AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Séduction, approche première. // Toma K.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Airith Machistadore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 39
Inscription le : 19/09/2012
Localisation : BWACKLAND.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Dix-huit ans / 3ème année
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Séduction, approche première. // Toma K.   Mer 26 Sep - 17:00


Rêverie interrompue ...


«  Le ciel était magnifique, c'était bien le seul mot qui pouvait le décrire, le seul qui semblait lui convenir tout à fait, s'adapter à sa grandeur et à sa beauté tout à la fois. Un mot bien simple pourtant face à cet éden si complexe et nuancé. Je ne pouvais en détacher mes yeux tant sa beauté me laissait pantois. J'avais toujours eu un œil attentif et scrupuleux, et pour cause, mon don ne me laissait pas la possibilité d'une autre alternative. De ce fait j'avais toujours était très sensible à la beauté, à l’élégance, ce genre de chose que l'on repère du premier coup d'oeuil, et ce firmament était tout ce qu'il y a de plus beau. Je n'étais pas un sentimental ou de romantique, dans le sens ou cet environnement m'inspirait poésie, mais je ne pouvais m’empêcher de contempler ce merveilleux paysage, cette merveilleuse vue qui s'étalait devant moi. J'avais eu raison, comme d'habitude, de me glisser à une place proche de la fenêtre, surtout en fin d’après midi, surtout lorsque la vitre dévoilait sous mes yeux ébahis l'ouest du monde.

La fin de journée s’étalait et se dessinait sur l'horizon. Le soleil qui baissait dangereusement illuminait d'une couleur chaude et douce les quelques collines des environs, et le ciel, ce merveilleux et exquis ciel avait ris les couleur de l'astre lumineux et semblait vouloir les refléter dans leurs plus merveilleuses teintes. Devant mes pupilles bicolores se pavanaient des colorations des plus belles. Des nuances d'orange et de jaune, se mêlant au rouge profond d'un soleil pourpre, et par ci, par là, glissant doucement sur ses vagues chaudes arrivaient du mauve et du violet, préparant le monde tout entier à l'arrivée de la nuit et de la lune. C'était réellement un spectacle magnifique et je souriais. Je ne pouvais m’empêcher de sourire face à cela, un sourire doux, chaleureux et vrai, celui que je ne partageais avec personne, d'ailleurs je n'avais pas de voisin de table pour m’embêter. Tout était parfait.

Je fermais les yeux un instant et comme je l'avais prévu, cela suffisait pour que mon esprit ne se reconstitue le paysage, jouant par dessus un de mes airs de violon favoris, peut-être un peu mélancolique mais doux et aussi chaleureux que le ciel. Mon imagination folle courrait sur cette vision que mes yeux si particuliers avaient réussis à enregistrer, dans le moindre de ses détails. Je rêvassais et rêvassais encore et encore, appréciant de cet instant si rare, ce genre d'instant simple et bête dont je n'avais pas souvent l'occasion de profiter. Je me disais que cet instant pourrais durer toujours et pour toujours … Tap, tap, tap. Le bruit d'un crayon sur la table. Pour toujours … ou pas. Je fronçais les sourcils, perdant mon sourire pour une expression agacé et j'ouvrais devant moi des yeux tendus, bien loin de leurs éclats précédents.

Bien, si j'avais quitté une vision magnifique celle que j'avais présentement n'était pas désagréable non lus. Le visage fin et étonnement hypnotique de mon professeur d'anglais, assez androgyne il était cependant assez séduisant pour que je m'amuse avec lui. Enfin, pour l'instant je n'étais qu'à la première partie de mon plan habituel, l'embarrasser, le gêner avec de petit gestes, des expressions des attentions. D'ailleurs j'attrapais directement mon crayon entre mes lèvres pour le mordiller en regardant mon cher 'english teacher' avec des yeux de biche … Une biche pas si innocente que ça. Je l'écoutais vaguement, encore à moitié dans ma rêverie passée et un peu aussi dans mon attention à le séduire. Je compris quoi qu'il en soit qu'il fallait que je reste après les cours pour … pour faire quoi ? Finir quelque chose ? Je n’eus pas le temps de demander, le temps que je réagisses il était à l'autre bout de la salle.

Je regardais sur ma table et comprenais, ah oui, avec le ciel j'avais oublié, j'étais censé faire un contrôle en ce moment même. Mais à quoi cela servait-il ? J'étais anglais d'origine et j'avais passé mon enfance ainsi que mon adolescence dans une des villes les plus traditionnelles d'Angleterre qu'allait il faire à part me donner d'excellentes notes ? Je soupirais pour moi même en lâchant mon crayon mordillé. Je devais vraiment rester ? C'était la fin des cours, dix-huit heure allait sonner j'avais autre chose à faire que de … que de passer du temps en plus, seul, avec un de mes plus séduisants professeurs ? Non, finalement je n'avais définitivement rien de mieux à faire ! Un fin sourire vient orner mes lèvres roses, ce professeur me tendait la perche inespérée, j'allais sûrement m'amuser bien plus que je ne le pensais. Je regardais ma feuille, presque blanche et me tournais pour voir les autres, entrain de griffonner leurs copies avec, j'en étais sur, des tas d'abominations et d'erreurs monumentales qui pourraient être prises, vu leurs gravités, à une insulte pour la communauté anglophone.

Je patientais en soupirant, j'attendais, je jetais de temps à autre un regard au ciel qui s'assombrissait doucement. Cela dit, la magie avait disparue. Au bout d'une dizaine de minutes, enfin la sonnerie retentit. Je ne rangeais pas mes affaires et regarder mes chers collègues, partir un à un. La plupart m'adressèrent un 'au revoir' ou un 'je te revois au dîner' que je ne leur rendait que par un hochement de tête, et pour ceux que j'appréciais le plus, un sourire. Enfin le dernier s'en alla de la salle et referma la porte. Un sourire aussi amusé que sensuel vint s'installer sur mes lèvres, je levais mon regard vers le professeur et me pourléchais la lèvre avant de prononcer sur un ton loin d'être innocent.

▬ Que pourrais je faire pour satisfaire mon professeur ?  »

HJ: Désoler, je n'ai pas eu le courage de relire ;-;




Armé de mon Dreamoscope
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Séduction, approche première. // Toma K.   Jeu 27 Sep - 1:57



It's just a test... right ?

Il avait fait vraiment beau aujourd'hui. Pas trop chaud, avec un peu de vent le ciel s'étant obscurcit de deux ou trois maigres nuages. D'ailleurs, il n'y avait pas eu que le ciel qui avait frôlé la perfection. Les élèves avaient été bien moins pire que ce que je m'avais imaginé d'eux. Faut dire que j'étais incorrigible, toujours entrain de me faire des scénarios, s'en était maladif chez moi. Cela pouvait autant me surprendre joyeusement ou tristement. Je m'explique. Avec Tohru, j'avais pensé que cela allait durer et qu'on allait avoir une petite famille à nous. En fait, je nous avais vraiment vu ensemble pendant plusieurs années. Pourtant, tout le monde le dit: c'est pas quand ça va mal qu'il faut s'inquiéter, c'est quand ça va trop bien. Peut-être avais-je été trop naïf ? Question idiote dont je connaissais déjà la réponse. Oui, ça me déprimait encore... mais moins, je devais avouer. Bref, quand je m'étais construit de toutes pièces éphémères ce joli scénario, j'avais des attentes, attentes qui se sont brusquement effondrées. La déception n'est que plus douloureuse. Pour faire l'exemple de l'envers de la médaille, prenons mon premier cours d'il y avait quelques jours. J'avais peur que les élèves soient difficiles, hors de contrôles, surtout parce qu'ils ne sont pas ordinaires. Je m'étais imaginé le chaos des habilités spéciales de chacun mêlées aux autres. J'en avais presque des tremblements juste à y penser. Vous devinez ma surprise quand je suis entré dans une classe, certes bavarde, mais calme. Ils étaient tous respectueux et attentif à quelques exceptions près, bien sûr. Ce fut une merveilleuse surprise. J'ai déjà quelques préférées que j'aimerais chouchoutter tellement elles sont adorables, mais évidemment, je ne peux me permettre que mon plus beau sourire.

Donc aujourd'hui était un nouveau groupe, mais encore une fois, tout ce passa plutôt bien ce qui ne fit que me mettre encore plus à l'aise et ouvert. Comme d'habitude, j'ai parlé de moi en général pendant un petit vingt minutes avant de laisser la parole aux élèves pour qu'ils se sentent bien avec moi comme professeur. Ils me posèrent quelques questions précises sur mes études, si j'avais fait des voyages et ils n'hésitèrent pas à me poser la question qui tue. Quel est votre pouvoir ? J'avais senti mon sourire un peu figé et j'avais encore, comme les fois précédentes, hésité entre vérité et mensonge. Comme avec les autres groupes, j'ai finis par agir en lâche et répéter la même réponse inventé: je repère automatiquement toutes fautes d'orthographes, pas plus. Simple, sans importance, mais au moins ça les satisfaisait. Un élève en particulier m'a ensuite un peu déstabilisé. Pas par sa question, non, bien que peu de classe me l'avait sortie, mais plutôt sa présence, ce regard si peu commun avec ces deux yeux de couleurs différentes, sans parler de ce que reflétait ces pupilles. Était-ce... mais oui, c'était un regard langoureux, non ? Une sorte d'invitation sous-entendue, des arrières pensées télépathiques. J'ai bien eu de la difficulté à garder mon calme et mon attitude indifférente. Trop de sensualité émanait de cet élève et c'était assez perturbant. C'était... enfin, je vais m'arrêter là sinon je vais recommencé à avoir chaud.

J'ai péché, c'est vrai. Après l'intervention de Machistadore, j'avais porté une certaine attention particulière au jeune homme. Le fait que ce fut lui qui me demande si j'étais homosexuel devant tout le monde n'est tout simplement pas un hasard. J'en étais sûr. Le plus cruel était qu'il avait un physique charmant, attirant. Plus vieux de quelques années et j'aurais tenté ma chance, mais voilà, 6 ans de différence et surtout que c'était lui le plus jeune de nous deux. Étais-je vraiment entrain de penser à ça ? Eh bien... si ça restait dans ma tête il n'y avait pas de mal, non ? De toute manière, ce n'était pas mon genre de fantasmer sur des élèves. Jamais ça ne m'était arrivé, car c'était tout simplement du bon sens, un principe. Il m'était déjà arrivé de trouver un jeune homme ou deux good-looking, mais c'était tout. Aucunes pensées n'avaient été plus loin que ça. J'allais me reprendre, question de temps.

J'ai d'ailleurs eu raison de penser comme ça, du moins au début. Machistadore, quel nom exotique, ne me portait plus beaucoup d'attention et j'ai pu continuer mon cours normalement pendant quoi ? Cinq minutes ? Après c'était les clins d’oeil, les sourires en coin, ma petite faiblesse, et d'autres regards qui en disaient long. Il me mettait mal à l'aise et je me suis surpris à rougir à quelques reprises. Surtout lorsque je l'observais discrètement, mais qu'il finissait par le remarquer. En vérité, dès que nos regards se croisaient, j'avais chaud aux joues. C'était pas bien, pas normal et il fallait que je revienne les pieds sur terre. Cet élève n'allait pas me manipuler comme ça ! C'était moi l'adulte après tout ! Même que l'occasion de le remettre à sa place arriva plus vite que je ne l'aurais cru. Au premier cours, je fais toujours un petit test rapide pour voir la moyenne de la classe, savoir comment m'adapter par la suite. C'est alors que j'observais mon petit phénomène regarder dehors avec un regard rêveur que je me rendis compte qu'il n'avait rien écrit depuis le début de l'examen. Sans donc être brusque, toujours sympathique et souriant, je lui demanda de rester après le cours pour remplir le document puisque je voulais vraiment avoir une vision globale. J'avais lu qu'il était anglais d'origine et je savais que bon c'était peut-être inutile de lui faire faire, mais je ne voulais pas commencer à donner des faveurs.

La cloche sonna et j'allai m'installer à mon bureau pour corriger les copies saluant ceux qui me saluait avant de sortir. En gros, c'était pas terrible, mais tout de même beaucoup d'accro ici et là. Syntaxe, faux-amis ou orthographe tout simplement. Certains avaient même tenter de sortir de grands mots, mais il était facile a deviner qu'ils ne connaissaient pas eux-même le sens de ces mots. Après que le dernier élève fut sortit, le silence s'installa calmement sans aucune drôle d'ambiance. Je croyais que mon jeune Airith, son prénom, s'était mis au travail, mais je compris que c'était tout le contraire lorsqu'il m'interpella de son ton nullement innocent, c'était fait exprès, évidemment. Je m'obligeai à ne pas lever les yeux, les gardant sur ma copie tout en lui répondant.

-You must do your test, Machistadore-kun. You can leave after it's finished. And try to talk in english because you're still in class.

Bon, je devais avoir l'air faible avec ma tête baissée. Je la releva alors pour le regarder gentiment, mon doux sourire habituel aux lèvres.

-By the way, I don't understand why you didn't do it before. You're good in english, aren't you ?

Il avait définitivement un magnifique regard. Cette anomalie me fascinait curieusement. J'avais de plus en plus hâte de lire son test pour savoir quel pouvoir il possédait. Peut-être était-ce sur les transformations physiques qui était dans mon domaine. J'avais vu une élève changer la couleur de ses cheveux par sa simple volonté. Magnifique.

-You should be writing now. Aren't you in a hurry to leave ?
Revenir en haut Aller en bas
Airith Machistadore
avatar
heart

Féminin Age : 22
Messages : 39
Inscription le : 19/09/2012
Localisation : BWACKLAND.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Dix-huit ans / 3ème année
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Séduction, approche première. // Toma K.   Lun 8 Oct - 20:55


Handsome Teacher ...


« Le jeu, le jeu et encore le jeu. Il coulait dans mes veines, affleurait ma peau et occupait clairement la majeure partie de mon temps. C'était quelque chose que j'adorais, autant le faire que d'y participer, autant s'y soustraire et le regarder. Le jeu pouvait apparaître sous diverses façons, mais sa propriété absolument nécessaire impliquait mon amusement et mon engouement pour celui-ci. Je ne connaissais ni jeu ennuyeux, ni jeu inintéressant, tout pour moi l'était tant que les autres savaient jouer. Et parmi les multiples facettes et manière de jeu, il y en avait une, plus particulièrement, qui me plaisait énormément. Je penses qu'il suffit de me regarder, de me voir agi pour devenir laquelle de ses facettes trônait en haut de ma liste personnelle. Mais bien évidemment, vous êtes souvent aussi aveugles que des cyclopes à l’œil percé. Et pourtant … C'est tellement évident. Ces petits souries que je fais, ces doux regards et ces charmants clins d’œil . Tout ceci, tout cela, ma voix chaude et profonde, mes mains douce, mes cheveux lisses et soyeux. Mon comportement envers toute personne digne d’intérêt, mais enfin c'est pourtant clair ! Mon jeu favoris est et restera, sûrement à tout jamais, l'art subtil de la séduction.

Je regardais mon cher professeur avec un de ces sourires, mélange astucieux de jeu et de séduction, un sourire parfait, en somme. Un sourire auquel on ne pouvait normalement pas résister, ou du moins qui ébranlait tout à fait la sérénité de la cible. J'hésitais a utiliser mon pouvoir sur lui, j'hésitais à inspecter la moindre parcelle de son visage, y guettant la moindre réaction, le moindre mouvement. J'hésitais tout à fait, tiraillé entre mon envie de savoir, de vouloir voir si je lui avais fais de l'effet, mais aussi la morale, la raison, tout ceci qui me disait clairement de ne pas utiliser mon pouvoir. Pourquoi ? Tout simplement parce que bien que je tentais de le séduire, je respectais mon professeur. Et si je n'avais aucun scrupule à utiliser mes yeux 'magiques' sur des élèves ou des gens aux environs de mon âge, j'avais bien plus de remord à les utiliser contre une personne plus âgée, ou qui possédait un grade supérieur à moi. Et puis aussi … je ne voulais pas qu'il se sente menacé.

Bon, j'étais décidé à ne pas utiliser mon don … Et puis, même si j'avais voulu, je n'aurais rien pu faire, mon cher professeur n'avais pas daigné lever la tête. Une moue se forma sur mes lèvres tentatrices, une moue boudeuse, celle du gamin qui n'a pas eu ce qu'il voulait, ce qu'il avait exigé, même implicitement. Et c'est alors que le magnifique professeur aux cheveux roux presque rouges, se décida à redresser son menton, pile au moment où j'avais plus l'air d'un gamin effronté que d'un séducteur avéré. Néanmoins, il ne sembla pas s'en apercevoir, ses yeux étaient plantés dans les miens, et mes pupilles analysaient les siennes sans que je n'y puisse grand chose. Je l'écoutais, comprenant bien évidemment tout son discours, étant d'origine anglaise.

▬I don't understand why I should do that. I'm english you know, come from Oxford. So … you don't really need to know my level, you're already know that, I master perfectly this language. Also, I'm not in a hurry to leave, I don't have something special to do .. So, well, you know … spent time with an handsome teacher, I don't refuse it.

Et revoilà ce sourire, il lui était tout destiné et j'avais tout simplement décidé de ne pas le cacher. Parfois il s'agissait de la meilleure méthode pour séduire quelqu'un, la franchise. J'espérais simplement que cela plairait au concerné, ce qui, n'était pas sur du tout ... »





Armé de mon Dreamoscope
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Séduction, approche première. // Toma K.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Séduction, approche première. // Toma K.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Premier étage :: Salle de Cours-