AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ferme les yeux fort : tu vois la vie est belle. [pv Akira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chiharu Makino
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 550
Inscription le : 25/03/2012
Localisation : Derrière toi. Bouh.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Deuxième année - 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Ferme les yeux fort : tu vois la vie est belle. [pv Akira]   Dim 14 Oct - 13:34

Chiharu & Akira
« This story's missing a wishing well.
No mirror to show and tell.
No kiss that can break the spell.
I'm falling asleep. »

C'était elle, la vermine, la fille à la salopette. Elle était là dehors, depuis une heure, ou deux peut-être. Elle est rentrée, sans avoir l'âge, ni même l'envie, peut-être. Fallait juste faire comme tous ces gens qui vont en boite le samedi soir. Elle a sorti sa guitare, elle a dansé sur le comptoir, on lui a demandé qu'elle âge elle avait, elle a oublié de mentir on l'a fait sortir, elle et son pote. Son pote, elle ne se souvenait plus vraiment de quand il avait commencé à l'être, ni pourquoi, et elle en avait trop peu pour se soucier de ce genre de choses. C'était son pote, voilà tout, qui vomissait ses tripes pendant qu'elle insultait ceux qui l'ont mise à la porte, frappant les murs et les poubelles, hurlant comme une histérique et se plaignant de la société. La société c'est génial, c'est facile à invoquer. Quand quelque chose ne va pas elle invoque toujours la société. Elle a taché sa salopette ? C'est la faute à la société. Elle a volé les bonbons du petit gamin qui pleure. C'est pas sa faute, c'est la société. T'as attrapé le sida tu sais pas contre qui te retourner ? Regardes là-bas, c'est notre bouc émissaire de société qui t'attends. Mais la société, même si elle si elle renchérit jamais elle n'aide pas non plus. Elle sert juste à vous défouler cinq minutes et à passer à autre chose. Alors elle est passé à autre chose, elle a remonté sa salopette-short, choppé le col de son pote et elle a marché dans la rue, à chercher quelque chose à faire. Ce soir elle ne dormirait pas. Elle avait passé la journée à flâner et n'avait songé à sortir de son lit que vers 18 heures, et puis elle avait croisé son pote. Alors elle amené avec elle, sans vraiment lui demander son avis. Mais ça ne le dérangeait probablement pas. C'était son pote. Et maintenant ils déambulaient dans les rues, comme une belle brochette d'imbéciles. Ils s'étaient arrêtés à la plage, complétement vide à cette heure-ci, sans surprise, il était 22 heures, c'était pas dans les horaires. Elle a retiré ses baskets et les a balancé dans la tête de son pote.

-Hey Akira viens on reste ici ? Eh Akira. T'es encore vivant ?

Son pote, il s'appelle Akira. On sait pas pourquoi il s'appelle comme ça et franchement on s'en fout. C'est pas comme s'il y avait une raison. Et puis elle a retiré ses chaussettes, elles les a lancé sur son pote, mais elle l'a raté cette fois. Elle a voulu tremper ses pieds, elle a juré parce que c'était froid mais elle est resté dans l'eau, et si elle attrape un rhume, et bien tant pis.
La fille a la salopette, elle regarde le large et elle sourit. Le monde est grand, ça l'a toujours fasciné. Elle avait voulu en faire le tour, mais, loin d'être débrouillarde, elle s'était contenté de faire un dixième du Japon en fugue. Elle n'avait ni la trempe d'un aventurier, ni le courage de se lancer, elle restait coincée là, seule avec ses rêves une personnalité toute faite et un coeur de gamine. Mais tant bien l'océan est grand tant elle peut marcher dedans. Elle écarte les bras, prend une petite bourrasque d'air qui fait trembler sa salopette.

- JE SUIS LA REINE DU MOOOOOOONDE

Et ils sont là tous les deux, comme les rois du monde, peut-être, comme les rois des cons, sûrement.

© codage Chieuze citation The Birthday Massacre



You’re getting big you’re wanting more you’re hiding behind your plastic soul Screaming out loud give me it now I don’t have a doubt who’s in control who’s in control If you follow everyone it’s easier to find You have the courage and the heart to lose your mind behind the curtain there’s a certain man you know you can’t control you can’t control you can’t control I can't crontol (c) Mags
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: «  »   Sam 20 Oct - 11:17

Qu'est-ce que je foutais ici ? Je n'en avais aucune idée, et à vrai dire, ça m'importait peu. Je savais une chose, c'est qu'il était très tard, et que la plupart des gens étaient en train de roupiller, bien au chaud dans leur lit. Seule la notion du temps semblait avoir gardé sa place en moi, mon état ayant effacé de mon cerveau toute possibilité d'une quelconque réflexion, me rendant incapable de penser correctement. Je n'avais retenu que l'heure, qui avoisinait certainement les quatre heures du matin, si tant est que ma mémoire pouvait encore se montrer fiable. En tout cas, j'avais un vague souvenir : des lumières clignotantes, de la musique, une ambiance de folie : on était partis en boîte.
Finalement, en moins de temps qu'il en faut pour qu'on se rende compte des évènements, je m'étais retrouvé dehors. Me contentant jusqu'à présent de rester dans un coin en fumant, parlant avec les gens qui passaient près de moi - et principalement des demoiselles peu vêtues, je restais insensible du fait de mon état passager et différent. En réalité, être défoncé procurait aussi quelques avantages, comme la capacité à pouvoir rester de marbre devant bien des choses qui auraient pu me faire craquer en temps réel.

Peu après, j'avais senti des bras me soulever, et j'aurai certainement réagit violemment si je m'étais rendu compte de ce fait avant de me retrouver dehors, à côté de Chiharu. Chiharu, c'est une fille que j'avais rencontrée il y a un petit moment, et bien qu'elle avait l'air un peu bizarre sur les bords, elle était sympathique. Sympathique dans la mesure où elle n'était pas aussi superficielle que toutes ces filles qui n'avaient d'intérêt que pour le physiques des garçons qu'elle abordait. Non, elle n'était pas comme ça, même si dans un sens, il lui arrivait d'être pire. Il faut dire qu'une demoiselle aux cheveux verts qui se prend pour une racaille, et ne fait preuve d'aucune classe puisque se comportant comme un garçon, ça fait peur.
Mais Chiharu ne voulait rien savoir. Saint d'esprit, il m'était peut-être venu de lui avouer qu'elle n'était pas des plus intelligentes, au contraire, mais elle n'avait pas relevé. Lors de mes excès, et le cerveau à moitié brouillé comme c'était le cas la plupart du temps, je me laissais traîner sans rien dire. Ou peut-être que je ne me rendais tout simplement pas compte de ce qu'il se passait. Je voyais le monde au travers d'un voile flou et ne comprenais pas toujours ce que faisaient les autres.

Finalement, on s'était retrouvés à la plage, sans savoir comment - enfin, Chiharu devait le savoir, mais pour moi, il s'agissait tout bonnement d'une téléportation. Sans gênes, et ce n'était pas étonnant puisque nous étions au bord de l'eau, Chiharu avait commencé à se déchausser. Puis à retirer ses chaussettes. À partir de là, mes yeux avaient commencé à se plisser. Elle ne comptait quand même pas se foutre à poil, ici, devant moi ? Je me frottais les yeux pour vérifier que ce n'était pas une hallucination provoquée par mon cerveau en miettes, mais non. Heureusement, elle se contenta de s'avancer, de tremper ses pieds et d'écarter les bras pour hurler une phrase, tirée d'un film bien connu devant lequel je n'avais pas manqué de m'endormir.
Un film cool, mais dont la réplique semblait bien conne, dite dans cette situation. Et je m'étais contenté de soupirer, reculant de quelques pas pour être hors de portée de l'eau qu'elle aurait éventuellement pu me balancer à la gueule. Reculer, pour pouvoir m'allumer une clope, et fumer tranquillement en regardant le ciel. Tout en soufflant la fumée en direction du ciel, je n'allais cependant pas sans lui répondre d'une voix ennuyée, mais presque incompréhensible.

« Et moi un prêtre orthodoxe. »




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Chiharu Makino
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 550
Inscription le : 25/03/2012
Localisation : Derrière toi. Bouh.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Deuxième année - 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Ferme les yeux fort : tu vois la vie est belle. [pv Akira]   Dim 18 Nov - 20:13


every prince is a fantasy the witch is inside of me
avec akira & chiharu.



Le vent lui glace les chevilles en envoyant des vaguelettes d'eau froides. Elle frissonne, se mords la lèvre hésite à sortir et se ravise, elle aurait eu encore plus froid. Elle plonge les mains dans la mer, elle se les pèles encore plus. Quelques mètres derrière elle son pote allume une clope, il ne viendra pas se les peler avec elle, dommage.

▬ Et moi un prêtre orthodoxe.

Aurtodauxe. Pourquoi dire un mot si compliqué ? Pour Chiharu tous les mots de plus de deux syllabes étaient considérés comme compliqué et ce n'était vraiment pas sympa d'en sortir un maintenant. C'était quoi ? Une insulte ? Un compliment ? Un synonyme de pédophile ? Une religion ? Non sûrement pas. Elle gonfle la joue droite.

▬ Arrête de te foutre de ma gueule t'es pas cool.

Elle lance un coup de pied dans l'eau pour faire voler des gouttes sur lui, mais aucune n'alla assez loin. Evidemment. Elle sort de l'eau, finalement, sans remettre ses chaussettes et laissant sa peau froide se heurter aux grains de sables qui restent collés à sa plante des pieds. Elle lance un coup de pieds dans la sable pour en faire voler jusqu'à la tête de son confrère d'inutilité, ils n'arrivent pas assez haut, bien sûr, et s'écrasent lourdement aux pieds de ce dernier. Lamentable geste qu'elle essaya de faire oublier en lui piquant sa cigarette.

Grand sourire. Ça le fait probablement chier donc ça l'enchante. Bien sûr Chiharu ne fume pas et ne va pas commencer ce soir, mais elle ne va pas lui rendre non plus. Elle hésite à la jeter à l'eau mais secoue la tête. Elle ne le fera pas, ce serait trop simple, trop rapide et trop ennuyeux.

▬ Ton orthodoxisme peut même pas me rattraper je suis sûre.

Ce n'est pas grand parti que de défier Akira à la course dans son état actuel. Elle serait même impressionnée qu'il arrive a courir dix mètres sans tomber. De plus, a force de s'en prendre a plus gros qu'elle elle avait désormais un talent inné pour la fuite. Pitoyable. Elle place la cigarette entre son nez et sa lèvre supérieur, geste non recommandé aux enfants lisant ce rp. Elle articule difficilement :

▬ Moustache incandescannnnte

C'est beau la maturité.
codage par langweilen sur apple-spring



You’re getting big you’re wanting more you’re hiding behind your plastic soul Screaming out loud give me it now I don’t have a doubt who’s in control who’s in control If you follow everyone it’s easier to find You have the courage and the heart to lose your mind behind the curtain there’s a certain man you know you can’t control you can’t control you can’t control I can't crontol (c) Mags
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: « »   Dim 2 Déc - 11:17

Pourquoi fallait-il qu'elle touche ça ? Des habits, un briquet, un corps entier plein d'éléments intéressants et mille et un objets oubliés sur cette plage, et Chiharu avait choisi d'attraper ma cigarette. Agacé et plutôt énervé, j'aurai beaucoup aimé lui courir après pour pouvoir la récupérer, mais c'était sans compter mon état physique qui était loin d'être des meilleurs. Deux pas en avant, désirant courir, et je m'étais étalé tête en avant dans le sable, me retrouvant dans une position très peu confortable. La classe, super. Me relevant aussitôt, je fusillais Chiharu du regard, plutôt mécontent que les choses aient tourné de cette façon. Ne pouvait-elle donc pas aller faire trempette et me laisser fumer tranquillement ? Une clope, ça coûte cher, c'est pourquoi je me décidais tout de même à lui courir après. Cette fois-là, je réussis à avancer, un mètre, deux mètres, puis cinq, et bam. Une nouvelle chute dans une classe hors du commun à laquelle j'avais l'habitude de faire face.

« Tu m'gaves. »

Après tout, je n'avais aucun sens de l'humour. Pas sous cet état-là, tout du moins. Si d'ordinaire j'aurai certainement dédié à la poursuite de cette fille la totalité de mon attention, j'étais bien trop fatigué et énervé pour y accorder ne serait-ce qu'une once de sérieux. Mauvais perdant ? Sans doute. Et puis, si son vol n'était pas assez agaçant comme ça, il fallait qu'elle fasse ses coups de gamins avec ma clope. Maintenant qu'elle se l'était collée à la gueule, elle n'était plus bonne qu'à la poubelle. Vous me voyez, mettre ce truc à la bouche, après un acte aussi ignoble de sa part ? C'est de la torture mes enfants. Pour moi, tout du moins. Alors, je glissais mes mains dans mes poches, lui adressant un fuck avant de partir. La laissant planter là, avec une moustache incandescente.




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ferme les yeux fort : tu vois la vie est belle. [pv Akira]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ferme les yeux fort : tu vois la vie est belle. [pv Akira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Ville :: Plage-