AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riku Tenshiro
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 36
Inscription le : 18/10/2012
Localisation : dans un coin sombre, a attendre le bon moment



MessageSujet: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   Jeu 1 Nov - 17:49

Que dire... une journée.. calme, basique, simple, sans réelles embrouilles. Bref, la douce routine qui avait commencée a s'instaurer depuis mon arrivée. J'avais déjà fait toutes mes séances de sport quotidiennes en plus d'avoir fini mon travail pour la journée en avance, comme d'habitude. J'avais même eu le temps de prendre une douche et d'enfiler une chemise. Oui, une chemise, initialement, j'avais prévu que ce soir j'irais m'enfiler quelques pintes dans un lieux chic mais... arrivé sur le vif du problème, mon regard s'est malencontreusement posé sur ma guitare. Guitare qui, n'avait plus servie depuis un moment. C'est Alors que je me dirigea vers elle, la dépoussierrant et l'accordant avant de la ranger dans sa pochette avant de pousser un profond soupir, hésitant. C'est la que l'idée me traversa l'esprit, le toit ! Pourquoi pas... a cette heure (légèrement avancée de la nuit) et en ce moment, il ne devait pas y avoir grand monde et que de toute manière l'isolation y était bonne et la vue magnifique.

C'est donc sur ce choix que je me décida de m'y rendre, ce qui, étant donné que j'ai les clefs, ne fus pas dur d'un brin. Je pris le soin de refermer derrière moi alors que j'allais m'installer a un rebord, sortant la guitare (une folk) pour commencer a doucement caresser les cordes, comme cherchant a se remémorer ses vieux accords, ce qui ne tarda pas, étant donné qu'il se lança sur un morceau plutôt sombre, mélancolique. Un morceau sentant le dramatique a plein nez, un air capable de ramener des larmes a un être heureux, mais pas car elle est mauvaise ou assommante, mais tout simplement car elle est magnifique et qu'elle sait ou appuyer au plus profond de votre coeur.


Spoiler:
 

Quand le morceau se termina (et oui, au cas ou vous vous posiez la question, il avait chanté, très faiblement, mais oui). J'eus une hésitation sur "quoi continuer". C'est après un léger silence que je me décida simplement, enchaînant sur quelque chose de plus... entraînant, bien que témoignant aussi d'une douce mais certaine mélancolie, un air simple, sans paroles, un air existant pour vous emmener au plus profond de votre existence, vous toucher, et repartir, comme si ne rien était, quelque chose qui existe pour vous dire, "rêves, rêves, va y, part, et ne reviens pas sans réponses !". En tout cas... c'est ainsi que je le ressens. Cette impression de ténèbres, ce vide quasi-total, constant, mais ou on sent une pointe de fuite, s'y mêlant, comme une recherche d'un chemin bien trop distant, difficile d'accès, mais présent !

Spoiler:
 

A la fin de la musique, un son attira mon attention, je me relevais donc, la porte n'avait pas été ouverte, je l'aurais sans aucun doutes entendue... Donc n'étais-je pas seul depuis le départ? J'avais choisi de jouer la carte "politesse", et puis au pire, je parlerais seul pendant un petit moment... y'avait personne pour m'entendre de toute manière, dans ce cas la

-Bonsoir, il y a quelqu'un? Je suis désolé si je vous ai dérangé ou autre, ce n'était pas mes intentions, je cherchais juste un endroit ou jouer de l'instrument tranquille...

Nous verrons bien, si j'avais rêvé ou non. Bien que je rêvais ce genre de chose que très rarement.



"Certaines fautes sont rattrapables mais les erreurs le sont rarement"
"Que tu me craignes ou non.. il vaut peut être mieux que tu gardes tes distances.."
"si tu est absent lors de mes combats, n'espère pas être présent lors de mes succès"
"Fuir n'apporte que la défaite. Il vaux mieux mourir pour ce que nous croyons juste que vivre en servant une cause oubliée"
"Tu sais, quand tu as une vie de chiottes avec sans cesse des batons dans les roues, la seule chose que tu puisse faire... c'est te battre"
"La mort nous sourit a tous, tout ce qu'on peux faire, c'est sourire à la mort"
Revenir en haut Aller en bas
Maru Asayo
avatar
agent d'entretien

Féminin Age : 72
Messages : 66
Inscription le : 12/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 22 ans - Bonniche
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   Ven 9 Nov - 20:41

Maru avait décidé qu’après cette journée trop longue, trop pleine d’élèves et de leurs auras trop colorées, elle irait n’importe où sauf dans sa chambre. Dans sa chambre, elle entendait la musique trop forte du psychologue et les rires des enseignants quand ils se retrouvaient dans l’une des chambres ou même, temps en temps, le brouhaha des élèves allant se coucher après la douche. Et Maru, qui écoutait les musiques de son mp3 en boucle durant toute la journée n’avait tout bonnement plus envie de musique avant de dormir. Sauf le mardi, parce qu’elle allait en boîte pour se défouler un peu. Le mardi, c’était sacré. Elle mettait une robe courte, des talons assez hauts qu’elle aimait bien porter parce que pour une femme adulte, son petit mètre soixante faisait rire les plus grands élèves. Le mardi, elle se tortillait comme un spaghettis cuits au milieu des corps. Parfois, elle voyait des élèves mais elle ne disait rien. Après tout, elle était juste une femme de ménage, même si elle était bien plus sexy que les clichés auxquels la population était habituée. On voyait souvent les femmes de ménage comme des vieilles moches qui généralement ne parlaient pas bien la langue du pays. Maru, elle, était jeune, belle et sous ses musiques de lycéenne, ses vêtements colorés et ses grands gestes, elle était intelligente. Elle aurait pu être plus qu’une balayeuse de salon de coiffure ou qu’une femme de ménage. Cependant, elle ne regrettait en aucun cas les études qu’elle aurait pu faire si elle avait eu plus d’argent. Après tout, même femme de ménage, elle était bien à Aomori.

Le dernier balai rangé, le dernier torchon essoré et plié, Maru avait repris le chemin de la tanière, afin d’autant des vêtements sales et imprégnés d’une forte odeur de produits nettoyants. Elle aurait dû être habituée, à force de refaire la même chose chaque jour mais si, pendant qu’elle travaillait, l’odeur de désinfectant ne la dérangeait pas, c’était autre chose quand elle ne baignait plus au beau milieu des produits. Maru commença à se déshabiller avant d’atteindre sa chambre. Elle avait sautillé d’un pied à l’autre pour ôter ses vieilles tennis, elle avait défait les bretelles de sa salopette et avait retiré ses chaussures jaunes comme des soleils. Ce n’est qu’une fois la porte close qu’elle avait retiré un par un les vêtements qu’elle portait avant de s’enfuir sous une douche brulante.

C’est sous la douche que l’envie d’une noyade à l’air lui prit. La noyade à l’air, c’était un jeu qu’elle avait développé en rencontrant le toit de l’établissement. Elle se mettait là où les courants d’air étaient les plus forts et elle essayait de respirer. Evidemment, elle était incapable d’inspirer autant d’air d’un coup et ça lui donnait le sentiment de se noyer. D’où le nom. D’ailleurs, c’est sur le toit qu’elle était montée après avoir retrouvé des vêtements parmi ceux qui trainaient dans les coins de sa chambre. Elle n’avait rien enfilé d’extravaguant. Pas de jupe, pas de talon, pas de couleur. Un jeans, des ballerines noires et un big sweat à capuche qu’elle avait acheté dans un magasin pour hommes. Au moins, elle avait chaud dedans. Et un sweat, c’est très facilement unisexe.

La noyade à l’air commença alors qu’elle avait à peine franchis le seuil séparant l’intérieur chaud et douillet de l’extérieur froid et mordant. Elle avait ouvert la bouche, pour absorber le plus d’air possible, tout en rabattant la capuche sur sa tête. Quand elle en eut assez, elle sourit, le temps de reprendre son souffle.

Et il y avait de la musique, sur le toit. Pas si loin d’elle. En même temps, les toits n’étaient pas spécialement étendus. Elle avait cligné des yeux quelques secondes avant de chercher l’origine de la voix. Elle distingua un faible halot bleu qui s’intensifia au fur et à mesure qu’elle approchait de la personne. Elle se tenait à cinq mètres au moins de la personne à l’aura bleue. C’était un homme. Plus grand qu’elle. Musicien. Les cheveux bruns et longs. Une chemise. Maru resta un petit moment derrière lui, à l’écouter jouer. L’air choisit bien son moment pour s’engouffrer dans la bouche qu’elle avait ouverte pour parler. Elle émit un faible son, comme un « aaaaah » sifflant. Et elle se plaqua derrière l’angle du mur, dans le noir.

Riku – Bonsoir, il y a quelqu'un? Je suis désolé si je vous ai dérangé ou autre, ce n'était pas mes intentions, je cherchais juste un endroit ou jouer de l'instrument tranquille...

Maru se détacha timidement du mur et se rapprocha. Un sourire gêné se dessina sur ses lèvres alors qu’elle levait une main camouflée par la manche trop longue d’un pull d’où ne sortaient que quelques doigts.

Maru – Salut !

Son bras retomba contre son flanc et la manche, qui s’était un peu retroussée dans le mouvement, recouvrit sa main entière. Maru n’était pas très grande et elle flottait dans les vêtements pour hommes. Son sourire s’élargit.

Maru – C’est moi qui suis désolée d’avoir interrompu ton enchaînement musical. Mais tu vois, j’ai ouvert la bouche et un flot d’air s’est engouffré dans ma gorge, ce qui fait que j’ai produit ce son… Bizarre.

Keep calm, honey. Tu vas lui faire peur si tu parles trop vite. Et bon, ce n’est pas comme si tu étais devant la porte mais c’est tout comme. Et il ne faudrait pas qu’il saute dans le vide. Ce serait dommage.

Maru – … Soit. Désolée.




krr krr krr ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Riku Tenshiro
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 36
Inscription le : 18/10/2012
Localisation : dans un coin sombre, a attendre le bon moment



MessageSujet: Re: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   Mar 13 Nov - 16:04

Devant son apparition, je me lâcha comme un petit soupir rassuré. Oui non, tout ça pour me rassurer que je ne sois pas encore fou, c'est tout hein ! Réaction normalement normale chez tout le monde ! Bref, je l'écoutais en silence, un léger sourire se dessina sur mon visage, simple. Elle semblait... vivante. Cela faisait plaisir à voir. Et puis, ce n'est pas quand je suis monté sur ce toit que je m'attendais à être entendu et interrompu par une aussi belle jeune femme. Elle portait une tenue simple, comme quelqu'un qui avait simplement envie de prendre l'air, de se détendre. C'est sur qu'on pourrait très bien se demander ce que je foutais la avec ma chemise et mon jeans de très bonne qualités que je ne sortait normalement que quand j'allais dans des endroits chics ou l'ont demandais ce genre de chose. En y repensant... c'est vrai que j'aurais pu me changer. Mais bon, trop tard de toute manière. Je la jaugeais un moment, elle semblait un peu gênée de m'avoir interrompu... je n'en voyait pas le mal. Après tout, elle avait eu la franchise de venir s'excuser, c'était pas le principal? Enfin, dit comme ça on pourrait penser que cela me dérangeait, mais ôtez cette idée de votre petite tête, c'est pas le cas ! J'ajustais machinalement, d'un mouvement qui trahissait mon habitude de porter ce genre de choses, ma chemise avant de lui offrir un sourire franc, simple, avant de répondre, d'une voix qui trahissait sans doutes mon léger amusement de la situation:

-Salut ! Et ne t'en fais pas, il n'y a pas de mal. Je présume que tu as du entendre au moins le second morceau, si ce n'est pas les deux... j'espère juste que cela t'as été agréable et non dérangeant, dans le cas contraire c'est moi qui m'excuserait d'être venu te polluer les oreilles en pensant être seul ici....

Cette fois, c'est moi qui pouvait sembler légèrement gêné. Après tout c'est vrai, et si elle avait trouvé ça nul, j'aurais l'air de quoi moi hein? Je savais que j'avais un peu perdu la main... j'espérait simplement que c'était pas devenu catastrophique. En tout cas a mon oreille, j'avais joué juste et chanté bon. Après... c'est comme tout, faut aimer. Je l'observais tranquillement. Elle sortait réellement de l'ordinaire avec sa peau foncée, ses cheveux blancs, son physique très bien dessiné et ses yeux bleus. On en voyait pas souvent, des filles comme elle. Je posais la guitare a côté de moi avant de m'incliner légèrement vers elle, poliment

-en tout cas, enchanté, je me nommes Riku Tenshiro, je suis actuellement et depuis peu de temps, surveillant dans cet établissement

Un autre détail attira mon attention, ses talons. Cela m'arracha un sourire légèrement amusé bien que très discret. Un petit complexe de grande taille? Dans un sens s'était un peu mignon. Moi du haut des mes 1m90 presque, je n'avais jamais eu ce problème, sauf sur les champs de bataille ou je me disais parfois que j'aurais aimé être un petit japonais comme les autres et mesurer mes 1m60 de haut... après tout, pas pratique de se planquer derrière un muret quand on est trop grand, c'est plus chiant que pour les autres, on doit limite s'allonger par terre. Vous comprenez très facilement que c'est très rapidement très chiant. Mais bon, je suis encore en vie, faut croire que je compense ce problème naturel par d'autres qualités, même sur le champ de problème. Sinon, c'est bien d'être grand... ça permet de repérer les fauteur de trouble par dessus la tête des spectateurs dans la cour de récréation, quand les petits veulent se battre comme des grands. En y réfléchissant, je ne savais pas vraiment quoi ajouter d'autre à mes deux tirades précédentes. Après tout, je ne m'attendais en rien à rencontrer quelqu'un ici à cette heure, qui plus est, elle n'avait pas l'air d'une élève. Je l'avais peut être même déjà croisée dans les couloirs, tiens, sa frimousse me dit quelque chose. ça à pu être bref, en tout cas, voila. Merde... en y repensant, dans la house de ma guitare, j'avais depuis mon arrivée oublié d'ôter le magnum qu'y s'y trouvait, par sécurité. Je n'avais plus qu'à espérer qu'elle ne soit pas trop curieuse ni même que je puisse avoir quelque chose à chercher dans celle-ci. Après tout, cela pourrait porter grandement a confusion... que ferait un simple surveillant d'établissement avec une arme a feu jusque dans sa sacoche de guitare? Bon, être ici ne me mettait pas à l'abri de problèmes mais il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin, pas vrai? J'avais simplement oublié... honte à moi malgré tout. Mon sourire n'avait pas quitté mes lèvres, je la regardait toujours, mes yeux plantés dans les siens, honnêtement et respectueusement. Nous verrons bien comme les choses allaient tourner, pas vrai?

-Je peux peut être t'être utile en quelque chose?



"Certaines fautes sont rattrapables mais les erreurs le sont rarement"
"Que tu me craignes ou non.. il vaut peut être mieux que tu gardes tes distances.."
"si tu est absent lors de mes combats, n'espère pas être présent lors de mes succès"
"Fuir n'apporte que la défaite. Il vaux mieux mourir pour ce que nous croyons juste que vivre en servant une cause oubliée"
"Tu sais, quand tu as une vie de chiottes avec sans cesse des batons dans les roues, la seule chose que tu puisse faire... c'est te battre"
"La mort nous sourit a tous, tout ce qu'on peux faire, c'est sourire à la mort"
Revenir en haut Aller en bas
Maru Asayo
avatar
agent d'entretien

Féminin Age : 72
Messages : 66
Inscription le : 12/09/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 22 ans - Bonniche
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   Sam 8 Déc - 20:44

Tout ce qui est petit est mignon


Maru resserre l’étau de ses bras autour de son corps. Ce n’était que maintenant qu’elle se rendait compte qu’il faisait froid. En même temps, il fallait vraiment être con pour ne mettre qu’un pull et se planter dans les courants d’air. Par contre, les pieds, ça allait. Elle n’avait pas froid. Elle n’avait jamais froid aux pieds. Même en talons. Bordel, quelle idée de mettre des talons, Maru ! Tu vas encore devoir les plonger dans une baignoire d’eau froide pour les soulager ! Et après, tu auras la crève. Bien fait pour toi. Elle repousse des mèches blanches derrière son oreille. Comme ça, dans la nuit, tu fais plus apparition qu’autre chose. Genre, Dame Blanche ou ectoplasme. Tu me diras, dans tous les cas, ça revient au même. Qu’on t’appelle fantôme, dame Blanche, apparition ou ectoplasme, t’es quand même morte. Oui mais Maru, elle était vivante. Bel et bien vivante.

Elle hoche la tête quand il lui demande si elle entendu les deux morceaux. Oui. Bien sûr. Maru n’a pas reconnu la mélodie, d’ailleurs. Trop nulle. En même temps, niveau musique, elle n’écoutait jamais que les musiques lui permettant de danser. Les musiques des lycéennes type des shojos. Après, elle était carrément naze. Il s’excuse. Parce qu’il ne voulait pas la déranger en ayant mal joué. Genre.

Maru – Oh. Non, c’était joli, je t’assure !

Maru, elle n’a jamais pu jouer d’un instrument. Pourtant, elle pense qu’elle aurait aimé. Elle ne sait pas quoi. Les percussions, peut-être. C’est vrai, elle aimait bien taper en rythme. Parfois, en nettoyant, elle tapait en cadence sur sa cuisse. Mais avec ses écouteurs, elle ne pouvait pas entendre ce que ça donnait. Elle aurait aimé faire un truc exotique. Le djembé peut-être. Au lieu de quoi, elle avait des bases en lap dance. Les gens la regardaient toujours bizarrement quand elle le disait. Les garçons, ils ne demandaient qu’à voir. Les filles, ça les dégoutaient. Elles pensaient qu’elle faisait ça pour se rendre intéressante. Maru, elle avait juste appris ça parce que sa mère lui avait montré comment faire. Une fois que c’était bien ça, c’était assez joli comme danse. Maintenant, à vingt-deux ans, elle n’en faisait plus. En même temps, ce n’était pas comme s’il y avait des barres à chaque angle de couloirs, ici.

Maru s’approche. Un pas d’abord. Un tout petit pas, timide, chancelant. Depuis quand es-tu timide, Maru ? Lève la tête, chérie ! Il n’y a rien à craindre. Et si tu passes pour une grosse conne, ce n’est pas bien grave. Ce ne serait même pas la première fois. C’est bien pour ça que les gens t’aiment, non ? Parce que tu ne ressembles pas aux autres. Parce que tu ne te prends pas la tête pour savoir si c’est politiquement correcte ou pas. Parce que tu es là s’il faut et que tu ne t’imposes pas quand il ne faut pas. En même temps, tu n’aimes pas ressembler aux autres. Tu trouves ça chiant. Tu sais que tu as raison. Il s’appelle Riku. Tenshiro Riku. Surveillant. Donc, adulte. C’est fun, elle n’aura pas à lui faire la remarque de la grande sœur. Tu devrais pas dormir à cette heure, toi ?

Maru croise les jambes, à quelques pas – à peine – de lui. Elle croise ses bras sous sa poitrine. C’est quand même plus confortable et plus esthétique que d’avoir les bras ballants. Comme ça, au moins, elle peut rentrer les doigts dans son pull et les réchauffer.

Maru – Moi c’est Maru. Maru Asayo.

Genre. Tu te la joues James Bond, là, chérie.

Maru – J’suis femme de ménage.

Glamour à souhait, Maru. Qu’est-ce qu’il va penser de toi. Tu ne savais pas dire agent d’entretien ? Ca donne mieux, non ? Ca fait genre agent comme agent secret, agent de policier, agent double. Femme de ménage, ça fait juste… Pas glamour. Enfin. Celui qui va penser que t’es conne, que tu ne sais rien faire d’autre de ta vie, que tu vas finir vieille fille ou que tu es une immigrée, tu le butes. Clair. Net. Précis. T’avais juste pas l’argent nécessaire pour te payer des études en psychologie. C’est tout. Maru soutient son regard. Elle pince ses lèvres avant de sourire en entendant sa question.

Maru – M’être utile ? Je ne crois pas.

Elle se dénoue ses jambes, se rapproche de lui. Elle finit par le dépasser pour s’appuyer contre la barrière du toit. La vache, ce que c’est haut !

Maru – Mais ça ne veut pas dire pour autant que tu me déranges ou que tu dois partir.

Elle le regarde par-dessus son épaule, souriante.

Maru – Puisqu’on est là… On a qu’à causer ?

Qu’est-ce que tu en penses ?





krr krr krr ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Riku Tenshiro
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 36
Inscription le : 18/10/2012
Localisation : dans un coin sombre, a attendre le bon moment



MessageSujet: Re: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   Sam 8 Déc - 21:14

Je l'observais en silence; Voila donc une jeune femme particulière. En même temps, depuis mon arrivée, je n'avais pas rencontré quelque chose d'autre, que des personnes particulières. Une fois sortie du coin qui était presque le plus sombre du toit, je pus en effet constater qu'elle était réellement attirante. Son compliment m'arracha un léger sourire et une petite inclinaison vers l'avant, comme pour la remercier. Elle se présenta ensuite. Maru Asayo. Elle passa à côté de moi, s'accoudant aux rambardes, proposant de papoter un brin. Pourquoi pas, après tout? Je m'avança afin de me positionner à côté d'elle, restant a distance respectable. Je fixais le vide devant moi, en silence, un moment, avant de finalement commencer à parler

-Enchanté, Maru. tu sembles gênée, quelque chose ne vas pas?

Si c'était en rapport avec son travail, il n'y avait pas de quoi être gênée. Pourquoi? Deux raisons me montent instinctivement a l'esprit. Si les couloirs que j'emprumpte son propres, c'est grâce à elle. Grâce à elle, l'endroit ou je travaille tous les jours est fréquentable, rien que pour ça, elle mérite déjà tous mes remerciements. Ensuite, j'ai beau être un ancien militaire et qu'autour de moi, je fais toujours en sorte que les choses soient carrées, si demain on me proposait d'avoir une femme de ménage à domicile, je prendrais sans doutes. Elle n'aurait pas beaucoup de travail, certes, même si je cesse de tout ranger derrière, mais croyez moi qu'au moins, elle serait mieux payée, car elles sont souvent sous payées à côté du travail qu'elles fournissent.

-En effet, quitte à être ici, autant en profiter cependant...

En prenant une pause, je me permis de m'excuser un instant, ouvrant la sacoche de ma guitare pour en sortir une veste et la lui tendre, lui offrant un léger sourire

-j'ai crû remarquer que tu avais froid et il se trouve que j'ai toujours une veste la dedans, au cas ou. Ne te gênes pas de la prendre, ça me fais plaisir. Je me sentirait gêné de te voir frigorifiée à mes côtés !
Je plaçais donc la veste sur ses épaules, sans réellement attendre de réponse. Après tout, ce n'est pas comme si une réponse négative de sa part était un temps soi peu acceptable, hein? Je me replaçais donc à côté d'elle, mais toujours a distance respectueuse, regardant encore le vide devant moi. Quelle belle vue. Je vous dirais bien que ça ressemblait un peu a diverses vues que j'avais vu sur de quelconques champs de batailles ou en voyage mais cela ne vous évoquerait sans doutes rien, alors ce n'est pas la peine de vous faire perdre votre temps dans ces récits inutiles. J'eus néanmoins un soupire d'aise, je ne ressentais pas vraiment le froid, ayant été habitué à trainer arme a la main dans des lieux beaucoup plus sombres et frais et du coup, beaucoup moins bien accompagné. Moi qui m'était prévu une soirée solitaire (enfin, presque, si on compte la guitare..) c'était rapé ! Mais cela non plus, cela me dérangeait en rien.

-Alors Maru, que fais une aussi belle jeune femme perdue sur le toit de son établissement à cette heure un minimum tardive en ce soir de fin de semaine?

C'est vrai que théoriquement, en fin de semaine, et surtout aussi bien habillée, les femmes ont souvent de meilleures choses à faire que de trainer sur un toit isolées du monde? Vous me direz, je n'aurais pas de réponse d'une pertinence extrême a répondre si elle me retournait la question. Surtout que je ne me voulait en rien flatteur, cette question était sortie toute seule, il fallait bien lancer un sujet de discutions, après tout, non? Je la regardait alors tranquillement, en silence, attendant une quelconque réaction/réponse.




"Certaines fautes sont rattrapables mais les erreurs le sont rarement"
"Que tu me craignes ou non.. il vaut peut être mieux que tu gardes tes distances.."
"si tu est absent lors de mes combats, n'espère pas être présent lors de mes succès"
"Fuir n'apporte que la défaite. Il vaux mieux mourir pour ce que nous croyons juste que vivre en servant une cause oubliée"
"Tu sais, quand tu as une vie de chiottes avec sans cesse des batons dans les roues, la seule chose que tu puisse faire... c'est te battre"
"La mort nous sourit a tous, tout ce qu'on peux faire, c'est sourire à la mort"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée s'annonçant tranquille (parfois y'a l'air mais pas la chanson !) [PV Maru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Toit-