AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pikachii

garden

Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 10:38

Quelle après midi agréable tout de même. Elle avait un ami, des souvenirs, une personnalité forgée et de l’expérience. C'était formidable, elle ne souhaitée qu'une chose, que le moment dur encore longtemps. Le temps la rattrapa, ou plutôt l'appétit. Mais avant ça, elle avait profité de quelques moments inédit. A ta gène elle répondit par une bise, à tout ces rires elle répondit un sourire. C'était amusant dans un certain sens. Elle t'avait doucement pousser dans une cabine pour que tu te changes, afin de pouvoir aller dans un restaurant, ou pourquoi pas une cafétéria. Qu'importe, elle voulait juste manger, en compagnie aussi.

Avant de te pousser elle t'avait fait rapidement sourire, malgré toi. Elle y re-songeait lorsque tu te rhabilla. Tu étais sans doute adorable. Elle souriait en remontant ses lunettes. Tu sortis, ma fois, assez rapidement. Tu montra une caisse du doigt et elle ne perdit pas de temps en te suivant. Une fois en caisse, elle posa sa robe après tes vêtements, elle comptait payer la mise si belle soit elle. Elle vu un nouveau présentoir, peut être trouverait elle l'objet qu'elle cherchait au tout début? Elle s'y avança pour regarder, en attendant que la vendeuse ne passe tes vêtements. Mais quelque chose avait attiré son attention, c'était une famille; un père et une mère accompagnée d'une jeune fille. Ils étaient adorables, ils s'amusaient à vêtir la demoiselle de robe, aussi digne qu'une princesse. Elle fit une triste mine, mais un bruit l'interpella. Trois bip, alors que tu n'avais pris que deux articles? Elle se retourna d'un geste rapide, elle se doutait bien que tu allais profitait de ce moment où elle était ailleurs pour lui offrir une nouvelle fois quelque chose.

- Mais..!

Elle n'en avait dit pas plus, ses yeux regardait la robe. La robe, tout de même; c'était beaucoup ! La gène l'accapara, alors que ton doigt se mit sur ses lèvres. Elle loucha un instant dessus avant de te regarder. Elle fit un léger sourire, signifiant « T'es pas possible, hein.. » accompagné du regard qui allait bien avec. Elle se rattraperait, c'était certain. Quand? Aucune idée, surement pour le quatre heure. Comment? En payant le repas, sans doute? Elle verrait au moment venue. Tu retiras ton doigt, elle se sentait un peu stupide et tête en l'air.

Elle regarda le sac que tu avais pris pour mettre le tout dedans, hm. Elle l'attrapa avant toi, et le mit derrière son dos. Une fois sortie du magasin, tu pointas un restaurant du doigt. Que pouvait elle dire? Juste oui. Elle se laissa guider et contre toutes ses attentes, fut bien surprise lorsque tu pris sa main. Elle était chaude et réconfortante, chose qu'elle n'avait jamais vécu; encore une fois. Un frisson la parcourue, mais elle fit mouche. C'était après quelques pas que tu pris la parole, auquel elle ne savait quoi répondre. Indécise, elle détestait choisir, c'était tout elle ça. Elle regarda la foule sans rien dire. Elle réfléchissait, mais rien ne lui parvint à l'esprit. Alors elle haussa juste les épaules, sans accompagné d'un geste autre quelconque.

- Je ne sait pas. La même chose que toi? Ou je piquerais dans ton assiette? Aucune idée, désolée !, elle fit mine de réfléchir, avant de se rendre compte que ce qu'elle disait était un peu impolie. Enfin, si tu veux bien !

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 11:20

Une nouvelle page de l'après-midi allait tourner. L'épisode "magasins d'habits" touchaient doucement à sa fin malgré les derniers rebondissement donc ont été victime les deux acteurs principaux. Il était temps pour aller de s'en aller. Enfin temps, c'était surtout leur petit ventre qui leur sommait de quitter les lieux et de se diriger vers une cafétéria ou un restaurant. Peu importe. Takeo paya alors le tout. Il profita d'une légère baisse d'attention de la demoiselle pour y prendre la jolie robe noire qu'elle avait choisi enfin de lui offrir. Elle essaya de rétorquer mais Takeo fut plus rapide, l'empechant de dire mots. A cela, Chiaki montra un petit regard suivit d'un sourire qui en disait long. Elle allait se venger, c'était sûr. Le jeune répondit alors en tirant un peu la langue.

Fin prêts, ils pouvaient enfin quitter cet endroit. Alors que Takeo rangeait son porte-monnaie, Chiaki en profita pour lui chaparder le sac et le mettre dans son dos. Takeo fit à son tour une tête style "tu vas voir" et laissa cette petite victoire à la demoiselle. Restait désormais à trouver un lieu pour se ravitailler en nourriture. Le jeune homme remarqua alors une allée, un peu plus loin, ou de nombreux jeunes se trouvaient en possession de nourriture diverses. Il invita alors Chiaki à le suivre et lui prit même la main. Elle l'avait bien fait au début non ? C'était une façon de montrer l'attachement qu'il avait pour elle. Elle avait la main douce et chaude. Le jeune homme prit bien attention à ne pas la serrer et se contenta de la tenir avec délicatesse, comme si elle était en porceleine. Il lui demanda alors ce qu'elle désirait manger... bien évidemment, la réponse ne l'aida absolument pas vu qu'elle ne savait pas vraiment ce qu'elle désirait, feintant qu'elle se servira dans l'assiette du jeune homme si cela ne le dérangeait pas. Il rigola alors et dit :

- Et si je prend une grosse assiette d'épinard, tu m'en piques quand même ?

Il tira ensuite la langue avant de s'arrêter gentiment, sans pour autant lâcher la main de la jeune fille. Il fit le tour de la place d'un regard et remarqua une petite cafétéria pas trop rempli. Il y avait un peu de tout, des sandwich, des fruits, des biscuits en tout genre... bref, parfait pour le gouter. Comme il avait plus ou moins carte-blanche vis-à-vis du menu, il s'avança doucement dans la direction de la cafétéria avant de se retourner et demander :

- On va voir la petite cafét' là ? Sa à l'air sympa.

Ils allèrent tout deux sur place. Takeo remarqua alors une petite table, juste pour deux, encore innocupé et la montra à la jeune fille. Ils s'y dirigèrent alors et prirent place. Le jeune homme souffla alors légèrement et pris la carte. Il regarda ce qu'il y avait à boire, à manger et reposa la carte rapidement après fin son choix. Il n'allait pas prendre grand chose. Un verre de chocolat froid et un cookie. Quelques choses de simple pour le goûter et qui allait parfaitement passer. Il n'avait, de toute façon pas énormement faim donc voilà. Il regarda alors Chiaki, faisant glisser le menu vers elle et demanda gentiment :

- Dit moi ce qui te ferai plaisir et je vais le chercher !

Il fit un large sourire, attendant que la demoiselle se décide...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 12:16

C'était incroyable de voir le changement radical que Chiaki avait adopté. Elle était passée de la jeune enfant faisant son premier pas dehors à l'adolescente voulant attraper le ciel. Ses yeux s'étaient tourné au soleil, ses bras voulait attraper les étoiles. Elle attendait inconsciemment le moment où elle pourrait exploité toute ses faces. De la demoiselle indécise à la demoiselle haussant faussement le ton pour obtenir gain de cause. Mais là n'était pas le plus important de cette demi-journée à peine commençait. Elle avait était gâtée comme jamais sans en décider ainsi, c'était gênant mais elle n'y pouvait rien. Elle aurait aimée être reconnaissante de façon plus plausible et meilleur, mais ni le temps ni l'idée ne lui venait à l'esprit lorsqu'elle avait vu cette mine qu'elle détestait. Elle n'avait pas eu grande chance lorsqu'elle remarqua un peu trop tard tes intentions face à la robe. Elle ne pouvait réagir, tu avais déjà fait le plus gros. Rien ne sortit de sa bouche, et ta frimousse lorsque tu lui tiras la langue .. Elle se vengera !

Assiettes d'épinard? Oh jamais, les légumes verts n'étaient vraiment pas son truc. Elle te tira la langue en retour, tu connaissais ses goûts? Hm. Elle pensait déjà à l'idée d'être face à des épinards, elle qui avait dit qu'elle picoterais dans ton assiettes. L'idée lui était vivement partie de l'esprit lorsqu'elle secoua vivement son visage de droite à gauche. Brr ! Jamais elle ne voudrait être dans cette situation. Elle se fit dirigeait vers une cafétéria sans s'en être aperçut. Tu lui demanda si ça lui allait, elle ne pouvait répondre qu'un oui. A vrai dire tu demanda pour aller voir, et au contraire tu t'étais installé, alors elle n'eut d'autre choix que de s'installé devant toi. Elle s'était assise, et te regardait choisir.

- Mh.. avait elle émit, d'un petit air malice.

Un souffle s'était fait entendre. Elle te regarda, c'était sans aucun doute toi. Tu comptais te posé comme ça? Oh non, Chiaki avait bien eut l'intention de se venger, pas de répit ! Elle regarda la carte que tu glissas doucement à ses mains. Elle l'ouvra devant son nez, et cacha ses yeux. Mais elle tenté malicieusement de garder un oeil sur toi, elle était d'humeur fourbe. Elle posa d'un coup la carte, coupant ta parole sans le vouloir. Puis elle se leva, et vint attraper tes mains pour te lever avec elle, t’emmenant sans relâchement aux plateaux. Si la cafétéria n'était pas bien remplis alors qu'ils étaient arriver, ce ne fut pas le cas lorsqu'elle se trouva devant la foule. Quatre heures appel à pas d'heure, tellement de gens étaient là pour combler leurs appétit. En si peu de temps! Le monde était des plus fascinant.

Elle se mit derrière, à la queue, forcément. Or il ne fallut pas plus de temps à d'autre pour venir les suivre. C'était contre toute attente qu'elle se retrouver collé à toi, malgré elle. Elle avait ris, la situation quoique embarrassante était mouvementée et amusante. Elle regardait les plateaux, ils étaient à quelques mètres. Mais diable pourquoi prenaient ils autant de temps à choisir une salade? Chiaki soupira alors qu'elle riait encore. Aussi près, elle posa ses mains sur ton torse pour essayer comme elle pouvait de se reculer un peu, mais la troupe derrière elle la compressait en avant, à savoir sur toi. Elle ne pouvait s'empêchée de rire, peut être l'appétit l'avait rendu folle? Ou alors appréciait elle enfin librement de la vie qu'elle n'avait jamais menée auparavant.

- Takeo, j'étouuuffe ! gloussa t-elle entre deux rires.



Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 12:46

Chiaki et Takeo avait désormais trouvés refuge dans une petite cafétéria du centre. Les menus étaient variés du sucré au salé, ce qui arrangeait le jeune qui finalement n'avait pas si faim que ça. Il allait se contenter de peu. Chiaki était jusque là rester bien silencieuse. Nul doute qu'elle voulait se venger. Depuis le magasin d'habit, Takeo n'avait pas cessé de la narguer. Déjà avec la robe, lui tirant la langue, puis ensuite en lui parlant d'une assiette d'épinard en guise de menu. De vrais petits gamins. Toutefois, sans savoir quoi, elle lui reservait quelques choses c'est sûr.

Le jeune homme lui tendit alors le menu. Il allait alors lui demander ce qu'elle désirait quand elle le rabatta sur la table pour se lever en quatrième vitesse, le prenant par les mains et l'embarquant vers la file. Si tout cela avait bien étonné le jeune homme, ce dernier fut encore plus étonné de voir que la cafétéria s'était rempli en un clin d'oeil. L'heure du goûter savait appeler à l'ordre les gens dis donc. La file devint alors de plus en plus longue et de plus en plus compacte. Takeo et Chiaki étaient alors bloqué dans la file. Qu'est-ce qui pouvait la bloquer pareillement ? C'était si dur de choisir un menu ? Bref... Takeo ne pu s'empêcher de laisser s'échapper un soupire quand soudain il sentit le corps de Chiaki se coller au sien. La file commençait vraiment à se serrer, les écrasant peu à peu. La situation, même si embarassante, fit quand même rire les deux jeunes. Chiaki posa alors son index sur le torse du jeune homme pour essayer de se reculer mais rien n'y faisait. Elle dit alors, entre deux rires qu'elle s'étouffait. Takeo, qui rigolait aussi, essaya tout de même de garder un minimum son sérieux devant cette situation. Que faisait-elle ? Rigolait-elle ? L'ambiance devenait oppressante et le jeune homme, de nature claustrophobique commençait gentiment à ne pas apprécier cet espace qui se restreignait entre eux.

Il passa alors son bras par-dessus la jeune fille et la colla un peu plus contre lui, essayant de lui donner un peu d'espace sans non-plus pousser tout le monde. Rien n'y faisait. C'est alors que Takeo sentit quelques choses monter en lui. Cette sensation, il l'a connaissait. C'était comme une sensation de tomber dans le vide. Il voulu alors lâcher Chiaki, sachant ce qui allait arriver mais ne pu le faire. En un instant, les deux corps disparurent alors dans la file pour réapparaitre... dans une des cabines du magasin d'habits. Takeo trébucha alors à cause d'une perte d'équilibre et cassa le loquet de la cabine... les enferma. Il se tapa alors le nez contre la porte avant de se remettre de ses péripéties. Lorsqu'il comprit alors où il était, il se frappa le front disant d'un ton blasé..

- Mais c'est pas possible....

Et oui, Takeo s'était téléporté dans la cabine... à nouveau. Mais pas seul, voyons. Chiaki était aussi là, avec lui. Il se frotta le front, bougeant la tête de gauche à droite. Il regarda alors Chiaki, d'un air monstrueusement désolé et gêné.

- Bon bah... nous revoilà au magasin d'habit je crois...

Il ne pu s'empecher de laisser s'échappé un rire. C'était purement nerveux mais bon, valait mieux en rire qu'en pleurer non ? Il se pencha alors vers Chiaki et releva le visage de celle-ci pour pouvoir la regarder. Il essaya de sourire malgré la gêne et demanda :

- Tout va bien j'espère ?
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 13:52

Elle qui essayait de comploter contre toi, silencieuse et avec fourberies, elle fut assez bien surprise de l'idée sordide qui lui sortait de l'esprit, et qui la conduit dans une bien drôle de scène. Sous prétexte que tu avais soufflé, elle t'avait embarqué dans une foule bombé, où finalement, celle ci se trouva tout aussi gênée que toi, contre toi. Elle riait sans relâche, l'évènement l'amusait malgré elle; c'était vraiment drôle, va savoir pourquoi. Or elle commençait vraiment à manquer d'air, alors qu'elle riait encore sans interruption, a part lorsqu'elle t'appris qu'elle s'étouffait. Elle t'avait entendu rire, c'était agréable qu'elle ne pu s'arrêter, c'était dur et pourtant, rien n'y faisait, ses rires se succédaient. Vivre de cette façon était bien la première fois qu'elle y était parvenue, et elle devait avoué qu'elle aimait bien. C'était nouveau, sympa.

Malgré les rires, tu semblais ne pas apprécier le moment autant qu'elle. Elle avait commençait à cesser de rire, tu semblais mal à l'aise, et à peine eut elle le temps de relever son visage pour regarder tes yeux et calmer ses rires qu'elle sentit ton bras sur elle. Un peu plus contre toi, la gêne se faisait ressentir alors qu'elle tentait de retirer ses mains. Tu étais vraiment mal à l'aise, se n'était plus une impression. Alors ses rires avait cessait, et son regard fourbe devait un regard inquiet. Elle aurait voulu te demander ce qu'il t'arrivais, mais elle n'eut pas vraiment le temps. Elle n'entendait aucun bruit, si ce n'était ta respiration et la sienne. Or la sienne se saccader, et l'envie de s'en aller l'avait prise.

« p o u f »

L'envie à peine pensée s'estompa lorsque ses yeux qui voyait un tissus étant tes vêtements, qu'elle vu un espace rétracte mais vide. Elle souffla, ou plutôt soupira d'aise. Enfin. Elle s'était remplier sur elle même, tête baissée. Elle s'en voulait terriblement, et elle pensé dur comme fer que tu lui en voulait. Or tu pris son visage entre tes mains et le redressa, elle allait bien mais ne savait quoi répondre à la question que tu lui avait posé. Elle regrettait sa bêtises, et ne remarqua que trop tard que tu étais tombé. Sa première inquiétude n'était pas d'être enfermée, mais de savoir si tu allais bien. Elle se redressa alors droite comme un piquet pour venir te voir. Elle prit ton visage entre ses mains, souciant.

- Je suis désolée ! Désolée, désolée, désolée !

Elle ne pu s'empêchée de répétée ça alors qu'elle regardait ton visage. Elle regarda tes joues, tes yeux, ton front; tout. Puis elle prit l'une de tes mains, la regarda et prit l'autre, lui infligeant le même regard inquiet. Elle soupira, cette fois si d'angoisse. Elle regarda au dessus de ton épaule, plus de loquet. Elle qui était sujet aux crises d'angoisses, la voilà servie. Alors qu'elle avait finit d'inspecter ton visage, elle se recroquevilla sur elle même, ramenant ses genoux à son visage, entourer de ses bras. Elle avait retenue quelques pleurs, mais les larmes, elles, translucides, passer outre. Même si ses bras cacher son visage, ils n'étaient pas assez pour cacher les bruitages, reniflements et léger gémissement de peur. Quelle bêtise avait elle faîte encore; elle s'en voudra probablement jusqu'à la fin de ses jours; c'était certain pour elle.


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 17:55

Ayant trouvé une cafétéria, les deux jeunes avaient décidé de s'arrêter pour se nourrir un minimum. Un nouveau jeu s'était alors instauré entre eux et selon les évènements, Chiaki désirait se venger du jeune homme qui, à quelques reprises, n'avait pas hésité à la narguer. La cafétéria où il avait trouvé refuge était un vrai mystère. Autant la place était totalement vide quand les deux jeunes étaient assis... autant lorsque Chiaki l'embarqua dans la fil, la place était pleine à craquer. Le moment était alors à la franche rigolade même si, Takeo sentait doucement ses vieux démons le rattraper. N'oublions pas que le jeune homme souffrait, depuis bien longtemps, d'une claustrophobie assez prononcer. Heureusement pour lui, l'humour et la tendresse de la jeune fille lui permettait de ne pas y penser. Malheureusement, et oui, ce ne suffit pas et suite à une petite blague de Chiaki... Takeo se téléporta.

Comme à chaque fois qu'il le faisait accidentellement, cette petite téléportation eu sa petite spécialité. Cette fois-ci, ce fut un passager clandestin qui fut de la partie. Takeo avait bien essayé de relâcher son amie avant mais n'y arriva pas, la file était trop compacte. Ils arrivèrent alors dans l'une des cabines du magasin d'habits qu'ils venaient de quitter. Subissant alors les effets secondaires des téléportations, Takeo eu un vertige et se tapa sur le loquet de la porte qui se cassa, la bloquant, les bloquant eux en fait. Lorsqu'il reprit ses idées, Takeo laissa sortir un râle de sa bouche. Encore une fois, son pouvoir le mettait dans une situation bien agaçante. Son nez lui faisait un peu mal, il s'était cogné mais le plus important était quand même de savoir si sa jeune amie allait bien. Elle devait être toute étourdie d'avoir vécu une téléportation. Le jeune homme lui demanda alors comment sa allait. Pour cela, il lui prit le visage pour le regarder. Là, elle se leva alors directement, ne répondant pas au jeune homme et s'excusant, une, deux, trois... plein de fois. Le jeune homme n'eut même pas le temps de répondre qu'elle sembla l’ausculter, regardant son visage de haut en bas, ses mains, tout. Après sa, elle se recroquevilla sur elle-même commençant gentiment à pleurer, même si elle essayait de cacher cela.

Entendant la jeune fille en pleur, le jeune homme eu l'impression qu'on lui poignardait le coeur. Il s'en voulait affreusement de l'avoir mise dans une situation comme ça... Il devait la réconforter, c'était la moindre des choses après tout cela. Il se baissa alors difficilement. La cabine n'étais pas non-plus énorme il faut le dire. Il posa alors doucement une main sur l'épaule de Chiaki et la remua doucement.

- Chiaki... ?

Il posa alors son autre main sur l'autre épaule de la jeune fille et les fit revenir vers le visage caché de la jeune femme. Délicatement, même si elle forçait un peu, il écarta les bras de la jeune fille. Il dévoila alors le visage de la jeune demoiselle. Toujours avec une extrême délicatesse, il releva le visage de cette dernière pour qu'elle regarde. Même si elle allait esquiver son regard tant pis. Il passa un doigt sous chaque yeux de cette dernière, essuyant les larmes qui coulaient puis la regarder avec un sourire attendrissant.

- Je vais bien... et tu n'y est absolument pour rien, rien du tout. C'est uniquement ma faute d'accord ? Excuses-moi.

Il la regarda et s'approcha vers elle. Pour peu, leur nez pouvait presque se toucher. Il la fixa alors dans les yeux.

- Alors maintenant, on arrêtes les pleurs ! Cette journée n'est pas finie d'accord ?

Il avait utilisé un ton genre "papa" mais tout en rigolant. Il esquissa alors un sourire après sa remarque et déposa un petit baiser sur le front de la demoiselle pour la réconforter.
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 10 Aoû - 19:12

Si elle avait sourit au début tout en claquant des doigts, c'était dans des pleurs avec la bêtises qui lui tapait sur les doigts que Chiaki se trouva mener. Elle se trouvait stupide, sans borne, mal élevée, et sans doute sans avenir. Ses yeux aspiré à un profond dégoût pour son être et son corps n'obéissait même plus à son esprit lorsqu'elle ne voulait pleurer. Elle avait fait sa maligne mais elle se rendit bien compte de pourquoi les méchants étaient toujours punis. Ô jamais elle ne pardonnerait sa bêtise. Elle avait était rassuré lorsqu'elle regarda ton visage sous toute les coutures. Tu ne saigné pas ou autre, elle avait un poids en moins sur l'esprit. Après ça elle s'était blottit contre elle même; se recroquevillant dans sa solitude. Combien de fois allait elle se morfondre? Sans doute jusqu'à ce qu'elle puisse oublier. Elle se tentera de se faire pardonner, même si l'idée ne l'enchante pas : elle se trouvait impardonnable; et ça pendant encore probablement longtemps. Après tout elle était une gamine bornée et stupide, alors bon. Son avis était le plus juste, pensa t-elle.

Son complot l'avait conduit une nouvelle fois dans une solitude profonde, où elle s'imaginait déjà à l'exile. Elle ne pouvait s'excuser, et estimée que toi non plus tu ne pouvais pas. Après tout, elle t'avait conduit dans une situation embarrassante ou complètement stupide. Elle était trop à court de souffle pour réfléchir correctement et en déduire ou bien chercher une façon d'être pardonnée. Coincée ici, elle fut vite prise d'une crise d'angoisse. Sa respiration saccadée, les yeux humides, elle n'osée plus levé son visage. C'était une mine souillée et honteuse que tu verrait, et c'était bien quelque chose de sale qu'elle ne voulait pas que tu puisses voir. Elle sentit une main sur son épaule, qui la secouée légèrement : elle fit mouche. Elle entendit alors son prénom, mais ne trouvait rien à y répondre. Puis une seconde main se posa sur elle; une fois de plus elle n'en fit rien. C'est alors que tu étais venue retirer ses bras. La force qu'elle avait était trop petite pour pouvoir résisté. Tu ramenas tes mains à son visage, elle ne pouvait se cacher, elle leva donc la tête. Tu passas ensuite tes doigts sous ses yeux, retirant ses larmes. Elle avait cesser de renifler, elle avait déjà était tellement impolie, autant ne pas rajouter une couche. Elle n'osé pas vraiment regarder tes yeux, elle les baissa sans attendre, elle n'était pas digne. Elle entendit ta voix, et là elle ne pu faire abstraction.

Tu allais bien, et tu étais coupable, en plus tu t'excusais. Non, ce n'était pas vrai, pas vrai du tout même. Tu allais bien, certes, oui, probablement. Tu étais coupable? Si elle n'avait pas fait sa folle; rien de ça ne se serait passé, ton mensonge était grossier, la couvrir de cette façon; c'était une chose qui la rendit plus coupable que jamais. Tu t'excusais, en plus de ça? C'est de trop. Elle aurait voulu rétorquer que tout était de sa faute, que tu n'y était pour rien, que jamais elle ne se pardonnerait et que tu ferais mieux de la punir de façon quelconque, qu'elle comprenne sa bêtise et qu'elle ne recommence plus; une sorte de compensation pour tout ce qu'elle avait fait, mais ton sourire lui coupa net la voix. Les lèvres entrouvertes, elle s'était stoppé dans son élan. Elle ne disait rien, et n'allait rien dire. Elle cessa ses pleurs, et ramena légèrement ses mains vers ton visage; mais elle se stoppa une nouvelle fois. Elle réfléchissait une légère seconde, le ton que tu pris lui avait arracher un rire, un petit rire qu'elle ne pouvait cacher. Elle rapporta ses mains à ses yeux, séchant ses yeux humide alors qu'elle riait encore. La baiser à son front que tu lui avait offert la rassura un peu plus. Chiaki avait beau avoir l'air mature ou chou du tic au tac, elle restait une personne qui découvrait tout du monde en une journée. L'émotion se faisait forte, et elle était fluide dans son esprit. Elle prit la parole, non pas pour répondre à ta dernière phrase, mais pour s'excuser une fois de plus.

- Je terriblement désolée, désolée. Pardonnes moi, je suis encore désolée! Vraiment désolée ! Et elle continua, encore, encore, en cachant avec gènes ses yeux.


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Sam 11 Aoû - 5:32

Subissant une nouvelle fois le gourou de son pouvoir, Takeo s'était téléporté avec Chiaki et avait repris place, avec elle, dans l'une des cabines du magasin d'habits qu'ils venaient de quitter. Comme si cela ne suffisait pas, le jeune homme cassa accidentellement le loquet de la porte, les bloquant à l'intérieur avant de se cogner contre la porte. Lorsque ses idées se mirent de nouveau en place, il se hâta de prendre des nouvelles de Chiaki. Avec ce qu'elle devait de vivre, c'était normal. Toutefois, cette dernière ne répondit aucunement au jeune homme et commença à s'excuser en série tout en vérifiant le jeune homme de la tête au pied. Lui, il allait bien. Il essayait de s'efforcer de savoir comment ELLE allait mais rien n'y faisait elle ne lui répondait pas. Elle finit alors par se recroqueviller dans un coin, commençant à pleurer.

Le jeune homme se sentit encore plus coupable de la situation. Il ne comprenait pas trop pourquoi elle s'en voulait autant, pourquoi elle s'excusait autant... Il lui releva alors le visage et expliqua que ce n'était rien, que tout allait bien. Il l'a gronda aussi, enfin, en rigolant. Ce qui détendit un peu l'atmosphère car malgré quelques larmes encore, un petit rire s'échapper de la jeune fille. Il déposa alors un petit baiser sur le front de celle-ci, sans raisons particulières, juste pour lui montrer de l'affection. Se cachant un peu derrière ses bras, elle s'excusa une nouvelle fois. Takeo laissa s'échapper un petit soupire. Il se tourna alors pour se mettre à côté de la jeune fille et s'assit sur le sol. C'était un peu serrer mais bon. Il passa sa main par-dessus la jeune fille et fit le tour des épaules de cette dernière avant de la tirer doucement vers lui. Il approcha son visage vers celui de la jeune fille et parla à voix basse.

- Chute ! Ce n'est rien...

Takeo restait là, à la regarder avec un petit sourire affiché. Il avait laissé tomber l'idée de demander encore et encore à Chiaki comment elle allait. Il valait mieux arrêter de parler de cela pour parler de choses plus intéressantes... toutefois, Takeo n'avait pas forcément d'idées en tête. Peut-être devait-il se mettre à hurler pour qu'une vendeuse les entendes et leur ouvre ? Finalement, c'était inévitable car les deux jeunes devaient bien sortir de là, ne serais-ce que pour respirer un peu mieux et parce que leurs achats étaient encore à la cafétéria. Le jeune homme tapa alors à la porte et appela à l'aide. Après quelques secondes, une dame arriva et parla à travers la porte. Takeo expliqua alors la situation, sans parler de la téléportation évidemment, et la jeune femme leur demanda d'attendre. Peu importe ce qu'elle allait pensé en imaginant les deux jeunes dans la cabine, c'était pas important franchement.

Ils ne leur restaient plus qu'à attendre. Takeo désira alors profiter un peu de cet instant "intime" avec Chiaki pour en apprendre un peu plus sur elle, si bien sûr elle désirait s'ouvrir un peu...

- Bon... comme on est bloqué un petit moment... autant parlé un peu... Que pourrais-tu me raconter sur toi ? On a passé la journée ensemble mais finalement on ne saitt presque rien de l'autre.

Il lui esquissa ensuite un sourire attendrissant, attendant d'en apprendre un peu plus sur elle. Selon les dires de la vendeuses, ils en avaient bien pour une dizaine de minute. Largement de quoi discuter...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Sam 11 Aoû - 11:26

« Chut, ce n'est rien. » avait elle entendu à son oreille. Elle redressa son visage de sous ses bras pour te regarder. Elle était un peu câliner, c'était rassurant et plaisant, elle n'y répondait rien. Puis elle te regarda taper contre la porte, tu demandais à la première venue de les aidés, avant de reprendre une conversation avec Chiaki. Pendant ce temps où tu parlais contre la porte, elle se remémorée la journée. Tout avait commencer aussi simplement qu'une simple bousculade; étonnant, non? Tu lui avait offert son nouveau objet fétiche, attaché à son téléphone. Par la suite, un lys acheter en ta compagnie. Une fleure qu'elle chérira tout autant que le pendentif. Et enfin, une robe magnifique; qu'avec fourberie tu lui avais payer, malgré elle. Après ça elle désirait une revanche, et celle ci été de ne pas te laisser de répit. Malgré elle cette vengeance était plus une bêtises pour eux deux qu'autre chose. Elle s'en voulait, et bon nombre de fois s'était elle excusée. Elle ne savait si tu allais lui pardonner, si tu allais lui en vouloir mais en t'entendant la rassurée, elle s'était dit qu'elle n'avait plus de raison d'être coupable; après tout ce n'était pas si affreux comme moment? Elle allait bien trouver une façon d'apprécier.

- Merci, Takeo..

Elle posa sa tête sur ton épaule, en fermant ses yeux. Elle était fatiguée, sortir et faire autant de chose était une chose bien trop exténuante. Elle aller prendre une légère pause, profitant de ta présence rassurante. Elle t'écouta lorsque tu pris la parole. Parler un peu? C'est vrai qu'il faudrait un petit bout de temps avant que quelqu'un vienne ouvrir. Que pouvait elle te dire.. Elle n'avait vraiment rien qui puisse intéressé quelqu'un.

- Je suis fille unique, mon rêve est d'avoir une famille. Enfin, faudrait il que je sois capable de quelque chose.. Oh! Mon pouvoir, c'est de faire pousser la nature. Inutile, hein? Ca sert juste à faire beau...

Elle soupira. Un jour peut être sera t-elle plus confiante? Pour ça il faudrait qu'elle ait de l'assurance, et là... M'enfin. Elle prit ses lunettes pour les ranger dans son sac; c'était plus pratique. De toute façon il n'y avait rien à voir si ce n'était toi, et elle ne connaissait déjà ton visage que trop bien.

- Je ne sais absolument rien faire. Je me suis toujours enfermée, et c'est la première fois que je sors toute une journée autre que dans un jardin.

Elle émit un léger rire. Oh elle n'était pas le genre de fille à se lamentée sur son sort, mais elle n'était pas non plus le genre de fille qui allait vanter ses qualités. Elle redressa son visage pour te regarder, correctement malgré sa vu légèrement flouté. Qu'allait t-elle pouvoir te dire. Elle hésita un moment. Elle ne savait pas si ça prochaine question allait être bien formulée, polie, ou autre. Elle prit l'une de tes mains dans la sienne, pour regarder tes doigts, puis tes ongles. En vérité elle cherchait juste quelque chose à faire pour ne pas réfléchir et tombée à nouveau dans une crise d'angoisse. Elle avait oublier sa question, et passer tes doigts un à un. C'était occupant, et ses souvenirs reprenaient surface. Quelle enfance misérable qu'elle avait eut. Son rêve s'était nourrit de ça, avoir une famille pour lui offrir la vie qu'elle n'avait pas eut. Mais engagé ce genre de conversation avec toi.. Tu devais t'en fichait, c'était un rêve nourrit d'espoir, quelque chose d'enfantin, un truc de gamin sans doute. Quand savait elle, sa seule référence c'était elle. Elle souriait légèrement, sans pour autant relever la tête.

- Encore désolée, d'ailleurs. J'aurait du faire attention et ne pas faire la gamine. C'est irresponsable et impolie. Je suis vraiment désespérante, je suis encore désolée. Je comprendrais si tu m'en veux, quand on sortira, tu pourra partir, je ne t'empêcherais pas. Encore désolée.


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Dim 12 Aoû - 11:13

La journée avait été pleine de rebondissement et tout avait finalement commencé après une simple bousculade. Peut-être était-ce le hasard ? La chance ? Le destin ? Peu importe au fond, ce qui était important était que Takeo appréciait le moment présent. Après moult aventures, les deux jeunes s'étaient une nouvelle fois retrouvé coincé dans une cabine du magasin d'habits. Alors oui, cette fois-ci était bien moins gênante car ils étaient vêtus, mais la porte coincée rendait cela un peu embarrassant quand même. Heureusement pour eux, les vendeuses avaient été averties et d'ici une bonne dizaine de minute, la porte devait être décoincée. Évidemment, dix minute dans la silence allait être bien long... du coup, Takeo décida d'entamer un peu de discussion et demanda alors à son amie de fortune de bien vouloir lui parler un peu d'elle. Lorsque l'on y pense, Takeo et Chiaki ne savait quasiment rien l'un de l'autre. Même pas leur âge... c'est dire ? Peut-être allait-il alors en apprendre un peu plus.

Elle entama alors son histoire tout en restant collé à lui, lui qui s'était permis de l'enlacer contre lui. Elle avait désormais sa tête posée vers son épaule. Ce moment était probablement le plus intime de la journée. Malheureusement, le discours de la jeune fille n'était pas des plus radieux... cela renforçait alors l'idée que Takeo avait déjà au sujet d'Aomori. Il n'y a quasiment que des coeurs blessés qui arpentent les couloirs. C'était un triste constat, mais un constat réel. La société n'acceptait pas les gens anormaux et nous en faisions partis. Chiaki expliqua alors être une fille unique, ce qui permit à Takeo de faire un point commun entre eux. Elle ajouta alors que son rêve était d'avoir une famille. Ce terme était toujours blessant pour le jeune homme. Si certaine n'avait pas eu la chance d'avoir une famille, lui avait eu le droit d'y goûter pour ensuite se faire rejeter comme un pestiféré. Des fois, il se demandait même si sa vie n'aurait pas été mieux seul... m'enfin, là n'était pas la question.

La suite du discours attisa alors la curiosité du jeune homme. Le pouvoir de contrôler la nature. Elle considérait cela comme inutile et Takeo n'était absolument pas d'accord. Il la secoua alors gentiment afin de montrer son désaccord mais sa la couper car son discours n'était pas fini. Elle poursuivit alors sur des sortes de lamentations. En était-ce vraiment ? Peut-être... Elle ne savait rien faire ? Takeo en doutait et si c'était la première fois qu'elle sortait autant, c'était tout à l'honneur du jeune homme qui avait eu le droit de partager cela. Il décida alors de prendre la parole, pour la réconforter peut-être, mais aussi car il n'était pas d'accord.

- Je suis aussi un fils unique, je peux comprendre certaine chose... Je suis sûr que tu parviendras à accomplir ton rêve... il suffit de regarder entre nous, un lien s'est déjà formé alors qu'on se connait à peine.

Il esquissa un sourire, la regardant dans les yeux et continua.

- Et ton pouvoir est loin d'être inutile. Regarde moi, ça à l'air sympa de pouvoir me téléporter mais quand on voit le résultat, c'est pas forcément top ? Il faut que tu t'acceptes, c'est la première chose à faire.

Il rigola légèrement en repensant à leur situation. On ne pouvait dire que se téléporter était inutile, mais sa lui valait des situations bien irrégulières, comme celle-ci. Un petit silence s'installa alors et Chiaki retira ses lunettes dans un petit soupir. Les deux jeunes se regardèrent alors. Takeo sentit la demoiselle saisir l'une de ses mains et en quelques sortes, jouer avec. Elle avait la main douce et chaude. Le jeune homme se laissa faire, passant doucement ses doigts entre ceux de la jeune fille. C'est alors qu'elle reprit la parole. Son discours tranchait avec tout, tout tout tout. On aurai cru un discours de femme mature. Elle ne faisait plus l'enfant, elle faisait l'adulte. C'était troublant et touchant à la fois. Elle s'excusa alors de tout mais Takeo ne comprenait en tout cas pas de quoi...

Il la regarda alors, poussa un soupire car peu importe ce qu'il disait elle allait continuer à s'excuser. Il la regarda dans les yeux, c'était un regard peut-être différent des autres. Il était rempli de sentiment de plein de sentiment... Il s'approcha alors de Chiaki et posa sa main libre sur la joue de celle-ci. Leur visage se rapprochèrent alors de plus en plus et à quelques centimètres, Takeo reprit la parole. Sa voix était douce et aurait pu être inaudible par n'importe qui. Mais la distance séparant les deux jeunes étaient largement suffisantes pour qu'elle comprenne.

- Tu n'as pas à t'excuser... et si je reste avec toi...

Takeo releva alors doucement le visage de la jeune fille vers le sien et s'approcha alors un peu plus...

- C'est parce que j'en ai envie...

Il posa alors doucement ses lèvres sur celle de la jeune fille. Le baiser fut assez bref car assez gênant tout de même. Lorsque Takeo se rendit compte de ce qu'il venait de faire, ses joues devinrent rouges pivoines et il n'osa plus regarder la jeune fille. Son pouls s’accéléra alors. Pourquoi l'avait-il embrassé ? Même lui ne savait pas... c'était ce qu'elle avait dit ? Ce qu'elle avait fait ? Un sentiment ? Tout se mélangeait dans sa tête... Mais malheureusement pour lui, il restait encore un peu de temps avant qu'on ne le libère.. il allait probablement devoir s'expliquer sur ce geste... peut-être trop intime pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Dim 12 Aoû - 14:25

Cette journée était mémorable. De part le prologue où celle ci rencontra par le plus grand des hasard miraculeusement transformé en simple bousculade; un personnage assez attachant. La suite? Ce même personnage lui offrit un cadeau des plus simple, avant de se rendre à une boutique floral, où la jeune imprudente se paya un lys qui plaisait au temps à l'un qu'à l'autre. Oh bien sûr l'aventure n'était pas si courte; non. Tout deux s'étaient rendu dans une boutique de vêtements, où après s'être changés, déguisés, ou allons droit au but : après avoir joué comme deux gamins, ce personnage opta pour la sournoiserie afin d'offrir à la demoiselle la robe qu'elle avait essayé un peu plus tôt. D'un naturel charmant et docile, la demoiselle avait décidé de gentiment se rebellée. Comment? Aussi stupidement soit il : elle n'avait offert aucun répit à son acolyte, qu'elle emmena dans une foule. Mais contre toute attente, les choses ne se passaient pas comme elle l'avait prévus..

Enfermés tout deux dans une cabine après un coup de magie, la jeune fille se lamentée et l'amis tenté de la rassurée. Chiaki, actrice de sa propre vie, avait était la personne la plus détestable du monde; d'après elle. Or l'accompagnant, le personnage, l'être se trouvant être un garçon s'appelant Takeo, plus mur qu'elle, ne semblait pas pensé de cette même branche. Il essaya de la réconforté, par les paroles mais aussi par le rire, ce qui aida cette dernière à souffler un peu. Le sort ne devait pas être si méchant; après tout? Un peu plus tard, il informa à une dame que tout deux étaient coincés, dix ou douze bonnes minutes s'offraient à eux. Contre toute attente, Chiaki s'était détendu, la situation n'était pas si mauvaise à son goût.

Tu étais sans doute le garçon le plus gentil -Enfin, le seul garçon à vrai dire.- qu'elle ai jamais rencontré. Tu la consolée malgré elle, tu engageais discussion et prenais toujours les commandes. Que demandait de plus? Elle n'avait pas à le faire, tu entamas tout de suite une suite. Tu était fils unique? Quelle chance, pensa t-elle. Tu la comprendrait surement mieux que quelqu'un d'autre, c'était déjà ça. Son rêve était réalisable, oui. Quand, avec qui, et sous quel forme; dieu seul le savait aujourd'hui. Mais tu avais raison, elle n'était pas insociable vu à la vitesse auquel elle avait réussit à tisser des liens avec toi. Encore faut-il que tu ais les mêmes, se demanda t-elle.

Accepter son pouvoir. C'était quelque chose qu'elle n'avait jamais envisagé. Elle ne le haïssait pas, mais ne l'avait jamais accepter. C'était une chose à faire, elle en prit compte aussi tôt. Tu avais raison, elle ne pouvait rien y redire, après tout elle ne savait et n'irait jamais dire contraire à quelqu'un, elle était, sur ce côté là; bien trop docile. Jouer avec tes doigts lui permettait d'arrêter de réfléchir sur elle ou sur le monde, quelque chose de bien. Tu passas tes doigts entres les siens, elle n'en fit rien si ce n'était que serrer un peu son poing, de façon à ne pas te laisser filer comme ça. Probablement la solitude qui la fit agir ainsi, elle ne trouvait pas ça méchant, tu avais commencer, elle pouvait bien continuer un petit peu? Elle n'y voyait aucun mal à faire ça.

- Tu as sans aucun doute raison. J'essayerais, je te le jure.

Elle souriait légèrement, jusqu'à entendre ton soupir. Devait elle le prendre mal? Elle te regarda, longuement sans comprendre. Elle allait être sur le point de s'excuser une nouvelle fois -Pour changer..- mais la main qui se posa sur sa peau l'avait coupé net. Ton regard était différent, elle ne savait quoi y répondre, ni quoi faire. Ses yeux grand ouverts se plissaient un peu, elle était attendrit à un point qu'elle même n'avait jamais connus, ni envers sa mère qu'elle aimait tant, ni envers l'une de ses plantes qu'elle chérissait. C'était un regard bien différents qu'elle adopta, pour répondre au tient. Ta main était agréable, encore un peu plus longtemps, aurait elle demandait au ciel si tu n'avais pas avancer ton visage autant, pour y chuchotait des paroles qu'elle ne pu nier. Tu lisais dans ses pensés? Elle attendit la suite avec impatience, comme si elle allait tourner la page d'un livre. Tu en avais envie, elle l'avait entendu, la distance était si courte, si rapprochée, elle n'y voyait presque plus rien, ses yeux s'étaient instinctivement fermés pour sentir tes lèvres sur les sienne.

C'était doux, agréable, presque mielleux. Encore une chose nouvelle. Mais celle nouvelle sensation était complètement différente des autres. Ce n'était pas de la surprise, ni de l'excitation comme celle d'un enfant, non; c'était autre chose. Peut être de l'envie? Tout s'était troubler, elle avait doucement serrer ta main par terre, un spams rapide, vu l'état de surprise. Tu te retiras assez vite, un peu trop vite pour elle même. Elle ne savait plus quoi faire, c'était une chose qu'elle n'avait ni lu, ni vu. C'était normal? Ca se faisait souvent? Qu'en savait elle, franchement. Elle ouvra ses yeux, et te regarda, tu ressemblais à une pivoine. Visiblement c'était une chose peu courante, vu la gêne que tu avais adopté. Mais rien n'y faisait, une dose ne suffisait pas. Toute l'attention, tout les moments doux ou les câlins qu'un enfants heureux avait eut durant son enfance; elle n'y avait jamais vraiment eut le droit. Tant pis, se dit elle, tu lui en voudra après, mais c'était vraiment trop agréable qu'elle ne pouvait laisser ça tomber aussi tôt.

Comme une enfant gourmande, elle s'approcha un peu plus encore, ne lâchant pas ta main et venant poser sa seconde par terre, comme second appuis. Ce regard que tu avais eut, cette voix que avec laquelle tu avais parler; elle l'avaient adopté. Une chose différencier son comportement au tient. C'était son regard plus fermer, de peur que tout ne s'arrête d'un coup; et sa voix, bien plus fine que la tienne, par timidité.

- Juste un peu plus, une dernière fois. Juste encore une fois...

Avait elle chuchotait, avant de reprendre ton acte à sa façon, venant doucement poser ses lèvres tremblantes sur les tiennes, sans savoir ce que tu allais pourrais bien faire à ça. Elle agissait comme une gamine, elle le savait et se gronderait ce soir, mais pas maintenant; tant pis pour les bonnes manières.


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Dim 12 Aoû - 18:17

Si cette journée avait débuté comme n'importe laquelle, elle allait être une journée spéciale. Plus que tout ce que le jeune homme aurait pu imaginé. C'était si bête, si anodin... tout avait commencé avec une bousculade. Puis un regard, quelques échanges et finalement, un commun accord de passer la journée ensemble. Rire, gêne, embarrassas... la journée avait été guidé par diverses émotions plus fortes les unes que les autres. Et pour finir, ils étaient là, bloqués tous les deux dans une cabine. Une cabine qu'ils avaient déjà "visitée" lors d'un petit jeu de déguisement et qu'ils avaient même déjà partager par accident. Cette journée, elle allait être inoubliable, c'était sûr désormais. La suite des évènements n'allaient que renforcer cela, écrire cette histoire à l'encre noir, pour qu'elle ne soit à jamais un souvenir encré en eux.

L'intimité du lieu pris forcément les devants. Ils étaient les deux là, et avait décidé de discuter en attendant que quelqu'un les sortes de là. La place était restreinte, les jeunes ne pouvaient se mettre à leur aise et Takeo avait décidé d'enlacer la jeune fille. M'enfin... soyons francs, ce n'était pas à cause de la place qu'il avait fait cela, c'était par envie, envie de la réconforter car oui, elle s'en voulait affreusement. Takeo avait beau lui dire que ce n'était rien, elle restait coupable, du moins à ces yeux. C'était triste mais le jeune homme n'arrivait pas à la faire changer d'avis. Il se contenta alors de la rassurer encore et encore sans changer d'avis. La discussion partit alors sur des sujets plus sensible. Takeo voulait en apprendre plus, il voulait plus la connaître. C'était pas un besoin vital, mais quitte à d’intéressé une personne, autant savoir qui elle était ? Elle était comme lui, un unique enfant d'une famille. C'était pas forcément facile de vivre sa et surtout lorsque l'on est différent... Takeo ne le savait que trop. Il appris aussi ce qu'était le rêve de Chiaki... avoir une famille. Takeo aussi vouloir avoir une famille, une nouvelle famille. Une qui l'accepterait pour ce qu'il est sans le juger... Il exprima alors son assurance à Chiaki. Il n'y avait aucun doute que son rêve allait se réaliser... Elle était trop innocente, trop pure... trop gentil pour ne pas s'attirer la gentillesse de personne qui la méritait. Il en était lui-même la preuve car ce qu'il allait tissé avec elle allait rester graver dans son coeur.

Désormais, Takeo et Chiaki était là, plus proche qu'ils ne l'avaient jamais été. Elle jouait avec sa main et il en faisait autant, faisant glisser ses doigts entre ceux de la jeune fille. C'est alors qu'elle s'excusa une fois encore... mais cette fois, elle précisa que s'il voulait la laisser... il pouvait. Elle s'était fait un jugement d'elle-même... se considérant comme immature, irresponsable... c'était un discours digne des femmes, pas d'une enfant comme ça... c'était à la fois étonnant et touchant... Le coeur de Takeo se mit à battre de plus en plus fort et se qui devait arriver... arriva tout simplement. Il s'approcha alors, prenant doucement le visage de la jeune fille dans sa main. Leur visage s'approcha, encore... encore.... Takeo exprima qu'il avait envie de rester avec elle et que s'était pour cela qu'il le faisait. Le geste suivit la parole... ses lèvres se posèrent délicatement sur celle de Chiaki.

Elle dû être surprise car elle rabattit la main du jeune parterre. Le mouvement n'était pas spécialement brusque ni violent, mais surpris aussi le jeune homme qui pensa alors faire une grosse bêtise. Il se retira alors, rouge comme une pivoine. Elle le regarda un bref instant, lui rempli de gêne. Elle s'approcha... encore, encore. Son regard était différent, rempli de quelques choses. Sa voix était douce... plus son visage s'avançait, plus ses yeux se fermaient gentiment pour finir fermer tout prêt du visage du jeune homme. Elle demanda alors selon ses termes "encore une fois". Elle s'approcha alors ensuite et posa à son tour ses lèvres sur celle du garçon.

Cet instant était doux et intense à la fois. Le coeur du jeune homme battait plus que jamais. Cette fois-ci, le baiser dura plus longtemps. Takeo remonta doucement sa main sur la joue de la fille et la caressa doucement tout en l'embrassant. Ce qu'il vivait à cet instant était unique, encore inconnu pour lui. Etait-ce là de l'amour ? Oui, peut-être, sûrement ? Peu importe finalement... S'il le pouvait, il aurait voulu que cet instant soit éternel et non éphémère. Le baiser se termina alors et Takeo recula légèrement son visage. Il ouvrit ses yeux pour voir ceux de Chiaki. Il avait encore une légère gêne.. ses joues devaient être légèrement rosées encore. Il la regarda en silence puis ouvrit doucement la bouche...

- Je...

Les mots se mélangeaient dans sa bouche. Il ne savait finalement pas quoi dire... Un seul mot sortit alors parmis tout ce qui se mélangeait dans sa tête...

- Merci....

Il ferma alors les yeux et la serra contre lui...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Lun 13 Aoû - 9:35

La jeune pousse s'était révélée toucher le ciel du bout de ses pétales, et malgré elle le soleil ne la brûlait pas. Elle avait passer mainte et mainte émotions, toute plus nouvelles les unes que les autres. Derrière ses lunettes elle avait vu un garçon, qui se trouvait être son seul ami. Elle avait placer l’espérance très haute, et comptait sur toi pour que tu lui fasse découvrir le monde d'aujourd'hui; même si elle ne t'avait rien dit, rien demandé. Elle n'avait rien. Aucune base, aucune expérience. Or tu avais mis peu de temps pour lui offrir ce qu'elle désirait, et c'était sans regret qu'elle aimer ça.

Ses bêtises lui avaient apprit autant que ses bonnes actions, et elle n'en était pas déçu. Elle avait eut son premier cadeau, sa première robe, ses première vives émotions en une journée. Mais maintenant, elle était coincée dans une cabine, étroite laissant les deux individus se rapprochés en étant seuls, qui lui avait attirés des pleurs et des moeurs. Contre toutes ses estimations, elle avait été bien dans tes bras; et avait même pris la décision de prendre ta main pour y jouer, se transformant plus en une liaison qu'un simple jeu d'occupation. Après t'avoir appris son rêve, et un peu de son enfance, elle avait apprit un peu de toi. Tu étais comme elle, enfant unique, sans doute rejeter à cause de pouvoir qui rendait différent au yeux d’autrui.

Et puis, soudain elle avait rencontrés tes lèvres, sur les siennes. Elle fut légèrement surprise, après tout c'était son premier baiser. Mais elle du vite se laissait prendre a l'action, demandant sa grande attente une seconde fois, pour combler le premier. C'était .. tellement agréable. Réconfortant, doux, chaleureux. Mais surtout, très agréable. C'était quelque chose auquel elle avait rapidement prit goût, ainsi elle avait obtenue un baiser, une dose plus longue. Elle sentit ta main sur sa joue qui glissait doucement, ajoutant tellement de douceur à cet instant. Pour y répondre, elle posa la main qui lui servait d'appuis sur ton torse, comme la première fois où elle avait voulu se convaincre que tu étais réel. Mais toute les bonnes choses ont une fin, n'est-ce pas?

Tu te recula une seconde fois, trop vite à son goût. Elle était gourmande, c'était un défaut qui la rongeait. Mais une troisième fois aurait était superflus, tu n'avais sans doute pas envie de toute manière. Tes joues étaient rosées, les siennes aussi; elle ne s'en rendit pas compte. Elle baissa ses yeux, encore une fois, mais cette fois si elle avait sourit. Elle apporta la main qui était sur toi à ses lèvres, pour les touchers du bout de ses doigts. Elle n'y croyait pas encore, et pourtant la sensation qu'elle avait, elle la ressentait encore un peu. Ses souvenirs étaient forgés.

Tu semblais vouloir dire quelque chose, commençant par « je » alors que tu rétorqua sur un « merci » sur le quel elle ne savait quoi répondre. Mais elle n'eut pas à le faire, tu l'avais déjà prise dans tes bras; la câlinant. Contre quoi pouvait elle échanger cet instant? Rien. Rien au monde. Tant d'affection en si peu de temps, elle aurait crut rêver. Elle passa alors ses bras autour de ta taille, mais n'eut pas le temps de finir de t'enlacer, la porte s'ouvrit. Déjà? Non ! Elle remercia la personne venant leur ouvrir d'un coup de tête, d'un sourire d'ange; et se pencha pour refermer la porte. Encore un peu, juste un peu..

Elle revint aussi tôt te rendre ton câlin. Encore deux minutes. Juste une. Même trente seconde, qu'importe. Elle voulait juste un peu plus de temps pour profité de cet instant, qu'elle n'avait jamais connu autre que dans ses ouvrages. C'était doux et réchauffant, rassurant et réconfortant. Tant de chose qu'elle n'avait pas eut durant son enfance. Elle avait passer ses bras autour de toi, poser sa tête sur ton torse et s'était confortablement installé. Se lever? Pas encore. Elle avait fermer ses yeux. Elle pensait maintenant à ses émotions, son ressentit. Avait elle continuer par amour? Ou alors était elle juste curieuse et gourmande? Hm.. Elle ne savait pas trop, elle ne connaissait pas de sentiments comme tel, comment y faire la différence? Elle verra plus tard.

Elle avait réfléchis, peut être une minute ou deux avant d'ouvrir les yeux. Elle ne leva cependant pas son visage, bien blottis là où elle était. Elle prit parole avec une voix douce, fine, comme si ce qu'elle venait de faire l'avait exténuée. Ou alors, était elle aussi calme car le moment l'avait bercée? C'était ça, oui.

- J'ai un peu faim.. Ca te dit, une glace? S'il te plait..


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Lun 13 Aoû - 11:10

De l'extérieur, on ne voyait qu'une cabine d'essayage, une simple cabine faite de quatre murs froids et sans vie. Mais cette cabine cachait quelques choses. Elle cachait un instant de chaleur, de tendresse, de vie, tranchant complètement avec son aspect. Oui, cette cabine était le jardin secret d'une émotion intense, chaude et vive. Les paroles avaient laissé place aux gestes. La timidité avait laissé place aux sentiments. C'était peut-être l'endroit, la proximité ou je ne sais quoi qui les conduit à agir de la sorte, mais peu importe, il l'avait fait.. ils s'étaient embrassés.

La première expérience fut brêve. De la gêne, de la peur... Takeo s'était lançé sous une petite pulsion lui permettant de passer ce pas si difficile. Lorsqu'il posa ses lèvres pour la première fois sur celle de Chiaki, ce fut comme un moment libérateur. C'était ce qu'il voulait, il en avait envie. Si ce fut bref en effet, la deuxième fois le fut moins. Ce fut elle qui guida ses lèvres pour s'approcher, elle qui les posa délicatement sur celle du jeune homme. Le moment était doux et si intense à la fois. La main du jeune homme était remonté instinctivement vers le visage de Chiaki, caressant doucement sa joue avec tendresse. C'était peut-être pour se rassurer aussi ? Elle était bien là, ce qui arrivait était réel, plus que réel même. Dans ce baiser, il sentit la main de la jeune fille se poser sur son torse. Il arrivait à sentir ses propres battements de coeur à travers la légère pression exercé par la demoiselle. Cet instant aurait pu être infini, que Takeo ne se serait plaint. C'était beau, c'était tendre... mais était-ce de l'amour ? Takeo ressentait quelques choses, c'était indéniable. Depuis le début de la journée, un petit quelques choses l'avait attisé chez elle. Son regard, son visage, sa façon d'être... un tout. Un tout qu'il s'était gardé d'apprivoiser avant le bouquet final : ce baiser.

Après une petite dizaine de seconde, il s'écarta alors. Leur yeux se rencontrèrent un bref instant avant qu'elle ne les baisses. Leurs joues étaient rosées par la gêne. Ils restèrent néanmoins silencieux. Chiaki retira alors la main appuyé sur le jeune pour la monter et finalement la poser sur les lèvres encore tièdes du jeune homme. Ils se sourirent... après quoi, Takeo la serra contre lui. Cet instant, il voulait le chérir. Elle passa alors ses bras autour de sa taille et ils restèrent ainsi quelques temps. Takeo essaya de trouver des mots, mais son esprit était encore trop troublé... Il balbutia un "je" sans suite avant de remercier son amie. La remercier de tout, de rien, d'être là, d'être elle... bref, "merci". Ils restèrent ensuite dans le silence, dans un moment de tendresse inégalable jusqu'à ce que ce royaume se brise. Le loquet de porte cliqua depuis l'extérieur et la porte s'ouvrit. Takeo entre-ouvrit ses yeux et sentit Chiaki bouger légèrement avant de voir la jeune femme venant d'ouvrir refermer la porte doucement. Cette instant allait pouvoir encore durer... au moins un petit peu.

C'est alors que Chiaki brisa ce silence. Sa voix douce, presque inaudible prit le dessus. Elle lui proposa alors d'aller manger quelques choses, une glace même. N'oublions pas qu'ils étaient à une cafétéria juste avant... c'était une bonne idée, même une très bonne. Takeo ouvrit les yeux. Son esprit était au ralenti, comme à moitié endormi par ce câlin, comme encore dans un nuage, dans un rêve. Il lui releva alors doucement le visage et lui sourit. Pouvons-nous dire qu'il lui sourit "amoureusement" ? Peut-être était-ce cela...

- Bien sûr... Mais il faut se lever pour ça...

Il laissa s'échapper un petit rire et tira la langue. Lui n'avait absolument pas envie de bouger et pour peu, il se serait endormi avec la demoiselle, sentant sa chaleur appuyée sur lui. Mais malheureusement, il fallait quand même bouger. Ne serais-ce que par respect pour la magasin. Takeo laissa la demoiselle se lever en premier puis se leva ensuite. Ce fut bizarre au début. Pendant une bonne dizaine de minutes, leur visage avait été à la même hauteur et là, il la surplombait une nouvelle fois. Il avait l'impression que cela mettait une barrière entre eux... peut-être était-ce le cas ? Il repensa alors à diverses choses... son âge... le sien et celui de Chiaki. A ce qui venait de se passer... avait-il fait une erreur ? Est-ce que tout cela n'était finalement rien ? Pour lui ? Pour elle ? Temps de questions venaient et allaient dans son esprit... mais aucune réponse ne pouvait être obtenues. Takeo n'allait pas questionné Chiaki... Takeo voulait profiter. Si cette journée devait être unique, elle le serait et elle deviendrait alors un souvenir. Si cette journée devait être un nouveau commencement, elle marquerait le début d'une nouvelle expérience dans la vie du jeune homme. La réponse allait tôt ou tard être donné mais pour l'instant, Takeo ne voulait pas se tracasser, juste profiter. Les minutes qui s'écoulaient avec Chiaki étaient précieuses, il ne fallait pas en perdre une à penser tout seul.

Sortis, ils traversèrent alors le magasin et passant devant les caisses, Takeo demanda à Chiaki de bien vouloir l'attendre. Le jeune homme partit alors vers la caissière et s'excusa du dérangement. Cette dernière, lui faisant un clin d'oeil, fort gênant, répondit que ce n'était rien avant d'ajouter que, selon ses mots, "sa petite copine" l'attendait. Takeo se retourna et regarda Chiaki de loin. "Petite copine ?" Non, rien n'était fait.. rien n'était dit. Il ne fallait pas penser à ça. Il remercia la caissière pour sa compréhension et partit vers Chiaki. Ensemble, ils se dirigèrent vers la sortie jusqu'à ce que Takeo reprenne la parole.

- Il faut retourner à la cafétéria. Il y a encore nos habits achetés sur place... et je crois qu'il y avait des glaces, mais pas sûr...

Il l'invita ensuite à prendre le chemin. Un chemin qu'ils connaissaient tout deux déjà pour l'avoir fait une fois. Takeo resta alors silencieux, la regardant de temps en autre. Il n'y avait pas de rapprochement particulier. Si le jeune homme ne voulait pas trop penser pour profiter, c'était peine perdue pour le moment. Son esprit était trop troublé pour adopter un comportement naturel. Peut-être qu'elle, elle pouvait briser la glace ? Qui sait... Dans quelques minutes, ils allaient retrouver la cafétéria, leur affaire... et peut-être la vie qu'il menait avant. Peut-être que tout ce qui venait de se passer n'était qu'une sorte de rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Mar 14 Aoû - 8:30

Elle avait mit un pied dans la cour des grands, et étrangement cet espace n'était pas si affreux que ses parents lui avaient décrit. Enfin, elle était tomber sur la bonne personne; mais ça elle ne s'en doutait pas. Non, pour elle tout est beau tout est gentil ! C'est probablement pour ça qu'elle est si docile et généreuse. Mais bon; cette attitude lui valait bien des sourires, elle ne s'en plaignait pas.

Dans une petite cabine, elle avait malencontreusement téléporté, mais après maintes pleurs et maintes excuses, elle avait remarqué que finalement .. ce n'était pas si mal, du tout. Elle avait en sa compagnie un garçon, qui assis était à sa taille. Elle avait aussi quelque chose de moins physique, mais de tout aussi présent, et agréable. Ca avait commencé par un léger câlin, pour ensuite être une conversation, se maintenant par des mains serrés ensemble, et pour suivre avec un baiser rapide, se concluant par un second un peu plus long, et pour finir un doux moment de tendresse, d'affection, de chaleur; à savoir un second câlin plus .. merveilleux? Agréable.

La porte s'était ouverte, une femme l'avait ouverte. Chiaki n'était pas très contente, ô non ! Elle se redressa avec un sourire à souhait, et referma la porte. Tant pis les conclusion, illusion, remarque de qui veut, Chiaki était gourmande et elle voulait encore profité. Puis, elle voulu une glace. Après tout, elle avait faim, le dernier lieu visité était une cafétéria. Elle t'avait demandé une glace, rajoutant un « s'il te plait », ne voulant en aucun cas être impolie. Déjà que la gourmandise lui tapait sur les doigts, se les faire brûler... Elle devrait peut être arrêtée d'être si prenante envers ses péchés, m'enfin. Tu lui redressa son visage, et lui avait sourit. Que demandait de mieux? Non, vraiment. C'était tellement.. Et ce sourire. Pourquoi? Comment avait elle méritée un tel sourire? Il était différent, car oui, elle avait remarqué le moindre de tes sourires. Se levait était une bonne idée, même si honnêtement, restée là encore des minutes et des heures ne l'aurait pas dérangée.

Elle ria légèrement en même temps que toi, et te tira la langue tout autant.

- Oui'p..

Et elle se leva, sans se mettre dos à toi. Puis elle regarda en face d'elle, mais la réalité la rattrapa. Quand tu te leva, elle dû lever la tête. Cette différence de taille .. Q'importe ! Elle te regarda avant de sourire, un sourire plutôt concilient. « Tant pis, hein? », voilà ce que ce sourire voulait dire. Elle avait vécu des choses qu'elle n'oublierait pas d'aussi tôt, et elle savait que tout cela n'était pas un rêve, mais bien le fruit de la réalité. Tu étais plus grand, mais elle n'avait qu'à se mettre sur la pointe des pieds, se tenir un peut sur toi et voilà, elle était un peu plus grande. Ou bien, prendre un tabouret et grimpé dessus? Et pourquoi pas te faire te mettre à genoux. Il y avait multiple solution à cette différence, et rien ne semblait la déranger. Une fois sortis, elle t'attendis comme tu le lui avait demandé. Tu étais partis à la caisse, sans doute pour t'excuser et les remercier. Elle regardait une fois de plus le monde qui l'entourait. Famille, amis, couple; tout. Puis elle songea. Un baiser était-il anodin? Avait elle recommencer par amour? Elle savait que c'était par envie, mais la source de l'envie; elle doutait encore.

Elle n'avait pas remarqué le clin d'oeil de la vendeuse, et n'avait pas aussi remarqué que tu la fixais un léger moment. En revanche, elle remarqua que quand tu étais revenus, tu semblais pensif. A quoi pouvais tu bien songer? En tout cas elle n'allait pas te laisser dans cet etat. Le sac de vêtements? Ah oui, c'est vrai ! Peut importe les glaces, sur le coup. Elle te devança d'un pas rapide et attrapa tes deux mains dans les siennes. Tu étais trop pensif à son goût, elle avança plus rapidement.

- Tu as vu, y'a vraiment de tout ici. C'est incroyable ! J'ai jamais été dans un espace aussi grand !

Elle parlait doucement, en espérant que tu ais entendu ce qu'elle disait. Elle tenté de te détendre, mais elle ne connaissait rien en la matière. Puis elle s'arrêta, sans lâcher tes mains, levant son visage pour te regarder.

- A quoi tu penses? Elle riait légèrement. Roh et puis, on s'en fiche? Tu veux pas profité plutôt? Moi j'ai envie de manger une grande glace. Et pourquoi pas te t'en mettre sur le nez ! Takeoo, arrêtes d'être pensif, tu penseras ce soir; non? Si tu ne veux pas, attention, Chiaki est redoutable aux arts martiaux !



Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Mar 14 Aoû - 9:24

C'était fini. Cet instant magique touchait gentiment à sa fin... C'était peut-être finalement l'éphèmérité de l'instant qui l'avait rendu si intense, si beau, si unique. Maintenant, ils étaient là, dans un instant de pur tendresse à leur libre sort. La porte était ouverte, c'était à eux de trouver la force de sortir. Les deux jeunes semblaient épuisés. Pour la peine, peut-être auraient-ils même s'endormir ? Mais peu importe. Chiaki reprit la parole, demanda au jeune homme s'il voulait pas une manger. Une glaçe tiens, pourquoi pas ? Takeo acquiesça la proposition et se fut, non sans peine, que les deux élèves se levèrent. Une fois débout, le jeune homme fut frappé de plein fouet par la réalité. Chiaki était petite, c'était vraiment une jeune fille... devait-il regretter ce qui s'était passé ? Avait-il fait quelques choses de mal ? C'était dur à dire...

Avant de quitter le magasin, le jeune homme prit la peine de s'excuser. La caissière expliqua alors que tout ceci n'était rien avant de qualifier Chiaki de "petite-amie". Entendant cela, le jeune homme ne fit aucun commentaire. Non pas car il n'avait rien à dire à ce sujet, mais plutôt car il ne savait pas. Un simple baiser signifiait être en couple ? Ou l'obligation d'en former un ? Non, absolument pas. Si le jeune homme aurait préféré profiter de l'instant, c'était peine perdu. Son esprit, peut-être trop adulte à cet instant, se posait bien trop des questions. Il ne pouvait pas faire comme si de rien n'était, chose que Chiaki semblait faire sans peine. Elle, elle était innocente et ne pensait pas aux problèmes...

Se mettant en route pour aller récuperer leurs affaires à la cafétéria, Chiaki saisit les deux mains du jeune homme pour essayer de le sortir de ces pensées. En effet, le jeune homme n'était pas très subtil et montrait clairement être préoccuper par quelques choses. Il ne fit cependant pas attention à la première remarque de Chiaki. Puis, les arrêtant dans leur route. Takeo sortit alors de ses pensées et baissa le regard vers la demoiselle qui le regardait déjà. Elle lui demanda alors à quoi il pensait, avant de rire et finalement ajouter que cela n'avait pas d'importance. Elle lui demanda alors de profiter... Oui, elle avait raison mais c'était pas forcément évident... Elle tenta alors de l'humour et cela marcha. Takeo ne pu s'empêcher de rire en voyant la jeune fille le menacer de coups. Son regard, son visage, son petit sourire... c'était trop craquant pour rester impassible devant tout cela. Gardant quand même ses tourments à l'esprit, Takeo se dit qu'il fallait au moins faire l'effort. Pour elle. Il souria alors et se remit en route, tout en la tenant par les mains.

- Tu as raison, allons-y !

Ils traversèrent alors les galleries du centre. Le temps filait doucement et on pouvait déjà voir que la populace quittait doucement les lieux. De nombreux bancs étaient désormais libre et le brouhaha de fond était bien plus calme que précédemment. Takeo resta alors silencieux mais afficha un petit sourire. Même si ces pensées étaient là, il était heureux et ne pouvait le cacher. Ce qu'il essayait de cacher était uniquement ses tourments, espérons qu'il y arrivait.

Après quelques minutes, les deux jeunes retrouvèrent la cafétéria. Elle n'était pas vide mais bien moins peuplé qu'à l'heure du goûter. Dans un coin, près du comptoir, se trouvait leurs sacs. Tant mieux, personne n'y avait touché et les propriétaires avaient au moins pris la peine de les mettre de côté. Takeo s'avança alors, remerciant la dame qui était là et pris les affaires avant de retourner vers Chiaki. Il la regarda, levant les sacs comme un trophée et rigola un peu avant d'ajouter.

- Y a un marchand de glaces là-bas. Il pointa du doigt un coin de la gallerie. Allons-y vite avant qu'il ne ferme !

Reprenant la main de la jeune fille, désormais comme une habitude, Takeo se dirigea vers le petit marchand de glaçe. Arriver devant, il regarda alors la jeune fille, toujours souriant et demanda :

- Hmmm alors que veux-tu ? Moi je vais prendre.... vanille-chocolat :3 !
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Jeu 16 Aoû - 8:45

Rien. Rien n'avait changer, tout était normal. C'était comme si rien ne c'était passé. Peut être que, justement, rien ne c'était passé? Malgré ton air pensif, tout était comme avant. Deux jeunes qui se baladaient, pourquoi? A savoir. L'amusement, la compagnie sans doute. Chiaki n'était pas pensive, elle était plutôt encore dans son rêve. M'enfin, prendre les commandes n'était pas son truc, simplette comme elle est.. Peut être trop simplette, même.

Allons y. C'est ce que tu avais dit, après l'avoir remarqué. Oh, elle avait bien vu que tu ne l'écoutait pas la première fois. Mais que dire? Ce n'était pas ta faute. Enfin, c'est ce qu'elle pense. Tu avais ris à ces menaces, stupides soit-elles, et pourtant tu avais ris. C'était gentil, et naturel. Or le fait que tu ne l'ai pas remarqué avant l'avait vexée, être ignorée était son train-train quotidien, mais c'était toujours un peu douloureux. Quand tu te remit à marcher, elle perdit son adorable sourire pour baisser son visage. Puis elle chuchota, quelque chose que tu n'entendrais surement pas, vu qu'elle ne parlait pas assez fort. « Tu as vu, y'a vraiment de tout ici. C'est incroyable, j'ai jamais été dans un espace aussi grand.. » répéta t-elle une fois. Puis elle retira ses lunettes un moment, pour lâcher l'une de ses mains avant de frotter ses yeux. Elle pleurait? Elle était sensible mais savait se contenir, ce n'était qu'une poussière sans aucun doute. Puis elle remit ses lunettes, et redressa son visage, avec un air naturel. Tu étais partis chercher les sacs, sans doute. Oui, elle te voyait sourire avec les sacs en l'air. Elle riait légèrement à ce comportement, on aurait dit que tu ramenais du gibier ou bien un trophée.

- Où ça?

Demanda t-elle avant que tu ne montres le marchant de glace, cité un peu plus tôt, du doigt. C'est vrai qu'il y en avait un. D'ailleurs elle sortit son porte monnaie de façon discrète; tu avais tellement fait aujourd'hui; t'offrir une glace n'était pas une masse. Elle fut vite attrapée par la main, c'était la tienne qui la tiré. Elle regardait, non pas autour d'elle encore une fois mais ces deux mains collés ensembles. C'était vraiment un rêve, ou tout cet élan d'affection en si peu de temps était bien réel? En t'entendant prononcer « vanille chocolat » elle comprit bien vite qu'ils étaient arrivés devant ce fameux marchand. Elle leva la tête avant de prononcer « chocolat pistache » d'une petite voix. Le marchand l'avait entendu, car il allait directement chercher ces glaces. Chiaki regarda les prix sur la pancarte d'à côté, et sortit la monnaie suffisante pour la posée sur le comptoir, bien avant que tu n'ai réagis. Pour une fois qu'elle était rapide !

Elle te tira la langue, comme une revanche à l'aimable, une sorte de compensation même. Elle remarqua les bancs un peu plus loin, des libres et des occupés, mais surtout des libres. S'ils allaient s'asseoir -Ce qu'elle avait bien envie de faire- où devait elle se mettre? A côté, tout près, ou un peu plus loin, ou encore sur un autre banc? Elle n'en savait rien, c'était absurde. Une si gentille perle qui ne savait absolument rien faire sans qu'on lui montre une fois. Puis elle remarqua cette fois si avec plus d'attention les autres bancs occupés. C'était étrange, ou normal. Certains se mettaient devant un personne, d'autre à côté, d'autre sur les genoux. Elle se contenterais de se mettre à côté, c'était chose choisit. Le temps de cette réflexion, le vendeur était venue leur donner les glaces. Chiaki prit la sienne, et se dirigea en attrapant un bout de tissus de ton haut, vers un banc libre.

Elle s'était assise en posant son sac à côté d'elle. Elle souffla avant de donner un coup de langue à sa glace. C'était frais. Quelque chose qui lui manquait grandement, en vue des précédentes émotions. Puis avant de déguster sa glace une nouvelle fois, elle la regarda. Puis elle souriait légèrement. Sa première glace sans être seule. Elle sortit son téléphone pour la prendre en photo, peut importe ce que les autres allaient penser. Par la suite, elle tourna son visage du côté contraire au tiens. Elle avait bien envie de prendre les raines, de faire un pas en avant.

- Takeo, pour tout à l'heure.. C'était.., elle souffla un coup. C'était pas très subtile de ma part, j'aurais pas dû reprendre.

C'était avec cette voix, éternellement adorable, douce et fine que Chiaki reprit, une troisième fois.

- C'était la première fois que j'embrassais quelqu'un, j'ai été gourmande et je n'aurais sans doute pas dû. Ton avis était important et j'ai fais impasse dessus, désolée. Tu peux me gronder si tu veux! Tu es pensif depuis tout à l'heure, tu dois sans doute songer à comment me mépriser pour tout ça..




Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Jeu 16 Aoû - 20:52

La normalité de cette douce journée avait retrouvé les deux jeunes étudiants. Une normalité qui troublait le jeune homme, qui le gênait. Que c'était-il réellement passé dans la cabine ? C'était-il passé quelques choses ? Où n'était-ce peut-être que rien ? L'amour était encore quelques choses de flou pour lui et il était donc difficile d'en savoir plus... Lorsqu'il regardait la jeune fille, il ne voyait aucune quiétude, juste de l'innocence, une enfant. Ce qui s'était passé dans la cabine ne semblait pas l'avoir affecté... finalement, peut-être n'était-ce rien. Peut-être n'était-ce que le fruit d'un rapprochement obligé, d'une proximité hasardeuse ? Qui sait... Tout cela trottait dans l'esprit du jeune homme. Elle, elle le voyait bien et fit même une remarque à ce sujet. Takeo fit donc son possible pour arrêter, ou du moins paraître comme n'étant plus perturbé. Bien évidemment... en vain. Le jeune homme était tellement ailleurs... qu'il arriva même à ignorer involontairement la jeune fille alors qu'ils marchaient. Toutefois, il remarqua rapidement son erreur en voyant la jeune fille tout de suite attristé... versant peut-être même une larme. Il s'en voulait, mais pas que pour ça. Il s'en voulait de tout... Il avait peut-être fait une erreur... Devait-il faire comme si de rien ? Comme elle. Il fallait essayé.

Les deux jeunes arrivèrent finalement à la cafétéria où leurs affaires se trouvaient. Les ayant récupérer, Takeo et Chiaki n'avaient désormais plus qu'un trouver un marchand de glace. Par chance, le jeune homme remarqua un marchand non-loin de là et invita alors Chiaki à le suivre. Instinctivement, par habitude, il prit délicatement la main de la jeune fille et la tira doucement pour la conduire dans la bonne direction. Toutes ses glaces avaient l'air bonnes ! Se tournant vers sa jeune amie, Takeo lui demanda alors ce qu'elle désirait, précisant qu'il prendrait une boule vanille et une chocolat. Le jeune homme avait dans l'idée de payer le tout mais il fut battu à son propre jeu par la jeune fille qui, choisissant discrètement ses parfums, en profitant pour sortir sa bourse et donner le montant au marchand. Un tirage de langue bien mérité pour le jeune homme qui s'était bien fait avoir. Elle s'était finalement vengée ! Takeo fit alors une petite moue, exprimant son désaccord et lâcha un "merci" à la jeune fille. La journée n'était pas finie et à la moindre occasion, il se vengerait à son tour de la vengeance.. un jeu interminable oui. Ayant à peine eu le temps de prendre sa glace, le jeune homme fut tirer par le haut. C'était Chiaki. La suivant alors, ils arrivèrent vers un banc sur lequel elle s'assit, posant son sac à côté d'elle. Elle lécha alors la glace. Elle avait l'air heureuse. C'était chou et craquant à la fois. Takeo était encore resté debout, l'observant alors tout en léchant sa bonne glace. Un peu de fraîcheur n'était pas de trop. Il vit ensuite la jeune fille sortir son portable pour prendre une photo de sa glace. Un souvenir probablement, c'était chou. Takeo posa alors rapidement son regard sur le petit pendentif accroché au téléphone. Dire que tout avait commencé là...

Le jeune homme s'assit alors ensuite à côté de Chiaki, dégustant sa glace tout comme elle. Le silence guettait et, pour une fois, la jeune fille s'élança en premier dans un discours. Ce discours n'était pas comme les autres. C'était une remarque enfantine, mais une réflexion de jeune femme. Elle n'avait fait aucun sous-entendu à ce sujet depuis... c'était seulement maintenant qu'elle se décidait d'en parler. Oui, elle parlait du baiser. Elle s'excusa alors en quelques sortes d'avoir embrasser le jeune homme une deuxième fois. Un léger soupire s'échappa de la bouche du jeune homme, assez discret, et ce dernier voulait répondre. Il aurait pu répondre que ce n'était rien, qu'il avait aimé... enchaîner sur un pourquoi ? Mais toutes ses réponses allaient gentiment arriver... Chiaki le coupa alors et continua son discours. Elle expliqua alors que c'était la première fois qu'elle embrassait quelqu'un... c'était aussi le cas du jeune homme à vrai dire... mais elle ajouta alors que le deuxième baiser n'était que gourmandise... qu'elle avait fait preuve d'égoïsme en ne pensant qu'à elle. Indirectement, Takeo avait ses réponses... Son baiser avait peut-être une signification, mais celui de Chiaki n'était finalement que pour prolonger l'instant ? Ou autre chose ? Sans tourner son visage, le laissant droit, même si la jeune fille lui tournait déjà le dos, il dit d'une voix calme.

- C'était aussi mon premier baiser... C'est moi qui est commencer et je ne t'ai rien demandé... C'est plutôt à moi de m'excuser... Désolé... Si je suis pensif depuis tout à l'heure, c'est uniquement car je réfléchis à pourquoi je l'ai fais... à ce que je ressens réellement et ce que toi tu ressens.. ce que ça ta fais... mais au vue de ta réponse, tout cela n'a plus grand intérêt...

Takeo était persuadé que rien n'existait entre eux. Elle l'avait certainement embrassé après lui comme un enfant demanderait un bonbon après un premier. C'était tout simple, sans conséquences derrières. Takeo s'était lancé trop vite et sa maturité l'empêchait d'imaginer ce baiser comme anodin... pourtant, pour Chiaki, il semblait complètement l'être Sans tourner la tête, le jeune homme esquissa un petit sourire, malgré une tristesse grandissante en lui. Il s'était finalement peut-être trop attaché à elle...

Un autre soupire s'échappa alors de la bouche du jeune homme, bien plus audible. Il ne savait pas si son raisonnement était juste... mais tout semblait montrer que oui... peut-être allait-elle dire le contraire ? Le corriger ? Takeo n'osait penser cela, de peur que rien n'arrive. Il ne fallait désormais plus rien imaginer... Ce qui s'était passé aujourd'hui n'allait probablement plus arriver... aussi triste que cela pouvait être pour lui. Sentant une douleur inexplicable en lui... Takeo commença à comprendre ce qu'était un chagrin... Il releva alors son visage, regarda la jeune fille et prit un peu de glace avec son doigt avant de le mettre sur le nez de son amie.

- Voilà, punis !

Il rigola alors, lui souriant et fit comme si tout allait bien... Même si...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Ven 17 Aoû - 11:09

C'était tout. C'était tout? Chiaki se le demandait encore. Tout ça pour retourner à cet échelle de la normalité? En si peu de temps? C'était tellement .. rapide. Elle avait eut mainte et mainte chance de pouvoir profité, de pouvoir découvrir, et elle s'était lancée si peu de fois. C'était décevant. Elle s'en voudra encore longtemps. A quatorze ans, pas fichue de prendre une décision .. Bonne à rien, voilà ce qu'elle pensait être. Mais elle n'allait pas s'avouée vaincu !

Elle avait reprit le jeu, vengeance après vengeance, ça n'allait jamais se finir. Mais elle devait bien avoué que c'était assez amusant, comme jeux. Devant le marchant de glace, elle t'avait bien eut ! Sortir la monnaie avant toi, c'était du grand art pour elle. Pour la peine elle t'avait tiré la langue, tu avais fais une drôle de tête, tu comptais sans doute te venger à ton tour... Puis tu glissa un merci qui la fit sourire, un léger sourire. En prenant sa glace, elle te tira doucement avec elle et s'était assise sur un banc, et avait commencé à déguster sa glace, avant de sortir son téléphone. Elle prit en photo sa glace, un souvenirs important parmi les autres. Elle s'était excusé, avait tenté maladroitement de prendre une conversation, mais elle avait bien remarqué qu'elle s'exprimait mal.

- Enfin..!

Elle ne pouvait continuée, et avait réagit d'une voix comme un chuchotement, tu n'avais pas entendu c'était certain. Car tu avais continué la discussion d'une voix calme, attendrissante. Elle ne bougea pas, te regardait était gênant, elle ne savait pas vraiment pourquoi. D'autant plus que prendre ta main l'était tout autant, c'est pourquoi elle avait prit un bout de ton haut. Mais ça tu ne l'avais sans doute pas vraiment remarqué, c'était un détail subtile.

Ton premier baiser? Tu semblais pourtant plus adulte, plus mature, c'était un peu étonnant. Mais le plus rassurant était qu'au moins, tu n'aurais pas à la juger sur ses "manières", c'était déjà ça. La suite l'étonna encore plus. A ce qu'elle ressent.. Elle n'en savait rien, elle était "nouvelle" dans le monde de la réalité, elle ne savait rien, ni même si ce baiser était réellement péché ou affection. Elle réfléchissait, tout en t'écoutant encore. A cause de sa réponse, ça n'avait plus d’intérêt? Elle s'était mal exprimée, c'était certain. Tout se bousculer. L'envie de rester avec toi, ce baiser qui finalement était sans doute rendu à être un malentendu. Et toute sorte d'autre choses encore. Or, avant de remettre toute cette histoire au clair, une chose vint la frapper. Ou plutôt, une chose vint lui chatouiller le nez...

Elle loucha sur son nez pour regarder la crème, puis elle la retira avec son index. Elle souriait, un petit sourire amusée, mais sans plus. Ta vengeance, à tout les coups. Ou bien tu détendais l'atmosphère, elle n'en savait vraiment rien sur ce coup. Mais elle comprit bien vite son ressentit. Elle se leva, sans prendre son sac ou bien le téléphone qu'elle avait poser sur le banc. Puis elle se mit devant toi, et avec ce même sourire, elle posa son doigt avec la crème sur ton nez. Elle n'avait plus bouger, tête baissée pour te regarder.

- Voilà, punit.

C'était presque un chuchotement. Elle s'était baissé et avait relever ton visage pour venir, de sa propre volonté, sans aucune gourmandise, embrasser tes lèvres un petit moment. En reculant son visage, elle avait changé de sourire. C'était plus doux, agréable.

- Je veux rester avec toi, encore un peu.. beaucoup. Tu veux bien nous supporter, moi et ma gaminerie?


Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Sam 18 Aoû - 2:04

Aujourd'hui, Takeo ne savait que faire... Oui, si l'on y repensait, c'était l'ennui qui l'avait guidé. C'était cette ennui qui l'avait guidé jusqu'ici. Puis, ce fut le tour du hasard, ou peut-être du destin même, d'entrer en jeu. Ce dernier mit une jeune fille sur la route de notre héros. Quand je dis sur la route, c'est autant figuré que littéraire finalement, car la rencontre émanait simplement d'une bousculade. Puis, ce fut le moment du premier regard. Un regard simple mais déjà gêné, intimidé. Puis ce fut le premier contact, sentir sa main sur son torse, toucher le réel pour se confirmer son existence. S'en suivit alors les rires, les gamineries... le jeu. Après ? Il y eu les maladresses et pour finir il y eu... L'amour ? Des moments de tendresse, des moments d'attention... les deux jeunes avaient partagé ensemble, et d'un commun accord, un répit digne d'un couple. Peut-être était-ce le lieu, la situation qui avait conduit à cela. Ou peut-être était-ce la marque d'émotions ? De sentiments ?

C'était là bel et bien tout le problème. Chiaki, innocente et peut-être insouciante, ne semblait pas s'attarder aux conséquences de ces baisers. Mais y avait-il des conséquences ? Takeo voulait savoir. Il voulait si ce qu'il ressentait lorsqu'il regardait la jeune fille était de l'amour. Son regard l'intimidait, son sourire le charmait, son rire le faisait craquer et sa simple compagnie le rendait heureux. C'était peut-être sa aimer ? C'était peut-être sa l'amour ? Si le jeune homme se posait déjà la question pour lui, c'était sans omettre de savoir ce que son amie ressentait aussi... elle qui semblait n'être absolument pas gêné ou perturbé par l'acte. C'était peut-être cette maturité qu'avait Takeo ? Qui sait...

Les deux jeunes étaient désormais sur un banc, comme un couple, comme plutôt les nombreux couples qui squattaient encore les galeries de l'Odysseum qui se vidait. La discussion avait quitté les tons joyeux pour atteindre des horizons plus sérieux. Il fallait en parlé, Takeo en avait besoin et Chiaki avait aisément remarqué cela. Le discours commença alors par des excuses, pour ensuite être suivit d'une raison. La gourmandise qu'elle avait dit. Une gourmandise finalement sans conséquence alors ? Elle l'avait embrassé une nouvelle fois comme un enfant demanderait un deuxième bonbon. L'idée se tenait... cela expliquait bien pourquoi Chiaki ne semblait pas perturber. Il fallait répondre, chose qu'il fit alors. Oui, il fallait que sa sorte. S'excusant à son tour, Takeo expliqua ses pensées, expliqua ses intrigues. Mais les réponses avaient-elles encore de la valeur ? Chiaki n'était qu'une enfant gourmande, pas une petite-amie... c'était ça la finalité de la chose ? C'était blessant et Takeo le sentait au fond de lui. C'était son appelait un chagrin ? Probablement.

Il détendit alors l'athmosphère, ou du moins, il essaya de la détendre en tâchant le bout du nez de la jeune fille avec de la glace. Louchant quelques secondes, cette dernière essuya son nez dans un sourire sans conviction émanant de la jeune fille. Elle quitta alors sa place, se mit devant lui, et y mit à son tour un peu de glace sur le bout du nez. Même réflexe, il loucha quelques secondes le bout de son nez pour ensuite reprendre son regard naturel et voir Chiaki devant lui, près. Son visage s'approchait de plus en plus jusqu'à ce que leur lèvres se touchent, pour la troisièmement fois de la journée. Le jeune homme sentit alors une vague de chaleur monter en lui. Etait-ce de la gêne ? De la curiosité ? Peut-être... Ou l'expression d'un réel sentiment ? Peut-être... trop de peut-être.

Le baiser fut bref, trop bref même. La sensation était pourtant la même. Une sensation de liberté, d'avoir braver peut-être un interdit oui. Mais s'il fallait traversé le jardin d'Eden et y manger une pomme, le prix était louable. L'importance qu'elle avait a ses yeux n'étaient pas anodins, c'était évident. Après cette scène, elle lui demanda alors de rester avec elle, encore un peu... beaucoup même. S'essuyant le nez plein de glace, le jeune homme souria alors à la demande de Chiaki avant de répondre.

- Si tu supportes ma maturité, je devrais supporté tes "gamineries" sans problèmes non ?

Le ton amusé du jeune l'obligea à conclure sur un petit tirage de langue. Suite à ça, il s'approcha à son tour de Chiaki, au point que le nez de touchaient doucement. Il murmura alors.

- Mais avant que je reste... j'ai envie de...

Il tourna légèrement sa tête sur le côté, pour ne plus buter sur le nez de la jeune fille et l'embrassa à son tour. Ce baiser ne fut pas réellement plus long que l'ancien mais le jeune homme voulait encore profiter. Lorsque l'on les regardaient de l'extérieur, on pouvait y voir un couple, oui, cela ressemblait à un couple, mais rien n'était officialisé... C'est alors qu'une voix vint briser le petit instant de tendresse auquel les deux jeunes s'adonnaient. Quoi ? L'Odysseum ferme dans un quart d'heure... Fallait-il se déplacer alors ? Que faire ? Ou aller ? Une chose était sûr, Takeo voulait rester avec elle, ou au moins la revoir... sa présence était devenu bien trop importante désormais...
Revenir en haut Aller en bas
Pikachii
avatar
garden

Féminin Age : 20
Messages : 87
Inscription le : 24/07/2012
Localisation : A la recherche de Pikachuu.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: ☂ eat your mother
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Sam 18 Aoû - 9:04

Le jeu avait commencé depuis pas mal de temps déjà, mais Chiaki se demandait maintenant si cela était réellement un jeu? N'était-ce pas plutôt une vulgaire excuse pour s'adonner à des choses qu'elle n'avait jamais essayé, pour profité d'une journée sympathique et éphémère? Elle était douteuse. Douteuse sur elle même, aussi. Elle était tout, visiblement. Elle était une gamine qui aime s'amuser, une adolescente pleine de maturité, une jeune femme responsable.. Elle se cherchait encore, voilà surement la raison de sa gène : comment allait elle se comportait à cet instant ci, à cet instant là? Est-ce que tu la trouverais étrange, est-ce que tu trouvais ça normal?

Indécise comme une gamine elle s'était accordé bien de nombreux plaisir. Se faire offrir un pendentif, une robe, de la compagnie, et un baiser, pour en entamer un second, finir sur un troisième.. Elle l'avait voulu, la gourmandise n'était qu'un prétexte pudique, timide, mensonge pour protéger ses arrières et ne pas s'aventuré dans une aventure sans lendemain. A chaque baisers elle pensait à ses livres de romances. Elle avait le droit? Le droit d'être la princesse? Personne ne lui avait dit oui, elle ne pouvait donc que se taire et s'exprimée de façon indirecte, ce qui était maladroit.

Tu avais expliqué tes pensés, c'était net pour elle. Elle avait comprit, ou du moins elle espéré avoir comprit. C'est pourquoi elle s'était lever pour se mettre devant toi. Elle ne pouvait pas s'exprimer clairement, par manque de confiance mais aussi car peur de ta réaction. Elle te connaissait trop peu encore, elle ne savait pas tes réactions. Cette crème sur ton nez n'était vraisemblablement qu'une parade pour se permettre la suite, à savoir ce troisième baisers. Elle se demandait encore si il était bon de les comptés, à longueur de temps elle n'aura plus à le faire sans doute..

C'était rapide, bref, agréable. Étrangement ce n'était pas la gourmandise qui la poussait, c'était plutôt l'envie d'être proche de toi, d'avoir un lien quelconque ... Après ce chaste baiser, cette question signifiant clairement un « Je ne veux pas que tu partes. ». Tu lui tira la langue, elle en fit de même pour te répondre, rapidement. C'était amusant, elle savait bien qu'ils ressemblaient à un couple. Comportement, geste, et même ses pensées étaient rivés sur toi, mais ça elle ne l’avouerait pas aussi facilement. Tu continuas sur une deuxième phrases, ton nez contre le siens, elle respiré plus doucement malgré la bouffé de chaleur qui l'avait envahis.

- Envie de..?

Demanda t-elle dans un chuchotement que tu coupas en l'embrassant. Elle aurait imaginer que ce moment aurait été plus long, mais elle se redressa en entendant une voix les coupants net. Ca allait fermer, déjà? Elle sentait la glace qui coulait sur ses doigts, mais elle n'avait pas réagit à cela. Elle regarda en l'air, futile réaction. Puis elle baissa ses yeux vers toi, ils allaient se quitté, déjà? Te revoir un autre jour? Non, il était encore trop tôt pour pensé ça ! Un quart d'heure restait? Suffisamment pour trouver une prochaine destination sans être séparé après si peu de temps passé.

- Mais je n'ai pas envie..

Elle regarda sa glace, puis lécha rapidement la crème qui glissait sur ses doigts, prenant le cône de l'autre main pour finir en vitesse, avant de soupirait d'aise. La sensation de quelque chose de liquide coulant sur ses doigts lui déplaisait au point où elle en avala la substance crémeuse pour en finir. Sa glace avait déjà bien fondu, tant pis. Elle te regarda en fronçant ses sourcils, maintenant débarrasser de la sensation étrange la perturbant, elle fit la moue; comme une enfant gâtée malgré elle. Elle allait sortir des bêtises, n'importe quoi lui passant par la tête, pourvue qu'elle reste encore avec toi.

- Tu restes avec moi, hein? Encore une heure ou deux.. On a qu'à dormir dans une cabine! Ils ne vérifies jamais ! Takeo..



Kido - Hanae - Chiharu - Arisu
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 28
Messages : 443
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   Sam 18 Aoû - 11:13

Les réponses avaient été dites ? Est-ce que la situation s'était éclaircie ? C'était difficile à dire mais pourtant, l'ambiance, le ton employé, tout semblait s'être tourné dans une optique plus douce. Les pensées du jeune homme l'avaient quitté, peut-être n'étais-ce que temporaire, mais pour le moment, rien ne le troublait. Il n'y avait que Chiaki qui l'obsédait, l'obnubilait. Toute son attention, toutes ses pensées, tout se dirigeait envers le visage angélique de la jeune fille qui avait rendu cette journée inoubliable. Si c'était humainement possible de toucher le paradis, peut-être y était-il arriver à cet instant. L'instant où, pour la troisième fois, la jeune fille vint poser ses lèvres douces et chaudes sur celle du jeune homme, balayant d'un revers les inquiétudes de ce dernier. Pendant un court instant, l'ambiance était devenue semblable à celle ressentie dans la cabine. Sauf que la proximité n'était plus nécessaire, elle était désirée, voulue.

Si l'instant fut bref, il n'en fut pas moins agréable, de loin pas même. Il s'en suivit alors une question, ou plutôt une demande même. Elle ne voulait pas qu'il parte, elle désirait garder sa présence encore un peu, beaucoup, selon ses termes. L'envie était partagée, même totalement en fait. Takeo n'avait absolument pas envie de partir, de la quitter... lui dire au-revoir s'était comme se réveillé d'un rêve et le jeune homme était décidé à vivre son conte de fée encore un petit moment. Il répondit alors, il avait envie. Mais envie de quoi ? La question échappa évidemment à la bouche de la jeune fille. Les gestes prirent les devants et Takeo embrassa une nouvelle son amie. Son amie que l'on pourrait peut-être même qualifié de petite-amie ? La question restait en suspens, pour l'instant.

Le moment fut coupé par la voix d'un homme qui annonçait, de façon générale, que l'Odysseum allait pas tarder à fermer ses portes. Les deux jeunes pouvaient faire tout ce qu'ils voulaient avoir envie de ça, de ci... ils ne pouvaient lutter contre le temps. Le temps qui les rattraper à une vitesse folle. Confinant leurs instants dans une éphémérité qui les rendaient si beaux et si précieux. Chiaki pris alors la parole, disant qu'elle avait pas envie. La phrase était ambigüe car elle reprenait les derniers mots du jeune homme. Même si le baiser balayait tout soupçon à ce sujet, Takeo restait un peu perplexe. Il était assez évident qu'elle parlait de la fermeture du centre, mais quand même.

C'est alors que le jeune homme sentit quelques choses de froid sur sa main. Et oui, n'oublions pas qu'ils avaient des glaces. Lorsqu'il regarda Chiaki, elle était déjà attelé à s'essuyer les mains et lécher la glace coulante. Le jeune homme en fit autant, lâchant un petit rire au vue de la situation. Quand les dégâts glaciers furent nettoyés, elle reprit la parole. C'était drôle et sympathique de la voir prendre les devants. Takeo qui n'avait sans cesse prit les décisions avait l'impression de se faire guider, c'était agréable. Il n'avait plus peur d'imposer quoi que soit à la jeune fille du coup. Elle le regarda alors, sourcils froncés, preuve d'un désaccord avec les évènements. Elle lui demanda de rester encore avec lui. Un moment, peu importe. Elle se laissa aller, disant même qu'il pourrait dormir dans une cabine. C'était chou et à la fois réconfortant pour le jeune homme. Le visage de la jeune fille contrariée et l'envie qu'elle avait à rester avec lui le rendaient heureux. Depuis longtemps, quelqu'un s'intéressait à lui ou même, quelqu'un se souciait de lui, de sa présence. C'était plaisant.

Il sourit alors et pris la main de la jeune fille avec la sienne, enfilant ses doigts entre ceux de la jeune fille avant de les refermer doucement.

- Tant que je te tiens, on ne se séparera pas d'accord ?

Il serra alors doucement sa main sur celle de la jeune fille, absolument pas fortement, de sorte qu'elle comprenne que le lien qu'il venait de créer avec elle était solide. Après quoi, Takeo se hâta à finir sa glace avant que celle-ci ne soit toute fondue.

Le temps coulait, encore et toujours et il fallait maintenant s'en aller. Takeo en avait pas envie mais partir ne signifiait pas quitter Chiaki, de loin pas. En effet, ils allaient les deux dans la même direction finalement ? Il pouvait alors rentrer ensemble sans aucun soucis. Même, ils pouvaient encore passer du temps ensemble, au pensionnat. Un nombre incalculable d'options se présentaient au jeune couple. Une fois que Chiaki était prête, il fallait y aller oui. Takeo se leva alors et dit.

- Bon, on doit y aller je pense... Prends bien toutes tes affaires et on y va ?

Il lâcha alors la main de la jeune fille, mais montra clairement son intention de ne pas bouger tant qu'elle était pas prête. En effet, elle devait encore récupérer ses affaires sur le banc. Après quoi, ils se mirent en route avec les dernières personnes qui quittaient les lieux. C'est main dans la main qui passèrent alors la grande porte d'entrée... Porte que Takeo avait franchi en début de journée seul, sans imaginer une seule seconde la rencontre qui l'attendait... Peu importe la suite des évènements, cette journée était déjà inoubliable pour le jeune homme désormais... amoureux ?

HS : Suite ici ou dans un autre lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Peut être qu'un jour, viendra ce trèfle? [TakeTakeo. :dead:]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Ville :: Odysseum :: Magasins-