AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et un nouveau monde s'ouvre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 2 Déc - 15:31

D'un geste machinal, Yûko dégaina son portable pour regarder l'heure. Un soupir, bien vite suivit d'un bâillement lui échappa.
Trop tôt, beaucoup beaucoup trop tôt.
La faute à une mère soudainement anxieuse de voir l'oisillon quitter le nid, qui l'avait levée aux aurores (enfin, bien avant même), revêtue de l'uniforme scolaire qu'elle avait reçut (efficace, ce pensionnat) et expédier en train et taxi jusqu'à Aomori.
Malgré le trajet, la voilà qui était devant sa future "maison" à l'aube. Il n'y avait évidemment personne pour l'instant. Bon ça n'allait sans doute pas tarder à s'animer...

Avisant un banc, Yûko s'y laissa tomber avec délectation avec son bardas, composé d'un énorme sac de marin d'aspect usé, d'une valise à roulette neuve et rutilante (un cadeau de sa mère, sous prétexte qu'on ne pouvait pas vivre correctement avec des vêtements bourrés à la va vite dans un sac et froissés) et d'une sacoche/sac de cours/fourre-tout que n'aurait pas renier un jeune cadre dynamique, vu qu'il servait aussi à transporter l'ordinateur portable de la demoiselle (un poil accro à ce truc).
Son regard se perdit sur les bâtiments alentours. C'était grand. Impressionnant. Un peu affolant. Mais sommes-toutes assez...normal. Elle termina la canette de café noir qu'elle s'était offert avec ce qui lui restait de monnaie dans le vain espoir de se maintenir éveillé.

"Bon, je fais quoi, maintenant ?" marmonna tout haut la jeune fille. Elle avait l'habitude de se parler toute seule. Mauvais ça, faudra pas qu'elle passe déjà pour une cinglée. Elle aurait dû faire gaffe à l'horaire et se renseigner sur les horaires d'ouverture du secrétariat. Et puis, qu'était-elle sensée faire maintenant ?
C'est là que commencèrent à se faire sentir les limites de "je joue à l'adulte responsable&indépendante" de Yûko et que commencèrent à poindre les premières angoisses et interrogations.
Elle s'était inscrite d'elle même au pensionnat, se chargeant de toutes la paperasse, faisant signer promptement sa mère sans lui laisser le temps de lire les détails. Elle avait répondu au téléphone, se faisant passer pour "Madame Hanegaru". Elle avait mentit à sa famille, ce qu'elle détestait, et caché son...don.
Et si ça se savait ? Si y'avait un télépathe ou un truc du genre dans l'administration du pensionnat ? Elle se voyait déjà honteusement renvoyée à la maison en à peine une entrevue humiliante, avec sa mère l'accueillant avec un mélange de colère, de peur et de révulsion face à la révélation que sa fille était... anormale et menteuse.

Et même si tout se passait bien... Elle allait rejoindre un pensionnat remplit apparemment de phénomène de foire. Comment seraient-ils ? Elle avait déjà du mal avec les gens "normaux", alors avec des adolescents dotés de pouvoirs... Au moins, elle ne devrait pas avoir trop de remarque sur sa taille, hein ? Hein ?
Ou alors s'intégrerait-elle, pour la première fois au milieu de ses pairs ? Cela était presque aussi effrayant.
Et ce pensionnat... Avait-elle vraiment réfléchit avant de se lancer dans pareille aventure ? Sous ses aspects somptueux, il avait quand même un petit coté de prison doré...
Elle frissonna, alors que le temps était plutôt doux et ensoleillé pour la saison.

Comme toujours quand elle était mal à l'aise, Yûko se renferma dans son monde. Ouvrant son sac, elle sortit ses imposants écouteurs (pas un banal casque Beats, mais un SteelSeries Siberia v2, qui la cataloguait d'office en tant que gamer/geek) et sélectionna une playlist de musique qu'elle trouvait relaxante (du Akino Arai).
La tête renversée, elle se perdit dans ses pensées, dans la musique et la contemplation des nuages qui défilaient dans le ciel bleu encadré par les majestueux bâtiments d'Aomori.
"Tout va bien se passer...tout va bien...t'as pas à t'en... faire... Piece... of Cake...Zzzz..."
Apaisée, il ne lui en fallut pas plus pour s'endormir et se mettre à ronfler comme un sonneur. La grande classe.

Spoiler:
 








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 2 Déc - 16:21

Hmmm ! Quelle bonne idée d'avoir acheté des croissants en plus pour les réserver jusqu'au lendemain. Quel bonheur aurait pu égaler celui de découvrir de la bonne bouffe en ouvrant son placard à réserves tôt le matin ? Aucun ! Absolument aucun ! L'aura de mignonnitude qui normalement englobait la petite Spazzy disparu à la seconde où elle croqua dans la pâte grasse et émiettée du croissant. Si elle était du genre délicate dans ses gestes, on aurait pu sans aucun mal la comparer à un ogre lorsqu'elle se nourrissait. Les miettes parsemaient le hall comme s'il avait neigé des croissants pendant la nuit. La femme de ménage s'en étant rendue compte la vira vite fait bien fait en la menaçant que si elle retrouvait encore une seule de ses miettes dans sa propriété, elle se chargerait personnellement de la sentence et, tout le monde dans ce pensionnat sait Ô combien la femme de ménage peut être cruelle lorsqu'on s'attaque à son domaine.

Tête baissée, pas traînant, Spazzy du finir son repas dans le froid hivernal de l'extérieur. Elle s'était trouvée un coin tranquille au-dessus du muret, ou plutôt de la rempart, d'où elle pouvait guetter les alentours à bonne hauteur.

Au bout de quelques instants, un étranger arriva, suivi de ses bagages. De là où elle se trouvait, on aurait dit un mec, pourtant, il portait l'uniforme d'Aomori, et pas n'importe quel uniforme à vrai dire... Celui... d'une... fille ?! Voulant s'en assurer. Spazzy goba la dernière bouchée de son croissant sans prendre la peine de le mâcher, se frotta les mains sur son sweat -il était de toute façon tellement usé qu'une tâche de graisse en plus ou en moins n'y changeait rien- et descendit de son perchoir. Elle avait été tellement intriguée qu'elle en avait oublié de s'essuyer la bouche pleine d'indices de ce qu'elle venait de manger.

Elle s'approcha doucement de l'étranger et remarqua enfin, lorsqu'elle fut à bonne distance, que celui-ci n'était pas un garçon, mais bien une fille. D'ailleurs, elle ronflait vachement fort pour une demoiselle ! Elle aurait bien fait demi-tour, mais l'uniforme et les bagages montraient qu'elle était nouvelle à Aomori et Aomori = pouvoir !

Ne se souciant guère du sommeil de la jeune fille, Spazzy s'approcha suffisamment pour se retrouver face à elle et admira la grandeur de celle-ci.

« La vaaaache ! Je me demande s'il y a moyen de voir au-dessus des nuages avec un don pareil ! »

Eh ouaip... Spazzy n'avait que très rarement, voir quasiment jamais, eu l'occasion de rencontrer une personne aussi grande. Habituée à son patelin rural où la moyenne des habitants ne dépassaient pas les 160 cm, sans doute du au régime alimentaire composé que de riz et de patates, Spazzy s'était hâtée à la conclusion que, pour atteindre une telle taille, il fallait en posséder le don !

Elle tâta le bras de l'étrangère comme si elle venait de faire une découverte archéologique pour s'assurer que les os étaient bien conformes au squelette de l'être humain et ne se gêna pas pour tirer la peau de la joue pour en vérifier l'élasticité, laissant par la même occasion de la graisse et des miettes de croissant un peu partout sur son passage. Il fallait sûrement être doté d'une bonne confection moléculaire pour pouvoir étirer sa peau et ses os sans s'abîmer... Y avait-il moyen de se faire aussi petit qu'une souris et aussi grand qu'un immeuble avec un pouvoir comme le sien ?

Obnubilée par ce don, Spazzy en laissa échapper un murmure d'admiration.

« Trooop trop fort... »

En voulant se pencher pour mieux examiner, elle écrasa par mégarde le bouton "volume" du lecteur audio et de 24, celui-ci fila à 52 à toute allure. Même de l'extérieur, on pouvait entendre la musique sortir des écouteurs.

« Ups. »

L'air absolument pas suspect, Spazzy se redressa et fit mine de vérifier ses messages sur son portable. Malgré qu'elle n'en avait aucun, elle espérait être crédible en relisant en boucle le petit message "Boite de réception (0)" .

Spoiler:
 




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 2 Déc - 17:42

Sentant comme une sorte de picotement, comme un oisillon qui voletterait autour d'elle pour la picorer par jeu, Yûko grommela un vague "Encore cinq minute m'man...", avant de grogner un peu et de se rendormir, ignorant pour l'instant son intriguée visiteuse.
Cela ne dura pas, évidemment, devant l'enthousiasme de celle-ci.

L'univers extérieur se rappela brutalement à l'existence de Yüko avec un euphorique « Trooop trop fort... » suivit d'une musique qui n'était pas la sienne et qui réussit à percer les couches brumeuses de son sommeil et de son esprit.
L'instinct de Yûko lui souffla qu'il y avait une présence, quelqu'un. Près, trop près, dans son espace vital, son cocon de moelleuse (ah bin non, en fait il est assez dur ce banc) solitude.
Elle se réveilla brutalement alors que sa visiteuse se redressait promptement, l'air de rien.

Surprise, Yûko se leva d'un bond. Enfin, ça, c'était la théorie.
Dans la pratique, elle avait complétement oubliée la bretelle de son sac de marin, qui comme tout les fils, liens,sangles et lacets était doté d'une vie propre et d'une malveillance certaine. L'attache avait donc choisit de se coincer dans un bord du banc, ce qui lui permit d'opposer une forte résistance au réveil en fanfare de la grande demoiselle.
Mais on n'arrête pas 1m78 de Yûko mal réveillée comme ça ! Sans réfléchir, elle força et ce qui devait arriver arriva : dans un claquement de protestation, la sangle se défit soudainement, propulsant soudain la jeune fille en avant.

C'est alors que ses yeux embués par le sommeil se dessillèrent enfin et qu'elle réalisa la situation : son bond impromptu hors du pays des rêves aller la faire s'écraser sur... quelqu'un qui faisait mine de consulter son portable et qui donc n'avait aucune change d'esquiver son réveil tonitruant.
"Fuck !" lâcha très gracieusement l'asperge. ça allait faire mal, sauf si...

Un clignement d'yeux plus tard, Yûko s'écrasa en beauté quelques mètre derrière l'autre jeune fille, comme si elle l'avait traversée.
Sur le sol froid, Yûko se retourna, pour contempler une fois de plus le ciel bleu et lâche un lourd soupir. Une nouvelle vie... Quel commencement ! Et bien, il ne lui aurait pas fallut bien longtemps pour qu'on découvre son pouvoir.
Péniblement, elle se releva pour dévisager (de haut) la fille au portable. Une musique assourdissante sortait des écouteurs qu'elle portait. Elle n'était pas en uniforme et pour ainsi dire portait une tenue qui aurait fait mourir la mère de Yûko d'une attaque.
Cette note mentale obligea Yûko à épousseter son uniforme avant d'enfin lancer un très timide :
"ça va ? Rien de cassé ? Désolé pour la frayeur, je m'étais endormie et un truc m'a réveillé et...et...euhh.. Voilà."
Super Yûko, très inspiré pour ta première rencontre avec ce qui était probablement une élève locale.

Quelques détails de ses rêves revinrent alors à la demoiselle. Comme si on l'avait observé. Tripoté, même. Brrr.
Et si il y avait des brides de réel là dedans, souffla son esprit perfide. Cette jeune fille inconnue l'avait-elle fouillée ou avait-elle touchée à ses affaires ? Yûko avait lu dans les documents qu'Aomori accepté à peut prêt n'importe quel jeune, de n'importe quel milieu, tant qu'il avait un pouvoir... Cela incluait donc d'éventuel délinquant (Yûko savait tout des délinquant, elle lisait des shonens).
Mais non, ce n'était pas possible ! Cette jeune fille avait le nez dans son téléphone, l'air aussi gênée (ou presque) que Yûko.
Bon, c'était son premier contact avec une élève (enfin, ça devait en être une, qui serait là à l'aube sinon ?), elle devait faire un effort de sociabilité, pour une fois ! Aller, Yûko, dit un truc, soit sympa !
Raide, elle se mit quasiment au garde à vous (rendant inconsciemment sa taille encore plus intimidante).
"Ah...euh. Bonjour ! Je...je m'appelle Hanaegaru Yûko et je suis nouvelle ici, merci de prendre soin de moi !" fini-t-elle par lancer, en mode super-poli, super formel et super-hésitant.








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 2 Déc - 20:25

Spoiler:
 


Ooooooh mon Dieu......

Et à cet instant, comme si le destin avait voulu s'en mêler, la musique venait de switché au célèbre titre "Marche funèbre" de Chopin. Ouaip, Spazzy possède des antiquités pareilles dans son mp3 en cas de coup de blue. Sa vie future défila sous ses yeux sous forme de crêpe et, s'attendant au choc le plus immense de toute sa vie, ferma les yeux et se protégea la tête. Il était trop tôt pour elle de quitter ce monde. Sa tête ressemble à un cockpit d'avion nommé Titanic faisant face à un cumulonimbus. "Mayde mayde, Alpha Bravo, iceubernimbus droit devant !" Voilà la phrase exacte qui passait en boucle dans son pauvre cerveau.

Elle eu le temps de faire une ultime prière avant de faire face à.... rien. Vide intersidéral absolu. Elle risque un oeil, puis un autre. Rien devant ? Rien derr-

« Uerh ! »

Étrange cette onomatopée... Spazzy avait vérifié derrière elle par simple réflexe, sans imaginer une seconde qu'elle y trouverait vraiment quelqu'un. La géante qui était sur le point de l'écrabouiller quelques secondes plus tôt avait atterrit dans son dos comme si....

Comme si elle avait rapetissé à une échelle atomique invisible à l'oeil nu et ré-agrandit une fois le danger écarté ! Woaaah... Son don est vraiment super cool ! Un pouvoir pareil aurait été tellement plus utile pour Spazzy que la simple capacité de changer de couleur... Des étoiles pétillèrent dans ses pupilles comme si on venait de lui passer un space cake sous le nez.

« ça va ? Rien de cassé ? Désolé pour la frayeur, je m'étais endormie et un truc m'a réveillé et...et...euhh.. Voilà. »

Glups. Atterrissage violent sur la planète Terre. Un truc ? Quel truc ? Spazzy émit un rire nerveux et complètement gaga. Elle ne voit absolument pas de quel truc elle parlait voyons.

« Nein... Pas de sushis, euh... Soucis je veux dire ! Ça arrive à tout le monde de heu... De... se... réveiller comme ça et de... rapetisser pour éviter un... herm 'fin bref... »

A-bso-lu-ment pas suspecte ! Je le jure !

Suite à ça, l'inconnue prit une étrange posture dont Spazzy n'aurait jamais cru possible. On lui avait toujours dit que la colonne vertébrale d'un humain devait rester courbée pour une question d'équilibre, hors là, elle semblait plus plate qu'un angle de 180°... Étrange, de plus en plus étrange ce spécimen...

« Ah...euh. Bonjour ! Je...je m'appelle Hanaegaru Yûko et je suis nouvelle ici, merci de prendre soin de moi ! »

Spazzy sentit le muscle de sa nuque se plaindre légèrement, à force de garder le nez en l'air pour pouvoir regarder la dénommée Haganuraru Yûko dans les yeux. Jamais elle n'avait du lever la tête autant pour contempler quelqu'un... En général, c'est les autres filles qui la regardent d'en bas ou la même hauteur, pas l'inverse.

« Enchantée Hanugarue ! » Enchaîna-t-elle, sûre d'elle et fière d'avoir pu retenir le nom de famille de quelqu'un du premier coup !

« Moi c'est Spazzy, Sore Spazzy. Ton don est vraiment formidable ! J'aurais rêvé avoir le même ! Qu'est-ce que ça fait de voir le monde de haut comme ça ? »

Non ! Pas de mépris ! Elle ne le pensait pas à mal... Il n'y avait, pour une fois, absolument rien de sarcastique dans ses mots et son intérêt pour la taille de Yûko était sincère. Seulement.... Spazzy a le fâcheux défaut de parler plus vite que de penser. Elle remarqua enfin les miettes de croissant qu'elle avait laissés sur le visage de la géante et ravala bruyamment sa salive. Si elle s'en apercevait, son innocence est foutue... Employer le contact direct était risqué et en parler, suicidaire... Il fallait apporter l'attention sur quelque chose d'hors sujet, et très vite, avant que la conversation ne tourne à nouveau sur son mystérieux réveil.

« Moi j'aime les chevaux ! »

NON ! Quoi de plus cliché que d'être une fille et début sa conversation sur les poneys ? Non, non, non. Spazzy, pense à autre chose.

« ...avec du curry ! »

ENCORE PIRE !

Le stress, le stress montait tellement qu'elle sentit, non pas le rouge monter dans ses joues, mais le gris, gris béton. Son don commençait à se réveiller et si elle ne se calmait pas tout de suite, elle allait bientôt disparaître dans une flopée de gris bitume.

« C'était une blague... ah-ah-ah. »

Eeeet voilààà... L'erreur est réparée, aucune raison de paniquer à présent, n'importe qui aurait pu raconter cette blague pour se présenter ! Et en plus, la conversation aura été détournée avec succès ! Good job Spazzy.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 2 Déc - 21:26

Comme s'y attendait Yûko, son réveil en sursaut (c'est le cas de le dire) avait apparemment un peu choqué sa condisciple.
« Nein... Pas de sushis, euh... Soucis je veux dire ! Ça arrive à tout le monde de heu... De... se... réveiller comme ça et de... »
Elle même pas encore très réveillée et terriblement gênée, elle n'avait pas compris les murmures de l'autre fille et avait donc poursuivit sa présentation guindée.
Mais celle-ci finit par apparemment sortir de sa stupeur et se présenta à son tour :

« Enchantée Hanugarue ! »
Presque, songea Yûko avec un certain amusement. Au moins, elle avait l'air dynamique et enthousiaste. Pour ne pas la gêner, elle ne corrigea donc pas pour l'instant, d'autant plus que ce n'était pas la première fois que quelqu'un butait sur son nom.

« Moi c'est Spazzy, Sore Spazzy. Ton don est vraiment formidable ! J'aurais rêvé avoir le même ! Qu'est-ce que ça fait de voir le monde de haut comme ça ? »

Très enthousiaste. Elle parlait vite pour l'escargot pas matinal qu'était Yûko. Et son nom... C'était un surnom ? Un nom étranger ? Bon, en tout cas désormais jamais elle n'oserait la reprendre sur l'erreur sur son propre nom : elle même n'était même pas certaine d'arriver à prononcer correctement celui de Spazzy.

La remarque sur le don de Yûko lui passa en grande partie à coté, n'ayant pas compris les murmures précédents. Yûko était persuadée qu'elle parlait de la téléportation.
Elle l'avait donc notée (c'était pas dur), mais ne semblait pas choquée, ni effrayée, bien au contraire. Voilà un changement de la vie de Yûko ! C'est vrai qu'elle était désormais à Aomori ou l'anormal était la norme !
Un mince sourire se dessina sur ces lévres... qui disparut bien vite, comme un ciel bleu chassé par un orage en montagne. La regarque implicite sur sa taille la fit grincer des dents.
Pourtant l'autre jeune fille ne semblait pas pensé à mal. Mais allez savoir avec l'air espiègle qu'elle se payait...
Soupirant, Yûko se rassit sur le banc, rangeant son casque meurtris et son portable (il faudrait qu'elle regarde si y'avait pas un problème avec le son).
Comme ça, elle paraitrait moins grande.

Elle allait commencer à expliquer les inconvénients de son don, vaguement gênée qu'on le trouve "formidable", quand Spazzy reprit la conversation.

« Moi j'aime les chevaux ! »

Certes. Une fille de riche ? Sinon qui pourrait faire du cheval sur cet archipel surpeuplé. En tout cas, c'était un point de départ et Yûko commença à chercher dans sa vaste mémoire un truc à dire sur l'équitation (autre que "les montures c'est quand même pratique dans WoW, même si ça vire au n'importe quoi en ce moment").

« ...avec du curry ! »
Cela cloua le bec à Yûko un instant. Mais juste un instant. Son esprit se mit en branle, intéressé malgré elle.
Penchant légèrement la tête sur le coté, se caressant le menton avec sa main (tiens, elle avait des trucs sur le visage...Bah, elle s'était roulé par terre après tout), les yeux perdu dans le vague, mais pétillant.

"Et bien, le terme boucherie chevaline existe... Il me semble qu'on mange du cheval en Europe. En Allemagne ou en France. Ou bien en Angleterre. Au vue des différences culturelles, impossible de juger ce met, mais la bête n'est-elle pas trop musculeuse ? Remarque, ça doit se rapprocher du gibier. Par contre, j'ignorais qu'on en consommait au Japon... Mais pourquoi pas, même si je me demande où trouver ça. Et en curry... Humm... N'est-ce pas trop épicé ? Il doit falloir un palet très développé pour voir la différence avec du curry de bovidé ou de porc... J'aurais plutôt vu ça en steak, pour comparer les différences de viande et..."

« C'était une blague... ah-ah-ah. »
Ah. Yûko était nulle en blague... Ou alors elle avait fait peur à Spazzy avec son discours obtus.
Elle se massa au passage les yeux. Elle devait être encore à moitié endormis : elle avait cru voir l'autre jeune fille se... dissoudre.
Rêvait-elle ? Était-elle encore endormis sur son banc ? Probablement pas, lui fit savoir son corps. Un douleur monté de son genoux, écorché lors de son atterrissage.
Avec la force de l'habitude, elle sortit de ses bagages une petites trousse contenant une pharmacie assez fournit, notamment en bande, bandage, baume et pansement. Machinalement, tout en continuant de discuter, elle nettoya son écorchure et l'orna d'un beau bandage. Un bleu de plus en perspective...

Grattouillée par les miettes, Yûko se passa une main sur le visage, faisant tomber quelques débris de croissant.
"Excuse-moi, Supad...Pizza..Sore, tu aurais un mouchoir ? J'ai l'impression que j'ai dû ramasser des débris de feuilles mortes ou un truc du style, dans ma chute..."
Pourtant, la cours semblait net, parfaitement nettoyait. Et pas d'arbres près du banc.
Intriguée, Yûko commença à examiner les débris qu'elle faisait tomber de son visage...


Spoiler:
 









Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 3 Déc - 0:06

Ouf, elle n'a rien remarqué ! La grande fille venait de se frotter le visage, passant à deux doigts d'une des miettes laissées par Spazzy mais y avait bien vite fait abstraction. C'était moins une. Elle entama ensuite un débat sur la viande de cheval. Ça ne la choquait pas ? D'où sortait ce martien ?! Aucune, AUCUNE fille n'a réagit comme jusqu'à dès lors... La dernière fois que Spazzy avait tenté le coup de la viande de cheval pour s'éloigner du fil de la conversation, elle s'est ramassée trois fascicules de math et un de physique dans la tête. L'un d'entre eux avait les pages déchirées et celles-ci dépassaient suffisamment pour griffer le pauvre front de Spazzy. Même si ce n'étaient que des blessures très superficielles, la coupure due à une feuille lui paraissait être ce qu'il y avait de plus douloureux sur cette planète et, pire encore, les cicatrices demeuraient dans les plis du front et à chaque fois que la petite haussait les sourcils, les plis de son front étaient si foncés qu'on aurait dit un clown au maquillage foiré.

Quel souvenir douloureux en y repensant... Doonc... Madame l'asperge n'avait rien contre la viande de cheval ? Bon à savoir... Par contre, elle n'avait pas l'air très curry. Trop épicé si elle avait bien comprit. C'est vrai qu'il faut savoir doser le curry sinon le plat perd vite de son goût. Peut-être qu'avec du safran ou du thym ? Noppe, l'herbe de Provence est définitivement la meilleure ! En fait, Spazzy pense à ça, mais elle n'a jamais vraiment su discerner le thym de l'herbe de Provence... Elle a toujours confondu les deux.

Haguneneru avait l'air de s'y connaître pas mal en cuisine, peut-être qu'elle pourrait lui filer quelques astuces pour... Oh no !

Elle avait retiré ses écouteurs depuis un long moment, pourtant, la musique de Marche Funèbre semblait sonner dans ses tympans comme si on y avait mis des baffles...

« Excuse-moi, Supad...Pizza..Sore, tu aurais un mouchoir ? J'ai l'impression que j'ai dû ramasser des débris de feuilles mortes ou un truc du style, dans ma chute... »

Yep, Yûko avait l'air définitivement calée en bouffe. Elle voulut rétorquer qu'elle ne s'appelait pas Pizza rien que pour attirer son attention ailleurs mais c'était trop tard, son doigt avait atteint sa pommette et tout n'était plus que question de secondes ! Voir même, fractions de seconde !

Des mouchoirs ? Elle devait sûrement avoir ! Elle plongea ses mains dans la monopoche de son sweat et n'y trouva que ses propres doigts et quelques mouchoirs usagés. Elle sait que la situation est critique, mais elle ne l'est pas à ce point que pour faire sa crade. Même sa manche était sûrement plus propre !

Sa manche ! Spazzy se jeta sur la fille en émettant un : "nooooooooooooon" assez difforme et essuya sa joue avec sa manche comme si elle râpait la gèle sur un pare-brise de voiture. Mission accomplie ! Fière, qu'est-ce qu'elle en était fière de son saut de ninja et de son attaque surprise ! Quand Spazzy est fière, il faut absolument qu'elle en parle autour d'elle pour se la péter.

« C'était moins une ! T'as vu comment j'ai viré les miettes de croi-.... »

Oups, la gourde. Vite ! Un mot qui commence par -croi.

« ..-sillon ! Ouaip ! Les miettes de croisillons c'est vraiment des saloperies. Ça sort de nul part et ça pond sur ta joue. Vraiment vicieuses ces bê-bêtes ! Heureusement qu'elles résistent difficilement aux températures trop extrêmes. Il suffit d'un coup de trop chaud ou de trop froid pour qu'elles claquent ! Haha ! »

Spazzy se retira de Yûko et retroussa sa manche pour être sûre qu'elle ne puisse pas y voir les miettes de croissants qu'elle avait essuyées. Bien sûr, ces soi-disant "croisillons" n'étaient que pure invention. Elle jeta un coup d'oeil à sa montre. 8h pile, l'accueil devait sûrement être ouvert à cette heure-ci. Quel merveilleux timing. Sans prévenir, Spazzy enfila le sac de marin qui était bien plus lourd que ce qu'elle n'avait imaginé et commença doucement à se diriger vers l'entrée.

« L'accueil doit être ouvert maintenant, tu dois sûrement avoir très faim maintenant non ? »

Elle lança un regard qui se voulait très, très, trèèès insistant et qui signifiait: Je SAIS que tu as faim Haneruga ! Ne discute pas. De toute façon, elle avait son sac en otage donc pas de chichis possibles !




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 3 Déc - 16:51

Alors qu'elle venait juste de terminé sa polie et innocente demande, Yûko se retrouva soudain avec une furie lui ponçant le visage avec un enthousiasme débridé et une manche de pull à la propreté approximative.
Choquée et surprise (personne à part sa famille n'avait envahit ainsi son espace vital personnel, ni ne l'avait ainsi touchée depuis des années), elle n'envoya pas bouler l'autre jeune fille (ce qui aurait été facile et douloureux) et se contenant de grogner un truc inintelligible qu'ignora superbement Spazzy.
Dès que celle-ci se fut écarté, Yûko lui balança un regard noir... Dont ne soucia pas l'autre agitée.

« C'était moins une ! T'as vu comment j'ai viré les miettes de croi-...-sillon ! Ouaip ! Les miettes de croisillons c'est vraiment des saloperies. Ça sort de nul part et ça pond sur ta joue. Vraiment vicieuses ces bê-bêtes ! Heureusement qu'elles résistent difficilement aux températures trop extrêmes. Il suffit d'un coup de trop chaud ou de trop froid pour qu'elles claquent ! Haha ! »

L'incohérence et le ton de joyeuse folie de Spazzy perturba Yûko, son esprit analytique à la limite de rendre les armes mais s'obstinant quand même à chercher un vague sens dans les propos de la jeune fille.
Du coup, la colère retomba, noyée par la perplexité.

"Ahum...euh..merci." grommela-t-elle, toujours polie (merci maman Hanaegaru). "Par contre, je crois que tu...euh...dois faire erreur. Il n'y'a pas à ma connaissance d'animal nommé croisillons ou miette de croisillons. Tu sembles décrire une sorte d'insecte et..."
Yûko secoua la tête et laissa tomber. Il y avait un certain pourcentage de chance pour que Spazzy se fiche d'elle pour une raison inconnue (ce qui lui fit un petit pincement au coeur). Ou alors qu'elle nomme ainsi quelques bestioles locale, utilisant sa propre terminologie et donnant des petits noms personnels aux animaux/plantes/gens.
Yûko dévisagea longuement l'autre fille, réfléchissant à son comportement. Oui, c'était probable, vu sa façon exubérante d'agir et de s'exprimer.
Amusée, Yûko la regarda se coltiner le lourd sac de marin. Décidément, elle était vraiment pleine d'énergie !
Mesquine, elle décida de la laisser faire, par pure vengeance de cet assaut de frottis-frotta.

« L'accueil doit être ouvert maintenant, tu dois sûrement avoir très faim maintenant non ? »

Ah, une bonne nouvelle. Avec une tornade telle que Spazzy, elle paraîtrait plus sage et digne de confiance au yeux du personnel, juste par effet de contraste. Une tactique éprouvée ! Son dossier serait sans doute vite déposé au secrétariat, soucieux de se débarrasser d'elles au plus vite.
Spazzy la regardait avec des yeux dignes d'un anime. Visiblement elle voulait vraiment que Yûko l'accompagne pour une collation. Logique, en un sens : combien de calorie cette fille exubérante pouvait-elle bien dépensé à la seconde.

Soudain, Yûko tilta un peu, devant le regard de Chat Potté de sa condisciple. Elle avait des yeux étranges. Bicolore ? Un effet de lumière ? Le don de la jeune fille ? Non, les yeux vairons existaient et n'indiquer pas forcement un pouvoir... Sans parler que certains jeunes portaient des lentilles pour ressembler à des personnages de manga/se singulariser.

"J'ai déjà pris un café, mais je ne dirais pas non à un deuxième..." répondit poliment Yûko, empoignant le reste de ses bagages. "Tu crois que l'on pourrait donner mes affaires à un laquais du secrétariat ? ce que tu porte est un peu... encombrant et je voudrais pas que tu te fasses un tour de rein par pure politesse..."

Elle hésita brièvement avant de poursuivre. Mais après tout, Spazzy avait eut l'air d'aisément s'extasier sur sa téléportation, sans avoir l'air gênée d'en parler.
"Sinon... Dis-moi... Est-il séant de parler à un pensionnaire de son pouvoir ou des particularités physique qu'y en découle ? Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer tes...yeux."








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 3 Déc - 21:46

« Ahum...euh..merci. Par contre, je crois que tu...euh...dois faire erreur. Il n'y'a pas à ma connaissance d'animal nommé croisillons ou miette de croisillons. Tu sembles décrire une sorte d'insecte et... »

Hein ? Quoi ? D'où vient cette douce voix cristalline ? Qui est-elle ? Que dit-elle ? Sûrement son imagination. Même si Spazzy avait tout entendu, elle fit mine du contraire. Arrivée devant la porte, elle laissa retomber le sac à ses pieds. Comment pouvait-on se charger à ce point ? Spazzy, lors de son départ, avait pris soin de laisser 1/3 de vide dans sa valide, "au cas où" et surtout "pas envie de transporter plus lourd". Elle s'était dit qu'elle referait le plein dans les boutiques d'ici mais jusque là, elle n'avait pas vraiment quitter le pensionnat et, pour être encore plus précis, les seules fois où elle sortait de sa chambre, c'était lorsqu'elle devait assister au cours. La plupart du temps... Non en fait, vaut ne mieux pas savoir, par soucis psychologique, quelles sont ses occupations pendant son temps libre.

Éreintée d'avoir dû porter un sac de 18kg pas moins, Spazzy s'affala sur le seuil de la porte. Elle prétexta attendre Yûko mais plus franchement, elle voulait juste se débarrasser du sac. Il devait sûrement y avoir des briques au cas où elle se ferait agresser.

« J'ai déjà pris un café, mais je ne dirais pas non à un deuxième...»

Du café ?! "Euêrk" pensa-t-elle. Spazzy ne put retenir une grimace, baissant la tête pour éviter d'offenser la nouvelle. La petite a horreur du café. Ses pastilles gustatives encore prudes n'ont que très rarement goûté à cet amer breuvage et, d'ailleurs, encore moins à la bière. Hanagearu devait sûrement être bien plus âgée qu'elle, 18 ou 19 ans à tout casser.

Elle hésita à renchérir en prônant les vertus du chocolat chaud et particulièrement, du Nesquick, mais s'abstint. Elle avait l'esprit suffisamment lucide que pour se douter que les grandes personnes de 18-19 ans évitaient de boire du Nesquick.

« Tu crois que l'on pourrait donner mes affaires à un laquais du secrétariat ? ce que tu porte est un peu... encombrant et je voudrais pas que tu te fasses un tour de rein par pure politesse... »

« Un.. Laquais ?! » Murmura-t-elle pour elle. Ça c'était trop fort ! C'est bien la première fois qu'on lui sort un truc pareil à Aomori. Elle voulut rire mais tout ce qui s'échappa de sa bouche ne fut qu'un vulgaire "pffrt" à moitié étouffé. On ne sait jamais que la miss vienne d'une contrée lointaine, envahie de petit 'De' et où le sens de l'humour était prohibé. L'idée était plutôt amusante. Si le pensionnat possédait un domestique pour porter nos bagages à notre arrivée, il y aurait bien longtemps que Spazzy en aurait eu vent.

« Je ne sais pas d'où tu viens, mais ici, le seul truc qui nous sert de domestique, c'est une sorcière qui te met à la porte dès que tu oses laisser traîner un miette de croissant sur le sol... »

La jeune fille reprit dans un langage bien plus étranger. Spazzy remercia son instinct qui l'interdisait de s'esclaffer quelques secondes auparavant. Yûko devait sûrement venir d'un endroit très civilisé. Elle se sentit soudainement honteuse de posséder un vocabulaire aussi faible. Parler de prout et de bouffe n'était ni ce qu'il y avait de plus valorisant, ni de plus séduisant... Pauvre petite.

« Sinon... Dis-moi... Est-il séant de parler à un pensionnaire de son pouvoir ou des particularités physique qu'y en découle ? Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer tes...yeux. »

Ses... yeux ? C'est vrai que depuis le temps, on ne lui avait plus vraiment faite la réflexion la plupart des étudiants étaient au courant pour son don et avaient automatiquement fait le lien. C'est clair que c'était directement lié, et c'était sans doute l'une des caractéristiques les plus cool de son pouvoir.

Malheureusement, son don, c'est un peu comme un peintre qui n'ose pas montrer son art. Spazzy a beau le trouver formidable, elle a terriblement honte de le montrer en public.

« A vrai dire je ne suis ici que depuis quelques mois donc je n'ai pas encore eu l'occasion de discuter avec les autres à propos de leurs pouvoirs. Je ne sais pas si ça se fait, mais le tiens est vachement vraiment supra ultra cool ! »

Elle s'interrompit un moment pour réfléchir à la manière d'aborder le sujet sur son pouvoir le plus délicatement possible, sans avoir à parler directement de son don de caméléon... Pour les cracheurs de feu, se fondre dans le paysage est un don de lopette. Ils ne tiennent pas vraiment compte de gabarit de Spazzy, pour eux, pour qui que ce soit, le camouflage, c'est pour les lopettes.

Elle désigna ses yeux du doigt et reprit :

« La couleur n'affecte rien dans mon métabolisme si c'est ça qui te tracassait. Je vois comme une personne normale et parfois, il m'arrive même d'oublier qu'ils ne sont pas de la même couleur haha ! Et toi ? Ton pouvoir il te permet de faire quoi d'autres ? »

Reprit-elle avec un entrain effrayant. Ses yeux se mirent à pétiller comme des feux d'artifices et son sourire niais ressemblait à celui d'un axolotl.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 3 Déc - 22:46

Au vue du silence et des hésitations de sa condisciple, l'idée de prendre un café n'avait pas l'air d'emballer Spazzy outre mesure. Elle devait peut être préférer le thé ou le chocolat.
Observant la jeune fille en biais, elle essaya de deviner l'âge de sa condisciple. Allez, un an ou deux moins qu'elle, à vue de nez (Yûko n'était pas douée avec ce genre d'estimation). Donc chocolat, sans doute. Avec ces allusions à la nourriture, elle devait être gourmande et avait une tête à aimer les sucreries.

Machinalement, avec un sourire vaguement amusé, Yûko récupéra son sac sans mot dire.
« Je ne sais pas d'où tu viens, mais ici, le seul truc qui nous sert de domestique, c'est une sorcière qui te met à la porte dès que tu oses laisser traîner un miette de croissant sur le sol... »
Son petit trait d'humour ironique sur d'éventuels "laquais" était passé à coté, comme très souvent quand Yûko s'essayait à l'humour.
Elle sourit donc, rougissant un peu et tenta de s'expliquer.

"Oh, je me doute bien !" ricana-t-elle nerveusement, gênée. "Même si c'est dommage et que c'est une honte d'obliger de frêles jeunes filles comme nous à transbahuter leur vie dans cette grande bâtisse..."
Yûko décida de se justifier encore, histoire de ne pas (trop) donner l'impression d'être une petite fille de riche pourrie/gâtée.
"Désolé, c'est surement le mauvais exemple de la famille : Mère est sans cesse courtisée par ses collègues qui se plient en quatre pour lui plaire et décrocher une promotion... Sans parler du fait qu'elle m'avait collée dans un établissement privée bien select quand j'étais en primaire..."
Pause. Yûko inclina légèrement la tête, frappée par un truc.
"Ah merde ! Mais si en fait je suis une petite fille de riche pourrie/gâté." fini par marmonnait Yûko pour elle même (mais à haute voix, on ne se refait pas).

Spazzy finit par répondre à sa question sur les pouvoirs des pensionnaires.
« A vrai dire je ne suis ici que depuis quelques mois donc je n'ai pas encore eu l'occasion de discuter avec les autres à propos de leurs pouvoirs. Je ne sais pas si ça se fait, mais le tiens est vachement vraiment supra ultra cool ! »
Yûko sourit, charmée par l'enthousiasme de la jeune fille. Au moins elle avait déjà trouvé quelqu'un d'assez ouvert pour discuter de ces choses là. Un bon point. Bon, peut être un peu trop excitée et fan-girl (allait savoir pourquoi), mais c'était sommes toutes assez plaisant. Cela changeait des moqueries sur sa taille ou du silence soit disant respectueux.

Spazzy poursuivait, explicitant son étrange regard, alors que Yûko buvait ses paroles.
« La couleur n'affecte rien dans mon métabolisme si c'est ça qui te tracassait. Je vois comme une personne normale et parfois, il m'arrive même d'oublier qu'ils ne sont pas de la même couleur haha ! Et toi ? Ton pouvoir il te permet de faire quoi d'autres ? »
Bon, à part la confirmation que ce n'était pas... naturel, elle n'avait pas apprit grand chose. Sore aurait-elle honte de son pouvoir ? Ou était-il dangereux pour autrui ou elle-même ? Des visions de laser tirées de X-Men lui traversèrent l'esprit... Mais elle devait d'abord répondre à la question avant de satisfaire sa propre curiosité.
Impossible de résister aux yeux pétillants de Spazzy. Yûko découvrait qu'elle avait du mal avec la pression d'admirateurs enthousiastes.

"Oh, rien de bien folichon pour l'instant, tu as été témoin de l'essentiel. J'ai quelques... pistes pour l'améliorer ou en parfaire l'utilisation mais surtout de nombreuses foirades mémorable... Mais ici, normalement, je devrais pouvoir le développer. Je me demande bien jusque où ?"

Yûko décida qu'elle devait tout de même prévenir sa nouvelle connaissance des limitation de son don. Elle était du style à vouloir le tester avec elle ou l'aider à le développer, vu qu'elle était fan.

"Pour l'instant, mieux vaut être prudentes." continua-t-elle, au risque de briser les rêves d'enfant de sa fan. "Par exemple, je ne peux pas emporter quelqu'un avec moi, ni d'objet trop complexe ou trop lourd. Les effets sont...hasardeux. Tout comme mes atterrissage, d'ailleurs, qui peuvent un poil désagréable."








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mar 4 Déc - 20:55

Waah ! Être la première étudiante d'Aomori à avoir pu assister au pouvoir de Hanagearu en personne ! Quel privilège. Et en plus, il n'était pas encore à son stade final ? Ça veut dire qu'il y avait encore moyen de faire mieux ?! Que pouvait-elle faire d'autres ?... Changer la taille des objets ? Des gens ? Et si elle pouvait modifier la planète entière à elle toute seule ? Avec un pouvoir pareil, elle pourrait même sauver le monde en cas de pluie de météorites ! In... cro... ya... ble... pensa-t-elle, émerveillée. Un don pareil, il faut en prendre soin.

« Pour l'instant, mieux vaut être prudentes. » Ah ça wiwiwi çacéssure. Spazzy hocha vivement la tête, tout à fait d'accord avec Yûko, de toute façon, Yûko était une sage qui disait de bonnes paroles, quoi qu'elle puisse dire, ça devait être juste et vrai.

« Par exemple, je ne peux pas emporter quelqu'un avec moi, ni d'objet trop complexe ou trop lourd. Les effets sont...hasardeux. Tout comme mes atterrissage, d'ailleurs, qui peuvent un poil désagréable. »

« J'imagine... » Souffla-t-elle en constatant les quelques éraflures de son interlocutrice. C'est vrai que de changer de taille comme ça, d'un coup, ça devait pas être évident pour retrouver ses repères et ses mesures.

Donc pour le moment, elle ne savait pas encore faire exercer son pouvoir sur les gens... Cela voulait dire que c'était tout de même réellement possible l'hypothèse de changer la taille d'autrui. Un jour elle arrivera vraiment à sauver le monde des pluies de météores ! Spazzy en était déjà impatiente de voir ce jour arriver et s'imaginait déjà pleins de scènes sur la fin du monde avec en guest star, Hanaguera pour les sauver.

En guise de réponse, elle lui fit un sourire à la fois envieux et émerveillé, et se releva enfin, réjouie que Yûko ait récupéré son sac. Elle ouvrit les portes du pensionnat et marcha jusqu'au centre du hall, à mi-chemin entre l'accueil et les escaliers.

« Je ne sais pas si tu connais déjà le numéro de ta chambre ? Ce serait plus pratique de te débarrasser avant de continuer... Et plus tôt on quitte cet endroit, plus tôt ce sera mieux. Le hall est la propriété de la femme de ménage, et même lorsqu'on fait rien de spécial, il lui arrive de débouler de nul part et de nous sermonner pour une... miette haha ! »

Plutôt fière de sa feinte perso, Spazzy pouffa dans sa barbe et voulu reprendre, seulement, l'inévitable arriva. La sorcière qui guettait du haut de l'escalier accouru vers elles, bravant les marches 4 à 4, élevant son balais comme une hache de guerre.

« Où est-il ?! » Meugla-t-elle de sa voix cinglante. Elle renifla bruyamment de ses deux énormes narines et reprit de plus belle. « Ne faites pas les innocentes, je peux le sentir jusqu'ici ! Où est-il ?! »

Elle s'avança vers Yûko et l'examina avec insistance. Uck, Spazzy comprit alors ce qu'elle cherchait. Elle n'a jamais su si la sorcière avait réellement l'odorat très développé, si c'était un don, ou, si c'était par psychologie, à force de s'imaginer que tout le monde porte de la bouffe, elle sent la bouffe. La petite se sentit mal pour la nouvelle qui devait déjà faire son baptême du reniflage-sorciérique si tôt le matin. La vieille dame aux cernes retombant jusqu'aux commissures se pencha si près de Yûko que leurs nez auraient pu se toucher (eurk) et engagea un combat de regard.

« Je sais que tu as mangé ce croissant ! Il te reste pleins de miettes sur le col ! »

♪ CrââÂÂÂââméééée ♫♪ L'adrénaline la prit si violemment qu'il ne lui fallut même pas une seconde pour se fondre à merveille dans le décor. Elle tenta de se faire toute petite, trop tétanisée pour faire le moindre pas. Si Yûka avait réussit à faire le rapport choucroute -> Croissant -> Miette -> Croisillon -> Tripotage pendant sommeil profond, sa réputation était ruinée, foutue et elle sera obligée de s'injecter de l'adrénaline dans le sang toutes les demi heures pour rester cachée à jamais !

A... Jamais... Cachée... L'horreur... Triste... Snif... Bouhou... The end... Impuissante, elle fit face à la pire scène de sa vie... A moins que ?...

« Des miettes ?! Non ! Il a recommencé ! C'est Max ! Un sale gamin qui a le don de se transformer en rat... Il arrête pas de manger des miettes sur les gens... J'y crois pas, il a encore recommencé... Franchement si j'étais toi j'irais me laver tout de suite hein... On sait jamais où est-ce qu'elles ont traînés ces miettes... D'ailleurs, vaut mieux pas perdre de temps ! »

Sans attendre la moindre réponse, Spazzy enfourcha le bras de Yûko et l'entraîna vers les escaliers, ayant complètement oublié que son don était encore actif.

« Sacré Hugo hein, héhé...... » Avait-elle pesté, sans se rendre compte qu'elle s'était trompée de nom.

Spoiler:
 




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mer 5 Déc - 10:35

Yûko suivit benoîtement Spazzy à l'intérieur du pensionnat, s'en remettant à sa guide.
Elle ne savait pas trop ce qu'elle avait bien pût dire, mais les yeux de celle-ci étaient remplis d'étoiles. C'était...bizarre. Flatteur. Apparemment elle avait dû faire forte impression à la jeune fille (faut dire qu'elle avait faillit l'écraser, ça doit marquer un brin). cela fit sourire Yûko, qui décida qu'elle aimait bien ce tourbillon excitée. Avec des gens comme ça, la vie au pensionnat promettait de ne pas être ennuyeuse !

Au milieu du couloir, Spazzy lui posa une question :
« Je ne sais pas si tu connais déjà le numéro de ta chambre ? Ce serait plus pratique de te débarrasser avant de continuer... Et plus tôt on quitte cet endroit, plus tôt ce sera mieux. Le hall est la propriété de la femme de ménage, et même lorsqu'on fait rien de spécial, il lui arrive de débouler de nul part et de nous sermonner pour une... miette haha ! »

Yûko réfléchit, se remémorant la liasse de papiers et formulaires divers qu'elle trimballait dans sa valise. Quelque-part.
"Et bien, pas tout à fait, mais d'après ce que j'ai compris dans la brochure, je devrais être à l'étage des plus jeune, u mon âge. Curieux système, d'ailleurs, d'avoir les chambrée par âge et pas la scolarité. Pour celle-ci, je comprends, vu qu'on doit se baser sur la maîtrise et..."

Elle fut interrompue par l'arrivée d'une femme fulminate. Yûko se figea : avaient-elles déjà transgressé quelque règle du pensionnant ? Comment ?
Elle se remémora les paroles précédente de sa condisciple et en déduit qu'il devait s'agir de la femme de ménage.

« Où est-il ?! Ne faites pas les innocentes, je peux le sentir jusqu'ici ! Où est-il ?! »

Mais de quoi donc parlais cette furie ? On les accusait apparemment d'avoir amené quelque-chose à l'intérieure du pensionnat. Chose dont Yûko n'avait pas idée. Elle jeta un regard nerveux à Spazzy, avait d'examiner discrètement ses bagages et de fixer ses souliers. Non, rien d'ouvert, pas de lingerie ou de bordel semé par une valises ouvertes (ce genre de chose lui arrivait trop fréquemment). Pas de boue ou de feuilles non plus, qui aurait pût susciter l’ire du dragon balayeur...

Celui-ci s'avança d'ailleurs dans l'espace vital de Yûko, la fixant d'un air revêche. En réponse, la jeune fille se figea, un rictus crispé sur le visage.
Elle déglutit quand la sorcière s'approcha encore, comme pour...la renifler et plongea son regard coléreux dans celui de Yûko.

Ce qui en soit était une idée assez mauvaise. Pas qu'elle fut une forte tête rebelle, non (encore que...). Mais atteindre les yeux de Yûko, c'était se faire toiser de haut. d'autant plus que la jeune fille était totalement imperméable aux regards noirs, qui se oyait dans son indifférence. Pensez-vous entre les professeurs qui la fustigeait parce qu'elle dormait en classe et le regards courroucées de sa mère quand elle faisait quelque-chose "qui n'allait pas"...

« Je sais que tu as mangé ce croissant ! Il te reste pleins de miettes sur le col ! »

Mais de quoi parlait-elle donc, cette harpie, à l’agresser de si bon matin ? Le petit déjeuner de Yûko était déjà (trop) loin et avait été dans le pur style japonais. Depuis son divorce, sa mère n'était plus super emballée par la cuisine occidentale...
Puis, comme la Sainte Barre Toute Droite de Tetris, tout ce mis en place, les éléments s'emboitèrent dans l'esprit de Yûko.
Elle lança un regard noir à...bah à personne en faite. Spazzy avait apparemment disparut.
"Ne me dîtes pas qu'elle s'est enfuie..." maugréa Yûko entre ses dents.
Une voix sortie de nulle part lui donna tord.

« Des miettes ?! Non ! Il a recommencé ! C'est Max ! Un sale gamin qui a le don de se transformer en rat... Il arrête pas de manger des miettes sur les gens... J'y crois pas, il a encore recommencé... Franchement si j'étais toi j'irais me laver tout de suite hein... On sait jamais où est-ce qu'elles ont traînés ces miettes... D'ailleurs, vaut mieux pas perdre de temps ! »

Spazzy ! Mais où était-elle ?
Et soudain, on lui pris le bras et on l'entraina en toute hâte dans les escaliers, fuyant les vociférations de la femme de ménage indignée.
Choquée, Yûko se laissa faire et suivit...le rien qui l'entrainait dans les couloirs d'Aomori.

Les mouvements de cette folle cavalcade lui permirent de distinguer vaguement les contours de Spazzy. Voilà donc quel était son pouvoir !
Invisibilité ? Comme un Predator ? Classe !
Non, pas exactement... Yûko ne voyait pas au travers de l'autre jeune fille... Elle copiait son environnement pour s'y dissimuler !

Une fois une certaines distance mis entre-elles et le dragon ménager, Spazzy poursuivit ses histoires.
« Sacré Hugo hein, héhé...... »
Avisant soudain un sigle reconnaissable, Yûko décida de prendre les choses en main. Elle força le caméléon à s'arrêter et l'entraina... Dans les toilettes pour hommes !

"Je ne pense pas que la femme de ménage nous suive ici." annonça-t-elle calmement, sans toutefois lâcher Spazzy.
"Tu as un don intéressant. Franchement, j'aurais bien aimée avoir le même pour passer inaperçue... J'imagine aussi que c'est utile pour jouer quelques tour pendable et fuir ces responsabilité..."

Bon, ça, c'était peut être un peu méchant. Bien que ne comprenant pas exactement le comportement de sa camarade, Yûko ne voulait pas s’aliéner la première personne qui avait eut la gentillesse de l'accueillir et qui en plus semblait l'admirer pour une raison inconnue (ou était-ce un autre mensonge ?).
Elle partie donc d'un grand éclat de rire, suivit d'une pichenette là où devait se trouver le front de l'autre jeune fille.

"Un rat mutant amateur de croisillon ! N'était plutôt pas un caméléon aimant les croissants ? Et plutôt que de me laver, si c'était ta bouche que je passais au savon ?" déclara-t-elle d'un ton amusé.

Une autre idée amusante lui traversa l'esprit. Enfin, à demi-amusante, vu que ça allait surement lui valoir des ennuis.
"Et en plus, je crois bien qu'on a déniché mon laquais... On a laissé mes bagages là-bas !"

Spoiler:
 








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mer 5 Déc - 13:00

Le plan se déroulait à merveille ! Spazzy avait déjà anticipé la suite, arrivées au croisement, elle lâchera sa partenaire et s'en ira loiiiin jusqu'à ce que celle-ci l'ait oubliée. De toute façon, c'était scientifiquement prouvé qu'on oubliait facilement un visage dans les 20 minutes qui suivent la première rencontre. Et comme elle était dans le dortoir des plus jeunes, pas de risques de la recroiser avant quelques jours ! D'ici-là, elle aura complètement oublié cette mésaventure et Spazzy pourra réaparaître la bouche en coeur comme si absolument rien ne s'était passé. Peurfect ! Elle s'auto-félicita elle-même jusqu'à ce qu'un détail la titille. Les dortoirs des plus jeunes ? Elle n'avait alors pas entre 18 et 19 ans ? Quel âge ?

Spazzy se stoppa net, (ou plutôt, on la stoppa net mais elle ne s'en était pas rendue compte) et n'eu pas le temps de se retourner pour se poser la moindre question qu'une force l’emmena vers... Les toilettes des garçons ? Mauvais ! Son plan commençait à la larguer.

« Je ne pense pas que la femme de ménage nous suive ici. »

Ah oui haha, c'était bien pensé de sa part mais...

« Tu as un don intéressant. Franchement, j'aurais bien aimée avoir le même pour passer inaperçue... J'imagine aussi que c'est utile pour jouer quelques tour pendable et fuir ces responsabilité... »

Kerps. Trois tonnes de plomb l’abattirent brusquement. Une enclume venait de taper son ego comme un marteau sur une bougie. "Fuir ses responsabilités"... uw... la remarque qu'elle redoutait temps et qui était la seule et unique cause de la profonde honte qu'elle éprouvait pour son pouvoir. Elle maudit sa mère de ne pas lui en avoir offert un autre. Cette remarque l'avait tellement refroidie que son don se calma et elle réapparut aussi simplement qu'elle avait disparu.

Elle rentra sa tête entre ses épaules comme une tortue dans sa carapace, s'attendant à la réprimande de sa vie, mais ne reçut à la place qu'une pichenette sur le front. Un espèce de "Aïe" ressemblant plutôt à un "Erhkk ?" sortit de sa bouche, bien trop surprise pour n'avoir pu ressentir quelconque douleur.

« Un rat mutant amateur de croisillon ! N'était plutôt pas un caméléon aimant les croissants ? Et plutôt que de me laver, si c'était ta bouche que je passais au savon ? »

Beurk... Elle s'imaginait déjà avec un savon dans la bouche et ce n'était pas ce qu'il y avait de plus flatteur. Elle se frotta immédiatement la bouche pour virer les possibles miettes survivantes.

« Et en plus, je crois bien qu'on a déniché mon laquais... On a laissé mes bagages là-bas ! »

Ah ouais ? Un laquais ? Où ça ? Naïvement, Spazzy regarda derrière elle mais fit face à un miroir entrain de la narguer. Même lui était contre elle. Elle mit un temps avant de comprendre, cherchant désespérément une alternative, mais en vain. Bouhou, pourquoi son plan prenait cette affreuse tournure ? C'était sûrement une histoire de karmas. Spazzy y réfléchira à deux fois avant de se moquer de ces croyances youkous...

« Maiiiiis... La femme de ménage y est sûrement encore et... Je n'ai pas une très bonne maîtrise de... Enfin, j'veux dire que... Disons que... »

Le sol lui semblait être un sable mouvant dans lequel elle s'enfonçait à petit feu. Entre le poids du sac qu'elle devra porter et le courroux fatal de la sorcière, elle avait l'impression de voir chuter son sombre destin au fond d'un puits sans fin. Elle était bien tentée de disparaître encore un coup et de s'enfuir loin mais l'étiquette de "fuyarde de responsabilités" lui aurait collé au cul jusqu'à mort s'en suive et de toute façon, elle ne pouvait pas disparaître à volonté. Il n'y avait absolument aucune issue et, résignée, baissa la tête, vaincue.

« Oook... » Soupira-t-elle en cherchant à paraître la plus peinée possible pour attirer une once de pitié et lui épargner cette besogne.

Elle retourna donc au point de départ mais se fourra dans l'ombre derrière un pilier, guettant l'affreuse femme de ménage, telle un jaguar à l'affût de sa proie sauf que, dans ce cas-ci, le jaguar était plutôt la sorcière qui faisait sa ronde autour de son périmètre habituel. Les bagages étaient effectivement, encore en plein milieu du hall. Aucun angle-mort, aucune cachette, rien. A croire que c'en était fait exprès. Tenter l'épreuve de rapidité serait du suicide pur et il ne fallait même pas espérer que la vieille femme s'en aille. Celle-ci s'ennuie tellement ici que ce faire souffrir et agresser les matinaux pensionnaires était devenu un réel passe-temps. C'est tellement cruel de sa part...

Spazzy se tourna vers Yûko, la mine suppliante, l'air de dire : On peut les récupérer un peu plus tard quand le hall sera bondé, je te prêterais ma brosse à dent en attendant si tu veux.

« Les caméléons sont des espèces protégées tu sais ? »

A peu près comme 98% de la vie animale et végétale sur cette planète Spazzy...

« Si tu soutiens la cause des bébés caméléons je t'offrirais ma reconnaissance éternelle ! »

Non, c'était pas suffisant, il fallait un truc bien plus mordant.

« De toute façon je sais pas me camoufler à volonté, ça marche que quand je suis sous pression ou dans des cas de nécessité d'urgence. »

Eh ouais ! Et toc ! Tu peux rien dire hein contre ça hein ?! Elle voulut, à nouveau, s'auto-féliciter mais se rendit compte que son argument tenait très, trèèès mal la route car elle se sentait déjà sous pression... Et à court d'arguments nouveaux, ressortit sa cause pour les bébés caméléons.

« Les caméléons sont une espèce protégées... Sinon tu peux passer devant ? Tu fais diversion, tu files par le jardin, tu fais le tour et tu reviens par la porte de derrière pendant que je choppe le sac et que je le monte jusqu'en haut ! C'est un plan d'enfer ça non ? Vas-y, j'ai foi en toi je sais que tu peux le faire. »

L'esprit serein, elle se recula pour laisser place à Yûko et se colla au fond contre le mur pour mieux assister à la scène et pour réduire les chances d'être vue.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mer 5 Déc - 15:27

La partie mesquine et vengeresse de l'esprit de Yûko s'amusait de voir Spazzy mis sur le grill.
« Maiiiiis... La femme de ménage y est sûrement encore et... Je n'ai pas une très bonne maîtrise de... Enfin, j'veux dire que... Disons que... »
Oh, apparemment elle était d'assez bonne composition pour sérieusement envisagée d'aller récupérer les bagages, le stress lui faisant prendre au sérieux la vanne de Yûko. C'était inattendu, même si elle sentait venir une dérobade.

« Oook... »
Ah non ! Il y avait donc plus de courage que de bon sens chez sa condisciple. Son air contrit et désespéré devant les remontrances de Yûko était attendrissant et la grande gigue avait du mal à garder son sérieux et son air intransigeant devant la mignonitude de la chose.
Son plan était juste de mettre Sazzy face à ses propres mensonges, juste pour l'inciter à ne pas recommencer. C'était son rôle de grande soeur/modèle. Enfin, elle supposait. Elle avait lu des manga sur le sujet.

Ensuite, elle aurait ébouriffée les cheveux de Spazzy avec une remarque de pardon complice et aurait pris les choses en mains pour récupérer ses affaires. ça aurait été cool, ça faisait personne responsable et mature, tout en étant amicale, ouverte et proche. Ouaip, un putain de bon plan !
Si jamais Yûko avait réalisé qu'en fait elle martyrisait une sempaï, elle serait sans doute morte de honte...

Mais Spazzy l'avait surpris en prenant sa blague sur le laquais trop au sérieux. S'imaginait-elle que Yûko était une espèce de petite despote et obéissait-elle par peur de sa force physique ? Ou alors voulait-elle tout simplement se racheter ?

Elle garda donc le silence et suivit la jeune fille, curieuse de la suite des événements.
En tout cas, Spazzy avait l'air vraiment contrite.
Elle se coulèrent en silence dans un coin discret pour préparer leur action.

« Les caméléons sont des espèces protégées tu sais ? »

Le saut du coq à l’âne désarçonna Yûko un instant. Où voulait-elle en venir ? Une métaphore, sans nul doute ? Était-ce une supplication pour lui demander de ne pas la frapper ?
Avait-elle été aussi méchante ? Mince, la jeune fille était si sensible...

« Si tu soutiens la cause des bébés caméléons je t'offrirais ma reconnaissance éternelle ! »
Ou alors ce n'était qu'un de ses délires. Yûko avait du mal avec les pensées non-linéaires de sa condisciple. Mais son cerveau ne put s'empêcher de répondre :
"Certaines espèces, comme le caméléon panthère ou le caméléon casqué du Yémen ne sont pas protégée et peuvent même être élevée en captivité par les terrariophiles et..."
Yûko s'interrompit soudain, gênée. Dans le genre métaphore tordue, sa réponse pouvait passer pour "Ouais, c'est ça, je vais faire de toi mon esclave, mon ami domestique".

Elle tenta de dissiper le malentendus d'un sourire crispé. Heureusement, Spazzy poursuivit malgré/à cause de la pression :
« De toute façon je sais pas me camoufler à volonté, ça marche que quand je suis sous pression ou dans des cas de nécessité d'urgence. »

Elle réclame vraiment le bâton pour se faire battre, songea Yûko en retenant le spontanée "Et tu veux que je te la mette, la pression ?" qui lui venait aux lèvres.
Elle se contenta de hocher la tête, invitant la jeune fille à poursuivre.

« Les caméléons sont une espèce protégées... Sinon tu peux passer devant ? Tu fais diversion, tu files par le jardin, tu fais le tour et tu reviens par la porte de derrière pendant que je choppe le sac et que je le monte jusqu'en haut ! C'est un plan d'enfer ça non ? Vas-y, j'ai foi en toi je sais que tu peux le faire. »

Ah, la voilà, la dérobade ! Bien évidemment, ce plan pouvait marcher. Enfin, il avait des failles évidentes, mais bon, c'était possible.
Yûko réfléchit quelques instants puis se décida : il fallait tester une fois pour toutes la jeune fille. Voulait-elle vraiment se racheter ou saisirait-elle la moindre occasion pour s'enfuir ? Autant être fixé maintenant : cette occasion, Yûko allait la lui donner.

"Si je puis me permettre, ton plan présente quelques défauts : d'abord, je ne connais rien au pensionnat, j'ignorais même qu'il y avait une porte de derrière. Pas facile donc de distraire et d'échapper à la sorcière renifleuse... Ensuite...hum...pour tout dire, de nous deux, qui peut le plus facilement trimballer mes sacs et ma valises, en courant au besoin ? Il en découle donc qu'il vaut mieux que tu sois l'appât : tu connais mieux l'endroit et ton pouvoir permet de te faire cacher facilement au besoin. Ma téléportation est pratique pour distancer les gens, certes, mais y'a de grande chance que je me crashe bruyamment. Mieux vaut donc que je me charge de récupérer mes biens. On se rejoindra dans les toilettes de tout à l'heure."

Voilà, elle lui offrait une magnifique porte de sortie. Spazzy ferait-elle diversion et la rejoindrait-elle ensuite ? Ou bien en profiterait-elle pour se tailler discrètement ?
Cela fournirait à Yûko une bonne indication sur son vrai caractère.

Spoiler:
 








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Jeu 6 Déc - 18:58

Un échappatoire ! Non, c'était beau, trop beau même pour que cela soit vrai. Qu'importe, là n'était pas la question. En temps normal, Spazzy aurait sauté sur l'occasion sans hésiter, mais si elle faisait ça, plus jamais elle n'oserait regarder Yûko en face... Même si la tentation était irrésistible, Yûko avait l'air d'être une chouette fille et l'imaginer entrain de poireauter dans les toilettes lui faisait de la peine. Elle n'était pas le genre de personne à cracher sur l'amitié et, si elle aimait bien vanner les gens et se moquer d'eux lorsqu'ils étaient dans le pétrin, les laisser tomber puérilement était la dernière chose au monde qu'elle voudrait faire.

Elle se souvint la dernière fois qu'elle avait tenté de faire l'appât dans un jeu vidéo et où elle avait finit dans un guet-apens et toute son équipe périt atrocement en voulant la sauver... Même si ses derniers souvenirs sur ses talents d'appât laissaient fortement à désirer, Spazzy supposait qu'elle n'avait plus vraiment le choix... Et puis cette fois, c'était différent, elle était dans la vie réelle.

De toute façon, Yûko pouvait se téléporter, elle pourra sauver Spazzy en cas de... attends quoi ? Téléporter ? Spazzy ouvrit ses yeux si grands que même un Européen n'aurait pu rivaliser. Ses pensées semblèrent faire un bond en arrière comme le retour chariot d'une machine à écrire. C'était encore mieux ! Au lieu de rapetisser les météorites, elle les déplaceraient carrément ! En cas d'invasion extra-terrestre, elle pourrait leur balancer des morceaux de falaise dessus ! Ce serait encore plus classe ! Pouvait-elle déplacer la matière liquide ? Le jour où elle maîtrisera entièrement son don, absolument tout sera en sa possession ! Mais si ce n'était pas le pouvoir de l'agrandissement, cela voulait-il dire que...

Elle déglutit difficilement, comment était-ce possible d'être à la fois aussi grand et de faire parti du dortoir des Juniors ?! Une seule et unique question malmenait son cerveau ; quel âge avait-elle bon sang ? Serait-ce perçu comme une impolitesse si elle le demandait maintenant ? Yûko venait d'une famille riche et avait certainement reçu une éducation stricte et droite, demander l'âge était sûrement un signe de manque de respect... Spazzy mordit sur sa chique et, à contre-coeur, reporta la question à plus tard.

« 10h pile ! Dans les toilettes ! Si tu n'y es pas, je te chercherai, te trouverai et te tuerai ! »

Réplique tirée du film "Taken". Depuis le temps qu'elle rêvait de la ressortir celle-là !

« Pwaha j'déconne t'en fais pas ! Ça vient d'un film... » La rassura-t-elle en lui donnant une tape sur l'épaule.

Bon, c'est pas tout ça mais... L'heure était venue de détourner l'attention de la vilaine sorcière. Elle tapota ses poches avant ainsi que ses poches arrières et y sortit un paquet de dragibus, (tiens c'est là qu'il était alors ?). L'odeur de ces bonbons permet d'attirer n'importe quel ennemi de type eau, lvl 1. La sorcière aimait menacer les élèves avec un seau d'eau et ne résidait qu'au premier étage, c'était donc le charme parfait pour cette opération.

Hop, roulade avant, elle se rua à l'autre bout de la salle et se laissa glisser sur le ventre comme une gamine sur un toboggan. L'avantage avec un sol aussi propre, c'est que même des pompes de rugby pourraient y patiner. Pendant son dérapage, elle avait éparpillé tous les bonbons qui se dispersèrent aussitôt dans tous les sens. Il n'en fallut pas plus pour déloger le monstre de sa tanière qui rugit, tel un T-rex, et se mit aussitôt à la charge. Spazzy, de son côté, se faufila par la porte qui menait à un second couloir en riant comme un lutin et en semant ses dragibus comme Hansel et Gretel.

La sorcière, hors d'elle, ne prit pas la peine de débarrasser les autres bonbons et se mit à la poursuite de Spazzy qui avait déjà pris un étage d'avance. C'est marrant en fait de faire l'appât, surtout quand l'ennemi est lent et pâteux. Ses cris de rages résonnaient derrière elle et son visage affichait une grimace qui ressemblait à gremlins. Trop moche.

Elle brouilla les pistes en lançant des dragibus un peu partout et lorsque son paquet arriva au bout, elle jugea bon de cesser la comédie, de semer sa poursuivante et de se diriger vers le point de rendez-vous.

« Qu'est-ce qu'il se passe ici ? »

Oh-oh, voilà un autre ennemi plus coriace... Un prof ? Directeur ? Surveillant ? En tout cas, il était déjà d'un niveau supérieur que celui de la femme de ménage et Yûko était sûrement menacée. Elle jeta un oeil du haut de l'escalier pour voir ce qu'il se passait dans le hall et vit un gros bonhomme se diriger vers Hanaegaru. Effectivement, elle était en danger. Si elle l'a entendu arriver, peut-être a-t-elle eu le temps de se téléporter ? Et si son pouvoir faisait défaut ? Si le gros bonhomme découvrait les dragibus partout et qu'il tombait sur la sorcière, celle-ci n'hésiterait même pas une seconde avant de balancer les noms.

Il fallait stopper l'apocalypse ! Elle descendit les escaliers à une vitesse éclaire et fila à toute allure devant le gros bonhomme, l'empêchant de franchir la porte. Elle voulait sortir une excuse aussi classe que dans les films mais tout ce qui pu sortir de sa bouche fût.

« ......................... »

Envahie par la honte, la gêne, le stress et tout ce qui allait avec, elle prit la teinte de la porte et disparut derrière. Une fois dans l'autre salle, elle chercha Yûko des yeux en panique, la vit et se jeta dessus comme une étoile de mer et tenta de la masquer derrière son propre camouflage. Difficile de faire disparaître 180cm sous son si petit gabarit, mais avec un peu de chance, le surveillant ne pensera jamais à regarder dans leur direction et encore moins de s'imaginer que deux personnes s'y trouvent, même si les valises en démontraient tout le contraire. La porte s'ouvrit et Spazzy fit affaire à un taux d'adrénaline jamais ressentit auparavant. Pendant un instant, elle crû voir Yûko disparaître à son tour, ou peut-être était son esprit qui s'était joué d'elle.

Les pas se rapprochaient, marquèrent une pause, puis s'éloignèrent.

« Pffffffouh c'était moins une. Désolée de t'avoir écrasée comme une patate. Ça va, je t'ai pas fait mal ? »





Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Ven 7 Déc - 11:14

Avec un sourire amusée, Yûko contemplait le visage si expressif de Spazzy. c'était amusant d'y voir passer tout un tas d'émotion et d'expression pendant qu'elle réfléchissait. Joie, hésitation, passion, doute et interrogation, puis une expression décidée. Elle aurait donnée cher pour que son pouvoir soit la télépathie afin de pouvoir suivre les pensée de la jeune fille.

« 10h pile ! Dans les toilettes ! Si tu n'y es pas, je te chercherai, te trouverai et te tuerai ! »
Yûko sourit malgré la menace : la jeune fille avait décidé de jouer le jeu et d'accepter son plan... Apparemment. Quant à son ultimatum... Bien qu'il avait l'air d'être une sorte de vanne, Yûko ne put s'empêcher de répondre, toujours en mode analytique.
"C'est vraie que tu pourrais sans doute faire un assassin doué, avec ta capacité à te fondre dans le décor. C'est quand même le must de l'infiltration et..."

Spazzy l'interrompit d'une tape amicale sur l'épaule.
« Pwaha j'déconne t'en fais pas ! Ça vient d'un film... »
Yûko lui dédia un sourire en retour. Évidemment, elle se doutait bien qu'elle n'était pas sérieuse. Spazzy avait un sorte d'aura d’innocence taquine, qui donnait l'impression qu'elle serait incapable de faire mal à une mouche volontairement.
"Remarque, ça serait utile à un tueur, de ressembler à un petit ange farceur..." murmura Yûko pour elle même, avant d'enchaîner plus fort :
"Je suis plus anime que film..."
Ouais, bravo, passe pour une gamine ou une otaku... t'aurais pas pu la fermer ou dire que ta passion c'était la lecture (ce qui en plus,n'était pas non plus complétement faux).

Caché dans un recoin, Yûko regarda avec un mélange d'amusement, d'incrédulité et de consternation Spazzy mettre en oeuvre sa... diversion.
Pour sûr, elle savait y faire pour se faire remarquer ! Yûko devait se retenir pour ne pas applaudir la performance.
Et en plus, ça marchait ! Le dragon balayeur enragé parti à la poursuite de l'espiègle jeune fille, laissant le champ libre à Yûko.

Celle-ci pris son temps, laissant bien le danger s'écarter. Elle se dirigea d'un pas nonchalant vers ses affaires abandonnées. Après avoir longuement observé les garçons de son ancienne classe qui tentaient de dérobait des magasines osés au combini, elle avait conclut qu'une démarche calme et indifférente était un bon moyen pour passer inaperçu. Ne pas montrer son stress, ne pas hésiter...

Perdu dans ses souvenirs et les yeux captifs d'une trainée de bonbons semée pas Spazzy (quel gâchis ! Yûko se sentait un peu coupable... Et en plus cela donnerait du travail supplémentaire à la femme de ménage), elle ne vit pas venir, ni n’étendit le nouvel arrivant.
D'autant plus que les émotions du matin avaient épuisé son énergie et que son taux de caféine descendait dangereusement.

Ce fut donc en plein bâillement qu'elle fut fauchée par surprise par Spazzy. La stupeur et le choc furent suffisant pour faire s'écrouler Yûko.
Avant qu'elle n'ai pu lancer une bordée de juron qui ruinerait à jamais son image de jeune fille distinguée, Spazzy se colla à elle, cherchant apparemment à la recouvrir complétement (chose difficile).
Yûko sentait contre elle le coeur de la jeune fille qui battait à cent à l'heure.
"Mais que fait-elle ?" s'interrogea mentalement Yûko, gênée et n'osant pas bouger. Puis elle entendit enfin une voix et des pas qui approchait.
Spazzy s'était jetée sur elle pour l'empêcher de se faire prendre !

C'était un peu idiot, mais attendrissant. Bon, ça n'allait pas marcher : jamais le petit corps de Spazzy ne pourrait la couvrir entièrement et elles allaient se faire capter !
Yûko imaginait déjà le coup de fil à sa mère : "Nous avons retrouvé votre fille mutante enlacée avec une jeune élève au milieu du hall, après qu'elle ai semé la zizanie un peu partout, jouant avec la nourriture et tourmentant le personnel ménager..."

Mais curieusement, il n'y eu pas de "Eh, vous !" et les pas s'éloignèrent.
Comment n'avait-il pas pu les voir ? Sans parler du tas de bagages...
L'esprit de Yûko formula une hypothèse : le pouvoir de Spazzy était plus puissant qu'il n'y paraissait et pouvait affecter autre chose qu'elle même.

Bien sûr ! Quand Spazzy lui avait fait sa première démonstration involontaire, elle s'était entièrement fondues dans le décor, vêtements compris ! Donc son don s'étendait un peu autour d'elle... Et ça allait s'avérer suffisant pour leur sauver la mise.
Et quant aux bagages, ce ne devait pas être la première fois qu'il en voyait trainer dans le hall pendant qu'un nouvel élève inconscient allait chercher un truc au secrétariat ou passer aux toilettes...

Les pas s'éloignèrent et les deux filles purent soupirer de soulagement.

« Pffffffouh c'était moins une. Désolée de t'avoir écrasée comme une patate. Ça va, je t'ai pas fait mal ? »

"Penses-tu !" répondit Yûko, se redressant et aidant Spazzy à se remettre sur ses pieds. "Je passe mon temps à me cogner ou à chûter, j'ai de l'expérience. Well done en tout cas ! Tu es balaise, petit caméléon !"

Bon, Yûko étant Yûko, elle ne put s’empêcher de faire quelques remarques.
"Néanmoins, tu devrais peut être réfléchir un peu plus avant d'agir. Ce n'était pas la sorcière qui arrivait, donc j'aurais pu m'en sortir en jouant à l'élève modèle un peu perdue et innocente, non je ne sais pas ce qui se passe ici ni d'où viennent ces dragibus, monsieur..."

Elle s'interrompit, se traitant mentalement de tout les noms pour avoir briser l'épique intervention de Spazzy par sa froide logique.
"Mais bon, c'est aussi bien comme ça : ça m'a éviter de devoir mentir. Je n'aime pas ça." se rattrapa-t-elle. "Et puis j'ai apparemment trop tendance à rester à réfléchir plutôt qu'agir..."

Elle rassembla ses bagages, n'en laissant volontairement aucun à Spazzy.
"Nous avons franchit les portes du château et vaincu...enfin semée plutôt, la Sorcière maléfique. Si nous allions vers la salle au trésor ? Je crois que je te dois un paquet de bonbons et mon corps réclame un café..."








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Ven 7 Déc - 21:21

« Je suis plus anime que film... »

Anime ? C'est quoi ça ? Un dessin animé ? Ça ne pouvait sûrement qu'être ça... Avais-je déjà précisé que Spazzy venait de la brousse ? Non ? Ben voilà... Ok, ok, elle avait bien sûr un ordi, une télé et même, et ouais, et même internet ! Seulement, située à 300km de la ville, ça aide pas et donc vive le réseau et les téléchargements à 0.5Ko/s, autrement dit, connaître le temps de chargement restant était tellement trop demandé pour son pauvre ordinateur préhistorique (vous savez ? Celui avec les écrans tout rebondis de 4m de large...) qu'il ne se cassait pas les fesses et se contentait d'afficher le signe "infini" à la place. Autant dire que quiconque d'accro à la technologie oserait braver ses contrées en mourrai sur le champs. Sur le champs, ou dans les champs, c'est pareil, y a que ça autour de chez Spazzy de toute façon. Pwaha quel jeu de mots !

Bref, tout ça pour dire que, Spazzy et la connaissance technologique, ça fait 18, même plus. Là où elle vivait, le passe-temps préféré des autres enfants de son âge était plutôt de courir dans les hautes herbes à la recherche d'araignées de toutes sortes et en faire des combats dans des minis arènes. Au début, Spazzy aimait bien courir les hautes herbes, et puis il y a eu ce gosse qui en est ressortit avec un bocal entier de ces affreuses bêbêtes et depuis, Spazzy a peur de tout ce qui ressemble de loin ou de prêt à un fourré. Elle n'a pas peur des araignées de ville, ce genre de micro-puce qu'on pourrait confondre avec une fourmi ou bien ces machins tellement immobiles qu'on se demande s'ils sont vivants, mais pour les araignées des champs, ça... C'est une autre histoire.

La course-poursuite passée, le surveillant éloigné et la sorcière semée, la situation était revenue à son calme habituel et les bonbons de dragibus dont on ne préfère pas connaître leur date d'expiration séchaient tranquillement dans leur coin. Pffrt quand la femme de ménage verra ça, qu'est-ce qu'elle va rager... Une grimace de lapin étira ses lèvres rien qu'en imaginant la réaction de la pauvre vieille dame.

« Penses-tu ! Je passe mon temps à me cogner ou à chûter, j'ai de l'expérience. Well done en tout cas ! Tu es balaise, petit caméléon ! »

"Petit caméléon" ? C'est bien la première fois qu'on l'appelle comme ça. Mais Spazzy a préféré butter sur le "Tu es balaise" bwahahaha stop it you. Elle cacha sa tête derrière ses grosses manches miteuses pleines de peluches de toute forme et retint de justesse son gloussement gaga dont elle seule en a le secret. D'ailleurs, celui-ci ressemble un peu au rire de Dingo... Si c'est pour dire le niveau de gagatisme qui peut en ressortir.

« Néanmoins, tu devrais peut être réfléchir un peu plus avant d'agir. Ce n'était pas la sorcière qui arrivait, donc j'aurais pu m'en sortir en jouant à l'élève modèle un peu perdue et innocente, non je ne sais pas ce qui se passe ici ni d'où viennent ces dragibus, monsieur... »

Eheheeh... C'était en demander beaucoup pour Spazzy qui était plutôt du genre à bourrer dans le tas et réfléchir ensuite. On le lui avait souvent reproché maaaiiis... Elle n'a pas la patience de réfléchir tac tic.

« Mais bon, c'est aussi bien comme ça : ça m'a éviter de devoir mentir. Je n'aime pas ça. Et puis j'ai apparemment trop tendance à rester à réfléchir plutôt qu'agir... »

Exact, voilà où Spazzy voulait en venir ! Réfléchir, c'est mal, agir, c'est bien... Elle voulu lui partager sa sage morale mais s'était dit queee... Une autre fois. Plus tard, on sait jamais.

La grande fille prit tous ses bagages, tous, tous au plus grand bonheur de Spazzy qui se sentait tout de même un peu honteuse de ne pas savoir lui proposer son aide.

« Nous avons franchit les portes du château et vaincu...enfin semée plutôt, la Sorcière maléfique. Si nous allions vers la salle au trésor ? Je crois que je te dois un paquet de bonbons et mon corps réclame un café... »

Probablement qu'un être basique n'aurait pas trop cerné le sens de cette phrase, ou bien, tout simplement, aurait soufflé un "pfeuh what ze fu ?" à la hipster style, mais pour Spazzy en tout cas, ce genre de phrase lui était plus que familière. Certes, elle n'avait jamais joué aux mmorpgs ou autre jeux vidéo, mais lorsqu'elle jouait dans les champs, c'était pas l'imagination qui leur manquait et le goûter était considéré comme le trésor, les vaches comme des alarmes et les serpents comme des fusées éclaireuses. Dans sa région, les reptiles n'étaient pas venimeux mais restaient tout de même très rapides.

Spazzy sourit niaisement, sachant exactement quel était le trésor en question avant même d'entendre la fin de sa phrase. Par contre, beurk, café non çaelleémpo.

« Bonne idée ! Je commençais à avoir la dalle. » Fille des champs un jour, fille des champs toujours. « Suis-moi, je vais t'y guider. »

La cantine n'était pas loin du tout et se trouvait au rez-de-chaussée, à mi-chemin entre la grande salle et les ascenseurs, très pratique fûfû~. Il ne fallut pas plus de 2 minutes pour se trouver à destination et devant un bon Nesquick bien chaud, slurp. Il y avait vraiment peu de monde au réfectoire à cette heure-ci. Bon, maintenant qu'elles étaient seule à seule, face à face, Spazzy pouvait enfin poser sa question.

« Au fait ! Tu.... TuuuUUUuUuu..... »

Tu fais vraiment 1m78 ? Ca fait quoi de voir le monde de haut ? Les gens te respectent ? C'est bien ? Mais... Mais t'as quel âge en fait ? Tant de questions auraient pu sortir en cette unique seconde mais seul le silence triompha.

Il fallait aborder le sujet plus délicatement... plus subtilement. Ce serait une première pour Spazzy ! Elle réfléchit longuement, sirotant son chocolat chaud, et finalement, eu l'illumination du siècle ! L'horoscope ! L'horoscope chinois ! Si elle luit disait son signe, elle pourrait en déduire l'année de naissance et saura donc son âge !

« Au fait ! C'est quoi ton signe chinois ?! » Lui lança-t-elle plein d'entrain et d'excitation, fière d'avoir trouvé cette idée. Si ça allait sembler bizarre ? Flippant ? La question ne traversa même pas l'esprit de Spazzy, trop concentrée sur son horoscope.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Ven 7 Déc - 22:32

Devant le sourire enthousiaste de Spazzy, ravis d'avoir réussit à communiquer sur le même mode que sa condisciple.
« Bonne idée ! Je commençais à avoir la dalle. Suis-moi, je vais t'y guider.»

Il faut dire, que les émotions, sa creuse, et qu'est-ce que cette fille dépensait comme énergie ! Rien que la voir l'entrainer avec allégresse dans les couloirs suffisait à épuiser Yûko. Y-avait un rapport énergie/taille ?
"Logique, en un sens..." murmura-t-elle pour elle même. "L'energie des nutriments sert à bâtir mon corps immense alors que Spazzy s'en sert, elle..."

Elles finirent par aboutir à la cantine, où Yûko se laissa tomber avec délectation sur une chaise devant un bon café bien noir (apparemment le pensionnat semblait fan de petits déjeuners occidentaux et ne regardait pas à la dépense pour avoir un bon café), qu'elle noya sous un taux indécent de sucre.
Elle sourit en voyant l'air joyeux de Spazzy devant sa propre boisson. Chocolat, elle avait donc bien deviné.

D'ailleurs, la jeune fille semblait hésiter, voulant sans doute engager la conversation. Tant mieux ! Yûko quant à elle n'était pas très douée dans ce domaine et l'amitié avec une autre fille, qui partageait en plus avec elle le fait de posséder un don hors-norme, était plus qu'une nouveauté.
Et déjà qu'elle n'était pas super-sociable à la base...

« Au fait ! Tu.... TuuuUUUuUuu..... »
Yûko affecta un air nonchalant, prenant une position de véritable loque sur sa chaise (un truc pour la faire paraître moins grande, raffiné par des années de pionçage en classe). Cela la faire peut être paraître moins intimidante, parce que là, Spazzy semblait avoir buggué.
Yûko lui lança un sourire d'encouragement.

« Au fait ! C'est quoi ton signe chinois ?! » fini par lancer la jeune fille.
L'impromptue question suffit à faire hésiter Yûko quelques instants.
Mais qu'est-ce que c'était donc que cette question ?!?

Une partie de l'esprit de Yûko se rebella, menaçant de lancer une furieuse diatribe contre l’astrologie et autres superstitions grotesques.
Heureusement, cette réponse cinglante fut arrêtée par l'autre partie de son cerveau, celle qui voulait des ami(e)s.
Celle qui lisait des shojo.

Oui, c'était courant. Entre-elles les filles aimaient tous ces trucs d'astrologie, de compatibilité/analyse de caractère à partir du groupe sanguin ou dieu seul savait quelle autre débilité romantique.
Yûko se devait donc de faire un petit effort. Elle sourit donc super-faussement et de manière crispée (hélas bien visible).

"Oh...Euh...Et bien, Je ne sais pas. Je ne suis pas très versé dans...ces choses là." balbutia-t-elle, embarrassée
.
Bon, elle se devait de poursuivre, après tout, Spazzy avait fait l'effort de relancer la conversation. Pas facile de tomber sur un sujet d'intérêt partagé alors qu'elles ne se connaissaient pas depuis plus de quelques heures...

"Ah !" s'exclama-t-elle, soudain frappée d'une idée. Elle dédia un sourire à Spazzy. "Quand on sait pas, on fait appel à la technologie moderne !"

Yûko dégaina alors son portable et d'un doigté expert dont la vitesse devait être sidérante pour une campagnarde comme Spazzy, en appela à Dieu, autrement dit, Google.

"Voilà, voilà... Donc si j'entre ma date de naissance...Hummm, ça me dit que je suis Rat de Feu ou un truc du style."

Son esprit cartésien ne put s'empêcher poursuivre.
"Au fait, tu veux savoir ça pour quoi ? J'dois dire que j'crois pas trop en ces trucs d'horoscope..."

Puis là, Yûko hésita, son regard pensif se perdant dans la salle du pensionnat.
Un lieu où chaque jour des adolescence défier la Logique et la Science (enfin pour l'instant !) avec leurs pouvoirs et leurs dons.
"D'un autre coté, ici y'a peut être de vrais médiums..." souffla-t-elle, frissonnant un peu à l'idée. "Mais je n'aime pas l'idée que la vie d'une personne puisse être déterminée à l'avance."








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Ven 7 Déc - 23:52

Oula, c'est quoi ce sourire super bizarre ? Mince ! Yûko l'aurait-elle cramée ? Elle aurait dû s'en douter, demander le signe astrologique de quelqu'un n'était pas ce qu'il y avait de plus courant comme manière de débuter la conversation...

« Oh...Euh...Et bien, Je ne sais pas. Je ne suis pas très versé dans...ces choses là. »

Nooo... Elle vit sa réponse tant espérée s'éloigner à vive allure. Elle était si proche du but.... Yûko n'avait juste qu'à répondre : Rat, cochon ou même dragon et tout ses questionnements auraient été fixés !

« Ah ! »

Ah ?! Restait-il un peu d'espoir ?

« Quand on sait pas, on fait appel à la technologie moderne ! »

Uhu quoi ? Technoquoi ? L'étudiante sortit un appareil électronique qui semblait beaucoup plus sophistiqué que le sien et y fit une manœuvre beaucoup trop compliquée aux yeux de Spazzy pour que celle-ci puisse comprendre quoique ce soit. Comme un homme de néandertal découvrant le feu, la petite suivit les faits et gestes avec attention, tentant de laisser venir à elle la connaissance cybertique et technologique. L'écran a l'air vachement plus grand et plus fin que le sien. Ca alors, on peut faire ça avec un si petit appareil ? Trop fort ! Elle voulut faire de même avec le sien mais... Préféra laisser tomber face à l'écran vert de son Nokia, ou plutôt devrait-on dire, l'ancêtre du Nokia...

* Au moins, l'écran est vert... *

Se consola-t-elle en contemplant le noir absolu de l'écran de Yûko. Au bout de quelques secondes, la réponse lui claqua le faciès aussi brutalement qu'une balle de squash. Elle ne s'attendait tellement pas à la recevoir aussi rapidement et surtout, aussi facilement. C'était donc Rat de feu ? C'était pour quelle année déjà ?.. 4 ? 5 ? 6 ?... C'était déjà pas 5 car Spazzy est de 5. Pas 4 sinon elle serait dans un dortoir supérieur... Il ne restait donc plus que 6. Si elle calcule bien... 16 ans ?!

Impossible ! Spazzy recracha tout le chocolat qui résidait dans sa gorge comme une explosion de feu d'artifice. Elle toussota pour dégager le résidus qui était passé dans le mauvais orifice et tenta de protester, ce qui se révéla être une très mauvaise idée de sa part car elle suffoqua dans son propre chocolat chaud. Yüko, 16 ans ? Elle la regarda de haut en bas puis de bas en haut. Enfin du milieu en bas et de bas en milieu car elle ne pouvait pas voir davantage à cause de la table. Choquée, pétrifiée et statufiée, la jeune fille ne savait trop quoi penser face à une telle révélation. Elle ne s'y attendait qu'à moitié sans trop y croire, elle s'était dit que l'administration avait fait une erreur de chambre ou quelque chose comme ça... Après tout ils arrêtent pas de se gourer par ici... mais ce n'était malheureusement pas le cas. Spazzy n'en revenait tout simplement pas. 1m78 pour 16 ans contre 1m60 et des poussières pour 17 ans c'était juste improbable ! Contre-nature même.

«Au fait, tu veux savoir ça pour quoi ? J'dois dire que j'crois pas trop en ces trucs d'horoscope... »

Si "rkfkdslmeji" pouvait se lire à voix haute, c'est sans doute ce genre de mixture qui sortirait de la bouche de Spazzy, toujours figée. En fait, l'idée qui la dérangeait le plus dans cette histoire n'était pas que Yûko soit plus jeune qu'elle, mais qu'elle soit plus âgée que Yûko ! Elle avait en face d'elle une kohai. Des deux, c'était elle qui avait un an de plus, c'était elle qui devait connaître plus de choses. Et pire, cela voulait dire que lors des évènements scolaires où les plus jeunes devaient être pris en charge par un tuteur, Spazzy risquait de devoir superviser Yûko ? L'image d'une fourmi donnant des ordres à une menthe religieuse lui fit tournoyer l'esprit comme si elle venait de se faire happée par un typhon.

« D'un autre coté, ici y'a peut être de vrais médiums... Mais je n'aime pas l'idée que la vie d'une personne puisse être déterminée à l'avance. »

Spazzy qui était du genre à écouter attentivement ce qu'on lui disait, pour une fois, ne portait plus aucune attention au monde qui l'entourait. Machinalement, comme si toute forme d'intelligence s'était dissipée de son maigre cerveau, celle-ci sanglota ce qui semblaient être des mots.

« Oui Haneruga-chan.... » Ce suffixe "-chan" résonnait avec insistance dans sa boîte crânienne. C'en était tellement traumatisant que Spazzy avala le restant de son chocolat chaud cul-sec.

« Je suis du signe du cochon... » Réussit-elle à articuler, avachie sur la table, comme si on lui extrayait une aiguille qui s'était logée dans son ego.

Eh mais ! Elle se redressa d'un coup sec, comme si toute l'énergie qui s'est évaporée d'elle lui était revenue soudainement. Sempai -> Kohai, cela voulait donc dire que Yûko devait la respecter ? Donc... Lui obéir ? Uhuhu.

« Si tu es plus jeune que moi, ça veut dire que tu me dois respect, obéissance et loyauté alors ! »

La face de lapin qui avait étiré son faciès quelques minutes auparavant lorsqu'elle se trouvait encore dans le hall refit surface à cet instant-même, s'imaginant la vie de rêve qu'elle pourrait avoir.

« Tu pourrais être mon garde du corps ! T'imagine ? C'est trop cool ! »

Le moucheron voulu donner tape sur l'épaule d'Hanaegaru mais manqua de se tordre les doigts, finalement ravie de sa découverte. Non j’exagère, seul son auriculaire manqua de se tordre... Elle n'allait pas encore la réduire à l'esclavagisme, mais garde du corps était un début prometteur.

« D'ailleurs, ... »

Elle voulut reprendre la conversation mais dans sa danse triviale, avait malencontreusement éjectée sa tasse à côté de celle de Yûko et, en voulant récupérer ce qui devait être son Nesquick, choppa le café et l'avait bu d'une traite, confiante du contenu. A sa plus grande surprise, elle fit affaire au goût le plus atroce de sa vie, du amer overdosé de sucre. Elle eut comme l'impression que ce joyeux mélange venait de ruiner ses papilles gustatives à jamais. Elle avait réussit à contenir ses émotions, pour paraître mature et surtout, pour ne pas froisser Yûko, mais ses yeux trahissaient malgré tout ses émotions et n'importe qui aurait pu deviner, même en se trouvant à 10 mètres, que Spazzy avait testé quelque chose qu'elle n'aurait pas dû.

Silencieusement, elle interchangea les deux tasses et voulu boire un peu de son chocolat chaud mais s'était rappelée au dernier moment qu'elle l'avait finie depuis un petit moment déjà. Elle allait périr là, ce goût ignoble de café en bouche, mourante... Dans un dernier souffle de vie, elle s'agrippa à la manche de Yûko comme l'aurait fait Gollum et s'étendit sur la table.

« Garde du corps... De.... L'eau..... Sétéplé. »

Ehh oui... Visiblement, il lui restait encore suffisamment d'énergie pour débiter une ultime et dernière ânerie malgré ses souffrances.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Sam 8 Déc - 22:56

Alors qu'elle répondait à ses questions, Yûko eut la surprise de voir Spazzy littéralement s’étouffer et recracher son chocolat chaud.
"Aurais-je dit une bêtise ? Aurais-je choqué ses croyances ? Ou alors était-ce encore une de ces incompréhensible extravagance ?" songeait Yüko devant ce spectacle.
En tout cas, elle poursuivit comme si de ne rien était, levant juste un sourcil de perplexité et recouvrant le gâchis par des serviettes en papier grappillées ça et là, pendant que Spazzy restait statufiée, lui lançant de drôle de regard...

« Oui Haneruga-chan.... » finit par déclarer celle-ci d'une drôle de voix peinée.
Était-elle déçue que Yûko ne s'intéresse guère à la voyance et à l'astrologie ?
En tout cas, le nom lâché fit réfléchir Yûko. Décidément, ce pensionnat et ces élèves risqué de s'avérer extrêmement intéressant !
Comment pouvait bien ce manifester le don de cet Haneruga-chan ? Voyait-elle un arbre de possibilité ? La théorie des univers parallèles pouvait...

« Je suis du signe du cochon... » révéla alors Spazzy, interrompant les spéculations de Yûko.
Cette dernière, ne pouvant comprendre ce que cela impliquait sans l'aide d'internet, ne réagit pas, se contentant de dédier un sourire encourageant. Peut être que Spazzy allait-elle expliquer où elle voulait en venir avec ces superstition qui semblait l'avoir tant choquée ?

L'autre jeune fille se redressa soudain, comme un ressort, comme si on venait de soudain de la rebrancher.
« Si tu es plus jeune que moi, ça veut dire que tu me dois respect, obéissance et loyauté alors ! »
Hein ? Mais de quoi parlait-elle. L'esprit de Yûko habituellement vif (de huit heure du soir à deux heures du matin) mit quelques instant à saisir l'impossible affirmation.

Ne pouvant y croire, elle baissa les yeux sur son smartphone où le tableau de conversion signe/date de naissance était encore affiché. Elle fit le calcul. Analysa les possibilité.
Refit le calcul.
Son esprit partit en boucle alors que son visage se vidait et palissait devant l'improbable réalité.

« Tu pourrais être mon garde du corps ! T'imagine ? C'est trop cool ! » poursuivait Spazzy, dans son monde, alors que Yûko était loin, loin, loin, son visage honteux passant du blanc cassé au rouge de honte.
Elle avait pris une sempaï pour plus jeune qu'elle ! Et elle l'avait traité comme tel !
Non, c'était impossible, ce devait être une blague de Spazzy... Mais intérieurement, Yûko savait où était la vérité.
Magistrale leçon : la grande perche qui se plaignait de son apparence avait à son tour porté un jugement hâtif sur le physique d'une autre.

« D'ailleurs, ... »
La voix de Spazzy la ramena plus ou moins sur terre. Elle comprenait désormais pourquoi celle-ci avait été si surpris de sa date de naissance...
Puis le visage de Spazzy se transforma en horrible grimace de dégout. Yüko baissa les yeux et vit que par mégarde la jeune fille s'était trompé de tasse et venait de s'envoyait cul-sec son amer café brulant.
Et malgré ses efforts vaillants (et vains) pour ne rien laisser paraître, elle n'avait pas l'air d'avoir apprécier l'expérience...

« Garde du corps... De.... L'eau..... Sétéplé. »
Pas apprécié du tout. Est-ce que ça existait, l'allergie à la caféine ? Et même sans ça, vu l'état d'exaltation dans lequel fonctionnait normalement Spazzy, lui donner un excitant n'était sans doute pas une bonne idée...
Diligemment, Yûko lui apporta une carafe et un verre d'eau.
"Tenez, s-sem-sempaï..." balbutia-t-elle, affreusement gênée.

Et là, sans avertissement, un gloussement monta dans la gorge de Yüko, qui éclata d'un rire joyeux et en collant pas du tout à son image. Pour une fois, on aurait dit une petite fille, ne pouvant pas arrêter son fou rire.

Une fois que Spazzy eut bue et eut récupérée, Yûko arriva peu à peu à se calmer, le corps encore agité de spasmes nerveux et les yeux plein de larmes de rire.
[color=#a56ac5"Oh la, la... T'es vraiment plus âgée ?"[/color] commença-t-elle, essayant de reprendre son souffle. "Dé-désolé, si je t'ai manqué de respect mais...euh...je...euh...pardon, mais..."

Elle hésita, cherchant ses mots, ce qui était chose rare. Se redressa. Repris le contrôle de son souffle, de sa respiration. Et décida d'ête franche.
"...Mais je n'avais pas envisagée cette hypothèse."
Enfin, franche un peu détournée, quand même, là...
[color=#a56ac5"Et euh...On dirait que toi non plus. C'est compréhensible avec ma taille, remarque. Et ma façon de parler a tendance à dérouter un peu les gens, je sais pas pourquoi. Je suis pourtant précise dans mon vocabulaire, non ?"[/color]

Yuko s'arrêta, ne voulant pas s'enfoncer plus. Puis elle leva les yeux, l'air décidée et tendit la main à Spazzy, franchement, avec un grand sourire.
"Reprenons donc au début, sans mal entendu cette fois : Hanaegaru Yûko, 16 ans, pouvant se téléporter avec plus ou moins de bonheur. Tu peux m'appeler Yûko. Enchantée, sempaï. Vraiment."

Elle se baissa, pour chuchoter à l'oreille de Spazzy :
[color=#a56ac5"Bon, pour cette histoire de garde du corps, j'ai rien contre le fait d'effrayer ceux qui pourraient t'embêter, mais entre-nous, j'ai jamais été très respectueuse de la hiérarchie..."[/color]
Elle hésita, balbutiante, redevenant timide et penaude.

"Si tu as besoin d'un vrai garde du corps, sache que... Je...je laisse jamais tomber mes amis".
En fait, aucune idée, elle n'en avait jamais vraiment eut. Mais elle lisait beaucoup ce genre de chose dans les manga et trouvait ça cool.
"Et...j'aimerais bien être honorée de te compter parmi mes amies." finit-elle, laborieusement.








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Dim 9 Déc - 22:51

De l'eau ! De l'eau ! Les remerciements pour après, d'abord s'abreuver de cette source pure et saine. Elle avait entamé sa première gorgée lorsque...

« Tenez, s-sem-sempaï... »

Pfouaarh ! Pour éviter de recracher tout à nouveau elle avait gardé la bouche fermée, résultat, le liquide fila dans le mauvais orifice et Spazzy manqua de mourir étouffée. Elle toussa un bon coup et voulu répondre par un "Naaan ne m'appelle pas comme ça voyons !" mais chaque fois qu'elle tentait d'expirer de l'air, sa toux lui arracha net tous ses mots. Yûko éclata ensuite de rire. Ce n'était pas le genre de rire forcé capable d'émettre des ultra-son à en crever les tympans, celui-ci était franc et presque communicatif. On aurait dit celui de... Non, elle ne devait pas y penser pour le moment, elle aura tout le temps de lui écrire une lettre ce soir, malgré qu'il ne lui avait toujours pas répondue depuis quelques mois. Était-ce lui qui l'avait oubliée ou ce pensionnat qui ne transmettait pas les lettres ?

Oh la, la... T'es vraiment plus âgée ?

Ses pensées subitement interrompues, Spazzy refit surface dans le monde réel.
Ehhh oui, elle est vraiment plus âgée... Pourtant elle entrait dans la norme niveau taille occidentale et dépassait la plupart des filles en asiatiques, jamais elle ne s'était posée la question de savoir si elle faisait bien son âge ou pas, du coup, elle a énormément négligé son apparence sans se douter une seconde qu'elle ressemblait à une fillette de 14 ans qui ne sort jamais de sa chambre.

« Dé-désolé, si je t'ai manqué de respect mais...euh...je...euh...pardon, mais... »

Manqué de respect ?

« Mais je n'avais pas envisagée cette hypothèse » Spazzy émit un rire gaga à peine audible. Visiblement, c'était réciproque. « Mais je n'avais pas envisagée cette hypothèse. »

Heh, du tout ? Même pas un peu ? Un peeetit peu ? Spazzy n'a quand même pas l'air si jeune... Yûko se demanda pourquoi est-ce que sa façon de parler perturbait les gens. Ah ça, pour avoir un vocabulaire précis y a pas plus précis. Ne sachant trop quoi répondre au risque de passer pour une analphabète, Spazzy approuva mécaniquement de la tête, ses yeux ronds complètement perdus dans la vague de mots sophistiqués que Yüko arrivait à placer en une seule phrase. Elle était vraiment trop forte.

« Reprenons donc au début, sans mal entendu cette fois : Hanaegaru Yûko, 16 ans, pouvant se téléporter avec plus ou moins de bonheur. Tu peux m'appeler Yûko. Enchantée, sempaï. Vraiment. »

Spazzy, sourire aux lèvres, lui prit la main. Ca lui fera toujours un peu bizarre de s'entendre appeler sempaï par une personne si grande. Les plus jeunes qu'elle avait côtoyé jusqu'ici ne lui arrivaient même pas jusqu'au menton alors elle n'avait jamais vraiment tilté à cette appellation.

« Bon, pour cette histoire de garde du corps, j'ai rien contre le fait d'effrayer ceux qui pourraient t'embêter, mais entre-nous, j'ai jamais été très respectueuse de la hiérarchie... »

Ooooh... Caaa c'est intéressant ! Elle avait dans ses projets de rectifier en avouant que c'était une blague, mais s'avisa, c'était pas si mal d'avoir quelqu'un pour effrayer les sales gamins, même si rares étaient les ennemis de Spazzy. Haneagaru-CHAN, uhu, lui déclara qu'elle n'abandonnait jamais ses amies. Gut ! Tiens, ça lui rappelle vaguement un manga... Sans doute une coïncidence.

« Et...j'aimerais bien être honorée de te compter parmi mes amies. »

"Honorée" ?! Carrément ? Spazzy, ne sachant absolument plus où se mettre fourra son visage dans ses manches, ne laissant plus qu'apparaître ses yeux. Cachant ce rouge flash qui s'était emparé de ses joues. Vite, il lui fallait un truc à dire, là toute de suite maintenant !

« M... »

Moi aussi je serais vachement contente si tu devenais mon amie parce que t'es grande, forte et tu peux même sauver le monde avec ton pouvoir supra useful ! D'ailleurs, c'est plutôt moi qui devrait être honorée, t'es pas obligée de m'appeler sempai tu sais, Spazzy ou Spa' suffit t'en fais pas. C'est tout qu'elle aurait pu dire et tout ce qui, au final, resta planté dans son cerveau, calé à la barrière " timidité ". Elle se contenta de sortir son radieux sourire. De toute façon, le regard a la capacité de dire bien plus que ce que les mots ne peuvent exprimer. Elle avait hâte d'être à ce soir pour raconter cette nouvelle rencontre à Peter, ou peut-être que ce genre de récit l'ennuyait ? Peut-être que c'était pour ça qu'il ne répondait pas, parce qu'il n'avait rien à dire fasse à ses histoires de fifilles. Mais noooon... Il ne fallait pas s'inquiéter, il devait sûrement avoir énormément de boulot. Il a eu ses 18 ans cette année, il a sûrement commencé un travail d'étudiant et c'est pour ça qu'il ne répond pas. Faut pas s'inquiéter. Spazzy regarda Yûko, la boule au ventre, elle se sentait honteuse de penser à lui à un tel moment et secoua sa tête pour éjecter toutes ses pensées inquiètes. Hanaegaru aussi devait sûrement avoir des proches qui lui manquaient.

A propos de ça, comment était la famille d'Hanaegaru ? Spazzy avait déjà comprit que c'était une fille de bonne famille, mais comment étaient ses parents ? Est-ce qu'elle les vouvoie ? Est-ce que, comme dans les films, une bonne s'occupait d'elle alors que ses géniteurs sont à l'autre bout du monde ? En plus elle a l'air vachement calée en informatique, si ça se trouve c'est une intello qui a reçu des bourses à l'avance et qui a développé une entreprise à 13 ans ! Ou bien une athlète très renommée ? N'ayant jamais vraiment regardé la télé, il était fort probable que la petite l'ait loupée. Elle se demandait beaucoup de choses sur la situation familiale de Yûko mais elle ne savait pas comment formuler ses questions.

« Est-ce que tu as un p'tit ami ? »

Erh, non, mauvaise pioche. Parmi toutes les questions qu'elle aurait pu poser, il a fallut qu'elle choisisse la moins appropriée, parce que, très franchement, ce n'était pas ce genre d'info qui allait lui donner une idée sur son style de vie et d'ailleurs, en tant que fille de la campagne, elle ne saurait pas du tout quoi faire avec cette info.

Elle agita ses mains devant comme pour effacer ce qu'elle venait de demander et rectifia.

« Enfin ! Je veux dire... Est-ce que tu as des petits amis, genre, petits, très petits quoi ? Du style... Gandalf et les Tobby, tu vois ? »

Malheur ! Tu mélanges touuut ! Harry Potter et le Seigneur des anneaux ne font pas du tout partis du même espace temps ni même de la même catégorie ! Sa culture générale est vraiment à refaire, au risque de succomber au syndrome de rapport choucroute et de poser la question "il joue dans quoi ?" lorsqu'on parle d'un joueur de foot.

Se rendant compte de son erreur une bonne dizaine de secondes plus tard, elle plaqua ses mains sur sa bouche, réalisant l'infâme blasphème qu'elle venait de commettre, et rectifia encore et toujours.

« Gandalf et les hobbits, je voulais dire... Je confonds toujours, c'est parce que... »

Elle chercha une excuse mais son cerveau avait visiblement décidé de la lâcher pour ce soir.

« Parce que Tobby ressemble à un hobbit. »

Des baffes, elle mériterait des baffes, mais c'est pas sa faute, elle était petite quand elle a vu les films et à cette époque-là, sa famille était accrochée à leur unique T.V. qui était encore en noir et blanc et sur laquelle il fallait mettre une cuillère pour qu'elle capte bien les ondes satellites.

Ou quelque chose du genre...




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 10 Déc - 21:16

Après être passée par tout un tas de mimiques, Spazzy finit par lui prendre sa main tendu avec un grand sourire.
Est-ce que cela voulait dire qu'elle acceptait ? Yûko le pensait, jusqu'à que l'autre jeune fille se mit à rougir et à se cacher derrière son pull.

« M... »
Avait-elle dit quelque chose de mal ? Où bien alors Spazzy était-elle troublée ?
La jeune fille finit par sortir de sa coquille de laine et lui faire un radieux sourire.
Donc, finalement, ce devait être un oui. Comme Spazzy avait l'air de réfléchir et peu sûre du protocole à suivre dans ce genre de cas, Yûko se contenta d'attendre sagement en silence.

« Est-ce que tu as un p'tit ami ? »

La question inattendue surpris Yûko qui manqua d'en tomber de sa chaise (faut dire qu'en plus de se tenir mal, elle était crispé dans l'attente d'une acceptation ou d'un rejet de la par de sa sempaï).
Mais l'air de rien, la question semblait assez bien faire partie du genre de chose dont pouvait parler des adolescentes amies entre elles. Yûko se souvenait d'attroupement et de gloussements féminins venant des groupes de ses anciens camarades, quand on abordait le sujet. Elle décida donc d'y répondre franchement, comme à son habitude.

"Et bien, non." commença-t-elle, l'air pensif. "J'avoue n'avoir qu'un intérêt assez académique sur le sujet, pour l'instant, même si l'expérience en elle même serait sans doute intéressante. Mais... comment dire... Je ne rencontre pas trop de succès et j'ai tendance à faire un peu peur aux gens, filles comme garçons. Et tu imagines en gars de mon âge qui devrait se mettre sur la pointe des pieds pour me bécoter ?"

Elle fut couper par une Spazzy confuse.
« Enfin ! Je veux dire... Est-ce que tu as des petits amis, genre, petits, très petits quoi ? Du style... Gandalf et les Tobby, tu vois ? »

Ah ? Hein ? Quoi ? Zut, elle s'était donc trompé et avait répondu à coté. Cela lui apprendrait à ne pas laisser finir les autres et à trop être terre à terre. Elle rougit en repensant à sa réponse.
Quant à la question confuse de Spazzy... Gandalf et les Tobby ? Était-ce un groupe de rock ? Surement un truc celtique, en raison de la révérence au Seigneur des Anneaux.

"Euh..." balbutia-t-elle, l'air perdue. "Je n'ai pas très bien saisie où tu voulais en venir... J'ai connu des gens très petits, oui, forcement, surtout quand j'ai commençait à pousser comme une asperge au collège... Et...euh... Bon, j'ai jamais été très douée pour me faire des amis, mais..."

Spazzy rectifia alors son erreurs, éclairant un peu (mais guère la lanterne de Yûko).
« Gandalf et les hobbits, je voulais dire... Je confonds toujours, c'est parce que... »

Oh ! Elle était donc fan de littérature fantastique. Ou du moins s'y intéressait un peu et essayait de le faire partager avec Yûko. Voilà qui amena un franc sourire sur le visage de la grande gigue.

« Parce que Tobby ressemble à un hobbit. »

Yûko plissa les yeux d'incompréhension. Ou alors, peut être qu'elle avait mal entendu et que Spazzy parlait de l’horripilant Elfe de maison d'Harry Potter, pour rester dans le fantastique ?
En tout cas, avec ce genre de conversation, cerveau de geek prit évidemment le relais.

"Tu parles de Dobby, dans Harry Potter ?" s'informa-t-elle diligemment. "Tu trouves ? J'aurais plutôt dit que Dobby se rapprochait d'un gobelinoïde plutôt que d'un semi-homme. Enfin, tel qu'il a été dépeins dans les films. J'ai du mal à l'associer au concept gracieux d'Elfe... Mais d'un côté, tu n'as pas tord, il ressemble assez à Gollum et comme Sméagol est un Hobbit, la comparaison pourrait se tenir..."

Yûko fut couper dans son délire par la vibration de son portable.
D'un geste machinal, elle vérifia le SMS qu'elle venait de recevoir et avec un sourire d'excuse, tapota une réponse avec célérité.

"Désolé." s'excusa-t-elle, pianotant sans regarder l'écran. "Ma mère. Elle veut savoir si je suis bien arrivée, si j'ai tuée personne et si je me suis bien inscrite à.."
Elle prit alors une voix plus pincée et habituée à être obéie.
"...un club qui ne soit pas un truc d'informatique ou de garçon afin d'acquérir les talents nécessaire à une bonne épouse."
D'un claquement sec, elle envoya sa réponse et rangea l'appareil qui l'avait interrompu.

"Bon, de quoi parlions-nous... Ah, oui ! Tu es une fan de récits fantastiques ? J'avoue en avoir lu pas mal. J'aime bien lire, c'est distrayant et pas fatiguant..."

Yûko se mordit les lèvres. Elle recommençait à parler de ses passions et pas de la vraie vie. Se faire des amis nécessitait de s'intéresser un peu plus à eux. Elle décida donc d'alimenter un peu la conversation vers un domaine plus personnel, pour ne pas paraître trop geek. Cherchant un sujet, elle hésita avant de se lancer. Après tout, c'était Spazzy qui avait commencée...

"Sinon, et toi, tu as un petit ami ? Ou une, d'ailleurs, je ne connais pas encore tes préférences à ce sujet."


Spoiler:
 








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mar 11 Déc - 20:20

Spoiler:
 

Ooh... Yûko n'avait pas de petit-ami pour une question de taille ? C'est étrange, pourtant son petit-ami à elle est tellement plus grand que Spazzy et ça ne pose aucun problème. Ça devait sûrement être une mode courante dans les milieux urbains ou quelque chose comme ça...

« Tu parles de Dobby, dans Harry Potter ? Tu trouves ? J'aurais plutôt dit que Dobby se rapprochait d'un gobelinoïde plutôt que d'un semi-homme. Enfin, tel qu'il a été dépeins dans les films. J'ai du mal à l'associer au concept gracieux d'Elfe... Mais d'un côté, tu n'as pas tord, il ressemble assez à Gollum et comme Sméagol est un Hobbit, la comparaison pourrait se tenir.. »

Mais... Mais Tobby est mignon... Spazzy voulu contre-argumenter en disant que Gollum était moche, imberbe et aux yeux globuleux contrairement à Tobby qui lui était... Imperbe et aux yeux globuleux aussi... Bon, ok, y a de quoi y méditer... La conversation fut interrompue par un drôle de bruit inconnu dans la banque de son de Spazzy, et Yûko sortit son cellulaire high-tech pour y.... Elle n'a pas trop comprit ce qu'elle y faisait en fait. En plus elle ne regardait même pas l'écran, elle fait sûrement n'importe quoi ! Et puis c'est quoi cet appareil ? Ça ne peut pas être un portable, c'est beaucoup trop fin et l'écran est trop grand. C'est peut-être un tamagochi ? Non, depuis le temps que ça existe plus ces trucs... Ou peut-être que Yûko collectionne les antiquités...

« Désolé. Ma mère. Elle veut savoir si je suis bien arrivée, si j'ai tuée personne et si je me suis bien inscrite à..»

Nooooooooon ! C'est vraiment un portable alors ?

« ...un club qui ne soit pas un truc d'informatique ou de garçon afin d'acquérir les talents nécessaire à une bonne épouse. » On aurait dit qu'elle imitait une personne aigrie avec cette voix. Spazzy poussa un léger gloussement avant de se rendre compte que ce n'était pas censé être drôle et changea net d'expression, poker face.

Pas un seul sourire ou mimique joyeuse ne s'était exprimé sur son visage à partir du moment où elle avait visionné son message jusqu'à celui où elle y avait répondu. Pourtant, c'était sa mère... Spazzy avait-elle donc tapé juste dans l'hypothèse que ses parents ne soient quasi jamais présents ? Ça devait être tellement affreux. La jeune fille essaya de se mettre à la place de Yûko et d'imaginer sa vie sans personne autour d'elle et ne tint même pas deux secondes. C'était tellement horrible, jamais elle n'arriverait à supporter une maison aussi calme des repas aussi silencieux. Même si Spazzy aime s'asseoir seule à son banc par soucis de place, il y a une limite à tout, et surtout à la solitude.

« Bon, de quoi parlions-nous... Ah, oui ! Tu es une fan de récits fantastiques ? J'avoue en avoir lu pas mal. J'aime bien lire, c'est distrayant et pas fatiguant... »

Surprise de ce retour de question, Spazzy ne su quoi trop répondre dans un premier temps.

« Heu... Heu oui... Et puis comme on capte très mal le satellite là où je vivais et que la campagne est parfois ennuyeuse les jours de pluie... » Elle interrompit ses pensées en remarquant Yûko se mordiller les lèvres.

« Sinon, et toi, tu as un petit ami ? Ou une, d'ailleurs, je ne connais pas encore tes préférences à ce sujet. »

« Moi ? Heu oui, Il s'appelle Peter, c'est un garçon. » Logique, mais cette question-là non plus Spazzy ne s'y attendait pas. « C'est un garçon de la ville alors il est un peu maniéré et ignorant du monde extérieur mais c'est drôle à voir. Par exemple, en été, il n'avait jamais vraiment vu de cigales de près et lorsque dans les champs, une lui a sauté dessus, j'ai crû qu'il allait faire une attaque. Il pensait qu'elles étaient venimeuses ce biesse ! Ou encore quand il m'a dit qu'il avait trouvé une super chenille trop belle, il était pas au courant que les chenilles poilues étaient la plupart du temps super venimeuses et il était sur le point de la prendre en main lorsque je suis arrivée. »

En y repensant, Peter était un peu concon avec les animaux. Un simple meuglement de vache et le voilà 200 mètres plus loin. Spazzy rigola un peu en revoyant sa tête d'ahuri lorsqu'il faisait toutes ces découvertes.

« Par contre il a vraiment de bon réflexes. C'est dommage qu'il ne s'en sert que sur les jeux nv... »

Mince, comment on appelait ça déjà ? Elle regarda le plafond, espérant voir la réponse lui tomber du ciel, mais fit face à un blanc laiteux lui rappelant que son cerveau était vraiment ignorant de toute connaissance informatique. Elle se sentit soudain alors un peu honteuse de rire de son petit-ami alors qu'elle était sûrement pareille lorsqu'il s'agissait de tenir une simple souris. Parfois, Peter lui montrait les blagues de geek où les gens fermaient leur vraie fenêtre au lieu de la fenêtre Windows. Dans ces moments-là, Spazzy riait naïvement, ne s'imaginant pas que si elle avait été dans ce cas-là, elle aurait fort probablement elle aussi fermé sa vraie fenêtre.

Mais avec tout ça, sa réponse ne lui revenait toujours pas et elle finit par abandonner.

« Enfin sur les jeux électroniques quoi... Je suis sûre qu'il aurait cartonné s'il s'en servait au baseball ou au volley mais il n'a jamais voulu pratiquer le sport, c'est vraiment dommage. »

Elle marqua une pause en repensant à la grandeur démentielle de Yûko. Avec une telle carrure, elle aussi pourrait faire un carton en sport ! Elle pourrait arrêter n'importe quelle balle et avec de telles longues jambes, elle pourrait faire des home run sans problèmes. Ce que ça doit être avantageux d'être si grande. Peut-être que si elle ne pratiquait pas de sport, c'était à cause de sa mère qui devait considérer ce genre d'activité comme trop masculin ? Spazzy se risqua à la question.

« Mais... Et toi, tu pratiques un sport ? Avec ta taille tu pourrais courir tellement vite. Et si ta mère n'aime pas les activités de garçon, tu peux faire de la natation, c'est très féminin, ça affine la silhouette et ça fait de belles jambes. Regarde, comme moi. »

Déclara-t-elle fièrement, sans s'être rendue compte que sa phrase portait à la vantardise.

Que voulait dire sa mère par "bonne épouse" ? Spazzy pensait que ce genre de propos était dépassé depuis le temps. Aujourd'hui, c'est prouvé que les femmes savent péter et roter et que les celles qui aimaient la pizza, particulièrement la Grimbergen, tant qu'elles étaient un minimum mignonnes, avaient la côte auprès des garçons.

Bon, c'était une hyperbole mais qu'importe, ce serait vraiment ennuyeux si Yûko devenait un automate destiné à servir le thé et à faire le lit matin et soir. Sans oublier les affreux : Je me languissais de ton absence mon amour, comment s'est donc passée ta journée aujourd'hui ? Désire-tu un seul ou deux morceaux de sucres ? Aaaaaaah ! Il fallait empêcher ça !

« En fait, laisse tomber la natation, c'est super dangereux et y a pleins de mollards et de poil de cul dans la piscine... » Oups, c'était sortit tout seul. Vite, switch. « A quel genre d'activité de garçon elle faisait allusion ta mère ? »

Parfait, si Yûko répondait par : J'aime le karaté, le baseball, le paintball ou n'importe quoi, Spazzy l'encouragerait. C'était trèèèès vilain pour Maman Hanaegaru, mais ça pourrait aussi lui être bénéfique, non ? Si en revanche, elle répondait par : La danse classique, la couture ou la cuisine... Ben... Ça l'arrangerait pas des masses.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Mer 12 Déc - 13:19

Après l'interruption du SMS maternel, Spazzy répondit (plus ou moins) à la question de Yûko sur ses lectures.
« Heu... Heu oui... Et puis comme on capte très mal le satellite là où je vivais et que la campagne est parfois ennuyeuse les jours de pluie... »

Yûko eut un sourire compatissant : malgré sa passion pour la lecture, elle même s'imaginait mal vivre loin d'une vie entièrement connectée. C'est fou comme internet lui était devenu vital.

"Je me demande quand même comment c'est de vivre dans la campagne profonde. Ce serait peut être une expérience intéressante..." murmura-t-elle, en ayant à l'esprit des scènes tirées d'animes de Miyazaki.

Spazzy enchaina en parlant de son petit ami.
« Moi ? Heu oui, Il s'appelle Peter, c'est un garçon. C'est un garçon de la ville alors il est un peu maniéré et ignorant du monde extérieur mais c'est drôle à voir. Par exemple, en été, il n'avait jamais vraiment vu de cigales de près et lorsque dans les champs, une lui a sauté dessus, j'ai crû qu'il allait faire une attaque. Il pensait qu'elles étaient venimeuses ce biesse ! Ou encore quand il m'a dit qu'il avait trouvé une super chenille trop belle, il était pas au courant que les chenilles poilues étaient la plupart du temps super venimeuses et il était sur le point de la prendre en main lorsque je suis arrivée. »

Yûko écoutait, fascinée, un peu rougissante (gênée a posteriori de sa question si personnelle) et avec un grand sourire aux lèvres. Les anecdotes et l’enthousiasme de Spazzy laissait entrevoir une relation amoureuses charmante, lui rappelant des shojo manga (ses seules références en la matière).

La petite paysanne pauvre (mais belle) et son prince charmant policé de la grande ville (oui, Yûko a une iagination débordante et excessive). Peter. Un nom à consonance étrangère (remarquez, celui de Spazzy aussi, il faudrait qu'elle pense à s'enquérir des origines la jeune fille). L'imagination débordante de Yüko imaginé maintenant le petit ami de Spazzy sous la forme d'un descendant d'une famille royale Russe. Grand, blond et aux yeux bleus, une peau de porcelaine et une silhouette élancée et androgyne digne d'un manga yaoi, séduit par le dynamisme du petit caméléon campagnard qui l'arrachait à son univers coincé...

Spazzy poursuivit sous le regard attendri de Yûko :
« Par contre il a vraiment de bon réflexes. C'est dommage qu'il ne s'en sert que sur les jeux nv... »
Là, elle sembla hésiter et se perdre dans ses pensées. yûko attendis poliment qu'elle redescende sur terre, même si elle avait vaguement deviné la suite. Bon, l'image d'un prince russe accro au FPS commençait à être difficile à concilier...

« Enfin sur les jeux électroniques quoi... Je suis sûre qu'il aurait cartonné s'il s'en servait au baseball ou au volley mais il n'a jamais voulu pratiquer le sport, c'est vraiment dommage. »
Dommage, mais compréhensible, pour Yûko. Bien qu'elle n'eut rien contre les sportifs, c'était tout simplement une activé qui ne l'intéressait pas, et donc elle comprenait parfaitement le point de vue de ce Peter.

Après une pause, Spazzy posa LA question, avec LES mots qui fâchent.
« Mais... Et toi, tu pratiques un sport ? Avec ta taille tu pourrais courir tellement vite. Et si ta mère n'aime pas les activités de garçon, tu peux faire de la natation, c'est très féminin, ça affine la silhouette et ça fait de belles jambes. Regarde, comme moi. »

Yûko grinça des dents à la mention de sa taille et de ce qu'elle pourrait faire. Elle se perdit dans la contemplation des jambes de Spazzy (qu'elle trouvait normale, n'ayant pas particulièrement d'idée la dessus).

"Et bien, comme ton Peter, je ne suis pas très sports..." commença-t-elle, se forçant à rester calme et à sourire. Après tout, sa nouvelle amie ne pouvait pas deviner ce point sensible.

"Et ça n'a rien à voir avec la taille. C'est juste que ça... ne me passionne pas vraiment. J'ai plus d'attraits pour les loisirs calmes ou cérébraux et je ne suis guère motivée par l'esprit de compétition. En plus, je suis pas mal maladroite et je suis quasiment une enclume dans l'eau..."

Yûko reprit un instant son souffle avant de poursuivre sa diatribe.
"Et Puis je n'aime pas que l'on vienne me voir pour me dire T'es super grande, tu va être super forte au basket ou au volley ou au saut en hauteur, vient dans notre club ! Et si j'étais petite ? je pourrais pas, c'est ça ? Est-ce que par ma taille je suis forcée de participer et d'être douée dans un sport ?"

Spazzy revint sur ce qu'elle avait dit, suite à ces propres (et sans doute étrange) réflexion.
« En fait, laisse tomber la natation, c'est super dangereux et y a pleins de mollards et de poil de cul dans la piscine... A quel genre d'activité de garçon elle faisait allusion ta mère ? »

Cela stoppa net la rage de Yûko. Jamais, jamais on ne lui avait parlé de la natation (ou d'un autre sport) ainsi.
Elle éclata donc d'un rire franc.

"Ok ! Beurk ! J'fais une croix dessus. De toute manière, je suis pas super à l'aise dans l'eau... En tout cas, on peu dire que tu sais vendre du rêve, Spa' !"

Yûko s'autocongratula mentalement : elle avait réussit à prononcer le nom de sa sempaï presque correctement. Bon, OK, une version raccourcis. Un petit rouge lui monta au joue quand elle réalisa qu'elle avait justement laissé tombé le titre honorifique.
Elle poursuivit néanmoins, pour répondre à la question de l'autre jeune fille.

"Oh, Mère est un peu vieux jeu sur ça. Son rêve est que je sois une belle jeune fille distinguée, afin de dégotter un bon mari avec une belle situation... Mouaip, ça me parait pas passionnant. Elle veut juste que je ne manque de rien et que je n'ai pas à tout sacrifier pour ma carrière... Et donc son rêve est de me transformer en parfaite petite poupée japonaise. Bon, pour petite c'est un peu raté. En tout cas, pour elle, activité de garçon, c'est tout ce qui est salissant ou vaguement vulgaire ou peu sexy. ça comprend pas mal de sport ou de clubs."

Yûko, ricana, amusée.
"Et en même temps, elle me pousse à faire des choses, pour ne pas rester à glander devant mon PC... Et comme j'ai tendance à dire oui à chaque fois qu'on me propose un truc. Les sportifs sont souvent si... passionnés. J'ose jamais répondre non."
Et aussi, parce que tu espère qu'ils seront tes amis, Yûko. Généralement, elle finissait par se faire "conseiller" de dégager du club après avoir assommer une ou deux personnes ou casser un truc par erreur..

Yûko se perdit un instant dans ses souvenirs, puis décida de conter une petite anecdote à Spazzy.
"Je te raconte pas la tête de ma mère quand je lui est annoncée que j'étais prise dans l'équipe de kendo, une année. Et que j'allais en plus participer à une compétition régionale... Bon, en fait, comme à chaque fois, j'étais une quiche, mais c'était une stratégie de la capitaine : rien que de me voir en armure en position du dernier joueurs, celui qui conclut les matchs et donc généralement le plus fort, ça a terrifié pas mal de monde... Dommage que j'ai fini par m’assommer moi-même avec mon shinai... Du coup ma crédibilité a été bien entamé et on a perdu..."

Et tu as été expulsée de l'équipe, sous la pression des autres filles. Dommage, la capitaine aurait peut être été une amie, avec le temps. Elle soupira, passant sous silence la fin de cet épisode.

"Donc, j'suis pas fan de sport. Désolé si tu comptais sur moi pour remporter quelques médailles... Je pensais m'orienter vers le club de cuisine, ici. ça fera plaisir à Mère, ça doit pas être trop chiant un que je sais déjà faire deux trois trucs et en plus, j'aime bien manger..."








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Spazzy Sore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 52
Inscription le : 17/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans - 1ère année
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Ven 21 Déc - 2:13

Spoiler:
 

Outch, apparemment sa taille + le sport était une corde délicate sur laquelle il ne valait mieux pas tirer. Heureusement que Spazzy avait vite rectifié, qui sait si Yûko n'avait pas un genre de personnalité cachée qui permettait de créer une tornade ou de dévaster un paysage entier à elle toute seule. Ce pensionnat était bizarre et accueillait des gens bizarres, ça ne l'étonnerait pas si, ou peut-être un peu quand même, si elle croisait un badass-psycho-schyzo un de ces quatre.

« Ok ! Beurk ! J'fais une croix dessus. De toute manière, je suis pas super à l'aise dans l'eau... En tout cas, on peu dire que tu sais vendre du rêve, Spa' ! »

Spazzy émit un rire un peu gêné, se rendant compte de sa rude vision sur la piscine. Au moins, Yûko était prévenue, toujours se désinfecter après un passage dans une piscine municipale. Elle avait zappé le "sempaï", ce qui n'était pas une mauvaise chose du tout. Spazzy préférait nettement mieux qu'elle la surnomme ainsi, ça faisait moins formel.

« Oh, Mère est un peu vieux jeu sur ça. Son rêve est que je sois une belle jeune fille distinguée, afin de dégotter un bon mari avec une belle situation... »

'Vache. Sa situation est tellement loin de celle de Spazzy. Yûko lui avait détaillé la manière de sa mère de voir les choses et, même si les intentions y étaient, les désirs étaient tout le contraire de ceux de sa propre mère à elle.

« Et en même temps, elle me pousse à faire des choses, pour ne pas rester à glander devant mon PC... Et comme j'ai tendance à dire oui à chaque fois qu'on me propose un truc. Les sportifs sont souvent si... passionnés. J'ose jamais répondre non. »

Rentrer dans un club de sport parce qu'elle n'osait pas dire non ? Ça devait être terrible. Terrible dans le sens abominable. Se sentir forcée de faire un sport parce qu'on n'a pas le choix, c'est ce qu'il y a de plus destructeur après le manque de communication dans un sport à équipe. Lorsque Yûko raconta son anecdote sur le kendo, Spazzy s'efforça à ne pas rire, quitte à mettre les mains sur sa bouche discretos en faisant genre elle se repose la tête en soutenant son menton, ne sachant pas trop si c'était rude ou non de rire à une telle histoire. Elle était vraiment forte, s'assommer elle-même avec un shinai... essayait-elle d’expérimenter un moulinet autour de son poignet avec ?

« Donc, j'suis pas fan de sport. Désolé si tu comptais sur moi pour remporter quelques médailles... Je pensais m'orienter vers le club de cuisine, ici. ça fera plaisir à Mère, ça doit pas être trop chiant un que je sais déjà faire deux trois trucs et en plus, j'aime bien manger... »

Le " Oh non t'en fais pas je préfère les sports individuels de toute façon donc y a pas de mal... " resta calé dans sa bouche à partir du mot "cuisine". Mince... Si elle l'en empêchait, Yûko elle sûrement se douter d'un truc, on ne sait jamais... Il fallait absolument la dévier des pâtisseries. Même si la plupart des grands chocolatiers sont des hommes, il ne fallait pas prendre le risque de laisser la moindre porte ouverte pour une quelconque mignonitude. Si jamais on lui laissait le coin des muffins, c'était foutu et les pandas en massepain crouleront comme une infestation de rats....

Mais couper les légumes, même d'un oeil tout à fait subjectif, c'était clairement un truc de gonzesse. Quel genre de plat serait assez viril pour empêcher le désastre ?...

« Ah oui ? Moi je suis pas très douée en cuisine.... » En fait, elle n'a jamais essayé, tout simplement... « Tu m'as parlé d'une recette de cheval tantôt non ? Tu pourras m'apprendre ? »

Paaaaâââââaaarfait. Rien de pire pour exterminer toute perfection-féminine-crasse.

« D'ailleurs, j'ai trouvé une super recette sur les sauterelles sauvages, j'en ai choppé de la campagne, tu pourras me montrer un de ces quatre ! »

Non ça c'est faux. Oui elle a des sauterelles sauvages séchées dans son sac, mais elle n'a jamais pensé à regarder un recette avec. Même si ça ne la dégoûterait pas d'en manger, elle se contentait très bien du riz cantonnais et l'innovation culinaire ne lui a jamais traversé l'esprit. Mais il n'y avait pas à s'alarmer, elle avait bien précisé "un de ces quatre" donc elle aura tout le temps de sélectionner des recettes entre-temps.

La dernière miette de son croissant avalé, Spazzy s'étira un peu en bâillant. C'était l'heure du coup de pompe. Elle n'a jamais compris pourquoi à partir de 11h elle tombait toujours de sommeil, pourtant elle ne se couchait pas siiii taaard que ça... Ou presque... Et puis c'est pas comme si elle faisait la sieste à cette heure tous les jours à cause de la chaleur matinale de la campagne quoi... Non vraiment 'comprend pas pou'quoi...

Elle tenta de lutter mais ses paupières se fermaient presque toutes seules. Elle changea position et se tortilla un peu sur sa chaise avant de se laisser glisser sur le banc, la tête posée sur ses bras croisés, s'efforçant d'écouter Yûko parce que c'était sûrement intéressant, mais luttant comme si on lui avait refilé un somnifère.

« Je suis sûre que j'étai été piquée par la mouche tsé-tsé pendant mon enfance... »

Grommela-t-elle à moitié inconsciente, ne sachant plus trop si elle était déjà entrain de rêver ou si elle appartenait encore au monde réel.




Fiche Portable Liens
Revenir en haut Aller en bas
Yûko Hanaegaru
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 34
Inscription le : 15/11/2012
Localisation : L'esprit errant parmi un millions de mondes


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année/16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   Lun 7 Jan - 19:04

Yûko continua de siroté son café, avant de se rendre compte qu'on lui en avait spolié la plupart.
Lorgnant avec envie les bouilloires de la salle, elle écoutait Spazzy poursuivre :

« Ah oui ? Moi je suis pas très douée en cuisine.... »
« Tu m'as parlé d'une recette de cheval tantôt non ? Tu pourras m'apprendre ? »

Comme d'habitude, l'esprit de sa senpai semblait sauter du coq (au vin) à l'âne.
Bien évidemment, Yûko pris la question avec le plus grand sérieux.

"Et bien, j'ai qu'une connaissance très théorique de la chose : je n'en ai jamais réellement mangé, ni même cuisiné. Chez nous, c'est plutôt cuisine traditionnelle. Mais avec un peu de recherche sur le net, ça doit se trouver. Et vu le buffet du petit-déjeuner, le pensionnat à l'air de s'y connaître en cuisine occidentale. Avec un peu de chance, ils auront les ingrédients."
Bon, c'était très peu probable. Yûko semblait se rappeler que même en Europe, ce n'était pas un met courant. Dans ses lettres, son père n'en avait jamais fait mention.

"Tiens, c'est une idée, ça..." réfléchit-elle à voix haute. "Je pourrais écrire à Père, pour voir s'il peut me renseigner sur une recette...Mmmmhhh... Quoique, ça doit pas être si compliquer, c'est que de la viande, suffit de la griller et voilà... Si tu craint pas de te salir et qu'on trouve les ingrédients, je t'apprendrais volontiers... Enfin, si j'arrive d'abord à cuisiner ça !"
Yûko, masterchef. En fait, ces connaissances en cuisine se limitait aux trucs vite fait, bien fait qu'elle engloutissait seule le soir quand sa mère rentrait tard du travail, avant de retourner illico sur son ordinateur. Elle n'était donc pas réellement un cordon-bleu.
Pendant se temps, Spazzy continuait dans l'exotisme culinaire :

« D'ailleurs, j'ai trouvé une super recette sur les sauterelles sauvages, j'en ai choppé de la campagne, tu pourras me montrer un de ces quatre ! »
Yûko déglutit de façon visible. Autant la viande de cheval ne lui faisait ni chaud ni froid, autant l'idée de boulotter de l'insecte ne la remplissait pas trop de joie. Elle fit toutefois un effort pour plaire à sa nouvelle amie.
"...Euh...J'avoue que là, j'ai pas trop d'idée de comment ça se cuisine et ça se mange, ça... C'est... pas courant."

Elle aurait pu s'arrêter là et laisser l'idée disparaitre de l'esprit de Spazzy. Mais évidemment, son cerveau logique s'en méla et décida bien malgré elle de se pencher sur la question.
"Il me semble toutefois que c'est un plat assez courant ailleurs. En Inde ? En Chine ? Peut être en Afrique ? Hummm... Il me semble qu'il faut les faire griller ou les frire dans l'huile. Tu crois qu'il faut une race particulière de sauterelles ? Je ne suis pas sûr que l'on puisse les prendre directement dans la nature comme ça... Il faudrait sans doute les nettoyer, pour pas risquer de choper un truc."
Et voilà, elle cherchait déjà comment réaliser le fantasme de Spazzy ! Bon sang, elle allait se retrouver à devoir cuisiner des bestioles pour sa senpai, voire pire, à les goûter avec elle !

"Enfin, j'sais pas trop encore ce qu'on a le droit de faire au club de cuisine..." temporisa-t-elle, gênée et cherchant à sortir de ce traquenard. "Il doit y avoir tout un tas de trucs légaux et de choses qu'on a pas de droits de faire."
Prions, oui, prions pour ça.

Heureusement, l'attention de Spazzy sembla peu à peu diminuer.
« Je suis sûre que j'étai été piquée par la mouche tsé-tsé pendant mon enfance... »
Un baillement lui échappa, qui fut illico reprit par une Yûko qui avait peu dormi et avait subit un voyage plutôt long.
"Voyons, il n'y'a pas de mouche tsé-tsé au Japon. Remarque, vu que tu es fan de sauterelles, tu as peut être passé ton enfance en Afrique ?"
Voilà qui serait fascinant.
En tout cas, elles devaient faire quelques chose avant de tomber de sommeil toutes les deux et passer pour deux pauvres loques avachies et endormis au milieu du self...








Ecrit en #a56ac5
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et un nouveau monde s'ouvre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et un nouveau monde s'ouvre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Extérieur :: La Cour-