AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours Forest, cours ! [Pv : Lilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaoru Tokugawa
Kaoru Tokugawa
spirit

Masculin Age : 21
Messages : 188
Inscription le : 24/04/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 2ème Années / 15ans
Pouvoir(s):
Club: Théâtre

MessageSujet: Cours Forest, cours ! [Pv : Lilian]   Sam 11 Aoû - 19:08

Il l’a suivait encore. Il n’en avait jamais marre. Il avait passé une bonne partie de sa journée à ça et n’en avait aucune gène.
Qui suivait-il ? C’est simple, la seule personne capable de sauver la Terre de l’apocalypse : Azil.

Droite, gauche, accélération. Stop ! Elle parlait à quelqu’un. Il était là appuyé contre le mur, jetant des petits coups d’œil, essayant de ne pas se faire repérer. Il attendit. Le jeune médium était plongé dans ses pensés. Reprenant ses esprits, il regarda dernière le mur et... Elle n’était plus la ! La jeune fille qu’il suivait était repartis. Il commença à paniquer légèrement au milieux du couloir, regardant à droite, puis a gauche, puis encore à droite, dernière, devant. Il fit deux ou trois pas dans le couloir, toujours à sa recherche. Retournant sur ses pas, vérifiant encore et encore. Se demandant où elle pouvait bien être. Mais il n’y avait plus rien, elle avait complètement disparu. Il soupira fortement, déçu d’avoir fait cette erreur et de l’avoir perdu.

Avançant sans grande conviction dans les couloirs, la tête baissée regardant le sol. Il se demandait si c’était un signe destin qu’il l’es perdu de vue. Peut être qu’il serait punis par les cieux de ne pas avoir su assez bien protéger cet ange. Il releva rapidement la tête pour s’orienté dans les couloirs, dans le but de rejoindre sa chambre au bord d’une sérieuse dépression.
Là ! Au bout du couloir ! C’était elle ?! Nan Kaoru, tu hallucine encore ! Ca ne sert rien, tu l’a perdu de vue ! Calme-toi ! Tu ne vas pas en mourir !
Le jeune médium est vraiment une personne têtue, alors il commença à courir dans le couloir en espérant pouvoir la rattraper. Il courait, toujours plus vite, toujours plus concentré dans cet angle où il croyait avoir vu sa chevelure rouge. Entre nous, bien sur ce n’étais pas elle. Cela aurait été bien trop beau pour être vrai. Mais Kaoru courait, toujours plus vite et toujours plus déterminé à rattraper un ou une inconnue qu’il avait confondu avec elle. Sa réaction était celle d’un enfant de cinq, quand on lui dit que c’est fini et qu’il n’est pas assez mature pour en accepté l’idée. L’enfant aurai fuit, et Kaoru fait de même il fuit la vérité en se raccrochant à un espoir inexistant. Tu es bien pathétique mon cher médium.

La fin du couloir se rapprochait à grand pas et le médium ne ralentissait pas une seconde, au contraire il continuait à accélérer dans une détermination telle qu’il tourna dans la direction où il croyait que la jeune fille allait, il était persuadé de la voir quelque part dans cette nouvelle vision d’un autre couloir. Alors il ne faisait pas attention. Il tourna vite, tout près du mur, ne voyant pas se qui se passait autour. Ou plutôt n’ayant juste la concentration nécessaire de penser à autre chose qu’a son ange.
Après avoir tourné, il y avait quelque chose de dure, quelque chose qui ne bougeais pas ou s’il le faisait beaucoup moins vite que lui. Vous l’auriez compris il y avait quelqu’un qui marchais dans le couloir perpendiculaire au sien. Et Kaoru ne l’a pas vu. Et Kaoru lui est complètement rentré dedans avec une grande force, et toute l’accélération qu’il avait. Le contacte avec l’inconnu était tel qu’il tomba au sol. Ce choc lui fit reprendre conscience. Mais comme il n’en faisait qu’à ça tête il se releva rapidement et regarda dernière la personne pour voir si elle n’était pas là, dans le couloir. Il ne vit rien et soupira.
Regardant l’inconnu il le dévisagea rapidement avant de s’incliné devant lui.

« Je suis vraiment désolée, toutes les excuses. »

Il resta comme ceci un certain temps, puis se releva. Il était près à se faire engluée, près à se faire réprimandée pour avoir bousculé une personne. Il aurait accepté n’importe qu’elle sentence.

Il regardait avec attention l’inconnu. Il le dévisageait discrètement, son bandeau l’intriguait légèrement. Avait-il un problème à l’œil ? Kaoru se sentit coupable de l’avoir bousculé, de ne pas l’avoir vu alors qu’il était en plein possession de ses deux yeux. Quel imbécile tu fais ! Le pire c’est que tu ne t’en rends même pas compte... Bref, il restait la planté comme un demeuré au milieu du couloir. Il avait désormais tout son temps, puisqu’elle n’était plus là. Il était vraiment un parfait imbécile...

Kaoru tu es vraiment fou, mais bon... Si cet inconnu te cassait la figure, tu ne l’aurais que trop bien mérité !
Revenir en haut Aller en bas
Lilian R. Kurokawa
Lilian R. Kurokawa
jokers

Féminin Age : 23
Messages : 432
Inscription le : 31/10/2011
Localisation : LOIN %w%


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 18 ans (et des poussières) / 3°
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Cours Forest, cours ! [Pv : Lilian]   Sam 13 Oct - 12:15

au pire, j’en mourrai pas, hein


T’as failli dire au prof qu’il était d’un ennui à mourir. Enfin. T’as failli. Tu le pensais plus qu’autre chose. Et si le prof avait été télépathe ? Ben heureusement, il l’était pas. Mais tu as failli lancer, bien haut, bien fort : « monsieur, sans vouloir vous vexer, votre cours est aussi soporifique que du lorazépam pour calmer un psychotique ». Pour explication : le lorazépam est une molécule de la famille des benzodiazépines, souvent utilisée comme somnifère ou pour calmer les troubles tels que l’anxiété, etc… En milieu médical, elle est aussi utilisée pour calmer radicalement des crises d’hystéries, à raison de 2mg par intervention par un membre du personnel hospitalier.
Lilian ? Arrête de te renseigner s’il te plaît.
Enfin bref. Tu t’étais contenté de somnoler dans ton coin, au fond de la classe. Le prof n’allait rien te dire, tes notes dans sa matière plafonnaient loin au-dessus de la moyenne. Parce que tu avais toujours eu le don de, une fois seul avec tes feuilles où s’éparpillent les notes que tu as prises quand tu en avais le courage, transformer un somnifère potentiel en amphétamines. Façon de parler. Tu rendais le cours intéressant de ton point de vue et apprenait donc rapidement. Une technique dont tu ne sais pas de qui tu la tiens ; et à tout réfléchir, tu voulais pas savoir.

Et donc, quand le prof avait daigné ; pour une fois ! ; se rendre compte que la sonnerie signifiait vous lâcher, tu t’es échappé dans le couloir. Libre ! enfin libre ! Ca, c’était ce qui te passait par la tête à l’instant. Tu n’en avais strictement rien à cirer de ce qui se passait.
Enfin. Oui, si. Tu t’en fichais royalement. Tu allais pouvoir rentrer transformer un cours ennuyeux en une croisade digne de la bataille pour Jérusalem, ou du plus célèbre Fort Alamo. Manquait plus que ça tiens, tes références culturelles et historiques jouaient à prendre le dessus. Allons bon. Qu’allais-tu bien pouvoir inventer cette fois pour daigner retenir un cours pareil ? Sûrement quelque chose d’innovant. Vu ce que le cours en question avait été pour toi un ennui presque mortel.

Tiens, ça te rappelle quelque chose qui n’a pourtant aucun rapport. Quand tu étais au collège, tu avais un ami très proche, un certain Emett. Emett tu-ne-sais-plus-trop-quoi. Vous faisiez l’atelier escalade après les cours, le mardi et le vendredi ; quand t’aimais encore le sport. Le mur d’escalade de l’école faisait bien dix à douze mètres de hauts. Et c’est ce qui vous amusait, tous les deux. La hauteur. L’idée de descendre en rappel. De décrocher un à un les mousquetons des attaches du mur. Et un jour, vous vous étiez dit : « Douze mètres ! ça en fait de la hauteur ! » « M’en fiche, j’adore l’escalade. » « T’as entièrement raison, c’est trop bien comme sport. » « C’est mortel. » « Dans tous les sens du terme ! »

Oui. C’est mortel.

Comme une chute dans les escaliers. Comme la noyade. Comme une balle de 9mm tirée à bout portant. Ou encore, comme un cours soporifique. Mortel. Mais mortellement ennuyeux, surtout.

Et à avoir la tête dans les nuages, t’as rien prévu de ce qui va t’arriver, Lilian. C’est bien comme ça que t’as lâché ton sac quand quelqu’un t’a bousculé. Quelqu’un qui a réussi à te faire tomber. Et évidemment, avec ton bol habituel, tu as dû remettre en place très vite ton cache, parce qu’il s’était décalé. Tu avais même manqué de jurer vivement. Mais. Finir avec la rétine cramée. Ben c’était pas dans les choses que tu tenais à faire absolument. Tu es donc resté là, un peu sonné.
Remettre le cache, c’était un réflexe. Donc sonné ou pas, t’allais pas le laisser à moitié enlevé. Tu as fini par te relever. Enfin, te redresser au minimum.

L’autre avait l’air sincère en s’excusant. T’as penché la tête de côté, en clignant d’un œil et détaillé la personne en question. Faisons le compte. Cheveux blancs. Yeux rouges. Albinisme ? Vu le temps, peu probable. Alors… Un magnifique défaut de pigmentation pour les yeux ; si c’est possible, d’abord ; et une soudaine décoloration de la fibre capillaire pour les cheveux. Mais de là savoir ce qui avait provoqué ladite décoloration… Tu n’estimais pas que c’était le moment pour savoir. Puis, ce n’est pas le genre de question qu’on pose à n’importe qui, alors comme ça. Mais t’étais au moins pas le seul à être bizarre, c’était déjà ça. Tu as fini de te relever, et récupéré ton sac.

« T’inquiètes pas. J’en suis pas mort. »

Encore heureux ! T’as pas fini de dire des trucs pareils ? Franchement, t’étonnes pas d’être pris pour un fou vu ce que tu peux dire pour rassurer quelqu’un. Ah oui, c’est vachement rassurant, ça. T’as raison ! Allez, continue tant qu’on y est.

« … T’es… en retard, ou quelque chose du genre ? »

Ouais, c’est ça. Et s’il l’est, tu vas le rendre encore plus en retard que possible.

… T’es vraiment un crétin, Lilian.


until the morning light, dances in the sky, when the sun is up over my head, but in the meantime, let the evening fall on me, after all, I know you are just up ahead, under the moonlight ♫

-w-


KAKTUS FANCLUB !:
 


HAHAHA:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Cours Forest, cours ! [Pv : Lilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Rez-de-chaussée :: Couloirs et escaliers-