ferait que l'encombrer dans ses plans. Elle préférait être seule. Mais lui était venue, tout simplement. Sans qu'elle y soit pour quoi que ce soit.

" Qu'est ce que vous voulez au juste? Me voir en colère?.."

Elle releva la tête, et le fixa, son visage était froid. Et dur.

" Vous êtes pitoyable."

Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Lun 15 Aoû - 2:27

    La voir baisser la tête fut comme une victoire, il en ressentit une intense joie intérieure. Une impression de gagner la victoire d'un combat qui n'avait jamais vraiment eu lieu. Elle était trop blasée, trop lasse, ça l'énervait de ne pas être en face de quelqu'un d'aussi excité que lui, ça l'ennuyait, en fait. Toujours souriant, il attendait le moment où elle s'énerverait, lui cracherait au visage ou le giflerait. Une réaction normale, en somme.

      " Qu'est ce que vous voulez au juste? Me voir en colère?.."


      « C'est très exactement ce que je veux. »

    Elle releva la tête. Il la regarda, les mains de dos, penché vers elle, il affrontait ses yeux glacé avec moquerie, il se sentait joueur.

      " Vous êtes pitoyable."

      « Ça je le sais déjà, tu ne m'apprends rien. »

    Oh oui, on le lui avait déjà dit bien avant ça, bien avant qu'elle n'arrive ici, ne découvre son pouvoir ou encore qu'elle embrasse le garçon dont il n'avait toujours pas obtenu le nom. Il se demandait quoi faire pour l'avoir, ce ne serait peut être pas ce soir, mais il finirait bien par le trouver. Comment pourrait-elle le cacher encore bien longtemps ? Il avait suffit d'une simple erreur de Kunisaki, une seule, pour qu'elle découvre presque tout sur son plus grand secret, sur sa pire faiblesse. Ce n'était pas juste, lui aussi voulait savoir. Il le lui ferait avouer, qu'importe comment.

      « J'ai bien réussi à t’énerver à un moment. Je peux recommencer. »

    Il approcha son visage du sien, l'air calme, un sourire narquois sur les lèvres. Il n'avait pas l'intention de l'embrasser, d'ailleurs il ne l'avait jamais vraiment fait. Mais il ne reculerait devant rien, malheureusement pour elle, il avait finit par la détester, banalement. Il la détestait, pourquoi ? Parce qu'elle avait plus d'intérêt qu'il ne le croyait. Elle savait souffrir à cause d'un souvenir alors qu'elle lui avait fait croire le contraire, elle savait comme ce même souvenir pouvait vous ronger de l'intérieur, vous détruire petit à petit, ne vous laissant plus rien qu'un immense regret. Celui de toutes ces choses qu'on a pas faites, qu'on a pas dites, ensemble. De toutes ces erreurs qui auraient pu être évitées. De ce manque, ce manque affreux qui vous ronge les tripes.

    Et s'il se trompait, si elle ne connaissait sincèrement pas cela, il voulait qu'elle l'apprenne. Qu'elle souffre, comme lui. Qu'elle paye, qu'elle tombe dans les ténèbres avec lui, parce qu'ils savaient qu'ils ne méritaient rien de mieux. Ils étaient pitoyables, tous les deux.

      « Il doit affreusement te manquer, je suis certain que tu as très mal, . »

    Il appuya son doigts là où se trouvait son cœur, ne cessant de la fixer de ses yeux étonnement calmes et mesquins à la fois. Il attendait le moment où elle virerait sa main de là. Il espérait sincèrement qu'elle souffre, non pas qu'il soit sadique, mais parce qu'il avait affreusement mal.

    , là où se trouvait son cœur.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Lun 15 Aoû - 10:43

Il voulait donc la voir en colère. Et savait qu'il était pitoyable. Mais jusqu'à quel point le savait-il? Elle le regardait, essayant de reprendre le contrôle d'elle même. Elle ne voulait pas se remettre en colère à cause de ça. Elle ne voulait pas le détester pour ça. Elle ne voulait pas le haïr pour ça. Hors de question. Elle se concentra sur sa respiration, comme si cela pouvait la calmer.

" J'ai bien réussi à t’énerver à un moment. Je peux recommencer. "

Non. Elle ne le laisserait pas l'énerver encore. Pas à cause de ce souvenir. Elle ne voulait plus se souvenir, c'était pour ça qu'elle voulait oublier. C'était pour ça qu'elle voulait faire comme si de rien n'était. C'était pour ça qu'elle en souffrait en ce moment même. Se souvenir d'un garçon qu'elle avait aimée sans utiliser son don, et qui après était mort... C'était trop. Pourquoi? Parce qu'elle n'avait pas fait son deuil. Même si cela remontait à quelques années, elle n'acceptait toujours pas qu'il soit... C'était donc pour cela qu'elle voulait oublier. Tout simplement parce qu'elle ne se sentirait jamais prête à affronter ça. Jamais.

" Il doit affreusement te manquer, je suis certain que tu as très mal, là. "

Il appuya son doigt sur son cœur, et la jeune fille recula avant de virer la main d'une gifle. Elle commençait à s'énerver, et en même temps, elle avait envie de pleurer. Il fallait qu'elle sorte de là. Elle leva la tête, et vit que le prof était un peu trop près d'elle. Mais elle s'en fichait. Elle devait partir. Ne plus penser à ça. Mais il ne la laisserait pas partir. Son cœur se serra. Quelque chose qu'il lui arrivait rarement. Des regrets lui montèrent à l'esprit, et elle essaya de les chasser, mais en vain. Elle se concentra sur autre chose, pour ne pas montrer à quel point elle était chamboulée à l'intérieur, et fixa le prof. Ses yeux bleu paraissaient calme, mais si on regardait attentivement, on pouvait voir des lueurs de colère, mêlés de tristesse. Mais il fallait bien voir pour pouvoir les distinguer.

" Vous ne savez rien. Et de toute manière, qu'est ce que ça peut vous faire?"

Son ton était calme, elle devait être calme. Ne pas se mettre en colère. Surtout pas.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 0:11

    Elle le repoussa en lui giflant la main avec force - si bien qu'il y sentait encore une légère chaleur. Il fit un pas en arrière lâchant un « whou » exclamatif, les mains en évidences comme pour montrer qu'il ne lui avait rien fait. Vu sa réaction il avait l'impression de commencer, au moins, à l'exaspérer sérieusement. Sa colère n'était pas encore visible et son visage restait dur et froid. Quand bien même elle disait ne ressentir aucune haine contre lui, il était certain qu'elle détestait sa compagnie et donnerait sûrement n'importe quoi juste pour qu'il se taise. Le sourire en coin, il observa ses yeux, les sentant différents sans véritablement comprendre pourquoi. Il se demanda alors, sans la quitter des yeux, pourquoi elle ne partait pas. Qu'est-ce qui la retenait là ?

      " Vous ne savez rien. Et de toute manière, qu'est ce que ça peut vous faire? "

    Il rigola, replaçant ses mains le long de son corps. Les yeux en l'air, il fit semblant de réfléchir.

      « C'est certain que je ne cherche pas à réconforter ton pauvre petit cœur meurtris en te poussant à te confier à moi. Je m'en fou de tes souffrances, je veux simplement comprendre pourquoi tu m'as menti. »

    Il la regarda à nouveau dans les yeux, ils étaient plus brillants et sombres qu'à l'ordinaire, s'il s'était prêté à ses propres réflexions il aurait attribué ça à de la fureur refoulée, seulement il craignait de ne voir là que ce qu'il souhaitait. Qu'elle se mette en colère, qu'elle tente de partir, alors il la retiendrait. Il ne la laisserait pas s'échapper comme ça, il n'en savait pas suffisamment sur elle pour ça. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire ? En fait, il n'en était pas sûr. S'en servir contre elle comme vengeance pour lui avoir dérobé son bien le plus précieux ? Un plaisir certain face à ce qui, visiblement, représentait sa plus grande souffrance ? Ou encore, mais quand bien même ce serait le cas jamais il ne l’admettrait, voulait-il savoir ce qui s'était passé pour qu'elle devienne comme ça.

    Il savait mieux que personne comment de simples paroles ou de vulgaires souvenirs pouvaient vous changer, vous détruire, vous achever. L'indifférence l'avait achevé, le poussant toujours un peu plus à mentir pour que jamais personne ne sache vraiment qui il était. C'était seulement en revenant ici, au Japon, après tant d'années d'absence que cette tendance à être détesté lui était apparu. Il avait compris que la seule personne qui comptait pour lui était Amy, les autres pouvaient bien le détester, tant qu'il existait à leurs yeux, ça lui suffisait.

    Il voulait qu'elle le déteste.

      « Tu as dis ne pas savoir ce que c'était de perdre quelque chose, ni même d'avoir besoin de quelqu'un. Quelque chose, quelqu'un, c'est du pareil au même. A nos yeux ça représente la même chose, au départ ça nous semble inutile, et après on refuse d'admettre comme ça nous est indispensable. »

    Son sourire avait disparu de son visage, fixant toujours ses yeux, ils auraient cru y déceler de la tristesse, voir de la mélancolie. Son cœur se serra sans savoir pourquoi.

      « Tu tiens au souvenir de ce garçon comme moi à cette photo. Seulement tu refuses de l'accepter, encore moins devant moi. »


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 0:41

Il rigolait, mais elle n'avait aucune envie de rire. Elle voulait partir, mais elle savait que si elle essayait, il 'allait l'en empêcher. Pour lui pourrir la vie. Si seulement elle pouvait utiliser son don contre lui.... si seulement! Cette conversation n'aurait jamais eu lieu, elle ne serait pas là à l'heure qu'il était, et surtout, ce prof n'aurait rien su.

" C'est certain que je ne cherche pas à réconforter ton pauvre petit cœur meurtris en te poussant à te confier à moi. Je m'en fou de tes souffrances, je veux simplement comprendre pourquoi tu m'as menti. "

Pourquoi elle lui aurait dit la vérité? Pourquoi la lui dire à lui? De un, elle mentait à quasiment tout le monde. C'était ça, être une manipulatrice. En savoir plus sur les gens, tout en tissant une barrière de mensonge sur soi. Et si jamais on découvrait qu'elle mentait, elle effaçait la mémoire, et tout redevenait normale. Alors pourquoi elle lui avait mentit? Se posait-il vraiment la question? Ou alors, il était vraiment stupide? Elle plissa les yeux. Non... Il devait y avoir autre chose. En tout cas, il était hors de question qu'elle lui dise quoi que ce soit. Si jamais elle parlait de son souvenir, à lui, il trouverait le moyen de l'utiliser contre elle. Et elle ne voulait pas que ça arrive. Pour rien au monde, elle lui dirait quoi que ce soit.

Elle se concentra, reprenant ses esprits, et essaya de ne plus penser à son souvenir. Le chasser, comme elle l'avait fait des années auparavant. Seulement... Plus elle s'en souvenait longtemps, plus c'était dur de le chasser. Sans pour autant montrer quoi que ce soit sur son visage, elle était en train de chasser, un par un, tous les moments liés avec son souvenir. Car maintenant, il ne lui restait que ça, des souvenirs. Tout ce qui concernait ce garçon, elle n'avait que des souvenirs. Aucun bien matériel. Juste des souvenirs. Qu'elle fuyait. Qu'elle réprimait tout le temps. Et encore pendant longtemps.

" Tu as dis ne pas savoir ce que c'était de perdre quelque chose, ni même d'avoir besoin de quelqu'un. Quelque chose, quelqu'un, c'est du pareil au même. A nos yeux ça représente la même chose, au départ ça nous semble inutile, et après on refuse d'admettre comme ça nous est indispensable. "

Si elle le savait. Mais ne voulait juste ne pas savoir. Elle voulait faire comme si ce n'était pas son cas. Comme si elle n'avait rien d'important à ses yeux. Faire comme si... elle n'avait pas de sentiments de ce genre. Un sorte de barrière, qui pourrait la protéger de ça. Mais cette barrière avait une faille. Ce souvenir. Sinon, elle était parfaite. Mais ce prof... Sakura n'y pensa pas. Ce prof ne méritait même pas qu'elle le déteste. Mais elle voulait juste partir d'ici. Elle ne devait pas penser à ... Ses yeux restèrent sans expressions, mais possédaient toujours ces lueurs de tristesse et de mélancolie au fond d'eux.

" Tu tiens au souvenir de ce garçon comme moi à cette photo. Seulement tu refuses de l'accepter, encore moins devant moi. "

Il ne souriait plus. Mais elle s'en fichait. Il faisait ce qu'il voulait, mais elle ne lui dirait plus rien à propos de son souvenir. La jeune fille aux cheveux rose était décidée. Elle ne dirait plus rien. A quoi bon... Vu que tout ce qu'elle allait dire serait utilisé contre elle, tôt ou tard.

" Et donc? C'est tout ce que vous avez à dire? Parce que si c'est le cas, vous ne m'apprenez rien. Et puisque vous tenez à savoir pourquoi je vous ai mentis, c'est tout simplement parce que je ne vois pas l'intérêt de vous dire la vérité. Satisfait? Je peux partir maintenant?"



Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 15:21

      " Et donc? C'est tout ce que vous avez à dire? Parce que si c'est le cas, vous ne m'apprenez rien. Et puisque vous tenez à savoir pourquoi je vous ai mentis, c'est tout simplement parce que je ne vois pas l'intérêt de vous dire la vérité. Satisfait? Je peux partir maintenant?"


    Oui, il voulait répondre oui, seulement il n'en fit rien. C'était certainement le meilleur moment pour enfin la laisser partir, après tout il crevait de froid et de soif. Seulement, il avait encore trop de choses à dire, à entendre de sa part aussi. Elle ne dirait rien, il ne le savait, cependant il ne l'acceptait pas. Il se pinça légèrement la lèvre inférieure, ne sachant plus quoi faire pour se sortir de là. Il avait l'impression d'avoir franchit une ligne de sans retour, qu'à présent il était fini et ne pourrait plus agir sereinement avec elle. S'excuser ? Non seulement il n'en avait pas envie mais elle ne le croirait pas, de toute manière. Il considérait n'avoir pas à être pardonné de quoi que ce soit, que ses choix avaient été justes et logiques, qu'elle devait les accepter comme cela. Son cœur se serra pour la seconde fois, c'était du regret, ça. Et ce n'était jamais une bonne chose, le regret.

      « Écoute, (il soupira) ce serait mentir que de te dire que je n'utiliserai pas ce que tu me diras contre toi, et tu avais certainement raison de me mentir, seulement... »

    Il soupira à nouveau, non par gêne ou par exaspération, mais à cause de la fatigue et du fait qu'il cherchait sincèrement ses mots. Il posa la main lacement sur sa hanche, le regard dans le vide, se demandant quoi dire pour qu'elle ne réagisse pas d'une manière excessive. Quand bien même elle était constamment blasée et calme - ce qui commençait d'ailleurs à l'exaspérer sérieusement -, il ne souhaitait pas qu'elle refuse catégoriquement de lui parler. Il avait le sentiment d'être le seul à qui elle pouvait bien raconter ça.

    Pourquoi ? Parce qu'elle pouvait être honnête avec lui, il était la seule personne avec qui elle pouvait l'être. Il la détestait et elle n'avait pas suffisamment de considération pour le haïr, elle avait joué avec ses émotions les plus futiles et ses sentiments les plus faibles, il s'était amusé de son refoulement face à ses souvenirs et s'était juré de tout utiliser contre elle. Seulement s'il y avait bien une seule et unique personne qui ne pourrait pas la juger, c'était lui.

    Parce qu'il la jugeait déjà.

      « Je ne pense pas me tromper en disant que tu n'as jamais été honnête de toute ta vie avec quelqu'un, à part... lui. Jamais je ne pourrai te prendre ça, je te déteste et rien de ce que tu me raconteras ne changera ça. »

    Il plongea ses yeux dans les siens, seulement il était tellement concentré qu'il en oubliait le reste. Il ne voyait pas comme son regard à lui l'implorait lamentablement.

      « J'ignore pourquoi mais j'ai envie de savoir. Alors... réponds à une de mes question et je te dirai ce que tu veux sur Amy. »

    C'était la première fois qu'il prononçait son nom face à elle*, même s'il était vague, tout était clair dans sa tête. Un échange de bons procédés, alors on sera enchaînés l'un à l'autre, il ne pourra rien révéler sans mettre en danger son propre secret. Sa propre bêtise. Bien la preuve que l'amour est un sentiment à la con.

    * à vérifier u.u


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 19:12

Elle continuait de le regarder, se demandant s'il allait enfin la laisser partir. Elle n'en pouvait plus, elle en avait marre de son souvenir. Elle en avait marre d'être chamboulée. Elle en avait marre de paraître vaincue. Elle avait l'impression qu'il allait l'avoir, quelque que soit la manière, et cela ne lui plaisait pas du tout. La jeune fille n'aimait pas avoir ce genre d'impression, et devait admettre qu'à chaque fois qu'elle en avait de ce genre, elle avait généralement raison. Donc, elle devait partir, avant qu'il ne puisse l'achever, pour ainsi dire. Mais comment faire? Car si jamais il ne la laissait pas, elle était obligée de rester, tout simplement parce qu'il l'empêcherait de partir.

" Écoute, ce serait mentir que de te dire que je n'utiliserai pas ce que tu me diras contre toi, et tu avais certainement raison de me mentir, seulement... "

Seulement quoi? Il voulait qu'elle lui raconte tout? Alors qu'il venait qu'il s'en fichait? Qu'est ce qu'il voulait encore? Elle n'en savait rien, et cela l'agaçait. Elle était curieuse, et là, il ne faisait que la titiller. Ce qui lui déplaisait. Car elle ne sentait pas cette situation à son avantage, et avait autre chose à faire. Elle voulait avoir autre chose à faire. Elle voulait partir, lui de ce prof qui l'ennuyait, et retourner à sa vie normale, si on voulait. Seulement, il n'avait pas l'air décidé à la laisser tranquille, ce qui ne faisait que lui rendre la vie difficile. Elle maudit une énième fois le fait qu'elle ne pouvait pas utiliser son don sur lui.

" Je ne pense pas me tromper en disant que tu n'as jamais été honnête de toute ta vie avec quelqu'un, à part... lui. Jamais je ne pourrai te prendre ça, je te déteste et rien de ce que tu me raconteras ne changera ça."

Et alors? Qu'est ce que cela pouvait lui faire? Elle n'avait jamais été honnête avec personne depuis l'accident, et ce n'était pas prêt de changer. Car c'était justement le fait d'être honnête qui l'avait perdue. Et ça, jamais elle ne se le pardonnerait. Jamais. Elle serra les dents, refoulant sa mémoire une nouvelle fois, et plissa les yeux. Combien de temps allait-elle passée à ne plus penser à ça... Combien de temps encore allait-elle garder ça au fond d'elle... Elle n'en savait rien mais vivait bien jusqu'à présent. Jusqu'à ce qu'il lui rappelle ça. Elle essaya de garder son calme. La jeune fille se demanda alors pourquoi il lui disait ça, ne voyant vraiment pas la raison.

Qu'est ce qu'il voulait? Pourquoi il lui disait ce genre de choses? Après tout, même s'il la détestait, il avait dit ne rien avoir à faire de ça. Alors qu'est ce qu'il voulait? Qu'est ce qu'il cherchait à savoir encore? Elle le fixa, et vit qu'il paraissait concentré. Elle avait vraiment l'impression qu'elle allait regretter les paroles qu'il allait dire. Sans raisons particulière, mais elle ne le sentait pas.


" J'ignore pourquoi mais j'ai envie de savoir. Alors... réponds à une de mes question et je te dirai ce que tu veux sur Amy. "

Elle fronça les sourcils. Sa curiosité la dévorait soudain, et elle se demanda s'il était sérieux. Il n'avait pas son air mauvais ou sadique, et elle se dit alors qu'il avait l'air d'être vraiment honnête. Mais pourquoi proposait-il ça soudainement? Tenait-il vraiment à savoir ce qu'il voulait? En tout cas, si jamais il disait ça à tout le monde, elle même pourrait faire la même chose. Donc cela paraissait raisonnable. Surtout que si jamais elle ne voulait pas révéler ce qu'il voulait, elle pourrait toujours mentir. Seulement... Allait-il lui aussi mentir? Elle n'en savait rien, et se demanda si elle devait vraiment accepter.

Après plusieurs minutes de silence interminable, elle se décida à parler.


" Cela paraît équitable. Alors posez votre question."

Elle croisa les bras, et attendit. De toute manière, elle n'avait pas le choix. Si elle répondait à sa question et qu'il paraissait satisfait, elle poserait la sienne et partirait ensuite. Tandis qu'elle attendait, elle réfléchissait à la question à poser. Car bien sûr, elle n'allait pas poser une question comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 20:42

    Pourquoi mettait-elle tant de temps à répondre ? A l'affut, il avait impression que des heures s'écoulaient alors qu'il était là, prêt à tout dire lui aussi. Jamais elle n'aurait une telle occasion d'en savoir sur lui, elle devait en profiter avant que tout ça ne s'achève, de même, Kunisaki savait que c'était ce soir qu'il arriverait, peut être, à la comprendre un peu plus. Dans le fond, il en avait envie, quand bien même il la détestait profondément, savoir qu'elle avait perdu la seule personne qu'elle aimait lui inspirait un grand sentiment de pitié envers elle - même s'il n'arrivait pas à l'avouer. Il ne savait pas ce qu'il ferait si elle acceptait et si elle répondait à sa question.

    Qu'est-ce qu'il ferait juste après ?

      " Cela paraît équitable. Alors posez votre question."

    Son souffle se coupa quelque secondes, le temps qu'une lueur de soulagement éclaire ses yeux avant de disparaître à nouveau. Il réprima un sourire, si elle acceptait c'était également car elle voulait en savoir plus sur Amy, sur cette photo peut être aussi. Il ne lui était donc pas si indifférent que ça, quand bien même elle ne le haïssait pas, pourquoi acceptait-elle ce marché ? Oui, il était équitable, et c'était bien pour cela qu'il ne la comprenait pas vraiment. N'aurait-elle jamais eu envie d'utiliser cette photo et son secret pour s'en servir contre lui ? A moins qu'il n'ait même pas suffisamment d'intérêt pour ça.

    Peut être qu'elle s'en fichait, au fond.

    Il avait la gorgé nouée, sentant son cœur battre un peu plus vite. Il ne savait pas si c'était dû au fait qu'il redoutait la question qu'elle allait lui poser, ou s'il avait peur de la réponse qu'elle pourrait lui donner. Il craignait sa réaction face à ça, et si elle annulait tout ? Et si elle refusait et décider de partir sur le champ ? Il n'était même pas certain qu'il l'en empêcherait, mais il devait savoir. Son cœur le lui criait, il devait savoir, merde. Pourquoi, il ne le savait toujours pas, et dire qu'il ne pourrait même pas s'en servir contre elle, c'était un beau gâchis.

    Quelque que soit sa question, il répondrait honnêtement. Parce qu'il en avait envie, pour une fois, de dire quelque chose sans qu'on puisse l'utiliser contre lui. Peut être aussi parce qu'il avait envie d'en parler à quelqu'un, Amy était la seule et unique personne dans sa vie, il n'avait jamais pris l'habitude de se confier à qui que ce soit d'autre, encore moins en étant honnête. Ici, il y avait Shion et quelques collègues, mais à quoi bon ? En fait ils ne savaient rien de lui. A elle, il pouvait tout dire, avec elle il pouvait dire la vérité, il le savait et ça le réconforta.

    Il serait honnête, pour une fois.

      « Comment est-il mort ? »

    A peine avait-il prononcé ces mots qu'il les regrettait, craignant à nouveau qu'elle ne s'en aille. Mais il ne fallait pas qu'elle parte, il ne fallait pas...


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mar 16 Aoû - 23:38

Elle le regarda, attendant la question. Elle devait préparez la réponse, espérant qu'elle n'allait pas regretter. Mais c'était trop tard, elle regrettait déjà sa réponse. Elle n'aurait pas du accepter; car elle sentait que la question demandée n'allait pas lui plaire. Pas du tout. En fait, tout ce qui concernait son souvenir ne lui plaisait pas. Elle ne voulait pas en parler, à personne. Pourtant... Quelque part, qu'il y avait bien quelqu'un qui pouvait peut-être la comprendre à ce sujet, c'était bien ce prof.Seulement, elle ne le reconnaîtrait jamais. Mais, elle même était intriguée par son histoire avec la dame de la photo. C'était tellement bizarre... Elle n'arrivait pas à comprendre quelque part. Pourquoi il était partit loin d'elle? Et pourquoi il était là? Pourquoi il lui posait des questions par rapport à son souvenir? Pourquoi s'y intéressait-il?

" Comment est-il mort ? "*

Comment est-il mort... mort... Comment... Ses yeux s’agrandirent sous l'effet du choc que cela lui faisait. Mort... Elle entrouvrit la bouche, comme si elle allait parler, mais rien ne sortit. Sa gorge se noua, tandis que des images défilèrent devant ses yeux. Un garçon. Celui qu'elle avait aimée des années auparavant. Il y avait 2 ans précisément. Pourtant, elle avait l'impression que c'était hier. L'image le montrait souriant, un sourire si chaleureux qu'il vous réchauffait, même en plein hiver, son visage était doux, comme s'il contenait tout un bonheur à lui seul, ses yeux clair pétillaient de malice... Elle eu envie de pleurer. Ses souvenirs lui faisaient tant souffrir...

Plusieurs instants défilèrent, un moment où elle lui caressait les cheveux, un autre où elle s'était endormie contre son épaule.. Puis, le moment le plus douloureux. Le moment où elle avait découvert ce qu'elle avait. Elle baissa la tête, et ferma les yeux. C'était douloureux, son cœur se serrait de plus en plus fort, tandis que la scène passait devant ses yeux clos. Ils devaient partir au cinéma ce jour là. Tandis qu'une route les séparait en pleine ville, elle avait prononcée le mot fatidique. Et après, lui avait demandée de la rejoindre. Ce qu'il avait fait, sans se rendre compte que le feu était rouge pour les piétons. Mais à cet époque, elle n'était pas au courant de son don. Ainsi... Le crissement des pneus retentissait dans ses oreilles...

Elle leva les mains vers elle, et les regarda un moment, sans rien dire. Elle avait immédiatement accourue vers lui, mais le choc avait été trop violent... Elle croisa ses bras sur son ventre, et se baissa, jusqu'à presque se plier en deux. Elle pleurait. Elle en avait rien à faire de pleurer devant ce prof de malheur, elle en avait rien à faire qu'il le dise à tout le monde. La jeune fille aux cheveux rose se rendit compte alors à quel point elle avait mal. Au fil des années, tandis qu'elle croyait qu'elle devait oublier pour mieux se porter, elle se rendit compte qu'elle s'était trompée. Quelle imbécile.. Comment avait-elle pu croire une chose pareille?


" C'est... de ma faute. Tout est... de ma faute..."

Elle qui avait pensée à lui mentir... C'était impossible maintenant. La scène se déroulait sans cesse devant ses yeux, comme pour lui prouver à quel point elle était coupable. Comme pour l'enfoncer encore plus. Le poids de la culpabilité était plus lourd qu'elle ne le pensait... Si seulement elle pouvait s'effacer la mémoire à elle même...
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mer 17 Aoû - 0:09

    Peut être car il était incapable d'accepter que d'autres puissent souffrir plus que lui, sa réaction le surpris. Il avait beau avoir essayé de se concentrer pour trouver quelle réaction elle pouvait avoir, il avait été incapable d'en être certain, ni même d'en avoir une idée. Un sursaut de colère en lui hurlant que ce n'était pas ses affaires, un regard vide et triste sans la moindre parole, ou alors une réaction brutale, vivante, soudaine, incontrôlable. Avec ce genre de sentiments et d'émotions qui vous bouleversent, vous faisant oublier tout le reste, qui vous soulève le cœur et vous donne envie de partir. Partir au loin, ne jamais rentrer. Revenir en arrière en imaginant que ce soit possible. Ou alors tout oublier.

    Kunisaki ne voulait pas oublier.

    Il n'avait jamais voulu ça, d'ailleurs il savait que, quoi qu'il puisse arriver à Amy, jamais il n'accepterait de l'oublier. Il souhaiterait garder en mémoire chacune de ses paroles, chaque trait de son visage, chaque sourire qu'elle pouvait lui faire, chacune de ses manies, chaque reflet dans ses cheveux. Le son de sa voix, son délicieux accent anglais quand elle essayait de parler japonais. Il craignait, au fur et à mesure que les jours avançaient dans cette école, qu'elle s'éloignait un peu plus de lui. Quand il se l'imaginait dans la tête, il voyait son visage brumeux, aux traits inégaux et irréguliers, comme dissipés derrière une brume noirâtre. Des détails lui échappaient, et à chaque fois qu'il réalisait cela, il avait l'impression de la perdre un peu plus. Pourquoi était-il ici, sans elle ? Tous les jours il se le demandait, alors il regardait la photo pour tout se remémorer, ses dernières paroles, ses derniers conseils, et il plongeait dans une nouvelle journée de travail, voilà pourquoi cette simple photo était si importante. Tu fais ça pour elle, ne l'oublie pas. Il était là pour elle, mais il refusait de vivre en son absence. A chaque fois, il se disait que rompre une promesse ne serait pas très grave, pas tant que ça.

    Et alors tout lui revenait en mémoire, Amy ne veut pas de toi, elle ne t'attend pas. Personne ne l'attendait, personne ne le ferait jamais. C'était peut être ça, la solitude. Il fut perdu dans ses pensées une simple seconde, quand le visage de Sakura réapparu devant lui, elle avait presque les yeux exorbités, la bouche légèrement entrouverte par la surprise, des larmes coulant de ses joues dans un torrent incontrôlable. Il fut frappé par un silence affreux, ne pas l'entendre sangloter le perturba, les larmes les plus dévastatrices et cruelles étaient celles qui tombaient sans bruit. Dans le silence. Elle se tenait le ventre, se courbant sous le poids de la douleur. Un flot de regret le submergea, mais qu'avait-il donc fait ? Et que devait-il faire ?

      " C'est... de ma faute. Tout est... de ma faute... "

    Sans réfléchir, il fit les quelques pas qui les séparaient et la prit dans ses bras. La serrant contre elle avec force, il sentait en même temps sa respiration se calmer et son corps s'affoler. Il ne comprenait pas pourquoi il faisait ça, sur le moment, ça lui avait semblé comme une évidence, il n'était même pas sûr de faire ça pour la réconforter. D'ailleurs, s'il sentait la moindre pression indiquant qu'elle le repoussait, il lâcherait prise immédiatement, ne la forçant pas à conserver cette étreinte. Malgré tout, il accentua la pression de ses bras autour d'elle, comme pour conserver un lien avec la réalité, ne souhaitant pas le moindre du monde la lâcher. Submergé par le regret et la douleur, il se disait qu'il était pathétique.

    Je suis désolé, mais les mots ne franchirent jamais ses lèvres.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   Mer 17 Aoû - 0:45

Elle se sentait mal. Vraiment très mal. Elle avait une envie de vomir, et avait des vertiges. Mais cela ne faisait qu'accentuer sa culpabilité. Elle était responsable, mais avait fuit depuis si longtemps... Elle se sentait stupide de pleurer, mais en même temps, elle ne se voyait pas faire comme si de rien n'était. Mais maintenant, ce moment devait sortir, elle n'arrivait plus à garder ça pour elle. Sa gorge nouée de l'aidait pas, et son cœur serré encore moins. Elle pleurait juste, ses larmes ne faisaient aucun bruits, et s'écrasaient sur le sol en silence.

Elle entendit le pas du prof se rapprocher, et elle se demanda alors ce qu'il comptait faire. Se moquer? Cela ne l'étonnerait pas. Mais elle s'en fichait. En ce moment, tout ce qu'elle voulait, c'était oublier. Mais... Elle n'arriverait jamais à oublier. Elle le savait. C'était de sa faute, et rien ne pourrait la faire changer d'avis. Quelque part, elle maudissait son don. Si elle ne l'avait pas eu à ce moment là, il serait encore en vie... Et elle ne serait surement pas ce qu'elle était aujourd'hui. Elle n'aurait jamais eu ces regrets, et ne serait sûrement jamais devenue aussi manipulatrice. Mais les choses en étaient autrement... Elle était devenue comme ça, juste à cause d'un accident.

Mais la réaction du prof l'étonna. Au lieu de se moquer, ou alors de lui crier dessus, il fit autre chose. Qui l'étonna au plus au point. Il mit ses mains dans son dos, et la serra contre lui. Il la serrait avec force, comme s'il ne voulait pas la lâcher. La jeune fille ne comprenait pas... Pourquoi il la serrait contre lui? Pour la réconforter? Ce n'était pas le genre du monsieur. Mais pourtant, tandis qu'il la serrait encore plus fort, elle remarqua que ses larmes coulaient toujours. Elle ne le repoussait même pas. De toute manière, elle se serait fait quelques bleu au bras si elle essayait...

Elle ferma les yeux, se mordant les lèvres. Certes, il l'avait pris dans ses bras, mais son souvenir la hantait toujours. Et ses larmes coulaient à flots. La culpabilité la rongeait, et elle se sentait vraiment mal. Elle pensait qu'elle aurait préférée ne pas avoir de don, plutôt de payer un prix aussi élevé pour en avoir un. Pourquoi elle avait fait une chose pareille... Pourquoi cette voiture était là à ce moment précis... Pourquoi n'avait-elle pas regardée ailleurs, brisant ainsi l'effet de son don... Pourquoi cet accident était arrivé à lui, et pas à elle? Des remords, des regrets... Il ne lui restait que ça. A elle, une fille que ne montrait jamais ses sentiments à qui que ce soit, préférant jouer la comédie... Sauf que là, elle ne jouait aucune comédie, et elle avait plus de regrets que personne ne pourrait imaginer.

C'était horrible... Elle tremblait de tout son être, sans savoir vraiment pourquoi. Elle sentait aussi que ses jambes n'allaient plus la tenir très longtemps. Elle était donc si chétive? Au point que la culpabilité, les remords et ce souvenirs avaient raison d'elle aussi facilement? Elle n'en savait rien, et tout ce qu'elle voulait, c'était oublier. Oublier l'accident, oublier ce garçon... Mais quelque part, elle savait qu'au fond d'elle, même si elle avait la possibilité, elle ne voudrait pas oublier. Seulement, elle ne l'accepterait jamais. Des paroles franchirent de nouveau ses lèvres, mais tellement bas qu'on avait peine à entendre.


" Je suis responsable... de sa... mort. C'est ma faute..."

Elle avait une soudaine envie de tout lui dire, de tout lui avouer. Mais elle ne parvenait pas à aligner deux phrases sans pleurer. Elle avait l'impression d'être une gamine, mais elle s'en moquait. Mais tout dire à ce prof n'était surement pas une bonne idée. Mais elle s'en fichait aussi. Ce poids était trop lourd à porter... Même si elle avait réussit à oublier pendant tant d'année, ce n'était pas définitif, et cela ne le sera sûrement jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A l'abri des regards [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'abri des regards [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Toit-