AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shoshannah A. Nakahara
avatar
jokers

Féminin Age : 26
Messages : 5
Inscription le : 15/12/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 19 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Sam 15 Déc - 21:12


I sing the body electric, baby
feat - illustration originale / ieatcoffee

• NOM Nakahara
• PRÉNOM(S) Shoshannah Alanis
• AGE 19 ans
• CIVILITÉ Célibataire.
• SCOLARITÉ 3ème année.
• SEXUALITÉ Pansexuelle.
• GROUPE The Jokers
• POUVOIR Louisiana Voodoo, ou plus simplement, vaudou.
If I get a little prettier, can I be your baby?
« You tell me life isn't that hard. »

Quoi qu’elle fasse, Shoshannah se fera toujours remarquer, pour un détail bien précis. Un détail de taille, qui plus est. Car justement, c’est sa stature qui la rend si remarquable, de par sa nature tout à fait improbable et assez impressionnante. Après tout, ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre une demoiselle mesurant un bon mètre quatre-vingt-neuf, non ? Parce que c’est bien là sa taille réelle. Et ce n’est pas forcément facile pour une jeune demoiselle de son âge d’assumer une telle taille, étant donné qu’elle dépasse aisément la plupart des autres filles. Quant aux garçons. C’est tout de même rare d’en trouver qui soient réellement de la même taille qu’elle, voir plus grand. Pas impossible, mais difficile à trouver. Pourtant, elle fait avec, sachant que quoi qu’il arrive, elle n’a pas tellement le choix. Ce qui étrange là-dedans, c’est quand on apprend que sa mère est tout de même Japonaise, qui ne sont pas réputés pour avoir un peuple vraiment très grand. D’une autre part, lorsque l’on se penche sur le côté paternel, issu de Louisiane, on comprend un peu mieux.

Outre cette question de taille, elle a tout d’une jeune adulte des plus normales ou presque. Une longue chevelure noire un peu ondulée qui lui arrive à la poitrine, agrémentée de reflets bleu sombre grâce à la teinture qu’elle renouvelle régulièrement. Une frange bien fournie coupée droite. D’ailleurs, sa crinière est plutôt épaisse, lui causant parfois bien des soucis, surtout au réveil ou lorsqu’elle sort de la douche. Sous ladite frange, ce sont deux prunelles grises, quelque peu changeantes que l’on retrouve, parfois plus claires, parfois plus sombres, selon le moment, l’instant. Vaguement en amande, héritage de son côté asiatique, cernés de longs cils sombres qu’elle rehausse souvent de mascara. Globalement, son visage est plutôt ovale, avec un menton pointu. Un petit nez assez discret, pourvu d’une légère bosse à cause d’une stupide chute du haut de son lit, et qui parfois offre refuge à un ou l’autre bouton qu’elle s’empresse de masquer sous un peu de maquillage. Ses pommettes n’ont rien de notables, leur forme et allure plus que banale, se démarquant légèrement de son teint plutôt clair par une légère couleur rosée, très faible. Ses lèvres, elles, sont quelque peu charnues, mais bien trop souvent sèches, l’obligeant à trimballer toujours un tube de baume sur elle, parce que sinon, c’est très désagréable, avouons-le. Oh, détail, elle possède une cicatrice sur ledit menton, parce qu’enfant, elle était maladroite, et se prendre les pieds dans ses lacets, c’était monnaie courante. Et un coin de baignoire, ça ne pardonne pas.

Pour ce qui est du reste, du fait de sa grande taille et de son poids la rendant plutôt svelte, un peu moins de soixante-dix kilogrammes, elle n’a pas des formes très prononcées. N’allez pas croire qu’elles soient inexistantes, loin de là. Sa poitrine est bien formée, juste un peu menue, tout simplement. Elle n’aime pas révéler sa taille de soutien-gorge, c’est personnel, voyons, mais ce serait probablement quelque chose comme un 85B. Sa taille est par contre assez fine, son abdomen relativement plat, si ce n’est ce petit ventre, témoin de longues heures passées à s’empiffrer de cochonneries. Plus bas, des hanches peu marquées, tout en ne gâchant rien de son allure charmante, quoi qu’un peu banale. Elle s’en contente tout à fait, d’ailleurs, aucuns doutes là-dessus. Finalement, on en revient à ses jambes. Qui sont bien longues, avouons-le. Pas pratiques du tout à caser sous une table ou dans un lit, en fait. Et ne parlons même pas des vêtements. En même temps, lorsque l’on possède près d’un mètre-vingt-cinq de jambes, toutes les boutiques n’ont pas de quoi la vêtir, ce qui l’oblige soit à bien chercher, soit à se tourner vers le sur-mesure. Quelque peu fâcheux. Parlant justement d’habitudes vestimentaires, elle aime les jolies vêtements, sans être particulièrement renseignée sur les tendances. Shoshannah aime les jupes et les robes – histoire de pouvoir profiter un peu de ses jolies gambettes, les couleurs pas trop vives, avec une certaine affection pour le pastel, les matières douces et délicate, la dentelle et le travail au crochet. Cependant, elle n’a rien contre un bon jean et un débardeur confortable, pour sûr. Les bijoux qu’elle porte, eux, sont plutôt atypiques, souvent inspirés de traditions vaudou, notamment pour ses bracelets, certains servant à lui porter bonheur, etc. Autour du cou, elle garde cependant une croix d’or tout à fait chrétienne, un souvenir de sa mère, qu’elle n’a pas connu très longtemps, étant donné sa situation familiale particulière. Quelques détails en plus, elle a les oreilles percées, deux fois à chacune, ainsi qu’un tatouage de serpent s’enroulant autour de son poignet droit, représentant Li Grande Zombi, dieu-serpent du vaudou de la Nouvelle-Orléans, censé apporter la richesse, le bonheur, l'optimisme et la pureté. Dernière chose, elle possède une voix plutôt agréable, chaude, qui se révèle être assez charmante lorsqu'elle chante, tantôt grave, tantôt plus sensuelle et caressante.

Somme toute, elle n’a pas grand-chose pour démarquer, et s’en satisfait totalement. Ce n’est pas son but, après tout.
Mary prays the rosary for my broken mind.
« So don't worry about »

La première chose à savoir avec Shoshannah, c’est que la métisse est superstitieuse. Et cela ne tient pas seulement à la crainte de passer sous une échelle (qui d’un certain point de vue est rationnelle et prudente), pas du tout. Il y a aussi les gris-gris, le trèfle qui dort toujours dans son portefeuille, ainsi que dans la breloque d’un de ses nombreux bracelets, sa hantise du vert (que l’on associe à la couleur des fées, et que le fait d’en porter les rendrait furieuses), cette patte de lapin qui se trouve souvent dans son sac à main, surtout lors des contrôles. Sa manie de répandre du sel pour chasser les mauvais esprits, de craindre les miroirs, sa maladresse risquant de le briser et lui apporter du malheur. Et bien d’autres choses encore. Cela fait d’elle une demoiselle un peu étrange, presque bizarre. Souvent stressée aussi, lorsque trop de sujets de ses craintes et prudences se retrouvent rassemblées. Ainsi, elle en devient parfois ridicule auprès d’autrui, risible également. Pourtant, elle le vit très bien, ces croyances lui ayant été transmises depuis son plus jeune âge, que ce soit par cette mère qu’elle ne connut que trop peu ou ensuite par sa nouvelle famille, son père et son compagnon. Cependant, prenez garde à ne pas trop vous moquer de cela ou encore d’en jouer pour la mettre mal à l’aise. La noiraude est rancunière, parfois plus que de mesure. Et étant donné le pouvoir qu’elle possède, il vaut mieux vous méfier, si vous ne désirez pas finir par ressentir un tas de fourmillement désagréables, avoir un soudain coup de chaleur ou encore frissonner jusqu’à la moelle pour une raison inexplicable. Cela ne fait cependant pas d’elle une personne sans cœur, au contraire. Simplement, évitez de la prendre pour une idiote, et tout se passera tranquillement, sans anicroche.

Malgré sa méfiance face aux miroirs notamment, elle ne peut s’empêcher d’y capter son reflet lorsqu’elle croise n’importe qu’elle surface réfléchissante. Même si c’est juste pour y jeter un coup d’œil ou y replacer une mèche folle. Ainsi, l’on peut dire qu’il y a une certaine superficialité chez elle, légère mais existante, à moins que ce ne soit juste une vilaine manie dont elle n’est pas capable de se défaire. Elle a le défaut de se faire trop rapidement des idées, de sauter en conclusions sans attendre au préalables quelques preuves. C’est le problème quand on a une imagination aussi prolifique que la sienne. C’est pratique dans certains cas, comme lors des examens d’écriture d’invention ou pour raconter d’effrayantes histoires autour d’un feu de camp, mais quand il s’agit de savoir si ce garçon l’aime ou non parce qu’il lui a dit merci, cela devient problématique. Et gênant. Autant pour lui que pour elle, tiens. Avec cela va d’ailleurs cette vilaine tendance à faire d’un petit caillou une montagne infranchissable, ayant bien du mal à relativiser. On comprend alors que la jolie est quelque peu pessimiste, surtout lorsque cela la concerne. Mais envers les autres aussi. Pas au point d’en avoir des discussions déprimantes ou peu engageantes. Simplement, elle ne s’attend jamais à quoi que ce soit de bien, ce qui lui permet d’être surprise de tout, ou presque. Et d’Avoir raison lorsque cela se passe réellement mal. Parlant de cela, la Loi de Murphy est surement sa meilleure amie. Si quelque chose peu mal se passer, elle se passera forcément mal. Voilà sa façon d’envisager bien des choses. Triste vous dites ? Pas tant que cela. Au moins, quand on pense ainsi, on se retrouve moins catastrophé si cela se passe mal, tiens.

En général, dans ses relations avec autrui, elle se montre chaleureuse et souriante, quoi qu’un peu parfois décalée, surtout lorsqu’elle en vient à parler de vaudou. De ce fait, on en vient rapidement à se dire que malgré son originalité, c’est une demoiselle ouverte, et pourtant. Tant que cela ne touche pas son ressentit et autre sentiments, c’est bel et bien le cas. Mais lorsque l’on tente d’approcher ses émotions, c’est une toute autre histoire. En effet, Shoshannah a un mal fou à gérer les émotions, des plus simples aux plus fortes. Elle ne sait pas vraiment quoi faire de la colère, de l’émoi ou encore la tristesse. La plupart du temps, elle s’en retrouve à se montrer quelque peu agressive, chassant les personnes présentes, pour ensuite s’isoler. A moins qu’elle ne vous couvre d’insultes peu flatteuses, et plus rarement, de quelques malédictions dont elle seule connait le sens, tirée de ses croyances. Il en ressort ainsi une certaine fragilité chez elle, et une naïveté dont il est facile de se jouer, quoi que cela soit bien vil. Oui, elle se montre parfois crédule, si la personne face à elle est capable de la troubler et la déstabiliser suffisamment pour lui faire perdre ses repères. Cela dit, elle finira bien par s’en rendre compte, et arrivé à ce point-là, sa vengeance risque fort d’être sévère. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle fuit comme la peste toutes relations sérieuses. Parce qu’en amour, c’est une vraie bourrine, et tout faire foirer, c’est sa spécialité. Maladroite, elle se fait trop d’idées, elle se vexe pour un rien. Agressive lorsqu’elle perd le contrôle, elle ne sait pas s’excuser. La faute à un égo un peu trop présent, peut-être. Puis bon, bonne chance pour trouver un autre géant dans ce pays de petites gens. De plus, elle semble avoir une préférence pour les personnes plus vieilles qu’elle, homme ou femme, aucune importance. Parce que ce n’est ni un genre ni un sexe que l’on aime, mais bien une personne.

Vive d’esprit, elle aime apprendre et découvrir de nouvelles choses. Plus souvent pendues à un livre d’histoire ou un documentaire animalier qu’une émission abrutissante ou encore son portable. Curieuse, ses sujets d’intérêt principaux sont l’histoire des différentes religions dans le monde, notamment, mais aussi tout ce qui touche aux croyances et superstitions, on s’en serait douté. Ainsi que l’histoire passionnante de sa région d’origine qu’est la Louisiane, et notamment, la Nouvelle-Orléans. Elle parle d’ailleurs autant français qu’anglais, ainsi que japonais, quoi que cette langue est plutôt faible chez elle, encore à l’heure actuelle. Elle est capable de parler et tenir une conversation, tant que le sujet ne devient pas trop pointu.

Oh, et citons encore que cette demoiselle est quelqu’un de très croyante. Non pas envers la chrétienté ou encore l’islam, non. Le vaudou. Cela fait rire, mais il s’agit bel et bien d’une réelle religion, bien avant d’être une pratique magique et souvent bien mal décrite par les idées préconstruites de la population. Elle y baigne depuis sa plus tendre enfance, et ne compte pas s’en défaire, pour sûr.

En dépit de certains côtés quelque peu sombre et pas toujours glorieux de sa personne, il lui arrive souvent d’agir de façon bizarre. Comme éclater de rire sans raison, ou fixer le vide, un sourire rieur aux lèvres. Tout ça à cause de ses propres réflexions. D’ailleurs, dans le même esprit, il lui arrive souvent de faire des reproches à ses affaires, parce qu’elle ne trouve pas son crayon ou autre. Le tout à haute voix, pour parfaire le ridicule. Ainsi, selon les gens, elle apparaît soit comme fort sympathique, soit encore comme totalement cruche. A moins qu’elle ne soit bizarre, tout bonnement. Chose certaine, elle n’essaie pas d’être quelqu’un d’autre qu’elle-même.
Life is a velvet crowbar
« Hitting you over the head »

Née à Tokyo, d’une mère Japonaise, présentatrice de journal télévisé, et d’un père Américain, guide touristique à Bâton-Rouge et Nouvelle-Orléans, en Louisiane, Shoshannah n’était pas vraiment une enfant désirée ou prévue. Ce n’était qu’un voyage d’une petite année pour monsieur, un peu incertain de tout, même de ce qu’il pouvait ressentir ou aimer. Mais elle arriva tout de même, sa mère refusant d’avorter ou même de la faire adopter, à vrai dire, de par son éducation très religieuse. C’est ainsi donc qu’elle naquit, dans la banlieue tranquille de la métropole. Cela dit, elle ne resta que peu d’années auprès de sa génitrices, tout juste trois, avant de s’envoler avec son père, pour l’Amérique. Pourquoi ? Tout bonnement parce que maman et papa ne s’entendaient plus vraiment. Ou plutôt, ne pouvaient plus rester ensemble, sachant que monsieur s’était avéré préférer les hommes, et madame, elle, avait de plus grands désirs de carrière. Ce fut donc d’un commun accord que les deux se séparèrent, lui emportant l’enfant avec lui, avec pour seules conditions qu’elle porte le nom de famille de sa mère, et possède la double nationalité. C’est ainsi qu’elle se retrouva donc, très jeune, sur un tout autre continent. Tout d’abord élevée par son père uniquement, qui semblait aller un peu mieux à présent.

En soi, l’enfance de la jeune fille n’eut rien de vraiment particulier. Elle était relativement sage en cours et à l’école en général. Pas vraiment un ange, juste une demoiselle comme les autres, pas excessivement peste ou agaçante. Ce qui changeait de beaucoup d’autres familles, c’était que la sienne, celle de son père du moins, était versée dans une religion toute particulière. Et pour cause, puisqu’il s’agissait du vaudou. Oubliez tout de suite ce que vous connaissez des films, avec ces rites morbides, réanimation de zombies et autres poupées. Tout ça, ce n’est que du folklore, inventé pour les films, pour attirer les touristes. Du moins, de la façon dont c’est le plus souvent présenté. Depuis des générations, la famille Abrams était pratiquante de cette religion quelque peu obscure et parfois aussi mal vue que mal interprétée. C’est ainsi qu’elle grandit dans ces traditions, mites et superstitions, très jeune initiée à l’importance des gris-gris, à croire en leurs esprits et divinités. Au début, ce n’était qu’un jeu, puis, en grandissant, elle s’investit de plus en plus, passionnée et investie par cette façon de vivre, de voir les choses. Dans la famille, devenir de grandes prêtresse, voire parfois, reines vaudou, pour les femmes, était presque une tradition. Du moins, pour les femmes possédant un don particulier. Celui de maîtriser l’art réel des poupées vaudou. Oui, ce n'était pas seulement de croyances ou du folklore, il y avait bel et bien des membres de cette famille, le plus souvent des femmes, capable de faire subir aux humains les pires souffrances avec ces petites poupées de chiffon criblées d'aiguilles. Cependant, rien ne pouvait leur certifier que la petite allait hériter de ce don, sachant que la distribution était parfois aléatoire. Seul le temps pourrait le dire.

Justement, le temps passait. La jeune fille grandissait, et pas qu'un peu. Il faut dire qu'elle dépassait sans mal bon nombre de ses camarades. Quelque chose d'assez complexant lorsque l'on a douze ans, assurément. Pourtant, elle tentait de ne pas y faire attention, dans un premier temps. Chose qui ne marchait pas tellement, étant donné le mal qu'elle avait à cacher ses émotions et à les tempérer. Cela dit, sa grand-mère, une vieille dame tout ridée, à la peau mate et aux yeux clairs, inquiète de voir sa petite fille chérie rentrer toujours si triste ou être punie car elle se battait avec ses petits camarades, lui enseigna un moyen de passer sa colère, de façon inoffensive et tout figurative. Pour ce faire, elle lui offrit une poupée vaudou non complète donc inoffensive, ainsi que quelques aiguilles, afin qu'elle puisse extérioriser sa colère ainsi. Chose vue d'un mauvais œil par son père et le compagnon de ce dernier, qui laissèrent pourtant faire, sachant qu'elle semblait aller un peu mieux. Et pourtant, c'est ce qui permis, par la suite, de dévoiler son don.

En effet, alors qu'elle venait de dépasser les quatorze ans, un petit incident se produisit. Une fois de plus, une camarade de classe s'était moquée du fait qu'elle avait deux pères et pas de mère. Et autant dire qu'elle détestait ce genre de moqueries, étant donné qu'elle adorait ses deux papas et n'avait jamais vraiment compris en quoi c'était un problème. En pleurs, elle était allée s'enfermer dans les toilettes, après s'être battue avec la petite peste, récupérant quelques mèches de cheveux. De nombreuses fois, elle avait vu Oma préparer de réelles poupée, et, très en colère, voulait en faire de même. Elle fourra donc les mèches blondes dans la poupée de chiffon, pour ensuite la refermer avec son lacet rouge, faute de ruban. Elle espérait réellement que cela fonctionne, et... Il semblerait que c'était le cas. En effet, la victime avait fini par se plaindre qu'on la pinçait et qu'on tirait ses cheveux, alors qu'elle était seule. De fil en aiguille, ses parents se retrouvèrent convoqués par la directrice, connaissant la famille Abrams. Inquiète, elle souhaitait que cela ne se reproduise plus, ou qu'elle ne fréquente plus cette école. C'est comme cela qu'elle changea d'école, dans un premier temps. Malheureusement, trop impulsive, elle fit d'autres bêtises du genre. Démunis, il fut tout d'abord décidé qu'elle aille faire un séjour à l'étranger, histoire de laisser le tout se tasser. Et, comme malgré leur séparation, son père gardait toujours un contact plus ou moins régulier avec la mère de la petite, elle se retrouva à Tokyo. Tellement différent de sa Nouvelle-Orléans natale. Plus de Mardi Gras, plus de bayou ni de jazz. Plus de papas ni Oma. Et ne parlons pas de la langue, qu'elle avait du mal à assimiler malgré quelques bases. Au moins, elle avait sa mère. Toujours occupée mais présente un minimum.

Mais... Il lui fallait un endroit plus adapté à sa particularité. Un lieu comme Aomori. Elle ne savait pas trop comment sa mère en avait appris l'existence, mais toujours était-il qu'à ses 17 ans, la noiraude intégra l'académie. Un lieu qui lui permis entre autre d'améliorer ses talents et canaliser un peu mieux son don. Après tout, c'était pour cela qu'elle était là, non ?

En y repensant, la demoiselle n'a pas eu une vie particulièrement mouvementée et surtout pas malheureuse. Parfois un peu compliquée, étrange aussi. Mais en y pensant, elle n'en avait aucunement a se plaindre. Seul point noir sur le tableau, le mal du pays et sa famille, qui bien trop souvent lui manquait...
Baby we are dancers on the scene
« Grammar in the cutters only so artic »

Il y a beaucoup d’idées préétablies sur le vaudou qui sont plus ou moins fausses, plus ou moins viciées. Surtout qu’il faut savoir qu’il existe plusieurs branches de cette religion, qui en est bel et bien une. Les plus anciennes sont celles provenant de l’Afrique de l’Ouest, ainsi que d’Haïti, et qui furent importées en Amérique lorsque l’esclavagisme se fit important. C’est notamment en Louisiane, et surtout, à la Nouvelle-Orléans que cette religion resta très présente, pour se mêler au christianisme, entre autre, et donner naissance à un nouveau culte. Le vaudou de Louisiane. Cependant, il faut noter que dans aucuns de ces cas, il n’y a réellement d’utilisation de poupées vaudou, comme le veut la croyance populaire, pour blesser une personne. Au contraire, il s’agit le plus souvent d’une bénédiction. Cependant, en parallèle de cette religion, il existe une autre pratique, nommée Hoodoo, qui englobe le côté « magique », alors que le Vaudou, lui, touche ce qui est spirituel. Ainsi, hors son pouvoir, la jeune femme est réellement une adepte de cette religion, y ayant grandi depuis très jeune, et ambitionnant même de devenir une reine vaudou, une fois qu’elle aura quitté Aomori. C’est donc en cela qu’elle se relève très croyante, surtout lorsqu’il s’agit de gris-gris et de prières, certaines directement tirée du christianisme.

En ce qui concerne le réel pouvoir de cette demoiselle, celui qui explique sa présence à Aomori, il s’agit bel et bien de cette fameuse et obscure pratique que sont les poupées vaudou. Originalement, elles servaient en tant qu’offrandes, et il a fallu attendre son établissement en Louisiane pour que leur utilité soit changée. Concrètement, la jeune femme peut user de ces poupées pour faire subir à autrui tout un tas de choses, du fourmillement désagréable aux douleurs plus intenses, la limite étant la mort. Non, elle ne peut tuer personne ainsi, ce serait bien trop facile. Mais certaines douleurs et tortures sont parfois bien plus horribles que la mort. Pour que cela soit efficace, il est nécessaire avant tout qu’elle possède une poupée, faite le plus souvent de chiffon ou encore de paille ficelée, à l’intérieur de laquelle se trouve quelque chose concernant directement la personne visée. Si c’est un objet tel un bout de tissu ou autre, les effets seront diffus, voir inefficaces si elle ne se trouve pas proche. Si ce sont des cheveux ou un morceau d’ongles, les douleurs seront plus intenses. Cependant, pour que ce soit réellement efficace au maximum, il faut user du sang ou pire encore. Et ce n’est pas envisageable, étant donné que la demoiselle n’est de loin pas une personne mauvaise ou cruelle. Cela fait, ladite poupée doit être entourée d’un ruban rouge, pour ensuite être fin prête à être utilisée. Épingles, eau bouillante ou glacée et même simplement ses mains, tout est bon pour maltraiter la personne. Elle ne peut cependant influencer les mouvements de sa victime ou ses actes, seulement le faire souffrir ou ressentir certaines choses à un endroit donné du corps.

Autant cela comporte des avantages, autant cela a des désavantages. En effet, la jeune femme doit se concentrer lorsqu’elle le fait, et plus elle en use longtemps ou de façon poussée, et plus elle s’en retrouve fatiguée, usée, épuisée. Il arrive même parfois qu’elle se retrouve incapable de recommencer avant plusieurs heures. C'est pour cela qu'elle est ici, avant tout. Réussir à maîtriser son don de façon plus optimale, tout en étant moins fatiguée ou autre en l'utilisant, et ainsi, surtout, se montrer plus efficace et fiable. Les ratés existent, surtout si la personne est trop éloignée. Et ce n'est pas permis lorsque l'on est une reine vaudou. Oh, et pour rompre le lien entre la poupée et sa victime, il faut couper le lien de ruban rouge avec un ciseau en argent, pour ensuite bruler le ruban et la poupée.

Habituellement, elle use de ce pouvoir pour embêter un peu les autres, sans aller jusqu'à de la torture ou une réelle douleur. Juste des chatouilles ou autre picotements. Rien de méchant, donc. Cependant, en cas de vengeance, elle peut se montrer bien moins douce et clémente.
Will you buy me a slice of cherry pie?
« We didn't know much, just worked at night »

• PRÉNOM ou PSEUDO Alanis, c'est déjà bien.
• ME DÉCRIRE EN QUELQUES MOTS Eeh. Drama queen à la langue de vipère bien acérée, rancunière et prêcheuse d'idées libidineuses. Mais je suis gentille.
• PARRAINÉ ? Nope.
• DOUBLE COMPTE ? Nope.
• CODE ? Sasy approves that :cool:
• C'EST MON DERNIER MOT JEAN-PIERRE Yep.




Dernière édition par Shoshannah A. Nakahara le Lun 17 Déc - 12:12, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eva Sonntag
avatar
heart

Féminin Age : 23
Messages : 130
Inscription le : 05/11/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans.
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Dim 16 Déc - 9:25

    TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.TON AVATAR.

    Bref.

    J'suis in love de ton avatar. Comment ça on avait pas vu ?
    Bonne chance pour ta fiche. ♥️
    :welcome:


Merci à Kain et Charlotte. ♥️
Ici Kain: de rien babe ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jakob Zciwôtangi
avatar
spirit

Masculin Age : 23
Messages : 683
Inscription le : 10/05/2012
Localisation : Sous sa couverture.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année - Dix-sept ans.
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Dim 16 Déc - 12:31

UNE PANSEXUELLE UNE PANSEXUELLE UNE PANSEXUELLE OLALALA JE T'AIME.


Les monstres veulent


parfois

vivre.

» and so, the story begins «» this is all there is ? «» call me «
Revenir en haut Aller en bas
Shoshannah A. Nakahara
avatar
jokers

Féminin Age : 26
Messages : 5
Inscription le : 15/12/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 19 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Dim 16 Déc - 17:11

Eva → Merci beaucoup, ça me touche, surtout que j'ai un peu galéré pour obtenir le résultat voulu. Huhu ♡

Jakob → PARCE QUE TON PSEUDO ♡ JE T'AIME AUSSI ♡

Et maintenant je vais remplir cette fiche 8DD


Revenir en haut Aller en bas
Hikaru Cross
avatar
spirit

Féminin Age : 21
Messages : 108
Inscription le : 29/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 15 ans
Pouvoir(s):
Club: Théâtre

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Dim 16 Déc - 19:05

SOSH JE T AIMEEEUUUU
SHOSH TU ES UN MANNEQUIN *w*
SOSH JE SUIS FOLLE (tu le savais deja mais bon ^^)

BREF :welcome:





Merki a Charlie-chou (maman ou boobsy girl) pour mon vava
FAN KLEUBS
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shoshannah A. Nakahara
avatar
jokers

Féminin Age : 26
Messages : 5
Inscription le : 15/12/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 19 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 17 Déc - 12:26

Folle, en effet 8D
Et Shana n'est pas mannequin, juste grande, arrête ;;

ET SINON. La fiche est terminée, je crois bien ♡


Revenir en haut Aller en bas
Natsui Harune
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 279
Inscription le : 31/10/2012
Localisation : Dans un véritable Enfer -_-


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Première année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 17 Déc - 15:19

TON AVATAR. Evanouneninette a tout dit dessus. *tombe*
VENUBIEN Ü


J'cause en LightPink. Fuckyeah.

Fiche · Relations · Texto
Merci à Lilian et Mayu pour les avatars. ♥️
Je vous aime tous vous savez ? ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Kazuyoshi J. D’Artensec
avatar
prof d'adp

Masculin Age : 23
Messages : 644
Inscription le : 01/04/2012
Localisation : En toi...


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur A.D.P / 32 années.
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 24 Déc - 20:15

Je jouis.


OWNED:
 

Abus de pouvoir II :
 
Revenir en haut Aller en bas
Shoshannah A. Nakahara
avatar
jokers

Féminin Age : 26
Messages : 5
Inscription le : 15/12/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 19 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 24 Déc - 20:43

Pas dans mes cheveux, plz, c'est misérable à nettoyer après.

[J'prends ça comme un compliment, sinon.]


Revenir en haut Aller en bas
Kazuyoshi J. D’Artensec
avatar
prof d'adp

Masculin Age : 23
Messages : 644
Inscription le : 01/04/2012
Localisation : En toi...


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Professeur A.D.P / 32 années.
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 24 Déc - 21:21

J'dis pas ça à tout le monde. 'Tention. C'est un big compliment. Un fat compliment.


OWNED:
 

Abus de pouvoir II :
 
Revenir en haut Aller en bas
Shoshannah A. Nakahara
avatar
jokers

Féminin Age : 26
Messages : 5
Inscription le : 15/12/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 19 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 24 Déc - 21:28

Haha. Je m'sens encore plus flattée, alors.


Revenir en haut Aller en bas
Sasykki Yamakuni
avatar
garden

Masculin Age : 74
Messages : 506
Inscription le : 26/02/2012
Localisation : DANS TON CAAAAAAAAAAAAKE ★


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère Année ~ 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    Lun 24 Déc - 22:22

Alors alors, euh, tout baigne. Et franchement. J'ADORE TA FICHE ♥️ ( Et c'est pas l'effet du whisky de papa ).
Hmm, je vais valider ta fiche ♥️ ( 'Faisait un bail j'en avais pas validé tiens ). Une admine ofzeded va pas tarder à te donner ta belle [color=#52E64A] ♥
Tu vas pouvoir donc dorénavant RP, mais t'inscrire à un club aussi ou des trucs du genre 8D M'enfin, j'te laisse découvrir ça toute seule :cool: Et désolé pour le retard de validation my love ♥

Citation :



Amuse toi bien sur Aomori ♥️


FAN KLEUBS ★
'Cause we all love you ♥
Spoiler:
 



Je remercie du fond du coeur ma petite fleur de maïs pour cette belle signa & mes petites Nino, Chiharu, Ema mon keur d'amûwr, ma Fée chérie d'amûwr et ma Gaby-chouw d'amûwr que j'aime trop trop fort aussi pour leurs splendides avatars ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
http://pensionnat-aomori.forumactif.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.    

Revenir en haut Aller en bas
 

shoshannah alanis nakahara ; elvis is my daddy, marilyn’s my mother, jesus is my bestest friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: pensionnat aomori - intro :: Présentations :: • Fiches Validées-