AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Protégeons les pandas [PV Rinka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Lun 3 Sep - 11:09

C'est lorsqu'on se retrouve derrière un stand à motif de panda, à attendre des clients inexistants pour tenter de leur vendre des sucettes au goût horrible qu'on connaît réellement la signification du mot ennui, et le sens d'une mauvaise journée.. Je crois que c'est à partir de ce moment que tout a commencé à déraper : lorsque je me suis retrouvé à glisser sur une couche de glace, regardant tomber devant moi un marchand de glace et gelant la moitié de sa marchandise - ruinant cependant le tout, puisque l'homme avait eu le bon sens de tomber en écrasant ce qui n'avait pas été piégé dans la glace.
En réalité, c'est même un peu plus tôt que cette journée avait mal tourné : lorsque je m'étais endormi en cours, me faisant immédiatement renvoyer par le professeur. Ce n'était vraiment pas la première fois que ce genre de choses m'arrivait, toutefois, je commençais à en avoir sérieusement marre. Pour votre information, il ne s'agissait pas vraiment de cours, mais de sortes de soutiens pour les élèves avec des notes mauvaises - et donc, en ce samedi, quasiment toutes les personnes étaient sorties loin du pensionnat. Les mains dans les poches, un air blasé sur le visage, je marchais dans les couloirs en essayant de me faire tout petit : l'avantage quand on se fait renvoyer lors de ces journées, c'est qu'on a pas besoin de partir dans le bureau du directeur ou autre : on a juste à se faire passer pour un élève lambda, et c'est like a boss.

C'est de cette façon que je pus sortir à l'extérieur, marchant dans la rue où je croisais une petite fille assise par terre, se tenant la cheville. Comprenant presque aussitôt qu'elle avait un problème à ce niveau-là, je m'accroupis et me décidais à l'aider en gelant sa plaie. Seulement, mon talent était tel que je n'arrivais à rien, et donnais finalement un coup rageur sur le sol : mauvaise idée. C'est par mégarde que je formais brusquement de la glace sur les alentours, une dizaine de mètres, faisant trébucher ce fameux marchand, moi-même et envoyant à la poubelle l'équivalent de dix repas en sucettes. J'aurai bien évidemment pu nier l'affaire, mais je ne sais pas ce qui m'a poussé à ramasser l'une de ces sucreries en ajoutant que "la protection des pandas est désormais assurée". Peut-être mon second moi ?
Toujours est-il que ce magnifique et ô combien intelligent avoeu m'avait coûté deux heures de ma magnifique journée : rester derrière cedit stand à vouloir solliciter les gens pour qu'ils achètent ces trucs dégeulasses - et ayant eu connaissance du goût, je peux vous assurer que je n'exagère pas du tout. Une fois libéré après que le marchand ait ajouté d'un mauvais ton que j'avais intérêt à dégager avant qu'il ne s'énerve - et dieu seul sait comment j'ai eu le culot de lui demander s'il n'avait pas confondu le sucre et le shampoing dans sa recette, j'avais décidé de revenir en direction de l'école.

N'ayant rien à faire à l'extérieur et m'étant assez attiré de problèmes en une seule journée, je préférais rentrer pour faire quelque chose qui ne risquait d'embêter personne. De mauvaise humeur malgré tout, j'avais envie de crier sur quelqu'un, pour la simple et bonne raison que se faire piéger en voulant aider quelqu'un n'est pas la plus juste des situations. Et finalement, je m'étais décidé à aller dans le gymnase. Pourquoi ? Je n'aurai pas su le dire. Je n'aurai pas su dire non plus ce qu'il m'était arrivé à ce moment-là, lorsque j'avais vu cette fille assise sur le banc et que ma mauvaise humeur était retombé aussi facilement qu'un connard de chat fait pour sauter d'une branche d'arbre - et n'allez pas croire que je suis jaloux.
La seule chose que j'avais pu faire, si ce n'est prier que le lecteur de ce RP n'était pas en train de s'étouffer avec sa nourriture à cause de ces bêtises successives, c'était m'asseoir à côté d'elle ; balayant le gymnase du regard.

- Qu'est-ce que tu fais là, à attendre ?




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Rinka Akumachi
avatar
spirit

Féminin Age : 20
Messages : 94
Inscription le : 07/05/2012
Localisation : Un endroit où l'on peut dormir.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Deuxième année; 17 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Mer 5 Sep - 8:58

♪ Pandi-Panda, petit ourson de Chine ♪

icons (c) livejournal

- Qu'est-ce que tu fais là, à attendre ?

- ... Hein ?

Aaah oui c'est vrai, je me trouvai actuellement au gymnase, assise sur un banc les yeux dans le vague. Quelle situation passionnante.

____________________

- ? Tiens ? J'ai pris trois kilos.

Les faits étaient là. Debout sur la balance de la salle de bain, à fixer le cadran. Trois kilos. Depuis la dernière fois que je m'étais pesée (c'est-à-dire il y a au moins un an), j'avais pris trois kilos.

J'aimerais vous dire que j'ai réagi comme toutes les filles, c'est-à-dire hurler au complot, accuser la balance d'être corrompue, la démonter pour vérifier qu'elle fonctionne bien, appeler un réparateur, sauter dessus, acheter une autre balance pour être sûre, harceler les amis de "Dites, vous trouvez que j'ai grossi ?" pour au final ne pas les croire s'ils disent que mon poids est parfait. Et, bien sûr, à la fin, les mesures qui s'imposent : Régime extra-strict (et assez inefficace). Vous pouvez rayer les mentions inutiles.

Sauf que moi. Rofl vous me connaissez après tout.

J'ai haussé les épaules, baîllé, et me suis jetée sur mon lit. Et me suis endormie, évidemment.

Mais quelques jours plus tard, cette histoire me restait encore en tête. Après tout, c'est vrai que je passe mon temps à m'empiffrer de pain. Et le sport, c'est pas vraiment mon truc. Alors forcément, au bout d'un moment où un autre, ça se voit. Mais. Hors de question de faire cette espèce de torture qu'ils nomment innocemment un régime. Je ne pourrais pas y survivre. Enfin, pour ça, il faudrait d'accord que je le tienne. Non parce que je me connais, je ne tiendrais pas une heure avec un truc pareil. Donc, je me jetai plutôt sur l'autre solution pour maigrir, plus simple et surtout moins cruelle : Le sport. *TA-TA TA-TAAAAAAM*

Et me voilà sur un banc, à attendre quelque chose. Quoi, je ne sais pas. Peut-être espérai-je qu'une bonne excuse pour ne pas faire du sport tomberait du ciel ? Quoiqu'il en soit, je ne savais pas quoi faire. Pourtant, ça avait bien commencé.

J'étais entrée dans le gymnase, en tenue de sport. Pour une fois, je ne m'étais pas (tellement) perdue en chemin, ce qui fait que j'aurai tout le temps que je veux pour m'entraîner. Sauf que. J'avais oublié un détail.

Ce foutu gymnase est très grand. Et je ne savais pas où était rangées les raquettes de badminton.

J'avais décidé de faire du badminton parce que : on n'a pas besoin de viser. Enfin si mais un volant, c'est moins dangereux qu'un ballon de foot, par exemple. Je ne risquai pas de casser quelque chose (ou quelqu'un). On ne passe pas son temps à courir d'un bout à l'autre du terrain. Enfin si mais le terrain est plus petit qu'un terrain de foot, par exemple. Ca ne se joue pas à plusieurs. Enfin si mais l'autre est derrière le filet, on est donc séparés et on n'a pas de risque de se cogner, pas comme au foot, par exemple. Oui, j'ai des mauvais souvenirs de mes parties de football. Bref, le badminton est le sport qui me convenait le mieux. Par rapport aux autres.

J'aurai pu faire le tour du gymnase, regarder chaque coin, chaque pièce dans l'espoir de trouver ces fichues raquettes. Ou mieux, demander à quelqu'un. Mais. J'avais la f.l.e.m.m.e. Je sais, ce n'est pas une raison. Mais rien que marcher jusqu'au gymnase m'avait fatiguée (j'ai quand même dû faire un joli détour de trente minutes sans m'en rendre compte, hein) Et puis. Ce banc me faisait les yeux doux. Je vous jure !

Alors je me suis assise. Et je ne me suis plus levée. Et j'ai commencé à somnoler. Jusqu'à ce que.

- Qu'est-ce que tu fais là, à attendre ?

- ... Hein ?

Ce garçon m'avait tiré de mes pensées. J'étais justement en train d'hésiter entre : 1- me lever et aller chercher une raquette. Et un partenaire pour y jouer, aussi. Vu qu'on ne peut pas jouer au badminton seul. 2- me lever et aller à la boulangerie 3- rester sur le banc à hésiter entre 1 et 2.

Vous vous doutez que je n'allais quand même pas lui répondre ça. Il me prendrait pour une dingue. Alors je dis juste :

- Euh je cherchais juste une raquette de badminton.


Assise sur un banc.
codage par palypsyla sur apple-spring



Je vous sortirai une phrase cool, classe et assez longue quand j'aurai mangé du pain et dormi une bonne journée, pas avant. Et peut-être pas après non plus. Mais fichez-moi la paix. • #EE216C

Merci pour vos cadeaux ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prismver-rpg.forumgratuit.org/
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Mer 5 Sep - 12:58

La cryokinésie, c'est pas toujours cool comme don. On vous interdit l'accès à la piscine, vous gelez votre lit pendant votre sommeil, et malgré votre résistance au froid, basiquement, ça vous pourrit la vie. Pourtant, comparé à certains, ça peut sembler vraiment classe, le fait de geler tout ce qu'on veut, pouvoir se prendre pour Mr. Freeze et se balader dans les rues sans crever de chaud en mi-juillet.
Mais expliquons tout d'abord comment mes pensées s'étaient retrouvés à ce stade-là : étant arrivé au gymnase et ayant rejoint une demoiselle dans sa magnifique observation du plafond gymnasienne - si tant est que ce mot est français -, j'avais décidé d'aborder la conversation en commençant par lui demander la raison de sa venue. Oui, moi je suis un rebelle, et je dis même pas bonjour. Elle m'avait répondu par une remarque très pertinente, reflétant son état actuel à moitié-endormi. C'est pour cela que j'avais songé au type qui devait avoir hérité du pouvoir de parler aux morts : les dialogues devaient se situer dans ce niveau d'ambiance. Pour une fois, je compatissais quelqu'un, après tout, c'était un don inutile.

L'avantage que j'avais, c'est que la demoiselle à mes côtés était loin d'être moche, pas plus que moche, d'ailleurs. Je me surpris à contempler ses yeux verts émeraudes, en attendant d'une réponse, mais me repris bien vite. Invoquer mentalement un pingouin muni d'une raquette de badminton qui vous colle un coup dans la gueule pour vous remettre les idées en place et sortir d'un état second à moitié-endormi, c'est efficace, même si je me demandais ce qui m'arrivait prit de munir l'animal d'une telle arme.
Lorsque mon esprit se transporta de nouveau dans le monde réel, je compris qu'elle avait répondu à ma question, et que j'avais totalement zappé. C'est ce qu'on appelait communément le talent, bien que chez moi, depuis le temps, j'hésitais à l'appeler Poisse. Heureusement, d'une nature très intelligente et avec des chevilles très minces - et allez savoir le rapport -, j'ai toujours un plan de secours. J'avais tout simplement à détourner la conversation de telle sorte à ne même pas laisser penser à la demoiselle que je n'avais pas entendu ses mots ! Il me manquait simplement le rire diabolique, shame on me.

- Je vois. Eh bien, je m'appelle Akira...

Peut-être instinctivement, j'avais baissé le ton au fur et à mesure de ma phrase, puisque submergé par mes pensées. Une petite minute. J'avais complètement oublié ce que je faisais ici. Après avoir créé une patinoire public en pleine ville, vendu des sucettes pandas et avoir glandé une bonne heure à ne rien faire, j'avais besoin de me changer les idées. La compagnie d'une jeune femme n'était pas désagréable, d'autant plus qu'elle était loin de paraître méchante. Enfin, encore fallait-il qu'elle accepte la mienne, et ça partait mal, puisqu'elle ne semblait pas apte à avaler le moindre mot, étant sûrement encore en plein sommeil.
Seulement, ça partait plutôt mal, étant donné que j'avais moi-même zappé la réponse à ma propre question : ou comment entamer une conversation d'une parfaite façon ! Je méritais le record du monde de la malchance. Finalement, je me mis à réfléchir, espérant trouver quoi faire. Endormie. Bâiller. Ennui. Occupation. Sortir. Comme quoi, à part reconnaître le ketchup de la mayonnaise, mon cerveau savait faire des choses. Pivotant vers mon interlocutrice, je l'interpellais d'une voix... d'autoroute.

- Si tu t'ennuies, tu veux qu'on fasse quelque chose ? Comme par exemple... sortir, ou je sais pas... j'ai un peu d'argent.

(si tu savais comme j'ai rigolé sur ton RP xD)




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Rinka Akumachi
avatar
spirit

Féminin Age : 20
Messages : 94
Inscription le : 07/05/2012
Localisation : Un endroit où l'on peut dormir.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Deuxième année; 17 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Dim 30 Sep - 17:49

♪ Pandi-Panda, vit dans l'Himalaya ♪

icons (c) livejournal


- Je vois. Eh bien, je m'appelle Akira... Si tu t'ennuies, tu veux qu'on fasse quelque chose ? Comme par exemple... sortir, ou je sais pas... j'ai un peu d'argent.

- Euh. Bah. Euh.

Sont les trois mots qui me traversèrent l'esprit à ce moment-là. Une traduction est peut-être nécessaire ? En fait, ce que je voulais dire était: "Je suis sincèrement désolée mais je suis actuellement à la recherche d'une raquette de badminton et d'un partenaire pour perdre quelques malheureux kilos que j'ai pris à force de faire la feignasse et de dormir toute la journée. Alors je n'aurais pas l'honneur de vous accompagner pour une sortie en ville qui aurait sûrement été passionnante.", enfin à peu près. Je sortais d'un petit moment... d'égarement et mon cerveau avait un peu de mal à se remettre à fonctionner correctement, du coup j'étais totalement incapable de faire des phrases de plus de trois mots et complètes. Mais.

Sa proposition était tentante. C'est pas comme si je mourrais d'envie de faire du sport. Et puis, j'avais faim. S'il avoue avoir un peu d'argent, c'est qu'il est près à le dépenser.

Mais.

J'ai grossi. Je dois perdre du poids, et donc, faire du sport. Aujourd'hui, j'avais enfin réussi - enfin, plus ou moins - à me motiver pour le faire. Ce serait bête de gâcher cette chance.

Mais.

J'ai faim. En ville, il y a une boulangerie. Et dans la boulangerie, il y a du pain.

Mais.

"Il ne faut jamais se fier aux inconnus." m'avait dit ma tante (la gentille, de tante). Elle a toujours raison d'ailleurs.

Mais.

Ce n'était plus un inconnu, vu qu'il s'était présenté.

Mais.

Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain.Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain. Maigrir. Pain...

Je pourrais revenir un gymnase un autre jour ? Bon, même moi je n'y crois pas, mais. Le gymnase, on peut y aller quand on veut. Alors que la boulangerie... Oui, en fait c'est pareil. MAIS C'EST PLUS IMPORTANT BOREUDEL.

Cette discution intérieure dura précisément cinq secondes. Assez de temps pour qu'il ait le temps de penser que j'étais folle et qu'il valait mieux aller voir ailleurs si je n'y étais pas. Je tentai de m'expliquer :

- Ben en fait je suis venue ici pour faire du sport car je dois maigrir parce que je dors tout le temps et du coup je prends du poids sauf qu'en fait je ne trouve pas les raquettes donc je me suis assisse sur le banc pour réfléchir et maintenant j'ai faim donc je viendrais bien mais je dois faire du sport donc...

Voilà. Les explications et moi, c'est pas une histoire d'amour. Je me tus donc, me disant que la prochaine fois je ferais mieux de hocher la tête et de sourire bêtement à tout ce que l'on me dit.
codage par palypsyla sur apple-spring


[désolée pour le méga retard et la réponse pourrite ;_;]



Je vous sortirai une phrase cool, classe et assez longue quand j'aurai mangé du pain et dormi une bonne journée, pas avant. Et peut-être pas après non plus. Mais fichez-moi la paix. • #EE216C

Merci pour vos cadeaux ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prismver-rpg.forumgratuit.org/
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Ven 5 Oct - 21:33

Je dois l'avouer, avoir la totalité de mes fonctions cérébrales activées et des cordes vocales en parfaite santé ne m'aidait en rien à communiquer plus ou moins normalement dans cette situation. Celle-ci était loin d'être normale d'ailleurs, puisque me retrouver en compagnie d'une fille à moitié endormie dans un gymnase, à tenter de la secouer un peu - et pour ma défense, il n'en était pas moins que le fait que le but de cette aide soit sportif m'intéresse. Pourtant, comme à mon habitude, et ce n'était pas pour me plaire, j'étais on ne peut plus gêné, incapable d'exprimer ma pensée et mes envies de façon suffisamment correcte pour qu'on puisse me comprendre.
Vous n'imaginez pas à quel point ce défaut peut être lourd lorsque, comme moi, on est jamais content. Parce que oui, j'étais d'un tempérament assez râleur, étant généralement insatisfait et maniaque au possible. Mais là, j'étais incapable de faire quoi que ce soit. Incapable de faire une seule remarque au sujet de ce qui me chiffonnait, au sujet de ce qui aurait pu me déplaire, j'étais en quelques sortes lavé de mon côté qu'on pouvait qualifier d'agaçant.

Maintenant, le problème était de trouver une occupation qui puisse nous éviter, et ce malgré ma bonne humeur qui m'avait tout l'air d'être passagère, de quoi nous occuper. Même la compagnie d'une belle demoiselle pouvait devenir ennuyante si l'on restait assis sur un banc à ne rien foutre, sachant que cette dernière est encore à moitié endormi et a à peine le bon sens de tenir compte de vos remarques. Mais ça avait beau être un peu vexant, j'en avais quelque peu l'habitude, ne lui en tenant pas rigueur - et étant parfaitement conscience de l'ennui que procurait une discussion avec ma personne. C'est alors que, contre toute-attente, et c'est certainement un effort qui du lui coûter énormément d'énergies, elle formula une réponse correcte.
Je fus partagé entre l'admiration et la compassion, hésitant entre lui lever les bras tout en hurlant un "Victory is for you !" ou applaudir de façon sarcastique. Simplement, j'étais bien trop intrigué par sa réponse-même pour pouvoir porter le moindre intérêt à une quelconque blague vis-à-vis d'elle. Clignant rapidement des yeux pour être sûr d'avoir bien entendu, elle avait eu le don de piquer pile dans mon intérêt : elle voulait faire du sport ! C'était autrement plus amusant que du shopping.

« Oh, pas d'soucis, j'vais voir si je peux trouver ça ! »

Et Akira partit comme une flèche en direction des vestiaires. Il avait bel et bien l'intention de trouver ce qu'elle cherchait, puisqu'il avait aussi envie de se dépenser. Certes, il n'était pas dans la meilleure forme possible, mais son besoin de défoulement était si grand qu'il aurait pu passer le reste de la journée à courir à travers tout le gymnase. Finalement, il trouva rapidement les raquettes, en attrapant deux, et accessoirement une balle - un élément qui ne manquerait pas de lui être utile pour jouer au badminton. Je revenais rapidement, lui tendant l'une des raquettes, gardant la seconde dans ma main.
Maintenant, il fallait que je résiste. Il fallait que je résiste à la soudaine envie de faire un demi-tour en arrière, d'aller courir dans les vestiaires chercher ce ballon de basket que j'y avais trouvé, et de passer toute la journée à faire des paniers. Il fallait que je résiste à l'envie de faire passer mes désirs avant ceux des autres, ce qui serait un premier pas vers une bonne action.

« Allez, jouons ! On ira manger après. »

Spoiler:
 




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Rinka Akumachi
avatar
spirit

Féminin Age : 20
Messages : 94
Inscription le : 07/05/2012
Localisation : Un endroit où l'on peut dormir.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: Deuxième année; 17 ans
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Mer 24 Oct - 12:59

♪ Pandi-Panda, tu n'seras pas une victime ♪

icons (c) livejournal




Ah, il les avait trouvées du premier coup les raquettes, lui. Je me sentis un peu bête sur le coup. Non mais vraiment, je me plains de ne pas trouver de raquette mais je restai plantée sur un banc et il faut dire qu'elle n'allait pas tomber du ciel non plus. Enfin, du plafond, vu qu'on était dans un gymnase. Bref.


Il revint donc très vite avec ce que j'ai ardemment *kof kof* cherché en arrivant. Quelque part, je crois que je fus assez déçue. Je pense qu'au fond ne pas avoir de matériel de sport était une excuse à moi-même pour ne pas en faire. C'est un peu comme les gens qui font de fausses dispenses au professeur parce qu'ils ne veulent pas courir (Qui, moi ? BIEN SÛR que je n'ai jamais fait ça ! ... Probablement). Et donc là, l'absence de raquette était ma dispense adressée à moi-même. Parce qu'une partie de moi voulait se bouger un peu en jouant au badminton mais l'autre mourrait d'envie de s'allonger sur le banc - en plus il me faisait les yeux doux ! - et dormir. Puis rentrer au dortoir pour dormir. En, de préférence, ne me perdant pas en chemin. Enfin je me comprends.

Il me donna une des raquettes. C'était vraiment bizarre comme truc. Je parle de la raquette. Quoi ? Mais si, bien sûr que j'ai déjà joué au badminton. C'était il y a un petit moment mais j'y ai déjà joué. Quand ça ? Attendez que je réfléchisse. C'était en... euh... il y a... un- non, trois ans ? Euh non. Il y a... Ah je me souviens ! Ah oui j'avais neuf ans, je m'en rappelle. Vous voyez, c'est tout récent ! J'étais une pro en plus. Je battais tout le monde. Je vous jure ! J'avoue, je jouais avec des gamins de six ans, mais quand même, c'est pas rien !

Je fixai donc la raquette, la tournant, la retournant. Ca se tient dans quel sens ce truc ? Et comment ? Ne voulant pas paraître - une fois de plus - idiote je ne posai aucune question, je m'avançai plutôt vers un terrain et me positionnai, prête à jouer, l'air déterminé. En tenant la raquette à deux mains. Et me tenant comme si j'avais dans les mains une balle de golf.

Je ne préfère même pas imaginer l'air que j'avais à ce moment-là.
codage par palypsyla sur apple-spring



Je vous sortirai une phrase cool, classe et assez longue quand j'aurai mangé du pain et dormi une bonne journée, pas avant. Et peut-être pas après non plus. Mais fichez-moi la paix. • #EE216C

Merci pour vos cadeaux ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prismver-rpg.forumgratuit.org/
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 21
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   Ven 2 Nov - 10:42

Comme ça, j'étais bien parti. La situation n'avait pas l'air si dramatique, à la base, pourtant. Seul dans un gymnase avec une jolie blonde, une belle occasion de faire connaissance, mais en fait, pas du tout. C'était sans doute un coussin auquel on avait jeté un sort, lui créant une conscience qu'on avait ensuite emprisonnée dans un corps de femme - et croyez bien qu'une fois près de celui-ci, on a aucun mal à croire en cette théorie. Quand bien même, cette dernière réduisait considérablement le taux de communication, ce qui n'était pas vraiment très productif dans cet intérêt.
Finalement, en plus de faire montre d'un état comateux assez inquiétant - lorsqu'on ne la connaissait pas, certainement -, elle semblait avoir des capacités de réflexions pour le moins sous-développées ; ou bien, elle ne s'intéressait même pas à ce qu'elle avait envie de faire. Logique bizarre, qui m'arracha un soupir blasé, qui n'était pas sans traduire mon ennui.

Finalement, elle se décida enfin à sortir du banc, attrapant la raquette que je lui avais tendue, me rassurant quant à sa vraie nature qui n'avait pourtant rien de secret. Au moins, elle pouvait bouger, ce qui réduisait pas mal mes choses d'ennui, et m'assurait peut-être une partie de badminton convenable - si tant est qu'elle ne s'endormait pas au cours de celle-ci. Le seul problème, c'est qu'elle tenait la raquette de façon plus ou moins ridicule, comme si elle tenait une batte de baseball. C'était bien parti : elle ne savait même pas comment faire ça, mais elle voulait faire un match ?
Cette pensée me fit sourire, et je me décidais à bouger aussi. Me plaçant de l'autre côté du terrain, j'attrapais le volant dans l'une de mes mains, tenant la raquette fermement de l'autre main. Il n'y avait pas vraiment de secret, c'était comme le tennis. Tout du moins, c'est comme ça que je voyais les choses - c'est pourquoi, il valait mieux ne pas se fier à ce raisonnement.

« Il faut tenir la raquette comme ça. Allez, on y va ? »

Je levais bien haut mon bras, pour que ce dernier puisse être vu au dessus du filet sans problèmes - espérant qu'elle ait l'idée de lever la tête. Après ça, je le baissais, jetant le volant en l'air. D'un côté, je ne connaissais pas grand chose au badminton non plus, juste le strict minimum. On avait qu'à se baser sur le tennis, sans bien entendu inclure le rebond. D'un geste simple, je frappais dans la balle qui survolait le filet, passant en cloche en direction de l'autre côté du terrain.
Au moins, j'avais réussi mon premier point, ce qui n'était pas sans me surprendre, en vue de ma poisse et de mon talent inexistant. Désormais, je n'avais plus qu'à espérer qu'elle sache jouer. Tout du moins, qu'elle sache jouer mieux que moi, puisqu'il faut que vous le sachiez : je ne connaissais rien, en réalité, à ce sport.

Je fis tourner la raquette, encore et encore, tentant d'en comprendre le fonctionnement. Le volant ne m'aidait pas plus, étant des plus difficiles à tenir. Finalement, rageusement, je balançais le matériel par terre, lançant également le volant à Rinka pour qu'elle puisse s'éclater avec. Si elle y arrivait. Et sans préavis, je me dirigeais vers la sortie, mains dans les poches. Caractère de merde, oui. Journée de merde, n'était-ce pas le cas ?

- Désolé. Je sais vraiment pas quoi faire avec ça. Et puis, j'ai... à faire. Alors on se verra peut-être un autre jour. See ya, blondie.




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Protégeons les pandas [PV Rinka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Protégeons les pandas [PV Rinka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Complexe Sportif :: Gymnase-