AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au clair de la lune, mon ami Sango.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Evans
avatar
heart

Masculin Age : 22
Messages : 105
Inscription le : 25/07/2012
Localisation : Utopia.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ere année / 19 ans.
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Au clair de la lune, mon ami Sango.   Mer 8 Aoû - 20:30

« Réveil musclé. »
Feat SANGO SAE TÔMOMO

# 7h - 9h, le Samedi.
Tout avait commencé très vite.
Trop vite en fait.
A dire vrai, ça avait mal commencé en fait. Il y avait eu l’alarme incendie stridente qui avait tiré Gabriel d’un sommeil plutôt court, peuplé de rêves plutôt cool. Le truc dommage c’est qu’il venait à peine de se coucher. Conformément aux règles qu’ont lui avait imposées, il s’était carapaté en courant (non sans réveiller à coups de chaises son colocataire plus imperturbable qu’un rocher) sans même prendre le temps de s’habiller (toujours conformément aux règles). Ce qui posait un léger problème de logistique. Le coup du simple caleçon pour dormir semblait soudainement beaucoup beaucoup beaucoup moins intelligent.
Ca s’était un peu amélioré quand il s’était aperçu que du feu, il n’y en avait nulle part. Bon en même temps c’était quand même un réveil inutile qui le faisait grogner (et qui lui hérissait les poils, le vent matinal se glissait sous son seul vêtement pour son plus grand bonheur).
Le directeur (il avait vite compris que c’était un énorme farceur à l’humour très… personnel) avait lancé une tirade soigneusement préparée à la rime douteuse et leur avait enjoint de grimper dans les bus… Et il y en avait des bus non de dieu.
Une fois installé sur l’un des sièges, Gabriel força son cerveau à se concentrer pour ne rien rater des paroles du directeur. Il était quasiment sur que s’il ratait la moindre info il serait cuit.
Il ingurgita donc les renseignements un par un. Bon, ils allaient aux sources chaudes, c’était un bon point ça. Il avait ensuite distribué un emploi du temps plutôt rigoureux que Gabriel lit en diagonale avant de le fourrer dans sa po… Dans son caleçon, trop fatigué pour réfléchir à la débilité de son acte.
Le directeur prouva ensuite qu’il n’était pas juste qu’un salaud en annonçant que des sacs de fringues les attendaient dans leur chambre aux sources.
Gabriel faillit se rendormir, tout content de la nouvelle annonce quand le directeur prit une dernière fois la parole pour annoncer les duos.
Attendez…
LES DUOS ?
Oh pitiéééé.
Gabriel leva les yeux au ciel. Apparemment ils squatteraient la même chambre, devraient être ensemble dans le bus et pour les activités, ça, ça craignait plutôt. Enfin si c’était une jolie nana ça pourrait être sympa, ils avaient deux nuits en plus. Mais une maniaque moche ? Ou pire, UN maniaque moche. La loose, définitivement.
Le directeur tira des petits papiers un par un, annonçant des noms au fur et à mesure. Tout le monde se déplaça, trouvant son partenaire à coups de questions, de « pardon » empressés et de beaucoup de soupirs de résignation. Le directeur s’amusait follement, lui.
Il finit par prononcer son nom suivit d’un certain Sango Sae.
Gabriel ne bougerait pas, ce serait à l’autre de venir hein, non mais.
« L’autre » en question ne tarda pas à se pointer.
C’était un tout petit mignon « autre » d’ailleurs. De grands yeux puérils emplis de sommeil, vêtu d’un pyjama détonnant à imprimés mario rouge écarlate. Il bailla une sorte de salutation, s’assit et s’explosa littéralement le crâne contre le siège en face en tombant de fatigue, son immense peluche yoshi serrée contre le torse.
Gabriel se décida qu’il l’aimait bien.
Il avait l’air d’avoir 11 ans le pauvre mais il était quasiment sur qu’il en avait largement plus. Il faisait juste un peu gamin. Il était craquant, à baver sur sa peluche coincée entre ses doigts.
Gabi eut un sourire entendu et colla sa tête contre la vitre pour tenter de somnoler.
Je dis bien tenter.
Parce que pas une seule seconde Gabriel ne s’endormit.
Derrière, devant, à côté, enfin PARTOUT, les gens riaient, piaillaient, hurlaient, crisaient de colère, de joie, d’excitation. Au but d’une demie heure, il explosa la tête du mec derrière lui contre le siège mais ça ne stoppa pas vraiment pour autant le bruit assourdissant.
Pourtant son voisin… Mango (tiens, ça faisait un peu commercial comme nom d'ailleurs) là dormait comme un bébé.
C’était très mignon mais Gabriel aussi voulait un peu des bras de Morphée pour sombrer aussi dans le sommeil.
Une heure après le départ, il s’était enfoncé dans une résignation consternée et voyait ses cernes croitre de minutes en minutes.
Ce fut donc un voyage vivifiant.
Ou pas.
Ils arrivèrent dans un crissement de pneus devant un magnifique complexe que Gabriel ne prit absolument pas le temps de détailler. Il était passé en mode binaire et là, il fallait dormir. Maintenant. S’il avait été dans les sims, à n’en pas douter, sa barre d’énergie aurait été tout rouge et il s’agiterait de partout en disant des trucs inintelligibles comme « aqueleufleubz ! » pour faire signaler au joueur ingrat que, maintenant, on arrêtait de faire le ménage accumulé.
Bref, c’était la mort.
Et sa barre d’hygiène commençait sérieusement à descendre elle aussi, de même que sa barre « pipi now ! »
Ils récupérèrent tous les clés de leur chambre et partirent pour la plupart en mode zombie vers les étages de la grande résidence.
Placidement, Gabriel traina son nouvel ami par le coude, hébété de fatigue.
Il entra dans la chambre qu’encore une fois il ne détailla pas, et avisa les toilettes. Le lit. Le lit. Les toilettes. Le lit. Les toilettes.
Bon les toilettes. Parce que se pisser dessus, c’était pas génial pour nouer des liens.
Il se visa donc la vessie en dégueulassant au passage toutes les chiottes puis s’affala sur son matelas, non sans remarquer que son colocataire avait fait de même.
« Bonne nuit Tango » marmonna-t-il rapidement.


FIN


Fiche # Lien # texto
« I'm your G point, call me Gabitch. »
Spoiler:
 


Dernière édition par Gabriel Evans le Jeu 16 Aoû - 22:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://highway-to-utopia.blogspot.fr/
Sango Sae Tômomo
avatar
jokers

Masculin Age : 22
Messages : 38
Inscription le : 11/07/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans || 1ère année
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Sango.   Mer 8 Aoû - 23:50


Le rouquin avait subi une nuit des plus courtes. Deux heures de sommeil plus exactement. Le réveil fut très très difficile, tellement qu'un de ses colocataires le secoua comme un vulgaire sac de patates. Pas le temps de prendre le strict nécessaire (en gros, sa console et ces vêtements) il resta agrippé à sa peluche, comme un bébé jusqu'au car. Il eut du mal a comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un feu mais bel et bien d'une surprise du directeur un peu trop sadique à son goût. Il resta au trois quart éveillé pendant le discours, bref et même jusqu'à l'annonce des duos. Quand il entendit son nom, il se dirigea lentement (mais sûrement) vers le dénommé Gabriel. Enfin ils montèrent tous dans le car et il s'assit sur le fauteuil peu confortable, ce qui ne l'empêcha point de succomber à morphée.

Il se réveilla en position fœtale, yoshi entre ses bras, comme un précieux doudou. Le complexe des sources chaudes était très classe, chic. De grands bâtiments blancs perdus en forêt et des vapeurs d'eau qui émanaient au loin des sources chaudes. Sango soupira. La surprise était de taille mais il pensa surtout à la chose la plus importante. Deux jours, sans téléphone -oui car bien sûr il l'avait oublié, comme un crétin- sans console de jeu et paumé en pleine nature. Génial. Il soupira en sortant du car et suivit le grand Gabriel comme un petit chien jusqu'à l'accueil. Ah oui, les clés. Finalement il d’endormi à moitié debout, serrant toujours sa peluche comme un gosse et son partenaire dû le traîner jusqu'à leur chambre.

Le rouquin s’affala sur son lit comme une merde. Gabriel avait disparu de sa vision et il ne revint dans la pièce qu'au bout de quelques minutes. Il se tourna vers lui, ouvrant ses grands yeux verts et fixa le brun.

« Bonne nuit Tango »

- Ouais ouais , lui dit-il à moitié étouffé la tête dans le coussin. Hein ? Il releva la tête soudainement et fronça les sourcils, son expression devenant à la fois colérique et frustrée. JE M'APPELLE SANGO HEIN. SANGO SAE. C'est rare comme prénom et c'est ma mère qui me la choisit alors. Sango ça veut dire corail. Alors j'aim...erai..que...

Sa tête tomba toute seule en avant, les yeux clos. Cet idiot dormait déjà comme un bébé.

23h16. Bien que les activités soient obligatoires, personne ne vit dans la journée les colocataires de la chambre numéro six. C'est la faim qui réveilla Sango -à plusieurs reprises- ainsi que l'envie du petit coin. Mais il n'eut jamais l'idée d'aller au sources ou à participer aux animations, non. Il voulait juste dormir. Il se réveilla comme une fleur vers 23h et chercha du bout des doigts sa peluche qui avait apparemment disparue. Il se résigna à ouvrir les yeux et s’apercevoir qu'il l'avait faite tomber du lit en dormant.

Il sortit de son lit en pleine forme et requinqué, avant de se rendre compte, qu'il faisait déjà nuit. Merde, je suis pas allé aux sources. Un petit tour de la pièce lui permis de voir Gabriel encore endormi. Avec un détail pour le moins...gênant. En effet, le caleçon du jeune homme avait -pendant leur nuit de récupération- malencontreusement glissé, vers le bas, laissant une vision au grand public d'une magnifique lune. En un geste vif le rouquin fit trois pas en arrière tandis que ses joues devinrent écarlate. Il ne trouva d'autre solution pour le réveiller que de lui balancer son coussin dans la gueule, avec violence, bien sûr.

- DIT, GABI, RÉVEILLES-TOI, C'EST LE MATIN ! Non je plaisante, c'est la nuit. Réveilles-toi quand même hein. Hey, on pourrait aller aux sources, ce serait cool d'en profiter, dit oooouiiii.

Un silence.

- J'te fais le pari que tu peux pas te lever en moins de 4 secondes ! 4...3...2...


Avatar by me (c)
icon livejournal ©
You don’t have to save the world to find the meaning in life… Sometimes, all you need is something simple, like someone to take care of. I’ll keep living no matter what, so that I can protect you… [ A E G I S . P E R S O N A . 3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Evans
avatar
heart

Masculin Age : 22
Messages : 105
Inscription le : 25/07/2012
Localisation : Utopia.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ere année / 19 ans.
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Sango.   Jeu 9 Aoû - 0:50

« Baignade au clair de lune. »
Feat SANGO SAE TÔMOMO

# 23h30 - Dimanche.
Et rebelotte.
Un autre réveil brutal.
Ca commençait à faire beaucoup là, deux dans la même journée nanmého. Il avait fait des rêves plutôt cool en fait, ça parlait de mange (ou de mango enfin un truc du genre) qui disait que le nom qu’on lui avait donné voulait dire anémone ou un truc du genre. Ensuite Gabriel se voyait devenir roux et courir dans un monde linéaire comme celui de Mario tout en évitant des poneys arc-en-ciel. Et tout ça sans rien d’illicite. Et oui. Du joli sommeil, rondement mené.
Maiiiiiiiis toutes les bonnes choses ont une fin et celle-ci prenait fin brusquement, sous la forme d’un oreiller en pleine poire.
Léger réveil plein de douceur mh ?
Après l’alarme incendie on avait le droit au garçon paniqué.
« DIT, GABI, RÉVEILLES-TOI, C'EST LE MATIN ! Non je plaisante, c'est la nuit. Réveilles-toi quand même hein. Hey, on pourrait aller aux sources, ce serait cool d'en profiter, dit oooouiiii. »
Son nouveau colocataire semblait raconter tout ce qui lui passait par la tête. Et à dire vrai, c’était plutôt drôle en fait de l’entendre patauger. Il semblait tout gêné le pauvre et, mauvais, Gabriel décida de faire prolonger ce moment de gêne en jouant le mort.
Le petit silence fut vite brisé par le garçon.
« J'te fais le pari que tu peux pas te lever en moins de 4 secondes ! 4...3...2... »
C’était nul comme tentative.
Mais c’était fun.
Il attendit donc patiemment le 1 et, brusquement, se releva sur ses pieds, poussa un petit cri démoniaque.
Ce saut eut plusieurs effets. Le premier et le recherché, il fit flipper Sango ce qui n’était pas négligeable. Le second, nettement moins attendu, eut pour effet de faire chuter le caleçon du jeune homme à ses chevilles. L’élastique étant déjà nettement attaqué, Gabriel se retrouva complètement nu en face d’un Sango rouge de gêne et criant de peur. Il voulut s’avancer mais se prit les pieds dans son caleçon et chuta face contre terre dans un gros bruit sourd.
C’était plutôt… douloureux.
Il se tortilla, telle une limace tahitienne et remonta tant bien que mal son vêtement à ses hanches. Lorsqu’il fut sur ses pieds, une touffe de poil récalcitrante dépassait encore de l’élastique trop mal levé mais il était relativement en état.
Souriant avec un peu d’hésitation, Gabriel tapota l’épaule encore un poil tremblante de Rambo ou Santo, enfin, son nouvel ami.
« C’était une blague San…go -je crois que c’est ça hein-, t’affole pas ahah. Et puis désolé pour le… passage à nu c’était pas VRAIMENT voulu on va dire que c’est un bug de passage mh ? »
Gabriel regarda un peu autour de lui.
C’était plutôt joli en fait, un peu décoré dans le style japon traditionnel, un banzai joliment entretenu décorait la fenêtre. Tout était calme à cet étage et Gabriel eut un sourire entendu.
« Tu voulais te baigner hein ? Je dis ouiiiiii alors ! »
Gabriel fila dans la salle de bain et revint un quart de seconde plus tard avec deux serviettes, l’une drapée autour de sa taille, l’autre dans ses mains, pour Sango.
« Allez viens, enfile ça on se fait une petite expédition ! »
Malicieux, Gabriel laissa à Sango le soin de se changer avant de quitter la chambre. Il verrouilla la porte de l’unique clé qu’ils possédaient et l’accrocha à son poignet à l’aide d’un ingénieux système de bracelet/clé.
Ils se retrouvèrent donc dans la pénombre du couloir, en serviette de bain.
Gabriel jeta un coup d’œil au rouquin qui le suivait comme son ombre. Il devait avoir 16 ans en fait ou quelque chose comme ça. Il était gaulé comme une asperge et aussi velu qu’un navet épilé mais avait l’air marrant quand même.
Bref, ils filèrent en mode ninja, des tongs offertes par le complexe aux pieds.
Ils descendirent les escaliers pour échouer dans un hall désert. Lentement, ils quittèrent le bâtiment pour suivre le petit chemin bien entretenu menant aux bains publics qui, de toute façon, seraient déserts à cette heure ci.
Gabriel consulta sa montr… Il n’avait pas de montre en fait. Donc il consulta la lune qui ne lui donna pas plus l’heure qu’une banane flambée.
Pas plus avancé sur l’heure, Gabriel et son complice débouchèrent sur un petit ilot de chaleur entre les pierres et les arbres.
Le bain des hommes s’étendait là paresseusement.
Des lumières judicieusement placées conféraient au lieu un aspect irréel fascinant. Sans plus attendre de signal, Gabriel jeta sa serviette et plongea tête la première dans le bain brulant, totalement néophyte en la matière de bains japonais et de la manière de s’y baigner.
La vapeur cachait heureusement le plus clair de son anatomie (de toute façon il était totalement impudique et plutôt bien... pourvu par la nature) et, lorsqu’il ressortit la tête de l’eau, il s’assit sur une pierre immergée avec un soupire de soulagement.
« Tu viens Sango ? Elle est boooonne comparée à l’air ambiant c’est génial. »


Au clair de la lune mon ami Sango ♪


Fiche # Lien # texto
« I'm your G point, call me Gabitch. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://highway-to-utopia.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Au clair de la lune, mon ami Sango.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au clair de la lune, mon ami Sango.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Sources Chaudes :: Bains :: Bain Masculin-