AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 8 Jan - 15:28

Haine se regarda une dernière fois dans la glace. Ajustant pour la énième fois le col de la chemise blanche et celui de son costar noir, il en chassa les grains de poussière du bout de l’ongle. Bien, rien à redire de ce côté-là. Resserrant machinalement sa cravate rouge, assortie à ses yeux rubis, il lança un sourire à son reflet. Son côté féminin lui donnait de nombreux avantages comme la coquetterie, par exemple, et l’art de mettre en valeur ce qui en valait la peine chez lui. Ses cheveux flamboyants brossés de façon à ce qu’ils aient l’air artistiquement ébouriffés, une touche d’eau de toilette dans le creux du cou, le jeune homme se dit prêt à partir.

Parcourant sa chambre pour y réunir ses affaires, il fourra dans la poche de son pantalon noir tout ce dont il avait besoin pour la soirée ; ses clefs, son portable et la petite carte d’invitation que lui avait remis le directeur. À la vue des paillettes rouges et vertes, un sourire amusé étira ses lèvres en même temps que le souvenir de la rencontre lui revenait à l’esprit.

« Tiens Haine-kun, voici ton billet d’entrée pour le pays des merveilles !
_ Merci, monsieur le Directeur
, dit-il en attrapant la carte.
_ Voyons mon petit, le gronda ce dernier, combien de fois t’ai-je dit de m’appeler maman ? Pas de monsieur entre nous ♥
_ Eh bien, maman, puis-je savoir avec qui je serai ?
_ Bien sûr mon chéri !
acquiesça l’adulte blond et responsable. Alors… je t’ai mis avec la petite Okada, tu vois qui c’est ?
_ Oui, très bien, je vois très bien…
répondit Haine en même temps qu’un sourire s’esquissait sur son visage.
_ Alors, je compte sur toi pour faire de cette soirée un véritable enchantement ♥
_ Comptez sur moi, maman. »


Riant pour lui-même, le jeune professeur se demanda une nouvelle fois comment un individu pareil avait pu finir directeur d’un pensionnat. Peut être que son amour débordant pour le monde entier l’avait poussé à ouvrir un établissement dans lequel il pourrait s’en donner à cœur joie avec les pauvres élèves qui oseraient y venir ? À croire qu’il se prenait vraiment pour la maman de toute l’école. Mis de bonne humeur par ses pensées amusante, il attrapa le paquet emballé de papier étoilé qu’il destinait à sa compagne de ce soir. Sortant dans le couloir, Haine referma sa porte derrière lui en jetant un coup d’œil à sa montre. 19h47, un gentlemen se devait d’être un peu en avance. Un bruit de ferraille lui fit tourner la tête et il aperçut, sortant de la chambre à côté, Kunisaki Tachibana son très estimé collègue au pouvoir, ô combien, terrifiant. Avec un sourire et un salut enjoué, Haine le dépassa son cadeau sous le bras. Pom pom pom, en route !

Les portes de la salle étaient déjà ouverte à son arrivée. De l’intérieur montait une musique douce, mélange harmonieux entre un violon et un piano dont jouaient, sur une petite estrades, deux musiciens payés pour l’occasion. Les fenêtres avaient été drapées de lourds rideaux de velours bordeaux, des borderies dorées en soulignant les bord et rappelant de ce fait les chandeliers d’or qui reposaient sur chaque table. De nombreux serveurs s’activaient partout dans la pièce, qui portant un plateau garni, qui proposant un menu à une jeune demoiselle, qui attendant, une bouteille à la main, que monsieur décide si ce vin lui convenait ou pas. Dans un coin de sa tête, Haine se demanda si le monsieur en question était majeur pour commander ainsi de l’alcool mais une espèce de majordome le sortit de ses pensées.

« Avez-vous une invitation, monsieur ? lui demanda-t-il avec un fort accent français.
_ La voici.
_ Bienvenue ! Votre table est la numéro 11, Charles va vous y conduire. »


Le dit Charles surgit comme de part magie et, élégamment, le « pria de le suivre » vers le centre de la salle. La veste savamment laissée ouverte, la cravate un peu lâche, le jeune homme le suivit sans rechigner. Là, une fontaine avait été installée - Haine était persuadé qu’elle n’était pas là avant - et il eut la chance d’avoir l’une des tables qui en occupait le pourtour. Le bruit de l’eau était assez discret pour pouvoir parler sans hausser le ton, mais assez présent pour étouffer les sons des autres conversations environnantes, créant un cocon feutré dont chaque couple se croyait l’unique occupant. Décidément, Ken avait mis le paquet.

Remerciant le serveur, Haine se laissa tomber sur sa chaise, le cadeau sur un coin de la table, et observa pensivement qui étaient ses voisins pour la soirée. Là bas, il reconnu la tignasse rose de Ichigo et fronça un instant les sourcils, avec qui pouvait-elle bien être ? et, plus loin, assis à une table contre une fenêtre donnant sur la nuit étoilée, Kunisaki qui, l’apercevant, lui fit un infime signe de tête. Diantre, la plus longue conversation qu’ils aient jamais eu tout les deux ! Enfin, si on exceptait la fois où il lui avait demandé des cours. D’ailleurs, faudrait qu’ils s’y mettent un de ces jours ! Alors qu’il jouait pensivement avec la flamme de la bougie, un mouvement attira soudainement son regard. Hikari arrivait. Il se leva pour l’accueillir.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Haine Teruko le Ven 13 Juil - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mar 10 Jan - 18:16

Hikari était plantée face au miroir de sa chambre, les sourcils froncés, comme si elle sondait les tréfonds de l'âme de son reflet. D'abord elle se regarda de face, mais elle avait l'impression que cette apparence ne lui appartenait pas ; ensuite elle pivota un peu sur la droite, se jeta un coup d'œil en travers, espérant que de ce point de vue là, ce serait convenable. Rien à faire, elle était toujours aussi... bizarre. En soupirant, elle se laissa tomber par terre et enfouit sa tête dans le creux de ses genoux. Mais qu'est-ce qui lui avait pris ? Ça ne lui ressemblait absolument pas. Ses joues étaient en feu ; dans un vain effort de les refroidir, elle posa ses paumes fraîches contre elles. Elle se faisait atrocement pitié. S'être mise dans un tel état par la simple perspective d'un dîner !

Elle déglutit nerveusement, se redressa, essuya ses mains moites contre son collant. Son collant ! Elle, Hikari Okada, mettre des collants, hors de la tenue exigée en cours ! Et encore, ce n'était rien. La jeune fille baissa les yeux vers la petite robe blanche avec fine ceinture en cuir qu'elle portait. Certes, elle était toute simple, sans dentelles interminables ou motifs complexes. Oui, elle mettait des jupes - d'ailleurs, comment ne pas en porter avec l'uniforme scolaire ? -, quelques robes d'été de temps en temps. Mais là, c'était différent : elle portait une robe élégante, une robe avec un petit décolleté - on avait même pas l'impression que c'était une planche à pain ! -, une robe d'adolescente qu'elle n'était pas. Elle avait même mis un nouveau nœud dans ses cheveux. Et même si elle avait été conseillée par des amies aux goûts vestimentaires non contestables, qui lui avaient même choisi des chaussures assorties avec de - petits - talons - mais des talons quand même ! -, elle n'arrivait pas à supporter ce reflet.

Non, décidément, elle était pathétique, pour s'être fait embobiner aussi facilement. Elle se souvenait encore des mots doux du Directeur, que pourtant elle appréciait pour son excentricité en temps normal. En premier lieu, elle n'avait pas été attirée par cette idée de dîner ; pour commencer, être réveillée au beau milieu de la nuit ne l'avait pas mise dans les meilleures prédispositions pour un compromis. Et c'était sans compter que, la dernière fois qu'elle avait dû passer une soirée entière avec un partenaire non choisi, elle s'était retrouvée avec ce détestable Tachibana, et le bal était rapidement devenu un véritable cauchemar. Mais Ken Matsumoto, elle devait l'admettre, s'y était très bien pris. Il avait subtilement sous-entendu qu'une personne qui lui était chère pouvait très bien se trouver de l'autre côté de la table, et que poser un lapin à son partenaire pourrait troubler leur relation. Après de nombreuses insinuations, elle avait compris qu'elle passerait la soirée en compagnie de Kain. Bon, bien sûr, à deux heures du matin, elle n'avait pas pensé que le Directeur ne pouvait pas être au courant de la... relation incestueuse qui les unissait, et que dans ce cas il ne les encouragerait absolument pas à poursuivre de telles monstruosités, mais passons.

« Oh putain, déjà ! »

Son regard venait de se poser sur l'horloge accrochée au mur. 20h ! Elle hésita un instant. Quitte à arriver en retard, elle pouvait encore se changer. C'était une possibilité. Oui, elle pouvait tout arracher, mettre un jean, des semelles plates, une tunique simple, enlever ces quelques bracelets pitoyables. Elle avait déjà bataillé pour ne pas avoir droit aux autres bijoux. C'était son droit, après tout. Oui, ça avait demandé beaucoup de travail aux autres, mais seuls les imbéciles ne changent pas d'avis !

Oui mais. Et si.

Inutile de se torturer comme une pauvre complexée boutonneuse : elle avait dix-sept ans, halte aux peurs de préadolescente, place à la vie adulte ! Hikari se passa de l'eau fraîche sur le visage, inspira un bon coup, prit un petit paquet cadeau dans la main, sortit en trombe de sa chambre et claqua la porte violemment, ignorant les protestations de Noroi. Ses colocataires n'avaient d'ailleurs pas pipé mot sur son comportement. Après tout, elles ne se connaissaient pas encore très bien - avec tous ces changements de dortoir -, et la blondinette n'aurait pas supporté une seule remarque.

Les yeux rivés droit devant elle, elle marchait le plus vite possible tout en essayant de garder l'équilibre. Elle manqua de se tordre la cheville à trois reprises sous le stress mais n'eut pas trop de peine à reprendre ses esprits. Après tout, elle passerait la soirée les pieds sous une table, ce n'était qu'un détail.

Cette brave petite Hikari - qui avait gratté six centimètres avec ses chaussures et n'était plus si petite que ça - arriva à la Grande Salle en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, toute entière à ses préoccupations futiles dignes d'un téléfilm. Elle se laissa guider par un serveur français - le voir buter sur les mots la dérida quelque peu - jusqu'à sa table, les mains crispées sur son petit paquet violet à pois blancs.

Et ce fut le drame.

L'homme qui se leva n'était pas du tout Kain, mais Haine Teruko, professeur de danse improvisé. D'instinct, Hikari balaya la salle du regard, paniquée, à la recherche de son jumeau qui n'était toujours pas arrivé ; elle déglutit en avisant les chandelles sur chaque table, les décorations romantiques ; elle serra les poings, sentit ses joues virer à l'écarlate et, toute crispée, le regard fuyant, elle se dirigea vers la table à petits pas raides.

« Je... Euh... Ouais... Bjour... M'sieur... »

« Ciel », se dit-elle dans sa légendaire sagacité ; « Je suis absolument ridicule. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mer 11 Jan - 16:13

Elle était ravissante. Sa robe blanche ondulait au moindre de ses pas, le bruit de ses talons étouffé par la moquette. Une ceinture de cuir mettait en valeur ses hanches fines, le haut vaguement bouffant de la robe cachant sa poitrine désespérément plate - il fallait appeler une planche à pain un planche à pain, Haine restait un homme, malgré tout. L’angoisse qui lui tordait le ventre et le paquet qu’elle serrait contre elle la rendait encore plus adorable. Hikari était décidément à son avantage ce soir. Qui avait bien pu l’aider à s’habiller ? Il faudrait qu’il aille le féliciter personnellement, c’était très réussi.

Et puis, la jeune fille l’aperçut. Et il sut aussitôt qu’il n’était pas du tout la personne qu’elle voulait voir. Loin de se sentir vexé - après tout, lui non plus n’appréciait pas de voir ses professeurs en dehors des cours à l’époque - observa son comportement. Elle se rembrunit, son regard fouillant les tables alentours dans l’espoir, sans doute, de trouver l’être recherché. Rouge, de colère ou peut être de honte, elle finit par revenir vers lui. Haine en déduit qu’elle ne l’avait pas trouvé et lui sourit quand elle fut à sa hauteur. Tout ceci était fort intéressant. Crispée, elle évita de le regarder dans les yeux alors que, détendu et les mains dans les poches, il étudiait ses moindres réactions.

« Je... Euh... Ouais... Bjour... M'sieur...
_ Bonsoir, Hikari. Tu es très en beauté ce soir.


L’invitant à prendre place, il attrapa son propre paquet et le glissa sous sa chaise ; plus tard. Son cadeau attendrait, il venait de se trouver un formidable sujet d’étude à se mettre sous la dent. Et puis elle semblait partiellement perturbée, elle ne l’apprécierait pas à sa juste valeur. Les bracelets d’argent qu’elle portait cliquetèrent quand elle bougea.

_ Alors, qui est-ce ?

Le menton appuyé sur ses doigts entrecroisés, le professeur la fixa en souriant. Y aller par quatre chemins n’avait jamais été son fort, au contraire de la franchise. Quand il voulait savoir quelque chose, il le demandait de but en blanc. Un peu comme là, en fait. Ce qui avait la fâcheuse habitude de déstabiliser les gens, voire même de les mettre en rognent ; comment, oser poser une question directe ? mais vous n’y songez pas mon brave, de nos jours !

Hikari faisait apparemment preuve des réfractaires, d’après ce qu’il pu en constater. Si jeune et déjà tellement habituée à ce qu’on feinte pour savoir ce qu’elle pense. Mais voilà, Haine n’était pas comme ça.

_ La personne que tu espérais voir assise à ma place, qui est-ce ? insista-t-il, se disant que peut être elle avait juste mal compris sa question. »

Puis, attrapant la carte, il la consulta pensivement tout en jetant de furtifs coup d’œil à sa jeune compagne par-dessus. Tout était en français. Ben tiens. Ken était décidément taré. Comment voulait-il que les gens commandent dans ces conditions ? Au pif ou à l’instinct ? Sûrement que les deux étaient liés, d’une certaine façon.

Appelant le serveur d’un mouvement de doigt impérieux, un peu comme les riches bourgeois dans les restaurants de luxe, Haine se pencha vers Charles en souriant.

« Dîtes, c’est bien la liste des vins ça, n’est-ce pas ?
_ Oui, monsieur.
_ Et vous me conseillez lequel ? »


Ils partirent alors dans un grand débat culinaire, Charles argumentant que le vin se choisit en fonction du plat qu’ils allaient prendre et le jeune homme lui répondant qu’il n’arrivait même pas à lire le menu, alors de là à lui dire ce qu’il voulait… En fin de compte, le garçon partit à la recherche d’une bouteille de rouge tandis que Haine reposait son regard de braise sur Hikari.

« À ton âge, tu vas bien en prendre une petite goutte, non ? »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 12 Jan - 19:21

« Bonsoir, Hikari. Tu es très en beauté ce soir. »

La jeune fille lui lança un regard en coin et lui fit un signe de tête qui n'avait aucune signification, à moins peut-être pour lui faire comprendre qu'elle l'avait bien entendu mais que, peu habituée aux compliments - sérieux - de ce genre, elle n'avait aucune idée de quoi répondre. Teruko lui tint sa chaise en parfait gentleman ; alors qu'elle prenait place, son cœur battait à grands coups de sa poitrine, comme en réaction à un mélange de déception, de honte et de panique.

Encore toute confuse, elle posa son paquet sur la table mais ne vit pas celui du professeur. Elle cligna des yeux, une fois, deux fois. Merde. Sûrement était-elle la seule imbécile à avoir suivi les directives de Matsumoto. Dire qu'elle était tellement fière de son cadeau ! Elle lança un coup d’œil furtif aux alentours ; quelques duos s'échangeaient des paquets. Non, visiblement, son professeur était le seul à ne rien avoir pris. Après tout, c'était un prof, son geste pouvait paraître déplacé... A Aomori ? Quelque chose de déplacé ? Non, c'était n'importe quoi, elle n'était pas dans son état normal, il fallait qu'elle se...

« Alors, qui est-ce ? »

C'est seulement à cet instant que Hikari regarda son partenaire pour de bon. Il était penché en avant, le menton posé sur ses mains jointes, et attendait sa réponse avec un sourire décontracté. Lui aussi avait mis la dose ; il portait une chemise blanche, une cravate rouge assortie à ses prunelles et une veste de costard impeccable d'un noir d'ébène. Ses cheveux mi-longs étaient arrangés dans un désordre soigneusement étudié ; et il dégageait une odeur de parfum agréable. Bien sûr, ce n'était pas Kain - personne n'arrivait à la cheville de son jumeau, fallait pas déconner quand même -, mais notre adolescente en fut tout de même toute étourdie. D'autant plus qu'il avait planté son regard dans le sien. Par ailleurs, elle y voyait quelque chose d'inquiétant mais décida d'en faire abstraction pour se concentrer sur les paroles qu'il venait de prononcer.

Qui était-ce qui ? Oh, Hikari ne le savait que trop bien. Ce n'était pas comme si elle n'avait pas presque fait un 360° pour chercher son frère dans la Grande Salle.

Mais, instinct de survie oblige, elle joua à l'ignorante et haussa les sourcils, en tâchant de ne pas trop regarder dans les yeux l'enseignant qui lui semblait devenir peu à peu un prédateur. Mais elle n'y croyait pas vraiment. Il n'avait pas l'air prêt à lâcher l'affaire.

« La personne que tu espérais voir assise à ma place, qui est-ce ? »

Huhu, comme vous y allez, très cher.

Elle n'aimait pas mentir. Vraiment, elle détestait ça. Alors elle évitait la plupart du temps. Mais elle l'avait toujours fait sur les sentiments qui la gênaient, et l'amour indécent qu'elle portait à son frère n'en était qu'un exemple parmi d'autres. On la voyait souvent comme un garçon manqué brutal qui ne réfléchissait pas vraiment avant de parler - ce qui n'était pas faux -, alors on ne se doutait pas qu'elle pouvait cacher quelque chose. Parfois elle aurait aimé ne pas savoir mentir, pour qu'on comprenne lorsqu'elle prétendait aller bien alors que quelque chose la tracassait. C'était une des nombreuses raisons pour laquelle elle aimait tant Kain, d'ailleurs. Lui, il savait. Lui, il comprenait.

Le cerveau fonctionnant à plein régime, Hikari réfléchissait à une excuse en guettant les moindres faits et gestes de son professeur aux curiosités contrariantes. Il s'intéressait à la carte, désormais, aussi profita-t-elle des précieuses secondes de répit qui lui étaient offertes. Elle attrapa le menu posé devant elle, grimaça imperceptiblement en avisant ses ongles qui brillaient à cause du vernis blanc qu'on lui avait mis ; puis elle se plongea dans sa lecture, bien décidée à s'absorber dans son choix.

« ... Mais quel directeur de merde... » Elle ne rêvait pas : tout était bien écrit en lettres latines ? Ce devait être du français ? Elle n'y comprenait rien ! Il y avait pensé, au moins, à ça ? Ahah, sûrement voulait-il que les partenaires coopèrent et se rapprochent avec une incompréhension commune. Et puis ça faisait un sujet de conversation. Certes, certes. Mais elle ne comprenait toujours rien.

Teruko se tourna et agita la main pour faire signe à un serveur de s'approcher.

« Dites, c’est bien la liste des vins ça, n’est-ce pas ?
_ Oui, monsieur.
_ Et vous me conseillez lequel ?
»

La blondinette scrutait la scène par-dessus sa carte déployée devant son visage. A croire qu'il avait toujours vécu là-dedans. En tout cas, il semblait avoir l'habitude, et puis il parlait bien. Il faut dire que Hikari n'était jamais allée dans ce genre de restaurants occidentaux. Et puis elle ne comprenait rien à leur débat sur le "Bordeaux" et le "Côtes du Rhône". Alors elle laissa couler, regardant comme un dessin son menu en français dont elle ne comprenait pas un mot, prononçant du mieux qu'elle pouvait les noms de plats à mi-voix. Elle se calma peu à peu et ses joues prirent un teint rosé plus ténu.

« À ton âge, tu vas bien en prendre une petite goutte, non ?
- Euh... Oui, oui, bien sûr.
»

Elle espérait simplement qu'il ne lui en servirait pas plus d'un ou deux verres. Toute menue, elle tenait déjà mal l'alcool à la base ; et elle n'était absolument pas habituée à la consommation, aussi ne connaissait-elle pas ses limites.

Le regard inquisiteur de Teruko se faisait de plus en plus sentir. Non, il ne lâcherait pas l'affaire. Autant lui donner un mensonge sur le ton de la confidence pour ne pas avoir l'air suspecte. Elle évita soigneusement de le regarder dans les yeux.

« Pour votre question de tout à l'heure... Euh... » Fausse hésitation, petite inspiration pour donner de la crédibilité à son terrible aveu. « En fait, c'est parce que je m'attendais à être avec quelqu'un d'autre... C'est... C'est un garçon plus âgé, je connais pas son nom et je lui ai jamais parlé, je sais même pas s'il participe au dîner... » Allez hop, comme ça il ne pourrait plus la harceler puisqu'elle ne savait rien de lui. Un micro-sourire de satisfaction qu'elle ne put réprimer. Au pire, elle inventerait une description idyllique d'un blond aux yeux bleus, avec un sourire qui la faisait fondre, d'une gentillesse à ne plus savoir qu'en faire, toujours présent en cas de problème, et... non, qui ne ressemblait absolument pas à son jumeau. « Il est brun. » Simplement pour être en paix avec sa conscience. Même si tous les japonais étaient bruns. « Et j'aurais bien aimé faire connaissance avec lui, mais ça me pose pas de problème d'être avec vous. »

Peut-être son discours avait-il paru trop synthétique, pas assez passionné. Elle avait pourtant essayé de se mettre dans la jeune fille en fleur amoureuse de son senpai dont elle avait vu un bout de visage en le croisant il y a des semaines dans un couloir. Bof. Gênée, n'osant faire face à la réaction dubitative ou crédule de l'enseignant, elle s'empressa de dériver sur un autre sujet de conversation.

« Euh, vous connaissez le... bouf bourgougnonne ? » articula-t-elle tant bien que mal.

Le serveur qui revenait avec sa bouteille de vin la gratifia d'un sourire-banane un brin moqueur, tandis qu'il posait deux verres sur la table et s'appliquait à remplir celui de Teruko.

« Et pour Mademoiselle ?
- Ben... Euh, votre vin ?
- Je crains de devoir refuser, vous êtes mineure.
- Mais... Bah...
»

Et elle qui s'était mise en tête de devenir un peu plus mature, voilà qu'on lui refusait la clé de la majorité, hein !

« Euh... Un tout petit peu ?
- Je peux vous proposer une carte de boissons non-alcoolisées.
- Mais Monsieur, c'est vous qui m'avez proposée !
» grogna-t-elle en se tournant vers son sensei.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Sam 14 Jan - 18:05

Hikari haussa joliment ses sourcils, dans un geste aussi élégant qu’il était étudié. Hum, elle devait donc l’utiliser souvent. Ce petit mouvement de surprise feinte, discret mais imparable. Mais il l’avait de toute évidence prise à contre-pied, si bien que sa parade ne fut pas aussi parfaite qu’elle aurait dû l’être ; elle détourna les yeux. Pas longtemps, certes, juste assez pour confirmer le soupçons - qui étaient plus des certitudes, en fait - de l’enseignant. Aussi insista-t-il avec le sourire avant de se taire et s’intéresser au menu. Ou plutôt feindre de s’intéresser au menu.

Tout en lisant en diagonale ce langage occidental qu’il ne comprenait pas, Haine jetait des regards rapides à son élève. Parce qu’il était une femme et que cet aspect de sa personnalité lui donnait plus de tact qu’au reste de la gente masculine. Et parce que pour l’avoir côtoyée pendant près de trois ans sans même se douter une minute que la jeune fille était profondément complexée par son incapacité à danser, il savait désormais qu’Hikari cachait mieux son jeu qu’elle ne le laissait croire. Comme tous les autres, il avait longtemps cru qu’elle était aussi simple qu’elle le laissait paraître. Une fille énergique, un peu brute, maladroite à n’en pas douter. Mais une fille normale, s’il pouvait le dire ainsi, qui vivait sa vie d’adolescente à fond, prenant les hauts et les bas comme ils venaient, sans s’attarder dessus plus que de raisons. Erreur fatale, la danse en était bien la preuve. Alors, si la petite blonde vivait si mal une simple danse, qu’en était-il de problèmes plus importants ? De sa famille, ses amis, ses amours ? Haine était trop curieux et peut être un peu trop perspicace pour ne pas se poser de questions à ce sujet là. Et, désormais, il se méfiait de ce que pouvait bien laisser dire Hikari. Il était prêt à lire entre les lignes.

Sauf que parfois, la bonne volonté - même aidée d’un puissant instinct féminin - ça ne suffit pas. Et si le jeune enseignant n’était pas homme à s’avouer vaincu, il n’était pas non plus homme à reculer devant des moyens plus primaires - et très légèrement illégaux - afin de parvenir à ses fins. Après tout, il avait flirté avec l’illégalité plus d’une fois durant sa folle jeunesse et ce n’était une coupe de vin offerte à une jeune fille de 17 ans qui allait le faire mettre en prison. Si ? Non, Ken ne laisserait jamais faire. Et c’est sans dire que, regardez Hikari ! un bon mètre 80, un torse puissant, des épaules massives, un cou de taureau, elle doit tenir formidablement bien l’alcool ! Un sourire, un brin sinistre pour qui savait y voir, étira les belles lèvres de Haine.

« À ton âge, tu vas bien en prendre une petite goutte, non ? lui demanda-t-il ingénument tandis que le serveur s’éloignait.
_ Euh... Oui, oui, bien sûr. »

Brave petite, en plus elle l’aidait dans son plan ; il n’aurait pas besoin de couper son verre avec de l’eau pour essayer de le faire passer plus discrètement. Heureusement, parce qu’il avait commandé du rouge et que même mélangé à de l’eau, la couleur en serait reconnaissable. Si elle avait refusé, il aurait dû courir après le garçon et lui demander plutôt du vin blanc. Elle lui évitait des efforts inutiles.

« Pour votre question de tout à l'heure... Euh... »

Haine haussa les sourcils, avec le même art et la même élégance que elle tout à l’heure. Hikari avait décidé de elle-même de remettre la question sur le tapis alors qu’il, prétendument, laissé tomber. Plusieurs hypothèse. 1. Elle n’avait pas la conscience tranquille et voulait son avis d’expert. Peu probable. 2. Elle voulait se débarrasser du sujet avant qu’il ne revienne à l’attaque et ainsi éviter de nouvelles questions gênante. Déjà bien plus probable. 3. En fait, elle rêvait de parler de son chéri, en adolescente transi d’amour pour lui, et elle allait lui faire la liste de ses qualités et des prénoms qu’ils donneraient à leurs futurs bambins. Juste impossible, Hikari n’était pas une gourde tout de même ! Néanmoins qu’elle jouait parfaitement la comédie. Le professeur l’observa d’un œil expert, un léger sourire pour l’inviter à parler.

« En fait, c'est parce que je m'attendais à être avec quelqu'un d'autre... C'est... C'est un garçon plus âgé, je connais pas son nom et je lui ai jamais parlé, je sais même pas s'il participe au dîner... »


Sourire vite éteint. Habile, très habile. Elle ne savait rien de lui, il ne pouvait rien lui demander. Hikari était un adversaire de poids à ce jeu subtile et terrifiant qu’est l’amour. Ou plutôt à celui de « Je veux tout savoir mais toi tu ne veux rien me dire ». Dans ce genre de cas, Haine avec une super technique qui marchait presque à tous les coups. Celle qui constatait à comprendre exactement le contraire de ce que disait l’autre. Il est plus âgé ? C’est donc qu’il ne l’était pas. Son année, voire même plus jeune - couguar ! - elle ne connaissait pas son nom et rien de lui, c’est donc qu’elle le connaissait bien. Bien, il avançait.

« Il est brun. »


Il ne l’était donc pas.

« Et j'aurais bien aimé faire connaissance avec lui, mais ça me pose pas de problème d'être avec vous. »

Puis elle détourna à nouveau le regard, se plongeant dans la lecture de sa carte. Le jeune homme ne dit rien et continua de la fixer en souriant, un air de « Tu m’en diras tant » sur le visage. C’était marrant en plus : il était brun - d’un brun flamboyant presque roux, mais brun tout de même - et plus âgé qu’elle. Quel dommage qu’elle connaisse son nom et qu’ils se soient déjà parlés, il aurait pu rire et lui dire qu’il collait parfaitement à la description sinon ! Enfin, il ne faut pas trop rêver non plus, c’eut été trop beau.

« Euh, vous connaissez le... bouf bourgougnonne ?

Sortant de ses pensées, Haine rit doucement devant la prononciation de la jeune fille avant d’acquiescer d’un hochement de tête.

_ Oui, je connais. J’ai travaillé dans un restaurant français pendant quelques mois quand j’avais environ ton âge. Même si je ne comprends rien à la langue, j’ai quelques souvenirs des plats qu’on y servait. »

Ce qui allait, à n’en pas douter, lui être utile. Comme quoi, on tire une expérience de tout ce que l’on fait et le professeur, avec tous les emplois, activités et clubs qu’il avait cumulés durant ses 23 années d’existence était particulièrement servi. Il n’eut pas le temps de lui expliquer que le bouf était en fait du bœuf, le serveur revenait. Le garçon lui servit un verre et, pendant qu’il goutait comme c’en était l’usage, se tourna vers Hikari pour lui demander ce qu’elle voulait boire. Amusé, Haine observa comment elle se débrouillait.

« Et pour Mademoiselle ?
_ Ben... Euh, votre vin ?
_ Je crains de devoir refuser, vous êtes mineure.
_ Mais... Bah... Euh... Un tout petit peu ?
_ Je peux vous proposer une carte de boissons non-alcoolisées.
_ Mais Monsieur, c'est vous qui m'avez proposée ! »


Bon, elle s’était bien défendue. Avec un sourire charmant à faire changer d’orientation le plus sûr des hétéros, le jeune homme se tourna vers le serveur et lui prit la bouteille des mains.

« Écoutez, Charles - c’est bien ça ? -, laissez moi faire, dit-il en posant la bouteille sur sa table, je me charge de ça. Et vous, soyez gentil, allez vérifier que le bœuf bourguignon de la demoiselle est bien préparé avec juste ce qu’il faut de vin pour relever le goût, d’accord ?

Hikari était une perle. Elle avait trouvé le moyen de s’intéresser au seul plat alcoolisé de la carte. Il ne lui restait plus qu’à espérer qu’elle aimerait - de toute façon, trop tard, il avait déjà commandé pour elle.

_ Ah, et tant que vous y êtes, je vous prendrais un risotto aux senteurs de crustacés avec des gambas à la plancha. Merci. »

Il le congédia avec un sourire et se retourna vers sa compagne. À vrai dire, il n’avait aucune idée de si ce qu’il voulait était compris dans le menu, mais Charles était parti sans rien dire donc ça devait être que oui. Haine attendit une minute… deux minutes… avant d’enfin rire comme il en avait envie depuis le début. Le chef allait s’arracher les cheveux et se plaindre à Ken. Bien fait.

« Donc, où en étions-nous ?
demanda-t-il en versant un verre de vin à Hikari. Ah, oui, ton bœuf bourguignon ; c’est du bœuf coupé en morceaux que l’on cuit pendant une bonne heure avec des carottes et du vin, entres autres. Je t’ai commandé ça, j’espère que tu aimeras ? Au pire, on prendra autre chose. »

Haine n’était pas salop au point de faire manger quelque chose qu’il n’aimait pas à quelqu’un dans le seul but de le saouler. Du moins, pas quand la personne était consentent à boire d’elle-même. Ce faisant, il prit son verre et en but une lampée, cherchant un sujet de conversation neutre pour débuter la soirée.

« Et sinon… comment va ton frère ? »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Haine Teruko le Lun 16 Jan - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Lun 16 Jan - 14:43


Apparemment, le mensonge était passé comme une lettre à la poste. Soulagée, Hikari se détendit quelque peu, prête à engager une conversation plus banale.

« Oui, je connais. J’ai travaillé d’un restaurant français pendant quelques mois quand j’avais environ ton âge. Même si je ne comprends rien à la langue, j’ai quelques souvenirs des plats qu’on y servait. »

Elle ouvrit de grands yeux - et cette fois-ci, aucune trace d'hypocrisie. Elle devait avouer que ce professeur l'intriguait de plus en plus. A la base, elle se demandait vaguement si les rumeurs nourries à son sujet étaient fondées, mais cela relevait plus de son statut d'élève blasée à la recherche de nouveauté qu'autre chose ; à présent, alors qu'elle avait l'impression de mieux le connaître, il lui semblait qu'il devenait de plus en plus mystérieux. Hikari se débarrassa bien vite de ses pensées ambiguës, qui la rendaient de plus en plus confuse, avec l'arrivée du serveur et la discussion qui s'ensuivit.

« Écoutez, Charles - c’est bien ça ? -, laissez moi faire, je me charge de ça. Et vous, soyez gentil, allez vérifier que le bœuf bourguignon de la demoiselle est bien préparé avec juste ce qu’il faut de vin pour relever le goût, d’accord ? Ah, et tant que vous y êtes, je vous prendrais un risotto aux senteurs de crustacés avec des gambas à la plancha. Merci. »

La jeune fille avait enfoui sa tête dans son menu et se pinçait violemment les lèvres pour ne pas éclater de rire à la tête du serveur, qui s'était définitivement fait humilier par son client. Le dénommé Charles inclina la tête en signe d'assentiment, mais sa mauvaise volonté était clairement affichée par sa stature raide et crispée. Tandis qu'il se retirait, par pure mesquinerie et aussi par esprit de vengeance, Hikari se tourna et lança à son intention :

« Et plus vite que ça mon petit, le bouf bourgougnonne ne va pas se faire tout seul ! »

Oui, c'est beau, la jeunesse qui se réjouit de ses farces les plus stupides. Hilare et fière d'elle, la jeune fille pouffa une dernière fois, referma sa carte et releva la tête vers Teruko, qui se mit à rire dès que le serveur eût disparu.

« Donc, où en étions-nous ? »

Tous ses muscles se tendirent et elle referma son poing contre sa cuisse ; elle gratifia toutefois son interlocuteur d'un sourire innocent, prête à affronter un autre assaut. Alors après tout, il n'avait rien gobé ? Pourtant, rien n'avait laissé transparaître son angoisse, elle avait parfaitement joué son rôle d'adolescente transie !

« Ah, oui, ton bœuf bourguignon. »

Sa respiration se fit plus calme et elle put à nouveau regarder Teruko dans les yeux. Le jeune homme - tout du moins, c'était ce qu'il était pour le moment - se lança dans une explication très claire de la recette : en gros, de la viande avec du vin. Hikari fronça les sourcils. Du vin ? Oui, il l'avait même bien précisé au serveur quelques instants plus tôt... Bon, il devait y en avoir très peu. Elle espérait simplement que ce serait bon.

Et d'ailleurs, ce vin, c'était bon au moins ? La blondinette s'empara de son verre, le remua légèrement, comme elle l'avait déjà vu dans un film européen ; elle décida de ne pas le renifler bizarrement et but une première gorgée.

« Et sinon… comment va ton frère ? »

Tout se passa très vite. La moitié de la boisson qu'elle était sur le point d'avaler partit dans le mauvais trou ; pour s'en débarrasser, elle fut secouée d'une toux incontrôlable, ce qui envoya l'autre moitié contenue dans sa bouche sur la table ; une partie faillit lui ressortir par le nez mais, par un heureux miracle, reflua dans des voies plus adéquates. Un peu trop tard, elle s'empara de la serviette rouge en papier posée sur son assiette et la plaqua contre son visage, le nettoya, toussa une dernière fois, et, hébétée, les yeux écarquillés, reprit sa respiration tant bien que mal.

« Euh, excusez-moi, je me suis étouffée avec le vin, enfin vous avez deviné hein... »

Une foule de questions se bousculait dans sa tête. Alors il savait tout ? Il avait tout compris depuis le début ? Est-ce qu'il la manipulait ? Il venait de lui faire comprendre habilement qu'il était au courant de son amour pour Kain ! Mais qui était ce prof, à la fin, un espion ? Peut-être les avait-il vus dans les douches ? A la cuisine, c'était impossible, ils étaient alors enfermés dans la chambre froide... Il avait été envoyé par le Directeur, et ce dîner avait été organisé dans ce but, pour montrer sa monstruosité à toute la salle rassemblée, pour l'humilier avant de la renvoyer ! Elle se voyait traînée dans la boue, sa jolie robe blanche déchirée, traitée d'erreur de la nature par son entourage, ses amis, ses professeurs, et même Teruko serait de la partie. Mais alors Kain ? Et si c'était contre lui que tout allait se retourner ? Et si on l'accusait d'être à la source de tout ? Et si c'était lui qui allait être renvoyé ? Non, elle ne voulait pas ça, à cause d'elle son avenir était ruiné !

Ses yeux étaient mouillés. Elle s'empressa de les essuyer, en se justifiant avec un « Y a un truc qui est mal passé, désolée » puis s'appliqua à respirer normalement/ Son imagination était peut-être un peu débordante. Mais si la situation était aussi désespérée, elle se devait de sauver l'honneur et de nier en bloc. Peut-être même était-ce une simple question anodine.

« Pfouh, faut que j'apprenne à manger moi ! » En un instant elle s'était repris ; son sourire était impénétrable, ne reflétant aucune émotion particulière, formant un masque plus efficace que n'importe quelle expression neutre. « Oui, alors, avant cet incident, hum... Kain va bien, oui, je sais pas s'il a été invité d'ailleurs. » Elle jeta un coup d’œil autour d'elle. Toujours pas arrivé. Mais était-il seulement convié au dîner ? Rien n'était sûr, après tout. Il y avait tout de même une fille rousse seule qui attendait son partenaire. Bon. « Vous avez des frères et sœurs, vous ? »

Et hop, on détourne le sujet embarrassant d'un air naturel. Avec précaution, elle but une autre gorgée de vin. Bon, sans être spécialiste, malgré l'arrière-goût amer, c'était plutôt bon, et puis ça la réchauffait.

« J'espère qu'ils mettent pas trop longtemps à servir, j'ai faim. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Lun 23 Jan - 22:15

Hikari rit avec lui du serveur, allant même jusqu’à en rajouter une couche. Chose que Charles ne manquerait pas d’apprécier, il en était sûr. Résolu à vérifier leur plat avant d’y gouter - sait-on jamais que, par pure esprit de vengeance, le serveur ait craché dedans - Haine se réintéressa à sa compagne en la regardant jauger d’un œil suspicieux le verre qu’il venait de lui servir. Promis, il était pas empoisonné. Comme preuve de bonne foi il en bu même un gorgée le premier, espérant par ce geste l’encourager à en faire de même ; plus elle buvait, mieux ce serait pour le reste de son plan machiavélique. Tranquillement installé dans sa chaise molletonnée, sa coupe à la main, le jeune-homme était pour ainsi dire aux anges. Si sa lancée, il voulut détendre l’atmosphère avec un sujet léger et sans risques. Et c’est là que l’explosion eut lieu.

« Et sinon… comment va ton frère ? »

Avant qu’il ait le temps de dire « hein ? » un embrun rouge avait déjà recouvert la table et une bonne partie de sa tenue. Super idée, vraiment, de garder la veste ouverte sur la chemise blanche. Mais il avait mieux à penser pour l’instant. Son élève était littéralement en train de s’étouffer, toussant avec autant d’élégance qu’un bucheron des Alpes - et tout le monde sait que les bûcherons des Alpes sont d’une politesse et d’un maintien rares - avant d’enfin penser à utiliser sa serviette pour cacher ce véritable champ de bataille à son professeur et ainsi éviter de le traumatiser davantage. Ce dernier n’avait d’ailleurs pas fait un geste pour l’aider et si, par malheur, elle avait succombé suite à cette gorgée nul doute qu’on aurait pu l’attaquer en justice pour non-assistance à personne en danger. Seulement Haine n’était, actuellement, absolument pas dans la possibilité de réagir.

« Euh, excusez-moi, je me suis étouffée avec le vin, enfin vous avez deviné hein... »

Oui, il avait deviné, oui. C’était le mot. Hochant fébrilement la tête, il continua à fixer son regard rouge bordeaux - haha, c’est le cas de le dire ! - sur sa jeune élève en face de lui. Son esprit féminin faisait des sauts périlleux, enchainant loopings et sauts de l’ange, et pour un peu de la fumée lui serait sortie des oreilles. Sans déconner.

Hikari, elle, était en train de se décomposer sous ses yeux. Alors même qu’elle avait fait preuve d’un sens du mensonge d’une grande qualité quelques minutes plus tôt, elle était maintenant bien trop chamboulée pour ne serait-ce que songer à se fabriquer un masque. De toute façon, il aurait fallu être vraiment obtus pour ne pas comprendre. Et personne n’avait jamais accusé Haine de l’être, obtus. Il était même tout le contraire. Homme, femme, aucune possibilité ne lui était inconnue. Aucune, sauf celle qu’il avait devant lui et il était encore un peu trop choqué - Haine ! Choqué ! Mon dieu, à noter dans le Livre de l’Histoire ça !- pour trouver quelque chose d’intelligent à dire. Aussi ne dit-il rien et laissa la blondinette aux yeux humides remplire le silence à sa place. Ce faisant, elle confirmait ses soupçons ; on est toujours bien plus bavard quand on est nerveux et que l'on a quelque chose à cacher, c'est connu.

« Y a un truc qui est mal passé, désolée.

Ça, pour être mal passé, c’était mal passé. Mais il doutait que ce soit du vin qu’elle parle.

_ Pfouh, faut que j'apprenne à manger moi ! »


À boire, plutôt, et à mentir également. En un clin d’œil, Hikari s’était refait un visage lisse et sans la moindre trace de la panique qui l’avait marqué plus tôt. Mais c’était trop tard, le mal était fait, et dommage pour elle mais le professeur assis en face d’elle n’était absolument pas le genre à lâcher si facilement sa proie. Pendant une fraction de seconde, Haine se demanda si c’était pour ça que le directeur les avait mis ensemble et si, donc, il était au courant du secret de la jeune fille. Avant de tout balayer d’une secousse capillaire ; un crétin pareil ? Même pas en rêve ! Eh oui, même lui ne se doutait pas un instant du formidable cerveau machiavélique que refermait Ken Matsumoto.

« Oui, alors, avant cet incident, hum... Kain va bien, oui, je sais pas s'il a été invité d'ailleurs. »


Mes fesses que tu sais pas s’il a été invité. Enfin, c’eut été impoli de le dire à haute voix, alors il se contenta de le penser. Peut être la lueur dans son regard le laissa transparaitre ?

« Vous avez des frères et sœurs, vous ? »

Habile changement de conversation, le jeune homme resta toujours aussi muet, la regardant tremper ses lèvres dans le liquide vermeil.

« J'espère qu'ils mettent pas trop longtemps à servir, j'ai faim. »


Haine était en train de réfléchir, toujours immobile et sans mot dire. Il hésitait. Ça ne lui arrivait pas souvent, mais il hésitait bel et bien. Sauter les deux pieds dans le plat ne l’avait jamais vraiment dérangé, mais il possédait tout de même assez de tact pour savoir qu’il existait certains sujets sensibles à ménager. Il préparait mentalement ses phrases, ne sachant pas trop laquelle prononcer. « À mon avis vu l’enthousiasme de Charles, tu devrais commencer à faire des réserves de pain en attendant le repas » mais alors ça voudrait dire qu’il acceptait son changement de sujet. Ou sinon « Accouche, je sais tout de ton secret le plus honteux ! » mais dans ce cas là il s’engageait sur un terrain miné. Imitant la jeune fille, il but un peu de son vin.

« Pour les frères et sœurs, je ne sais pas. Je suppose que je dois en posséder pas mal de demis un peu partout au Japon. Du côté de mon père je veux dire. Peut être même que j’en ai déjà rencontré, peut être même que je suis déjà sorti avec l’un d’entre eux, qui sait. »

Né de deux mères lesbiennes, il n’avait strictement aucune idée de qui pouvait bien être son donneur de sperme de géniteur ni même combien d’enfants il avait engendré de la sorte. Effectivement, il y avait une chance qu’il soit sorti avec un de ses demi-frère ou demi-sœur, mais une chance sur combien ?

Toujours aussi flegmatique avec sa chemise couverte de tâches rouges lui donnant un air de boucher, Haine attrapa la bouteille et resservit un verre à Hikari.

« Je crois que tu en auras besoin, dit-il doucement.

Puis, se redressant dans son fauteuil et planta son regard dans ses yeux bleus :

_ Raconte moi. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 27 Jan - 18:20


« Pour les frères et sœurs, je ne sais pas. Je suppose que je dois en posséder pas mal de demis un peu partout au Japon. Du côté de mon père je veux dire. Peut être même que j’en ai déjà rencontré, peut être même que je suis déjà sorti avec l’un d’entre eux, qui sait. »

Hikari avait du mal à respirer. Derrière son sourire faussement intéressé - parce qu'après tout, dans la situation désespérée dans laquelle elle s'était mise, elle n'en avait rien à foutre que son prof ait un grand frère, tué son hamster ou mangé un bébé -, elle était au bord de l'évanouissement. Vue de l'extérieur, elle était parfaitement détendue ; mais si on lui prêtait un peu plus d'attention, de nombreux détails révélaient sa nervosité. Son index, posé sur son verre, tressaillait nerveusement ; son regard était trouble, vitreux, sans éclat, anormalement fixe ; une goutte de sueur perlait le long de son front ; et surtout, son teint déjà laiteux à la base était devenu cadavérique, comme si elle sortait d'une grave maladie.

Le sous-entendu dans les propos de son professeur était loin de la laisser de marbre. « Peut-être que je suis déjà sorti avec l'un d'entre eux » ? Teruko la prenait pour une conne ? Il aurait pu aller droit au but, plutôt que de tourner autour du pot et de s'amuser avec elle. La comédie avait duré assez longtemps. « Crie-le, si t'as des couilles ou une paire d'ovaires, ou même les deux ! Qu'est-ce que t'attends, que je me suicide ? Que j'avoue tout ? Oh putain, il a un micro sur lui, le salopard ! Tu joues au prof super naturel alors que tu crèves d'envie de m'insulter pour ta chemise à deux balles que j'ai tachée, alors pourquoi tu dis rien ? Mais crache le morceau, crache-le ! »

Si sa raison lui criait de mettre cette affaire au clair sans jouer à l'enfant - et surtout de cesser sa flopée d'insultes mentales dont la violence n'atteindrait que les quelques télépathes éventuellement présents dans la salle -, son instinct de survie, bien plus puissant, préférait se raccrocher aux derniers espoirs possibles et s'emmurer dans une ignorance factice. La voie de la facilité certes, mais qui allait le lui reprocher, hein ? Qui vivait ce qu'elle était en train de vivre, avant tout ? Teruko ne pouvait pas la juger, il n'en avait pas le droit. Oui, c'était interdit, parce qu'il ne savait rien, parce que même s'il ne connaissait pas son propre père et que celui-ci avait peut-être baisé avec la moitié de la population nippone, il n'était pas en capacité de la condamner. Personne ne le pouvait. Personne ne comprenait.

La peur la gagnait. Pas une de ces petites frayeurs dont on a tous l'habitude, non ; une peur viscérale d'être mise à découvert, de voir tout l'univers idyllique dans lequel elle évoluait depuis trois ans s'effondrer, une peur d'être confrontée à cette chose qu'elle était. Mais ce n'était pas la première crise de panique qu'elle gérait. Elle avait l'habitude. Elle avait fait ça toute sa vie. Elle ferma les yeux et finit son verre d'une traite, pour désaltérer sa gorge asséchée et sa bouche pâteuse.

« Raconte-moi. »

Hikari haussa un sourcil d'un air incrédule, en mettant toute son énergie pour ne pas éviter le regard du professeur. Le tout, c'était de se glisser dans la peau du personnage. Ne plus penser à ce qu'on avait à cacher. Tout oublier. Se mentir à soi-même. (Quel génie du mal.)

« Pardon ? » Elle laissa couler une pause, retint sa respiration, puis lâcha un soupir ostentatoire avec un sourire résigné. « En fait... »

Elle se tripota les mains, baissa les yeux, voûta un peu les épaules, prit une profonde inspiration.

« Voilà, je... Je me suis disputée avec mon frère, et j'espérais vraiment être avec lui ce soir, pour me réconcilier. Je l'ai un peu... hum... insulté - je sais, les trucs de frère et sœur, mais là c'était vraiment grave et ça nous arrive pas souvent... Je lui ai dit des trucs horribles, et je m'en veux, c'est atroce... »

Elle se prit la tête entre les mains, les épaules tremblantes.

Teruko était bien idiot pour penser avoir affaire à une proie aussi facile. Elle avait plus d'un tour dans sa manche.

Elle aurait voulu pleurer, mais c'était plus difficile que ce à quoi elle s'attendait. Étant petite, elle n'avait jamais vraiment aimé jouer les pleurnicheuses pour obtenir ce qu'elle voulait - en fait elle n'aimait pas pleurer -, alors elle manquait d'entraînement. Certes, elle en avait gros sur la patate avec cette histoire d'inceste, mais elle se heurtait à un blocage. Bon. Les larmes manquaient à l'appel, mais mis à part ce menu détail, son numéro était parfait. Surtout qu'elle s'était déjà mise dans un état pareil après une dispute avec son jumeau. Simplement pas devant quelqu'un.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Sam 28 Jan - 13:55

Haine se demanda pensivement si Nameru avait changé de numéro de téléphone. Lui n’avait pas changé depuis le lycée et même le collège, si bien qu’il possédait encore celui qu’il avait à l’époque. Mais Nameru ? Peut être que lui avait cassé son téléphone entre temps, ça ne l’étonnerait pas du tout de sa part. ah mais, c’était sans compter sur son pouvoir. Maintenant qu’il y pensait, Haine pouvait bien composer n’importe quel numéro dans le coin, l’infirmier capterait sans doute l’appel avec son don pour les ondes. Oui, il n’avait pas besoin de s’en faire, Nameru serait là à temps.

Mais serait à temps pour quoi ? Mais pour l’inévitable évanouissement d’Hikari si elle continuait à pâlir de la sorte, bien sûr ! Le jeune homme n’était pas aveugle, il voyait bien que sa petite élève était à deux doigts de tourner de l’œil. Le sang était en train de se retirer de ses extrémités, si ce n’était pas un signe évident de stress ça, qu’est-ce que c’était ? Sans doute que le pire dans tous ça, c’était le visage indifférent qu’affichait la blonde. Comme si tout allait bien, que rien dans la situation actuelle ne la dérangeait, qu’elle n’était pas au bord de la syncope ou juste de la crise de nerf.

Car il fallait être aveugle pour voir que, là tout de suite, Hikari n’était pas vraiment dans ses meilleures dispositions. Peut être aurait-il y aller franchement, comme il en avait l’habitude, plutôt que de lui parler de ses frères et sœurs disséminés dans tous le Japon. Une bonne chose à savoir, on apprend toujours de ses erreurs. La prochaine fois, il serait direct et sans pitié. Et tant pis pour la casse ainsi occasionnée.

Comme il lui resservait un verre, il n’avait pas encore posé la bouteille qu’elle l’avait déjà vidé d’une traite. Et voulait encore lui faire croire qu’elle avait la conscience tranquille après ça ? Haine n’en était qu’à son premier verre. Haine, l’homme fort, l’adulte responsable, celui que même une barrique n’arrive pas à saouler. Hikari, petite chose d’un mètre soixante, quarante cinq kilos toute mouillée, élève sous sa responsabilité, tenait dans ses mains le troisième - qu’il venait de servir, certes. Le jeune homme se demanda vainement à quel moment elle allait tomber, totalement ivre, par terre et à quel moment elle allait s’énerver et, l’alcool aidant, lui jeter à la figure tout les gros mots qu’elle pensait sans les dire. Les paris sont ouverts, faites vos jeux.

« Pardon ? »

Haine ne répéta pas ; elle l’avait parfaitement entendu.

« En fait...

Son soupir et même son sourire puaient le mensonge. Dans son fauteuil, l’enseignant se renfrogna imperceptiblement. Cette gamine n’était donc jamais honnête ? De quoi avait-elle peur ? Il était professeur, pas témoin de Jehova, il ne lui dirait rien. L’inceste était immorale, pas illégal et c’était une différence de taille. Est-ce qu’elle pensait sérieusement que, dans un pensionnat pareil où on drogue les élèves pour la nuit d’Halloween, on se scandaliserait pour une relation interdite, appellerait les parents et renverrait les enfants chez eux ? Elle était en plein délire mégalomane, voilà tout. Et ça commençait à légèrement lui taper sur le système, lui pour qui l’honnêteté et la franchise importaient.

_ Voilà, je... Je me suis disputée avec mon frère, et j'espérais vraiment être avec lui ce soir, pour me réconcilier. Je l'ai un peu... hum... insulté - je sais, les trucs de frère et sœur, mais là c'était vraiment grave et ça nous arrive pas souvent... Je lui ai dit des trucs horribles, et je m'en veux, c'est atroce... »

Oh oui, atroce. Les épaules d’Hikari se mirent à tressauter en rythme avec ses reniflements pitoyables. Malheureusement pour elle, la pitié était une émotion inconnue chez Haine qui continua de la regarder sans rien dire. Aucune larme de na tâcha la nappe, mais ça ne changeait rien à la donne. Posément, l’enseignant enleva sa veste qu’il posa sur son dossier - il commençait à faire un peu chaud - et s’assura au passage que le cadeau d’Hikari était toujours sous sa chaise. Bien, rien à redire. Se radossant et croisant les jambes, il jeta un coup d’œil vers la jeune fille pour voir si elle avait terminé. Apparemment non. Bon, il était temps d’y mettre un terme alors.

« En fait, je me demande, commença-t-il.

Ralentissement des sanglots, un œil bleu qui brille entre les doigts posés sur sa figure.

_ Tu me prends pour un con fini, non ? »

Haine s’était promis d’être direct à partir de maintenant, eh bien il le faisait. Levant soudainement la tête, il jeta un regard vers les portes dorées de la grande salle.

« Tiens, quand on parle du loup. »



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 29 Jan - 11:22


« En fait, je me demande... » Hikari écarta son index et son majeur pour observer, dans son grand sens de la discrétion, le visage de Teruko. Parfaitement lisse. Position décontractée, presque ennuyée. Même en y mettant toute sa volonté, elle n'avait aucune idée de ce qu'il allait pouvoir lui dire ensuite. « Tu me prends pour un con fini, non ? »

Elle les avait toujours pris pour des crétins, les romanciers qui parlaient de « sang qui se glaçait dans les veines ». Sa première réaction fut de s'excuser mentalement auprès d'eux : elle comprenait mieux ce qu'ils voulaient dire par là, désormais. Immobile, figée dans sa position recroquevillée d'adolescente en larmes, elle ne put dire un mot. Bon, au moins, une chose était certaine : Teruko était bel et bien au courant, avait un plan pour lui faire avouer cette relation honteuse, puis on allumerait des projecteurs dirigés vers elle. Tous auraient entendu ses aveux, tous riraient aux éclats et la pointeraient du doigt. Bon, en acceptant cette éventualité plus que pessimiste, l'essentiel était que Kain ne soit pas là pour la voir dans un tel état, et surtout pour qu'il ne lui arrive pas la même chose. Oui, au fond, elle avait de la chance dans son malheur.

Abandonnant lentement sa pose théâtrale et dramatique, sans quitter des yeux le professeur, elle se redressa et porta son verre - tiens, déjà rempli - à ses lèvres. Histoire de se donner du courage. Ça faisait chaud dans la bouche et dans le ventre. Elle allait le finir d'une traite, pour avoir l'air classe. Non, c'était pas classe du tout, mais dans l'état où elle était, ça avait l'air génial.

« Tiens, quand on parle du loup. »

Elle n'aurait pas dû tourner la tête en suivant le regard de Teruko par pure curiosité. A force, elle allait finir par mourir d'asphyxie. Une fois de plus, elle manqua de s'étouffer, quoique moins violemment cette fois-ci, et en réussissant à contenir la boisson dans sa bouche sans en envoyer partout. La toux secoua son corps qui paraissait encore plus frêle et vulnérable que d'ordinaire, pâle comme il était. Vive le comique de répétition.

Kain venait d'arriver, resplendissant, comme à son habitude. Il était beau, avec son visage d'ange, et ses grandes jambes, ses cheveux blonds tout soyeux, et puis ses yeux bleus qui lui donnaient un regard à foutre des frissons à n'importe qui, sa démarche, sa peau, son expression désinvolte tout en étant intriguée tandis qu'il découvrait la salle... Malgré la situation dans laquelle elle se trouvait, oubliant la présence de Teruko, elle ne put s'empêcher de le dévorer des yeux pendant qu'il se dirigeait vers sa table, escorté par un serveur. Elle brûlait de l'envie d'aller le rejoindre, de lui prendre la main, de partir en courant avec lui, de l'emmener loin des projecteurs et de la foule qui était sur le point de les huer, de rouler dans les prés, et puis oui de l'embrasser, parce qu'elle s'en foutait que ce soit son frère, parce qu'elle était trop anticonformiste, parce que personne ne lui disait ce qu'elle devait faire et qu'elle emmerdait le monde, surtout ce prof de merde en face d'elle qui croyait tout comprendre.

La vue de son jumeau lui avait fait oublier toutes les questions d'éthique qui la tourmentaient. Elle l'aimait et puis merde, personne ne l'empêcherait de vivre dans une villa aux États-Unis avec lui.

En proie à une détermination et un désir farouches, elle s'empara sauvagement de son verre - rempli comme par magie - et le but cul sec. Pour bien montrer qui c'était le chef ici, et redonner des couleurs à son visage blanc comme une merde de laitier.

« Vous vous croyez malin, hein ? » lâcha-t-elle en posant brutalement son verre à pied sur la nappe, le regard vrillé sur l'enseignant. « Eh bah non. Je vous dirai rien, parce que sinon vous me mettrez en prison et que je suis pas bête à ce point-là. Et puis d'abord vous êtes con. Voilà. C'est dit. Vous êtes trop bête. Et puis vous comprenez rien. Vous avez pas le droit de me juger. Je vous emmerde. Pan. Dans les dents. Tu vas faire quoi, hein, Monsieur-je-suis-trop-fort-je-baise-avec-mes-demi-frères. »

Effet de l'alcool qui lui montait peu à peu à la tête ou de la pression subie ces derniers jours qui se libérait brutalement, difficile à dire. Sûrement les deux.

« Vous m'intéressez pas, je vous parle plus. »

Hikari croisa résolument les bras sur sa poitrine quasi-inexistante et tourna la tête vers la droite. Kain était assis, désormais. Le visage de l'adolescente perdit en détermination pour se décomposer. Il était face à Azil. Azil la jolie, Azil qui lui avait appris à faire de la pâte fimo, Azil et son regard bleu magnifique, Azil et ses cheveux aux courbes séduisantes, Azil et son visage parfait. Azil qui allait le lui piquer. Non, non. Kain n'aimait qu'elle, de toutes manières. Toutes ces filles, c'était pour se distraire, et il ne voudrait habiter dans une villa aux États-Unis avec aucune d'elles. D'ailleurs, il avait été forcé de s'asseoir en face d'elle, il ne la connaissait pas, il ne l'aimait pas, elle ne l'attirait pas.

Fébrile, la blondinette se détourna brutalement de cette scène qui ne lui plaisait pas du tout, chercha son verre et en but une première longue gorgée, et en profita pour jeter un regard hostile à son partenaire.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 29 Jan - 15:59

Hikari resta prostrée sans bouger, comme gelée sur place par la réplique du professeur. Réplique un peu crue, il faut l’avouer, mais qui avait le mérite d’être claire. Après tout, n’était-ce pas pure vérité que ce qu’elle reflétait ? La blondinette ne le prenait-elle pas bel et bien pour con ? Il ne fallait pas s’appeler Sherlock Holmes pour comprendre, après tous les indices et détails qu’elle avait semés derrière elle, que la jeune fille éprouvait des sentiments pas vraiment fraternels à l’égard de son jumeau. Un esprit ouvert et un peu de jugeote suffisait. La question de l’inceste et ce qu’il impliquait, Haine l’avait déjà réglée depuis longtemps avec sa conscience. Vue sa parenté inconnue et disséminée un peu partout dans le pays, il s’était posé assez tôt cette question de « Qu’est-ce qu’il adviendra si je sors avec un de mes frères et sœurs ? ». La réponse avait été limpide « Advienne que pourra. » ; le jeune homme n’était pas du genre à lutter contre sa nature et ses sentiments. De toute façon, il fallait des générations avant que les bébés ainsi procréés soient difformes, il lui suffirait de s’assurer que ses enfants ne reproduisent pas la même bêtise que lui. Si on pouvait appeler ça une bêtise, bien sûr.

Mais son élève, elle, était très loin de toutes ces considérations. Sûrement qu’elle ne voyait que le côté négatif de la chose et s’imaginait que le monde entier partageait son point de vue. C’était un peu nombriliste comme réflexion, mais ce n’était pas si étonnant que ça vu le tabou moral qu’une telle relation revenait à briser. Haine n’osait imaginer la pression qui pesait sur ses frêle épaules à longueur de journée. Hikari se redressa lentement, le jaugeant du regard comme un tigre acculé fixe avec insistance le chasseur qui lui barre la route. Ainsi tapie derrière ses yeux bleus, le fauve lui faisait presque peur s’il oubliait le verre d’alcool à sa main. Dans l’état d’ébriété dans lequel elle était, il doutait qu’elle puisse lui faire grand mal.

Alors qu’il s’attendait à ce qu’elle lui saute dessus, crocs découverts, à tout instant, l’arrivée de Kain changea la donne. Se retournant et manque une nouvelle fois de s’asphyxier, la blonde suivit du regard le pas élégant de son frère. L’enseignant en fit de même, imitant ainsi sa compagne et détaillant de son propre œil l’allure générale du jeune Okada. Oui, c’était vrai qu’il était beau. Un peu trop jeune à son goût - mais ça on pouvait pas lui reprocher - un peu trop blond aussi. Il avait un regard de tombeur ténébreux que Haine préférait sur des hommes plus bruns, mais ses yeux bleus s’adoucissaient singulièrement lorsqu’ils croisaient la silhouette fragile de sa sœur. Pour reprendre un air orageux lorsqu’ils rencontraient les iris rougeoyantes de Haine. Ce dernier se permis un sourire.

Tandis que Hikari bavait encore - à se demander à quoi lui servaient tous ses mensonges quand elle se trahissait si facilement dès Kain arrivé - le jeune homme avisa la bouteille presque vide et la termina dans le verre de son élève. Voilà, maintenant elle était obligée de se marier dans l’année. C’était mal, mais il s’en fichait. Il avait bu un verre et elle le reste de la bouteille, mais c’était pour la bonne cause. Quelle bonne cause demandez-vous ? Mais la sienne bien sûr.

Il en était encore à s’étonner de son machiavélisme quand la jeune fille se retourna brusquement, le regard décidé, attrapa son verre et le vida cul-sec. Ah, bah y en avait plus désormais. Elle allait devoir s’en contenter. Elle reposa le dit verre avec tant de brusquerie qu’il eut peur que le pied se casse, fin comme il l’était. Mais c’était de la qualité et il resta entier. Déjà, Hikari l’attaquait.

« Vous vous croyez malin, hein ? »

Très. Mais ça, ça ne datait pas d’hier.

« Eh bah non. Je vous dirai rien, parce que sinon vous me mettrez en prison et que je suis pas bête à ce point-là. Et puis d'abord vous êtes con. Voilà. C'est dit. Vous êtes trop bête. Et puis vous comprenez rien. Vous avez pas le droit de me juger. Je vous emmerde. Pan. Dans les dents. Tu vas faire quoi, hein, Monsieur-je-suis-trop-fort-je-baise-avec-mes-demi-frères.


Haine sourit. Il ne pouvait pas s’en empêcher. Le rouge était monté aux joues de la petit Okada - les effets de la colère et de l’alcool - et il se félicita que la bouteille soit finie ; ça avait beau lui redonner des couleurs, elle n’était pas encore prête pour sa première cuite. Et puis, surtout, il ne voulait pas être impliqué dedans. Mais passons. Sans se départir de son sourire infatigable, Haine croisa les bras pour sa poitrine pour l’imiter et ajouta, légèrement amusé :

_ Et mes demi-sœurs. Oublie pas que je baise aussi avec mes demi-sœurs.
_ Vous m'intéressez pas, je vous parle plus. »


Oh, quel dommage, alors que elle l’intéressait de plus en plus ! Tournant la tête pour échapper à son regard, les yeux bleus d’Hikari se posèrent sur quelque chose d’encore moins agréable que le professeur assis en face d’elle ; son frère et une autre fille. Les fixant aussi, l’adulte se sentit navrée pour elle. Si la pitié lui était inconnue ce n’était pas le cas de la compassion et, alors même qu’il souffrait avec elle, son regard glissa comme de lui-même vers la table de son meilleur ami. Shion avait rejoint Ichigo et ils parlaient désormais ensemble, détendus et presque rieurs. Un pincement au cœur l’avertit qu’il se faisait du mal à les regarder ainsi et il revint à sa compagne avec un soupir.

« Hm, on a tous nos petits malheurs. »

En disant cela, il ne s’adressait pas vraiment à elle. C’était plus une phrase personnelle, pour un peu relativiser la chose. S’ébrouant comme un chien, il redressa la tête, le sourire à nouveau aux lèvres et l’œil pétillant. C’est à peine s’il remarqua qu’Hikari avait attrapé son verre à lui pour le vider à son tour.

« Je crois que tu dramatises un peu les choses, tu sais. L’inceste n’est pas puni par la loi et je n’ai aucune raison de t’envoyer en prison - et même si j’en avais, pour quel crime ? Insulte de professeur ? Oh, pitié, j’ai déjà fait tellement pire à ton âge ce serait vraiment l’hôpital qui se moque la charité !

Haine ne comptait plus les heures de colles, suspensions et autres engueulades qu’il s’était coltiné tout au long de sa scolarité. Mais, ça, c’était autre chose.

_ Et il n’est aucunement question de te juger. Je veux dire, je suis pas juge, j’en ai pas le droit. C’est plus une curiosité égoïste qui me pousse à te harceler de la sorte.

Le tout dit en se nettoyant les ongles. Au moins, il assumait parfaitement.

_ Tu croyais quoi ? Que j’allais te traîner devant le bureau du directeur, les fers aux pieds ? En admettant que Ken soit choqué - ce qui m’étonnerait fort - pour quel genre de monstre tu prends, sérieusement ? »

C’est ce moment que choisit l’ombre pour se projeter sur leur table.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 23
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 29 Jan - 18:37

    ..dhd…sdj…gloups.

    Ou comment s’étrangler avec classe.
    Mais ce n’était pas le moment ! Plaquant sa main sur sa bouche, il prêta l’oreille alors qu’il se trouvait tout juste derrière Haine et qu’il retenait furieusement sa gorge d’être prise d’une quinte de toux. Avait-il seulement bien entendu ? Est-ce que la haine profonde qu’il ressentait envers Hikari Okada avait déformé les propos ahurissants qu’il avait perçus ? C’était ce qui s’appelait arriver au bon moment, il n’aurait pas pu rêver mieux – quand bien même ses yeux s’exorbitaient par la pression qu’il se forçait à exercer pour arrêter de tousser. Il lui fallait être discret, car quand bien même il devinait sans le moindre mal que mademoiselle Pikachu l’avait repéré – et vu les deux situations réunies, elle ne trouverait jamais la force mentale de lui demander de se taire -, il ne doutait pas une seule seconde que le professeur n’avait pas remarqué sa présence et continuait donc de parler.

    Il en avait des choses intéressantes à dire.
    Inceste, hein ? Il ne pensait pas que la psychose de cette jeune fille allait aussi loin. D’imaginer une telle chose ne calmait pas l’ardeur de sa gorge qui protestait ouvertement de la contrainte qu’il exerçait dessus.

      « Et il n’est aucunement question de te juger. Je veux dire, je suis pas juge, j’en ai pas le droit. C’est plus une curiosité égoïste qui me pousse à te harceler de la sorte. »

    Dommage pour elle que lui n’hésiterait jamais à la considérer de la sorte. Elle n’avait décidément véritablement pas de chance.
    Le soir du bal Kunisaki – dans sa profonde intelligence, admirez – avait deviné sans mal qu’il y avait quelque chose de louche dans la petite tête blonde et que cela concernait directement son frère. Relation ambigu et bizarre de jumeaux ? Amitié tordue ou attirance inavouée ? Une connerie d’adolescents avec les hormones à la fleur de l’âge – et ça lui allait bien de penser ça – mais pas un inceste. Pas à ce point-là. Il avait beau l’avoir cuisiné des heures durant lors des colles qu’il lui imposait, elle avait cautionné le silence ou les insultes, le toisant d’un air prétentieux et rempli d’une haine qu’il partageait parfaitement, n’ayant jamais trouvé de simples punitions une vengeance suffisante pour l’humiliation et toutes les heures affreuses à la surveiller qu’elle lui avait imposé – pas pratique les punitions vous dis-je.

    Entendre tout ça, c’était trop beau.
    Elle était décidément encore plus pathétique que lui.

      « Tu croyais quoi ? Que j’allais te traîner devant le bureau du directeur, les fers aux pieds ? En admettant que Ken soit choqué - ce qui m’étonnerait fort - pour quel genre de monstre tu prends, sérieusement ? »

    N’en pouvant plus il lâcha un profond râle suivit de quelques toussotement.
    Se redressant, il fit comme si de rien n’était – toujours classe, ce Kunisaki -, repositionnant sa cravate et faisant jouer le vin dans son verre, décrivant de léger cercle dans le vide. Il regardait le liquide tourbillonner d’un œil distrait, un sourire sur les lèvres. Charmeur, vous diraient certains, pervers penseraient d’autres.
    Machiavélique, en fait. – houlala quel méchant.

      « Elle t’a confondu avec moi, je suppose. »

    Il baissa les yeux vers Hikari et fit un pas en avant.

      « Bonsoir Hikari. Ravissante ce soir. »

    Quel vilain menteur. - et en plus il l'appelait par son prénom.
    Du moins s’en persuadait-il dans sa colère – alors que, finalement, elle était sincèrement jolie. Il prit quelques secondes à la regarder sous toute les coutures, sentant une euphorie forte et vulgaire grimper en lui dans une fureur indescriptible. Il se sentait puissant, imposant. Victoire ! Des mois et des mois à se chercher mutuellement les emmerdes et il avait l’impression de gagner : ça faisait un bien fou, indescriptible.

      « Je savais que toi et ton frère cachiez des choses louches mais je ne me doutais pas que ça allait jusque-là. »

    Avec le petit sourire de connard.
    Pour la forme. Il regarda en l’air.

      « Je trouve ça dégueulasse. »

    Silence.

      « Je plaisante. »

    Avec le rire glacé, le rire qui tuait tous les autres aux alentours, ayant presque l’impression que l’ambiance dans la salle mourait avec lui. Il posa son verre sur la table, impolitesse ? Qu’est-ce qu’il s’en foutait. D’ailleurs voilà bien de longues minutes qu’il avait parfaitement oublié la présence d’Haine, d’Ichigo et de Mélodie non loin de là. Plus rien n’existait à part elle, Hikari, cette maudite élève qui lui pourrissait la vie. Quelle situation étrange ; il ne la lâchait pas du regard une seule seconde. Posant ses mains sur la table, il positionna son visage juste en face du sien, au plus près, sentant son souffle contre le sien – il tentait tant bien que mal de rendre ça le plus dérangeant possible, sinon ce n’était pas drôle.

      « Tu me regardes bizarrement, qu’est-ce qu’il y a ? On dirait que t’es à ton premier rendez-vous chez le gynéco. »

    Rire.

      « Tu te méfies de moi ? Parce que tu sais que je vais raconter ça à tout le monde, hein. »

    Silence.
    Interminable, insupportable, insondable. Il se recula.

      « Je plaisante. »

    Bien sûr, personne n'en doute.
    - et avec le sourire, en plus.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 2 Fév - 18:51


« Je crois que tu dramatises un peu les choses, tu sais. »

Hikari écarquilla les yeux avec un ébahissement ostentatoire et abattit brutalement le verre à pied qu'elle venait de vider sur la table - sans remarquer qu'il s'agissait de celui de son professeur, soit dit en passant. Mais pour qui il se prenait, ce prof de merde ? Comment ça, elle dramatisait ? Maintenant, il allait lui dire que l'inceste était un petit souci d'adolescente ! Bien sûr, va donc baiser avec ton frère, tu nous ramèneras de jolis gosses consanguins, si tes parents désapprouvent c'est qu'ils sont vraiment étroits d'esprit. Ses insomnies à répétition n'étaient pas dues à des broutilles, non mais oh !

Certes, pur esprit de contradiction. Question de principe, elle n'avait pas envie d'être d'accord avec Teruko. Oh, elle n'avait rien contre lui - pas avec le temps qu'il lui avait consacré pour l'aider à résoudre ce misérable... problème de danse qui la complexait depuis des années. Mais qui lui disait que ce n'était pas un complot ? Dans les films, tous les héros qui faisaient confiance aux méchants finissaient mal. Ces paroles n'étaient que des mensonges, pour la pousser à avouer. Et s'il s'agissait d'un agent infiltré ? Il était venu à Aomori pour la poursuivre ! Il allait la tuer ! Mais il ne savait pas à qui il s'adressait. Hikari Okada, reine d'Angleterre. Hahaha. La tête commençait à lui tourner, et elle dut agripper la nappe pour rester droite.

« L’inceste n’est pas puni par la loi et je n’ai aucune raison de t’envoyer en prison - et même si j’en avais, pour quel crime ? Insulte de professeur ? » Ah... Ah bon ? Ce n'était pas puni par la loi ? Juste par l'éthique ? Certes, certes. Elle le savait, de toutes manières. « Oh, pitié, j’ai déjà fait tellement pire à ton âge ce serait vraiment l’hôpital qui se moque la charité ! »

Pire ? Il avait couché avec sa mère ? Son grand-père ? Tué quelqu'un ? Soudain, une liste des faits divers les plus atroces des dernières années s'imposa à elle, mais elle s'appliqua à ne pas imaginer son enseignant dans la position des plus horribles criminels.

« Et il n’est aucunement question de te juger. Je veux dire, je suis pas juge, j’en ai pas le droit. »

A ces mots, la jeune fille fut submergée par une émotion sur laquelle elle ne put pas mettre de mot. Son cœur se mit à battre plus vite, et sa gorge se serra. Elle fixa Teruko, les yeux mouillés, et puis elle se sentit très seule, sans savoir pourquoi. Sûrement était-ce une manipulation. Elle n'allait pas tomber dans son piège !

« C’est plus une curiosité égoïste qui me pousse à te harceler de la sorte. » Au moins il y allait franchement. Hikari fit la moue, marmonna quelques jurons inintelligibles et posa son menton entre ses deux mains, le regard trouble. « Tu croyais quoi ? Que j’allais te traîner devant le bureau du directeur, les fers aux pieds ? En admettant que Ken soit choqué - ce qui m’étonnerait fort - pour quel genre de monstre tu prends, sérieusement ? »

Le soulagement avait fondu sur elle sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit pour l'éviter. Après tout, peut-être devrait-elle le croire. Il avait l'air gentil. Elle avait tellement envie de lui faire confiance, de pouvoir se reposer sur lui. Et s'il trouvait une solution ? Et si ce n'était pas si grave ? Cette histoire d'inceste la dépassait depuis bien trop longtemps. Le fait qu'il soit au courant de tout et l'accepte comme le monstre qu'elle était lui enlevait un poids énorme des épaules. Ses yeux s'humidifiaient. Elle avait juste envie de s'asseoir sur les genoux de Teruko. Et puis de passer ses bras autour de son cou. Comme elle faisait avec son père. Et de lui raconter ses misères d'adolescente transie. ... C'était bizarre, quand même. Elle coula un regard méfiant vers la bouteille de vin vide posée sur la nappe. Le prof avait une sacrée descente.

Mais elle n'eut pas le temps d'émettre une seule réflexion.

« Elle t’a confondu avec moi, je suppose. »

... Non. Non, non, non. Non.

La blondinette manqua de se tomber par-dessus sa chaise en se retournant trop violemment. Des chaussures noires qui brillaient, une paire de jambes interminables, un torse d'homme couvert de chemise et veston, et puis... Et puis cet affreux sourire de satisfaction perverse qu'elle ne connaissait que trop bien, ce sale regard mauvais qui la toisait avec un mépris non dissimulé, cette tignasse blonde en bataille. Premiers sentiments suscités par cette apparition non désirée : une rage et une haine indicibles accompagnées d'un puissant désir de violence, un mépris tel qu'il lui arracha un rictus très évocateur, et une angoisse dont elle ne connaissait pas l'origine qui lui tordit les boyaux. Tachibana. Tachibana le retords, Tachibana et ses oreilles de lapin, Tachibana et son costume poisseux, Tachibana et ses heures de colle qui n'en finissaient plus. Vu son expression, il était très content de lui. Hikari se braqua aussitôt, ferma les poings, rentra les épaules et se redressa, prête à toute éventualité. Ou presque.

« Bonsoir Hikari. Ravissante ce soir. »

Il cachait quelque chose. C'était plus qu'une simple farce. Silence tendu. Elle attendait qu'il dévoile son atout, cet atout qui le rendait euphorique.

« Je savais que toi et ton frère cachiez des choses louches mais je ne me doutais pas que ça allait jusque-là. »

Décomposition du visage en accéléré. Elle avait envie de lui arracher son sourire suffisant, de lui lacérer le visage avec ses ongles. Elle le fixait en tremblant, oubliant la présence de Teruko, oubliant toute la salle autour d'elle.

« Je trouve ça dégueulasse. » Enculé. « Je plaisante. »

Super enculé. Et tu te crois malin. Son rire résonna dans la tête de la jeune fille. Comme le rire de Jafar dans Aladin. Ignoble, insupportable.

« Tu me regardes bizarrement, qu’est-ce qu’il y a ? On dirait que t’es à ton premier rendez-vous chez le gynéco. »

Trop près. Il lui soufflait sa vieille haleine dans la gueule. Il n'avait pas le droit de foutre sa tête juste là, devant elle, les mains sur la table, dans cette position clichée. Il n'avait pas le droit de lui montrer une quelconque supériorité et de jouer au dominateur. Elle allait le tuer. Pour qu'il ne puisse plus jamais rire d'elle.

« Tu te méfies de moi ? Parce que tu sais que je vais raconter ça à tout le monde, hein. » Ses oreilles bourdonnèrent. « Je plaisante. »

Échauffée par l'alcool, elle ne pouvait pas en supporter plus. Tout sentiment de confiance avait volé en éclats dès qu'il était apparu. Il avait trouvé son plus grand point faible. Elle ne pouvait plus rien, plus rien ! Il la tenait, il allait la faire chanter, elle allait acheter son silence pour protéger son frère, son frère qu'elle avait impliqué dans sa ridicule rivalité avec ce crétin.

Non. Non, ça n'allait pas se passer comme ça. Elle n'allait pas lui laisser ce plaisir, elle ne voulait plus jamais revoir ce sourire sur cette face de fouine. Elle allait le tuer, puis fuir et aller vivre dans cette putain de villa avec Kain.

Elle explosa.

« JE VAIS TE BUTER ! »

Tout en finesse, toujours. Mais il ne fallait pas trop lui en demander, elle qui était déjà ivre, elle qui n'avait pas le sens de la répartie et préférait répondre par les poings, elle qui avait depuis toujours satisfait ses pulsions de violence en regardant à la chaîne les films gores, elle qui frappait dans les murs, elle qui était fascinée par les yakuza. Le visage déformé par la haine, Hikari se rua sur le professeur exécré, envoyant sa chaise en arrière, bras tendus en avant. Comme une sauvageonne, avec une expression à faire fuir, et, il fallait bien le dire, une démarche qui tanguait un peu.

« MEURS, MEURS, MEURS ! »

Une seconde plus tard, elle avait sauté sur Tachibana et l'avait fait tomber sur le dos. A califourchon sur son ventre, elle l'étranglait avec sa maigre force jusqu'à faire blanchir ses jointures, les ongles enfoncés dans son cou ; dans la foulée, à moitié - si ce n'était complètement - soule, elle eut le vague sentiment que son pouvoir se mettait en marche mais n'y fit guère plus attention.

L'air d'une folle ? Non, non, pas du tout. L'alcool vous dis-je. Les explications mesurées entre adultes responsables viendraient ensuite.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 


Dernière édition par Hikari Okada le Dim 5 Fév - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 5 Fév - 14:30

Elle avait vraiment bien choisi son moment, cette ombre. Haine était légèrement contrarié. Il voyait bien que ses paroles avaient finies par toucher Hikari, ses yeux luisaient d’une manière inhabituelle et plus aucune ride de barrait son front blanc. Alors pourquoi ? Pourquoi avait-il fallu qu’elle vienne maintenant ? Il ne savait pas à qui elle appartenait et il s’en fichait. Tout ce qu’il espérait, c’est qu’elle passe son chemin et les laisse à nouveau en paix. Peut être était-ce Charles de retour avec leurs commandes ? Non, c’était beaucoup trop rapide, après avoir été traité de la sorte il allait au contraire prendre tout son temps et leur apporter des plats froids. C’eut été utopiste de sa part de penser que le serveur allait se presser pour les satisfaire. Alors qui ? Kain était toujours à sa place, Shion également, il n’avait vu personne de susceptible de venir les voir jusqu’ici. Un râle peu gracieux mis fin à ses questionnements.

Haine tourna la tête et leva un sourcil. Kunisaki, son collègue et pas ami. Il le connaissait à peine et l’appréciait sans l’adorer pour autant. De plus, son pouvoir le terrifiait proprement. Mais c’était une autre histoire. Que faisait-il là, au juste ? Un verre de vin à la main, il se rapprocha d’eux avec un sourire qui ne lui disait rien de bon. Ça puait. Et ça puait fort.

« Elle t’a confondu avec moi, je suppose. »

Effectivement, Hikari avait changé de couleur. Elle était rouge de colère, une très claire envie de meurtre dans le regard. Il avait dû se passer quelque chose entre eux, quelque chose de mauvais pour la mettre dans cet état là. Cependant, Haine se garda de tout commentaires. Cette affaire ne le concernait pas. S’il était curieux, il savait quand il valait mieux ne pas s’en mêler et c’était le cas actuellement. Qu’ils règlent cette affaire tout les deux, entre blonds, lui se contenterait d’observer. Ça pouvait toujours être instructif.

« Bonsoir Hikari. Ravissante ce soir. »

Aucune réponse. La petite élève n’était apparemment pas à l’aise.

« Je savais que toi et ton frère cachiez des choses louches mais je ne me doutais pas que ça allait jusque-là. »

Ah. C’était donc ça. Tandis que sa compagne devait blanche, Haine leva un regard sur Kunisaki. Il jubilait. Il jouissait comme le gros pervers qu’il était. Mauvais, très mauvais tout ça. Restait plus qu’à espérer que l’américain avait plus de sens commun et de compassion que son visage cruel ne le laissait paraitre. Bizarrement, il avait un doute. Mais d’un autre côté, à quoi ça lui servirait de répandre cette rumeur ? Il était professeur, il était au dessus de tout cela. Ou pas.

« Je trouve ça dégueulasse. »

Froncement de sourcil de Haine. Il y avait des choses à ne pas dire.

« Je plaisante. »

Tranquillement, sans se gêner, Kunisaki posa son verre sur leur table. Vas-y, fais comme chez toi. Puis se baissa, baissa, baissa - Dieu, qu’il était grand en fait ! - jusqu’à positionner son visage juste en face de celui d’Hikari. Une furieuse envie de lui donner un coup de pied dans le derrière et ainsi de le faire tomber sur elle traversa l’esprit de l’autre enseignant assis autour de cette table, mais il se contint. Pour trois raisons évidentes : Kuni allait le tuer ; Hikari allait le tuer ; Kain allait le tuer. Aussi étrange que cela puisse paraitre, Haine tenait à la vie.

« Tu me regardes bizarrement, qu’est-ce qu’il y a ? On dirait que t’es à ton premier rendez-vous chez le gynéco. »

Ne pas rire. Hikari risquerait de le prendre très mal. D’un autre côté, qu’est-ce qu’il connaissait du gynéco le Kuni, hein ? Oh, non, ne pas rire. Pffffff.

« Tu te méfies de moi ? Parce que tu sais que je vais raconter ça à tout le monde, hein. Je plaisante. »

En fait, il avait vraiment un humour de merde. Comment avait-il fait pour ne pas s’en rendre compte plus tôt ? Un geste, une moue ou peut être juste un plissage de paupière l’avertirent. Le fauve qui jusque là était resté tapis derrière les yeux bleus d’Hikari, ce fauve là était sur le point de bondir. Il allait y avoir de la casse.

« JE VAIS TE BUTER ! »

Au moins, ça avait le mérite d’être clair. Repoussé - sans doute par l’haleine alcoolisée de la jeune fille - le blond fit deux pas en arrière, distance qu’elle combla sans peine de sa démarche chancelante mais néanmoins menaçante. Une bonne partie de la salle observait la scène et Haine leur fit un sourire navré, pour s’excuser pour les deux hurluberlus qui lui servaient de compagnons. À vrai dire, tout cette histoire commençait un peu à lui taper sur les nerfs. Alors que Hikari se jetait sur sa proie et la plaquait au sol, il tendit le bras et attrapa le verre de Kunisaki qu’il vida à petites lampées - après tout, il avait à peine trempé ses lèvres dans le sien avant que la Okada ne le boive ! Il avait la très désagréable impression d’être le plus adulte du groupe, ce qui le dérangeait fort. Sans doute parce qu’il n’avait pas l’habitude de l’être, gamin comme il l’était. Et cet étrange poids plein de responsabilités qui lui pesait actuellement sur les épaules lui rappelait pourquoi il préférait faire l’idiot. Quelques convives s’étaient levés, prêt à séparer les deux lutteurs toujours au sol. Bon, il allait falloir qu’il intervienne.

Haine se dressa, posa le verre vide sur la table, attrapa sa veste, son cadeau et celui d’Hikari et se les mis sous le coude. D’un pas tranquille mais un peu tendu par l’agacement, il se dirigea enfin vers les deux blonds dont l’un était en train de virer au bleu. D’une main, il attrapa Hikari par la taille et la souleva jusqu’à la poser sur son épaule. Elle eut beau se débattre, le rouer de coups de pieds et de poings, il la garda fermement immobile comme le sac à patates qu’elle était.

« Je crois qu’il est temps de quitter la soirée, lui dit-il. Tu t’es assez donnée en spectacle pour le moment. »

Il aurait aimé aider Kunisaki à se relever mais ses deux mains étaient prises, aussi attendit-il sans bouger qu’il se remette debout seul. Haine, jeune homme joyeux et festif par nature, le gratifia d’un regard d’une froideur inaccoutumée.

« C’était très utile, vraiment, ce que tu as fait là Kunisaki. Bravo. »

Il était légèrement énervé. Très, très, très légèrement. Un bout de chaussure pointue s’enfonça entre deux de ses côtes. Aie. Heureusement qu’elle avait autant de force qu’un moucheron et qu’elle était aussi ivre que Shion lorsqu’il n’avait plus de pommes, sinon elle aurait pu lui faire mal. Avec un mouvement d’épaule, il recala mieux son paquet encombrant, le geste lui coupant momentanément la respiration. Un peu de calme, enfin.

« Le divertissement est terminé pour toi aussi, reprit-il en s’adressant à son collègue. Reprends ton souffle et va emmerder une autre table, tu en as assez fait pour ce soir. »

Il fit un pas en avant, prêt à partir, quand un coup d’œil par-dessus son épaule le fit s’arrêter.

« Ah, et tâches de mieux te tenir. Mélodie te regarde. »

Mélodie, ainsi que Shion, Ichigo, Kain, la rousse avec lui et une bonne partie de la salle. Non, non, ce n’était pas un dîner spectacle. Kain s’était levé, Haine le gratifia d’un simple regard, Hikari toujours hurlante sur son épaule. Sans s’attarder davantage, il pris le large et sourit gentiment au majordome à l’entrée avec un simple « Trop de vin » qui en disait long. Sans parler, il parcourut le couloir avant de monter un étage, puis un autre. Le pensionnat était désert, sans doute tout les habitants étaient à la soirée ou dans leur chambre, occupés à il ne savait trop quelle activité plus ou moins honnête. Il n’y avait que lui. Lui et la jeune fille. Il continua de marcher sans parler, les mots ne servant à rien dans ce genre de circonstance, traversa le couloir du bâtiment B et finalement s’arrêta devant la porte des douches et toilettes. Là, il la déposa.

« Va un peu te rafraichir les idées. Après, on parlera. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 23
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Dim 12 Fév - 18:21

    Quitte à se faire jeter à terre par une gamine de 14 ans, autant que ce soit avec élégance. Et Kunisaki était très bien habillé, c'était déjà ça ; parce que franchement, il avait l'air sacrément con.

    Entre lui et Hikari c'était une profonde histoire de haine réciproque qui avait commencé de façon assez hasardeuse : la demoiselle ne l'appréciait pas malgré toutes ses tentatives en cours pour lui faire croire que ses réflexions n'étaient pas si invraisemblables - ce que, maintenant, il ne prenait certainement plus la peine de faire -, il avait eu droit à son regard d'adolescente blasée comme s'il cachait quelque chose de louche derrière ses bonnes intentions. En fait elle avait certainement eu raison ; Kunisaki avait tout plein de choses bizarres et glauques dans ses manches (et dans sa tête) et depuis le fameux bal chaotique, il prenait un plaisir malsain à le lui faire remarquer. A présent elle devait bien savoir comme derrière ses cheveux blonds de petit péteur, il avait un comportement bien gamin et ridicule : mais au moins, il n'était pas le seul. Pas le seul à avoir un comportement difficile, pas le seul à se taper la honte devant tout le monde, pas le seul à éprouver des sentiments compliqués.
    Mais le seul à mordre la poussière en cet instant, son esprit partant soudainement au loin emporté par une forte dose d'anesthésie.

    Finalement il ne reprit ses esprits qu'en sentant les mains de la Pikachu lâcher sa gorge, ayant l'impression de se réveiller après un affreux rêve, les paupières lourdes et une envie d'inspirer ne pouvant être satisfaite à cause de ses poumons soudainement bloqués. Il venait bien de se faire bousculer par une gamine ? Et tout le monde allait croire qu'il n'était pas capable de se défendre seul ? La. Honte.
    En plus, quand bien même avouer qu'elle avait utilisé ses pouvoirs contre lui serait une raison pour la coller à vie, il savait déjà qu'il ne le ferait pas. Et merde.

    La garce.

      « C'était très utile, vraiment, ce que tu as fait là Kunisaki. Bravo. »

    Je t'emmerde.
    Mais il ne dit rien, se contentant de crachoter pour reprendre sa respiration et tentant vaguement de se relever. La salle qui jusqu'alors lui avait semblé immaculée lui parut soudainement bien crade, il se sentait comme recouvert de poussière. Une fois debout, il commença à s'épousseter en leur laissant des regards dédaigneux.

      « Le divertissement est terminé pour toi aussi. Reprends ton souffle et va emmerder une autre table, tu en as assez fait pour ce soir. »

      « Rah la ferme. »

    Ce n'était pas de sa faute si une espèce de furie s'était jetée sur lui sans la moindre raison. Il leva un sourcil en direction d'Hikari, vulgairement perplexe.
    Vraiment chiante cette gamine, elle avait quoi contre ses costumes à la fin ?

      « Ah, et tâche de mieux te tenir. Mélodie te regarde. »

    Il se figea soudainement, n'apercevant même pas que le mec - oui Haine, voilà - disparaissait avec cette abrutie d'élève - aussi bête que lui, je suppose. Il sentit comme un coup de poing s'enfoncer dans son thorax, baissant les yeux et étant soudainement terrifié à l'idée de se retourner. Ah, et qu'est-ce qu'il verrait dans ses yeux, hein ? De la déception, de l'inquiétude. Ou de la peur, tiens. Parce qu'il se débrouillait toujours pour lui faire peur, l'imbécile. Et comme à chaque fois qu'il se retrouvait dans cette situation, il ne trouva comme unique solution que l'emportement. Faisant un pas dans la direction qu'Haine avait emprunté, il lui lança d'une voix épaisse alors qu'il était de dos.

      « Ce n'est pas de ma faute si nos élèves ont des relations... »

    Il jeta un regard non volontaire vers Kain.

      « Étranges. »

    Se murmura-t-il à lui-même, regrettant immédiatement d'avoir encore eu l'audace d'attirer l'attention sur lui. Et merde... Divisé entre une profonde envie de soupirer et de s'énerver en même temps, il mixa les deux : posant sa main sur son visage et tapant soudainement du pied. Il n'osait toujours pas regarder en direction de Mélodie, sentant soudainement son cœur palpiter de rage. Et sans même comprendre pourquoi il se mit à penser à Ichigo aussi, qui dînait avec quelqu'un qu'il ne supportait pas - pour une raison inconnue, cela dit. Une rage indéfinissable grimpait en lui alors, qu'exaspéré et humilié, il prit la direction de la sortie. N'oubliant pas de prendre, au passage, le verre de vin de Sakura Miharu qui était assise deux tables plus loin (ne prenant évidemment pas la peine de s'excuser) qu'il vida cul sec.
    Pas assez bourré, pas encore assez bourré.

    Allons oublier tout ça dans un coin sombre.
    Et ne pensons plus à tout cela, d'accord ? Arrête de te torturer l'esprit avec Mélodie ; peut-être qu'elle s'en fout, après tout.

    Ah, mais ce serait sûrement encore pire, pas vrai ?
    Tu crains Kunisaki. Mais on te pardonne(ra un jour ou l'autre).


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mer 15 Fév - 13:57


Hikari avait l'impression d'évoluer dans une quatrième dimension. Elle n'entendait plus que ses propres cris, et son regard était obnubilé par Tachibana. Tachibana, ce chieur qui n'aura jamais fini de lui pourrir la vie, ce crétin fini et mesquin qui avait réussi à l'emporter sur elle pour cette soirée, cet enfoiré qui avait tout le pouvoir qu'il voulait sur elle et son frère. Elle s'était faiblement laissée avoir. Kain avait tenu, et elle avait tout fait foirer. Si un empathique était dans la salle, elle le plaignait sincèrement pour toutes les extrêmes pulsions de haine, de violence, de déception et de chagrin qu'elle propageait, qui devaient se ressentir jusqu'au fin fond de l'Afrique, provoquer des dépressions et suicides en série dans des troupeaux d'éléphants sans parler de guerres de gangs de suricates.

La furie s'appliquait consciencieusement à étrangler son cher professeur tout en lui donnant des coups avec ses chaussures à talons pour le faire souffrir un maximum, lorsqu'un bras la souleva par la taille. S'agrippant du mieux qu'elle put au cou de sa victime, elle le griffa méchamment avant d'être hors de portée et... posée comme un vulgaire sac à patate sur l'épaule d'un homme qui ne pouvait qu'être Teruko. Ce renversement faillit la faire vomir, mais elle se cramponna à la chemise de l'enseignant et ferma les yeux pour se contenir. Pitié, qu'il ne bouge pas trop. Dans une fureur noire, elle se mit à hurler de plus belle - de quoi faire peur à toute la salle - en martelant - mollement - son dos de ses poings.

« LÂCHEZ-MOI SALE BOUFFON ! LÂCHEZ-MOI OU JE VOUS ARRACHE LES YEUX ! »
« Je crois qu’il est temps de quitter la soirée. Tu t’es assez donnée en spectacle pour le moment. »

Ses coups s'interrompirent.

Elle ne s'était jamais sentie aussi pitoyable.

C'est à peine si elle entendit Teruko asséner la même morale à son collègue. Faiblement, pour le principe, elle recommença à se débattre. Juste pour descendre, échapper à tous ces regards qui devaient la fixer avec mépris, tous les commentaires qui devaient se faire dans la Grande Salle. Brusque prise de conscience : elle allait perdre une bonne part de ses amis et se faire une réputation de folle furieuse. Elle sentit que son porteur faisait un pas en avant et inspira profondément. Ne pas dégueuler. L'odeur de parfum n'était heureusement pas trop forte pour l’écœurer.

« Ah, et tâche de mieux te tenir. Mélodie te regarde. »

Mélodie. Qui c'était, ça ? Un nom étranger. C'était joli. Elle ne connaissait personne qui s'appelait Mélodie.

« Ce n'est pas de ma faute si nos élèves ont des relations...
- VA CREVER ! SALOPARD ! LÂCHE-MOI TOI ! BOUFFON ! CRÈVE ! VA MANGER DU BOUF BOURGOUGNONNE ! »

Les cris s'évanouirent peu à peu tandis que Teruko l'éloignait de l'animation de la salle de fête. Dans le silence des couloirs, il n'y avait plus que le bruit régulier des chaussures sur le sol, plus que le balancement interminable du corps qui la portait. Hikari ne disait plus un mot. A cet instant précis, on aurait bien pu la rouer de coups, la menacer avec un fusil à pompe, la pousser du haut d'une falaise : tout instinct de survie disparu, elle se serait laissée faire, avec ce même visage lisse, cette expression impénétrable qui donnait un aperçu du vide qui s'était fait en elle. Il ne restait plus que ce nœud dans le ventre, cette boule dans la gorge et cette nausée qu'elle réprimait tant bien que mal en respirant profondément.

Parce que tout était foutu, de toutes manières.

Le chemin lui parut infini, et elle eut tout le temps qu'il lui fallait pour se calmer.

« Va un peu te rafraichir les idées. Après, on parlera. »

Elle se sentit glisser par terre, mais elle ne pouvait pas se résoudre à lâcher cette présence rassurante, à se retrouver totalement seule au monde. C'était comme se raccrocher à une compagnie illusoire, à une tiédeur humaine qui ne lui aurait voulu que du bien. Alors qu'elle savait tout le mépris qu'il éprouvait pour elle, tout l'énervement qu'il devait ressentir parce qu'elle lui avait pourri sa soirée, parce qu'elle l'avait insulté et frappé sans raison valable. Une fraction de seconde, elle resta près de Teruko, tremblante, espérant une étreinte encourageante. Mais aussitôt elle se reprit et s'aventura en avant, titubant comme une ivrogne. Rien à dire, il n'y avait pas de vision plus pitoyable. Sûrement était-elle encore plus pathétique que Tachibana.

Les douches.

Non, ce crétin aurait pas pu l'envoyer autre part. Est-ce qu'il faisait exprès ? Il avait dû la voir ici avec Kain, c'était comme ça qu'il avait su. Et il lui rappelait à quel point il était intelligent, hein ? Sale bouffon. De toutes façons, elle s'en foutait, elle n'avait plus rien à perdre, c'était la fille la plus malheureuse et la plus nulle du monde, et voilà, fin de la parenthèse, point, à la ligne, sautez une ligne, alinéa, majuscule, phrase suivante.

Nausée.

Elle ouvrit à la volée la première porte de douches qui vint, ouvrit le jet d'eau et se laissa tremper des pieds à la tête. Frissonnant sous la froideur du liquide, elle ferma les yeux, dessoulant peu à peu.

Pour achever le ridicule de la scène, Hikari se mit à pleurer, ce qu'elle n'avait pas dû faire depuis des années. De gros sanglots bien bruyants, intarissables, et elle espérait naïvement que Teruko ne s'en rendrait pas compte. Elle se laissa glisser contre la cloison, l'expression déformée par les pleurs, comme l'adolescente complexée qu'elle était sous ses airs je m'en foutiste.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mer 15 Fév - 20:24

Il n’écouta pas les justificatifs de Kunisaki.

« Ce n'est pas de ma faute si nos élèves ont des relations... »

Pas sa faute ? Mais bien sûr, sa langue était douée d’une conscience propre si bien qu’il lui arrivait souvent de dire des choses qu’il ne pensait pas. Les relations entre élèves ne les regardaient et ne les avaient jamais regardé ; ils étaient profs, pas prêcheurs de la bonne parole ! On avait le droit de s’informer, de s’en mêler gentiment par amusement. Mais juger, jamais. Comment l’aurait-il pris, à 17 ans, qu’un enseignant pervers vienne mettre le nez dans ses affaires ? Très mal, il n’en doutait pas.
Il n’écouta pas plus les hurlements de Hikari.

« VA CREVER ! SALOPARD ! LÂCHE-MOI TOI ! BOUFFON ! CRÈVE ! VA MANGER DU BOUF BOURGOUGNONNE ! »

À quoi bon ? C’était toujours plus ou moins la même rengaine ; des insultes, des métaphores fleuries et une note aigue qui vous crève les tympans. Haine avait entendu assez de cris dans sa vie pour savoir à quoi s’attendre, aussi était-ce logique qu’il ne s’attarde pas dessus. Au moins, l’allusion au bœuf bourguignon l’avait fait sourire, c’était déjà ça de pris. Il passa près du majordome avec un sourire, comme si aucune folle furieuse ne pendait amorphe sur son épaule et se dirigea de son pas calme jusqu’aux douches. D’après son expérience, il n’y avait rien de mieux pour se remettre d’une cuite ou d’une simple crise de nerf. De l’eau froide sur le visage, dans le dos, partout sur le corps s’il le fallait. De quoi vous éclaircir les idées le plus sûrement du monde. Haine aimait beaucoup les salles d’eau. Avant, quand il était plus jeune, il allait s’enfermer entre ces quatre et murs et se laisser glisser jusqu’au sol quand quelque chose n’allait pas. Le carrelage le rassurait presque autant que l’exigüité de la pièce. D’un certain côté, il espérait que ce serait le cas pour Hikari aussi.

Peut être le lent balancement de la marche l’avait-elle calmé, peut être s’était-elle juste endormie sur son épaule. À moins qu’elle n’ait plongé dans un coma éthylique ? Tout de même, ce n’était pas une si petite nature que ça ! Quoiqu’elle n’avait pas mangé… Enfin, dans tous les cas, la jeune fille s’était calmée. Elle ne disait plus rien et l’enseignant non plus. Après le bruit étouffé de la salle de bal et les haussements de voix du choc avec Kunisaki, c’était plus que reposant. Juste le son des chaussures sur le pavé, qui résonne à l’infini entre les murs du couloir vide. Sans doute qu’il aurait pu marcher ainsi pour toujours. Mais la porte des toilettes s’imposa à sa vue.

Haine fit glisser Hikari jusqu’au sol, avec toute la douceur qu’il pu. D’un côté pour qu’elle ne lui vomisse pas dessus, d’un autre parce qu’elle avait eu une rude journée et qu’elle méritait bien un peu de tendresse. Elle se dressa devant lui, sur ses jambes tremblantes, et l’espace d’un instant il cru qu’elle allait lui dire quelque chose. Lui dire ou faire, il ne savait pas trop, mais une lueur dans son regard plein de détresse avait paru s’adresser à lui directement. Mais elle ne fit rien et se détourna sans un mot, laissant le jeune homme avec un désagréable goût d’acte manqué sur la langue.

Appuyé contre le mur, les cadeaux ainsi que sa veste toujours serrés sous son bras, il ferma les yeux et attendit. Le bruit de la porte de la cabine résonna comme un gong dans toute la salle jusqu’à lui et celui du jet d’eau sur le sol le suivit rapidement. Puis plus rien. Juste la musique de l’eau qui tombe et le vide du silence qui comble les espaces manquant. Il avait très envie d’aller voir. Il s’inquiétait un peu mine de rien. Mais si l’intimité était une chose fort abstraite à ses yeux, il savait tout de même la respecter en de rares occasions. Même s’il brulait d’envie de la violer et d’aller tenir les cheveux de la blonde si jamais elle était en train de vomir dans sa douche. Ou la sortir de là si elle était trop faible pour le faire elle-même. Ou juste être à côté, comme une présence sûre et potentiellement rassurante. Seulement Haine Teruko était professeur et il y a des choses qu’un enseignant doit ignorer sur ses élèves. Trop tard, me direz-vous. Les sanglots s’élevèrent au milieu des gouttes d’eau. Il n’y tint plus.

La porte de la cabine de douche n’était même pas fermée, le spectacle qui l’attendait au de-là lui fit de la peine. Immobile sur le seuil, Haine regarda sans rien dire Hikari qui pleurait toutes les larmes de son corps. Que voulez vous faire dans une situation pareille ? Avec un soupir à peine dissimulé, le jeune homme posa ses paquets ainsi que sa veste à terre, vite rejoint par sa cravate rouge et ses chaussures brillantes. Elles n’auraient pas survécu. Puis il se jeta à l’eau, au sens propre comme au figuré.

La morsure gelée le fit frissonner mais il ne battit pas en retraite pour autant, luttant contre vents et marées jusqu’à atteindre sa petite élève, recroquevillée sur le sol dans sa jolie robe blanche trempée. Peut être était-elle transparente mais la chemise de Haine aussi, ils étaient donc à égalité non ? À son tour, le dos collé au mur, il s’assit sur le carrelage l’épaule tout contre la sienne. Puis, comme ses pleurs ne se tarissaient pas, il passa son bras dans son dos et passa sa main dans ses cheveux trempés. Un sourire aux lèvres, il la pressa contre lui.

« Allez, pleure pas. C’est pas grave. »

Très inspiré, oui. Mais peut mieux faire.

« Kunisaki est un connard mais pas un idiot - quoique - il ne faut pas prendre toutes ses menaces au sérieux. Il aboie plus qu’il ne mord. »

Il aurait très bien pu ajouter que, au pire, il le lui ferait regretter dans le prochain cours particulier qu’il aurait avec son cher collègue américain. Seulement il n’était pas vraiment sûr que ça rassure Hikari. Au bout de quelques minutes supplémentaires, il sourit une nouvelle fois et ouvrit grand ses bras.

« Allez, viens faire un câlin à Tonton. »

Ç’aurait presque pu être pervers si le contexte n’avait pas été aussi larmoyant.

« Et après, je t’invite à manger à la maison
, conclu-t-il en posant son menton sur sa petite tête dure. »

Son frigo était peut être vide, il n’en savait rien. Au pire, il irait voler dans celui de Kunisaki, il l’avait bien cherché.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Haine Teruko le Ven 17 Fév - 12:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 17 Fév - 11:32


Hikari s'était retenue de pleurer toute sa vie. A l'école primaire, elle aurait bien fondu en larmes dans la cour de récréation une dizaine de fois ; quand toute sa classe s'était moquée de son frère pour une broutille, quand on lui avait volé toutes ses billes et que personne ne l'avait aidée à trouver le coupable, quand elle s'était fait mal en tombant sur les graviers en faisant la course avec des amis, quand la maîtresse lui avait crié dessus pour une énième connerie. Mais non, elle s'y refusait. Elle se mordait la lèvre, elle serrait les poings, elle détournait le regard. Arrivée chez elle, elle offrait à tout le monde un grand sourire ; le soir venu, elle sanglotait dans son lit le plus silencieusement possible, étouffant ses pleurs dans un oreiller. Ce n'était certainement pas pour n'inquiéter personne - ça, elle s'en foutait royalement. Non, c'était juste un blocage, une timidité, une honte, une peur de se montrer toute faible qu'elle était et d'être rejetée ensuite, même par ses proches. Elle voulait être le héros de bande dessinée qui sauvait le monde en affrontant le difficultés avec le sourire, celui qu'on admirait pour sa force de caractère.

La technique de répression s'était affinée au fil des années ; à partir de ses quatorze ans, plus aucune larme n'avait percé. Et voilà que les efforts d'une vie s'effondraient à cause d'un crétin à tête blonde. Elle ne voulait pas que Teruko la voit comme ça. Elle fit comme elle put, enfouit son visage dans ses mains, essaya de reprendre sa respiration calmement et sans hoquets. Mais une fois parti, ce n'était pas près de s'arrêter. Elle entendit à peine des bruits de pas précipités, la porte qui s'ouvrait, un soupir. Et puis un contact.

Une épaule chaude contre la sienne. Mouillée, mais chaude. De toutes manières, tout était trempé. Un bras se glissa derrière son dos, un grand bras réconfortant qui la faisait se sentir minuscule, et une main se posa sur sa tête.

« Allez, pleure pas. C’est pas grave. »

Ces paroles, sortis de n'importe quelle autre bouche, l'auraient énervée. Elle aurait sûrement frappé la personne qui avait osé imaginer que ses problèmes étaient insignifiants. Mais Teruko était au courant de tout, et il venait quand même la voir. Il aurait pu se ranger de l'avis de Tachibana pour s'éviter des problèmes, ou faire comme s'il n'avait rien entendu et la laisser chialer dans la cabine de douches, attendant patiemment qu'elle se calme d'elle-même. Hikari essaya d'arrêter ses larmes, histoire de lui montrer que ça lui faisait plaisir, qu'il était gentil, mais qu'il pouvait rejoindre la Grande Salle trouver une autre partenaire un peu moins chiante. Au lieu de quoi ses larmes redoublèrent. L'émotion, c'est l'émotion.

« Kunisaki est un connard mais pas un idiot - quoique - il ne faut pas prendre toutes ses menaces au sérieux. Il aboie plus qu’il ne mord. »

A travers un rideau de larmes, la blondinette acquiesça et esquissa un pauvre sourire en reniflant. Il avait le don de tout dédramatiser. Une histoire d'inceste, une stupide querelle avec un prof aussi con qu'elle. Elle avait l'impression de s'être mise dans un état désastreux pour une idiotie. Il y eut un silence - elle n'aurait su dire combien de temps s'écoula, mais elle continua à pleurer, avec la présence salvatrice de Teruko à ses côtés. C'était tout con, mais cette présence la rassurait à un point inimaginable.

« Allez, viens faire un câlin à Tonton. »

Hikari leva de gros yeux rouges gonflés vers le jeune homme, qui l'attendait les bras grand ouverts. Malgré son état, elle eut un sourire. Elle aurait voulu sortir une référence à une série américaine et à la réplique « Who's your daddy » mais ne parvint qu'à lâcher d'une petite voix :

« On dirait un pervers. »

Ce qui ne l'empêcha pas de s'approcher et d'accrocher ses bras autour de la taille du professeur comme un bébé koala, naturellement, sans aucune arrière pensée ni recul sur la situation. Elle s'en foutait, de toutes manières.

« Et après, je t’invite à manger à la maison. »

Allez hop, une autre crise de larmes. L'émotion vous dis-je. Elle ne savait même plus pourquoi elle pleurait, à présent. Parce qu'elle débordait de reconnaissance pour Teruko, peut-être. Dans un premier temps, la blondinette ne bougea pas. Pas envie. Elle était bien comme ça, et elle n'avait pas envie de réfléchir sur le pourquoi du comment. Puis, au bout de longues minutes, elle renifla, s'essuya les yeux - alors que son visage entier était recouvert de l'eau de la douche, mais passons -, et se redressa tant bien que mal.

« Si on reste sous l'eau on va avoir la peau toute fripée. »

Articuler une phrase aussi longue fut laborieux mais - ô miracle, à force de volonté et de persévérance - elle parvint à se faire comprendre avant de fondre en larmes une énième fois, comme si elle venait d'annoncer que toute sa famille était morte dans un attentat terroriste.

Avisant la chemise complètement transparente de l'enseignant, elle baissa les yeux vers sa propre robe... qui l'était tout autant. Elle tira un peu dessus pour la détacher de son corps mais abandonna bien vite ; inutile, et elle n'était plus à un stade où elle se préoccupait de l'apparence qu'elle pouvait avoir. Sûrement avait-elle les yeux éclatés en plus d'être complètement mouillée. Tant pis.

« Je pourrai vous prendre des vêtements aussi ? » demanda-t-elle d'une voix un peu plus normale, à mesure que le souvenir de la Grande Salle s'échappait de son esprit.

Son estomac gargouilla, mais elle toussa un peu l'air de rien pour le cacher et s'abstint de tout commentaire.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 17 Fév - 16:54

Sa réplique louche réussit à tirer un sourire à Hikari là où sa présence n’avait fait que redoubler ses pleurs. Elle était donc plus sensible à l’humour qu’au réconfort ? Une bonne chose à savoir, surtout en temps de crise comme en ce moment. Si Haine était doué dans son rôle de grand frère, il ne l’était pas autant pour faire tarir les larmes. D’ailleurs, qui l’est ? Rigoler, dédramatiser, promettre que tout ira c’est une chose. Trouver les bons mots en est une autre. Chaque personne a envie d’entendre des choses différentes lorsqu’elle est triste. De l’amour, de la compréhension, de la pitié. Mais cette petite tête blonde là, que voulait-elle entendre hein ?

« On dirait un pervers. »

L’enseignant sourit à son tour et elle vint malgré tout se blottir dans ses bras. Elle était minuscule. Amaigrie encore par le chagrin et l’eau qui collait ses vêtements sur sa peau, elle semblait aussi fragile qu’une brindille. Haine la serra contre lui mais en faisait attention, de peur de la casser en deux. Avec une aussi frêle jeune fille contre lui, il se sentait grand et pataud, même sous son apparence féminine il aurait eu cette impression. Il allait finir complexé si ça continuait comme ça ! Enfin, il posa sa tête sur la sienne, aussi mouillée l’une que l’autre, et continua de sourire pendant qu’elle tremblait de ton tout son corps.

« Et après, je t’invite à manger à la maison. »

Car elle n’avait rien mangé de la soirée et que ça l’aiderait à se remettre d’aplomb et parce que la cuisine faite maison met toujours un peu de baume au cœur, même si Haine était loin d’être un grand chef. Oh bien sûr, il savait faire deux trois trucs sympas, quelques plats pour quand il invitait des amis manger - ce qui n’arrivait pas souvent, avouons-le - mais ne lui demandez surtout pas de cuisiner quelque chose de trop raffiné, exotique, ou compliqué. Comme un bœuf bourguignon, par exemple.
Hikari resserra son emprise sur sa chemise trempée, ses hoquets s’amplifiant l’espace d’un instant, secouant ses épaules de spasmes douloureux. Malheureusement, le jeune homme ne pouvait rien faire pour elle, il était déjà au maximum. Aussi attendit-il qu’elle se calme, partageant sa chaleur avec elle et sa chemise pour qu’elle s’essuie le nez dessus. Il était déjà sous la douche, elle se laverait donc rapidement.

Au bout de quelques minutes - à moins que ce ne soit quelques heures ? - Hikari se mit à remuer contre lui. Il relâcha son emprise autour d’elle et il sentit ses bras fins desserrer sa taille. Elle s’assit devant lui, essuyant comme elle pouvait son visage ruisselant d’eau et de larmes. Peine perdue d’avance, mais elle s’y appliqua quand même, reniflant entre deux passages de main sur le visage. En fait, même sa main était mouillée, c’était donc totalement inutile.

« Si on reste sous l'eau on va avoir la peau toute fripée. »

Sa voix était faible et peu assurée, mais au moins avait-elle réussi à aligner une douzaine de mots sans exploser en sanglots. Ce qu’elle fit après sa douzaine de mots en fait, en même temps qu’elle se dressait sur ses deux pieds. Haine la regarda osciller une fois, deux fois, avant de se lever à son tour et venir reposer sa main dans ses cheveux blonds, là où c’était sa place.

« C’est pas grave, elle retrouvera tout son pulpe une fois que l’on sera sec. »

L’élève ne répondit pas et ses yeux bleus passèrent du haut trempé de jeune homme à sa propre robe complètement transparente. Oui, on voyait tout. Elle maugréa vaguement et essaya d’arranger les choses en tirant dessus mais un vêtement mouillé est un vêtement mouillé et rien n’y fit, il resta transparent. La situation était des plus embarrassantes si on y réfléchissait bien et des plus compromettantes également. Heureusement pour eux deux que personne ne les avait vus dans cette position. Au moins l’enseignant avait vu assez de femmes dans sa vie - dont son propre reflet - pour pas loucher sur les sous-vêtements apparents d’Hikari, c’était déjà ça.

« Je pourrai vous prendre des vêtements aussi ?
_ Bien sûr. »


Non, tu restes comme ça pour qu’on me prenne pour un pervers et tu choppes froid au passage. Elle était mignonne elle.
Tandis que l’estomac de la jeune fille grognait de mécontentement, Haine s’extirpa de la douche en la tirant derrière lui. Ses affaires étaient là, en tas sur le sol. Il prit sa veste et la posa sur les épaules d’Hikari, trois fois trop menue pour l’enfiler, et attrapa le reste pour se le caler sous le bras. L’échange de cadeau allait encore attendre, apparemment.

« Garde ça sur le dos, comme ça ça t’évitera de chopper la crève et ça te couvrira si on croise quelqu’un. »


Après tout, rien de mieux que de croiser un camarade en robe transparente, c’est connu. Il l’entraina ensuite dans le couloir, l’air frais sur ses vêtements mouillés lui provoquant des frissons dans le dos. Sa chambre n’était pas très loin, juste le couloir du dortoir B à remonter, tourner à gauche, aller tout droit puis serait la deuxième porte à gauche. La 002. Ça leur prendrait moins de 5 minutes. S’ils ne croisaient personne. Et, heureusement, il eurent la chance et ne croisèrent pas âme qui vive. Sûrement qu’ils étaient encore tous occupés par la fête dans la Grande Salle, il était tôt après tout. Haine sortit ses clefs et ouvrit la porte devant elle.

« Entre. Normalement c’est pas trop le bordel, j’ai rangé y a pas longtemps. »

Pendant que la jeune fille prenait connaissance des lieux, il alluma les lumières et ferma la porte avant de poser ses affaires en vrac sur la table et aller directement dans sa chambre. Et plus exactement sa penderie. Bon, les vêtements d’homme, certainement pas en tout cas. Ceux de femme… rah, même ceux là lui iraient trop grand !

« Le problème, c’est que je suis bien plus grande et plus épaisse que toi, donc tu flotteras dans toutes mes fringues… »


Il fouilla encore quelques minutes avant de revenir, les bras chargés de tenues différentes.

« Je peux te proposer : une robe, une chemise de nuit, des t-shirts qui te feront aussi l’effet d’une chemise de nuit vu leur taille, un short élastique qui devrait plus ou moins aller et une profusion de petites culottes trop petites pour moi. Fais ton choix.

Une pause, où il déposa le tout de façon magistrale sur la table basse devant elle.

_ Tu prends ce que tu veux, la salle de bain est là pour les enfiler. Tu peux même prendre une douche - chaude cette fois - c’est Ken qui paye les factures de toutes façons. »

Satisfait, il posa ses poings sur ses hanches avec un sourire fier de lui. Voilà, « y a plus que » comme on dit.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 23 Fév - 13:02


« C’est pas grave, elle retrouvera tout son pulpe une fois que l’on sera sec. »

Cette réflexion arracha un faible acquiescement à Hikari. Pulpe, c'était rigolo, comme mot. Elle le répéta à voix basse, puis cligna des yeux pour reprendre ses esprits. Trop d'émotion, sûrement.

« Je pourrai vous prendre des vêtements aussi ?
- Bien sûr.
»

Nouvel hochement de tête. Elle n'avait pas vraiment la force de répondre. Le regard éteint, elle laissa Teruko la tirer hors de la cabine de douche et lui poser sur les épaules une grande veste noire de costard, qu'elle reconnut comme étant celle du professeur. Elle la respira et ferma les yeux. Ça sentait le parfum, et c'était encore tiède de la chaleur humaine apportée par son possesseur. Déjà elle avait l'impression de se réchauffer.

« Garde ça sur le dos, comme ça ça t’évitera de chopper la crève et ça te couvrira si on croise quelqu’un. »

Hikari ne protesta pas. Il avait raison, et elle avait bien envie de se laisser aller à l'égoïsme un instant en profitant de la gentillesse abondante de son partenaire. Flemme d'être polie, de faire semblant d'être indignée par cette attention, de mener une fausse altercation pour montrer qu'elle ne voulait pas abuser de sa bonté ; parce qu'au final, elle l'aurait sur le dos, cette veste. Donc c'était très bien comme ça. Et elle emmerdait ceux qui la traiteraient de sale profiteuse, de parasite, de fayotte ou de poulpe flasque.

Ils traversèrent le couloir et dépassèrent les dortoirs B comme dans un rêve. Il n'y avait pas un chat ; tous devaient être dans la Grande Salle, et ceux qui séchaient profitaient certainement de l'académie déserte pour prendre du bon temps en ville par exemple. Teruko mena la jeune fille jusqu'à sa chambre ; le cliquetis des clefs rassura étrangement la blondinette. Elle avait l'impression de rentrer chez elle. Avant la découverte de ses pouvoirs, avant que cet atroce malaise s'installe entre parents et enfants. Aomori, c'était un foyer de substitution. Rien ne remplaçait la maison dans laquelle elle avait grandi. Ce cliquetis et la position de Teruko réveillèrent de vieux souvenirs, quand elle était petite et regardait son père pendant qu'il ouvrait la porte.

C'était vraiment trop con.

« Entre. Normalement c’est pas trop le bordel, j’ai rangé y a pas longtemps. »

Hikari entra à petits pas et ouvrit ses gros yeux rougis. La chambre était vaste, esthétique. Son regard la parcourut de gauche à droite ; kitchenette à l'américaine, porte donnant sur une salle de bain, salon personnel spacieux équipé d'un canapé, d'une large télévision écran plat, et d'une table basse sur laquelle était posée un ordinateur portable. C'était autre chose ! Émerveillée, l'adolescente sourit dans le vide, une agréable chaleur dans la poitrine. Après cette crise de larmes, elle avait l'impression d'être sensible à des détails stupides. « Je suis devenue débile. » Réflexion. « Quand je serai adulte je travaillerai ici rien que pour la chambre. » Elle attendit Teruko, debout, essayant de ne pas trop mouiller le parquet.

« Le problème, c’est que je suis bien plus grande et plus épaisse que toi, donc tu flotteras dans toutes mes fringues… »

La jeune fille se tourna vers le professeur, qui avait disparu à l'intérieur de sa chambre. En temps normal, sûrement aurait-elle été secouée par un fou rire idiot en entendant l'homme parler de lui comme d'une femme, mais elle se contenta d'un sourire. Elle aurait dû s'habituer, depuis le temps, mais bon.

« Je peux te proposer : une robe, une chemise de nuit, des t-shirts qui te feront aussi l’effet d’une chemise de nuit vu leur taille, un short élastique qui devrait plus ou moins aller et une profusion de petites culottes trop petites pour moi. Fais ton choix. Tu prends ce que tu veux, la salle de bain est là pour les enfiler. Tu peux même prendre une douche - chaude cette fois - c’est Ken qui paye les factures de toutes façons. »

Le tout déposé sur la table basse. Hikari lui adressa un signe de tête reconnaissant, empoigna le short, un t-shirt trop grand pour elle, une culotte au hasard et... et... Coup d’œil vers Teruko, réflexion, visualisation féminine. Inutile de demander un soutif, ça allait pas le faire. Tant pis. Chargée de ses nouveaux vêtements, elle se dirigea vers la douche, enlevant sur le chemin à l'aide de savantes acrobaties ses chaussures à talons qu'elle laissa choir l'une sur l'autre dans un coin.

Après s'être enfermée dans la petite pièce, elle se déshabilla précipitamment, laissant tomber sa robe par terre sans plus de précaution, et arracha presque le nœud qu'elle avait dans les cheveux. Elle avait failli l'oublier, lui. C'était sûrement le coupable des gouttes qu'elle s'était reçue sur le nez pendant le trajet douches communes - douche du prof. Son corps frissonnant se glissa sous le jet d'eau chaude. L'effet fut immédiat : ses muscles se décrispèrent et son visage se détendit enfin. Ô eau salvatrice. Putain que ça fait du bien. Elle tripota le robinet. Eau brûlante. Prends ça dans ta facture, Ken. T'avais qu'à pas me faire miroiter un rêve.

Une bonne vingtaine de minutes plus tard, Hikari ressurgit, cheveux dégoulinants, joues rosies par la chaleur, idées remises en place, robe et accessoires étendus à la place d'une serviette dans la salle de bains. Bordel, elle se sentait vraiment bien.

« Merci pour tout, hein. » Son petit cœur tout mou était trop plein de reconnaissance. Mais elle était incapable d'exprimer l'ampleur de cette émotion. Les grands discours, ça ne la connaissait pas. « Bon ben... A la base c'était pour euh... Kain, mais vous avez toujours votre cadeau. Je pense pas que vous aimiez, je vous en ferai un autre au pire... »

Elle désigna de l'index le petit paquet violet à pois blancs posé sur la table... accompagné d'un autre, celui de Teruko apparemment. Mieux vaut tard que jamais.

Le cadeau ne plairait sûrement pas à son prof. Tout d'abord, elle avait pensé à de la nourriture. Elle savait exactement ce qui plaisait à Kain et avait une idée de recette en tête, qu'elle aurait pu mettre en application pour le dîner ; mais, outre le fait que ce présent manquait cruellement d'originalité, elle savait que le Directeur avait prévu un repas délicieux et abondant. Donc, non. Un parfum ? Il allait penser qu'il puait - logique implacable. Ensuite lui étaient venus en tête tout un tas d'objets inutiles qui l'amusaient beaucoup, mais, pour marquer le coup, elle n'allait quand même pas se contenter d'une babiole ! Il lui fallait du grandiose, du magistral ! Et si elle tombait sur quelqu'un d'autre ? Il fallait quelque chose qui aille à n'importe qui mais qui ferait tout de même plaisir à son frère. Au final, ce n'était pas grandiose du tout. Une petite peluche fait main, accrochée à un porte-clés, représentant un pingouin miniature avec un gros ventre parce qu'ayant trop mangé. Adorable. Sans compter le portefeuille inclus, en cuir, customisé entièrement et revisité de manière à ce que l'objet entier ressemble à un pingouin.

Elle aurait dû se contenter d'une boîte de chocolats.

« Euh, je vous ferai à manger pour me rattraper. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 


Dernière édition par Hikari Okada le Mar 19 Juin - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 24 Fév - 14:23

Le tas d’habits ainsi déposé devant elle, Hikari hocha vaguement la tête et attrapa dedans ce qui était le plus susceptible d’être à sa taille : autrement dit pas grand-chose. Un short, un t-shirt et une culotte sur le bras, elle s’élança vers la salle de bain en semant derrière elle ses chaussures blanches que l’eau avait sûrement tuées. C’était dommage, déjà que c’était rare de la voir en talons - rare ? quel bel euphémisme ! Légendaire plutôt ! - là il pouvait être sûr de la voir en baskets jusqu’à la fin de sa scolarité. Une pensée vers le paquet cadeau qu’il s’était trimballé toute la soirée sans trouver l’occasion de lui offrir lui traversa l’esprit, lui arrachant un sourire ; peut être pas en fait…

Pendant que la porte de la salle de bain claquait et que le bruit de la douche recommençait à se faire entendre, Haine laissa enfin retomber son sourire bonhomme. Soupir. Seul dans son salon, l’enseignant s’étira de tout son long avant de passer une main dans ses cheveux mouillés et les agiter comme un gosse qui a pas compris que c’est pas comme ça que ça se sèche. soupirant une nouvelle fois, il défit lentement sa chemise trempée avant de la laisser tomber dans la flaque déjà formée par Hikari, la rencontre des deux produisant le même bruit qu’une serpillère dans un sceau sale. Il allait devoir nettoyer tout ça. Super. Torse nu - mais quand même humide - il entreprit de ranger la tonne de vêtement sortie de son placard, s’appliquant quelques minutes à les plier comme il faut avant de renoncer et les fourrer tout simplement en boule dans le premier tiroir venu. Trop fatigué et trop las pour ce genre de chose. Il garda quand même pour lui-même son pyjama - short et t-shirt, on fait pas plus original - et des sous-vêtements propres. Lui aussi avait besoin d’une bonne douche.

Tant de choses à faire et tellement la flemme de les accomplir… Mais que voulez-vous, c’est ça d’être adulte, mature et responsable. Du boulot, du boulot et encore du boulot. Bon dieu, il voulait avoir 8 ans à nouveau. Seulement Dieu n’entendit pas sa prière et le jeune homme se dirigea vers sa cuisine, laquelle il entreprit de fouiller à la recherche de nourriture comestible. L’air glacé du frigo sur sa peau mouillé provoqua chez lui une chair de poule de tout les diables, mais il tint bon en se promettant d’aller sonner chez Kunisaki avec une batte de baseball à la main si jamais il tombait malade. Car oui, c’était bien entendu entièrement la faute à Kunisaki s’il était entré tout habillé dans une douche froide avec une élève, bien sûr, son libre arbitre n’avait en rien participé à ce choix.

Haine en était là de ses réflexions quand la salle d’eau s’ouvrit et qu’une petite blonde toute rose et écumante en sortit, l’air plus vivant qu’à son entrée. Il referma le frigo - pas très utile dans le cas présent - et se dirigea vers elle.

« Merci pour tout, hein. »

L’enseignant sourit mais ne dit pas « De rien » parce que, non, ce n’était pas rien. Cette soirée il ne risquait pas de l’oublier avant longtemps et puis, même, son âme d’enfant en avait pris un sacré coup. Il allait devoir faire des tooooonnes de conneries pour restaurer l’image de gamin extravagant qui était la sienne. Oui, il ne pensait qu’à ça en l’entend le remercier. Le fait qu’elle avait failli tuer un professeur, attraper froid dans les toilettes du dortoir B ou même juste sa relation incestueuse lui étaient sortis de la tête. On pouvait dire que Haine avait une mémoire assez sélective. Pendant ce temps, Hikari se dandinait sur place, apparemment pas très à l’aise dans cet environnement peu familier.

« Bon ben... A la base c'était pour euh... Kain, mais vous avez toujours votre cadeau. Je pense pas que vous aimiez, je vous en ferai un autre au pire...

Exécutant un magnifique 180°, le jeune homme suivit son doigt jusqu’à tomber sur le paquet et s’exclamer d’une voix d’enfant devant le sapin de Noël couvert de présent :

_ Ooooh, c’est vrai je peux l’ouvrir ? »

Il n’était pas ravi. Il était comblé. Heureux comme rarement. Du haut de ses 1m78, son torse sexy à l’air et ses 5 ans d’âge mental, Haine bondit vers le petit paquet que Hikari semblait si sûre qu’il n’allait pas apprécier. Déchirant joyeusement le papier - et en mettant un peu plus partout au passage - il n’écouta que d’une oreille distraite son élève lui proposer de cuisiner et lui répondit un simple « Oui oui ! » vite expédié. Finalement, les pois blancs sur fond violet dissimulaient en réalité un véritable petit trésor. Un portefeuille en cuir véritable et… en forme de pingouin. De toute évidence, fait-main. Le tout accompagné de la petite peluche assortie, absolument craquante avec son ventre trop gros. Haine se mit à couiner.

« C’est troooooop miiiiiiiiiiiiiiiignoooooooooooooooooon ! »


23 ans, sexe masculin, torse nu et bien foutu. Non, je le rappelle juste au cas où.

« C’est toi qui l’a fait ? Il est adorable ! »


Un peu plus et il se serait roulé par terre de plaisir. En tournant sur lui-même, son cadeau à bout de bras, il continua à sourire sans le quitter des yeux. Puis s’arrêta brusquement en regardant Hikari.

« Tu peux ouvrir le cadeau que je t’ai amené si tu veux. Moi, j’avais l’avantage de savoir sur qui j’allais tomber, donc je t’ai pris ça en me disant que ça te serait utile.

Le contenu ? Des chaussures. À talons. Noires. Faites pour… danser. Ouais, des chaussures de tango. Et Haine avait bien fait attention à enlever l’étiquette, pour que la jeune fille ne fasse pas les gros yeux devant leur prix. Joyeux, il posa avec soin son nouveau portefeuille sur la table, retourna chercher son pyjama sur son lit, ramassa sa chemise trempée, fila dans la salle de bain et colla un bisou sur la joue d’Hikari au passage.

_ À mon tour de me laver, fais comme chez toi en attendant. Je serai pas long ! »

Et clac, il ferma la porte. Il jeta aussitôt ce qu’il avait sur le dos dans le panier de linge sale et s’éclipsa sous le jet d’eau avec délice. En même temps, il reprit sa forme féminine. Elle en avait marre de ce sexe trop fort et viril, il était temps de se détendre un peu maintenant.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Mer 29 Fév - 16:24


Même si elle faisait mine de prendre cette histoire d'échange de cadeaux à la légère, Hikari attendait avec une nervosité croissante la réaction de son professeur ; seul le tressaillement régulier de son index et le mordillement de ses lèvres laissaient supposer sa tension. Parce que oui, réaction purement humaine ; la jeune fille, qui s'était décarcassée toute la semaine pour confectionner ces accessoires ridicules, redoutait le dépit de son professeur - qu'elle n'aurait, soit dit en passant, certainement pas réussi à encaisser dans l'immédiat. Même sensibilité qu'une femme enceinte ? Noon.

« Ooooh, c’est vrai je peux l’ouvrir ? »

Sourire béat plein d'excitation collé sur le visage, Teruko fit volte-face, le regard pétillant. Dans n'importe quelle autre situation, elle aurait trouvé cette expression comique et tout à fait inadéquate à l'image séduisante et adulte que renvoyait l'enseignant - quoiqu'à force, elle s'était habituée. Dans le cas présent, elle avait plutôt l'impression d'assister à son Jugement Dernier. Son accès au paradis éternel ou à l'enfer ne dépendait que de la réaction du ravi de la crèche trempé à moitié à poil qui lui faisait face. Elle déglutit, retint sa respiration et sentit ses mains s'humidifier. Aucun recul sur la situation, c'était une question de vie ou de mort, de ferme décision de repartir à zéro avec une vie saine ou de plonger dans une profonde dépression pour les mois à venir.

Tout se passa comme au ralenti : Teruko déchira le papier cadeau en couinant d'excitation comme Lapinosaurus s'apprêtant à découper une victime - la métaphore morbide lui vint sur le coup, mais elle trouva que ça convenait parfaitement, bravo les références -, écarquilla les yeux en montant les objets à la hauteur de ses yeux, et son visage se fendit en... un sourire radieux.

« C’est troooooop miiiiiiiiiiiiiiiignoooooooooooooooooon ! C’est toi qui l’as fait ? Il est adorable ! »

Les épaules de Hikari retombèrent, elle relâcha enfin sa respiration en un soupir de soulagement - elle commençait à prendre un drôle de teint violacé relativement inquiétant -, et laissa un sourire de fierté s'épanouir sur ses traits. Comme si elle était sûre de son coup depuis le début. Hum.

« Euh oui c'est moi », répondit-elle, les yeux baissés en fausse modestie et les mains liées derrière son dos, un sourire incontrôlable toujours accroché à ses lèvres. « Oh mais vous savez c'est pas grand chose hein... Le porte-clés est en pâte fimo, c'est Azil... Enfin, c'était du travail hein... Contente que ça vous plaise, faut pas non plus en faire un plat... Dites-moi si certains trucs se décollent, je peux réparer... »

C'est ça Hikari. Pas la peine d'insister lourdement avec ton embarras fictif à deux balles. Elle ne savait même pas s'il l'écoutait, trop occupé à tourbillonner sur place en tenant ce qu'elle avait baptisé son Kit Pingu à bout de bras. La blondinette laissa échapper une pensée pour Azil, ses jolis cheveux rouges et ses doigts de fée - certes gantés, mais de fée tout de même. Sûrement son pingouin aurait-il ressemblé à une vache difforme sans son aide. Bon, elle s'était débrouillée toute seule - parce qu'on ne demande pas d'aide pour un cadeau, question de principe, question d'honneur ! -, mais ses précédentes leçons lui avaient bien servi. Elle se sentit même un peu coupable de s'être laissée allée à un accès de jalousie quand elle l'avait vue face à Kain. Azil était sûrement lesbienne, d'ailleurs. Pour se laisser tripoter par Cherry à longueur de journée, elle ne devait pas être parfaitement hétéro. Mais si elle était bi ? Non. Elle ne s'intéressait pas à Kain. Il fallait que Hikari la case avec Cherry. Ce serait plus simple pour tout le monde. Cherry serait contente, Azil ferait son coming-out et s'accepterait pleinement comme elle était, Kain à l'abri de toute relation sérieuse et potentiellement durable - parce qu'Azil n'était pas une de ces filles à forte poitrine qui aimaient à se retrouver dans un lit masculin différent chaque soir. Peut-être même qu'Azil était faite pour Kain. Hikari s'enfonça les ongles dans les paumes pour retourner à la réalité. Elle n'allait pas partir dans des plans machiavéliques et devenir aussi manipulatrice que Sakura. Refus catégorique !

« Tu peux ouvrir le cadeau que je t’ai amené si tu veux. » Quoi que hein oui ? Hikari cligna des yeux. « Moi, j’avais l’avantage de savoir sur qui j’allais tomber, donc je t’ai pris ça en me disant que ça te serait utile. »

Attention focalisée sur le paquet rectangulaire posé sur la table, regard brillant, désir dévorant de savoir ce qu'il contenait. Son pouls s'accéléra.

« Ah ? Oh, merci. »

L'air désinvolte. Comme si elle n'était pas en train de trépigner sur place, crevant d'envie d'ouvrir le paquet mais paradoxalement désireuse de faire durer l'attente, pour déguster plus pleinement la découverte de la boîte. Elle se rua presque sur l'objet tandis que Teruko virevoltait autour d'elle, occupé à ramasser toutes sortes d'affaires. Hikari VS Cadeau. Affrontement de regards. Sans plus de cérémonie, elle déchira l'emballage, ouvrit la boîte qui contenait...

Un baiser sur la joue vint interrompre cet instant mémorable de transe, et la blondinette sursauta. Elle eut à peine le temps de lever les yeux que déjà Teruko disparaissait dans la salle de bain, lançant au passage une promesse qu'il ne serait pas long pour la douche et l'invitation de faire comme chez elle. L'adolescente sourit dans le vide, l'air benêt, puis reporta son attention sur la boîte désormais ouverte... de... de chaussures. Pas n'importe quelles chaussures, ah ça non. Noires, certes. Ça, c'était banal. Sauf qu'elles étaient à talons. Des grands talons. Pas énormes. Mais des talons tout de même. Dans les six ou sept centimètres, à vue de nez. Avec une petite attache qui passait sur le dessus du pied et s'accrochait sur le côté. Magnifiques. Certes. Vraiment sublimes. Hikari n'y connaissait rien, peut-être étaient-elles coûteuses. Elle n'en avait aucune idée. Elle était trop hébétée pour s'en préoccuper.

C'était bien la première fois de sa vie qu'on lui offrait quelque chose de féminin. D'abord, elle fut stupéfaite. Teruko lui avait bien dit que ce cadeau était pour elle spécialement. Et... Mais... Pourquoi ? Il l'avait bien vue dans la position de la grosse patate qu'elle était, non ? Où avait-il pu ne serait-ce qu'entrapercevoir la moindre trace de féminité en elle ? Hikari s'abîma dans la contemplation de la chaussure qu'elle sortait de son emballage, le regard vitreux, incapable de réfléchir. Ça lui faisait tout drôle, de se dire que son prof l'avait considérée comme un être féminin à part entière. Embarrassée, surprise, et puis craintive d'apprécier ce genre de cadeau. Bordel, c'était trop con. Mais elle était contente. Elle ne savait pas quand elle les mettrait, mais elle était vraiment contente. Et elle avait chaud au cœur. Un sourire exagérément large étendit son visage, et elle reposa précautionneusement le soulier dans sa boîte.

Elle ne sut combien de temps elle resta là, à sourire dans le vide, avant de se décider - enfin - à tenir sa promesse et faire à manger pour son sauveur. L'adolescente se dirigea en sautillant gaiement vers la kitchenette et ouvrit placards et frigo, fredonnant à voix basse l'air d'une chanson dans un anglais plus qu'approximatif.

Bug. Ou plutôt intense méditation.

La première chose qu'elle vit fut un paquet de riz. L'idée d'un risotto lui vint aussitôt à l'esprit, mais le riz collant ne convenait pas - elle avait déjà essayé et le résultat avait été... intéressant. Bon. Pas grand chose d'occidental là-dedans ; elle lui ferait de grands plats un autre jour, ce soir, elle se contenterait d'un bon plat de... yakisoba. C'était très bien, des yakisoba. Elle avait encore un peu de mal avec la recett - elle n'égalerait jamais les yakisoba des restaurants professionnels, certes ; et puis dans l'assiette, elle ne trouvait jamais ça très appétissant, mais au goût c'était très bien, et au moins ça ne lui prendrait que vingt bonnes minutes.

Hikari farfouilla dans les placards pour trouver une grande casserole qu'elle remplit d'eau et posa sur la plaque de cuisson. En attendant que l'eau soit à ébullition, elle chercha les ingrédients dont elle aurait besoin. Nouilles, ok. Ah, il y avait des oignons... Et même du poivron, du chou blanc, des pousses de soja, des poudres et sauces en tous genres qui, même si elles n'étaient pas celles recommandées pour les yakisoba, iraient très bien tout de même. L'adolescente ne trouva pas de saké pour relever son plat, mais se fit la réflexion qu'il ne devait pas être bien loin, connaissant Teruko. Elle le chercha en vain - heureusement pour elle, même si elle ne s'en rendait pas compte, n'ayant toujours pas fait le rapprochement entre les étranges sensations qu'elle avait ressenties et la bouteille de vin qu'elle avait vidée.

L'eau s'était mise à bouillir, et elle y plongea une bonne dose de nouilles. En attendant, elle découpa chou, oignon et poivron, et mit le tout à cuire dans une grande poêle avec le soja, surveillant dans un même temps ses nouilles ; celles-ci rejoignirent bientôt les autres ingrédients dans la poêle pour finir leur cuisson. L'eau bouillante retourna dans l'évier. Maintenant, ajouter la sauce, le gingembre...

Elle lâcha un instant sa poêle pour prendre deux assiettes dans le placard au-dessus d'elle, se mettant sur la pointe des pieds pour les atteindre, et les posa sur la table. Elle donna un gracieux coup de postérieur dans une chaise pour être plus à son aise et, armée de sa spatule, retourna à sa cuisson. Tout à son travail, la jeune fille était tellement absorbée par sa tâche qu'elle en oublia tout le reste ; Teruko aurait bien pu faire du shuffle à côté d'elle qu'elle ne lui aurait accordé aucune attention.

Dix minutes plus tard, et elle put enfin servir ses yakisoba, qu'elle agrémenta des poudres épicées trouvées ici et là. Elle s'empressa de tout ranger, dénicha deux paires de baguettes dans un tiroir et constata avec soulagement que, pour une fois, elle n'avait pas taché ses vêtements.

« Bon ben voilà. »

Sourire crétin. Manquait plus que le prof. Regard circulaire dans la pièce.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Ven 9 Mar - 15:54

« C’est toi qui l’a fait ? Il est adorable ! »
_ Euh oui c'est moi. Oh mais vous savez c'est pas grand chose hein... Le porte-clés est en pâte fimo, c'est Azil... Enfin, c'était du travail hein... Contente que ça vous plaise, faut pas non plus en faire un plat... Dites-moi si certains trucs se décollent, je peux réparer... »


Haine ne la regardait pas - vu qu’il virevoltait dans tous les sens avec son cadeau au bout des bras - mais il n’avait pas besoin de ça pour sentir qu’elle n’était pas peu fière. C’était normal, lui aussi à sa place aurait eu un ego démesuré. Ah, mais il en avait déjà un, mince.

Ignorant qui était Azil, l’enseignant ne posa pas de questions pour autant préférant se concentrer sur son bonheur d’avoir reçu un cadeau. Il adorait les cadeaux, comme tout enfant qui se respecte. Rien que pour eux, il participait à toutes sortes d’activités, clubs et gouters dans sa jeunesse. Pas seulement le plaisir évident de déchirer le papier pour découvrir ce qui se trouvait dessous, mais aussi de voir la surprise et la joie dans le regard de l’autre une fois son propre paquet déballé. C’était sans doute cette satisfaction d’avoir rendu quelqu’un heureux quelques secondes qui l’attirait autant dans les Secret Santa et autres échanges. Au fond, peut être était-il un irrécupérable bienfaiteur, philanthrope et généreux. Mais un peu gamin et égoïste tout de même, sinon c’est trop parfait et c’est pas drôle.

« Tu peux ouvrir le cadeau que je t’ai amené si tu veux. Moi, j’avais l’avantage de savoir sur qui j’allais tomber, donc je t’ai pris ça en me disant que ça te serait utile. »

La tête d’Hikari tourna si brusquement qu’il eu peur qu’elle se détache. Wow, quel regard scrutateur. À croire qu’elle arrivait à voir à travers le papier de là où elle était vue la force de sa concentration.

« Ah ? Oh, merci. »

Son ton désinvolte fit sourire le jeune homme. « Ah ? Oh, merci. ». Sa bouche disait une chose, le reste de son corps une autre. Elle était tendue comme un string, prête à bondir sur ce paquet qui n’attendait qu’elle. Sans cesser de sourire, il rangea avec précaution son propre présent, ne le quittant des yeux que pour réunir les diverses affaires qui lui seraient utiles une fois dans la salle de bain. Quand il revint dans le salon, la blondinette s’était emparée du cadeau et était sur le point de l’ouvrir. Comme quoi, quand le chat est pas là les souris dansent, hum ? Avant qu’elle ait le temps de totalement soulever le couvercle, il lui colla un baiser de remerciement sur la joue - et un peu de réconfort, mais surtout de remerciement - et alla s’enfermer dans la salle d’eau.

En vérité, il avait un peu peur de sa réaction. Il était intimement convaincu que les chaussures lui plairaient mais ça ne l’empêchait pas d’angoisser pour autant. Mais c’est ce qui faisait le charme de la chose ; choisir un cadeau avec son cœur et ce petit frisson d’adrénaline au moment où l’autre y pose pour la première fois les yeux… brr, rien que d’y penser il frissonnait ! Tout en se promettant de l’interroger sur ses impressions une fois propre, Haine se défit du reste de vêtements qu’il portait, envoyant pantalon, chaussettes, slip et chemise dans le panier de linge sale. Une machine s’imposait. Mais après. Nu comme un ver - c’est logique me direz-vous lorsqu’on prend une douche - le jeune homme entra dans la cabine, ouvrit l’eau et changea de sexe. Ah, y avait pas à dire, elle était bien plus détendue ainsi.

L’approche de Haine à son pouvoir était, en réalité, assez complexe. Si dans le cas présent elle se sentait détendue en femme, dans un autre le sexe masculin se serait imposé comme détente suprême. Après tout, rien de mieux pour se vautrer dans le canapé avec une bière à la main et un porno sur le grand écran du salon. Mais pour réconforter une jeune fille, de toute évidence bouleversée - et ça se comprenait - la femme était cent fois plus douce que l’homme. Et puis, Hikari aurait sans doute plus confiance en elle qu’en lui. L’enseignante avait beau rester la même, les gens le voyaient rarement du même œil, elle avait donc depuis longtemps appris à jouer avec les sexes et les préjugés. Si elle cassait volontiers la figure en fille, elle faisait bien plus peur en mec. S’il était très bon danseur, elle était plus crédible que lui en pointes. Préjugés, préjugés, préjugés. Le monde en est fait, n’est-ce pas ?

Lavée et ressourcée, la jeune femme s’extirpa de sa douche avec un soupir satisfait et un nuage de vapeur. Elle se dirigea vers la glace sans se soucier de l’eau qu’elle mettait partout - Hikari s’en était déjà donnée à cœur joie - et essuya la buée d’un revers de main. Elle avait l’air fatigué. Elle sourit néanmoins à son reflet, traçant un smiley du bout du doigt dans la buée restante. Il était impératif qu’elle fasse bonne figure, c’était là son rôle ce soir. Se séchant rapidement, elle enfila ses sous-vêtements et ce qui lui faisait office de pyjama avant de revenir dans la pièce à vivre.

L’air frais et sec lui fit dresser les cheveux sur la nuque mais la bonne odeur de cuisine lui fit aussitôt palpiter les narines. Elle aussi avait diablement faim en fait. Son élève était là, en train de virevolter d’une casserole à une autre, d’un bol à une bouteille, ajoutant des ingrédients sans même avoir besoin de vérifier dans la recette au préalable. Sans rien dire, Haine alla reposer sa serviette à sécher dans la salle de bain avant de se positionner derrière la petite blonde et regarder par-dessus son épaule. Ça sentait trop bon. Sans la remarquer, Hikari continua ses allées-venues, donnant coup de popotin et coup de cuiller, fredonnant doucement en même temps. L’enseignante se mis à fredonner aussi, un de ces airs que tout le monde connait sans savoir d’où il vient, quand l’élève apposa le dernier détail à sa table et se redressa, apparemment satisfaite.

« Bon ben voilà. »

Hikari tourna la tête à gauche, vers la salle de bain. Haine passa la tête par-dessus son épaule droite, le regard rivé sur la nourriture qui n’attendait qu’elle.

« Tu couds mais aussi cuisines, tu es vraiment bonne à marier. »

Elle se recula vivement, évitant ainsi le coup de coude surpris de la jeune fille, en profitant pour aller s’asseoir en riant. En décrochant à peine ses yeux du plat tellement elle avait faim, elle attrapa les baguettes devant elle.

« Désolée si je t’ai fait peur. Je me suis mise sous ma forme féminine, ça te dérange pas j’espère ? »


Même si l’avait dérangé elle n’aurait pas changé de toute façon. Les mains jointes, elle fixa un instant Hikari en souriant :

« Itadakimasu. »

Avant de se jeter voracement sur son assiette. C’était bon. Elle en aurait pleuré. Dans l’état de fatigue et de famine avancé dans lequel elle était, une salade lui aurait paru sublime ; mais là c’était divin. Sans compter que les émotions, ça creuse vachement et je vous parle même pas de l’alcool ! Quoique, Haine n’y avait pas tellement touché ce soir là contrairement à sa compagne. Entre deux bouchées pas vraiment distinguées, elle lui lâcha quelques compliments sur son repas « Ch’é délich’ieux ! Vraiment ! Ch’e t’inviterai à manch’er plus ch’ouvent ! » mais la plupart du temps elle préféra garder son souffle pour mieux s’empiffrer. Après tout, ne dit-on pas que le silence est le plus beau des éloges ?

Quelques minutes plus tard, Haine était presque repue. Son assiette n’était pas totalement terminée et elle la raclait avec soin, s’autorisant enfin à prendre son temps dans sa dégustation. En face d’elle, Hikari n’avait toujours pas ouvert la bouche. Après une rapide recherche, l’enseignante attrapa un plateau qui trainait sur l’aire de travail avant de revenir à son élève.

« Et sinon, pour ton frère… »

Elle eut juste le temps de lever le plateau comme protection avant de se prendre une nuée de nouilles dans le visage. Héhé, elle ne se ferait pas avoir deux fois !


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Haine Teruko le Jeu 5 Avr - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Hikari Okada
avatar
dindon

Féminin Age : 21
Messages : 2097
Inscription le : 16/01/2011
Localisation : J'ai bien une idée mais elle va pas te plaire *pantoufle*


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Sam 31 Mar - 12:54


« Tu couds mais aussi cuisines, tu es vraiment bonne à marier. »

Agitée d'un brusque sursaut qui relevait presque du spasme, Hikari poussa un couinement terrifié et, dans une splendide rotation des hanches, fit siffler son coude dans l'air. Elle crut par la même occasion se séparer en deux, ses jambes parfaitement immobiles n'ayant pas suivi le mouvement du haut de son corps. Teruko, ayant prévu le coup, s'était déjà agilement reculée et lui riait désormais au nez. Même si, depuis le temps, elle aurait dû s'habituer, la blondinette ne put s'empêcher d'être troublée par la vue de son prof version femme, après avoir passé la soirée à côtoyer un individu bel et bien masculin.

« Désolée si je t’ai fait peur. Je me suis mise sous ma forme féminine, ça te dérange pas j’espère ?
- Mais non pas du tout vous inquiétez pas ça revient au même et puis faites comme vous voulez hein c'est votre corps après tout.
»

N'oublie pas de respirer, quand même. Bon, un petit temps d'acclimatation serait nécessaire mais après tout, rester enfermée seule à seule dans la chambre d'une femme prêtait moins à confusion. Fallait pas qu'on prenne son prof pour un pédophile, quand même. Et si Kain l'avait appris ? Qu'est-ce qu'il se serait imaginé, hein ? Peut-être qu'il s'en moquerait. En fait, elle n'en avait aucune idée. C'était pas comme si son frère avait matière à s'inquiéter ; tous les flirts de son existence se résumaient aux clochards complètement ivres qui l'interpelaient dans la rue, la prenant certainement pour une célèbre idol aux courbes parfaites avec bonnet D. Ou alors en maternelle, peut-être. Et puis le chat d'une amie de collège qui l'avait suivie partout. Enfin, fallait pas croire qu'elle était zoophile en plus d'aimer son propre frère, mais ce chat n'avait pas arrêté de se mettre sur ses genoux ! Mais rien de bien palpitant, en somme. Alors qu'elle-même sentait son cœur s'arrêter de battre dès qu'elle le croisait, l'avisant avec une adolescente chaque jour plus séduisante. C'était injuste, ça, merde ! Il avait pas de quoi faire un sang d'encre, lui : un bonnet A, ça n'intéresse personne !

« Itadakimasu. »

D'un battement de paupières, Hikari revint sur terre. Elle acquiesça pensivement et s'assit en face de son professeur, obsédée par ce manque de popularité qui ne l'avait pourtant jamais perturbée jusqu'à maintenant.

Distraite, elle portait machinalement les yakisoba à ses lèvres sans vraiment en sentir le goût - même si son instinct de cuisinière aguerrie lui soufflait vaguement qu'elle les avait mieux réussis que les fois précédentes -, réprimant difficilement les sourires qui naissaient à chaque compliment que lui faisait Teruko. Ça flattait son ego, de la voir baffrer comme une malpropre. Même si ce repas n'était qu'un faible remerciement pour tout ce que la prof avait fait pour elle. En un temps record, l'enseignante avait presque terminé son plat et raclait soigneusement son bol, suivie de près par Hikari - qui, même si elle ne s'en était pas rendue compte jusque là, crevait la dalle ; mine de rien, les larmes, ça creuse.

« Et sinon, pour ton frère…
- Ghhhzprff
»

Les nouilles à moitié mastiquées décrivirent une magnifique courbe dans les airs, talonnées par des morceaux de poivron, de chou et d'autres aliments non identifiables, le tout surfant sur des postillons d'eau chaude et atterrissant finalement sur le plateau levé juste à temps par Teruko.

Les yeux exorbités, Hikari tenta tant bien que mal de reprendre sa respiration en tapant du poing contre sa poitrine, s'étouffant dans une toux irrépressible.

« Je... Ouh là. Hum. Pardon. »

Elle s'empara de la moitié d'une pile de serviettes en papier pour ramasser la nourriture éparpillée sur la table et jeta précipitamment le tout à la poubelle. Elle s'essuya le coin de la bouche d'un air si précautionneux qu'il en devenait ridicule vue la situation.

« Donc. Oui. Kain. Kain, c'est mon frère. Et, euh, oui, qu'est-ce qu'il a ? Hum. »

Ses joues s'apparentaient à présent à deux petites pommes bien rouges. Surtout, continue à jouer l'innocente comme si on ne t'avait toujours pas percée à jour.

Un petit silence s'installa et Hikari fit mine de reprendre la dégustation de son repas, le regard fuyant. Peut-être se serait-elle enfermée dans son mutisme un peu plus longtemps si Teruko avait conservé sa forme masculine. Ici, elle avait affaire à une femme ; avec une plus grande expérience qu'elle, et certainement débordant de conseils et de réponses aux questions qu'elle se posait depuis des semaines. Elles étaient seules, sans Tachibana, ni personne d'autre. Elle s'était bien rabaissée à lire tous ces tests d'amour ridicules dans des magazines pour prépubères complexées, alors pourquoi s'arrêter là, hein ?

« Dites... »

Dites, vous pensez qu'on devrait me faire interner ? Est-ce que je dois en parler à mes amis ? Je sais même pas si j'ai vraiment des amis, vous savez. Je ne leur dis jamais rien sur mes sentiments ; je leur mens effrontément, je leur dis que tout va bien quand j'ai cette envie de pleurer qui me serre la gorge, et eux ils ne voient rien. Ils avalent mes mensonges à la pelle, parce qu'ils ne me connaissent pas et parce que ça les arrange, et ils me répètent de sourire sur un ton de reproche quand certains jours j'aurais juste préféré ne pas sortir de sous ma couette. Alors je leur souris et je fais des blagues, et eux ils rient. C'est ce qu'ils veulent, quand ils sont avec moi. Que je les fasse rire. C'est comme si j'étais une machine à faire sourire, capable de rien d'autre, trop bête pour avoir de vrais problèmes. Il n'y a que Kain qui sache. Qui me console quand ça ne va pas. C'est le seul dont je me soucie vraiment, au fond. J'aimerais bien le crier au monde entier, ce que je ressens pour lui, mais c'est pas un coming-out, c'est pas une question d'homophobie ; l'inceste, c'est universel, c'est prouvé scientifiquement, c'est juste quelque chose de monstrueux et de contre-nature. J'aimerais bien leur dire d'aller se faire foutre, avec leurs études à la con ; j'aimerais bien leur dire que c'est pas un désir malsain mais un amour pur de jeune fille innocente, comme dans tous les shojo ; j'aimerais bien vivre ma vie en me moquant de leur jugement à tous, en m'appuyant sur mes convictions à moi ; mais je sais pas si j'en suis capable, moi. Alors dites-moi ce que je dois faire, si je dois tout assumer, si je dois tout refouler, faire comme je l'entends ou en parler avec Kain. Dites-moi ce qui est le mieux pour lui, parce que moi c'est ce que je veux, c'est son bonheur à lui, après le reste je m'en tape les ovaires avec un gourdin. Est-ce que j'en vaux la peine, est-ce qu'en avouant tout je dois bousiller sa vie à lui ? Peut-être que je ne suis qu'une amourette passagère, un objet utilisé pour braver l'interdit pendant sa crise d'adolescence. Peut-être qu'il veut que ça reste secret, pour continuer à voir défiler des top model dans son lit tous les soirs. Vous je vous crois, j'aimerais juste qu'on me dise la bonne voie à suivre et que je m'y conforme sans douter, sans réfléchir, sans me poser des questions d'éthique et en enchaînant les somnifères tous les soirs pour gratter une ou deux heures de sommeil. Alors ne me laissez pas toute seule, aidez-moi, ne lâchez pas ma main.

« Vous pouvez me passer le sel ? »

Fébrile, Hikari reposa ses baguettes, vida son verre d'eau et essaya de reprendre ses esprits. La fatigue commençait à se faire sentir, c'était certain. Bon. Allez, lance-toi, oublie tes complexes.

« Monsieur... Enfin, Madame... »

Elle se décida enfin à plonger un regard désespéré dans celui de sa prof.

« Comment vous avez su ? C'était dans les douches ? » Brusque inspiration. « Qu'est-ce que je dois faire ? »

Spoiler:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://infans.forumactif.com
Haine Teruko
avatar
haine

Masculin Age : 30
Messages : 1650
Inscription le : 02/03/2011
Localisation : En train de trainer dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur de CDP | 24 ans
Pouvoir(s):
Club: Danse

MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   Jeu 5 Avr - 13:24

« Ghhhzprff »

Comme seule une vraie professionnelle peut le faire, Hikari venait de recracher l’ensemble de sa bouchée dans la direction de sa professeur adorée. Car en plus de cracher le tout de façon relativement groupé, elle arrivait à viser. Haine allait finir par croire qu’elle faisait ça délibérément. Enfin, si on oubliait le léger détail comme quoi c’était toujours elle qui provoquait ces brusques reflux chez son élève.

« Je... Ouh là. Hum. Pardon. »

Jusque là muette, la jeune femme finit enfin par laisser s’écouler librement le rire qu’elle retenait depuis le début. Reposant son bouclier-plateau, elle croisa ses bras sur son ventre et éclata d’un rire puissant et libérateur. Elle ne s’en passerait jamais. Le petite blonde allait-elle réagir de la même manière à chaque fois que Haine prononcerai le prénom de son frère ? Vraiment ? Il fallait qu’elle le note et ne l’oublie pas. Aussi trivial qu’elle puisse sembler, la jeune femme trouvait toujours une utilité à ce genre d’information, pour ses cours en général. Oui, mieux valait ne jamais lui avouer son point faible sous peine de se le faire exhiber sous le nez au prochain cours de CDP. L’enseignante était comme ça, mais c’était toujours pour leur bien.

« Est-ce que tu recraches ton diner à chaque fois qu’on prononce le mot « Kain » ou c’est juste avec moi ? »

Question rhétorique, bien sûr, la face hilare de Haine suffisait à le confirmer. Elle continua à rire encore quelques minutes, comme le parfait génie du mal qu’elle était, observant Hikari essuyer la table entre deux battements de cil humides. Dire qu’elle n’avait plus ri comme ça depuis… depuis… depuis que Rose avait vomi sur les pieds d’Akane le soir d’Halloween. Oui, voilà, exactement. Pendant que l’élève s’essuyait le coin de la bouche, elle s’appliqua à essuyer les larmes aux coins de ses yeux.

« Donc. Oui. Kain. Kain, c'est mon frère. Et, euh, oui, qu'est-ce qu'il a ? Hum. »

Haine ne dit rien et continua de la fixer en souriant. Le regard luisant à cause des larmes qui y résidaient encore, elle détailla longuement la jeune fille assise en face d’elle pendant qu’elle terminait de manger. Tant de contradictions dans un si petit être, c’était assez surprenant. Et alors même qu’elle s’était faite démasquer, qu’elle l’avait compris et pleuré, elle continué de nier en bloc. L’habitude sans doute. Cette pensée en amena une autre ; pour s’être habituée à mentir de la sorte, jusqu’à ce que ça devienne un réflexe, depuis combien de temps était-elle amoureuse de lui ? Non, la question n’était pas là. Depuis combien de temps avait-elle réalisé qu’elle était amoureuse de lui ? Des semaines ? Des mois ? Des années ? L’enseignante espérait vainement que ce serait la première hypothèse, les deux autres étant lourdes de blessures et traumatismes ; Kain était un coureur de jupons, même les professeurs le savaient.

« Dites... »

Les yeux à nouveau en face des trous, elle redressa la tête. Hikari avait le regard fuyant. « Dites ».
Oui ? Qu’y-a-t-il Hikari ? Je pense que, après la soirée de l’on vient de passer, je peux t’appeler par ton prénom, non ? Même si je le faisais déjà avant, j’avais oublié. Tu m’excuseras, j’ai un peu du mal avec les convenances. Donc, oui, que veux-tu me demander ? Tu sais bien que tu peux me demander n’importe quoi, je ne suis plus à une petite question près. Ou même une petite révélation. Sauf si tu me dis que tu es enceinte, là compte pas sur moi pour élever le bébé à ta place. Mais je pourrais toujours te conduire à l’hôpital, les avortements je sais comment ça marche. Enfin, je suppose que ce n’est pas ce que tu vas me demander, tu n’es pas ce genre de fille Hikari. Alors, quoi, qu’est-ce qu’il y a ? De quoi as-tu besoin ? Une réponse ? Un conseil ? Un câlin, un bisou ? Une épaule où pleurer, un lit où dormir ? Une oreille dans laquelle parler, un corps contre lequel se blottir ? Je veux bien t’aider ma jolie, je veux bien te fournir ce dont tu as besoin. Mais si tu ne dis rien, je ne peux pas le faire. Je suis un homme et une femme, mais pas encore un télépathe.

« Vous pouvez me passer le sel ?
_ … il est derrière toi. Le placard à gauche. »


Son assiette était vide, de toute façon, elle n’avait plus rien à saler.

« Monsieur... Enfin, Madame...
_ Haine. »


Au point où elles en étaient, ça n’allait pas changer grand-chose.

« Comment vous avez su ? C'était dans les douches ? Qu'est-ce que je dois faire ? »

Deux questions qui méritaient deux réponses claires et distinctes. Haine se redressa sur sa chaise, se décidant à les prendre dans l’ordre d’arrivée.

« Eh bien, c’était évident. Et non, c’était dans la Grande Salle, pourquoi les douches ? demanda-t-elle en haussant un sourcil surpris. En fait, je pense que si vous n’étiez pas frère et sœur n’importe qui s’en serait rendu compte. Tu le dévorais des yeux, tu foudroyais sa partenaire du regard… et tu m’as recraché ton vin à la figure à son entrée.

La jeune femme rit, mais sa chemise se souvenait encore de la scène. Enfin, elle s’en fichait, ce n’était qu’un vêtement après tout.

_ Tu sais, quand je te parlais de mes hypothétiques demi-frères et sœurs, j’étais sérieuse, reprit-elle. Donc sérieusement, une fois qu’on oublie votre relation de parenté et qu’on vous regarde comme juste un garçon et une fille, ça saute aux yeux. »

Les amours adolescentes sont tellement transparentes, quand on y pense. Et même les adultes. En fait, il n’y a bien que les deux concernés pour ne pas s’en rendre compte. Quand tout l’entourage les fixe avec des yeux évocateurs, ils se contentent de hausser les sourcils en souriant, comme les parfaits petits anges innocents qu’ils sont. Peut être est-ce à ça, aussi, que l’on reconnait un coup de cœur d’un vulgaire coup de queue. Le coup de queue, on voit tout de suite si on lui plait ou non et si, par le plus grand des hasards, son lit ne serait pas sur notre chemin.

Passant sa main dans sa tignasse mouillée, Haine s’assit en tailleur sur sa chaise. Quelle était la deuxième question, déjà ? Ah oui, ce qu’elle devait faire.

« Si je te dis de te jeter par la fenêtre, tu le feras ? »

Pas la peine de la regarder avec ces yeux de merlan frit, elle était tout à fait sérieuse. Ou pas du tout, vu le sourire qui vient d’étirer ses lèvres.

« Tu vois, tu ne peux pas juste suivre aveuglément mes ordres. C’est à toi de décider de la marche à suivre, c’est à toi de faire ce que tu as envie de faire, selon tes désirs et tes ressentis. C’est de toi que Kain doit être amoureux, pas de moi qui te dis quoi faire.

Si on prend en compte qu’il n’est pas déjà amoureux, bien sûr. Ce dont la jeune femme avait tendance à douteur, mais mieux valait garder ses réflexions pour elle.

_ Mais si tu veux mon avis, le voilà ; c’est à l’homme de faire le premier pas.

Elle remonta un genoux contre sa poitrine et se gratta la joue.

_ Tu ne trouveras pas de femme plus macho que moi, ni d’homme plus féministe, et je te le dis ; ne te jette pas éperdue entre ses bras. Fais le un peu mijoter et si tu vois qu’il réagi, alors c’est qu’il n’est pas totalement indifférent.

Souriante, elle se pencha sur la table en y appuyant ses deux coudes. Elle se faisait l’impression d’une véritable stratège militaire de la guerre de l’amour. Et elle aimait ça.

_ Outre le côté sadique de la chose, cette petite ruse à aussi l’avantage de t’éviter de te déclarer à quelqu’un qui ne ressent rien pour toi. Car si dans n’importe quelle autre situation un râteau n’est qu’un râteau, dans la tienne ce serait un peu plus grave que cela, n’est-ce pas ? »

Après tout, on ne reçoit pas de déclaration d’amour enflammée de sa sœur tous les jours.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
SO BADASS.
Car la vie n'est pas un long fleuve tranquille
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]Merci à Anh, Charly, Chiharu, Hanaka,
Hyuga, Jakob, Kain, Kuni, Niito et
Sakura pour les avatars. Love u [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Spoiler:
 

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://suika-gakuen.forumactif.org/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bella Notte [RP Event Hikari ♥] Terminé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: archives ☆ aomori :: Rangée 97 :: RP' Heaven :: Event 3-