AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une très bonne première impression [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 12:01


      « Enchanté, je m'appelle Tachibana Kunisaki, si tu as besoin d'aide n'hésite pas. »

    Ses propres mots prononcés la veille, mais tout ça lui semblait si loin. Il avait eu une brève conversation avec elle, lui avait demandé avec douceur d'où elle venait, ce qu'elle enseignait, si elle se plaisait ici. Ce jour-là il était d'excellente humeur ce qui, il fallait bien le dire, devenait de plus en plus rare. Un sourire charmeur et une grande gentillesse dans la voix, il avait fait de son mieux avec cette nouvelle collègue, professeur de musique : Mélodie Ravensgate. Il était persuadé d'avoir fait une très bonne première impression, il en était certain.

    Mais ça ne tenait qu'à un fil, rien de plus. Tout finirait par s'effondrer comme un château de carte emporté par le vent. Seulement, ça, il ne le savait pas encore.

    Il était tard, très tard même dans cette ville reliée à un pensionnat. Le grabuge n'y était pas de mise, les élèves se faisaient discrets de peur d'avoir des sanctions - ne sait-on jamais - et les professeurs de part leur âge avancé et leur maturité n'étaient pas du genre à causer des problèmes. Mais Kunisaki n'était pas de ceux là, de nombreuses fois il avait réussi à quitter cet endroit qu'il trouvait étouffant, trop propre, trop calme, rejoignant des gens violents et assoiffés de haine comme lui. Ce soir-là il n'était sorti que pour boire, juste boire, rien de plus. Un peu d'alcool pour décompresser, parler avec des gens qu'il ne connaissait pas, finir dans le lit d'une fille dont il oublierait vite le nom. Il n'était pas là pour causer des problèmes, d'ailleurs il n'avait pas intérêt à en avoir, il savait que ça finirait par se dire. Pourtant il se tenait là, les poings serrés, un sourire de haine sur le visage, des menaces qui soulignaient avec force comme il était plus puissant que son adversaire. Est-ce que ce sale morveux - qui était d'ailleurs plus âgé que lui - espérait vraiment lui faire peur ? Comment en étaient-ils arrivés là, il ne s'en souvenait pas. Dans cette ville uniquement remplis d'adolescents, d'anciens élèves et de professeur, il s'apprêtait à se battre jusqu'au sang. Il réclamait vengeance, il ne laisserait pas cet insolent impuni. Il saurait ce que c'était que de se frotter à Kunisaki Tachibana.

    Entre insultes et coups de poings, la bagarre commença, les gens aux alentours cessèrent de parler pour observer les jeunes gens qui se livraient à une bataille effrénés. On aurait dit des gosses, ils se « disputaient » pour des conneries mais personne n'osait vraiment les arrêter. Il sentit un coup en plein sur son œil, se demandant s'il allait obtenir un œil au beurre noir ou pas - en y réfléchissant, il avait surtout mal au sourcil -, il reçut un deuxième coup sur le nez. Ça craqua, lui arrachant une exclamation de douleur. Il était en train de perdre. Impossible, il était en train de perdre. Il commença à paniquer, il lui aurait fallu une arme, un couteau. Comme lisant dans ses pensées - était-ce cela son pouvoir ? - son adversaire sortit une lame de sa poche, pris de surprise, il ne bougea pas, il mit d'ailleurs de longues secondes à sentir que le couteau s'était enfoncé dans son ventre. Des cris retentirent aux alentours, probablement le moment où tous jugèrent bon d'arrêter le combat. Kunisaki, les yeux exorbités, posa sa main sur le sang qui coulait lentement. Certains tentèrent de lui agripper le bras pour l'aider, il les envoya promener avec force, oubliant sa douleur. Personne n'avait le droit de le toucher, personne... Tous ces gens étaient jeunes, mais ils ne reconnaissaient pas leur visage. Un jour de semaine, il devait être deux heures du matin, ce n'était pas ses élèves. Alors personne ne saurait. Il avait fait une erreur mais personne ne saurait, on l'oublierait. Donnant un coup de coude à quelqu'un qui lui demandait si ça allait - mais visiblement cette personne l'avait évitée car il ne sentit aucun contact avec elle -, il 'enfuit à toutes jambes. Il voulait quitter la ville, partir le plus loin possible.

    Il courait, courait, ne sentant plus rien que des fourmillements dans ses jambes qui hurlaient de douleur. Il commençait à avoir des courbatures dans les bras à force de se compresser le ventre. Les lumières disparaissaient, devenaient plus maigres, les bruits s'en allaient. Les gens devaient rentrer chez eux, il se demanda si on viendrait l'arrêter, mais c'était lui qui pissait le sang, non l'autre. Il avait perdu, quelle honte, il avait lamentablement perdu dans l'enceinte même d'Aomori. Il se sentait pitoyable. Que ferait-il ? Et si les gens savaient ? Il se surprit à ne pas vouloir répondre à ses questions, alors qu'il était dans une ruelle bien plus calme que les autres, il s'arrêta, sentant que ses jambes ne le portaient plus. Il était essoufflé, tombant à genoux - il réprima une grimace de couleur -, il posa sa seule main libre sur le sol, respirant bruyamment. Qu'avait-il donc fait ? Se relevant soudainement il hurla un juron en direction du vide, cet endroit était désert, il était seul. Parfaitement seul. Titubant, il s'assit par terre, reposant son dos contre un mur de brique. La main toujours sur son ventre, il ne savait pas quelle quantité de sang il perdait. Il avait déjà vécu bien pire, mais il se sentait plus mal que les autres fois. Il crevait de chaud.

    Tu as dû leur donner une très bonne impression à tous ces gens, lui siffla une petite voix.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 


Dernière édition par Kunisaki Tachibana le Lun 24 Oct - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 12:10


    Elle dormait paisiblement.... Et ouvrit les yeux. D'un coup, comme ça, sans raisons particulière... Si. Elle s'était réveillée. Elle bailla, puis se redressa sur son lit, consciente qu'elle n'arriverait pas à se rendormir, puis regarda l'heure. Il était deux heures du matin, et elle avait un drôle de pressentiment. En même temps, cela lui arrivait tout le temps d'avoir ce genre de chose, donc elle ne s'en préoccupait pas. Soupirant, elle sortit de son lit, en pyjama et s'étira. Qu'allait-elle bien pouvoir faire à cet heure de la nuit? Mélodie n'en savait rien, et se mit alors à réfléchir sur place, la main sous son menton. Regardant à travers la fenêtre, ses yeux bleu se perdirent dans le ciel étoilé, et décida donc de sortir faire un tour... Après tout, elle n'avait vraiment rien à faire, et si jamais on la suivait, il lui suffirait de courir...

    Elle prit quelques vêtement pris la veille, et se remémora la rencontre qu'elle avait eu, avec ce prof de philosophie. Il avait été bien aimable, et elle devait avouer qu'il avait l'air sympa. Mais elle tirait souvent ce genre de conclusions face aux gens, donc elle ne se préoccupait pas de ça. Tandis qu'elle enfilait un débardeur, son nom lui revint en mémoire. Kunisaki Tachibana... Un nom japonais quoi. Mais un japonais blond, c'était assez bizarre tout de même. Enfin, elle était blonde aussi, mais n'était pas originaire de ce pays. Elle pris son téléphone, un sac avec de quoi se soigner (elle était tellement maladroite qu'elle risquais de se cogner et d'avoir une bosse sans s'en rendre compte), juste quelque pansements, un sachet de glaçons dans un sac isotherme en forme de bouteille, mit le tout dans un gros sac et sortit avec ses converses.

    En se promenant, elle se rendit alors compte que ses cheveux étaient encore lâche,et qu'elle n'avait pas ramenée d'élastique... Bah... elle ferait avec. Passant une main dans ces derniers, elle eu l'impression qu'elle n'avait pas de nœuds, et avança dans les rue sombres. Il n'y avait pas beaucoup de gens à cet heure, donc elle ne risquait pas de croiser quelqu'un qu'elle connaissait. En même temps, que ferait-elle si jamais elle croisait une personne de sa connaissance? Elle entamerait la discussion? Certainement. Surtout si c'était un élève. Après tout, ce n'était pas une heure pour sortir... Enfin, elle même sortait donc bon... Elle regarda le ciel, s'arrêtant en plein milieu du passage piéton qu'elle traversait, et se perdit un moment dans ses pensées, sans se soucier d'où elle était.

    Bizarrement, elle ne se souciait pas de grand chose, mis à part des autres. Enfin, c'était ce qu'elle pensait, car elle aidait toujours les autres du mieux qu'elle pouvait, car elle aimait ça, rendre service. Un peu comme une seconde nature, mais en même temps... Elle fut interrompus dans ses réflexions en voyant quelqu'un courir. Elle regarda la personne, et haussa les sourcils. Tiens... Mais c'était le professeur de philo non? Elle laissa son regard le suivre, puis se décida à le suivre en courant. Vu qu'elle ne s'essoufflait jamais, ce n'était pas elle qui allait être fatiguée en première. Les rues commencèrent à être plus sombre, et elle se demanda alors où il pouvait bien aller. Ses jambes ne la gênèrent pas, mais ses cheveux qui volaient dans tous les sens l'agacèrent, mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter. Cependant, il ne l'entendait sûrement pas, vu qu'elle courait silencieusement, et commençait même à le rattraper. Mais il s'arrêta alors, et elle en fit de même. Elle l'observa, et remarqua alors qu'il ne semblait pas au meilleur de sa forme.

    Penchant la tête sur le côté, elle se cacha cependant quand il se retourna, assis, dos contre le mur. Elle continua de le regarder, et vit alors qu'il était blessé. Au ventre. Mais... D'où provenait cette blessure? Elle sortit de sa cachette, et avança vers lui, ses pas silencieux étant à peine audible, elle s'arrêta juste devant lui, et se baissa à sa hauteur. Ses long cheveux blonds étaient un peu en pétard, montrant qu'elle avait courue, et ses yeux étaient sur la blessure qui saignait.

    « Oh non... Mais il faut soigner ça avant que ça empire... »

    Elle s'assit en face de lui, et mit son sac sur ses genoux. Déjà, il fallait vraiment arrêter le saignement. Elle hésita une seconde... Puis regarda le jeune homme dans les yeux. Elle devait arrêter le saignement d'abord. Elle sortit sa boite isotherme, puis le sachet de glaçons. Enlevant doucement la main du prof, elle posa le sachet de glaçon sur la blessure, et fronça les sourcils.

    « Je sais pas comment vous vous êtes fait ça, mais vous devriez faire plus attention... Ou alors allez à l'hôpital au lieu de courir partout. Non pas que ce soit difficile de vous suivre, mais ça ne fait qu'aggraver la blessure. »


Dernière édition par Mélodie Ravensgate le Mer 7 Sep - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 13:55

    Il avait toujours un mal fou à respirer, il n'arrivait pas à inspirer à fond et se sentait bloqué passé un certain stade, presque comme s'il s'étouffait. Le même schéma recommençait, il se cambrait en arrière, ne sachant pas quelle position adopter pour reprendre son souffle. Il n'avait pas vraiment mal au ventre, étrange, il avait déjà été blessé à cet endroit quelques mois auparavant et ça avait cicatrisé vite. Le sang, la douleur, c'était des choses qu'il avait appris à oublier, faire comme s'il ne sentait rien, c'était plus facile comme ça. Dans la nuit, dans le silence, il n'entendait que lui, ses longs soupirs, ses râles rauques qui prouvaient que quelque chose d'anormal se passait. Il eut un hoquet, fronçant les sourcils, il sentit un liquide chaud s’échapper de sa bouche, coulant lentement sur son menton. De la bave ? Non, c'était du sang, il connaissait cette sensation et la reconnut aussitôt. Il avait l'habitude de la bagarre mais était vraiment amoché pour cette fois, peut être ferait-il mieux de rentrer.

      « Oh non... Mais il faut soigner ça avant que ça empire... »

    Sa voix retentit dans ses oreilles comme un réveil désagréable un lendemain de cuite, il rouvrit les yeux sous la surprise et eut un mouvement brusque à s'en faire mal, là où le sang continuait de couleur lentement. Est-ce qu'il rêvait ? Il était persuadé de ne pas avoir entendu qui que ce soit arriver, il leva les yeux vers un visage blond angélique, c'était quoi ce bordel ? Il eut un moment d'absence, il reconnaissait cette personne mais fut incapable, du moins sur le moment, d'y attribuer un nom. Sa respiration se fit plus rapide, saccadée, il eut envie de reculer le plus loin possible d'elle mais il était déjà dos au mur. Elle enleva la main qu'il tenait compressée contre sa blessure, il se laissa faire sur l'instant, se cambrant en avant quand elle déposa quelque chose d'incroyablement froid, seulement il ne savait pas qu'est-ce que c'était. Les yeux exorbités, il n'arrivait pas à réagir.

      « Je sais pas comment vous vous êtes fait ça, mais vous devriez faire plus attention... Ou alors allez à l'hôpital au lieu de courir partout. Non pas que ce soit difficile de vous suivre, mais ça ne fait qu'aggraver la blessure. »

      « Dégage. »

    Sa voix était venimeuse, pleine de haine. Il la foudroyait du regard, ne réalisant qu'alors ce qu'elle venait de faire. Pourquoi était-elle là ? Avec de quoi le soigner, en plus. Est-ce qu'elle l'avait suivit ? Cette idée le rendit furieux, sans savoir pourquoi, il était d'une colère immense et incontrôlable. Il voulait qu'elle parte, ne revienne jamais. Le laisse seul parce qu'il n'avait besoin que de ça. Agrippant son poignet avec force il la força à s'écarter, donnant un coup brusque vers l'arrière la faisant légèrement basculer. Il était si furieux qu'il serrait son poignet à lui en faire mal mais il n'y prêtait pas attention. Elle le voyait là dans son pire état de faiblesse, pathétique après une défaite. Là avait été son unique erreur, elle était au mauvais endroit au mauvais moment, il fallait qu'elle fiche le camp. Et dire qu'ils venaient de se rencontrer, il aurait préféré ne jamais lui parler.

      « Fiche le camp d'ici immédiatement. »

    La lâchant enfin, il se repositionna et envoya valser ce qui lui frigorifiait le ventre, constatant au touché qu'il devait s'agir d'un bac de glaçon. Son nom... son nom... c'était Mélodie Ravensgate. Elle. Alors qu'il avait considéré la veille - ou plutôt l'avant-veille - qu'ils auraient des chances de bien s'entendre, il préférait tout foutre en l'air.

    Il fallait qu'elle s'en aille où c'était à elle qu'il ferait du mal.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 14:02


    Il lui dit de dégager, mais elle ne réagissait pas. Pourquoi partirait-elle pour le laisser dans un état pareil? Il y avait vraiment que les hommes pour penser comme ça. Mais elle s'en fichait. Elle se fichait de la haine qu'il y avait dans sa voix, elle se fichait qu'il puisse la détester, elle ne le laisserait pas ici tout seul avec une blessure pareil. Il agrippa son poignet, mais elle ne montra aucunement le fait qu'elle avait peur ou autre. Son visage d'ordinaire souriant était grave, et sérieux. Il la fit reculer un peu, puis jeta son bloc de glaçons plus loin. Mais cela ne la décourageait pas, elle était têtue. Et là, il avait besoin d'aide. Et même s'il rejetait la sienne, elle n'allait pas l'abandonner ici. Elle se releva, puis alla reprendre son paquet de glaçons pour revenir en face de lui après. Elle le fixa avec une lueur déterminée dans les yeux et prit la parole d'une voix calme.

    « Je ne vais pas vous laisser ici dans votre état, c'est hors de question. D'ailleurs, je me moque bien de savoir que vous vouliez de mon aide ou pas, cependant, si vous acceptiez de vous laissez soigner, ça irait plus vite. »

    Même si elle était tête en l'air, elle n'allait pas le laisser là comme il le voulait. Et puis quoi encore? Il aurait beau la rejeter, lui faire peur ou autre, elle avait un atout dans sa manche. Même si elle ne faisait jamais ça (et ne ferait jamais ça) elle pourrait très bien raconter dans quel état il était pour qu'il se laisse faire. Elle ne faisait jamais de chantage, et n'en ferai d'ailleurs jamais. Mais si c'était le seul moyen qu'il arrête de se débattre... Elle soupira, et fouilla dans son sac si elle avait de quoi soigner une blessure pareille. Des compresses, une bande pour les blessures... En fait, elle avait vraiment de tout dans ce sac. En même temps vu qu'elle se blessait tout le temps...

    Enfin, ce n'était pas elle la blessé là, mais lui. Et ne voulait pas être soigné, parce qu'il était trop fière pour se montrer dans un état pareil. Mais là ce n'était pas l'important, et même si c'était égoïste, si on voulait, elle allait le soigner, et au pire, l'emmener à l'hôpital s'il le fallait. Et s'il se débattait.. Eh bien, elle lui ferait un mensonge gros comme le monde, même si elle ne savait pas mentir, et que de toute manière, il y avait peu de chances pour qu'il la croit. Elle trouva un peu de désinfectant, et eu un sourire. Finalement, elle allait peut-être réussir à lui faire un bandage, le temps qu'il puisse aller mieux. Elle devait faire attention en tout cas, car même si elle voulait l'aider, elle pouvait toujours ressentir une sorte de picotement au niveau du ventre, et faisait tout pour ne pas ressentir sa douleur... Mais elle se concentra. Il fallait qu'elle soit concentrée. ce n'était pas le moment de souffrir aussi, il fallait d'abord qu'elle l'aide. Et espérait qu'il allait coopérer.

    Ce qui ne risquait pas d'arriver de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 14:59

    Quand elle se décida enfin à se lever, sans une parole, l'air grave et sérieux, il se dit qu'il avait gagné. Qu'elle s'en allait enfin, après tout elle n'avait rien à faire là. Il ne voulait pas supporter la présence de qui que ce soit, la sienne insupportait, en cet instant tout l'énervait. L'étrange chaleur de cette nuit de début d'été, cette blessure qui continuait de saigner, ce fin filament de sang qui coulait de son nez et de sa bouche. Ses sourcils si froncés qu'il en avait mal là où ce salopard l'avait frappé quelques instants auparavant, il sentait sa joue étrangement lourde et engourdie, probable souvenir d'un précédemment coup. Ouais, il avait mal, en fait. Et qu'on l'aide aurait été une bonne chose mais ça il refusait de l'admettre. Elle n'avait rien à faire là et avait été affreusement soulagé de la voir partir, alors quand ses longues mèches blondes revinrent voleter dans son champ de vision, il eu une grimace de rage. Et merde, si ça continuait comme ça c'était lui qui la ferait partir de force.

      « Je ne vais pas vous laisser ici dans votre état, c'est hors de question. D'ailleurs, je me moque bien de savoir que vous vouliez de mon aide ou pas, cependant, si vous acceptiez de vous laissez soigner, ça irait plus vite. »

      « Arrête tes conneries et tire toi. »

    Ce n'était pas bien compliqué à comprendre, comment devait-il le dire ? En anglais, alors peut être qu'elle verrait envie où il voulait en venir ? Il donna un coup de pied dans le vide, sentant des picotement désagréable lui revenir dans le ventre, il remit sa main là où elle était avant, ne sachant pas vraiment à quoi cela servait. Il commençait à avoir mal, sérieusement mal pour la première fois depuis qu'il avait sentit la lame du couteau s'enfoncer dans sa chair. Mais il ne laisserait rien paraître, la colère bouillonnait en lui comme un volcan, tout finirait par sortir. Il lui cracherait tout à la figure, il devait avaler sa défaite. A la place il se libérerait sur elle, il s'énervait sur sa pitoyable présence car il n'avait pas besoin de son aide. Il n'avait jamais eu besoin de l'aide de personne.

      « J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi pathétique que toi. M'aider alors que je me souviens même pas de ton nom... »

    Dit-il dans un murmure parfaitement audible avec un sourire de méchanceté pure. C'était faux, il se rappelait parfaitement de son nom, mais ça il ne le dirait pas. Il savait et comprenait comme ce qu'il venait de dire était ironique, s'il y avait bien quelqu'un de pitoyable ici, dans cette rue pourrie à deux heures de matin, c'était lui. Parce qu'il était blessé et flippait dès qu'on mettait du froid sur sa blessure, comme un enfant qui préférait affronter la douleur seul, prouver qu'il était grand. Qu'il devenait adulte. Pourtant Kunisaki régressait, en adulte il aurait du accepter son aide, lui parler correctement. En adulte il n'aurait jamais dû se battre d'une manière aussi ridicule avec un gars aussi minable que lui.

    Tout dans son sourire disait « Tu me fais rire, franchement tu me fais rire. » Oui, toi qui es là sans raison particulière. Toi qui parles avec une voix doucereuse et insupportable. Toi qui crois que tu vas pouvoir m'aider. Pathétique, pitoyable ! Cette fille le faisait rire, cela se voyait qu'elle ne le connaissait absolument pas, ce qui n'était d'ailleurs pas plus mal que ça. Pourtant c'était lui qui reposait lamentablement sur un mur de brique, laissant couleur son sang sur le sol, essayant de forcer une pauvre demoiselle pleine de bonnes intentions à s'en aller. Mais il n'avait besoin de rien. C'était un Homme, il affronterait la douleur seul.

    Seul, car il avait toujours affronté la douleur de cette manière.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 15:16


    Il devenait vraiment fatiguant. Mais cela ne la décourageait pas. Elle en avait aidée beaucoup d'autres dans la rue avant lui, alors qu'il veuille qu'elle s'en aille ne la dérangeait pas. Même si elle souhaitait l'aider, lui avait plutôt l'air de souhaiter le contraire. Enfin, cela ne lui apprendrait rien de nouveau.

    « J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi pathétique que toi. M'aider alors que je me souviens même pas de ton nom... »

    Elle avait aidée des gens qui ne connaissait même pas son nom, alors sa tentative de la blesser avec un ton méchant ne la fit pas lâcher l'affaire. Elle soupira, puis leva les yeux au ciel. Ce prof était tellement têtue qu'il préférait souffrir seul que de se faire aider par une femme? Mais quel... idiot. Sérieusement, il était vraiment... débile. Mais elle se contenta de rire, oui, de rire. Elle riait parce qu'il ne voulait pas être aider. Elle riait parce qu'il était dans un état déplorable, et qu'il ne voulait pas être aidé par une femme, qu'il connaissait en plus. Elle riait tout simplement parce qu'il la faisait rire.

    Elle ne se moquait pas, au contraire, elle riait de bon cœur. Il pouvait certes croire qu'elle se moquait de lui, mais ce n'était pas le cas. La situation n'était pas la bonne pour qu'on puisse rire, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Qu'il était drôle... Et un peu trop fier aussi. Mais bon, tous les hommes avaient leur part de fierté, n'est-ce pas? Elle même était un peu fière, mais aider les gens faisaient partie de sa nature, alors elle était bien déterminée à l'aider. Et qu'il se souvienne pas de son nom n'était pas un problème. Quand elle eu finie de rire, elle essuya une larme au coin de son œil et regarda le prof.

    « Que vous connaissiez mon nom ou pas me dérange pas, vu votre état, je me moque pas mal de savoir si vous vous en rappeliez ou non. Mais plus on parle, plus votre blessure risque d'être infecté. Et si ça s'infecte, ça va être dur à soigner, même pour des médecins. Après tout, avec tous ce qui traînent dans les rues et autres... Ce n'est pas vraiment le moment de devenir un homme tronc à cause d'un... coup de couteau? »

    Elle fronça les sourcils, et fixa intensément la plaie. Oui, c'était bien un coup de couteau. Comment le savait-elle? Parce que ça ressemblait à ce qu'elle voyait dans les films, quand le héros se prenait un poignard dans le ventre. Sauf que lui, il acceptait l'aide qu'on lui proposait, mais pas... Kunisaki? Quel drôle de prénom... Enfin, un prénom japonais quoi. En tout cas, ça devait vraiment faire mal ce genre de blessure... profond, et en plus, saignant.


Dernière édition par Mélodie Ravensgate le Mer 7 Sep - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 15:56

    Elle poussa un soupir ce qui eu le don de l'énerver encore plus, en imaginant que ce soit possible. Il pestiféra dans le vide, cette fille le soulait, il détourna le regard ne supportant plus sa désinvolture et son visage si serein, bizarrement serein. Il avait l'impression d'avoir affaire à un vieil adulte rabat-joie qui s'amuserait à lui faire la morale, ne supportant plus qu'il riposte comme ça. Pour qui se prenait-elle ? Il se redressa sur sa place, hésitant à prendre ses jambes à son cou et à dévaler la rue, c'était un homme plus grand qu'elle, elle ne le rattraperait pas, du moins il en était persuadé. Alors qu'il esquissait le geste de se lever, il l'entendu rire. Ayant un brusque mouvement d'épaule il en eut une légère douleur, il la regarda à nouveau, le visage déformé par la colère.

    Dans un sifflement hautain il lui ordonna de se taire mais elle ne sembla pas l'avoir entendu. Comment pouvait-elle se permettre à rire de cette manière, dans une situation si abjecte et vulgaire ? Elle ne semblait pas le moins du monde moqueuse ou agacée comme elle avait pu le montrer avant, elle s’esclaffait simplement, avec douceur et gentillesse. Ça le perturba, il voulait la faire taire. Plus d'une fois l'envie de lui hurler l'ordre qu'il avait prononcé quelques instants auparavant se faisait sentir, mais il ne fit rien, se contentant de la foudroyer du regard, peut être que de cette manière elle finirait bien par arrêter. Avec honte, il dissimulait le fait que la voir sourire de cette manière avait quelque chose de réconfortant. Quand elle s'essuya vaguement l'œil, il chassa vite cette impression qu'il avait eu. Il la ferait partir, peu importe de quelle manière. Elle finirait bien par le laisser seul.

      « Que vous connaissiez mon nom ou pas me dérange pas, vu votre état, je me moque pas mal de savoir si vous vous en rappeliez ou non. Mais plus on parle, plus votre blessure risque d'être infecté. Et si ça s'infecte, ça va être dur à soigner, même pour des médecins. Après tout, avec tous ce qui traînent dans les rues et autres... Ce n'est pas vraiment le moment de devenir un homme tronc à cause d'un... coup de couteau? »

    Il eut un sourire mauvais, elle ne savait pas de quoi elle parlait, cette charmante demoiselle. Il ne supportait pas de l’entendre le vouvoyer de cette manière - il était d'ailleurs persuadé que, lors de leur rencontre, il lui avait demandé poliment de le tutoyer -, elle lui donnait l'impression de mettre une barrière fine et indestructible entre eux et, sans savoir pourquoi, il n'avait pas envie de ça. Si elle tenait tant à l'aider, si elle était suffisamment idiote pour ça, elle devait assumer jusqu'au bout. Avec poigne, il agrippa un pan de son haut, la rapprochant soudainement vers elle, l'air menaçant.

      « Tu n'imagines la rage ou la peur qu'il faut ressentir pour poignarder quelqu'un. Si tu pouvais comprendre une telle chose tu ne serais pas là. »

    Imagine, imagine... toutes ces choses qu'elle ignorait, que jamais elle ne pourrait accepter. Pourquoi l'aidait-elle ? Parce qu'elle aurait fait ça avec n'importe qui, certainement. Elle n'était pas là parce qu'il était Kunisaki Tachibana, il était quelqu'un et ça semblait une excuse suffisante pour elle. Et ça le rendait furieux, il voulait qu'elle parte.

      « Tu penses sincèrement que c'est moi la victime... ? »

    Car je ne le suis pas. Il voulait lui faire supposer qu'il avait agressé quelqu'un qui se serait défendu, qu'il avait attisé la haine d'une personne avec tant d'assiduité qu'il l'avait poignardé pour se débarrasser de lui. Il voulait qu'elle pense qu'il y avait quelqu'un de bien plus amoché que lui, ailleurs, dans une autre ruelle. C'était un affreux mensonge qu'il se disait à lui-même, mais ça, elle n'était pas obligée de le savoir.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 16:36


    Il voulait vraiment pas être aidé à ce qu'elle voyait. Soudainement, il agrippa un bout de son haut, pour la rapprocher de lui, qui avait d'ailleurs u air pour le moins... Bizarre. Menaçant? Cela n'allait pas suffire à la faire partir.

    « Tu n'imagines de la rage ou de la peur qu'il faut ressentir pour poignarder quelqu'un. Si tu pouvais comprendre une telle chose tu ne serais pas là. »

    Elle ne changea pas d'air pour autant. Ainsi, il se battait? En même temps, personne n'était parfait, donc le fait qu'il se batte et même qu'il ai tué des gens, si c'était le cas, n'allait rien changer. Ce n'était pas parce qu'il était dangereux qu'elle allait le laisser là, blessé, sans rien faire. Et puis quoi encore?

    « Tu penses sincèrement que c'est moi la victime... ? »

    Le fixant, avec un air pour le moins curieuse, elle lui répondit d'une voix calme, presque amusée. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle n'était pas sérieuse. Bizarrement, elle n'avait aucunement peur de lui, au contraire, elle aimait bien ce prof, même s'il était amoché, qu'il voulait qu'elle parte, tout ça c'était juste par fierté. Comme tous les hommes digne de ce nom.

    « Personnellement, je me fous bien de savoir ce qui est arrivé avant. Mais si tu n'étais pas la victime, tu ne serais pas blessé en ce moment, et je ne te trouverais sûrement pas ici à cet heure. Alors pour le moment, je ne fais que constater. Alors inutile d'essayer de vouloir me faire partir. »

    Elle le fixa droit dans les yeux, sans vaciller une seule fois. Elle était déterminée, et ne partirait pas, point. Il n'avait pas l'air de comprendre qu'elle ne faisait pas ça que parce que c'était sa nature. Mais aussi pour autre chose. En fait, ce prof, même s'il se battait, même s'il avait tué des gens, même s'il avait un air menaçant, il avait tout de même l'air d'être quelqu'un de bien. Même s'il ne le montrait pas, même s'il en était pas conscient, elle en était convaincue. Et quand elle croyait quelque chose, elle était encore plus têtue, et rien ne pouvait lui faire changer d'avis.

    Elle eu un petit sourire, avant de reprendre la parole:

    « Et puis, le fait que je te connaisse n'arrange pas les choses. Si encore ce n'était pas le cas, je me serais contentée d'appeler l'hôpital, mais là, ce n'est pas pareil. Surtout que si je te laisse ici, je n'aurais pas d'excuses si jamais tu n'es pas là pour assurer les cours, donc je préfère éviter de dire la vérité, ça n'arrangerait pas les choses pour toi je penses... »

    Ce qui n'était sûrement pas faux. Elle pensait qu'il ne voulait pas que tout le monde sache qu'il était comme ça, sinon il ne voudrait pas qu'elle parte... Ou alors, c'était vraiment qu'il avait une fierté mal placée.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 17:49

      « Personnellement, je me fous bien de savoir ce qui est arrivé avant. Mais si tu n'étais pas la victime, tu ne serais pas blessé en ce moment, et je ne te trouverais sûrement pas ici à cet heure. Alors pour le moment, je ne fais que constater. Alors inutile d'essayer de vouloir me faire partir. »

    Et merde. Il ne s'était pas attendu le moins du monde à ce qu'elle réponde ça. Il lâcha doucement son haut, avec difficulté, ses doigts avaient été engourdis par tant de force utilisée si rapidement. Il remarqua au passage qu'il l'avait tâchée de sang. Cependant il ne se recula pas et sa main resta en l'air, en suspend, il se demanda même si elle avait remarqué qu'il l'avait ainsi lâchée. Elle était calme et malgré son visage imperturbable il était persuadé de la voir sourire, comme si c'était ce que les traits de son visage supposait. Il ne comprenait pas cette fille, elle n'était pas normale. Pour dire de telles choses, elle ne pouvait être qu'une menteuse, rien de plus. Ou alors elle était dangereusement bizarre. Il la regarda un peu plus intensément, ouais, ça ne pouvait être que ça. Son visage à lui perdait de sa fureur, il exposait là une totale incrédulité.

      « Et puis, le fait que je te connais n'arrange pas les choses. Si encore ce n'était pas le cas, je me serais contentée d'appeler l'hôpital, mais là, ce n'est pas pareil. Surtout que si je te laisse ici, je n'aurais pas d'excuses si jamais tu n'es pas là pour assurer les cours, donc je préfère éviter de dire la vérité, ça n'arrangerait pas les choses pour toi je penses... »

    Non, c'était idiot. Il détourna la regard, pris d'une honte qu'il ne saurait expliquer. Elle devait vraiment s'en aller, tout de suite, ou alors elle le regretterait. Ou alors il ferait quelque chose de bien pire, ou alors il la laisserait le soigner et ça il le refusait. Il n'avait pas assez d'importance pour qu'une fille qu'il venait juste de rencontrer prenne cette peine pour lui. Et puis elle pouvait bien raconter ce qu'elle voulait ! Et alors ! Il s'en fichait, rien n'avait de valeur pour lui en cet instant. D'ailleurs il ne savait même pas ce qu'il voulait, il ne le savait plus. Il ne ressentait plus de colère ou de haine en lui ce qui était considérablement étrange. Il osa même se demander, l'espace d'un court instant, si c'était à cause d'elle. Si elle le rassurait, s'il voulait qu'elle reste. Il secoua légèrement la tête, se forçant à se dire que ce n'était pas le cas. Regardant derrière son épaule, il lança d'un ton sec.

      « J'avais raison, tu es vraiment pitoyable. Ne t'étonne pas si un jour c'est toi qui prend un coup de couteau... »

    Pour avoir aidé quelqu'un comme moi, ajouta-t-il intérieurement dans oser l'avouer. Il se releva en vitesse, ayant bien plus de mal qu'il ne l'aurait cru. Il boitait, se sentait vaciller et n'osa faire que deux pas en avant, s'arrêtant car incapable de marcher. Il s'était tant de fois fait frapper de cette manière, et bien souvent c'était tellement plus grave, alors pourquoi est-ce qu'il souffrait ? D'où lui venait cette douleur qu'il pensait avoir appris à oublier avec le temps ? Il appuya un peu plus fortement sur sa blessure, essayant d'arrêter le sang de couler, un sourire de douleur sur les lèvres. Il se pencha en avant, se pliant légèrement sur lui-même. Avait-il sincèrement espéré s'en aller ? S'il réussissait à trouver sa dernière force, son ultime motivation, il pourrait partir à grandes enjambées et la semer. Probablement même qu'elle ne chercherait pas à le rattraper, après tout. Rien ne prouvait qu'elle disait la vérité, il n'avait même pas envie de le croire.

      « Aucune personne normale ne m'aiderait. Or je n'ai pas suffisamment de valeur pour attirer l'attention de quelqu'un d'étrange comme toi. »

    Alors vas-t-en avant de le regretter, je le ferai à ta place.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 17:56


    Il secoua la tête, ce qui ne fit qu'attirer sa curiosité. Il était vraiment têtue lui aussi. Elle leva les yeux au ciel, puis ne répondit même pas à sa remarque. Si un jour elle prendrait un coup de couteau, au moins, elle mourrait heureuse. Sa vie avait été dur sur certains point, mais sur d'autres, elle pensait qu'elle avait bien vécue. Même si elle aurait voulue mourir après ses trente ans... Un coup de couteau.. n'empêche, ça devait faire un mal de chien. Elle le regarda se relever subitement, et en fit de même.

    Il n'était vraiment pas en état pour s'en aller, de toute manière, si jamais il courait, elle n'aurait qu'a le rattraper, car de ce point de vue, elle était sûre et certaine qu'elle le rattraperait. Elle était beaucoup plus rapide qu'on pouvait le penser, et même si elle devrait le plaquer au sol, elle l'empêcherait de partir sans s'être soigné avant. Elle le fixa un moment, il venait juste de faire deux pas, et ne semblait même pas avoir la force de marcher un pas de plus.

    Cependant, sa douleur le faisait souffrir, ça se voyait.

    « Aucune personne normale ne m'aiderait. Or je n'ai pas suffisamment de valeur pour attirer l'attention de quelqu'un d'étrange comme toi. »

    Elle était étrange elle? En même temps, ça n'était pas la première fois qu'on le lui disait. Mais bon, ce genre de remarque la faisait plutôt rire, car tout le monde était un peu étrange, à sa manière.

    « Il faut croire que si. »

    Il n'avait pas de valeur pour elle? La blague. C'était la première personne qu'elle avait rencontrée sur le campus, et en plus, il était mal en point, et tout ce qu'il trouvait à dire, c'était ce genre de phrase aussi débile que permise? Elle eu envie de rire une nouvelle fois, mais se contrôla. Elle fixa plutôt la blessure et laissa son regard sur cette dernière. Elle était assez profonde d'apparence, mais elle ne le saurait que si elle même avait mal d'une certaine manière. Car elle contrôlait assez bien son don pour ne pas ressentir les blessure physique, mais...

    De toute manière, le meilleur moyen pour qu'il guérisse était qu'elle sache la profondeur de la blessure, donc... Fronçant les sourcils, sachant déjà qu'elle allait avoir mal, elle effleura l'épaule du prof, juste un contact, pas une seconde de plus. Et déjà, la douleur lui tordait le ventre, comme si cela la rongeait de l'intérieur. Mais... comment avait-il eu ça... Elle se pinça les lèvres, puis regarda les yeux de l'homme en face d'elle, avant de répondre..

    « Je suis peut-être étrange, mais le plus bizarre, c'est que tu penses que je mente. »

    Même s'ils se connaissaient à peine, Mélodie ne savait pas mentir. Elle était toujours honnête dans ses actes, et là en l'occurrence, elle voulait vraiment l'aider. Même si elle avait un mal de chien au ventre, elle avait l'habitude de son don, ainsi, elle le cacha du mieux qu'elle pu. Mais pourtant, le fait de savoir à quel point il avait mal ne l'aidait pas à grand chose.. mis à part peut-être que la blessure était assez profonde, et qu'il fallait qu'elle l'aide, mais ce n'était pas gagné..
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 20:35

      « Il faut croire que si. »

    Ridicule, abjecte. Totalement faux. Il avait affaire à une idiote qui agissait gentillement et naïvement avec tout le monde, ça n'avait rien à voir avec lui. Il n'avait jamais été capable de considérer qu'il puisse avoir de la valeur aux yeux de n'importe qui, certainement pas de sa famille, même pas de ses amis - surtout pas de la personne qu'il aimait -, alors ce n'était pas avec elle qu'il allait commencer. Il prit cette remarque personnelle de plein fouet, c'était la première fois qu'il comprenait une telle chose sur lui-même. Jamais, au cours de sa vie, il n'avait rencontré quelqu'un qui lui donnait le sentiment d'avoir de l'importance. Peut être que ce petit picotement au fond de lui venait de là - et non pas de cette blessure comme il le croyait -, avec elle il se disait qu'il pouvait éventuellement en avoir. Peut être qu'elle se préoccupait sincèrement de lui. Il baissa les yeux. Non, c'était impossible. S'il disparaissait aux yeux d'Amy, il n'existerait à ceux de personne d'autre, personne.

    Il sentit sa main se poser sur son épaule, sur le moment il n'eut pas le courage de l'enlever. Comme un coup de vent, il eut une drôle de sensation. Comme si un lien se créait entre eux, incassable, éternel, incroyablement fort. Comme si elle lui prenait un poids des épaules, quelque chose qu'il portait depuis toujours. Il ne s'en sentit pas mieux, seulement différent. Rouvrant les yeux, il se redressa en tremblant, n'osant pas enlever sa main de son ventre, il y sentait toujours le sang couler, lentement, goutte par goutte, glissant entre ses doigts, s'empreignant dans ses vêtements. Il y avait toujours cette douleur piquante, mais il se sentait léger, infiniment mieux sans comprendre pourquoi. Il se retourna vivement pour être face à elle, il était tellement surpris qu'il hésita presque à la remercier. Il fut frappé par la blancheur cadavérique soudaine de son visage.

      « Je suis peut-être étrange, mais le plus bizarre, c'est que tu penses que je mente. »

    Elle avait l'air sereine mais il sentait que ce n'était qu'une illusion. Son expression précédemment si joyeuse et belle laissait place à une pâleur atroce, il sentit son estomac se retourner de part l'effort qu'elle fournissait pour le cacher. Qu'avait-elle donc fait ? C'était cela son pouvoir, avoir mal, comme lui ? Il baissa les yeux, au même endroit de là où se trouvait sa blessure dégoulinante de sang. Il n'y avait rien mais était persuadé de ne pas s'être trompé. A quoi donc pouvait servir un tel pouvoir, c'était ridicule. Elle était folle, il n'y avait pas d'autres explications. Faire une telle chose pour lui le rendait confus, en effet il pouvait mal la traiter de menteuse en cet instant, pourtant il ne parvenait pas à s'enlever cette idée de la tête. Qu'elle lui ait dit la vérité lui semblait hautement improbable.

      « Pourquoi as-tu fais ça ? A quoi ça te sert ? »

    Sa voix se fit moins agressive, plus lointaine. Presque éteinte, agacée tout de même. L'empathie, c'était donc cela, il en était certain. S'il avait été dans son état normal il se serait senti coupable, certainement du moins. Pourtant il était en colère contre elle, encore, elle n'avait eu aucune raison valable de faire ça ! Un corps frêle comme le sien ne pouvait pas supporter une telle douleur, lui, il avait l'habitude. Peut être aurait-il dû lui dire ça dès le début, lui faire comprendre que plus d'une fois il s'était retrouvé dans le même état. Que pour toutes ces raisons réunies elle n'avait aucunement besoin de l'aider de cette manière. Il se mordit légèrement la joue, il fit un pas vers elle, vacillant toujours légèrement, il se pencha et la prit par les épaules, répétant, encore et toujours, la même question. Pourquoi ?

    Pourquoi, ça n'avait aucun sens.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 21:15


    Elle continuait de faire comme si elle n'avait pas mal, pourtant, la blessure était vraiment douloureuse. Même si ce n'était pas elle qui l'avait, elle ne comprenait pas pourquoi il ne voulait pas être soigné alors qu'il avait aussi mal. C'était tellement stupide... Elle sentait qu'elle avait pâlie, mais resta sans rien dire. Ses doigts donnaient l'impression de brûler encore, à cause du contact qu'elle avait eu, mais pourtant, elle n'avait rien. Cependant, comme elle l'avait touchée, elle sentait maintenant tout ce qu'il ressentait, et ce, pendant encore un moment. Elle sentit alors qu'il se sentait un peu plus... léger. Enfin, c'était une drôle de sensation qu'elle n'arrivait pas à identifier, mais du moment que ce n'était pas une mauvaise chose pour lui....

    Puis, il se retourna et fut surpris. Elle avait une tête aussi bizarre que ça? Elle essaya de se reprendre en souriant, seulement, elle avait un peu trop mal pour sourire pour le moment, et se contenta d'une expression pour le moins normale, avec un début de sourire, rien de plus. Puis, elle le sentit confus... Tiens, il avait donc compris? Eh bien, il était assez vif d'esprit... En même temps, peu de gens pouvaient savoir son don, il suffisait juste de la voir à l'œuvre, même si ce n'était pas toujours évident, et lui avait compris comme ça... Ou alors, c'était pour autre chose?

    « Pourquoi as-tu fais ça ? A quoi ça te sert ? »

    Au lieu de soupirer comme elle l'aurait fait, elle se contenta de le regarder, sans rien dire. Pourquoi elle avait fait ça... Pour l'aider non? En même temps, pas vraiment, car elle ne l'aidait pas comme ça, elle ne faisait que ressentir ce qu'il ressentait, rien de plus. Elle sentit que sa voix était un peu plus lointaine et moins agressive, pourtant, elle pouvait percevoir sa colère contre elle. Pourquoi il était en colère? Parce qu'elle avait fait ça? Non... c'était tellement bête... En même temps, c'était tout aussi stupide de ne pas vouloir être aidé dans un moment pareil, donc bon, cela ne l'étonnerait pas si c'était à cause de ça. Il se redressa, vacillant un peu, puis s'approcha d'elle, posant ses mains sur ses épaules, penché vers elle. Demandant pourquoi elle faisait ça. Elle le regarda, plantant son regard dans le sien, avait de répondre d'une voix calme:

    « Quelle question... Parce que je veux t'aider. C'est si difficile à comprendre pour toi? »

    Elle ne voyait vraiment pas pourquoi il n'arrivait pas à comprendre qu'elle veuille l'aider. Elle eu encore une drôle de sensation qui la parcourue, mais se concentra, et essaya de sourire, évitant soigneusement de ne pas penser à la blessure, et réussit à faire ce qui ressemblait à un de ses sourires chaleureux, puis reprit:

    « Pourtant, je n'ai pas l'habitude de mentir... Enfin, on ne se connaît pas vraiment, mais je ne pensais pas avoir la tête d'une menteuse, encore une chose à savoir... »

    Elle réussit néanmoins à avoir un air amusé, mais cela ne dura que quelques secondes avant que la blessure n'impose sa présence. Il fallait vraiment la soigner maintenant... Mais s'il ne voulait pas... Elle arriverait à le convaincre. Il le fallait. Absolument.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 21:51

      « Quelle question... Parce que je veux t'aider. C'est si difficile à comprendre pour toi? »

      « Pff, mais oui c’est ça. »

    Il avait lâché sans réfléchir, profondément exaspéré, sentant une palpitation nerveuse d’agiter sur sa tempe. Il détourna le regard, la lâchant il se redressa, gardant son dos droit pour se prouver à lui-même qu’il pouvait passer outre la douleur. D’ailleurs, il ne souffrait pas tant que cela, il se le persuadait, tout doucement il commençait à aller mieux. Le sang coulait simplement, il se sentait faible et vaseux, pourtant il avait encore suffisamment de force pour savoir qu’il n’acceptait pas ce qu’elle venait de faire. Ça n’avait aucun sens ! C’était d’un ridicuel abject, ressentir sa douleur pour « l’aider », il se demandait bien où était sa logique là-dedans. Il espérait bien ne pas faire pitié à ce point-là. Il regardait ailleurs n’aillant pas le courage d’affronter son regard, étrangement, il le redoutait. Il n’y avait rien de sévère ni dans sa voix ni dans ses yeux, c’était différent. Elle avait quelque chose de réconfortant et d’agréable. Et ça, ça ne le faisait pas du tout.

      « Pourtant, je n'ai pas l'habitude de mentir... Enfin, on ne se connaît pas vraiment, mais je ne pensais pas avoir la tête d'une menteuse, encore une chose à savoir... »

    Il eut une sorte de hoquet, mélange entre une tentative de moquerie et un toussotement puissant – de fins filaments de sang en profitèrent d’ailleurs pour s’échapper de sa bouche. Il n’osait toujours sa affronter sa présence qu’il jugeait à la fois désagréable et affreusement utile. Elle l’énervait à chercher ainsi à prouver sa bonne foi, il n’avait pas l’intention de la laisser le soigner, cependant il n’était pas certain de souhaiter la voir partir. Il fronçait les sourcils, commençant à avoir sérieusement mal près de son œil, il ne supportait plus ce sang qui coulait de sa bouche et de son nez. Puis devoir appuyer sur cette blessure pour bloquer le sang de cette manière commençait à l’agacer. Il aurait donné n’importe quoi pour être à l’infirmerie d’Aomori, son refuge. Là où il passait la moitié de son temps, tellement qu’on avait commencé à lui demander de ne plus s’en approcher autant – rendant, paraitrait-il, mal à l’aise les élèves filles -, il aurait pu se fabriquer un vulgaire pansement, cela aurait suffis. Il aurait pu profiter du reste de la nuit pour corriger ses copies ou travailler sur une thèse de philosophie. Pourtant il était là, avec elle. Elle ne le lâcherait pas, ça le déprimait.

      « T’as terminé, c’est bon ? Tu as prouvé que tu étais honnête, c’est cool… »

    Dit-il ironiquement sans même s’adresser directement à elle. Il sentit une antenne se lever sur son crâne, pivotant vivement sa tête vers elle, il la pointa du doigt d’un air suspect.

      « Et… fais pas mumuse avec ton pouvoir, là. J’ai pas envie que tu lises en moi comme ça. »

    C’était vrai, ça le rendait mal à l’aise qu’elle puisse comprendre ce qu’il ressentait. Il eut une vague de doute et de peur si puissante qu’il eut presque un mouvement de recul, en quoi consistait l’Empathie exactement ? Avait-elle la possibilité de comprendre tout ce qu’il ressentait, et pourquoi ? Il n’avait pas envie qu’elle sache ça, elle n’avait pas à savoir ça. Ça ne la regardait certainement pas. Soudainement il se sentit horriblement intime avec elle, comme si elle pouvait en découvrir bien plus sur lui qu’il ne souhaiterait en dire. Il recula d’un pas, non pas qu’il avait l’intention de partir mais il ne savait pas quoi faire d’autre. La laisser le soigner ? Il ne supportait pas cette idée mais, d’un autre côté, peut être que ça la résignerait à pas utiliser son pouvoir. Kunisaki était compliqué et avait tendance à ressentir de fortes choses très différentes en même temps, si elle comprenait ce détail sur lui, il redoutait plus que tout la suite des évènements.

    Et puis… qu’elle cesse de le fixer comme ça, il commençait à en avoir marre.



- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mer 7 Sep - 22:26


    Il se redressa, la lâchant, tandis qu'elle essaya de mieux se concentrer sur autre chose que la douleur. Après tout... C'était tout de même assez désagréable cette sensation... Il détourna les yeux, comme pour ne plus vouloir la regarder, puis elle leva les siens au ciel. Mais quel tête de mule! Cependant à se deuxièmes réponse, il eu une sorte de... Bruit bizarre? Enfin, elle vit qu'un peu de sang coulait de sa bouche, puis fronça légèrement les sourcils. Elle avait une envie soudaine de prendre un mouchoir et de lui nettoyer le visage à fond, mais se retint.

    Ce n'était pas vraiment un moment adéquat pour ce genre de choses, et même si c'était assez... Perturbant de voir ça, elle n'en montra rien. Et dire qu'elle l'avait connue dans la journée, qu'il avait parue aimable et tout le boutin.. Pour finalement se retrouver dans la nuit, blessé au ventre, et en plus, elle même avait une tâche de sang sur son haut... Enfin, ce n'était pas l'important.

    Finalement, elle avait eu une bonne intuition à son réveil, mais reste à savoir si elle allait réussir à dormir après... Parce qu'elle aimait ça, dormir. Cela lui permettait, comme à beaucoup d'autres, de s'échapper de la réalité, pour mieux pouvoir s'imaginer autre chose... Quoi de mieux pour une fille comme elle? Elle regarda de nouveau le ciel, enviant presque les étoiles d'être dans ce vaste océan sombre qui était au dessus de leurs têtes. Après tout, elles n'avaient pas à se soucier des autres, mais juste de leur propre existence, rien de plus.

    Mais les hommes n'étaient pas des étoiles, loin de là... Et pourtant...

    « T’as terminé, c’est bon ? Tu as prouvé que tu étais honnête, c’est cool… »

    Elle reprit son attention sur l'homme en face d'elle, ne faisant pas attention à son ton ironique, quand il reprit en la pointant du doigt:

    « Et… fais pas mumuse avec ton pouvoir, là. J’ai pas envie que tu lises en moi comme ça. »

    Elle n'eu pas le temps de répondre qu'elle sentit une peur soudaine monter en lui.. Avec des... doutes? Elle n'arrivait pas à identifier exactement ce que c'était, mais une chose était sûre: il savait quel don elle avait. Il eu eu mouvement de recul, et elle pencha la tête sur le côté, curieuse. Ce qu'on pouvait dire, c'était qu'il ressentait beaucoup de chose... Il passait d'une émotion à une autre, ce qui était assez.. étrange. Enfin, elle avait déjà eu la même sensation avec d'autres personnes, mais ces dernières étaient assez... Lunatique. Voilà. Mais.. peut-être était-ce son cas? Ou pas? Elle n'en savait rien, mais elle était persuadée de bientôt savoir.

    Elle eu un drôle d'air sur le visage, puis regarda ailleurs, pour ne plus voir le prof en face d'elle. Son regard se posa sur un truc noir dans l'ombre, et elle sembla pensive. Il était vrai que quelque part, elle n'avait pas à ressentir ce qu'il éprouvait, les sentiments étaient un peu un indice sur ce qu'on pensait, donc quelque part, elle pouvait savoir à quoi les gens pensaient en y réfléchissant bien... Et là, elle s'imaginait bien qu'il ne voulait pas qu'elle sache ce qu'il ressentait. Mais elle était comme ça...

    « Je suis comme ça... »

    La phrase qu'elle pensait sortie d'elle même, mais elle ne le remarqua pas. Pourquoi elle avait ce don? Elle n'en savait rien... Mais il lui était plus utile qu'on pouvait le croire.. Mais pourtant, il était aussi indiscret qu'un liseur de pensées. Son expression devint vague, tandis qu'elle se perdait dans ses réflexions. Cela lui arrivait souvent de se perdre dans ses pensées en pleine conversations, mais cela ne durait jamais aussi longtemps que si elle était seule, ainsi, elle se reprit tout aussi vite et fixa le prof, un petit sourire aux lèvres.

    « Mais il faut qu'on te soignes maintenant, car même si je ne le sens pas, ce ne doit pas être agréable de sentir son sang couler sur son visage... »
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Sam 10 Sep - 22:10

      « Je suis comme ça... »

    Mauvaise réponse. Il était revêche et une expression renfrognée filtra sur son visage ensanglanté. Croisant les bras, il poussa un léger soupir en direction du vide. Qu’est-ce que ça voulait dire, ça ? Qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher, que c’était naturel ? Qu’en touchant une personne elle savait tout ce qu’elle ressentait, ne pouvait plus briser ce lien avec cette personne ? Il n’avait pas envie d’être relié à elle de cette manière, ça le rendait mal à l’aise. Tellement qu’il en oubliait le reste, sa blessure, cette nuit, ces sentiments désagréables qu’il avait pour elle. Désagréables et contradictoires. Il n’avait pas envie qu’elle sache cela, ça ne la regardait pas. Si elle voulait tant en savoir, elle devrait attendre qu’il le dise lui-même. Le reste ne la concernait pas. Il trouvait cette situation insupportable. Un sourire d’agacement se figea sur son visage.

      « Mais il faut qu'on te soigne maintenant, car même si je ne le sens pas, ce ne doit pas être agréable de sentir son sang couler sur son visage... »

    Dans un réflexe et sans vraiment sans rendre compte il passa sa manche sur son menton et sa bouche, restant un moment dans cette position. Il essuya lentement le sang caillé et séché qui y avait pris place, le regard creux, observant sa pièce de vêtement comme s’il avait une intense conversation philosophique avec. Il devait vraiment avoir une allure pitoyable, il se demandait encore pourquoi elle était là vu son état. Soit elle avait un horrible bon fond et d’affreuses bonnes attentions, soit elle était idiote et naïve. Il opta pour la seconde hypothèse, tellement plus logique. Frottant encore du bout des doigts le sang séché sur son visage, il tourna les yeux vers elle ayant l’étrange impression qu’il aurait fait un parfait vampire. L’œil perfide, assoiffé, la peau pâle et cadavérique. La haine. Il la foudroya du regard, la mine perplexe.

      « Écoute… »

    Il hésitait, n’étant pas sûr de ce qu’il devait dire ou non. Il avait des choses à avouer, subtilement, d’une manière adroite et astucieuse, il ne fallait pas qu’elle en devine trop. Il ne devait pas se faire avoir non plus. Il y avait des choses qu’on ne disait pas, qu’on cachait, oubliait, dissimulait au plus profond de soi. Des secrets dont on n’acceptait même pas l’existence. Il lui suffirait de lui accorder ce qu’elle souhaitait, de lui donner ce qu’elle quémandait depuis le début. Alors elle serait contente, elle aurait fait sa bonne action et elle se sentirait rassurée. Kunisaki pourrait pourrir dans son coin, l’ignorer jusqu’à la fin. Parce qu’il avait tout gâché, il avait tout fichu par terre. Il le regrettait, amèrement. Mais il ne pouvait plus rien faire à présent, c’était mort. Il lui fallait l’accepter, ce ne serait pas si compliqué.

      « Contente-toi de me raccompagner au pensionnat. Après ça on ne s’adressera plus jamais la parole. »

    Jamais. Kunisaki ne disait pas cela à la légère, il signait un pacte avec lui-même. Il devait l’abandonner, la laisser partir, parce que c’était ce qu’il désirait depuis le départ. Parce qu’il finirait par la détruire, parce que sa personnalité finirait par la ronger de l’intérieur. Et si elle ne pouvait plus jamais s’arrêter de comprendre ses émotions, et s’il ne pouvait plus rien lui cacher ? Il fallait qu’elle parte avant d’apprendre à souffrir pour lui, avant de s’en faire pour sa vulgaire personne. C’était ce qu’il fallait, c’était le mieux pour eux deux. Peut-être même l’avait-elle déjà compris ? Il ne supportait plus de sentir cette chose entre eux qui les reliait, il avait envie de la haïr, il avait bien réussi à la faire. Il souhaitait la détester, la rejeter franchement, lui demander dans une exclamation de rage de ne plus jamais lui parler.

    Mais il ne pouvait pas. Et il fallait qu’elle refuse. Il le fallait. Parce qu’il voulait toujours lui parler, parce qu’il comptait exister dans sa vie.
    Comme un égoïste, c’était ce qu’il désirait sincèrement.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Sam 10 Sep - 22:13

    Il essuya sa bouche avec sa manche, ce qui lui donnait un air de meurtrier sortit tout droit d'un film, mais pourtant, elle n'avait pas peur. Enfin, elle ne voyait certes pas ça tous les jours, mais elle ne voyait pas pourquoi elle devait avoir peur. Ce qui comptait c'était qu'il aille mieux. Il avait toujours une mine pour le moins bizarre, et elle avait encore une drôle de sensations, comme si elle n'avait pas dit ce qu'il fallait. En même temps, elle disait quasiment tout le temps des bêtises, donc bon... Mais là, elle se contenta juste de le fixer, sans rien dire, comme avant. Parfois, le silence était la seule chose qu'on voulait avoir comme réponse...

    « Écoute… »

    Il avait dit ça sur un ton pour le moins.. hésitant, mais il la foudroyait du regard. Elle finirait par avoir l'habitude, ce n'était pas un problème. Mais pourtant... Au fond d'elle, elle se sentait responsable. Comme un peu de culpabilité, et elle savait bien que c'était son sentiment à elle, pas celui de Kunisaki. Elle avait ressentit ce qu'il ressentait, donc sa douleur, mais en même temps, ce n'était pas que ça, mais tout ce qu'il allait ressentir, elle l'éprouverait aussi, et ce, tant qu'elle sera là. Et elle restera tant qu'il ne sera soigné. Quelle idiote elle pouvait être des fois... Mais que voulait dire le prof au fait? Pourquoi il hésitait à parler? Elle attendit le reste de sa réponse, tout en faisant en sorte de se concentrer sur ses sentiments à elle, pas celui de l'homme.

    « Contente-toi de me raccompagner au pensionnat. Après ça on ne s’adressera plus jamais la parole. »

    Plus jamais la parole... Elle se figeait, encaissant les paroles prononcées. Plus jamais... Elle le regarda, sans bouger d'un cil, ne comprenant pas pourquoi il ne voulait plus lui parler. Pourquoi il ne voulait plus jamais lui parler. A cause de ce qu'elle avait fait? Possible... Elle s'en voulait, il n'y avait pas à dire. Elle arrivait déjà qu'elle faisait des erreurs... Surtout avec un collègue qu'elle venait juste de rencontrer. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais ne savait pas quoi dire. Restant telle une statue, elle réfléchissait à une solution. Car elle ne voulait pas le raccompagner, pas dans ces conditions. Un désir, un caprice de son côté enfantin, mais c'était comme ça. Elle n'allait pas le raccompagner, pas comme ça. Elle voulait encore lui parler, le soigner, l'aider... Mais pas lui visiblement.

    Fronçant légèrement les sourcils comme elle savait si bien le faire, son sourire se fana, comme une fleur en plein automne. Son expression devint vide, tandis qu'elle ne trouvait pas de solutions à remédier à cette situation. Car s'il voulait ne plus lui parler, c'était son droit... Mais en même temps, elle ne voulait pas que cela se termine de cette manière, elle voulait que la fin soit autre.. Qu'il soit soigné, et surtout, qu'il aille mieux. Alors, après quelques minutes de silence, elle reprit son sourire et répondit:

    « Je ne vais pas vous accompagnez au pensionnat, parce que déjà, je ne suis même pas sûre que vous vous soignerez, et de deux.. »

    Elle fixa la blessure, coupant sa réflexion en plein milieu, s'inquiétant vraiment de son état. Il fallait vraiment faire vite. Elle planta ses yeux dans ceux du blond, puis reprit d'une voix résignée:

    « Laissez moi vous soigner, ensuite, si vous ne voulez vraiment plus me parler... Eh bien soit. »

    Cela lui coûtait de dire ça, car elle ne pensait pas du tout la fin de sa phrase. Mais il fallait vraiment le soigner... Son air devint implorant. Elle voulait le soigner, mais elle ne voulait pas couper les ponts, loin de là. Mais si c'était ce qu'il fallait pour qu'il accepte qu'elle l'aide... En fait, elle ne voulait vraiment pas que ça arrive. Pourtant... Elle avait cette horrible sensation qu'il ne voulait vraiment plus lui parler. Et cela l'effrayait, car elle ne voulait aucun mal, mais lui en avait fait, en usant de son don. Et maintenant, il ne voulait plus lui parler, car il ne supportait sûrement pas l'idée qu'elle puisse connaître ses sentiments. Et elle se sentit affreusement coupable.


Dernière édition par Mélodie Ravensgate le Dim 11 Sep - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 13:46

      « Je ne vais pas vous accompagnez au pensionnat, parce que déjà, je ne suis même pas sûre que vous vous soignerez, et de deux... (elle hésita) Laissez-moi vous soigner, ensuite, si vous ne voulez vraiment plus me parler... Eh bien soit. »

    Imbécile. Vraiment, il ouvrit la bouche pour l’insulter mais aucun mot n’en sortit, il n’avait pas envie, il n’avait pas le courage nécessaire pour ça. C’était quoi son problème ? Non seulement elle ne croyait suffisamment débile pour ne pas se soigner dans un endroit propre, mais en plus elle acceptait de ne plus lui adresser la parole. Elle refusait de le raccompagner mais se résignait à l’ignorer, c’était donc ça. C’était probablement la pire chose qu’elle pouvait bien lui dire, elle le prenait pour un con fini et se fichait bien de le mépriser, c’était une insulte. Un flot de haine monta en lui, contre elle, contre sa débilité. C’était comme ça, il ne reviendrait pas en arrière, il ne le souhaitait même pas. En cet instant précis il attendait qu’elle disparaisse de sa vue, à jamais, qu’elle fiche le camp. Alors il retrouverait sa divine solitude et s’enfoncerait dans la nuit, abandonné, libre, en proie à son unique mélancolie. Il n’avait rien besoin de plus, n’en avait jamais espéré plus ! Qu’elle parte, qu’elle parte… il rentrerait seul par lui-même et irait dans sa chère infirmerie, celle où on ne voulait plus qu’il y mette les pieds, il n’en avait rien à faire. Il devait être près de trois heures du matin, personne n’oserait l’empêcher de s’y rendre, alors il pourrait s’y soigner. Seul, il n’avait pas besoin d’elle.

      « Ça va t’étonner mais je ne suis pas un con fini. Bien sûr que je vais m’y arranger, je ne suis pas inconscient non plus. Décidons de ne plus nous parler dès maintenant, hein, ça ira plus vite. »

    Il eut un sourire mauvais en sa direction. Il avait hésité, l’espace d’un instant, à la vouvoyer comme elle avait recommencé à le faire – c’était quoi son problème ? -, mais il n’en avait pas eu le courage et avait lâché l’affaire. Elle voulait jouer les héroïnes, faire sa bonne action de la nuit histoire de servir à quelque chose mais il ne lui donnerait pas ce plaisir, hors de question. Kunisaki donna un coup de menton en sa direction en guise de mépris, passant derrière elle, la main plaquée à nouveau sur sa blessure. Il n’avait plus si mal, en fait, il ne sentait presque plus rien, il se concentrait sur bien d’autres choses que des douleurs physiques. Pire que ça, des infortunes mentales, des tourments en pensées, des amertumes psychologiques. Le reste, il s’en fichait, ça n’avait pas d’importance, il n’en voyait pas. Lui jetant un rapide soupire il s’avança lentement dans la nuit sombre, se disant que l’académie ne devait pas être bien loin, qu’il y arriverait bientôt.

    Il voulait rentrer, il voulait qu’elle parte. Qu’elle l’oublia, fasse comme si elle le détestait depuis le début, alors les choses seraient plus faciles. Ils feraient comme si de rien n’était, cette situation-là il l'avait vécu toute sa vie, dans la négation, l’hypocrisie, l’indifférence. Il s’était habitué à cela et ne désirait rien de plus, il n’avait pas cette prétention de souhaiter quelque chose de plus. Que pourrait-il espérer obtenir d’elle ? Il la détestait, carrément. Parce qu’elle était bête, naïve, lui parlait tout le temps de sa blessure, acceptait ce qu’il lui disait. Ne se battait pas pour lui. Il la détestait pour ça, alors elle ne devrait pas l’arrêter, l’en empêcher, ou le forcer à se soigner maintenant, dans cette rue.

    Qu’elle le laisse isolé, il rejoindrait les ténèbres seul.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 15:06

    Elle se sentait vraiment stupide des fois. Le regardant, elle ne savait pas quoi dire. En fait, le fait qu'il ne voulait plus lui parler lui faisait une drôle de sensation... Mais elle la chassa. Elle ne voulait pas se sentir mal à cause d'une phrase qui pourtant, était destinée à blesser. Elle se concentrait du mieux qu'elle pouvait pour ne pas que son don fasse effet, pour ne pas qu'elle sache ce qu'il ressente, mais pourtant...

    « Ça va t’étonner mais je ne suis pas un con fini. Bien sûr que je vais m’y arranger, je ne suis pas inconscient non plus. Décidons de ne plus nous parler dès maintenant, hein, ça ira plus vite. »

    Elle ignora le sourire mauvais qu'il avait, tandis qu'elle encaissa de nouveau les piques lancées vers elle. Non... Ce n'était pas ce qu'elle voulait. Ce n'était pas ce qu'elle... Voulait? Elle fixa le prof, qui passait derrière elle, et qui avait l'air de partir. Sur le coup, elle se retourna, et s'apprêtait à le retenir, mais elle hésita, le laissant partir. Il ne voulait vraiment plus lui parler... Cela eu comme l'effet d'une gifle, et elle resta sur place quelques secondes. Le regardant partir, elle se demanda alors une chose. Que voulait-elle au juste? Le laisser partir ou pas? La réponse était évidente. Non. Ce n'était pas dans ses habitudes de laisser les gens partir, mais en ce qui concernait ce prof...

    Alors, elle leva la main vers lui, et ressentit alors sa haine nouvelle. Envers elle. Parce qu'elle le laissait seul? C'était pour cela qu'il la détestait? Tandis qu'il continuait d'avancer, elle se rendit compte alors d'une chose. Qu'elle avait avancée aussi, et qu'elle était juste derrière lui. Passant devant l'homme, elle lui fit face, et posa ses mains sur ses épaules pour qu'il s'arrête de marcher. Les émotions qu'il ressentait se fit plus forte, mais elle se concentra sur autre chose.

    C'était bien beau de l'arrêter, mais maintenant, qu'allait-elle faire? Elle le scruta, puis remit ses mains près de son corps, avant de prendre la parole.

    « Et pourquoi tu ne veux plus me parler au juste? Parce que j'ai beau chercher, je ne trouve pas la raison de ton coup de tête. Enfin.. ce doit être une chose en plus avec les lunatiques je suppose, mais cela ne t'empêches pas de donner une raison. »

    Son ton était sérieux, mais ses yeux souriaient, comme toujours. Elle ne savait pas être autoritaire, ce n'était pas dans sa personnalité de l'être. Mais elle pouvait se faire entendre quand elle le voulait. Ce n'était pas pour rien qu'elle était prof après tout. Cependant, là elle voulait savoir pourquoi il ne voulait plus lui parler, car cela la tracassait.

    Elle se rendit compte d'une autre chose sur le coup, qu'elle l'avait vouvoyer, puis tutoyer, puis ensuite re-vouvoyer pour au final le tutoyer encore... Décidément, elle était vraiment un cas. Mais cela ne l'empêcherait pas de savoir ce qu'elle voulait. Et puis, au fond d'elle, il y avait une autre raison, mais seulement, elle ne le savait pas, et le ne saurait sûrement pas maintenant.

    Quoi qu'il en soit, elle n'allait pas le laisser partir sans savoir pourquoi. Il pouvait y avoir beaucoup de raisons, mais elle ne trouvait pas. Bêtement, elle devait l'avouer, mais simplement. En même temps, elle était un peu trop... simple d'esprit, les choses complexe n'étant pas son fort... Bref. Elle était têtue, et cette fois ci, elle ne le laisserait pas passer derrière elle sans raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 18:28

    Kunisaki se dit qu’elle avait vraiment lâché l’affaire, voyant qu’il pouvait marcher lentement sans qu’elle ne le retienne. D’une certaine manière il était soulagé, ainsi les choses iraient plus vite, ferait moins mal, s’achèverait en silence et en amertume cachée, c’était encore une manière douce de se dire au revoir, à peine venaient-ils de se rencontrer. S’il n’avait pas fait cette demande étrange et abjecte, les conséquences auraient été terribles, assassines même. Trop compliquées, surtout pour lui, il voulait l’épargner, elle qui était si gentille et naïve. Mais il souhaitait surtout se protéger lui-même, il n’avait pas assez de force pour ça. Il préférait fuir, c’était tellement plus facile. Et en général on ne le rattrapait pas, alors il n’y avait là aucun regret ni remord. Seulement de la tristesse.

    La sienne.

      « Et pourquoi tu ne veux plus me parler au juste? Parce que j'ai beau chercher, je ne trouve pas la raison de ton coup de tête. Enfin… ce doit être une chose en plus avec les lunatiques je suppose, mais cela ne t'empêches pas de donner une raison. »

    Il resta stoïque, la regardant d’yeux vides et creux, presque insensible. Ses mots mirent un moment à monter dans son esprit, tout doucement il commençait à les analyser, avec lenteur et indifférence. Que faisait-elle devant lui en cet instant, pourquoi l’avait-elle arrêté dans sa route ? Cherchait-elle à le faire reculer ? Il eut un mouvement en arrière, agrippant doucement ses poignets, il les écarta de ses épaules sans les lâcher pour autant, plongé dans ses réflexions profondes. Elle avait un regard étrange, déterminé, à la fois souriant et blessé d’une certaine manière. Il ne comprenait rien. Elle lui demandait des explications. Des explications. Elle lui en demandait. Une raison, pourquoi, c’était bizarre. Son esprit s’affola. What the fuck ?

    Il n’en savait rien, rien du tout. Il n’y avait aucune explication logique à cela, comment lui expliquer ce qui le torturait, ce qui lui arrachait les tripes, le faisait agoniser ? Ce qui le faisait tellement plus souffrir que n’importe quelle autre blessure au ventre, ça n’avait rien à voir avec le physique. C’était pire que l’imaginaire ou la souffrance psychologique. C’était le regret, la peur du regret. Cette solitude qu’il préférait garder avec lui plutôt que d’emporter les autres dans son gouffre. Il voulait la préserver, il préférait se protéger. Mais au final il n’en savait rien. Pourquoi ? Pourquoi avait-il demandé ça ? Il ne pouvait pas répondre, lui tenant toujours les mains, il se sentait pathétique. Oscillant dangereusement entre balancer un mensonge facile et dire une vérité modifiée.

      « Moi je m’en fiche de ça. »

    C’était faux, c’était un terrible mensonge. Il dévia le regard pour se donner du courage.

      « Mais je ne pense pas que tu veuilles encore m’adresser la parole après ça… alors je préfère mettre les choses au clair, plutôt que de te voir m’éviter ou m’ignorer pendant les journées à venir. J’ai pas envie de ça. »

    Il avait dit une partie de la vérité, pas la plus belle, mais il l’avait fait. Elle ne pouvait rien espérer de plus, elle n’aurait rien. Doucement il lui lâcha les poignets, n'abandonnant pas une seule seconde son regard, espérant qu’il y trouverait de la force, du courage. Celui qu’il n’avait pas. Mais il n’y avait là que l’effet inverse, il se sentait mourir dans ses yeux, y devenir faible, vulnérable. Il avait peur de ce qu’elle pouvait lui répondre, peur qu’elle ne le laisse pas partir. Peur qu’elle le fasse, aussi.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 18:49

    Il mit un temps avant de répondre, comme s'il avait eu du mal à comprendre ce qu'elle voulait dire. Mais il eu un mouvement de recule et lui prit les mains, et la regarda, comme s'il était plongé dans des réflexions. Étant donné qu'il avait toujours ses mains sur les siennes, elle pouvait toujours sentir ses émotions, ainsi, elle ne comprenait pas vraiment ses émotions... En fait, il en avait de tellement bizarre.. Enfin, c'était assez incompréhensible, du moins pour elle. Mais pourtant, elle essayait de les analyser, pensant qu'ainsi, elle arriverait peut-être mieux à comprendre sa haine soudaine pour elle. Continuant d'attendre une réponse, elle se concentra pour mieux comprendre ce qu'il ressentait. Tout d'abord, elle capta une sorte de... peur. Pourquoi avait-il peur en cet instant? Elle pencha la tête sur le côté, essayant de comprendre, encore et toujours.

    « Moi je m’en fiche de ça. »

    Si elle n'avait pas ses mains dans les siennes, elle aurait pu le croire. Seulement, elle pouvait percevoir le mensonge comme s'il était inscrit sur son front. Cependant, il dévia le regard et reprit:

    « Mais je ne pense pas que tu veuilles encore m’adresser la parole après ça… alors je préfère mettre les choses au clair, plutôt que de te voir m’éviter ou m’ignorer pendant les journées à venir. J’ai pas envie de ça. »

    Elle eu une mine surprise, il n'y avait pas à dire. Il croyait qu'elle allait l'éviter à cause de ça? Mais il rigolait? C'était quoi la blague là? Le fixant, avec un air de fille plus que perdue, elle ne savait vraiment pas quoi dire là. Il lui lâchait les mains, et elle sentit encore les siennes.. brûler. Enfin, c'était assez.. étrange. Il avait planté son regard dans le siens, le ne lâchant pas une seule seconde, puis elle reprit la parole, presque en rigolant:

    « Mais je ne compte pas t'ignorer, loin de là. Je n'ai aucune raisons d'ailleurs. Ce n'est pas parce que tu es blessé que je vais me mettre à t'ignorer du jour au lendemain, c'est vraiment stupide... »

    Elle se remit à sourire, un peu soulagée. Ainsi, il avait cru qu'elle allait l'ignorer pour ça... Mais vraiment, là c'était drôle. Ce n'était pas demain la veille qu'elle allait se comporter comme ça avec quelqu'un. En tout cas, elle était contente. Peut-être alors qu'il allait tout de même lui parler, et que ce qu'il avait dit avant ne comptait pas... Parce que ne plus jamais lui parler... Rien que d'y penser, elle avait une boule dans le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 19:20

      « Mais je ne compte pas t'ignorer, loin de là. Je n'ai aucune raisons d'ailleurs. Ce n'est pas parce que tu es blessé que je vais me mettre à t'ignorer du jour au lendemain, c'est vraiment stupide... »

    Il aurait dû s’attendre une telle réponse, il en eut une certaine chaleur intérieure, une petite boule de feu qui le réchauffait doucement, tout doucement. Il se sentait mieux, reposé, incroyablement fatigué même. Il voulut esquisser un sourire mais n’en fit rien, il tenta de dire quelque chose mais n’y arrivait pas. Cette nouvelle l’avait-elle fait plaisir au point de le faire partir, s’envoler dans les nuages ? Certainement pas, d’ailleurs il n’aurait jamais dû réagir aussi calmement. « Ça c’est parce que tu ne sais pas. » aurait-il dû lui dire, rien d’autre. Alors pourquoi ne disait-il pas mot ? Pourquoi commençait-il à reculer, à basculer en arrière ? Pourquoi ses pupilles disparaissent sous ses paupières pendant d’interminables secondes ? Pourquoi cette chaleur au ventre s’intensifiait-elle avec douleur ? Pourquoi roulait-il de l’œil ? Noir.

    Il n’y avait plus rien que le noir, le silence et le froid. Il chuta en arrière, l’arrière de son crâne heurtant le bitume froid. Il ne réagit pas, perdit connaissance. Noir.

    C’était rare les fois où il s’était évanoui de cette manière. Ça n’était pas arrivé bien souvent. S’il allait dans cette direction, il pouvait se souvenir de son adolescence, quand il avait commencé à sortir, éviter sa maison qui l’étouffait. Observant d’yeux apeurés ces jeunes qui se battaient au sang, comme des animaux, comme des loups. Il se surprit à aimer cette peur-là, à vouloir être comme eux. A partager sa haine, la faire exploser, les dévorer un à un pour se venger de tout. Alors peut être qu’ils comprendraient, qu’ils verraient qui il était vraiment. Au début ça n’allait pas, il tombait banalement dans les pommes, se faisait rejeter, terminait à l’hôpital, était absent. Mais personne ne s’inquiétait. Il pouvait bien aller en cours en sang, ne pas rentrer de la nuit, finir dans un lit à moitié mort. Ils ne s’inquiétaient pas. Ils ne l’avaient jamais fait, Kunisaki avait alors découvert cette solitude-là. Pire que le reste, pire que celle qu’il avait rencontrée jusque-là. L’indifférence était assassine, il mourait à petit feu. Développa une haine et une rage invincible, pour se défendre, se protéger. Il ne voulait plus être faible, il voulait trouver cette force-là, il voulait les vaincre, tous. Les achever jusqu’au dernier. Il ne désirait que se venger, de tous. Arrêter d’être seul, leur prouver qu’il existait. Il faisait ça pour se sentir vivant.

    Pourtant ça n’avait plus de sens.

      « Merde. »

    En entendant sa propre voix s’élever dans la nuit noire, il reprit doucement ses esprits, tournant la tête à gauche et à droite pour être sûr d’être bel et bien revenu à lui. Cette chaleur qu’il disait ressentir au ventre, ce n’était que sa blessure. Il avait dû perdre un peu trop de sang, peut-être avait-il perdu de sa superbe. Il n’était pas prêt pour ces adversaires-là. Affronter la faiblesse et la défaite, c’était trop dur pour lui. Ouvrant un peu plus grand les yeux, il se tortilla légèrement sur lui-même, sentant le froid au contact de sa peau, et une légère douleur piquante à la tête. Kunisaki se sentait faible, fatigué, épuisé même. Il s’en voulait, il lui en voulait à elle aussi. Le laisser partir lui aurait permis de se soigner à temps. Mais la laisser faire dès le départ lui aurait empêché une scène si pitoyable. Lui, affalé au sol, une moitié de cerveau encore endormie par le choc. Il toussa légèrement et, réfléchissant, il se dit qu’il se sentait un peu mieux, ayant l’impression que ses esprits lui revenaient peu à peu. Avait-elle profité de cela pour le soigner ? Peut-être, il ne pensait pas être resté bien longtemps dans les pommes, en fait, ça ne lui avait semblé être qu’une seconde, pas plus.

    Pris d’une angoisse soudaine, il balança sa main à gauche, cherchant Mélodie, se disant qu’elle devait être là. Il avait besoin qu’elle soit là, il ne voulait pas être seul, pas maintenant. Sentant son bras il l’agrippa avec force, avec toute celle qu’il lui restait. Il ne fallait pas qu’elle parte, elle n’avait plus le droit.

    Il la retiendrait, il fallait qu’elle reste.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Dim 11 Sep - 19:45

    Elle souriait toujours, puis sentit alors une chose étrange, comme une sorte de chaleur au niveau de son ventre. Mais ce n'était pas sa sensation à elle, mais celle du prof. Alors, avant même qu'elle ne s'en rende compte, elle le vit basculer en arrière, comme s'il tombait dans les pommes. Se précipitant en avant, elle n'arriva cependant pas à temps pour arrêter sa chute, et le regarda, étalé sur le sol. Elle s'accroupit près de lui, vérifié s'il respirait toujours, et le prit par les épaules pour le mettre dans une meilleure posture. Déjà, elle mis sa main sur sa tête, pour voir s'il allait avoir une bosse ou pas, puis elle la posa sur son front. Il n'avait pas de température, ce qui était déjà un peu mieux, puis le souleva légèrement pour pouvoir poser sa tête sur ses genoux. Comme ça, si jamais il se réveillerait, elle le verrait plus rapidement.

    Il n'avait pas l'air d'aller bien, au contraire, sa blessure avait du aggraver son état... Ce qui n'était pas vraiment étonnant d'ailleurs. Pourtant, quand on était évanouie, on avait toujours un air paisible, comme si on dormait, et c'était son cas. Elle regarda la blessure, puis posa sa main dessus, comme il l'avait fait avant, et attendit. Car elle n'allait certainement pas le laisser comme ça, là c'était totalement impensable. Elle se demanda alors de quoi il pouvait bien rêver, s'il rêvait, à ce moment là.

    Car elle, malgré sa maladresse légendaire, elle ne s'était jamais cognée a point de tomber dans les pommes. Donc elle ne savait pas ce que cela faisait d'être assommé. Enfin, si, elle savait, mais pas inconscient pour ainsi dire, ainsi, elle essaya de percevoir ce qu'il pouvait bien penser. Mais elle ne lisait pas les pensées elle... Alors elle resta là, à rien à faire, mis à part attendre.

    Attendre... Ce mot pouvait s'avérer aussi bien que mal, car des fois, on n'aimait pas attendre. Mais en ce qui concernait cet instant, elle aurait très bien pu patienter pendant un long moment, car ce n'était pas dans sa nature de partir en laissant les gens, au contraire. Elle préférait de loin rester près d'eux.

    Au bout d'un moment, tandis que sa mains restait sur sa blessure, et l'autre étant proche de son bras, elle sentit la main du prof prendre son bras avec force, et elle le regarda. Il avait les yeux un peu entrouvert, et elle sourît.

    « Ne t'inquiètes pas, je suis toujours là... Je vais pas te laisser. »

    Elle sentit alors que le sang de sa blessure coulait un peu moins, et elle sortit un mouchoir de sa poche avec sa main libre. Sa main couverte de sang la salissait un peu, mais elle s'en fichait, et posa le bout de tissu sur la blessure, et appuya légèrement dessus pour que ça arrête de saigner. Puis, elle reporta son attention sur le visage du prof, qui était vraiment pâle. Enfin, c'était normale, il venait de s'évanouir....

    Elle fit glisser son bras, de telle manière à ce qu'elle puisse prendre la main du blond, puis serra cette dernière dans la sienne. Toujours en souriant, elle se voulait juste être rassurante. Juste qu'il comprenne qu'elle n'allait pas partir et le laisser. De toute manière, maintenant c'était une chose totalement impensable. C'était décidé depuis qu'il était tombé en arrière. Elle resterait jusqu'à ce qu'il aille mieux. Et elle ne le laisserait pas partir avant, c'était hors de question.


Dernière édition par Mélodie Ravensgate le Sam 17 Sep - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mar 13 Sep - 21:43

      « Ne t'inquiètes pas, je suis toujours là... Je vais pas te laisser. »

    Il ne réagit pas, il aurait dû mais en était incapable. La fatigue et l’angoisse soudaine l’empêchaient de faire quoi que ce soit. Il était persuadé que la nuit n’était pas si fraîche, ni même si noire et profonde, pourtant il mourait littéralement de froid. Il aurait donné son livre philosophique préféré pour se retrouver au pensionnat, n’importe où sauf ici. Il fallait qu’il parte, il en avait besoin. Il se sentait mal, banalement. Pas plus à cause de cette blessure au ventre que les picotements pressants au niveau du crâne, où ces goutes de sueurs glacées qui coulaient le long de son front, doucement et difficilement. Sa main agrippée avec force à son bras commençait à être engourdie, c’était une sensation désagréable mais il ne parvenait pas à relâcher la pression. Au contraire il l’accentua comme une dernière preuve qu’il était en vie. Amoché, mais vivant. C’était peut-être l’occasion d’en finir. D’arrêter tout ça, ce n’était pour lui. En cet instant précis il pouvait même affirmer dans son épuisement qu’il voulait tout arrêter. Trouver autre chose pour occuper ses nuits, n’importe quoi mais pas ça. Il ne souhaitait pas revivre une telle scène, non pas de combat, mais avec quelqu’un de l’extérieur. Il n’accepterait plus de laisser qui que ce soit découvrir une telle chose.

    Il essaya de dire quelque chose mais avait la gorge sèche, nouée. Il était incapable de former une phrase correcte, son esprit se perdait. Il avait froid, il avait mal. Il ne réalisa pas immédiatement qu’elle lui avait pris la main dans un geste réconfortant, plein de tendresse. Il passait de moments d’étrange lucidité à d’autres instants de flottement où il ne savait plus exactement où il était. Ce faible contact avec sa collègue lui permettait de rester éveillé, il y trouvait là une raison de s’accrocher, de rester faible, aussi. Il ne ressentait plus cette rage de vaincre, destructrice, difficile, vile et misérable, celle qui le poussait toujours à se relever malgré tout, dans une dernière exclamation de rage. En cette nuit noire, dans cette rue silencieuse, il n’y avait rien de tout ça. Il avait le sentiment qu’il pouvait oublier, tout lâcher. S’abandonner, en quelque sorte. L’espace de quelques minutes il avait totalement confiance en Mélodie, ça ne durerait pas, encore fallait-il ne pas y penser.

    Il commença à s’agiter, mal à l’aise dans sa position, comprenant peu à peu que la main qui comprimait sa blessure n’était pas la sienne. Il tenta de se tourner sur le côté mais n’y parvint pas, se contentant de bouger légèrement sa jambe gauche. Il lâcha un soupire de douleur, il voulait en finir, il ne supportait plus cette situation. Il avait froid, si froid.

      « Fais-moi ce pansement, qu’on en finisse. »

    C’était sa dernière chance, son ultime moyen de le soigner, il ne laisserait passer aucune autre occasion de faire cela. Une question de fierté peut-être, mais un problème de pudeur surtout. Ce n’était pas à elle de faire ça, pas quelqu’un qu’il venait de rencontrer et qu’il avait tant de fois essayé de faire partir. Dans un état normal il lui aurait probablement lâché la main – ce n’était certainement pas son genre de faire ça -, mais il avait oublié qu’il faisait ce geste. Banalement, il ne s’en apercevait pas, ce qui ne l’empêcha pas d’y faire la pression un peu plus importante, plus forte. La réalité était là, elle ne tenait qu’à ça. Il n’avait rien d’autre en cet instant.

    Un simple contact, le reste n’existait pas.



- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Mar 13 Sep - 22:06

    Il semblait vraiment fatigué, tandis qu'elle continuait de faire pression sur sa blessure pour ne plus qu'elle saigne. Elle eu envie alors de faire ce fichu pansement, mais le problème étant qu'elle ne pouvait pas. Déjà parce que ses deux mains étaient prise, et parce qu'elle ne le ferait pas tant qu'il ne le lui aurait pas donner la permission. C'était comme ça. Pourquoi? Parce que malgré tout, elle restait bien élevée, et qu'elle ne faisait pas les choses sans autorisations.

    Restant ainsi pendant un moment, elle remarqua qu'il commençait à s'agiter cependant, mais qu'il n'était pas tout à fait conscient encore. Il l'était, mais à moitié. Car malgré tout, il exerçait tout de même une pression dans sa main, pour ne pas la lâcher, pour ne pas sombrer... Enfin, du moins, c'était ce qu'elle pensait. Ensuite, elle n'en savait rien elle ne pouvait pas se baser seulement sur ses réflexions, car elle ne le connaissait pas assez pour prétendre ce qu'il pensait réellement, tant il était.. lunatique. Mais pourtant, il était tout de même assez gentil au fond, elle le savait. Elle ne pouvait tout simplement pas prétendre le contraire, même si elle ne le connaissait pas.

    Il lâcha un soupir de douleur, elle pouvait le sentir, puis prit la parole:

    « Fais-moi ce pansement, qu’on en finisse. »

    Il n'eut pas à le dire deux fois. En l'ayant suivit, elle avait eu la bonne idée de prendre son sac, et donc, tout ce qui était indispensable à faire pour les bandage. Tout d'abord, elle retira sa main de sa blessure, puis prit dans son sac un désinfectant, qu'elle aspergea sur son mouchoir, puis releva doucement la chemise au niveau de la blessure, et le fixa, avec un air désolée, sachant que cela allait faire mal. Ensuite, elle posa le bout de tissu dessus. Tout d'abord, elle nettoya le bord, ce qui fut assez rapide, puis la blessure elle même.

    Ce qui était pour le moins assez douloureux. Mais elle le fit rapidement, de telle sorte à ce qu'elle puisse mettre un peu d'un autre produit cicatrisant (décidément, elle avait une vrai trousse à pharmacie dans son sac) par dessus. La douleur fut moins vive, mais elle eu un peu de difficulté avec une seule main, gardant l'autre dans celle du prof.

    Car il fallait qu'il reste conscient, pour le peu qu'il soit. Sinon.. Elle allait devoir l'amener à l'hôpital, et c'était la dernière chose qu'elle voulait en ce moment. Continuant donc de nettoyer la plaie, elle essaya de faire ça le moins douloureusement possible, mais pourtant, elle savait bien que c'était impossible. Quelques minutes après, elle eu finit de tout nettoyer, même si le sang coulait toujours un peu. Ainsi, elle sortit des compresses, qu'elle posa sur la blessure, appuyant dessus pendant quelque secondes, puis reporta son regard sur le prof.

    Elle espérait qu'il allait se sentir mieux après. Car il n'était pas dans un bon état. Cependant, elle lui sourît.

    « J'ai presque finie... »

    L'avait-il entendue? .. Bonne question. Elle aurait souhaitée que oui.. Mais ne pouvait pas donner de réponses. Ce qui était pour le moins assez étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Kunisaki Tachibana
avatar
prof de philo

Féminin Age : 22
Messages : 902
Inscription le : 14/02/2011
Localisation : Derrière une caméra en train d'hurler des ordres à quelqu'un.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 27 ans & prof de philosophie
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   Lun 3 Oct - 19:51

    Il aurait aimé que les choses se passent vite, le plus rapidement possible. Mais le temps était d’humeur joueuse ce soir, elle ne le laisserait pas comme ça.

    Il ne savait pas exactement ce qu’elle faisait, ni même dans quel ordre. Les choses allaient et venait avec douleur et insistance, il pouvait alors goûter à chaque picotement de sa peau, chaque brûlure, chaque pression qui se faisait sur son corps. Sa blessure se fit plus lointaine, mais plus forte encore. Elle n’était qu’un souvenir amer remplacé par des sensations désagréables et brutales. Il n’avait plus le sentiment de s’être pris un coup de couteau, tout cela lui semblait affreusement lointain. Son ventre le piquait, encore un peu plus, il avait chaud à cet endroit, pourtant il crevait de froid, des gouttes de sueur glacées glissant doucement contre sa nuque. Il relevait son buste, avait du mal à respirer, se sentait partir, ne voyait pas le bien de tout ça. Se demandait inlassablement dans un grognement rauque s’il n’aurait pas mieux fais de se soigner seul, comme d’habitude. Il ne supportait pas de ne pas savoir ce qu’elle faisait, mais il se sentait trop faible pour se relever, regarder. Pour ouvrir les yeux, ses paupières restaient désespérément fermées.

      « J'ai presque finie... »

    Il soupira longuement, de fatigue et de douleur surtout. Il avait mal mais ne savait pas exactement où, ses membres étaient engourdis, sa tête lui pesait, il avait encore du sang dans la bouche. Il se sentait fatigué, si fatigué, se demandant vaguement s’il ne finirait pas par s’évanouir à nouveau. Son esprit commençait à avoir du mal à former des phrases censées, ses pensées divaguaient, partaient dans une direction et finissait dans une autre. Il se surprenait à désirer une bière plus que tout le reste, et la seconde d’après à se retrouver dans le lit de n’importe quelle fille. Au final il se disait que le bitume n’était pas inconfortable et qu’il se sentait, du moins pour le moment, trop faible pour se relever. Il ne savait plus où il en était, ni même où il se trouvait pour être exact. Ses paupières se rouvrirent dans un dernier effort, il ne voyait là que la nuit. Le noir perturbé par la faiblarde lueur d’un réverbère.

      « Je te fais confiance. »

    Il ne savait pas pourquoi il disait ça, d’ailleurs il n’était pas certain d’avoir entendu sa propre voix, tout ça lui semblait si lointain, si différent de lui. Presque comme une autre personne qui avait pris la parole d’une voix claire et franche. Confiance en quoi, exactement ? Rien de précis, rien de sa vie, rien de ce qu’il n’aurait jamais voulu dire. Il savait qu’elle pouvait le soigner, voilà tout. Il n’attendait rien de plus, il fallait seulement qu’il en finisse, le reste importait peu. Il se fichait bien de la façon dont elle comprendrait cette phrase, il ne s’en préoccupait pas le moins du monde. Il était épuisé, c’était la seule et unique chose réelle qu’il analysait sans difficulté. Ça et cette pression qu’il exerçait sur sa main, l’accentuant encore et encore. Ne sachant pas pourquoi, ne se posant pas la question. Faisant ce qui lui semblait le plus naturel, ce qui lui prouvait qu’il était conscient. Dans un ultime râle, il lui lâcha la main, avec simplicité. Il posa la sienne sur le sol, trouvant réconfortant la contact froid du sol.

    Elle était là, il le savait. Il n’a plus besoin de s’en convaincre d’aucune manière.


- -
Merci à Sakura. ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une très bonne première impression [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une très bonne première impression [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Ville :: Les Rues-