AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Haine Teruko

haine

Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 5 Avr - 13:24

« Ghhhzprff »

Comme seule une vraie professionnelle peut le faire, Hikari venait de recracher l’ensemble de sa bouchée dans la direction de sa professeur adorée. Car en plus de cracher le tout de façon relativement groupé, elle arrivait à viser. Haine allait finir par croire qu’elle faisait ça délibérément. Enfin, si on oubliait le léger détail comme quoi c’était toujours elle qui provoquait ces brusques reflux chez son élève.

« Je... Ouh là. Hum. Pardon. »

Jusque là muette, la jeune femme finit enfin par laisser s’écouler librement le rire qu’elle retenait depuis le début. Reposant son bouclier-plateau, elle croisa ses bras sur son ventre et éclata d’un rire puissant et libérateur. Elle ne s’en passerait jamais. Le petite blonde allait-elle réagir de la même manière à chaque fois que Haine prononcerai le prénom de son frère ? Vraiment ? Il fallait qu’elle le note et ne l’oublie pas. Aussi trivial qu’elle puisse sembler, la jeune femme trouvait toujours une utilité à ce genre d’information, pour ses cours en général. Oui, mieux valait ne jamais lui avouer son point faible sous peine de se le faire exhiber sous le nez au prochain cours de CDP. L’enseignante était comme ça, mais c’était toujours pour leur bien.

« Est-ce que tu recraches ton diner à chaque fois qu’on prononce le mot « Kain » ou c’est juste avec moi ? »

Question rhétorique, bien sûr, la face hilare de Haine suffisait à le confirmer. Elle continua à rire encore quelques minutes, comme le parfait génie du mal qu’elle était, observant Hikari essuyer la table entre deux battements de cil humides. Dire qu’elle n’avait plus ri comme ça depuis… depuis… depuis que Rose avait vomi sur les pieds d’Akane le soir d’Halloween. Oui, voilà, exactement. Pendant que l’élève s’essuyait le coin de la bouche, elle s’appliqua à essuyer les larmes aux coins de ses yeux.

« Donc. Oui. Kain. Kain, c'est mon frère. Et, euh, oui, qu'est-ce qu'il a ? Hum. »

Haine ne dit rien et continua de la fixer en souriant. Le regard luisant à cause des larmes qui y résidaient encore, elle détailla longuement la jeune fille assise en face d’elle pendant qu’elle terminait de manger. Tant de contradictions dans un si petit être, c’était assez surprenant. Et alors même qu’elle s’était faite démasquer, qu’elle l’avait compris et pleuré, elle continué de nier en bloc. L’habitude sans doute. Cette pensée en amena une autre ; pour s’être habituée à mentir de la sorte, jusqu’à ce que ça devienne un réflexe, depuis combien de temps était-elle amoureuse de lui ? Non, la question n’était pas là. Depuis combien de temps avait-elle réalisé qu’elle était amoureuse de lui ? Des semaines ? Des mois ? Des années ? L’enseignante espérait vainement que ce serait la première hypothèse, les deux autres étant lourdes de blessures et traumatismes ; Kain était un coureur de jupons, même les professeurs le savaient.

« Dites... »

Les yeux à nouveau en face des trous, elle redressa la tête. Hikari avait le regard fuyant. « Dites ».
Oui ? Qu’y-a-t-il Hikari ? Je pense que, après la soirée de l’on vient de passer, je peux t’appeler par ton prénom, non ? Même si je le faisais déjà avant, j’avais oublié. Tu m’excuseras, j’ai un peu du mal avec les convenances. Donc, oui, que veux-tu me demander ? Tu sais bien que tu peux me demander n’importe quoi, je ne suis plus à une petite question près. Ou même une petite révélation. Sauf si tu me dis que tu es enceinte, là compte pas sur moi pour élever le bébé à ta place. Mais je pourrais toujours te conduire à l’hôpital, les avortements je sais comment ça marche. Enfin, je suppose que ce n’est pas ce que tu vas me demander, tu n’es pas ce genre de fille Hikari. Alors, quoi, qu’est-ce qu’il y a ? De quoi as-tu besoin ? Une réponse ? Un conseil ? Un câlin, un bisou ? Une épaule où pleurer, un lit où dormir ? Une oreille dans laquelle parler, un corps contre lequel se blottir ? Je veux bien t’aider ma jolie, je veux bien te fournir ce dont tu as besoin. Mais si tu ne dis rien, je ne peux pas le faire. Je suis un homme et une femme, mais pas encore un télépathe.

« Vous pouvez me passer le sel ?
_ … il est derrière toi. Le placard à gauche. »


Son assiette était vide, de toute façon, elle n’avait plus rien à saler.

« Monsieur... Enfin, Madame...
_ Haine. »


Au point où elles en étaient, ça n’allait pas changer grand-chose.

« Comment vous avez su ? C'était dans les douches ? Qu'est-ce que je dois faire ? »

Deux questions qui méritaient deux réponses claires et distinctes. Haine se redressa sur sa chaise, se décidant à les prendre dans l’ordre d’arrivée.

« Eh bien, c’était évident. Et non, c’était dans la Grande Salle, pourquoi les douches ? demanda-t-elle en haussant un sourcil surpris. En fait, je pense que si vous n’étiez pas frère et sœur n’importe qui s’en serait rendu compte. Tu le dévorais des yeux, tu foudroyais sa partenaire du regard… et tu m’as recraché ton vin à la figure à son entrée.

La jeune femme rit, mais sa chemise se souvenait encore de la scène. Enfin, elle s’en fichait, ce n’était qu’un vêtement après tout.

_ Tu sais, quand je te parlais de mes hypothétiques demi-frères et sœurs, j’étais sérieuse, reprit-elle. Donc sérieusement, une fois qu’on oublie votre relation de parenté et qu’on vous regarde comme juste un garçon et une fille, ça saute aux yeux. »

Les amours adolescentes sont tellement transparentes, quand on y pense. Et même les adultes. En fait, il n’y a bien que les deux concernés pour ne pas s’en rendre compte. Quand tout l’entourage les fixe avec des yeux évocateurs, ils se contentent de hausser les sourcils en souriant, comme les parfaits petits anges innocents qu’ils sont. Peut être est-ce à ça, aussi, que l’on reconnait un coup de cœur d’un vulgaire coup de queue. Le coup de queue, on voit tout de suite si on lui plait ou non et si, par le plus grand des hasards, son lit ne serait pas sur notre chemin.

Passant sa main dans sa tignasse mouillée, Haine s’assit en tailleur sur sa chaise. Quelle était la deuxième question, déjà ? Ah oui, ce qu’elle devait faire.

« Si je te dis de te jeter par la fenêtre, tu le feras ? »

Pas la peine de la regarder avec ces yeux de merlan frit, elle était tout à fait sérieuse. Ou pas du tout, vu le sourire qui vient d’étirer ses lèvres.

« Tu vois, tu ne peux pas juste suivre aveuglément mes ordres. C’est à toi de décider de la marche à suivre, c’est à toi de faire ce que tu as envie de faire, selon tes désirs et tes ressentis. C’est de toi que Kain doit être amoureux, pas de moi qui te dis quoi faire.

Si on prend en compte qu’il n’est pas déjà amoureux, bien sûr. Ce dont la jeune femme avait tendance à douteur, mais mieux valait garder ses réflexions pour elle.

_ Mais si tu veux mon avis, le voilà ; c’est à l’homme de faire le premier pas.

Elle remonta un genoux contre sa poitrine et se gratta la joue.

_ Tu ne trouveras pas de femme plus macho que moi, ni d’homme plus féministe, et je te le dis ; ne te jette pas éperdue entre ses bras. Fais le un peu mijoter et si tu vois qu’il réagi, alors c’est qu’il n’est pas totalement indifférent.

Souriante, elle se pencha sur la table en y appuyant ses deux coudes. Elle se faisait l’impression d’une véritable stratège militaire de la guerre de l’amour. Et elle aimait ça.

_ Outre le côté sadique de la chose, cette petite ruse à aussi l’avantage de t’éviter de te déclarer à quelqu’un qui ne ressent rien pour toi. Car si dans n’importe quelle autre situation un râteau n’est qu’un râteau, dans la tienne ce serait un peu plus grave que cela, n’est-ce pas ? »

Après tout, on ne reçoit pas de déclaration d’amour enflammée de sa sœur tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 29 Avr - 12:36


En ouvrant le placard, Hikari se sentit affreusement ridicule. Plus particulièrement en se rasseyant face à une assiette vide, salière en main, sans savoir quoi en faire. Incohérence totale. D'autant plus qu'elle avait chargé son plat en sel - ce qui était peut-être un de ses plus grands défauts en cuisine, toute obstinée qu'elle était par la perspective d'un repas sans saveur. Résignée, elle reposa le petit objet sur la table et se lança.

« Monsieur... Enfin, Madame...
- Haine.
»

Trop occupée à rassembler son courage pour oser exposer ses doutes à quelqu'un d'autre qu'elle-même, la blondinette n'y prêta qu'une oreille distraite mais eut le vague sentiment que son lien avec l'hermaphrodite avait été éclaircie. Elle qui s'obstinait à parler de prof particulier, elle devait bien faire face à l'évidence : Teruko - ou plutôt Haine - était bien plus qu'une simple enseignante à ses yeux. Les événements de la soirée étaient encore trop récents pour qu'elle mette un mot sur leur relation. Et puis, qui s'en préoccupait, au fond ?

« Comment vous avez su ? C'était dans les douches ? Qu'est-ce que je dois faire ?
- Eh bien, c’était évident. Et non, c’était dans la Grande Salle, pourquoi les douches ?
»

... Ah. Ok. Merde. Comment se fourrer dans une situation gênante par ses propres moyens et sans que personne ne lui ait demandé quoi que ce soit. L'adolescente toussota, baissa les yeux en se tapotant le coin de la bouche avec sa serviette, esquiva la question en marmonnant un « Oh non pour rien, rien du tout », et préféra laisser Haine continuer.

« En fait, je pense que si vous n’étiez pas frère et sœur n’importe qui s’en serait rendu compte. Tu le dévorais des yeux, tu foudroyais sa partenaire du regard… et tu m’as recraché ton vin à la figure à son entrée.
- Ah, oui, pardon, j'avais pas fait exprès vous savez...
»

Plus la jeune femme avançait dans son discours et plus Hikari s'enfonçait dans sa chaise, les joues en feu, le regard fuyant. Elle qui se croyait grande actrice, c'était raté. La seule barrière qui avait empêché son entourage de la percer à jour était la nature de son secret, trop inimaginable pour être seulement envisagé. Pas grandiose. Sans compter qu'être décrite en tant que jeune fille en fleur au regard passionné, c'était plus qu'embarrassant.

« Tu sais, quand je te parlais de mes hypothétiques demi-frères et sœurs, j’étais sérieuse. Donc sérieusement, une fois qu’on oublie votre relation de parenté et qu’on vous regarde comme juste un garçon et une fille, ça saute aux yeux. »

Rajoutes-en une couche, surtout. L'idée de ne pas être la seule à avoir "commis" un inceste la rassura un peu, et elle se décontracta imperceptiblement.

« Si je te dis de te jeter par la fenêtre, tu le feras ? »

Changement de discours. Troublée, elle alla jusqu'à redresser la tête et à oser croiser le regard de Haine ; la honte s'insinua lentement dans son esprit, s'emparant de son corps. Si son interlocutrice souriait, cela ne suffit pas à la rasséréner et elle déglutit nerveusement, les mains moites crispées sur ses genoux. En y repensant, c'est vrai que sa question était des plus idiotes. Mais après toutes ces journées passées à ressasser la situation, à chercher des solutions toujours en vain, à se creuser la tête jusqu'à s'en arracher les cheveux : oui, elle en avait un peu marre, et elle aurait bien aimé suivre les directives de quelqu'un de confiance, sur qui elle pouvait se reposer.

« Tu vois, tu ne peux pas juste suivre aveuglément mes ordres. C’est à toi de décider de la marche à suivre, c’est à toi de faire ce que tu as envie de faire, selon tes désirs et tes ressentis. C’est de toi que Kain doit être amoureux, pas de moi qui te dis quoi faire. »

Bon, d'accord, d'accord ! Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie, elle avait été conne, voilà, elle admettait. La dernière phrase lui donna le désagréable sentiment qu'un quiproquo s'était produit. Soit Haine pensait à tort que ses sentiments n'étaient pas partagés, soit Hikari s'était tourné un film et son frère voulait juste accumuler des expériences avec des amours interdits. Elle aurait voulu ouvrir la bouche pour protester, affirmer fièrement qu'ils avaient échangé des baisers passionnés, qu'elle n'était pas une pauvre tordue qui avait des fantasmes bizarres sur un pauvre jumeau qui couchait avec toutes les filles venues pour que sa folle de sœur ne lui saute pas dessus. Mais non, elle avait l'impression d'avoir perdu l'usage de la parole. Et Haine continuait sur sa lancée. Même si cela partait d'une bonne intention, chaque mot était comme une flèche plantée en plein dans son pauvre petit cœur tout perdu.

« Mais si tu veux mon avis, le voilà ; c’est à l’homme de faire le premier pas. »

Mais il l'avait fait ! ... Peut-être ! Même si dans la cuisine les rôles avaient été un peu flous - il s'était approché si près, elle l'avait interprété du mieux qu'elle pouvait avec son cerveau défectueux, et puis ça arrive à tout le monde -, c'était lui qui était venu dans les douches pour la voir. Elle l'avait pas plaqué contre le mur de la douche, elle ! Et puis il lui avait dit qu'il l'aimait. Mais cette phrase, il avait dû la dire des milliers de fois à des dizaines de femmes différentes.

« Tu ne trouveras pas de femme plus macho que moi, ni d’homme plus féministe, et je te le dis ; ne te jette pas éperdue entre ses bras. »

A mieux y réfléchir, c'est vrai qu'elle était trop crédule. Mais Kain ne lui avait jamais menti. Il ne lui aurait pas infligé de telles souffrances simplement pour s'amuser. Il s'était mis dans une situation indélicate avec elle, avait risqué une réputation, des amis. Mais peut-être était-ce une amourette passagère, comme l'attirance éphémère provoquée par une expérience que l'on sait interdite et qui n'intéresse plus une fois essayée. Horrifiée par cette idée, Hikari plongea son regard dans celui de Haine, prêtant la plus grande attention à ses propos.

« Fais le un peu mijoter et si tu vois qu’il réagi, alors c’est qu’il n’est pas totalement indifférent. Outre le côté sadique de la chose, cette petite ruse à aussi l’avantage de t’éviter de te déclarer à quelqu’un qui ne ressent rien pour toi. Car si dans n’importe quelle autre situation un râteau n’est qu’un râteau, dans la tienne ce serait un peu plus grave que cela, n’est-ce pas ? »

Oui, ça c'était le moins qu'on puisse dire. Affreusement gênée d'avoir omis des aspects capitaux de la situation, Hikari se racla la gorge et commença, hésitante :

« Euh, je crois que j'ai oublié de parler d'un truc important, en fait... » Profonde inspiration. « Vous savez, je vous ai parlé des... euh... douches... Enfin, techniquement c'est pas là que ça a commencé... Y avait la cuisine aussi... Ou plutôt la chambre froide... »

C'était rare qu'elle soit dans un tel embarras. Pas moyen d'éluder. Mais il valait mieux poursuivre tout de suite - vu la manière dont elle formulait ses révélations, on avait l'impression qu'elle avait couché avec son frère dans chaque recoin du pensionnat. Elle se racla la gorge une nouvelle fois.

« Enfin, c'est que... On s'est embrassés plusieurs fois - au départ c'était moi mais il était près, je lui ai pas sauté dessus, et puis dans les douches c'était lui, après je dis ça, peut-être que je me trompe, et puis c'est lui qui m'a dit qu'il m'aimait mais on se dit ça entre frère et sœur aussi des fois, enfin là il me l'a dit après m'avoir roulé une pelle donc je suppose quand même que c'était un peu plus que ça, quand j'y pense je lui ai pas vraiment répondu très clairement mais il m'a demandé aussi si on avait le droit de s'aimer donc je pense que je me tourne pas un film si ? Mais c'est vrai qu'il faut pas que je me jette dans ses bras et je sais toujours pas s'il se jette sur toutes les filles du pensionnat parce que j'ose pas lui demander mais si je lui demandais il aurait le droit de dire oui, pour pas éveiller les soupçons, et puis on change pas la nature des gens et je veux pas passer pour la lourdingue de service, et puis peut-être que je suis juste un amusement mais j'en sais rien et... »

Oui, là il était temps de reprendre sa respiration quand même. Impressionnée par sa propre performance, elle se permit de reprendre son souffle.

« Bref, hum, euh, si on pouvait euh, enfin, votre truc de laisser mijoter, je veux bien le faire, enfin je l'avais déjà évité pendant plus d'une semaine et ça l'avait plus énervé qu'autre chose donc si y a quelque chose de plus efficace faut pas hésiter à me le dire, hum. »

Spoiler:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 3 Mai - 16:14


Haine vit Hikari passer par toutes les teintes et toutes les mimiques possibles et imaginables. A croire que chacun de ses mots touchaient un point sensible différent mais avec toujours la même intensité. Le plus sadique des salops n’auraient pas réussi à égratigner la carapace de la blonde, avec toute la bonne volonté du monde la professeure y plongeait poignard après poignard. Un don, à n’en pas douter. Dommage que blesser son élève ne soit en aucun cas son but.

Seulement elle était lancée et, même, Hikari ne faisait rien pour l’arrêter, donc la jeune femme continua son exposé détaillé de la situation. Convenance ou pas, elle ne doutait pas une seconde que la blondinette oserait lui sortir un joli « Ta gueule » si vraiment elle disait quelque chose qu’il ne fallait pas, relation prof/élève ou pas. Non, décidément, mieux valait aller jusqu’au bout de sa pensée et voir les réactions de la jeune fille au passage. Et ça ne rata pas. Surprise, honte, colère, gêne, déception, tristesse. Pas un seul sentiment positif dans ses beaux yeux bleus. Sûrement que sa stratégie de l’amour était pas autant au goût de son élève qu’au sien.

« Euh, je crois que j'ai oublié de parler d'un truc important, en fait...
_ Ah ? »


Ça expliquait bien des choses. Si on lui donnait pas tous les éléments aussi, Haine elle pouvait pas faire grand-chose pour élaborer des plans intelligents ! Se réinstallant confortablement sur sa chaise, la jeune enseignante regarda Hikari avaler péniblement sa salive. C’était elle ou ses joues étaient d’un beau rouge ?

« Vous savez, je vous ai parlé des... euh... douches... Enfin, techniquement c'est pas là que ça a commencé... Y avait la cuisine aussi... Ou plutôt la chambre froide... »

Haussement de sourcil. Oh. Avant que la blonde ne continue il était temps pour Haine se poser quelques questions essentielles : voulait-elle vraiment écouter la suite ? Carrément. Si ça devenait hot ? toujours. Mais arriverait-elle à vivre avec des telles confessions sur ses épaules ? Moment de réflexion et coup d’œil à tout ce qu’elle savait déjà ; oui, elle y arriverait sans mal. Alors elle appuya son coude sur la table et son menton dans sa paume, le regard brillant.

« Enfin, c'est que... On s'est embrassés plusieurs fois...

Hoho, ça commençait bien. Diable ! pourquoi n’avait-elle pas pensé au popcorn ?

_ … - au départ c'était moi mais il était près, je lui ai pas sauté dessus, et puis dans les douches c'était lui, après je dis ça, peut-être que je me trompe, et puis c'est lui qui m'a dit qu'il m'aimait mais on se dit ça entre frère et sœur aussi des fois, enfin là il me l'a dit après m'avoir roulé une pelle donc je suppose quand même que c'était un peu plus que ça, quand j'y pense je lui ai pas vraiment répondu très clairement mais il m'a demandé aussi si on avait le droit de s'aimer donc je pense que je me tourne pas un film si ? Mais c'est vrai qu'il faut pas que je me jette dans ses bras et je sais toujours pas s'il se jette sur toutes les filles du pensionnat parce que j'ose pas lui demander mais si je lui demandais il aurait le droit de dire oui, pour pas éveiller les soupçons, et puis on change pas la nature des gens et je veux pas passer pour la lourdingue de service, et puis peut-être que je suis juste un amusement mais j'en sais rien et... »

Bon, il était où le bouton « Pause » ? Pas qu’elle n’était pas curieuse, mais elle avait tout de même besoin d’un minimum de temps pour assimiler toutes ces informations qui lui pleuvaient dessus à torrent. Malheureusement Hikari semblait dépourvue d’un tel interrupteur et continua son avalanche de mots sans fléchir.

« Bref, hum, euh, si on pouvait euh, enfin, votre truc de laisser mijoter, je veux bien le faire, enfin je l'avais déjà évité pendant plus d'une semaine et ça l'avait plus énervé qu'autre chose donc si y a quelque chose de plus efficace faut pas hésiter à me le dire, hum. »

Haine papillonna quelques secondes avant de se redresser.

« Fini ?

Absence de réponse, autant enchaîner.

_ Bon, laisse-moi remettre mes idées en place dans ce cas. »

Se radossant contre sa chaise, la jeune femme se pris la tête entre les mains pour mieux réfléchir. Oui, c’était plus rapide quand elle se chauffait le cerveau de la sorte. Bien, alors, tout d’abord, mieux définir la relation des Okada ; après tout, il ne fallait pas qu’elle tombe à côté encore une fois. Alors qu’elle prenait sa respiration, Haine se félicita que Hikari n’ait rien dans la bouche à lui cracher dessus.

« Est-ce que vous avez couché ensemble ? »

En toute logique et vu ce qu’elle venait déjà de lui avouer, la blondinette n’aurait pas omis un détail de cette importance dans son compte rendu. Mais sait-on jamais.

« Me regarde pas comme ça, j’ai besoin de savoir ! Et je te préviens de suite, les questions que je vais te poser sont des plus horripilantes et indiscrètes, mais c’est afin de mieux cerner les sentiments de ton frère que je fais ça. Bon, vous vous êtes embrassés, ok, mais comment ?

Regard d’incompréhension total, air perdu, lueur interrogative dans le regard bleu. Ok, c’était pas gagné.

_ Sur le coin des lèvres ? La bouche ? Longtemps ? Pas longtemps ? Avec la langue ? Il t’a mordue ? Vous êtes descendus le long de la mâchoire ? Dans le creux du cou ? Sur l’oreille ? Les joues, les pommettes, le front, les yeux, le menton ? Décris moi, quoi ! »

Haine fit une pause dans ses questions intrusives, le temps à Hikari de s’en remettre et d’y répondre. Notant chaque détail dans un coin spécifique de sa tête – avec l’étiquette « Inceste Okada » collée dessus – elle attendit d’avoir tous les détails souhaités pour poursuivre.

« Et ses mains ? Que faisaient ses mains, pendant le baiser ? »

Cette fois, pas la peine de préciser – sans doute qu’une fois avait suffit – et elle n’eut qu’à attendre pour recueillir les données attendues. Bon, l’équation était assez claire pour son œil d’expert. Mais mieux valait être sûre.

« Ok, lâcha-t-elle en posant ses mains bien à plat sur la table de bois. Je crois que j’ai saisi la situation. On va donc s’en tenir au plan initial : le faire mijoter, mais en changeant légèrement les ingrédients.

D’un bond elle se retrouva sur ses deux jambes, allant et venant dans le salon à grandes enjambées dynamiques. Ce genre de jeu l’émoustillait et elle se sentait vivante et… très gamine, oui. Et Haine adorait ça.

_ Comme il n’aime pas être ignoré on va jouer sur un autre tableau : la jalousie. Hikari, il te faut un pauvre hère pendu à tes baskets ou un garçon séduisant avec lequel tu t’entends bien. Trop bien.

Sourire machiavélique comme seule elle savait les faire.

_ Sans qu’il te drague pour autant, il faut que Kain sente que vous êtes proches et se sente menacé par cette proximité. Selon sa réaction, on pourra savoir si oui ou non il est sérieux avec toi. »

Et si oui, mon rôle dans cette histoire sera terminée, aurait-elle pu ajouter. Mais c’était implicite. S’immobilisant soudainement, les poings sur les hanche, Haine se tourna vers son élève.

« Alors, tu as quelqu’un en vue ? »

Spoiler:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Haine Teruko le Jeu 5 Juil - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mer 23 Mai - 15:03


Comment résumer un indescriptible sentiment d'incompréhension, mettre un mot sur l'étendue de votre perplexité, sans pour autant omettre une gêne telle que vous n'en avez jamais éprouvée ? Une gêne si intense qu'elle vous étouffe et vous chauffe les joues comme si on les marquait au fer rouge, une gêne qui donne un teint écarlate à la pointe de vos oreilles et à l'extrémité de votre front, une gêne qui vous fait battre le cœur et haleter, une gêne qui va jusqu'à vous faire paniquer, vous faire perdre vos moyens, qui vous rend les mains moites et tremblantes ? En trois lettres on pouvait résumer la pensée de la pauvre Hikari en surnage dont les yeux s'embuaient tant elle ne savait plus où se mettre : WTF.

Le visage de la jeune fille prit progressivement une agréable couleur tomate au fil des questions de Haine.

« Est-ce que vous avez couché ensemble ? »

Boum. Tiens, prends ça la salière, t'as eu une belle vie mais fallait pas te trouver près de ma main droite, pas ma faute si j'ai des spasmes, je suis stressée en ce moment et faut pas me faire chier. En se confondant en excuses qui lui permettaient surtout d'éluder la question de sa prof, l'adolescente plongea rattraper l'objet qui avait renversé une bonne partie de son contenu par terre, s'appliquant à ramasser jusqu'au moindre grain de sel pour gagner du temps.

C'était une question qu'on entendait dans tous les films, et même dans la vraie vie. Alors pourquoi s'affolait-elle ainsi ? Peut-être parce que ce genre de questions, on ne les lui adressait jamais à elle. Après tout, il n'avait jamais été question que cette bourrine immature un brin otaku d'Okada puisse avoir une relation amoureuse - aussi poussée ! - avec qui que ce soit. Haine était décidément la seule à imaginer ce genre de choses de sa part. C'était comme les talons, tiens. Hikari avait envie d'en rire - c'était impossible, voyons, elle-même n'arrivait pas à s'imaginer dans une telle situation ! - mais pour une fois, elle avait envie de sortir de son rôle de gamine, de jouer à la grande, de faire comme tout le monde et d'en parler sans peur, un brin mal à l'aise mais sans se ratatiner sur soi-même. Haha. Plus facile à dire qu'à faire.

De toutes manières, ils n'avaient rien fait. Bon, c'était pas loin. Mais. Non. Un jour ? Ah, c'était bizarre. Son frère ! Mais qu'est-ce qu'il était parfait, bordel. Comparé à tous ces boutonneux qui se la jouaient charismatiques, il était un dieu. Kain, il n'avait pas besoin de se donner des airs, il attirait naturellement les autres à lui. Et dans son lit, accessoirement. Tiens, il restait un peu de sel.

« Me regarde pas comme ça, j’ai besoin de savoir ! Et je te préviens de suite, les questions que je vais te poser sont des plus horripilantes et indiscrètes... » Ah bon ? Oh, elle aurait pas cru ! Venant de la part de quelqu'un d'aussi discret que Haine, c'était très inattendu. « ... Mais c’est afin de mieux cerner les sentiments de ton frère que je fais ça. »

Certes, certes. Cette déclaration lui mina le moral. L'amour de son frère pour elle était bel et bien hypothétique, malgré tout ce qu'il avait pu lui affirmer. Ce qu'il lui avait dit, il l'avait dit à tant d'autres filles !

« Bon, vous vous êtes embrassés, ok, mais comment ? »

Bah, euh, hein ? Qu'est-ce qu'elle en savait, elle ? Putain, elle roulait pas des pelles à tous ceux qui lui passaient sous le nez, elle avait pas d'objet de comparaison !

« Sur le coin des lèvres ? La bouche ? Longtemps ? Pas longtemps ? Avec la langue ? Il t’a mordue ? Vous êtes descendus le long de la mâchoire ? Dans le creux du cou ? Sur l’oreille ? Les joues, les pommettes, le front, les yeux, le menton ? Décris-moi, quoi ! »

Hoho, comme vous y allez, très chère.

Arrivée à un stade très avancé de sa transformation en Power Rangers Force Rouge, Hikari reposa la salière sur la table d'une main tremblante et se débarrassa tant bien que mal dans la poubelle du sel qui adhérait à sa paume moite. Haine avait fait une pause dans ses questions. Apparemment, il était temps de faire face. Pour Kain, pour l'amour, pour l'honneur, pour la horde, lance-toi, Hikari ! Le regard trouble, la jeune fille déglutit, s'agrippa au dossier de sa chaise d'une main tremblante, et s'assit avec une lenteur délibérée. Bon bon bon. Sans oser croiser le regard insistant de son interlocutrice, elle ferma les yeux, tentant de se rappeler des événements pour les restituer de la manière la plus synthétique possible.

« Euh, bah... La b-b-b-bouche o-o-oui... » commença-t-elle d'une voix si chevrotante qu'elle faisait peine à voir. « Longtemps, ça dépend ce que v-v-vous entendez p-p-par là... Hem... Ben... Oui, quand même... La l-l-l-l-l-l » - pouh, c'est dur - « l-l-l-l-l-laa-aanng-g- » - tu peux le faire Hikari ! - « ... guee oui, c'est sûr. Et puis bon, ça aurait pu durer plus longtemps, m-m-mais la dou-ou-ouche, enfin... Hum... Elle s'est déclenchée toute seule... » - ça c'est facile à dire, tu gères ma grande ! - « ... et on était tremp-p-pés... Mais non on a r-r-ien f-f-fait d'autre, et puis je... euh... il m'a pas m-m-mordue, p-pourquoi, il aurait dû ? Et puis il a... Enfin... Il est tombé sur m-moi et les pouvoirs, ben, ils se sont déclenchés, j'ai dû l'arrêter... On était fatigués après... Je me suis endormie s-s-sur l-l-l-lui et quelqu'un est arrivé... Et voilà... On est p-partis chacun de n-notre côté... Et puis... Non, on a r-rien f-fait d-d-d-d'autre... »

Suant et respirant comme si elle sortait d'un marathon, la jeune fille s'agrippa au bord de la table et déglutit. Oui, ça avait été un effort surhumain de parler - en détails, sainte horreur ! - de sa relation avec Kain. Sachant que sa vie amoureuse se résumait, en excluant ce merveilleux inceste qui l'occupait toute entière depuis un bon moment, à sa passion inconditionnelle pour Lapinosaurus.

« Et ses mains ? Que faisaient ses mains, pendant le baiser ? »

Elle qui s'était crue tirée d'affaire. Elle était bien naïve. Allez, lance-toi dans le bain, ne réfléchis pas, ferme les yeux, et cette fois-ci arrête de bégayer parce que ça ne te rend que plus ridicule.

« Euh... B-b-b-baah, il me t-t-tenait les p-p-p-poignets j-je crois, e-e-enfin c-c-c-contre le m-m-mur de la d-d-douche q-quoi. M-m-mais a-après on est t-tombés donc v-voilà... »

Pas la peine de toussoter pour te donner une contenance, tu t'es déjà assez enfoncée comme ça.

« Ok. » Paf. Prends ça la table en bois. « Je crois que j’ai saisi la situation. On va donc s’en tenir au plan initial : le faire mijoter, mais en changeant légèrement les ingrédients. » Boum boum boum. Dans ta tronche le sol, Haine est pas bien lourde mais elle t'écrase quand même à grands pas. « Comme il n’aime pas être ignoré on va jouer sur un autre tableau : la jalousie. Hikari, il te faut un pauvre hère pendu à tes baskets ou un garçon séduisant avec lequel tu t’entends bien. Trop bien. » Ne me fais pas ce sourire Haine, tu me donnes des frissons, j'ai l'impression de m'embarquer dans une affaire louche. « Sans qu’il te drague pour autant, il faut que Kain sente que vous êtes proches et se sente menacé par cette proximité. Selon sa réaction, on pourra savoir si oui ou non il est sérieux avec toi. »

Éberluée, Hikari en resta bouche bée. L'idée en soi lui inspirait un profond malaise. Cela revenait ni plus ni moins à tromper son frère, à le manipuler, même à lui faire subir un test. Elle reconnaissait volontiers quelques-uns de ses défauts et complexait à de nombreux propos ; mais toujours elle avait voué une haine farouche à l'envers des individus calculateurs qui manquaient de spontanéité, et elle marquait un point d'honneur à ne pas imiter leur comportement.

Oui sauf que voilà. L'idée était tentante. Furieusement alléchante. Elle avait toujours été celle qui regardait, sans agir, son frère courtiser un troupeau de dindes glougloutantes qui se pressaient autour de lui pour obtenir ses faveurs de jeune dindonneau à la chair bien ferme et à la caroncule luisante.

« Alors, tu as quelqu’un en vue ? »

Plus le temps de réfléchir, il fallait prendre une décision, et elle avait une confiance - à peu près - aveugle en Haine et ses multiples expériences. Elle ne perdait rien à tenter le coup, après tout.

Mais qui ?

Elle fit défiler toutes ses connaissances masculines dans sa tête. Hyuga, hors de question ; meilleur ami de Kain, sans compter que la haine qu'elle lui vouait était réputée, un flirt serait incohérent. Raimu était trop gentil pour qu'elle l'embarque dans ce genre d'histoires - et puis ce n'était pas le genre dragueur, ça n'allait pas. Shigeru, inutile d'y penser. Tachibana, BORDEL NOOON, CHASSEZ CE VISAGE DE MON ESPRIT. Tsukiyo ? Non mais elle allait pas bien, un prof en plus, elle le connaissait à peine et elle ne tenait pas à perdre ses faveurs en agissant étrangement.

Non, il lui fallait quelqu'un en qui elle puisse avoir confiance ; l'idéal aurait été qu'il soit au courant de la situation - mais bon, on ne pouvait pas vraiment rêver -, prêt à jouer le jeu - parce qu'avant de trouver un homme réellement pendu à ses lèvres et béat d'admiration, elle avait du chemin à parcourir -, et surtout convaincant, pas un gros moche incapable de faire de la concurrence. Mais personne ne correspondait à cet idéal.

Sauf une personne. Illumination divine. Un sourira éclaira le visage jusque là dépité de l'adolescente, et une lueur de malice s'alluma dans son regard, toute honte oubliée.

« Haine... Il est tout trouvé, lui. » Elle le fixa intensément pour lui faire communiquer son idée, mais décida de clarifier la situation au bout de quelques secondes pour éviter tout malentendu. « Vous... Enfin tu pourrais le faire, non ? Je ne vois pas qui est mieux choisi. On a passé la soirée de Noël ensemble, il le sait, et il nous a vus partir avant la fin. Il peut s'imaginer plein de trucs. »

Elle se découvrait un côté maléfique. Elle qui pensait nourrir à l'égard de son frère un amour pur, c'était foiré pour l'innocence parfaite.

« Enfin, je sais qu'à priori c'est incohérent. Mais bon, tu peux toujours passer pour un pédophile. Enfin, je veux pas dire que t'en as la tête. Un peu. Mais c'est pas méchant ! Tu sais, dans les films, l'ado qui veut aller se marier avec son prof contre l'avis de tout le monde, mais elle s'en fout parce qu'elle l'idéalise. Enfin, ça irait non ? Si tu veux pas c'est pas grave, on peut trouver quelqu'un d'autre. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 5 Juil - 21:14



Le fou rire pris racine dans le bas de son dos, quelque part dans le creux de ses reins. Lentement, lentement, elle le sentit remonter le long de sa colonne vertébrale, nouant abdos et lombaires sur son passage. Plus il montait, plus Haine se sentait crispée. Ce n’était pas vraiment le moment de rire. Mais son hilarité refusait d’écouter les appels de détresse que lui envoyait son cerveau et, même s’il l’aurait fait, sans doute que l’enseignante n’aurait pas été assez mature pour se contenir bien plus longtemps. Elle avait un besoin impérieux de rire. Pas d’Hikari, sa pauvre élève fourrée dans une situation dix fois trop compliquée pour ses 17 années et ses racines blondes, non, elle n’aurait jamais ri d’elle. C’était plutôt cette situation si compliquée qui la mettait à l’agonie. Après tout, en rire, ce n’était pas aussi un peu dédramatiser les choses ? Et Haine avait un don certain pour faire passer pour un rien ce qui, à la base, était en fait une montagne de problème. Peut être était-ce un don, peut être était-ce une tare. Allez savoir, elle s’en fichait elle-même royalement et continuait à propager sa bonne parole partout où on ne la faisait pas taire. Mais là n’est pas le sujet actuellement.
Le rire continuait de monter en elle, empruntant intestins et duodénum pour finalement venir emplir ses poumons d’un air qu’elle n’avait qu’une envie : expirer. Elle les bloqua donc, retenant sa respiration du mieux qu’elle pouvait sans paraître trop suspecte, un sourire figé sur les lèvres. A quel moment tout cela avait commencé, hum ? Quand est-ce que le rire s’était invité chez elle exactement ? Quand elle avait commencé à poser des questions à Hikari et que la salière avait volé dans immédiat exemplaire ? Ou bien quand, malgré la tête effarée de la petite blonde elle avait continué à la questionner sans relâche, l’observant du coin de l’œil rougir davantage à chaque grain de sel ramassé ? Pourtant, malgré toutes ces occasions de se moquer, Haine avait résisté et poursuivi son interrogatoire sans un signe de faible, donc ce ne devait pas être à ce moment là. Sans doute que c’était sa réponse presque incompréhensible qui avait été l’élément déclencheur :

« Euh, bah... La b-b-b-bouche o-o-oui... »

Comment résister à sourire dans une situation pareille ? Comment ne pas sentir la pointe brulante du rire venir vous chatouiller les côtes ? Cependant, malgré cette véritable tentation du démon, la jeune professeure su résister avec brio. Elle n’esquissa pas un geste, ou peut être juste un petit plissement de l’œil attentif et, avouons-le, légèrement amusé. C’est avec calme et sérieux qu’elle écouta le reste du récit :

« Longtemps, ça dépend ce que v-v-vous entendez p-p-par là... Hem... Ben... Oui, quand même... La l-l-l-l-l-l.. l-l-l-l-l-laa-aanng-g-... guee oui, c'est sûr. Et puis bon, ça aurait pu durer plus longtemps, m-m-mais la dou-ou-ouche, enfin... Hum... Elle s'est déclenchée toute seule... et on était tremp-p-pés... Mais non on a r-r-ien f-f-fait d'autre, et puis je... euh... il m'a pas m-m-mordue, p-pourquoi, il aurait dû ? Et puis il a... Enfin... Il est tombé sur m-moi et les pouvoirs, ben, ils se sont déclenchés, j'ai dû l'arrêter... On était fatigués après... Je me suis endormie s-s-sur l-l-l-lui et quelqu'un est arrivé... Et voilà... On est p-partis chacun de n-notre côté... Et puis... Non, on a r-rien f-fait d-d-d-d'autre... »

Et là, là elle aurait pu céder et exploser. Qu’est ce qui l’en empêchait après tout ? Elle avait tout écouté et enregistré chaque détails importants et, si on en jugeait par sa couleur et son état fébrile, Hikari n’avait de toute évidence aucune envie de continuer ce dialogue. Mais non, elle s’obstina. Haine devait en savoir plus, toujours plus et encore plus. Quand elle commençait quelque chose, elle aimait le finir.

« Et ses mains ? Que faisaient ses mains, pendant le baiser ? »

Nouvel arrêt cardiaque de son élève, nouvel effort pour ne pas rire de la part de la jeune femme.

« Euh... B-b-b-baah, il me t-t-tenait les p-p-p-poignets j-je crois, e-e-enfin c-c-c-contre le m-m-mur de la d-d-douche q-quoi. M-m-mais a-après on est t-tombés donc v-voilà... »

Et maintenant on en était là, à ce moment fatidique où le rire de Haine était en train de remonter de ses poumons jusque dans sa gorge, faisant vibrer ses cordes vocales de plaisir anticipé. C’est pourquoi elle se leva si brusquement, camouflant un éclat de rire dans le bruit que ses pieds faisaient sur le sol pour dans le brouhaha de son plan savamment imaginé. Elle avait beau être au supplice, elle n’en restait pas moins machiavélique. Détaillant chaque passage, elle observa la tête d’Hikari se décomposer au fur et à mesure qu’elle comprenait ce que l’enseignante lui proposait. Certes, ce n’était pas joli-joli moralement parlant de tester ainsi Kain, jouer avec ses sentiments et autres trucs du genre. Mais la jeune fille était toujours en droit de refuser et alors Haine laisserait tomber ou trouverait une autre astuce tout aussi machiavélique – son cerveau en regorgeait. Vraiment, tout était entre ses petites mains blondes, elle n’avait pas besoin de se prendre le chou avec ça.

« Alors, tu as quelqu’un en vue ? conclu-t-elle finalement. »

Maintenant, c’était le moment du choix. Ou elle acceptait, ou elle refusait, c’était simplissime. Du moins, dit comme ça. Pour Haine tout était toujours si simple… Sauf quand il s’agissait d’elle et ses propres histoires de cœur, bien sûr. Là elle ne savait plus quoi faire, où se mettre, quoi penser et finissait invariablement par juste faire semblant que tout allait bien, que la situation lui convenait. Mais après tout, elle lui convenait effectivement, non ? Après tout, c’était son collègue et meilleur ami, qu’est ce qu’elle pouvait espérer de plus exactement ? Est-ce que le fait d’en faire son amant changerait vraiment quelque chose ? De toute façon, amants, ils l’étaient déjà. En quelque sorte. Mais pourquoi est-ce qu’elle pensait à ça maintenant elle ?! En contradiction totale, un sourire lumineux éclairait le petit visage d’Hikari.

« Haine... Il est tout trouvé, lui. »

Et voilà qu’elle continuait à la fixer avec ce sourire insistant. Que voulait-elle di… Non ? Si ? Shion s’évapora aussitôt de ses pensées pour ne laisser la place qu’à un sadisme mal dissimulé. Mais que voilà une merveilleuse idée chère Hikari !

« Vous... Enfin tu pourrais le faire, non ? Je ne vois pas qui est mieux choisi. On a passé la soirée de Noël ensemble, il le sait, et il nous a vus partir avant la fin. Il peut s'imaginer plein de trucs. »

Haine continua de sourire. Oui. Oui, tout se tenait.

« Enfin, je sais qu'à priori c'est incohérent. Mais bon, tu peux toujours passer pour un pédophile. Enfin, je veux pas dire que t'en as la tête. Un peu. Mais c'est pas méchant ! Tu sais, dans les films, l'ado qui veut aller se marier avec son prof contre l'avis de tout le monde, mais elle s'en fout parce qu'elle l'idéalise. Enfin, ça irait non ? Si tu veux pas c'est pas grave, on peut trouver quelqu'un d'autre. »

Elle tiqua à peine sur le mort « pédophile » et réalisa encore moins que Hikari venait plus ou moins de l’en traiter ; après tout, à force de jouer avec Shigeru, elle avait fini par développer une oreille très sélective aux insultes.

« Pas la peine que tu joues la gamine folle amoureuse de son prof, le but n’est pas de faire croire à Kain que tu l’as oublié mais juste qu’il se sente menacé. Il suffit qu’on se parle quand on se croise dans les couloirs, qu’on rigole ensemble, qu’on soit proche en somme. Un peu d’admiration de ta part, un peu de tendresse de la mienne et le tour est joué ! »

Haine marchait en rond, se grattant pensivement le menton sans même réaliser que la relation qu’elle décrivait était exactement celle qu’elle partageait avec Hikari. Elle aurait juste à prendre sa forme masculine, mettre des tenues sexy et lui poser une main virile sur l’épaule au passage de son frère, rien de bien sorcier. En même temps qu’elle cogitait, elle sentait son rire de tout à l’heure ressortir par bribes saccadés et des plus inquiétantes.

« Oui, oui… et en plus il nous a vu quitter la salle, héhé … Il doit forcément se demander ce qu’on a fait après ! Après tout, tout ce qu’il a vu c’est sa sœur évanouie ou presque dans des bras autres que les siens… Hunhun, je n’ose même pas imaginer les scénarios qu’il doit être en train de se faire en ce moment ! En plus Hikari était en robe, chose rare, et pour moi. C’est pour moi qu’elle s’est faite si jolie, c’est sûrement ce qu’il doit penser… Hahahaha ! C’est parfait ! »

Un bruit connu la fit se tourner vers son élève. Cette dernière avait la bouche grande ouverte, des larmes aux coins des yeux, un bâillement monstrueux lui écartelant la mâchoire. Haine laissa aussitôt retomber tous ses plans inquiétants pour sourire doucement dans sa direction.

« Pardon, c’est vrai qu’il est tard et que cette soirée a été particulièrement éprouvante, surtout pour toi, dit-elle en s’avançant pour lui poser une main dans ses cheveux blonds, qu’elle caressa doucement. Il est temps d’aller dormir.

Elle eut une pensée soudaine pour Hikari, qui allait devoir sortir d’ici et traverser le couloir jusqu’à sa propre chambre vêtue de vêtements prêtés par un professeur. Et si on la voyait ? Certes, cela ne ferait que rendre Kain plus furieux mais ça pénaliserait également sa sœur – et elle aussi, même si elle n’y pensait pas vraiment à l’instant présent. Sa décision fut vite prise.

_ Tu veux dormir ici ? Mon lit est grand et tu ne prends vraiment pas de place. »

Haine sourit une nouvelle fois quand la jeune fille acquiesça et la guida gentiment jusqu’à la chambre. Pendant qu’elle s’endormait doucement elle fit une dernière fois le tour de l’appartement, rangeant ce qui devait l’être et éteignant les quelques lumières encore allumées. Alors seulement elle alla se coucher et, dans les draps déjà chauffés par son petit corps, lui caressa doucement les cheveux jusqu’à sombrer à son tour.

Spoiler:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 13 Juil - 12:16


Même si Hikari n'avait pas été occupée à fixer la salière comme si elle craignait que celle-ci lui saute dessus, elle n'aurait sûrement pas remarqué l'infime tressaillement au coin des lèvres de Haine à mesure qu'elle avançait dans son récit. A vrai dire, elle était persuadée que son professeur l'écoutait avec le calme olympien du scientifique qui analyse le résultat d'une expérience en laboratoire. Et les déductions ne tardèrent pas à arriver au terme de son compte-rendu bégayant, suivies par un plan d'attaque qui eut tôt fait de la séduire.

« Pas la peine que tu joues la gamine folle amoureuse de son prof, le but n’est pas de faire croire à Kain que tu l’as oublié mais juste qu’il se sente menacé. Il suffit qu’on se parle quand on se croise dans les couloirs, qu’on rigole ensemble, qu’on soit proches en somme. Un peu d’admiration de ta part, un peu de tendresse de la mienne et le tour est joué ! »

Hikari acquiesça avec la ferveur de l'illuminati fraîchement débarqué. Ce ne serait pas un rôle bien dur à jouer, en réalité – il suffisait de forcer le trait. Même si elle ne s'en rendait pas encore compte, la jeune fille avait accordé à Haine une place de plus en plus importante dans son cœur. Elle n'aurait pas à faire appel à d'immenses talents d'actrice pour faire briller ses yeux en présence de sa prof, plutôt à se laisser aller sans chercher à dissimuler son admiration envers elle – ou plutôt lui, puisque l'identité masculine était primordiale dans leur toute nouvelle stratégie.

La satisfaction fondit sur elle, détendant des muscles qu'elle avait contractés tout au long de la soirée sans s'en rendre compte, accompagnée d'une lassitude qui la forcèrent à plisser les yeux pour les garder ouverts. Elle se laissa aller sur le dossier de sa chaise et eut un sourire vague dans le vide ; elle écoutait à moitié le monologue de Haine qui s'enflammait en faisant les cent pas, lâchant de temps à autre des rires nerveux qui auraient sûrement inquiété l'adolescente si un coup de barre ne l'avait pas mise à terre.

« … En plus Hikari était en robe, chose rare, et pour moi. C’est pour moi qu’elle s’est faite si jolie, c’est sûrement ce qu’il doit penser… Hahahaha ! C’est parfait ! »

Ça la titillait depuis une bonne minute déjà, et elle ne pouvait le réprimer plus longtemps : elle ouvrit largement la bouche et poussa un bâillement sonore qu'elle ne pensa même pas à étouffer. Les politesses, après tout ce qui s'était passé ce soir, ça lui paraissait décidément bien futile. Elle se frotta les yeux avec la paume et s'étira longuement, s'abandonnant peu à peu au sommeil, abattant ses résistances une à une.

« Pardon, c’est vrai qu’il est tard et que cette soirée a été particulièrement éprouvante, surtout pour toi. »

Une main tiède se glissa dans ses cheveux, et elle appuya sa tête dessus, les yeux fermés, un sourire léger sur les lèvres. Elle prit une profonde inspiration, se préparant mentalement à se lever, à traîner des pieds dans le couloir, à rejoindre sa chambre, robe mouillée sous le bras qui allait tremper le pyjama qu'on venait de lui prêter, à s'affaler sur son lit avec un grognement sourd. Plus que la crainte de croiser un autre élève – puisqu'à cette heure-là, le dîner était sûrement terminé –, c'était la pensée de l'effort à fournir qui la terrassait.

« Tu veux dormir ici ? Mon lit est grand et tu ne prends vraiment pas de place. »

Sois bénie ô ma déesse. Il n'y avait plus que de la gratitude dans l'esprit vidé de Hikari.

« Mnh oui... »

Elle laissa tomber sa tête sur le ventre de Haine, puis fournit un effort surhumain pour s'arracher au confort de la chaise. En voyant les écuries, le cheval accélère ; disons que son comportement s'apparentait à celui de la bête rentrant du travail et se précipitant vers son lieu de repos. Elle suivit la jeune femme jusqu'à la chambre, puis se glissa délicieusement sous les couvertures et enfonça sa tête dans le premier oreiller qui lui passa sous la main. Aussitôt, elle sentit que l'endormissement s'emparait d'elle, l'étreignait dans ses bras avec l'affection d'une mère pour son enfant. Avant de céder à la tentation, l'esprit embrumé, elle parvint à articuler quelques mots.

« Haine... Merci hein, pour ça et puis pour tout. »

Elle ne sut ce que son professeur répondit, puisqu'elle sombrait déjà dans le sommeil.

Spoiler:
 



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: archives ☆ aomori :: Rangée 97 :: RP' Heaven :: Event 3-