AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 COMBO. Transformation et...Perdation?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xxx
avatar
heart

Féminin Age : 20
Messages : 19
Inscription le : 26/07/2012
Localisation : xxx


Carte d'étudiant
Scolarité/Age:
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: COMBO. Transformation et...Perdation?    Jeu 16 Aoû - 16:20

« Courage Misa', le monde est avec toi. »
● ● ●

On est samedi, il est 8h30, je me tourne et me retourne dans mon lit. Fait chaud, trop chaud. Putain de chaleur, j'arrive pas à me rendormir. Je lève les bras au ciel et dis à voix haute :
«  Courage Misa', le monde est avec toi. »
Je me lève, comme quoi s'auto-encourager ça a du bon. Aller, courage moi. Un pied, deux pieds... JE SUIS PAR TERRE !! Maintenant faut lever ses fesses... Oh Mon Dieu, le réveil est dur. Je me frotte les yeux et m’exécute. Enfin ! Je suis debout. Ris pas, oui, toi, au fond à droite ! Vous n'avez jamais vu quelqu'un se lever un samedi matin ? Bon ben alors. M'interrompez pas toutes les 5 minutes je vais jamais réussi à tout raconter sinon.
Je me dirige vers le lavabos, me passe de l'eau sur le visage, démêle ma chevelure châtain-rousse et m'habille. Je sors ensuite vite-fait Sora et Tenshi de sous mon lit, leur fait faire une petite sortie sur le rebord de la fenêtre... je rectifie, promenade sur le rebord pour Sora, promenade dans mon T-shirt pour Tenshi. Ayant fini tout ça je décide d'aller au réfectoire bouffer un truc.

Je sors de ma chambre, y'a déjà pas mal de gens dehors et je suis apparemment la seule lève tard ici.
Passant ensuite devant un groupe de gars j'entends vaguement les mots «  Regarde, celle-là, marrante et voir ». Je continue mon chemin avant de sentir une main sur mon épaule. Je sursaute puis tourne la tête en lâchant un : «  Kestu m'veux ? » Il m'adresse un sourire narquois et me fait un clin d'oeil. Excuse moi monsieur mais là on est le matin, et j'ai envie que d'une chose c'est d'aller remplir mon estomac. Je lui donne donc un coup de coude dans les côtes suivit d'un «  Va voir ailleurs si j'y suis, là j'ai la dalle. »
Comment ça je suis pas féminine ? Toi, oui, toujours le même au fond à droite, tu vas arrêter de m'interrompre surtout si c'est pour dire des conneries pareilles. Merci.

J'arrive enfin au réfectoire. Prends un plateau, un bol de lait, des céréales, une tranche de pain pour mes deux mini-crottes et va m'asseoir à une table vide. Pour une fois je réussis à ne pas en renverser sur mes genoux ou mettre mes manches dans le bol.
Mon repas finit, je vais déposer le plateau dans l'endroit où il faut et décide de retourner dans ma chambre pour dessiner et être au calme. Je mets la tranche de pain dans la poche de mon jean et fait chemin inverse.
Je revois le groupe de gars de toute-à-l'heure. Le même gars tourne la tête vers moi et je m'énerve. Même si il ne m'a strictement rien fait je peux pas le saquer. Si j'pouvais gronder je le ferai... Je me sens descendre d'un coup, je baisse la tête pour voir si je me suis cassée laggle... Merde. Me voilà de nouveau transformée en animal, et un chien en plus de ça. A vu d'oeil je dirai que j'dois ressembler à un husky. J'ai rien contre les chiens mais comprenez moi merde, j'ai l'impression d'être à poil dans les couloirs ( et j'ai des poils, aussi, mais bon... voilà ) et... MES PATTES. Un étudiant vient d'me marcher dessus. Je suis donc si petite que ça ? Je gémis, bordel ils sont lourds les gens ici. Ah, une fille, elle pourra peut-être m'aider. J’aboie faiblement pour lui indiquer ma présence. Elle non plus ne m'a pas vue. J'en ai marre, tout le monde me bouscule et me marche dessus. Eho, je suis là hein, je suis pas encore invisible bande de ploucs.

Je décide de bouger un peu, je trouverai sûrement un endroit moins passant. Ne connaissant pas bien le pensionnat je me perds vite et continue finalement de me faire bousculer. Je me souviens soudain qu'il faut que je pense très fort que j'suis pas un chien mais une humaine pour retrouver ma forme initiale. Merde, ça marche pas. PUTAIN SA MERE L'ELEPHANT RUSSE, FAYCHIER. Voilà, j'ai poussé ma gueulante et on a entendu mes aboiements dans tous le couloir. Je me fous en boule dans un coin. Moi qui y'a 5 minutes voulait qu'on me voit et qu'on me marche pas dessus, là je voudrai qu'on me voit pas et qu'on me laisse tranquille. Aller, courage moi, encore une heure...



Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    Jeu 16 Aoû - 20:06


Roll down the window, I see nothing but the sun

Officiellement, Ema était réveillée. Prête avant toute la chambre – pour une fois ! – et parée à l’attaque. Serrée dans son jeans, son débardeur au dos, elle se sentait plutôt bien pour un samedi matin, huit heures trente heure locale. Normalement, un samedi matin, huit heures trente heure locale, elle le passait dans son lit, enveloppée dans les draps et les bras de Morphée, et ne se réveillerait que deux ou trois heures plus tard, quand son ventre impatient gronderait des idioties à tort et à travers. Officiellement, Ema était fraîche, souriante, propre. Elle s’était si peu maquillée que les fines traces de mascara ne se distinguaient à peine. Ses cheveux étaient encore humides quand elle sortit de la chambre, portable en poche et sourire aux lèvres, gaie comme un pinçon femelle.

Officieusement, Ema dormait encore. Mine de rien, elle avait sommeil. Elle ne savait quelle mouche l’avait piquée mais elle n’avait pas pour habitude de se lever si tôt. La chaleur peut-être. C’était quasiment la canicule sur Aomori. Il faisait tellement chaud qu’elle en dormait mal. Et elle se réveillait souvent au milieu de la nuit, trempée, les draps en désordre. Et pourtant, elle était toujours Ema la belle, la souriante, la pétillante. Ema la Tornade. D’où ça venait, ça encore ? Ce bête surnom qui la mettait si bien en valeur ? Officieusement, Ema dormait encore. Dans sa tête. Car son visage au sourire ravageur ne laissait rien paraître. Son ventre a grogné plus tôt que d’habitude. Elle a faim mais ne mange jamais au matin. Une pomme, un fruit, tout au plus.

Ema passa devant un groupe de garçons. Une bande qui chuchotait, mis à l’écart du monde. D’un coup d’épaule négligeant, elle repoussa des boucles blondes, envoyant, sans vraiment le vouloir, une volée de gouttelettes sur les garçons. Ema n’était pas une allumeuse et ne provoquait jamais qu’Hyuga ou ses autres amis. Juste quand elle avait envie de jouer. Le coup d’épaules, l’eau. C’était du hasard. Parce qu’elle n’avait nullement l’intention de draguer qui que ce soit aujourd’hui. Pas parce qu’elle avait la flemme. Parce qu’elle était bien trop nulle pour ça. Ema passa devant un groupe de garçons qu’elle venait, accidentellement, d’éclabousser. Un sifflement. Elle continua son chemin. Les garçons, on ne les arrête que par des vents. Sauf s’ils sont vraiment dingues, masochistes et amoureux. Dans ces cas-là, rien ne les arrêtait. Ca faisait limite peur, parfois. Elle se souvenait d’un garçon, en primaire. Amoureux comme pas deux. Il l’avait pourchassé pendant des années et des années, se déclarant toutes les semaines. Et elle, vilaine petite chose, elle avait toujours répondu non. Ema n’était pas une pute. Justement ! Elle n’était pas sortie avec le garçon parce qu’elle ne l’aimait pas. Ema n’était donc pas une pute. Emapute.

Ema attrapa la première belle banane mûre qui lui tombait sous la main, dans le panier à fruit du réfectoire. De son autre main, elle salua quelques personnes. Des lèves-tôt. Mais des lèves-tôt plutôt gentils. Elle s’approcha d’eux, échangea quelques paroles, raconta quelques potins. Pas de gros scoops. Des trucs sur les professeurs, les derniers événements passés en classe. Et la chaleur. Comme les mamies sur les bancs du parc, Ema avait parlé de la météo. Parce qu’une chaleur pareil, ce n’était tout bonnement pas possible. Il devait certainement se passer un truc bizarre. Et bientôt, elle appellera Lilian pour lui demander de détraquer la météo, comme il le faisait si bien. Se métamorphoser en animal, c’était marrant. Mais faire pleuvoir quand il faisait si chaud… C’était le pied.

Ema quitta ses amis et arpenta les couloirs, mâchant, lentement mais sûrement, sa banane. Qu’est-ce qu’elle allait faire aujourd’hui ? Hyuga devait toujours lui racheter des fringues et lui payer à manger. Mais n’avait-il pas rendez-vous aujourd’hui ? Avec une fille de deuxième, si elle se souvenait bien. Pas grave. Shigeru ne sortirait certainement pas. Peut-être… Un gémissement de chien blessé lui monta aux oreilles au moment où elle jeta sa peau de banane. Peau de banane qui n’arriva pas dans la poubelle mais sur la tête d’un minuscule petit animal. Un chien. Un Husky. Trop mignon.

« Bah ça alors ! »

Ema s’approcha lentement, comme on faisait avec un animal inconnu ou blessé, les mains légèrement tendues vers l’avant. Elle étira ses lèvres en un sourire tendre et aimant. Mettre le chiot en confiance. Il ne devait pas avoir peur.

« Qu’est-ce que tu fais là mon petit père ? »

Elle attrapa l’animal en-dessous des pattes avant et le souleva du sol afin de le prendre dans ses bras.

« T’es tout seul ? T’as perdu ton maître ? »

Les animaux n’étaient-ils pas censés être interdit dans l’enceinte du pensionnat ? Sauf cas de métamorphose et les poissons rouges. Pourquoi les poissons rouges, d’ailleurs ? Et puis, Raimu avait la blinde d’animaux. Il n’était donc pas impossible que quelqu’un ait un chien.

« Pas de problème, dude. Tatie Ema va prendre soin de toi. »






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
xxx
avatar
heart

Féminin Age : 20
Messages : 19
Inscription le : 26/07/2012
Localisation : xxx


Carte d'étudiant
Scolarité/Age:
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    Ven 17 Aoû - 20:30

« Au pire, un chien qui écrit, ça devrai l'aider à comprendre, non ? »
● ● ●


Je mets ma tête sous mes deux pattes, j'en ai marre. On crève de chaud en plus, ces bêtes là ça vit au PÔLE NORD. Ou au pôle sud, je sais jamais. Ici on crève de chaud. Je suis en mode larve, par terre, à me rouler dans tous les sens pour chercher un bout de carrelage frais. Tout en restant le plus loin des gens possible. Les gens regardent pas où ils marchent, un grand brun me marche sur l'oreille, une brune me bouscule … Les bruns ce sont tous des grosses brutes ou quoi ? Vous remarquerez, le seul point positif quand on est un... chien, c'est que tu peux dire tout ce que tu veux, personne comprend. Sauf si il comprend le langage des animaux, là t'es dans la merde.

Je continue de faire roule-roule par terre, jusqu'à ce qu'un truc me tombe sur le nez. Je me fige, d'un coup et ferme les yeux. Mode «  Je suis pas là repassez plus tard ou laissez un message après le BIP ». Je deviens aussi bête qu'un chien... je pense qu'en fermant les yeux on ne me voit plus. 'Fin qui sait, il ou elle pensera peut être que je suis un... Une statue ? Oui voilà, une statue. Et toi au fond à droite tu la fermes heins, j'ai bien le droit d'espérer un peu.

« Bah ça alors ! »

Ah, une voix féminine. Avec un peu de chance j'suis tombée sur une gentille fille qui voudra bien m'accompagner dehors, que j'attende loin des gens que mon apparence canine daigne se dissiper pour laisser place à mon corps normal, c'est à dire d'une fille 1m60 et des poussières.
Je retire mes pattes de devant mon nez puis la regarde, tapie au sol, me faisant encore plus petite que je ne le suis. La jeune fille est blonde avec une coupe au carrée, possède des yeux bleus aussi beaux que deux saphirs, elle est en soit plutôt mignonne -pour le gars au fond, je suis hétéro', merci au revoir.-Elle s'approche doucement de moi avec un sourire sympathoche au visage, elle a l'air sympa. Je « soupire » de soulagement.

« Qu’est-ce que tu fais là mon petit père ? »

Je tente de lui expliquer, mais je n'arrive qu'à aboyer et c'pas très clair. Si seulement je pouvais lui dire que je suis une fille, normale, qui a encore eu des problèmes avec son ZHUIZBU9 de pouvoir. Je gesticule légèrement, tout en évitant les gens qui passent à ma droite. On me marche encore dessus, je grogne légèrement pour approuver mon mécontentement, quand j'allais lui sauter à la cheville lui expliquer que je suis là bordel, la jeune fille s'avance vers moi les bras tendus puis me prend dans ses bras. Ca fait bien 10 ans que j'ai pas été soulevée du sol comme ça et... ROH PUTAIN CEY HAUT !!! Je mets de nouveau mes pattes sur mon nez pour me cacher les yeux, réflexe complètement idiot mais qui me rassure.

« T’es tout seul ? T’as perdu ton maître ? »

Je lève un peu les yeux vers elle et je 'pleurniche' en secouant la tête, essaie de la montrer de la patte, puis moi, puis elle, puis moi. Lui faire comprendre que j'suis humaine, comme elle quoi. Mais.. Cruel dilemme, mon ossature ne me permet apparemment pas de tourner mes membres avants vers moi.

« Pas de problème, dude. Tatie Ema va prendre soin de toi. »

Je ne savais pas si c'est qu'elle m'appelait Dude, ou si c'était une expression. Je suis une vrai brêle en expressions de toute façon. Moi je fais «  De deux pierres un coup » et «  Pierre qui amasse mousse ne roule pas ».

Je gesticule un peu, j'ai peur de tomber et de me faire mal, mais en même temps j'ai pas envie de rester en l'air comme ça. Je cherche un moyen de lui expliquer que je suis une humaine, puis soudain je vois un morceau de papier tomber par terre. Je continue de gigoter pour tomber. J'arrive enfin à me dégager de ses mains même si j'ai l'impression d'm'être cassée quelque chose. Je saute ensuite sur la papier, cours partout pour chercher un crayon. Ah, en voilà un, c'mon jour de chance ! 'fin le début de mon jour de chance. Je reviens vers elle, pose mon arrière train, prend le crayon dans ma gueule après avoir réfléchit sur «  c'est propre ? Pas propre ? Bon ben... » et essaye d'écrire le mot « transformation ». Après maintes reprises, ne sont lisibles que le -t, -a, -s, -m et le -on. Au pire, un chien qui écrit, ça devrai l'aider à comprendre, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    Jeu 23 Aoû - 18:26


Ooooooooooh !
I wanna dance with somebody !
Oh mais quel amour. Il gigotait dans ses bras, comme pour lui faire passer un message. Mais oui, trésor. Elle sait que tu es heureux d’avoir enfin retrouvé une personne capable de t’aider dans ce pensionnat de brutes qui ne regardent pas où ils mettent les pieds. Ema connaissait ce genre de situation, quand les gens piétinaient les pauvres animaux perdus au sol. Sauf qu’elle, elle le faisait exprès. Elle se mettait exprès devant les gens, se frottait exprès contre leurs jambes pour les faire tomber comme des mouches, comme des merdes. Après tout, quitte à se transformer en animal sans but réel derrière la tête, autant faire tomber le monde à ses pieds. A ses pattes. Il n’empêche que, parfois, ça ne se passait pas toujours comme prévu. Il arrivait qu’elle tombe sur des tortionnaires ou des psychopathes. Enfin. Non. Soit sur des gens qui, n’aimant pas les animaux ou étant adepte des vengeances, lui faisaient mal en lui tirant la queue, en lui bottant le cul ou en la jetant dans un seau d’eau froide… non, ça n’allait jamais jusqu’au seau d’eau froide. Ce ne dépassait jamais la bouteille pleine d’eau – ou d’un autre liquide, style coca cola – qu’on abattait sur sa pauvre tête de gros, gros chat. Ca faisait chier, quand c’était du coca. Parce qu’ensuite, elle avait les cheveux qui puaient le sucre à vingt kilomètres à la ronde. Et elle ne vous parle pas des guêpes, en été. Parfois, il y avait des catnapping. Des gens – des filles en particulier mais même les garçons s’y collaient, parfois – qui l’embarquaient sans qu’elle n’ait eu le temps de protester d’un miaulement indigné. Elle se retrouvait alors dans une chambre, connue ou inconnue, et reprenait forme humaine, des fringues en moins. Parfois à poil. Dans ce cas, elle volait des fringues qu’elle ne rendait qu’au bout de quelques mois.

Tel un gros asticot plein de poils, l’husky continue de bouger dans ses bras maigres à la force de poulet. Ema resserra sa prise sur le chiot, mais l’animal finit quand même par tomber pour retomber sur ses quatre pattes en chancelant. Outch. Ca fait mal, ça, non ?

« Hé ! Où tu vas comme ça ? Reviens ici, Trésor ! »

Ema marcha derrière le chien, pour le rattraper mais celui-ci sautait déjà sur un papier, tous les sens en alerte, à la recherche de quelque chose. Un crayon. Il revint avec un crayon à papier dans la gueule. Sans blague. Qu’est-ce qu’il allait faire ? Ecrire, peut-être ? Comme si un chien, ça pouvait écrire.

Ema. Tu es à Aomori. Et devant toi, le chien écrit. Ou du moins, tente d’écrire.

« Tgabsfqumghion… Fantasmons ? Non, ça commence par un T. Tanguons ? On ne tangue pas ici. Transfusion ? Transfusion de quoi ? Transfusion sanguine ? T’as besoin de sang ?! »

Putain.

« Ca m’étonnerait. Euuuuuuuuuuuuh… »

Au pire, un chien qui écrit, ça aurait du la mettre sur la voie. Un chien qui écrit. Ecrit. Ecrire. Un chien.
Ema, merde quoi !

« OH ! »

On est sur la bonne voie ?

« Transgression ! C’est ça ?! »

Facepalm. La tête du chiot n’est pas d’accord avec toi. Regarde-le, Ema. Et rappelle-toi que tu es à Aomori. Une école pour les personnes ayant des capacités exceptionnelles. Et on ne parlait pas ici d’un génie en math. On te parlait de personnes capables de casser des murs, de traverser des murs, de respirer sous l’eau, de faire pousser ou tomber les cheveux, de se fondre dans le décor à la manière d’un caméléon. Des personnes qui maitrisent le feu, qui entendent plus que d’autres, qui savent dérégler le temps, la météo. Des humains capables d’invoquer le feu, l’eau, l’air, la terre. Des hommes, des femmes mais avant tout des gosses qui pouvaient être invisibles, voir les auras, qui faisaient apparaître ou disparaitre des objets. Et toi, et Akane. Vous vous transformez en animaux.
… Oh, putain.

« NON ! Sérieux ?! »

La pièce est finalement tombée, pour toi, Ema. Non ?

« Tu te transformes en animal ?! Toi aussi ?! »

Bah ça alors !






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
xxx
avatar
heart

Féminin Age : 20
Messages : 19
Inscription le : 26/07/2012
Localisation : xxx


Carte d'étudiant
Scolarité/Age:
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    Sam 25 Aoû - 19:25

« Je crois que j'ai maintenant plus peur d'entendre un truc complètement insensé que de rester coincé sous cette forme durant plus d'une heure. »
● ● ●


« Tgabsfqumghion… Fantasmons ? Non, ça commence par un T. Tanguons ? On ne tangue pas ici. Transfusion ? Transfusion de quoi ? Transfusion sanguine ? T’as besoin de sang ?! »


J'écarquille les yeux, l'écoutant dire des mots que je ne comprends pas. Quand je serai de nouveau une humaine j'irai chercher un dico' pour trouver le sens de ces mots - Si je m'en souviens encore - aussi compliqués que Prosélyte... Ou du moins il me semble que c'est ça. Je suis une matheuse moi, je ferai sûrement S. Pas L bordel de cul. Même si je connais pas mal de mots je n'suis pas un dictionnaire sur pattes non plus... Bon, certes, j'ai des pattes à ce moment même, mais toi au fond à droite, tais toi, je ne suis pas un dictionnaire donc ça ne marche pas !

« Ca m’étonnerait. Euuuuuuuuuuuuh… »

Ca m'étonne que ça t'étonne ben tient, si j'avais besoin de transfusion je ne serai sûrement pas dans mon état actuel actuellement.

« OH ! »


Je dresse les oreilles, a elle enfin trouvé ce que je cherche à lui dire depuis cinq minutes ? Je sens mes yeux se remplir d'une lueur d'espoir, sisi je vous jure, doit sûrement y avoir la même lueur que dans les mangas. Vous savez ? Non ? Roh puis zut quoi, décrottez vous si vous n'avez aucune culture à ce niveau-là je n'y peux strictement rien.

« Transgression ! C’est ça ?! »

J'écarquille les yeux une seconde fois avant de m'écrouler au sol, sur quel genre de fille suis-je tombée ? C'est si courant que ça un chien qui écrit ici !? Je ne fais même plus attention aux gens autour tellement je suis désespérée. Je mets mes pattes sur mon museau une seconde fois en grommelant « Oh My goooooooood... » Même si de l'extérieur je crois qu'on doit plutôt entendre un gémissement bizarre suivi d'un aboiement. M'enfin. Je me comprends c'est déjà ça.

« NON ! Sérieux ?! »

Je garde la même position pour éviter de m'effondrer une seconde fois à l'entente d'un mot bizarre. Je crois que j'ai maintenant plus peur d'entendre un truc complètement insensé que de rester coincée sous cette forme durant plus d'une heure.

« Tu te transformes en animal ?! Toi aussi ?! »

Je me sens revivre, enfin ! . Oui, pour moi l'espoir était tombé au stade -18292. Je sais que tu n'as pas lu ce nombre mais je l'écris quand même, histoire de bien vous montrer à tous à quel point j'étais désespérée. Je me lève d'un coup avant de sauter dans ses bras, enfin, essayer. Pas plus de 40 cm de hauteur. Je me contente donc de m'asseoir sur mon arrière train et de hocher vivement la tête.

Je sens un truc qui me soulève par la peau du coup, je tourne la tête pour savoir qui est en train de me faire prendre de la hauteur et constate avec horreur que c'est le même gars que tout à l'heure. Je gigote mais m'arrête rapidement car mon cou n'est apparemment pas élastique. Il lance alors à l'égard de l'autre jeune fille, sourire aguicheur aux lèvres « T'sais pas que les animaux sont interdits ici ? » Je grogne, gémis, aboie... bref, tout ce que je peux, pour exprimer mon mécontentement. Si je pouvais parler -ou plutôt s'ils pouvaient me comprendre- ils entendraient « LÂCHE MOI GROS CON. » Oui je sais je ne suis pas ce qu'il y a de plus féminin en terme de vocabulaire mais vous auriez dit quoi à ma place ? Je continue de gigoter de grogner si bien qu'une bonne partie du couloir s'est maintenant retourné pour nous voir. Je n'espère qu'une chose c'est que la jeune fille veuille bien me prendre dans ses bras, parte en courant et qu'on revoit plus ce gars. Mais bon je pense que je peux toujours espérer, car même si j'écris quelque chose, j'ai cru comprendre qu'elle mettait un peu de temps à calculer. C'est fou quand même, elle va chercher si loin...


Spoiler:
 



Merci à Hanae pour cet avatar qui gère la Cachuette cacahuette. ♥️[IMG de signa' quand j'ai moins la flemme]
Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    Dim 23 Sep - 16:28


Say I love you
and you're not listening

Le chien sauta en l’air, sa queue battant fièrement et joyeusement derrière lui. Tout dans son comportement transpirait le bonheur d’avoir enfin été découvert. Mais peut-être devrait-elle arrêter de le regarder comme… Un animal. Après tout, Ema sous métamorphose, on lui parlait encore comme si elle avait une forme humaine et non celle d’un chat. C’est-à-dire qu’on ne lui parlait pas sur un ton gnangnan de grand-mère à son cher chat-chat. Elle repoussa des mèches tout en observant le comportement de la personne qui s’était retrouvé coincée dans les brides de la métamorphose. Ah ! Tu connaissais ça, Ema, pas vrai ? Et maintenant, tu arrives à te transformer quand tu veux, où tu veux. Tu peux garder ta forme cinq minutes, dix minutes, une heure, même si une heure, c’est risqué. Et pourquoi ? Parce qu’après une heure, tu es non seulement nue mais malade, également. Tu as froid, tu trembles, tu es fatiguée et parfois incapable de tenir debout. Franchement, ce n’est pas la joie. Et le pire, c’est que tu ne peux compter sur personne dans ces moments-là, parce que même si le fait d’être vue en sous-vêtements ne te fait rien, le fait d’être vue nue t’importune un peu plus.

Une main éclate dans son champ de vision. Pas celle du métamorphe inconnu, mais celle d’un homme. Enfin, d’un jeune homme. Elle le remarque directement à ses doigts et à sa peau. Le chien quitte le sol, se retrouvant gigotant dans les airs. Arf, pauvre bête. Mais ça, ce crétin ne peut pas savoir à quel point ça fait mal, d’être tenu de la sorte. Et Ema, elle savait. Parce qu’elle avait déjà été tenue de la sorte. Par des commerçants n’aimant pas les chats, par des jeunes qui voulaient s’amuser – même si dans ces cas-là, elle se retransformait rapidement et leur foutait la peur de leur vie – ou des vieilles, pour la kidnapper afin de la choyer et de la nourrir toute sa vie. Sauf que ça non plus, ça ne marchait pas. C’était dans ces moments-là qu’elle était malade et nue comme un verre. Elle se réfugiait souvent sous la douche, pour chasser son apparence de chat et reprendre des forces. Pas étonnant que la facture d’eau augmentait dans ces périodes. Parfois même, elle s’endormait sous le jet d’eau chaude et se retransformait pour accéder jusqu’à sa chambre. Elle était crevée, malade mais suffisamment courage. Ema regarda la tête du garçon, qui lui disait vaguement quelque chose. Ouais, ce n’est pas grave si elle ne s’en souvient plus. Elle s’en fout, après tout.

« T'sais pas que les animaux sont interdits ici ? »

Et mon poing dans ta sale gueule, tu le veux ?
Ema le regarde avec un air blasé, les lèvres légèrement entrouvertes sur lesquelles elle passa sa langue, alors qu’il souriait comme un mec sûr de lui, sur le point de conclure. Qu’est-ce qu’il royait ? Qu’elle allait coucher avec lui pour avoir le chien ? Genre. Décidemment, il avait toujours le mot à dire pour faire chier. C’est pas comme ça que tu vas te faire une fille, dear. En attendant, le chiot gémit et coince, comme pour transmettre un message au garçon, à la brute qui lui dégomme la peau de son petit cou. Ema a peut-être mis plus de dix minutes pour comprendre ce que le chien voulait lui dire, mais elle comprend que la position est non seulement désagréable mais qu’elle fait mal aussi. Un sourire à la fois bestial et orgueilleux étire les lèvres d’Ema tandis qu’elle arque un sourcil. Elle se rapproche – trop près à son goût – du garçon. A cinq centimètres de son torse, elle se décide à parler, d’une voix mielleuse et sensuelle.

« Tu peux garder un secret pour moi, non ? »

Et qu'est-ce que tu fais encore dans l'école, alors ?
Et là, ses bras se refaire sur le chiot qu’elle arrache du poing du garçon. Elle lui adresse un clin d’œil devant sa tête d’abruti qui ne comprend rien à la vie et se retourne pour partir en roulant des hanches. Oui, Ema peut se comporter comme une pute, par moment. Mais la plupart du temps, c’est son tempérament de jeune fille sans gêne, vulgaire et tout ce qu’on veut qui l’emporte. Mais c’est comme ça qu’elle est aimée, la plupart du temps. Surtout que quand elle fait sa pute, c’est pas vraiment aussi aguichant que dans les films. Elle accéléra bien vite la cadence pour tourner au premier angle venu sur sa gauche. Vers les escaliers sur lesquels elle s’asseya, son grand sourire d’imbécile sur les lèvres. Mais où est passée la sale aguicheuse ? Elle posa le chiot à ses côtés, quelques marches plus haut.

« Ah ! Que d’aventure ! »

Elle repousse ses cheveux vers l’arrière.

« Pas trop mal ? »





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: COMBO. Transformation et...Perdation?    

Revenir en haut Aller en bas
 

COMBO. Transformation et...Perdation?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Rez-de-chaussée :: Couloirs et escaliers-