AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Manami Atsuya

spirit

Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Lun 30 Juil - 13:10

Heureusement que les étudiants du pensionnat Aomori étaient habitués aux sensations fortes car cette soirée en était chargée. Après que Takeo ait courageusement raconté l’histoire de son passé jusqu’à son arrivée ici, Manami fut prise d’un élan de compassion et osa le prendre dans ces bras ce qu’il fit lui aussi à son tour. D’ailleurs ce n’était pas la seule chose qu’il avait fait, car pendant qu’ils étaient dans les bras l’un de l’autre, il les téléporta dans ce qui semblait être un champs se situant non loin du potager du pensionnat. Alors qu’il s’excusait de les avoir amené ici, la jeune fille lui avait fait comprendre que ce n’était pas grave et en avait profité pour les décorer tous les deux d’une fleur accrochée derrière l’oreille. Cet acte fit naitre un léger rire chez le garçon, ce qui la satisfaisait.

Mais plus ils passaient du temps ensemble, plus la nuit avançait et les brises occasionnelles faisaient frissonner la jeune fille toujours en uniforme scolaire d’été. Bien sûr elle n’y faisait pas attention, car au fond, même si elle attraper froid, ça valait le coup. Elle se contenta donc de s’allonger sur herbe fraiche, recouvrant son visage avec son bras. Elle entendit alors son ami bouger à côté d’elle et l’instant d’après elle était recouverte par son manteau. Il avait dû remarquer les frissons qu’elle avait eu et sa gentillesse l’avait poussé à ôter son blouson pour la couvrir. Elle se hissa alors sur les coudes et ouvrit la bouche pour lui dire que ce n’était pas nécessaire mais il fut plus rapide, se doutant sans doute qu’elle allait protester ce qu’il venait de faire.

- Taratata ! Tu vas attrapé froid alors chute. Je n'ai pas trop froid et au pire... bah si je tombe malade... On se retrouvera peut-être dans de drôles de situations.

Ils rirent alors en même temps. Il est vrai que lorsqu’ils s’étaient rencontrés pour la première fois, c’était non seulement à cause –ou plutôt grâce- à son un rhume qui faussait le contrôle de son pouvoir, mais aussi dans une situation plutôt comique, enfermés tous les deux dans une cabine de douche. Elle lui sourit et le remercia pour son attention. Elle se redressa et enfila le blouson « un peu » trop grand pour elle et le referma, Il lui descendait jusqu’aux hanches, et avec sa jupe scolaire d’été qui dépassait à peine, on aurait pu croire qu’elle ne portait rien d’autre que le manteau de son ami. Lui aussi s’était mis en position assise et il pencha un peu la tête de façon à pourvoir s’adresser à elle.

- Sache que je suis aussi là... et pas uniquement se soir si tu as envie de parler ou simplement de changer d'air avec quelqu'un...

Manami resta un moment à le regarder sans rien répondre. Après un petit sourire il retourna la tête pour observer les étoiles qui luisaient dans le ciel. Elle fit un petit sourire touché puis s’approcha de lui, posa une main sur une joue, et déposa un bref baiser sur l’autre joue. Avant qu’il ne puisse agir ou dire quoi que ce soit, elle se glissa jusqu’à son oreille à laquelle elle murmura

« Merci, c’est vraiment gentil »

Elle affichait toujours le même sourire touché car elle se sentait vraiment heureuse de savoir qu’il y avait au moins une personne sur qui elle pouvait compter. Sachant qu’il allait sans doute être extrêmement gêné par ce qu’elle venait de faire, elle décida de s’éloigner un peu pour ne pas le mettre trop mal à l’aise, puis se rallongea sur le sol frais, sur le ventre cette fois-ci. Appuyée sur ses coudes, elle entreprit de cueillir les fleurs autour d’elle, la plupart étant des pâquerettes. Elle forma un petit tas devant elle, un tas parsemé de différentes couleurs, différentes textures. Lorsqu’elle jugea que le tas était assez grand, elle se redressa pour se mettre assise. Plissant ses yeux fixés sur les fleurs arrachées su sol, elle était en proie à une grande concentration. Au bout de quelques secondes, une minute peut-être, le petit tas s’éleva doucement dans les airs. Après quoi les fleurs se disposèrent de façon à représenter quelque chose. Un petit bonhomme se forma, courant énergiquement autour des deux étudiants. Puis il sembla s’écrouler sur lui-même pendant que les fleurs se déplaçaient pour former cette fois un petit cheval, galopant fièrement en cercle devant eux. Toujours concentré, la jeune fille esquissa un sourire voyant qu’elle avait réussi à faire exactement ce qu’elle avait en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Lun 30 Juil - 16:24

Le décor urbain du toit avait laissé place à un décor plus naturel. Et oui, après une téléportation involontaire du jeune homme, les deux étudiants se trouvaient dans un petit champ des alentours. Cela ne les dérangea absolument pas. Il faut dire qu'ils étaient déjà habitués aux évènements de dernière et de plus... le lieu était tout à fait charmant. Si le temps n'avait plus d'importances pour les deux, il ne s'était toutefois pas arrêter pour autant. Et oui, il devait être bien 22h30 voir peut-être 23h. L'air frais se faisait sentir de plus en plus et Takeo le remarqua en voyant la jeune fille frisonner sous l'effet des légères brises. Sans laisser un quelconque choix à la jeune fille, il s'était dévêtit de son manteau pour lui donner. Elle accepta alors le geste du jeune homme et enfila le manteau. Évidemment, ce dernier était légèrement trop grand lui arrivait pas loin des genoux. Pour peu, il aurait même caché la jupe de la jeune demoiselle. Suite à cela et profitant du calme de la situation, le jeune homme s'était adressé à la jeune fille pour l'informer que tout comme elle, il était là en cas de coups durs.

Les deux jeunes interchangeaient alors entre regards entre eux et regard au ciel. Quelques sourire s'échangeait et suite à la déclaration du jeune homme, Manami s'approcha alors de lui, sans mots, et posa une main sur l'une de ses joue baiser la seconde. Ce fut bref et surpris, Takeo ne bougea et ne dit rien. Ses joues devinrent légèrement rouges sur le coup. Elle s'approcha alors ensuite de son oreille pour le remercier dans un murmure qui fit frisonner le jeune homme. Après quoi, elle prit un peu de distance et cueilli quelques fleurs. Takeo se frotta doucement la joue à l'endroit du baiser. Au fond, c'était pas grand chose peut-être... mais cette marque d'affection fit chaud au coeur du garçon. Cela faisait du bien, un bien fou.

Il se tourna alors vers la jeune fille pour observer ce qu'elle faisait. C'était étrange pour le moment... Les prit des fleurs, un certains nombres, et en forma un petit tas devant elle. Après quoi, elle se mit en position assise et se concentra. Takeo ne pu alors s'empêcher à la scène du toit. Qu'allait-elle essayer de faire désormais ? Il ne fallu pas longtemps pour comprendre. Le petit tas se mit alors à flotter dans les airs avant de prendre la forme d'un petit bonhomme qui courrait. C'était stupéfiant à voir. Le bonhomme se transforma ensuite en cheval, ziguezaguant entre les deux jeunes. Face à ce spectacle, la jeune fille esquissa un sourire de fierté et il y avait de quoi. Le jeune homme se leva alors et continua de suivre du regard le cortège de fleur. Il se mit alors à applaudir pour féliciter la jeune fille. Et là... comme d'habitude... La situation s'envenima.

Takeo vit de la lumière se profiler au coin d'une cabane un peu plus loin. Le bruit, leur rire, leur présence avait du alerté des surveillants qui s'étaient décidé à faire une ronde dans les jardins. S'ils se faisaient attraper, ça allait barder pour eux, et pas qu'un peu. Sans parler des rumeurs qui circuleraient en plus... Cette fois-ci, ce fut le tour de Takeo d'agir dans la vitesse. La scène fut, un peu près, la même que dans les douches. Le jeune homme s'approcha rapidement de la jeune fille et lui prit la main avant de la tirer un peu plus bois dans un sous-bois. Il ne dit pas mots. Il repoussa un épais feuillage sur leur chemin et se baissa avant d'inviter Manami à en faire autant en silence.

Il la regarda alors, légèrement excusé de l'avoir embarqué avec lui, et murmura doucement :

- Quelqu'un arrive...

Il remarqua alors qu'il lui tenait encore la main. Par peur et gêne, il la relâcha alors et sur la surprise trébucha pour tomber en arrière. Cela fit un peu de bruit mais sûrement pas de quoi alerté les surveillants. Les deux jeunes n'avaient donc plus qu'à attendre que la place redevienne vide pour sortir. Toutefois, Takeo était quand même inquiet... le tas de fleur qui jonchait le fleur était trop perturbant pour que les surveillants ne s'arrêtent pas... Qu'allait-il se passer ?
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Lun 30 Juil - 18:19

L’herbe souple recouvrant le sol, les fleurs multicolores émanant un doux parfum de printemps, le ciel étoilé dont l’absence de nuages laissait révéler toute sa beauté…. Les deux étudiants n’auraient pas pu trouver –même s’ils étaient arrivés là par hasard- un meilleur endroit pour passer une si belle soirée, malgré toutes les péripéties qui étaient survenues. Comme il se faisait tard et que l’air se rafraichissait petit à petit, Takeo s’était défait de son blouson pour en faire bénéficier à la jeune fille et ainsi éviter qu’elle ne tombe malade. Après quoi il lui avait confié qu’il serait là pour elle si elle en avait besoin. Appréciant cette attention de sa part, elle s’était laissé aller à l’embrasser sur la joue pour le remercier et montrer à quel point ses paroles la touchaient.

Après alors recueilli un petit tas de diverses fleurs, elle entreprit de les faire se mouvoir en leur donnant plusieurs formes différentes. Bien que l’on pourrait croire qu’il s’agissait d’un exercice simple, le plus difficile était de les maintenir grouper de façon à ce qu’elles représentent des choses bien définies et ensuite de toutes les faires se déplacer en même temps. Mais heureusement elle avait l’habitude de le faire : à l’’orphelinat, les quelques enfants qui n’avaient pas peur d’elle adoraient la voir faire voler une multitude de petits objets lorsqu’ils n’arrivaient pas à se rendormir après un mauvais rêve. Elle vie le jeune homme se lever et commencer à applaudir. Ravie que le spectacle lui plaise, elle continua de plus belle en enchainant plusieurs formes. La suite se passa très vite….

Un peu plus loin, un bruit, puis une lumière traversa l’obscurité. Avant même qu’elle ne puisse assimiler ces informations, le jeune homme lui attrapa la main et l’emmena plus loin. En regardant derrière, elle put voir la lumière se rapprocher tandis que le lapin en fleur retourna sous sa forme un monticule d’herbe et de fleurs. Il l’amena jusqu’à un petit sous-bois qui se trouvait pas loin de leur position précédant et plongea dedans, repoussant branches, feuillages et fleurs. Il se baissa et incita la jeune fille à faire de même, ce qu’elle s’empressa de faire sans réfléchir. Elle regardait les fleurs qu’elle avait cueillies au loin, se demandant pourquoi il l’avait si soudainement mener ici. Lorsqu’il prit la parole, elle eut sa réponse.

- Quelqu'un arrive...

Elle comprit alors : si le fait que deux élèves manquaient dans leur dortoir après l’heure du couvre-feu pouvait passer inaperçu, le fait qu’il se soit produit un petit incident sur le toit et qu’ils étaient venus dans ce champs sans se préoccuper de se faire attraper ou quoi que ce soit, ça, ça ne passait pas inaperçu. Ils avaient dû être repérer par des surveillants faisant la ronde habituelle pour éviter justement les escapades nocturnes comme celle-ci. Elle sentit alors la main du jeune homme lâcher brusquement la sienne et lorsqu’elle le regarda, il était étalé sur le sol, tombé à la renverse. Elle se précipita vers lui pour s’assurer qu’il ne s’était pas blessé, mais étant donné qu’il était déjà baissé au moment de sa chute, il n’avait pas pu se faire bien mal.

A cet instant, un bruit étrange, comme le craquement d’une branche, retentit derrière eux. Manami se retourna vite pour voir d’où cela provenait, mais dans l’obscurité du sous-bois, il était impossible de voir bien loin. De plus, tout était calme, et il n’avait plus aucun bruit, et rien ne bougeait à part les feuilles dansant au-dessus de leur tête, balancées par le souffle de vent. Estimant qu’elle avait juste mal entendu, elle retourna son attention vers le petit champ où ils étaient installés un peu plus tôt. Les lumières, au nombre de deux, s’étaient considérablement rapprochées et en entendait même quelques voix qui ne semblaient pas être très loin. Manami se pencha sur Takeo pour s’approcher de son oreille pour ne pas à avoir à trop hausser la voix.

-Ils risquent de nous repérer. Viens on devrait aller un peu plus loin….

D’un geste de tête, elle montra l’obscurité qui cachait le sous-bois. Elle lui attrapa doucement la main pour le lever en même tant qu’elle, prenant soin d’essayer de rester hors de vue grâce aux buissons et feuillages. S’enfoncer ainsi n’était peut-être pas une si bonne idée, il y avait de fortes chances qu’ils se perdent mais à ce moment-là, elle ne savait pas bien s’il valait mieux se perdre ici, ou se faire prendre par les surveillants. Ainsi, ils marchaient ensemble, sans voir où ils allaient, l’absence de lumière les empêchant de voir à plus d’un mètre autour d’eux….





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Lun 30 Juil - 22:12

Il n'y avait rien à faire... les deux étudiants portaient la poisse. Il n'y avait que ça à dire. Quoi qu'ils fassent, des situations imprévues allaient et venaient, pimentant leur rendez-vous. Mais attention, ils n'allaient pas s'en plaindre, même loin de là. Au fond, ils appréciaient presque cela. Si une chose était sûr, c'était qu'ils pouvaient s'attendre à tout. Se soir là, et après l'épisode de la lévitation et des téléportations, c'était le tour de celui des surveillants. Oui, rappelons bien que les deux étudiants étaient encore dehors à une heure à laquelle s'était tout simplement interdit. Loin d'être silencieux, ils avaient dû se faire repérer par les surveillants qui faisaient leur ronde.

Takeo fut néanmoins assez réactif et emmena avec lui sa jeune compagne afin de se cacher. Il trouva, un peu plus loin, un sous-bois dans lequel ils pourraient se cacher. Le jeune homme avait été assez rapide sur le coup et pour ne pas faire de bruits, c'était contenté de prendre la main de la jeune fille pour la guider. Lorsqu'il remarqua avoir encore la main de Manami, il la relâcha par gêne, trébucha sur le coup. C'était à son tour d'être maladroit se soir. Après avoir indiqué que tout allait bien, il essaya tant bien que mal d'observer les lumières qui arrivaient. Elles étaient au nombre de deux. Il y avait donc deux surveillants qui approchaient. Takeo s'inquiéta alors un peu plus lorsqu'il remarqua le tas de fleur qui jonchait le sol, cela allait clairement attiser la curiosité des surveillants.

Bien évidemment, cela ne loupa pas et les deux surveillants s'approchèrent. Bientôt, les deux étudiants cachés arrivèrent à entendre leur discussion. Il était temps de bougé et Manami fut la première à réagir, proposant au jeune homme d'aller un peu plus loin dans l'obscurité du sous-bois. Elle lui prit alors la main et cette fois-ci, se fut elle qui le guida. Takeo la suivit alors sans broncher. Leurs pas étaient hésitants, incertains... il faut dire qu'on ne voyait pas grands choses vu l'obscurité. Cependant, malgré les quelques bruits de craquement sous leur pas, les deux surveillants ne semblaient ne rien n'entendre et ne rien voir. Ils étaient désormais sain et sauf, si l'on pouvait dire cela comme ça. Après quelques minutes, le sous-bois fut enfin passer et la lueur de la lune permis aux deux jeunes d'avoir une meilleure visibilité. Ils ressortirent alors de l'autre côté du sous-bois... Takeo, bien maladroit se soir, trébucha sur une dernière branche et tomba au sol, manquant de près d'embarquer la jeune fille avec lui.

- Ouch !

Il se remit vite débout et fit signe à Manami que tout allait bien. Chose à moitié vrai car son bras et son dos lui refaisait mal, mais pas la peine d'en parler. Le jeune homme regarda alors les alentours. Cette fois-ci, l'endroit ne lui disait absolument rien. Ils étaient probablement sortit de l'enceinte du pensionnat... Cela ne posait fondamentalement aucun problème pour le moment, mais quand ils décideraient de rentrer... ce sera bien autre chose. Bon, Takeo pouvait compter sur son pouvoir mais s'il n'arrivait pas à prendre Manami avec lui, il n'avait aucun intérêt à se téléporter seul. De toute façon, il n'allait pas la laisser ici, ce n'était même pas pensable. Mais pour l'instant, toutes ces questions n'avaient pas encore besoin de réponses.

- Tu crois qu'ils nous ont entendu ? J'imagine pas ce qu'on risque si on se fait attraper... Tu sais où on est arrivé ? Cet endroit ne me dit rien du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mar 31 Juil - 0:07

La malchance devait prendre un malin plaisir à s’acharner sur les deux étudiants car il ne se passait pas beaucoup de temps entre deux moments de répits avant qu’un mauvais tour vienne les surprendre. Jusqu’à maintenant ils s’en étaient toujours plus ou moins bien tirés même si parfois il y avait eu quelques dégâts d’ordre physique. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que leurs rencontres étaient animés et vivantes. Et puis même si leurs aventures étaient étranges sur le moment, ils en arrivaient toujours à en rire une fois que c’était fini. Et avec toutes les émotions qu’ils avaient eues ce soir, il allaient bien dormir cette nuit. Enfin s’ils parvenaient à rejoindre leur chambre, ce qui pour le moment était plutôt mal parti étant donné qu’ils s’étaient dangereusement aventurés dans un sous-bois sans lumière.

Ainsi ils marchaient sans savoir où ils allaient, leurs pieds hésitants se posant prudemment sur le sol pour éviter de tomber. Il y avait beaucoup d’hautes herbes, de branches, de buissons, de ronces et tellement d’autres choses, que même sans les regarder, la jeune fille savait qu’elle avait ses jambes recouvertes d’entailles et de petites plaies. Après un long et interminable chemin, ils purent enfin sortir du sous-bois duquel dépassait une dernière branche sur laquelle le jeune homme trébucha pour tomber au sol manquant de peu de faire tomber la petit blondinette avec lui. Alors que la jeune fille s’avança vers son ami pour l’aider à se relever et s’assurer qu’il ne s’était pas fait mal, celui-ci se releva aussi vite –ou presque- qu’il était tombé. Il lui fit signe que tout allait bien, ce qu’elle ne crut qu’à moitié, mais elle décida de ne rien dire. Après tout s’il avait mal, qu’il voulait s’arrêter pour se reposer ou même qu’il avait besoin d’aider pour marcher, il était assez intelligent pour le signaler tout seul.

Elle regarda autour d’elle pour voir où est-ce qu’ils avaient atterri cette fois. Derrière eux, le sous-bois qu’ils venaient tout juste de quitter. Devant eux, une large étendue d’herbes hautes, non entretenues, poussaient en cachant le sol. Juste à leur droite, à côté du sous-bois, un grand vois prenait place, sans doute pour marquer la limite du pensionnat. A leur gauche, il n’y avait rien d’autre de distinguables que la même étendue d’herbe et sèche. Ici l’atmosphère était bien différente de celle joyeuse qui régnait quelques instants auparavant. Peut-être était-ce dû au fait qu’ils s’étaient tous deux fait « poursuivre » par des surveillants, mais alors qu’un même frais soufflait sur le petit champ de tout à l’heure, ici pas une seule brise venait rompre le silence inquiétant de l’obscurité.

- Tu crois qu'ils nous ont entendu ? J'imagine pas ce qu'on risque si on se fait attraper... Tu sais où on est arrivé ? Cet endroit ne me dit rien du tout...

Elle le regarda un moment avant d’hausser les épaules en seule guise de réponse. Elle ne savait pas vraiment quoi répondre. Elle ne savait pas si les surveillants les avaient entendu –bien qu’elle supposait que non, sinon ils les auraient sans doute poursuivit dans le sous-bois, même elle n’en était pas sûre- et elle ne savait pas plus que lui où ils étaient. Les rares fois où elle allait se balader, elle restait sur le toit, dans la cours tout au plus. Elle ne s’était encore jamais aventurée aussi loin et elle commençait à douter qu’ils puissent retrouver facilement le chemin du pensionnat. Sa manie, comme l’appelait Takeo, reprit le dessus et elle recommença à se mordre nerveusement la lèvre qui ne mit pas bien longtemps avant de recommencer à saigner. Pendant le bref silence qui suivit, elle se passa la main sur ses cheveux pour vérifier que ses couettes étaient toujours bien maintenues même si ce n’était pas vraiment le moment. Et là, horreur. La fleur, une fleur identique à celle que son ami avait encore dans les cheveux et qui était censée être accrochée derrière son oreille, n’était plus là.

« Oh non, ma fleur…. Je l’ai perdu…… ! »

Elle tourna sur elle-même en regardant vers le sol pour voir si elle pouvait y trouver sa fleur. Mais rien. Il n’y avait rien d’autres que de l’herbe. Elle regarda en direction du sous-bois dans l’espoir d’y voir sa fleur pas loin, mais encore une fois il n’y avait rien. Lâchant un vague « je reviens ! » à l’intention du jeune homme, elle se précipita en courant dans le sous-bois dans lequel elle essaya tant bien que mal de revenir sur ses pas. Par un miracle des plus incroyables, au bout d’une dizaine de minutes, elle vit sur le sol sa magnifique fleur aux pétales bleus qui semblaient l’attendre sur le sol. Elle l’attrapa et avec le plus grand soin, elle la remit dans ses cheveux. Elle avait un grand sourire lorsqu’elle se releva, soulagée d’avoir retrouvé ce qui était le souvenir d’une si belle soirée. Elle se remit alors en route pour sortir du sous-bois et rejoindre son camarade qui devait l’attendre.

Seulement, après vingt bonnes minutes de marche, elle se rendit compte que le retour était beaucoup plus long que l’aller. Elle ne se souvenait pas non plus d’être passée devant ce grand chêne. Elle n’avait pas dû prendre le bon chemin. Elle ne savait même pas si elle était encore dans le simple sous-bois ou si elle était allé jusqu’au grand bois juste à côté. Elle s’arrêta et regarde autour d’elle. Ici l’air était beaucoup plus frais et le silence avait fait place à diverse petits bruits des plus douteux. Pire que tout, ça faisait maintenant cinq minutes qu’elle avait la sensation d’être observée. « Il faut se calmer. » « Mais je suis calme ! » Non, elle n’était pas calme du tout. Sa respiration ne cessait de s’accélérer, son cœur battait à tout rompre. Elle était perdue, seule, et dans un lieu où personne n’allait venir la chercher avant plusieurs décennies.

« Takeo…. »

Même si ce n’était qu’un murmure, elle l’appelait. Elle savait qu’il ne l’entendrait pas, qu’il ne viendrait pas, mais elle n’avait pas pu s’empêcher. Ensemble, même perdus exactement au même endroit, sans savoir comment sortir d’ici, elle se sentirait rassuré s’il était avec lui. Et d’un côté, c’était peut-être plus normal qu’elle le pensait, à deux on se sent toujours mieux dans une situation critique, non ? Un bruit, un craquement, une respiration se fit entendre derrière elle. Elle se retourna en même temps qu’elle sursauta, surprise par le bruit, ce qui fait qu’elle tomba les fesses en premières sur le sol. Elle en était presque sûre, il y avait quelque chose devant elle, dans l’obscurité. Toujours assise par terre à cause de sa chute, elle plissa les yeux pour tenter d’apercevoir que ce c’était, mais ne voulant pas s’approcher, elle reculait en restant à terre. Dans sa tête, une foule d’idées se poussaient à vitesse grand V concernant cette chose : un surveillant, un bandit, un chien errant, un loup, un sanglier, un ours, un extra-terrestre ?! Non peut-être pas quand même….





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mar 31 Juil - 11:37

HS : Pwaah ! Sa m'a pris plus de temps que prévu ! Bonne lecture :D

Fuyant les surveillants qui avaient brisés la sérénité de leur soirée, Manami et Takeo courraient désormais dans un sous-bois osbcures, en quêtes d'un endroit où se cacher. Se tenant par la main, les deux étudiants s'élancaient alors entre les branches d'arbres, faisant craquer moults branches sous leur pas. Sans réellement s'en rendre compte, les deux jeunes avaient tout de même couru pendant bien cinq minutes avant de retrouver la lueur de la lune. Après une légère chute sans gravité, le jeune homme pu observer ces nouveaux lieux. Il n'était clairement jamais venu ici et il était quasiment sûr que les élèves étaient sortis de l'enceinte du pensionnat. Le décor, même si toujours naturel, avait complètement changer. L'herbe douce et souple avait laissé place à un sol non-taillé, les fleurs étaient remplacées par des mauvaises herbes et le doux vent de soirée avait simplement disparu. Pour peu, le sous-bois marquait la frontière entre un petit paradis et un champ sans-vie.

Reprenant son souffle, le jeune homme avait alors questionné Manami au sujet des surveillants, puis, au sujet des lieux. Tout comme lui, finalement, elle ne savait pas grand chose. Aucun signe ne pouvait clairement affirmer que les surveillants les avaient découverts et tout comme lui, elle n'avait pas connaissance de ces lieux retranchés. Le jeune homme tapota alors ses habits sur lequel quelques feuilles s'étaient accrochés puis ses jambes avant de se rendre que celle-ci le picotaient un peu. C'était probablement dû à cette petite course dans les bois obscures. Si cela le picotait déjà lui, se devait être bien pire pour la jeune fille vêtue de l'uniforme scolaire. Alors que Takeo désirait savoir si la jeune fille allait bien, cette dernière semblait être perturbée. A la vue de ses mouvements de recherche, le jeune homme compris qu'elle avait perdu quelques choses. Il n'eut alors même pas le temps de lui demander quoi que cette dernière s'exprima au sujet de la petite fleurs qu'elle avait accroché, tout comme à lui, à ses cheveux. Par reflexe, le jeune homme toucha son oreille pour sentir que la petite fleur y était encore accroché. Lorsqu'il releva les yeux sur Manami, cette dernière était sur le point de s'enfiler de nouveau dans le sous-bois, lançant un "je reviens" dans la foulée. Takeo n'eut pas le temps de l'arrêter et elle s'engouffrant dans l'obscurité du sous-bois.

Takeo s'avança alors un peu mais l'a perdit vite de vue. Il s'arrêta alors pour rester à distance du champ. Il fallait au moins que l'un d'eux reste vers ce qui semblait être une sortie. Néanmoins, Takeo n'était pas serein. Il resta alors là, le stress montant de plus en plus en lui. Il commença alors à triturer ses doigts, signe d'angoissement. Les minutes parraissaient être des heures. Cinq... dix... Non, c'était trop long. Takeo se mit alors à appeler Manami, mais à voix basse. Il était clair qu'elle ne pouvait pas l'entendre. Devait-il alors crier ? Sous peine de rompre tout ce qu'ils avaient bâtit ? Leur discrétion ? Manami n'avait aucun prix et si Takeo devait hurler pour la retrouver, il le ferait. Il se donna néanmoins une chance. Il regarda une dernière fois le champ et fixa une légère pousse qui ressortait du sol. En cas de problème, cette image allait lui permettre de se téléporter pour revenir au point de départ, s'il en avait encore les capacités. Il s'élança alors ensuite dans le sous-bois. Il essaya de marcher à un rythme soutenu mais c'était quasi impossible. Des branches se mettaient sur sa route le bloquant tous les trois pas et encore. Dans un élan, le jeune homme se fit même griffé la pommette par une branche qui traînait par là. Il se frotta alors la joue qui le piquait légèrement mais ne s'arrêta pas pour autant.

Tout en marchant sans réellement savoir où il allait, Takeo appelait Manami. Le volume utilisé était normal, comme lors d'une discussion. Si elle se trouvait dans un périmètre de quelques métres, elle l'entendrait sans autres. Les minutes passèrent alors et le jeune homme compris qu'il s'était perdu. Cela devait faire bien 20 minutes désormais qu'il la cherchait. Il s'arrêta alors vers un arbre et souffla. Se frottant la tête, il sentit une nouvelle fois la fleur accroché à son oreille. Il la retira alors et la regarda tout en la faisant tourner par la tige. C'était une belle fleur blanche aux reflets bleux. Le jeune homme ne pu alors s'empêcher de penser aux yeux bleus de Manami. Il fallait qu'il la retrouve. Il coinca une nouvelle fois la fleur sur son oreille et décida de retourner à son point de départ. Avec de la chance, la jeune fille avait peut-être réussi à revenir entre temps. Il ferma les yeux et se concentra alors. Il revisionna alors l'image qu'il avait mémoriser. Les douleurs de son corps et les moults téléportations de la soirée l'avait tout de même légèrement usé. Il le sentait, mais il ne pouvait pas s'arrêter. Il se téléporta alors et revint dans le champ se situant après le sous-bois. Il appela alors Manami, haussant désormais le ton un peu plus mais aucune réponse. Il tourna alors son regard vers le sous-bois... on y voyait rien... mais elle devait être là-dedans... Takeo n'allait pas être tranquille avant de la savoir en dehors de cette enfer d'obscurité.

Le jeune homme s'approcha alors une nouvelle fois du sous-bois. Il eut un léger vertige sur le coup, contre-coup de son pouvoir, mais se mit tout de même en marche. Lorsqu'il repoussait les branches de ses mains, il sentait ces dernières trembler. De quoi tremblait-il ? De froid ? A cause de la fatigue ? Par peur ? C'était certainement un mélange de tout cela qui mettait le jeune homme dans une situation qu'il n'avait encore jamais connu. S'il avait déjà eu peur pour lui, c'était désormais pour une autre personne que son coeur battait à grandes vitesse, pour une autre personne que ses pensées étaient dirigés.

S'enfoncant une nouvelle fois dans les bois, il prit un rythme plus lent. Son corps était assez fatigué et cela allait lui permettre de mieux observer dans l'obscurité. Cela lui permettait aussi de ne pas se blesser de nouveau avec une branche. Sa joue le piquait encore assez fortement comme ça. Takeo avançait alors dans le sous-bois, guider par l'instinct. Il avait beau appelé son amie, aucune réponse ne se faisait entendre. Bon sang, ce sous-bois n'avait pourtant pas l'air si grand... l'avait-elle laisser tomber ? Cette idée lui traversa la tête même s'il préfèrait se dire que ce n'était pas le cas. Après quelques minutes et s'être une nouvelle fois complètement perdu, Takeo s'arrêta, s'appuyant contre un arbre.

- Bon sang... Je la retrouverai jamais...

Il commençait doucement à perdre espoir. Pour peu, il se serait mis à hurler son prénom jusqu'à entendre une réponse au loin, peu importe où. Manami pouvait être n'mporte où mais tout ce qui importait le jeune homme c'était qu'elle soit en sécurité et en bonne santé. Il ferma les yeux afin de réfléchir. L'unique solution était de crier... il ne voyait rien d'autre. Tant pis pour les surveillants, tant pis pour leurs secrets, cette soirée.... cette situation était devenu ingérable. Toutefois, juste avant de crier, Takeo eu une drole de sensation. Il sentit son corps partir. Il avait l'impression d'être au bord d'une falaise en équilibre et sur le point de chuter. Dès qu'il fermait les yeux, le visage de la jeune fille lui apparaissait et la sensation augmentait. Guider par ses pulsions, ses désirs et autres forces, son pouvoir semblait vouloir exploser. Cette téléportation allait, peut-être, être celle de trop mais peu importe. Il ferma les yeux, crispa son corps et pensa fortement à Manami avant de disparaître. Lorsqu'îl rouvrit les yeux, le décors n'avait pas changer, il faisait encore noir. Toutefois, en tournant sa tête, il remarqua un peu plus loin un élément plus clair. Il se mit alors à courir. L'obscurité baissant, il reconnu les cheveux blonds de Manami. Il cria alors une fois nom, sans contenir sa joie et la rejoignit. Il arriva dans le dos de la jeune fille qui était assise, fixant l'obscurité devant elle.

- Manami, ça va ? Tu m'a fais une de ses peurs...

Il regarda le visage de son amie et celle-ci semblait apeuré par quelques choses. Sa position était défensive, comme si quelques choses se trouvait... devant elle. Les deux jeunes entendirènt alors un grognement canin. Probablement un loup ou un chien errant. Il était juste devant eux. L'arrivée du jeune homme devait lui avoir fait peur. Takeo prit alors une main de Manami et glissa son bras sous l'un des siens pour l'aider à se souler doucement.

- Il faut partir...

Lorsque les deux jeune se tenirent debout, Takeo se positionna devant Manami, affrontant de face les grognements animals qui devenaient de plus en plus insistant. Le jeune homme se mit alors à reculer, tout en tenant la jeune fille derrière lui. Il ne pouvait lui dire de partir en courant sous peine que l'animal court lui aussi. Il n'y avait quasiment aucun échappatoire pour les deux jeunes et Takeo n'avait plus la force d'utiliser son pouvoir. De plus, sa tête s'était gentiment remise à tourner. De toutes les situations qu'ils avaient vécu ensemble, celle-ci était probablement la plus critique de tous. A tout moment, un loup ou un chien errant pouvait désormais leur sauter dessus. Takeo avait beau réfléchir, il n'y avait que la fuite qui était une option. Il ne savait pas s'il était encore capable de courir longtemps... mais il allait tout donner. Lui était à sec niveau pouvoir mais peut-être que Manami pouvait faire quelques choses... Il se tourna alors légèrement vers elle, cachant toutes inquiétudes. Sur le moment, 1001 choses lui traversèrent l'esprits... Il aurait pu la prendre dans ses bras, lui demander pardon, lui promettre que tout cela allait bien se finir, quitte à mentir... Il décidit alors sa main et pris celle de la jeune fille avec de la serrer légèrement.

- A 3... On ne s'arrête pas... 1.... 2.... (...)
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mer 1 Aoû - 0:54

Heum... Jsuis crevée, alors j'ai pas relu, donc pardonne moi pour les fautes >.<

Une chose que Manami adorait plus que tout, c’était courir. Courir, se défoncer, dépasser ses limites, se demander jusqu’où on peut aller, sentir l’adrénaline monter doucement dans chacune des parties de son corps. Mais une chose qu’elle adorait quand elle pratiquait les différents sports, c’était de pouvoir tout gérer. Savoir quand elle commence, décider quand elle arrête, ce qu’elle faisait, comment elle pouvait le faire. Sa seule est unique limite étant elle-même, étant parfois capable de passer outre la fatigue de son corps pour pouvoir courir cinq minutes de plus, être libre un peu plus longtemps. Et malgré la forte dose d’adrénaline qui jaillissait en elle à ce moment précis, elle ne contrôler rien, et elle aurait tout donné pour que cette situation s’arrête. Assise par terre après une petite chute, elle était perdue dans les bois, seule, après s’être stupidement séparé de Takeo. Les jambes ouvertes de partout, la respiration haletante, le cœur battant si vite qu’elle en ressentait chacun des coups, elle était prête à craquer, à fondre en larmes, et à se laisser attaquer par cette chose tapi dans le noir.

Non, elle n’allait pas se laisser faire. Hors de question. Elle avait beaucoup trop de solutions qui s’offraient à elle –même si tout de suite, elle n’en voyait aucune….- pour se laisser abattre si facilement. Oui, elle allait se lever et affronter la menace. Si ça se trouve, elle était juste victime d’une hallucination provoquée par le mélange de la peur et de la fatigue ? Oui, il n’y avait certainement rien. Elle allait donc se lever et partir à la recherche de son ami. Ils allaient retrouver la route du pensionnat ensemble. Ils allaient rentrer ensemble. Et demain, ils riraient ensemble de cette drôle de soirée. Ou peut-être qu’ils essayeraient de faire comme si tout cela n’était jamais arrivé, oubliant ce bois obscure et tout ce qui s’y trouvait dedans. Non, elle ne voulait pas. Chaque moment passé avec le jeune homme avait une grande importance pour elle. Elle ne voulait les oublier pour rien au monde. Au moment où elle réussissait presque à ce convaincre qu’il n’y avait rien d’autres que des bêtes inoffensives dans ce bois et que tout allait s’arranger, un nouveau craquement se fit entendre, cette fois-ci juste derrière elle.

- Manami, ça va ? Tu m'a fais une de ses peurs...

Cette voix…. C’était celle qu’elle avait tant attendu, celle de Takeo. En tournant la tête, elle le vit, essoufflé, un visage inquiet, blessé et ce n’était surement pas la seule blessure qu’il avait. Elle lui était tellement reconnaissante d’être venu que les larmes lui montaient aux yeux. Mais en même temps elle s’en voulait terriblement. La dernière fois qu’elle l’avait vu, il n’avait pas cette blessure sur la joue, elle en conclu qu’il se l’était faite en venant la chercher. Et qui sait ce qu’il s’était encore produit pendant qu’ils étaient séparés. Elle n’aurait pas dû partir, elle n’aurait pas dû le laisser seul à s’inquiéter pour rien, mais cette fleur représentait tellement pour elle. Alors qu’elle se sentait prête à lui sauter dans les bras en le remerciant d’être venu, un grognement lui rappela brusquement la situation critique dans laquelle ils étaient maintenant tous les deux. Regardant vers l’endroit d’où elle était venue cinq minutes plus tôt, elle vit brièvement quelque chose dans le noir. Un bruit, un mouvement, un grognement plus tard, elle voyait maintenant précisément deux petits yeux luisant à la lueur de la lune dont la lumière était filtrée par les branches hautes des arbres. Un loup, un chien errant un peu trop sauvage dans le meilleur des cas.

Le jeune homme s’approcha s’elle sans qu’elle n’ait pu lui répondre. Il se baisse, lui prit la main et l’aida doucement à se relever l’aidant avec son autre bras. I proche de lui pendant un instant, elle put voir que la blessure sur son visage était quand même assez profonde et devait lui faire bien mal. Il n’aurait pas dû venir. Il aurait dû rester à la sortie du sous-bois, là-bas il était en sécurité au moins. Ou mieux, il aurait dû rentrer au pensionnat. En aucun cas il aurait dû abandonner sa sécurité pour venir la chercher. Il dit qu’il faut partir, oui mais comment ? Avant même qu’elle n’est pu faire un geste, il se plaça devant elle, devant les grognements qui se faisaient de plus en plus fort. Il reculait, la faisait reculer à son tour, lentement, sans faire de gestes brusques, pour ne pas agiter la bête. Il fallait qu’ils agissent, et au plus vite.

La petite blonde leva ses yeux bleus vers les hauteurs du bois. Avec un peu de chance –peut-être sous l’emprise de la peur et de l’adrénaline- elle réussirait à les faire léviter un peu ainsi qu’à les déplacer, si ce n’est pas jusqu’à la sortie du bois, au moins jusqu’à être hors de portée de la bête sauvage. Impossible. Il y avait trop de branche, elle risquait de les blesser et de les faire retomber en moins d’une minute. Et même si par miracle à arrivait à les maintenir en l’air à une bonne distance et du sol et des branches, jamais elle ne pourrait assez contrôler leur lévitation de façon à éviter tous les obstacles sur leur chemin et le résultat serait le même. Elle tourna alors son regard vers le chien errant ou le loup qui semblait aussi lentement que eux reculaient. Même si elle arrivait à le faire se déplacer, ça ne durerait pas bien longtemps, et au moment où elle reprendrait son chemin, il la suivrait, tel en était son pouvoir. Takeo se tourna légèrement vers elle et lui prit la main. Pendant un instant son cœur oublia de battre, son corps entier étant trop préoccupé à le regarder

- A 3... On ne s'arrête pas... 1.... 2.... (...)

Ils allaient donc courir, la façon de sortir de ce pétrin. Dès qu’il prononça le « trois » fatidique, ils se mirent tous les deux à courir dans le sens opposé de la bête sauvage. Ils ne se parlaient pas et pourtant ils prenaient exactement le même chemin, la même trajectoire, sans même réfléchir. Ils couraient, main dans la main, sans faire attention aux ronces qui leur entaillaient plus ou moins profondément les jambes, ni aux branches qu’ils se mettaient parfois dans la figure ou dans le ventre, pas plus qu’ils ne faisaient attention aux petits tas de terre sèche contre lesquelles ils buttaient de temps à autre. Elle n’avait aucune idée de la position de la bête, si elle était juste derrière, ou si elle n’avait pas pris la peine de les prendre en chasse. Mais elle ne pouvait pas prendre le risque de se retourner pour regarder derrière elle. Jusqu’à un moment où la jeune fille mit le pied dans un trou un peu plus profond que prévu. Se tordant la cheville, elle tomba et glissant sur le sol, entrainant de peu son ami qui fut obligé de s’arrêter momentanément puisqu’ils se tenaient toujours par la main. Elle se releva mais ne put faire un pas sans tomber de nouveau. Sa cheville gauche était particulièrement douloureuse. « A 3... On ne s'arrête pas... ». Il avait raison, ils ne devaient en aucun cas s’arrêter. Essayant de contenir sa douleur autant qu’elle le pouvait en se mordant férocement la lèvre, elle se releva et se remit à courir en boitant.

Après un loin moment de course sans interruption –ou un court moment, elle avait perdu la notion du temps- ils arrivèrent enfin à sortir du bois. Ils étaient à présent au bord d’une petite route de terre bordée par des lampadaires qui diffusaient une faible lueur jaunâtre. La jeune fille reconnu très bien cette route, c’était celle-là même qu’elle avait empreinte le jour de son arrivé pour aller jusqu’au pensionnat. A présent, ils étaient sûrement hors de danger. Elle lâcha alors lentement la main de Takeo et s’avança en boitant jusqu’à rejoindre le milieu de la route. Là, éclairée par une lumière qu’ils n’avaient pas vu depuis au moins une heure, elle se lassa tomber à genoux au sol. Sa respiration était plus calme bien qu’elle était essoufflée par cette longue course, et son corps était agité de sanglots alors que la seule chose qui coulait sur son visage était le sang qui sortait de ses lèvres.

« Désolée… Tout ça… C’est ma faute…. Stupide… »

Elle enleva lentement le manteau qu’il lui avait gracieusement prêté pour qu’elle n’attrape pas froid. Maintenant, elle estimait qu’elle ne le méritait plus. Il était un peu abimé ici et là, mais rien de bien méchant. En revanche il avait joué un parfait rôle de protection dans la course. Les bras de la jeune ne portaient aucune autre marque que celle des frissons qui traversaient son corps. Elle serra le blouson contre elle puis sans se retourner, elle le déposa derrière elle, le poussant vers le jeune homme resté à la lisière du bois. Elle leva les yeux vers le ciel et clignant plusieurs fois des paupières, autant à cause de la lumière qui l’aveuglait que des larmes qui embuaient ses yeux bleus. Ce qu’elle allait dire lui faisait mal, encore plus mal que les écorchures sur ses jambes, beaucoup plus mal que sa cheville qui enflait doucement. Elle ferma les yeux et prit une grande inspiration pour parler d’une voix la plus calme possible, bien qu’elle reflète toute la peine qu’elle avait à prononcer ces mots.

« On devrait arrêter les dégâts… Je te porte définitivement la poisse…. Si…. Si on arrêtait de se voir…. Ca…. Ça serait mieux pour toi….. »





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mer 1 Aoû - 11:12

La soirée avait probablement atteint son paroxysme en ces instants. Takeo se trouvait alors dans le sous-bois entourant le pensionnat à la recherche de Manami. Si l'histoire était au début assez bête, elle avait pris des proportions assez grosses pour que le jeune homme dans cette situation bien difficile. Cela faisait bien une dizaine de minutes qu'il combattait branchage et compagnie pour se glisser dans sous-bois. Malgré la noirceur des yeux, il tentait au mieux de voir ou, au moins, d'apercevoir son amie. Elle pouvait être n'importe où... dans les bois, de l'autre côté, peut-être rentrer de peur de se perdre en revenant ? Takeo s'était déjà téléporter une nouvelle fois à leur emplacement de départ mais aucun signe d'un quelconque passage de Manami ne pouvait le rassurer. Il s'était donc lancer une nouvelle fois dans les bois. C'est alors qu'une chose que lui-même ne pouvait réellement expliquer se passa. Il sentit son corps partir. Cette sensation, c'était exactement la même que lorsqu'il voulait se téléporter... sauf que là, ce n'était absolument pas volontaire. Plus il pensait à Manami, plus les sensations devenaient. Il décida alors de s'abandonner à son pouvoir et disparu dans la noirceur du sous-bois apparaître pour une nouvelle fois dans le noir. Toutefois, un point clair était visible un peu plus loin, comme la lumière que l'on verrai du bout d'un tunnel. C'est en s'approchant qu'il reconnu Manami.

Il l'avait donc finalement retrouver mais les choses n'étaient de loin pas encore fini. Lorsqu'elle se retourna vers lui, le jeune homme pu voir le visage inquiet de la jeune fille, les larmes aux yeux. Il lui fit alors un sourire pour la rassurer jusqu'à ce qu'un grognement sorti de l'ombre se fasse entendre. Peut-être était-ce un loup ? Un chien errant ? Peu importe au final... L'animal n'avait pas apprécier l'irruption du jeune homme et devenait menaçant. Takeo aida alors Manami a se relever et se mit devant elle pour la protéger. Ils reculèrent ensuite doucement, sans faire aucun geste brusque. Il avait beau réfléchir à 1001 solutions... la seule qui était viable et sûre était celle de courir. Si son corps lui faisait bien mal, cela allait être le dernier effort qu'il allait lui demander. Restant calme, il s'était alors tourner vers la jeune fille, lui demandant de ne pas s'arrêter après le décompte fatidique. Lorsque le départ fut donné, les deux élèves se mirent à courir, guider par leur instinct. Main dans la main, il se faufilait entre les feuillages et branches du sous-bois. Bien évidemment, c'était pas sans douleur. De temps à autre, une branche pouvait se trouver sur le chemin ou une racine voir des trous pouvaient les faire trébucher. Ce qui devait forcément arriver, arriva alors. Manami trébucha. Ne la lâchant pas, Takeo s'arrêta et aida la jeune fille à se relever avant de se remettre en cours. Il remarquait que le rythme de course avait diminuer, elle devait s'être fait mal.

Après un temps indéterminé, les deux élèves ressortirent du sous-bois pour débarquer sur une route de terre illuminée par quelques lampadaires à la lumière jaunâtre. Les deux jeunes se séparèrent alors. Manami s'avança sur la route avant de se laisser tomber sur ses genoux. Takeo, lui, s'était adossé à un arbre et reprenait son souffle après une course pareille. Son corps était tout endoloris. Sans parler des écorchures qu'il avait... m'enfin, il était désormais en sécurité car l'animal des bois ne semblait pas vouloir s'approcher de la route, probablement apeuré par les lumières. Les lumières qui suffisaient à elle-même à éblouir le jeune homme qui n'avait pas vu de lumière depuis un petit moment. Revenu à lui malgré une douleur généralisée, le jeune homme regarda désormais Manami, s'inquiétant aussi de son état. Cette dernière s'était mise à sangloter. Pleurait-elle ? Le jeune fille alors un léger pas vers elle mais s'arrêta dès qu'elle prit la parole. Elle s'excusa alors avant de se dévêtir du manteau du jeune homme. Ce dernier était légèrement abimé, tout comme les vêtements que Takeo portait désormais, mais cela ne le dérangeait pas. Le jeune homme pu remarquer qu'en plus d'avoir réchauffer la jeune fille, le manteau l'avait en plus protéger dans le sous-bois. Elle le serra contre elle et le posa dernière. Toujours dos au jeune homme, elle leva alors les yeux vers la lumière et entama un léger dialogue. Le ton était calme mais fébrile au possible. Le jeune fit alors un pas de plus vers, un deuxième, puis s'arrêta net.

Ce qu'elle avait dit ? En gros qu'ils devaient se séparer. Elle expliqua porter la poisse au jeune homme et que pour son bien... il fallait arrêter tout cela. Ces propos ne firent absolument pas plaisir au jeune homme, le blessant même intérieurement. Le message était assez compliquer à comprendre. Voulait-elle se débarrasser de lui ? Elle pouvait, elle avait des raisons. A force d'aventures, elle en avait peut-être marre... elle voulait peut-être qu'il s'en aille, c'était trop. Takeo ne savait absolument pas quoi penser... Son coeur s'était accéléré... Il soupira alors avant de se mettre en marche pour s'avancer vers elle. Il se baissa alors et prit le manteau soigneusement poser sur le sol.

- Si c'est ton désir que je parte....

Il déplia le manteau et le posa sur les épaules de la jeune fille avant de faire le tour de celle-ci et se remettre devant elle.

- Et bien je partirai... je peux comprendre...

Il se baissa alors pour arriver à son niveau et s'approcha de son visage. Son visage abimé et sali afficher une mine assez neutre, mais ses lèvres formèrent doucement un sourire. Le visage de la jeune fille avait comme lui quelques écorchures. On pouvait distinguer des larmes noyant doucement les yeux bleus de la demoiselle. Sans rien faire de plus, il rajouta à sa phrase...

- Mais moi... J'ai pas envie de partir... Peu importe ce qui peut arriver encore...

Il lui fit ensuite un nouveau sourire et malgré son état, le sourire était honnête. C'était donc à elle de voir ce qu'elle voulait. Takeo ne partirai qu'à une condition : qu'elle le souhaite. Il était hors de question qu'elle s'imagine des choses et lui demande de partir pour son bien... car depuis qu'il était arriver à Aomori, les seuls moments "biens" étaient en sa compagnie....
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mer 1 Aoû - 15:32

Plus la soirée avançait, plus les évènements s’enchainaient, devenant de plus en plus dangereux. Alors que Manami était naïvement retourné dans le sous-bois pour retrouver sa précieuse fleur qu’elle avait perdu en fuyant les surveillants, elle s’était vite perdue dans le bois se situant juste à côté. Elle avait tourné en rond pendant un bon moment avant qu’elle ne se rende compte qu’elle n’était pas seule. Derrière elle se trouvait une bête sauvage, attendant discrètement dans l’ombre. Quand elle s’en rendit compte, elle tomba au sol de surprise. Peu de temps après, Takeo arriva derrière elle et entreprit de l’aider à se lever et se plaça devant elle pour la protéger. Alors qu’elle essayait du mieux qu’elle pouvait de trouver une solution, peut-être en s’aidant de son pouvoir, le jeune homme lui fit comprendre qu’à la fin de son compte à rebours, ils devraient déguerpir le plus vite possible en courant. Et c’est ce qu’ils firent.

Ils se mirent à courir aussi vite qu’ils pouvaient à travers le bois, main dans la main. La jeune fille tomba, se blessa à la cheville, mais ils reprirent leur course sans attendre, ne sachant pas si le chien errant ou le loup les poursuivait ou non. Enfin, ils finirent par réussir à sortir du bois, arrivant sur la petite route de terre illuminée qui conduisait jusqu’au pensionnat Aomori. Enfin, ils avaient l’occasion de reprendre leur souffle. Elle lui lâcha alors la main pour aller rejoindre le milieu de la route. Cette lumière qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de voir depuis un moment lui faisait un bien fou. Mais elle était préoccupée par autre chose : elle avait blessé son ami et l’avait mis en danger. Elle ne supportait pas cette idée. Elle enleva le manteau qu’il lui avait prêté et le déposa doucement derrière elle après l’avoir serrait dans ses bras. Ce qu’elle dit ensuite la brisa intérieurement. Mais elle devait le faire, elle devait lui faire comprendre qu’elle ne voulait pas le blesser encore. Elle n’avait aucune envie de mettre un terme à leur amitié, de ne plus le revoir. Tout ce qu’elle voulait c’était tenir sa promesse, lui offrir des souvenirs qui le feraient sourire lorsqu’il y repenserait, juste passer des moments agréables ensemble. Mais pas au prix de l’entrainer dans des mauvaises aventures où il se blessait à chaque fois.

Elle l’entendit alors bouger et s’avancer. Peut-être allait-il prendre son blouson et partir ? Non, il n’était pas de ce genre-là. Mais il devait sûrement en avoir marre de tout ce qui leur arrivait quand il restait ensemble. Il avait dû être dans une rage noire quand il l’avait vu partir toute seule dans le sous-bois et plus encore lorsqu’ils s’étaient fait poursuivre par une bête sauvage. Il devait en avoir assez de ses caprices. Elle sentit alors quelque chose sur ses épaules et en tournant la tête elle put voir qu’il lui avait remis le manteau sur les épaules. Il se mit alors face à elle, se baissant pour que leurs visages puissent être à la même hauteur. Il avait des tâches dues aux blessures qu’il s’était fait dans le bois et pourtant il affichait un doux sourire. Il parlait mais la jeune fille ne l’entendait qu’à moitié. Elle regardait ses yeux et ne descellait aucune haine, aucune colère dans son regard, comme s’il ne regrettait rien de cette soirée, ce qui pour elle était impossible. Alors qu’il avait arrêté de parler, ses paroles atteignaient enfin le cerveau de la jeune fille qui mit un certain temps avant de comprendre. Il pouvait partir, mais il n’en avait pas envie. « Peu importe ce qui peut arriver encore ».

A ce moment-là elle voulut faire mille et une choses. Le prendre dans ses bras, s’excuser, crier qu’elle ne voulait pas qu’il parte, s’excuser encore, fondre en larmes contre son épaule, s’excuser et bien d’autres choses encore. Mais elle ne pouvait pas. Lui il acceptait de rester avec elle malgré tout, elle ne pouvait pas de résoudre à paraitre faible devant lui. Elle leva alors la main, sans faire tomber le blouson, et la posa sur celle de Takeo. Alors qu’elle n’avait du sang sur son visage qu’à cause de ses lèvres ouvertes, lui était marqué par beaucoup plus d’entailles profondes sur le visage. Elle glissa alors lentement sa main sur sa joue de sorte à enlever le sang qui y était, en faisant tout son possible pour ne pas lui faire mal. Elle abordait un petit sourire, et même s’il était timide, il était au moins aussi sincère que celui qui lui offrait. Elle le détailla alors avec ses yeux, s’attardant sur ses cheveux en bataille façon guerrier remplis de feuilles, ses yeux bruns qui savaient la rassurer, et ce sourire qui était toujours là, peu importe la situation. Elle lâcha alors le visage de son ami avant de détourner le regard et de murmurer un léger « merci ». Maintenant elle s’osait plus le regarder, sans savoir pourquoi, peut-être parce qu’elle pensait avoir abusé de sa gentillesse. Elle se mordit à nouveau la lèvre pour s’empêcher de le prendre encore une fois dans ses bras. Elle se leva et lui tendit la main pour l’aider à faire de même, prenant toujours le soin d’éviter son regard.

« Il nous reste pas mal de route avant d’atteindre le pensionnat. On devrait s’y mettre tout de suite…. »

Elle regarda des deux côtés de la route pour évaluer à peu près la distance entre eux et les porte de l’école. Il jugea qu’ils étaient entre trente et quarante minutes de marche. En temps normal. Le problème était qu’avec la fatigue accumulé durant toute la soirée en plus des diverses blessures qu’ils avaient, ils allaient sûrement mettre beaucoup plus de temps que prévu pour rentrer au pensionnat. Elle ne pouvait pas prendre le risque d’utiliser son pouvoir sur eux dans l’état où ils étaient car si elle en perdait le contrôle cela pourrait être plus grave que la derrière fois. Elle se tourna vers Takeo et regarda son corps. Les parties sont couvertes présentaient de nombreuses entailles plus ou moins profonde, mais il ne s’était pas plaint une seule fois d’avoir mal quelque part. Et pourtant il devait bien souffrir. Elle s’approcha de lui en le regardant comme si elle espérait voir à travers les habits où est-ce qu’il s’était fait mal. Elle leva la tête vers son visage mais évitait toujours son regard.

« Est-ce que tu vas pouvoir marcher jusqu’à là-bas ? »





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mer 1 Aoû - 18:19

Les deux jeunes étudiants semblaient être enfin arriver au bout de leur peine. Il faut dire qu'ils avaient vécu une soirée pas comme les autres. Après une escapade folle dans l'un des sous-bois les plus sombre possible, les deux jeunes étaient arrivé sur une vieille route de terre illuminaient par des lampadaires dont l'âge se reflétait sur les lumières jaunâtres. Ce répit fut la bienvenue et chacun de leur côté, les deux amis se remettaient de tout ce qui s'était passé. Takeo était assez mal en point. Il avait de nombreuse éraflure sur le visage, les habits... mais en globalité, ce n'était pas des très grosses blessures. Sur l'ensemble, cela paraissait grave... On peut dire que sa piquait bien. Manami exprima alors son désir de ne plus attirer d'ennui au jeune homme. Pour cela, elle l'invita, d'une certaine manière, à se séparer d'elle. Ses mots blessèrent grandement Takeo qui lui ne désirait pas partir... Il exprima alors son mécontentement et expliqua à Manami qu'il se séparerait d'elle que si elle le désir. Lui, il ne la quitterai pas, peu importe ce qui pourrait arriver. Suite à cela, un léger silence pris place. Les deux jeunes se regardait. Takeo esquissait un sourire des plus sincères. Si il avait une tête de guerrier, son sourire reflétait toute la douceur et gentillesse qu'il avait en lui. L'instant fut alors étrange... Leur regard était fixe, l'un dans l'autre et pendant quelques secondes, on aurait pu croire le temps s'arrêter entre eux. Ce que Takeo venait de dire n'était que l'expression de son coeur. Le lien qu'il avait tisser avec Manami était bien trop cher à ses yeux pour le rompre.

La jeune fille leva alors sa main et le jeune la regarda faire du regard. Elle la posa alors sur sa joue. Takeo se sentit alors légèrement gêné sur le moment. La main de Manami était douce, rassurante.. chaude. Elle la frotta alors doucement, probablement pour la nettoyer un peu. Le geste n'était pas brusque et ne faisait donc pas trop mal. Sa piquait un peu tout de même. Le silence de cet instant fut alors briser par la jeune fille qui laissa s'échapper un petit "merci" de sa bouche. Takeo baissa alors légèrement de la tête pour montrer que tout cela n'était rien. Elle se releva ensuite et aida le jeune homme à en faire autant. La suite du programme était donc de rentrer. Par chance, Manami semblait connaître le coin. Un peu de chance tout de même. Takeo remarqua toutefois une chose intrigante... elle n'osait plus le regarder ? Avait-il dit ? Fait quelques choses ? De mal ?

Manami le coupa alors dans ses pensées. Lui demandant alors, tout en esquivant son regard, s'il allait pouvoir marcher jusqu'à là-bas. Si Takeo ne savait pas trop ce que "jusqu'à là-bas" voulait signifier, il compris que le pensionnat n'était probablement pas à cinq minutes de marche. La question de la jeune fille était alors tout à fait normale car Takeo était vraiment dans un sale état. Il avait les cheveux en bataille, le visage écorché à divers endroits et salie par un peu de terre. Ses vêtements étaient aussi des victimes de branchages et présentaient quelques déchirure ça et là. Cela donnait alors un drôle d'air au jeune homme qui était passer de premier de la classe à sauvage des bois. Au niveau de la douleur, Takeo ressentait des picotements un peu partout sur son corps. Quelques écorchures lui faisaient un peu mal que d'autre. La fatigue était aussi présente, chose normal après une nuit pareille... Il était à bout. Si l'option était viable, il aurait tenté une téléportation jusqu'au pensionnat. Malheureusement, il savait pertinemment qu'il n'y arrivait pas. Rien que se concentrer sur un point précis était impossible. Toutefois, même si la marche allait être rude, il ne pouvait pas flancher maintenant et devant elle.

- Oui oui... sa devrait aller je pense...

Ils se mirent alors en marche et instinctivement, le jeune homme laissa passer Manami devant. C'était peut-être car elle connaissait la route ? Ou simplement car elle avait un rythme un peu plus soutenu que le sien. Le jeune homme remarqua alors qu'elle boitait toujours, c'était léger mais pas anodin. Il accéléra alors le pas et se remit à son niveau. Il lui demanda de s'arrêter.

- Depuis que tu as trébuché dans les bois, tu boites un peu... c'est peut-être grave, attend...

Il se baissa alors et s'approcha du pied meurtri. Plus près, il put aussi voir le nombre d'écorchure plus ou moins profondes que présentaient les jambes de la demoiselle. Il posa alors doucement ses mains sur le pied de la jeune fille et tâta doucement. Il ne mit pas longtemps pour sentir un léger enflement. Il comprit rapidement que c'était une foulure. C'était toujours mieux qu'une cassure de la cheville mais si Manami forçait trop, des béquilles allaient peut-être devoir être utilisé dès demain. Le jeune homme se releva alors. Il ne chercha pas à capter le regard de la jeune fille. Si celle-là désirait l'esquiver, autant ne pas la forcer à l'affronter...

- Tu t'es foulée la cheville... Tu ne peux pas continuer comme ça jusqu'au pensionnat...

Takeo savait qu'il allait faire quelques choses qui n'allait pas plaire à Manami. Elle qui déjà s'en voulait de lui attirer le malheur, elle n'allait pas en plus apprécier qu'il se sacrifie légèrement pour elle... et pourtant c'est ce qu'il allait faire, qu'elle le veuille ou non. Le jeune homme aurait pu par exemple porter son amie sur le dos. Mais cette option était impossible dans son état. Il se contenta alors de la soutenir. Pour cela, il se positionna du côté de la blessure et passa son bras sous celui de la jeune fille. Il plia très légèrement les genoux, pour compenser le fait qu'il soit plus grand et se remit doucement en marche, tout en tenant Manami. De cette manière, elle allait pouvoir s'appuyer sur lui et non sur son pied. Si cela allait complètement épuisé le jeune homme, la cheville de Manami allait pouvoir souffler un peu. Takeo était assez doué avec les petites blessures. Il faut dire que lorsque l'on vit tout seul durant deux ans, on apprend à se débrouiller y compris à soigner ses petits "bobos".

Le rythme de marche était assez lent, mais ils allaient bien y arriver un jours. Tout en suivant les lumières de lampadaire, le jeune homme regardait ça et là. Le ciel étoilé était une nouvelle fois visible donnant à cette fin de soirée une ambiance des plus douces. Cela devient bien faire maintenant dix minutes que les deux élèves marchaient... dans le silence. Cela devenait tout de même pesant.

- Sacré soirée quand même non ? En tout cas... sa nous fera déjà un souvenir que l'on partage !

Il laissa s'échapper un petit rire et retira la fleur qui n'avait, par chance, pas quitter son oreille. Il la mit devant son visage, la faisait tourner par la tige.

- Et j'ai sa en guise de souvenir physique ! On me la piquera pas en tout cas !

Il la remit en place et continua de marcher. Si ce qu'il disait n'avait pas un intérêt énorme, c'était pour lui, mieux que le silence et cela pouvait au moins détendre l’atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Mer 1 Aoû - 20:22

Le calme était enfin revenu après cette soirée plus que mouvementée. La course poursuite dans les bois avec la bête sauvage avait grandement fatigué les deux étudiants en plus de les avoir blessé. A contrecœur, la jeune fille avait signalé qu’il se meilleur pour le jeune de ne pas rester avec elle. Après tout, si elle ne lui avait pas envoyé ce message pour l’inviter à une heure tardive à venir discuter sur le toit, ils ne se seraient jamais retrouvés dans cet état hors de l’enceinte du pensionnat. Après avoir ressenti un grand sentiment de joie de pouvoir passer du temps avec celui qu’elle considérait comme son nouvel ami, c’était un affreux sentiment de gêne et de mal être qui s’apparait d’elle, à tel point qu’elle n’osait plus croiser le regard du jeune homme. Elle n’aimait pas l’idée de lui faire du mal, autant physiquement que intérieurement, mais elle ne supportait pas non plus le fait qu’il soit blessé à chacune de leur rencontre, surtout par sa faute.

Avant de se mettre en route pour aller au pensionnat, elle voulait tout de même s’assurer qu’il était tout de même assez en forme pour y parvenir et que ses blessures ne le gênaient pas outre mesure. Sa réponse laissait clairement entendre qu’il devait avoir de grosses douleurs, mais il ne semblait pas en tenir compte et il pensait être capable de marcher. Ils commencèrent alors à rentrer en restant sur la petite route de terre mais étrangement ils ne marchaient pas côte à côté. Takeo restait légèrement en retrait, sans qu’elle ne sache pourquoi. Malgré ce qu’il avait dit, peut-être qu’il préférait simplement se méfier d’elle, garder ses distances en espérant qu’il ne subisse pas d’autres coups du sort ? Jusqu’au moment où il l’a rattrapa et lui demanda de s’arrêter. Elle ne comprenait pas trop l’objet de sa demande mais s’exécuta directement.

- Depuis que tu as trébuché dans les bois, tu boites un peu... c'est peut-être grave, attend...

Elle secoua légèrement la tête en signe de négation et elle s’apprêtait à dire que ce n’était sans doute rien de grave mais il s’était déjà baissé pour regarder sa cheville de plus près. Il touchait doucement à différent endroit et malgré la douleur, la jeune fille appréciait la douce chaleur de la main de son ami qui lui faisait le plus grand bien. Il se releva et déclara son diagnostic : la cheville était foulée. Elle haussa les épaules pour le contredire sur le fait qu’elle ne pouvait pas continuer ainsi jusqu’au pensionnat. Sa cheville était foulée ce n’était donc rien de grave de son point de vue, et tout ce qu’elle voulait pour le moment, c’était rejoindre le plus vite possible le pensionnat pour pouvoir conduire son ami à l’infirmerie et que quelqu’un prenne en charge ses blessures puisqu’elle en était incapable. Pensant que le sujet était clos, elle recommença donc à marcher. C’était sans compter sur la gentillesse de Takeo qui se mit à sa gauche, du côté de sa cheville blessé et passa un bras sous le sien. Elle le regarda faire puis comprit qu’il compter l’aider à marcher en la soutenant pour qu’elle puisse s’appuyer sur lui. Elle eut un léger mouvement de recul pour montrer son désaccord mais elle vit qu’elle n’avait pas trop le choix quand il se remit à marcher. Comme il était beaucoup plus grand qu’elle, il était obligé de plier les jambes pour être à se hauteur, ce qui ne devait pas être confortable à cause de ses blessures.

Ils marchaient donc sur cette longue route dans le silence le plus total. La petite blondinette faisait tout son possible pour ne pas trop se reposer sur son ami pour ne pas le fatiguer ou lui faire mal, et prenait soin à ce qu’il ne le remarque pas. De temps à autre, elle levait la tête pour le regarder le visage marqué de blessures de l’étudiant, un peu façon héro sauvant une jeune demoiselle en détresse. Mais bien sûr, à chaque fois qu’elle croyait qu’il allait tourner la tête vers elle, elle se remettait à fixer le chemin droit devant elle comme si elle n’avait pas lâcher la route du regard. Au bout d’un long moment de silence interrompu seulement par le souffle du vent qui s’engouffrait dans le bois à leur droite, le jeune homme prit la parole

- Sacré soirée quand même non ? En tout cas... sa nous fera déjà un souvenir que l'on partage !

Elle le regarda discrètement tandis qu’il rigolait légèrement et elle le vit attraper la fleur qu’il avait derrière l’oreille. Par reflexe elle porta la main à ses cheveux pour s’assurer que la fleur après laquelle elle avait couru dans les bois était toujours là, ce qui était bien sûr le cas. Le seul problème c’est que lorsqu’elle lui avait promis qu’ils lui feraient des souvenirs ensemble, elle ne pensait pas à ce genre de souvenir où ils passeraient la nuit dans les bois. Elle voulait lui donner des souvenirs heureux, pas tristes ou effrayants.

- Et j'ai sa en guise de souvenir physique ! On me la piquera pas en tout cas !

Il replaça la fleur derrière son oreille et continua de marcher. Maintenant la jeune fille ne détachait plus ses yeux bleus du visage de Takeo. Elle se demandait comment il pouvait être si joyeux après toutes ces péripéties, les blessures et la fatigue. Non, elle savait pourquoi. Il avait dit qu’il voulait rester avec elle peu importe ce qui pouvait arriver. Il était évident qu’il cherchait à ne pas gâcher l’ambiance et à détendre l’atmosphère. Décidant de faire de même, elle reporta son regard sur la route et colla un sourire un peu résolu à ses lèvres. Elle prit la parole avec une voix la plus naturelle possible, un peu enjouée, comme si elle parlait du beau temps

« Dis, y a un endroit où tu as toujours voulu aller ? Si ça te dit…. On pourrait y aller la prochaine fois ? »





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Jeu 2 Aoû - 6:46

Les deux élèves étaient désormais sur le chemin du retour. On ne peut pas réellement dire que leurs périples étaient fini, tant la malchance les guettait, mais normalement, le retour allait se faire dans le calme. Un calme amplement mérité par les jeunes étudiants. Après quelques mètres, Takeo avait remarqué que la jeune fille souffrait bel et bien au niveau de son pied gauche. Il avait déjà remarqué cela après qu'elle ait trébuché dans les bois. Ne lui laissant pas vraiment le temps d'exprimer son désaccord, le jeune homme avait fait un rapide diagnostic de la chose et avait conclu que ce n'était qu'une foulure. Mais attention, même si ce n'était pas grand chose, forçer dessus jusqu'au pensionnat pouvait faire empirer tout ça. C'est alors que Takeo, sans demander l'avis de la jeune fille qu'il savait négatif, prit Manami sous le bras pour qu'elle puisse s'appuyer dessus. Il sentit alors un léger mouvement de recul, mais même si elle était têtue, lui l'était tout autant pour ne pas la laisser s'abimer la cheville plus qu'elle ne l'était.

Après quelques minutes de marche, Takeo trouva le silence un peu trop pesant. Il était clair qu'elle s'en voulait encore et lui ne savait que dire ou faire... Il parla alors un peu de cette soirée, utilisant un ton calme et préférant l'humour. Toutefois, même si il disait cela sur le ton de la rigolade, il ne le pensait pas moins pour autant. Alors oui, on pouvait se demander ce que Takeo avait trouvé de bien à cette soirée ? Mais finalement, c'était assez évident pour lui... Une nouvelle amie, de nouvelles expériences et une soirée inoubliable. Tout cela valait largement la multitude de blessures qu'il avait. Tout cela n'avait finalement pas de prix aux yeux du jeune homme qui ne regrettait en rien chaque instant de cette soirée. Reposant la fleur que Manami lui avait offerte sur le coin de son oreille, Takeo remarqua un léger sourire affiché sur le visage de son amie. Il était peut-être petit, mais au moins c'était un sourire. L'ambiance s'était alors détendue et c'était pas plus mal. C'est alors qu'elle lui demanda si un lieu en particulier l'intéressait, afin de pouvoir s'y voir une prochanie fois. La question fut plaisir au jeune homme. Savoir qu'elle était d'accord pour le revoir lui faisait plaisir. Par contre... au niveau du lieu... c'était dur à dire. Il hésita alors entre tenté de l'humour ou répondre normalement. Pensant que les péripéties de cette nuit étaient certainement encore trop fraîche pour en rire, il choisit une réponse simple.

- Euh... Pourquoi pas en ville ? Mais on a pas le droit d'y aller quand on veut... Sinon, faut dire que je connais pas trop les lieux... mais si tu as une idée d'un endroit sympa, ça me va aussi !

Cette réponse n'allait probablement pas aider Manami. Mais concrètement, pour le jeune homme, l'endroit importait peu du moment qu'il était avec son amie.

Cela devait bientôt faire trente minutes que les élèves marchaient. Takeo reconnaissait désormais l'endroit et le pensionnat n'était pas bien loin. Ils avait dû faire le grand tour pour rejoindre l'entrée principale. Lorsque Takeo s'imagina dans sa tête le plan, une problèmatique lui vint à l'esprit... Et oui, les ennuis n'étaient peut-être pas fini. Concrètement, ils ne risquaient plus rien, mais même si la distance entre eux et le pensionnat se réduisait à chaque pas, la distance entre eux et leurs lits ne bougeait pas. Pourquoi ? Parce que la porte principale était très certainement verrouillé à cette heure-ci. Le portail devait aussi l'être en plus... Son sourire s'effaca alors légèrement pour laisse place à un visage plus sérieux. Il réfléchissait tout simplement. Peut-être que Manami ne pensait pas encore à ces détails, ou avait déjà une solution... Quoi qu'il en soit, si les deux jeunes voulaient rester incognito, ils étaient pas encore complètement au bout de leur peine. Préfèrant alors ne plus y penser, et encore moins déjà en parler, Takeo se changea directement les idées, lançant un sujet de conversation.

- Sa fait longtemps que tu vis ici ? Et... tu y es bien ?

Le sujet était alors déjà plus sérieux que les autres. C'était des questions simples mais qui pouvaient soulever des thématiques moins radieuses. Takeo était simplement curieux, peut-être trop. Si c'était le cas, Manami pouvait sans autre le rappeler à l'ordre. Après, on pouvait se demander pourquoi le jeune homme avait abordé ce sujet... C'était assez simple au fond. Lui était encore un nouvel élève. Cela faisait tout juste pas un mois qu'il était là. Si il y était bien ? C'était dur à dire... Il avait eu, jusqu'à maintenant, relativement pas mal de peine à se fondre dans la masse. Quand on vit seul pendant deux ans et qu'on vadrouille, c'est difficile de lié quelques choses de stables avec des gens et de s'habituer à vivre à la même place.

Tout en discutant, les deux jeunes n'avaient pas cessé de marcher et se trouvait désormais plus qu'à une grosse dizaine de minutes du pensionnat. Un panneau était accroché sur la bordure du sentir indiquant la direction. Voyant cela, Takeo esquissa un petit sourire. La marche était longue et il était gentiment à bout. Ses jambes, légèrement fléchi pour pouvoir soutenir Manami, avait sacrément souffert. Son dos lui faisait encore mal mais sinon, le reste allait, si on peut dire cela comme ça. En ce qui concerne Manami, c'était dur à juger pour le jeune homme. Il était clair qu'elle ne s'appuyait pas totalement sur lui et endolorisait encore sa cheville déjà fragile. Le jeune homme préfèra toutefois ne rien dire... il l'aidait déjà contre son gré alors bon...

Après un dernier virage, ils voyèrent au loin la grande entrée du pensionnat... Est-ce que la porte était ouverte... ? Telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Jeu 2 Aoû - 19:13

Après une telle soirée, les deux étudiants méritaient bien de retourner dans leurs lits pour se remettre de leurs émotions nocturnes. Malgré la malchance qui les poursuivait depuis le début de la soirée, ils semblaient tout de même avoir le droit à un léger moment de répit. Enfin plus ou moins. En réalité, après être sorti du bois dans lequel ils avaient couru pendant une éternité, ils étaient arrivés sur la route de terre qui mène au pensionnat. Mais il restait encore deux problèmes : premièrement il leur restait une longue durée de marche avant de rejoindre les portes de l’école. Ensuite, leurs blessures, bien que mineures, allaient considérablement les ralentir. Sans compter de la gêne qui c’était installée à cause de cette nuit mouvementée. Au final, ils s’étaient mis en route dans le plus grand silence mais Takeo aidait la jeune fille à marcher à cause de sa cheville qui selon lui était foulée. Bien qu’elle ne protestait pas à voix haute, elle se refusait de s’appuyer totalement sur son ami pour ne pas qu’il souffre plus qu’il souffrait déjà.

Après un silence pensant de plusieurs minutes, le jeune homme avait décidé de détendre l’atmosphère, plaisantant même sur les évènements récents. Manami n’en fut que soulagée. Car même blessé, même après une rude soirée, fatigué et encore loin de retrouver du repos, il voulait toujours partager de bons moments avec elle, sans pour autant oublier cette soirée, disant même qu’il voulait garder un souvenir physique, soit cette fleur qu’elle lui avait glissée derrière l’oreille pendant qu’ils étaient dans un merveilleux petit champs. Elle avait donc décidé de faire de même, détendre l’atmosphère alors qu’elle n’osait toujours pas le regarder par gêne. Elle lui avait alors demandé s’il y avait un endroit où il avait toujours eu envie d’aller, un endroit auquel ils pourraient se rendre un jour ensemble. Encore une fois cela pouvait paraitre prétentieux s’il n’avait pas envie d’y aller avec elle, mais elle avait pensé que s’ils allaient ensemble dans un lieu où il avait toujours voulu aller, elle aurait peut-être l’occasion de passer un moment magique avec lui, et ainsi lui créer un souvenir heureux, un qu’il ne voudrait pas oublier.

- Euh... Pourquoi pas en ville ? Mais on a pas le droit d'y aller quand on veut... Sinon, faut dire que je connais pas trop les lieux... mais si tu as une idée d'un endroit sympa, ça me va aussi !

Elle se mit alors à l’observer en se demandant son âge. Si connaître l’âge d’une personne étant souvent élémentaire dans une relation amicale, chez eux c’était passé à la trappe, peut-être parce qu’ils ne s’étaient vu que deux fois. Et pourtant il n’avait pas l’air si jeune que ça, mais c’était difficile à dire étant donné que son visage était sali par les écorchures et qu’il la dépassait d’au moins une tête en terme de taille. Ou alors il ignorait tout simplement que les majeures avaient le droit de se rendre en ville et partout où ils le souhaitaient –ou presque- sans avoir besoin d’être accompagnés. Dans le doute, elle préféra juste l’informer qu’étant elle-même majeure, elle avait le droit d’accompagner une personne mineure en ville.

« Il me semble que les majeures ont le droit d’accompagner des mineures en ville. Dans ce cas on aura pas de problème pour y aller »

Elle ponctua la fin de sa phrase par un nouveau sourire beaucoup moins timide que le précédent. Le simple fait qu’il ait indirectement accepté de repasser du temps avec elle lui procurait une immense joie.

Ils continuèrent ensuite d’avancer sur cette longue route bordée de lumière pendant un long moment, dans un silence beaucoup moins tendu. Par moment, la petite blonde trébuchait sous le coup de l’épuisement, ça cheville lui faisait de plus en plus mal. Si seulement elle savait suffisamment contrôler son pouvoir, elle aurait pu les déplacer facilement jusqu’à leur dortoirs ou même jusqu’au pensionnat au moins. Dans cette situation, elle se sentait autant inutile que stupide, mais il fallait se rendre à l’évidence, elle ne pouvait absolument rien faire d’autre que serrer les dents et ne pas trop s’en remettre à son ami. Et elle savait qu’une nouvelle étape difficile allait se poser à elle dans peu de temps : la montée des marches. Même si le pensionnat n’avait pas de nombreux escaliers à rallonge, son dortoir se situait tout de même au deuxième étage, et avec sa cheville, elle ne se sentait absolument pas capable de grimper jusqu’à là-haut. Avec un peu de chance elle pourrait peut-être trouver une salle de classe vide qui ne serait pas fermée à clef et où elle pourrait passer la nuit, en espérant que son compagnon aurait assez de force pour rejoindre son lit. Elle était en plein réflexion sur le problème quand il reprit la parole.

- Sa fait longtemps que tu vis ici ? Et... tu y es bien ?

Le ton qu’il avait employé, tout comme la question en elle-même, était plus sérieux. Elle se demanda pourquoi il avait d’un coup aborder ce sujet. Mais la réponse n’était pas simple à donner. Si elle savait très bien depuis combien de temps elle était arrivée –c’est-à-dire environs un mois- il était beaucoup plus difficile de dire si elle se sentait bien ou non ici. Avec les cours elle n’avait pas eu l’occasion de faire beaucoup de rencontre, et même dans sa classe elle n’adressait la parole à quasiment personne. En fait ce mois était passé à une vitesse folle sans qu’elle s’en rende compte. De là à dire qu’elle s’y sentait bien, c’était pas l’éclate total non plus. Ici ou ailleurs, c’était du pareil au même. Et puis au moins, elle avait un toit, elle était nourri et blanchi, avait un accès à l’enseignement, et encore mieux, elle pouvait courir et se dépenser autant qu’elle le souhaitait.

« Je suis arrivée en avril, à la rentrée. Si je suis bien ici ? Oui je suppose…. »

Après un dernier petit bout de chemin qui parut beaucoup moins long que tout le reste, ils arrivèrent enfin devant les grilles du pensionnat. Devant eux se dressaient alors des grilles aussi larges que hautes, belles, ornées de motifs, agrémentées de piques au bout, et surtout…. Fermées. Ils s’arrêtèrent alors devant, regardant toute la grandeur de ses grilles. De cette façon on pourrait presque croire qu’il s’agit d’un asile de fous où les patients sont aussi bien gardés que des armes nucléaires. La jeune fille se détacha de son ami et s’approcha en boitant jusqu’au portail, attrapant deux barreaux avec ses mains. Dans un espoir incompréhensible, elle secoua la grille en espérant la voir s’ouvrir sans difficulté, mais c’était vain. Elle lâcha alors discrètement un juron et se laissa tomber au sol, s’appuyant contre le portail fermé. Elle leva ses yeux bleus vers ceux de Takeo, oubliant même d’éviter son regard, et lui demanda d’un ton laissant paraitre tout son désespoir

" On fait comment maintenant ?"





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Jeu 2 Aoû - 21:07

Désormais sur la route du retour, Takeo avait décidé de prendre la parole afin de faire cesser le silence qui devenait insistant. Les sujets varièrent alors, soutenues par quelques sourires et rires. Après avoir fait un petit point humoristique sur la soirée, ce fut Manami qui avait pris le dialogue en main et avait demandé au jeune s'il désirait aller à un endroit en particulier lors d'un éventuel prochain rendez-vous. La simple idée d'avoir une nouvelle occasion de passer du temps avec Manami fit sourire le jeune homme qui répondit que faire un tour en ville pouvait être sympa. Il n'y était encore jamais allé et il y avait certainement moult choses à y faire. A vrai dire, le principal était, pour lui, de passer du temps avec Manami, peu importe l'endroit. A sa proposition, elle répondit à ses doutes concernant les autorisations pour y aller. Elle expliqua alors à Takeo qu'un adulte pouvait y aller sans autres et avec des mineurs. Sentant qu'elle se mettait légèrement en avant, Takeo comprit alors qu'elle devait être majeur, tout comme lui. C'était peut-être pas l'élément de la plus haute importance, mais les deux amis ne s'étaient même pas demandé leur âge. Désormais, Takeo pouvait aisément se faire une idée de l'âge de Manami. Son petit visage angélique ne pouvait signifier qu'elle venait d'avoir dix-huit ans. Aller, peut-être dix-neuf. C'était ridicule comme jugement, une femme pouvait très bien paraître jeune sans l'être, mais peu importe.

Suite à cela, Takeo avait alors demandé à son amie depuis combien de temps elle était à Aomori et surtout, si elle s'y plaisait. Le ton utilisé était désormais comme le sujet, un peu plus sérieux, mais l'ambiance restait néanmoins tout aussi détendue. La réponse quant à l'arrivé fut assez clair, avril, mais la deuxième partie de question resta légèrement flou. L'expression affiché sur le visage de Manami lors de sa réponse, Takeo l'a comprenait aisément, ressentant la même chose. Il préféra alors ne pas creuser plus dans ce domaine.

Ils continuèrent alors de marcher pour finalement enfin arriver devant le portail du pensionnat. Il était immense. En long, en large, en haut... lors de son arrivé, Takeo n'y avait pas fait attention mais c'était une entrée des plus impressionnantes. Dès qu'il le put, le jeune homme posa son regard sur le verrou de la porte... évidemment, verrouillé. Ce qu'il redoutait devait forcément arriver... Il fallait néanmoins resté calme, chose que Manami ne fit pas tout de suite. En effet, elle s'approcha seul du portail et secoua les portes dans un élan de désespoir. Un juron s'échappa même de sa bouche... Il faut dire que les deux étudiants étaient à bout. Un peu de chance ne les aurait pas tué se soir... mais le destin en avait décidé autrement. Takeo s'approcha alors de Manami et posa une main sur son épaule pour la rassurer. Elle se tourna alors vers le jeune homme, le regard rempli de désespoir et lui demanda ce qu'ils allaient faire.

Durant un bref instant, et sans la quitter du regard, Takeo afficha une mine rassurante. Mais lorsqu'il releva son visage pour observer le pensionnat qui se trouvait derrière la grille, son visage s'empli d'inquiétude. Il retira sa main de l'épaule de Manami et prit deux barreaux de la barrière en main avant de taper sa tête une fois sur le grillage, puis une deuxième. Il laissa sortir un léger "réfléchi" sans s'arrêter pour autant. Après cinq-six coups, il s'arrêta, la tête appuyée contre le grillage. Ses yeux étaient baissés. Il regardait le sol, de l'autre côté de la grille... à quoi ? Même pas dix centimètres ? Il savait ce qu'il devait faire... aller bon, c'était une téléportation de quelques centimètres... Que risquait-il ? A part de tomber dans le coma pour de bon... Un soupire s'échappa alors de sa bouche. Ce n'était pas un soupire de colère ou de tristesse. Takeo se préparait mentalement à repousser ses limites. Il cacha toutes émotions sur son visage... Si Manami se doutait de ce qu'il allait faire, elle l'en empêcherait très certainement. Peu importe.

Il reposa alors sa main sur l'épaule de cette dernière et tourna sa tête pour la regarder d'un air rassurant. Sans le montrer extérieurement, Takeo se concentra au fond de lui. Il voulait juste se téléporter derrière le grillage, c'était faisable, même dans son état. Le seul problème était Manami. A deux, c'était peut-être pas possible.. Mais y aller seul était trop risquer... S'il perdait connaissance de l'autre côté, elle serait en panique et les deux seraient finalement bloquer. C'était les deux, ou rien. Il sentit alors son corps s'alléger. Juste avant de laisser partir la téléportation, il regarda Manami qui devait elle aussi sentir ce qui allait se passer.

- Quoi qu'il arrive, tu rentres... Ok ?

Il ne la laissa bien évidemment pas répondre et se téléporta, l'emporta avec elle. Takeo sentit alors son corps partir, ressentant cette sensation de chute. Toutefois, il fut rapidement ramener à la réalité. Il eut la sensation de s'aplatir sur quelques choses, comme tomber sur le sol. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il avait à peine bouger et son corps était collé aux portails du pensionnat. Son bras, quant à lui, était entre deux barreaux jusqu'à rejoindre l'épaule de la jeune fille... qui elle.... était de l'autre côté. La main de Takeo tomba alors et le jeune s'appuya de dos sur le grillage. Bon, ce ne s'était pas passé comme il le voulait réellement, mais au moins, elle était dedans. Le jeune homme posa alors une main sur son torse, se serra la poitrine. Il avait comme une sensation de "poing", comme lorsque l'on court. Son souffle était légèrement saccadé. C'était de justesse pas la téléportation de trop. Il était clair qu'après sa, il était comme n'importe quel jeune homme.

Lui d'un côté épuisé à n'en plus pouvoir... elle de l'autre, cheville foulée... Qu'est-ce qui attendait encore nos deux étudiants ?
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Ven 3 Aoû - 10:12

Une fois le calme revenu et les émotions digérées, l’atmosphère avait pu redevenir beaucoup plus détendue, presque légère, comme lors de chacun de leur conversation. Manami avait même proposé à son ami de l’accompagner dans l’endroit qu’il voulait lors de leur prochaine rencontre et il avait parlé d’aller faire un tour en ville même s’il ne connaissait pas trop le coin. Elle ne savait pas son âge mais étant donné qu’elle était majeure, il n’y avait pas de problème quant aux droits d’accès à la fille puisqu’elle pouvait accompagner un élève mineur, si toutefois Takeo l’était. Même si elle ne laissait rien paraitre, elle se faisait une joie d’aller se balader en ville avec lui et lui faire visiter la ville –ou du moins ce qu’elle en avait vu-. Plus ils s’approchaient de leur dortoir, plus elle commençait à se dire que tout n’était pas mauvais dans cette soirée maintenant qu’elle savait qu’ils allaient se revoir, et mieux, qu’il acceptait de la revoir malgré tout. Après quoi l’étudiant avait lancé la conversation sur la durée depuis laquelle elle avait intégré le pensionnat et si elle s’y sentait bien. Alors que la réponse concernant la durée était des plus précise, celle sur son ressentit l’était beaucoup moins, et pour cause : elle ne savait pas elle-même. Il était en effet difficile de dire si elle se sentait bien dans un endroit où elle n’avait pas vraiment eut l’occasion de se faire des amis ou de vivre des expériences particulières, enfin avant leur rencontre bien sûr.

Ils arrivèrent alors au portail du l’école dont les hautes grilles étaient fermées. Implorant pour qu’un miracle se produise, la jeune fille lâcha son ami qui l’avait gracieusement aidé à marcher durant tout ce temps pour aller secouer les grilles. Cet acte se révéla aussi désespéré qu’inutile puisqu’elles ne bougèrent pas d’un pouce. Elle demanda alors ce qu’ils allaient faire et comment ils allaient rentrer. Au départ Takeo afficha une mine plutôt confiante et surtout rassurante mais elle laissa très vite place à un visage inquiet quand il leva la tête pour regarder au loin les bâtiments. Il fit alors une chose qui étonna la jeune fille : il se frappait littéralement la tête contre les grilles en réfléchissant à une solution. Les yeux ronds comme des billes, elle mit un temps avant de réagir et lorsqu’elle leva la main afin de la poser sur son épaule pour l’arrêter, il poussa un soupire en regardant de l’autre côté des grilles. Elle balança alors son regard entre le jeune homme et l’endroit qu’il fixait plusieurs fois de suite.

Il se tourna alors vers elle en posant sa main sur l’épaule de la petite blonde, la regardant à nouveau d’un air rassurant. Elle ne comprenait pas bien pourquoi il restait là devant elle, une main posée sur son épaule alors qu’il ne semblait pas vouloir prendre la parole où réagir. Septique, la jeune fille pencha la tête sur le côté avec un regard interrogateur pour essayer de comprendre ce qu’il faisait. Et il n’eut pas besoin d’ouvrir la bouche pour qu’elle le comprenne, la sensation qu’elle ressentait était bien assez explicite pour ça. C’était celle d’une téléportation, activée par le jeune homme. Elle se sentait doucement plongée dans une eau glaciale et profonde, et alors qu’elle ouvrit la bouche pour protester l’action qu’il s’apprêtait à faire, il la prit de vitesse et parla avant elle

- Quoi qu'il arrive, tu rentres... Ok ?

Elle n’eut pas le temps de répliquer quoi que ce soit qu’elle sentit que la téléportation s’emparait d’elle. Toutefois, la sensation était légèrement différente. D’ordinaire, durant les quelques téléportations qu’elle avait eu l’occasion de faire, le sentiment d’être plongée dans un lac glacé était suivi une impression d’être amenée vers le fond de ce lac, où une personne l’emportait par taille. Cette fois-ci elle avait juste eu la sensation de couler lentement dans les profondeurs, seule, sans personne pour la guider. Elle comprit pourquoi quand elle se vit à l’intérieur du pensionnat, une main toujours posée sur son épaule mais dont le possesseur se trouvait encore de l’autre côté de la grille. Stupéfaite, elle le vit une main pose sur son torse, se serrant la poitrine, la respiration saccadée. Il était clair qu’il n’était pas au mieux de sa forme et même au plus mauvais point.

Paniquée, elle lui dit de ne pas bouger même s’il était fort possible qu’il ne puisse la même avec toute la volonté du monde. Son cerveau travaillait comme jamais à l’idée de le faire rentrer au plus vite dans l’enceinte du pensionnat. Elle pensa d’abord à le faire léviter par-dessus le portail mais sa maitrise était trop hasardeuse pour qu’elle puisse le tenter, elle risquait de l’embrocher sur les pics se situant au sommet des barreaux. Une autre idée lui traversa l’esprit. Elle n’avait peut-être aucune compétence pour manipuler de gros objets ou des personnes, mais elle était assez douée pour manier les choses plus petites. Elle avança alors aussi vite que sa cheville enflée lui permettait vers le milieu du portail, là où se trouvait la serrure. Elle se baissa pour être au niveau du petit trou et le regarda attentivement. Elle n’avait encore jamais déplacé quoi que ce soit sans le regarder mais elle n’avait pas vraiment le choix. La serrure restait fermée seulement grâce à une petite pièce qui empêchait la porte de s’ouvrir, et si elle arrivait à le déplacer, les grilles seraient déverrouillées. Elle se concentra de toutes ses forces, imaginant tout le système renfermé dans le petit boitier de la serrure. Grace à un miracle et très certainement avec l’aide de la panique de voir son ami s’effondrer d’un moment à un autre, elle entendit avec joie un cliquetis annonçant le déverrouillage du portail.

Il ne fallut pas beaucoup de temps à la jeune fille pour repousser les grilles de son chemin et accourir en boitant vers Takeo. Arrivée près de celui-ci elle l’attrapa par la taille et passa un bras dans son dos pour être prête à le soutenir dans le cas où il venait à s’évanouir. Elle avait du mal à cacher son inquiétude vis-à-vis de sa santé et elle montrait clairement qu’elle allait l’aider à marcher qu’il ait mal ou non, qu’il le veuille ou non. A nouveau elle s’en voulait qu’il soit en mauvais état par sa faute, du fait qu’elle n’avait pas pensé à essayer d’ouvrir le portail de cette façon avant, mais elle était bien trop préoccupé à s’assurer que l’étudiant arrive le plus vite possible à l’infirmerie. Elle parla alors d’une voix rapide reflétant son inquiétude, mais essayant au mieux de paraitre rassurante

« Ca va aller ? Si tu peux marcher, je vais t’amener à l’infirmerie…. »

Elle doutait fort qu’il y ait quelqu’un là-bas, mais au moins elle pourrait s’occuper des blessures les plus minimes –comme les nombreuses entailles qu’il avait- en les désinfectants et surtout s’assurer qu’il se repose. C’était beaucoup plus simple que de le conduire jusqu’à sa chambre –dont elle ne savait absolument pas où il était situé- et surtout beaucoup moins osé. Et de cette façon, elle pouvait être sûre d’être auprès de lui s’il avait besoin d’aide.





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Ven 3 Aoû - 11:19

HS : J'abuse peut-être un peu je sais... >< !

Si on aurait pu se permettre d'imaginer une fin de soirée sans problème, on se serait vite rendu compte de notre erreur. En effet, les deux élèves, abonnés à la malchance, se trouvaient désormais face à un nouveau problème : Le portail du pensionnat. Comme le redoutait Takeo, ce dernier était bel et bien vérouillé. Perdant légèrement son sang-froid, et il faut en faire pour qu'il en arrive là, le jeune homme s'était même mis à taper le grillage de la tête tout en réfléchissant. Alors attention, les coups n'étaient pas non-plus fort, mais ne devaient être ignorés pour autant. Manami devait se demander ce qui se passait mais Takeo, qui malgré tout ce qu'il avait imaginé ne voyait qu'une solution, n'allait pas la faire attendre plus longtemps. Il tenta alors de se téléporter une nouvelle fois. Sur le papier, c'était faisable, même dans on état. L'objectif était simplement de passer la grille, non pas de rejoindre les chambres du deuxième étage. Malheureusement, tout ne se passa pas comme prévu.

Alors au fond, il était plutôt satisfait de son action. S'il n'avait pas réussi à se téléporter de l'autre côté, Manami y était désormais. Elle avait bien tenté de l'en empêcher mais le jeune homme, commençant à bien connaître son amie, ne l'avait pas laisser répliquer. Le contre-coup de la téléportation se fit tout de même vite ressentir et fut plus violent que ce que l'étudiant imaginait. Son souffle se coupa à de nombreuses reprises avant de prendre un rythme saccadé et irrégulier. Il s'adossa alors au portail, se tenant la poitrine. A cet instant, Takeo avait juste l'impression qu'un camion benne lui était passé dessus. Son corps ne lui faisait pas plus mal, mais sa tête tournait à vitesse grand V. Pour peu, il se serait mis à vomir, mais il se contena, difficilement. La nausée, les vertiges, la suffocation... tout y était. Takeo savait que c'était qu'un moment difficile à passer. Si tout se passait comme prévu, d'ici une dizaine de minutes il irait mieux. Malheureusement, il n'était pas impossible qu'il perde connaissance avant, même s'il s'efforcer de garder les pieds sur terre.

Bien évidemment, la situation mis en panique Manami. Elle lui demanda de ne pas bouger. Takeo comprit à moitié ce qu'elle disait, étant trop concentré dans son coin. De toute façon, il n'allait certainement pas bien allé loin dans cet état. Ce qui se passa ensuite, se fit complètement à l'insu du jeune homme qui était, en quelques sortes dans son monde. Toutefois, après un temps indeterminé, il entendit un déclic et sentit le portail se déplacer derrière lui. Il releva doucement le visage et tomba sur celui de Manami, ce qui l'étonna. Elle l'attrapa et le jeune homme s'appuya alors sur elle. Cette situation lui déplaisait car il savait qu'elle avait mal à la cheville. De ce fait, ce n'était pas à elle de le soutenir pour marcher. Mais que pouvait-il faire ? Il l'avait obligé à accepter son aide à plusieurs reprises... c'était maintenant à elle de le faire. A contre-coeur, il accepta alors son sort et ne se retira pas de l'étreinte de la jeune fille qui le maintenait difficile debout. Elle lui demanda alors si sa allait et, surtout, s'il pouvait marcher. Elle parla alors de l'infirmerie... c'était pas une mauvaise idée. Takeo, économisant son souffle se contenta d'acquiescer aux deux questions de la jeune fille à l'aide d'un hochement de tête.

Ils se mirent alors en route, comme deux soldats revenus de la guerre. Le pas était lent, mais ne pouvait être plus rapide au vue des circonstances. Ils traversèrent alors la cours en silence. Takeo tentait de ne pas s'appuyer sur Manami mais la force des choses faisait que forcément, elle devait le soutenir un peu. Ses oreilles sifflaient, sa vue était troublée.. il était actuellement complétement paumé. Après quelques minutes, ils arrivèrent vers les escaliers qui menaient à l'entée du bâtiment. Takeo s'arrêta alors. Il tourna la jeune fille doucement pour qu'elle soit contre lui et s'assit sur une marche, tout en la faisant s'asseoir elle aussi, sur la marche juste inférieur, tout en la gardant contre lui. Il fallait faire une pause. Il était essoufflé et Manami devait l'être tout autant. Il appuya alors sa tête contre la rembarde et souffla doucement. L'un de ses bras touchait le sol alors que l'autre descendait le long de l'épaule de la jeune fille. Il leva alors cette deuxième main et toucha doucement le visage de la jeune fille pour qu'elle se tourne vers lui. Il baissa alors son regard et esquissa un sourire. Ce dernier était évidemment légèrement crispé, mais n'était pas moins sincère pour autant. Il décolla alors sa tête de la rembarde et s'approcha du visage de la jeune fille. A une trentaine de centimètre, il dit calmement :

- On est arrivé... héhé...

Il s'approcha alors un peu plus et déposa un petit baiser sur le front de la jeune fille. Il laissa ensuite sa tête tomber et se poser sur l'épaule de son amie avant de tomber d'épuisement. Cette instant, c'était l'instant de répit. Plus rien ne pouvait arriver. Au pire, un surveillant arrivait mais peu importe... Au point où il en était, peu importe finalement... Takeo était donc assis une marche au-dessus de la jeune fille, la tête posée sur son épaule. Il ne dormait pas vraiment et n'était pas non-plus dans le coma. Il était juste à bout et avait besoin de quelques minutes. Son visage, malgré les diverses écorchures, présentait un petit sourire, à peine visible. S'il était heureux ? Oui. Aussi étonnant que cela pouvait paraître, il l'était. Cette soirée allait être très certainement un souvenir qu'il n'oublierait jamais. Et ce n'était pas une pensée négative, loin de là.

Après quelques minutes, peut-être une dizaine, Takeo expira plus fortement que d'habitude et se releva. Il souffla encore un peu. Sa tête tournait déjà nettement moins mais les douleurs n'étaient pas estompées, pas encore. Il regarda alors Manami, avec une certaine gêne de s'être reposé de la sorte sur elle, et dit :

- Désolé... On peut y aller maintenant...

Il s'écarta alors et se releva en s'aidant de la rembarde. Il fit les quelques marches qui le séparait du péron seul et tendit sa main pour aider Manami à le rejoindre. Une fois tout deux devant la porte, il souffla alors profondement et saisit la poignet avant de l'abaisser doucement. Il poussa alors la porte.... et.... elle s'ouvrit. Un soupire de soulagement s'extirpa alors de sa bouche. Il ouvrit grand et invita Manami à rentrer. Ils étaient enfin au pensionnat.
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Ven 3 Aoû - 17:48

Bah je vois pas pourquoi :)

Après une telle soirée, on aurait pu croire que les deux étudiants allaient enfin avoir un peu de chance, ou du moins aucun autre évènement particulier, qu’ils puissent rejoindre leurs lits sans difficultés, et sans doute espéraient-ils avoir un répit d’au moins une semaine voire plus, ce qu’ils méritaient sûrement. Mais le destin en avait décidé autrement, et ils étaient arrivés devant les grillent du pensionnat qui était fermées. Le jeune homme avait essayé de se servir une ultime fois de son pouvoir pour les téléporter à quelques centimètres de là, un mètre tout au plus, de sorte à être dans l’enceinte du pensionnat. Il avait plus ou moins réussi : elle, elle était bien rentrée dans le pensionnat, mais lui était resté de l’autre côté des grilles fermées, prisonnier à l’extérieur. Prise de panique, elle s’était mise à réfléchir autant qu’elle pouvait pour trouver un moyen de le ramener de son côté. Elle avait tout de suite exclu la possibilité d’utiliser à son tour son pouvoir, étant trop fatiguée et jugeant qu’elle n’en était pas capable. Néanmoins elle réussit tout de même à déplacer la petite pièce de métal qui verrouillait le portail.

Dès lors elle se précipita vers l’étudiant qui n’avait jamais semblé aussi mal et passa un bras autour de sa taille pour l’aider à rester debout et à avancer. Elle savait très bien qu’il n’allait pas vraiment être d’accord avec ses intentions mais tout comme il ne lui avait pas laissé le choix à chaque fois qu’il l’avait aidé, elle n’allait pas le laisser protester. C’est d’ailleurs ce qu’il dû comprendre car il ne dit rien et ne chercha pas non plus à s’écarter d’elle. Elle lui demanda alors si ça allait et s’il était capable de marcher pour qu’elle puisse l’emmener à l’infirmerie. Bien qu’elle savait qu’il n’allait pas bien du tout, elle lui avait posé la question plus par inquiétude et par reflexe que pour obtenir une réelle réponse. Il ne répondit pas oralement et se contenta d’acquiescer pour réponse affirmative. Heureusement d’ailleurs, car s’il n’avait pas été en état de marcher, la jeune fille n’aurait jamais pu le porter avec une cheville aussi enflée, et elle aurait été bien embêtée pour l’amener jusqu’à l’infirmerie.

Ils reprirent donc la marche dans un effort considérable, soulagée de savoir que leur périple était bientôt fini, enfin normalement. Ils marchaient encore plus lentement que lorsqu’ils étaient sur la route en terre et la jeune fille savait pertinemment que son ami ne s’en remettait pas totalement à elle pour s’appuyer. Elle regrettait de ne pas pouvoir l’aider d’avantage, mais sa cheville ne lui permettrait certainement pas de faire plus. Après un moment assez court, ils arrivèrent devant les marches qui menaient aux portes d’entrée du bâtiment. Elle poussa un soupire, non pas de soulagement comme on aurait pu le croire, mais un soupire de désespoir. Contrairement aux quelques marchent qui les séparaient du perron, c’était deux étages entier qui leur restait à monter pour atteindre l’infirmerie avant de pouvoir se reposer. Takeo la tourna légèrement et l’assit en même temps que lui, une marche plus haut que la petite blonde, et posa sa tête contre la rambarde. S’asseoir leur faisait le plus grand bien et ils avaient besoin d’une pause autant l’un que autre. Elle ferma alors les yeux en appréciant le calme qui s’installait quand elle sentit quelque chose sur son visage. Elle ouvrit les yeux et s’aperçut qu’il s’agissait de la main de l’étudiant vers qui elle tourna la tête. Malgré le crispement dû à la douleur, la sourire qui lui fit n’en perdait en rien de sa beauté. Il s’approcha alors de son visage et elle vit encore une fois à quel point il avait été abimé par tous les évènements de la soirée. Et pourtant, il continuait de sourire.

- On est arrivé... héhé...

Au fond d’elle, une petite voix criait « non il reste encore le plus dur, les deux derniers étages ! » mais elle ne put se résoudra à lui dire, il n’était pas nécessaire de lui faire baisser le moral. Il s’approcha encore d’elle, jusqu’à venir déposer un baiser sur le front de la jeune fille qui rougit instantanément. C’était un peu ridicule et en y pensant bien c’est elle qui avait fait le premier pas, elle la première qui l’avait pris dans les bras et aussi elle qui l’avait embrassé sur la joue la première. Finalement elle ne rougit pas moins de gêne que de plaisir. Il laissa ensuite sa tête tomber sur son épaule. Si Manami était fatiguée d’avoir utilisé son pouvoir plusieurs fois involontairement, lui devait être bien épuisé. Elle ne savait pas s’il dormait ou s’il était toujours éveillé, mais au moins il se reposait et c’était le plus important pour elle. Sans s’en rendre compte, elle s’était mise à passer sa main dans les cheveux bruns de son ami, lentement, calmement. Malgré la douleur qui persistait inlassablement, elle se sentait si bien à ce moment-là, pour peu, elle aurait voulu passer toute la nuit ici sans bouger. Mais c’était impossible elle devait s’occuper de Takeo.

Elle était en train de réfléchir à un moyen de monter les marches sans qu’il n’ait à faire trop d’effort quand elle entendit une respiration plus forte que les autres. L’instant d’après, il était redressé sur la marche et semblait aller à peine un peu mieux mais de toute évidence il était encore très affaiblit. Etrangement, il semblait un peu gêné

- Désolé... On peut y aller maintenant...

Il se releva et s’avança vers les portes tandis qu’il fallut un peu plus de temps à la jeune fille pour se relever à cause de sa cheville. Une fois sur ses deux pieds –ou presque- elle vit qu’il lui tendait la main pour l’aider à avancer. Elle lui prit alors la main et marcha jusqu’à lui. Il attrapa la poignet de la porte et s’activa pendant qu’elle retenait son souffle, de peur qu’elles soient fermées. Bien sûr elle avait déjà pu ouvrir la serrure du portail à l’entrée, mais maintenant elle était beaucoup trop épuisée pour parvenir à quoi que ce soit. Après un soupir de soulagement de la part des deux étudiants, ils entrèrent enfin dans le pensionnat.

La petite blonde dû se retenir pour ne pas fondre en larmes en voyant les escaliers qu’ils allaient maintenant devoir monter pour rejoindre l’infirmerie. Deux étages, deux longs étages à gravir. Elle passa à nouveau son bras autour de la taille du jeune homme et ne lui laissa pas le temps de dire quoi que ce soit avant de s’avancer en direction des marches. La montée fut aussi difficile et longue que le reste de la soirée. La douleur dans sa cheville ne cessait d’augmenter et elle était obligé de se mordre la lèvre et serrer les poings pour ne pas hurler. Enfin ils arrivèrent au second étage là où se trouvait l’infirmerie. Une fois arrivé devant la porte, elle fut surprise de voir qu’elle aussi était ouverte. A l’intérieur de la pièce, il y avait un grand bureau posté devant une fenêtre, quelques armoires remplie de produits, un évier, et une grande chaise, comme celle que l’on trouve chez le médecin. Il y avait aussi une autre porte qui devait sans doute donner sur une salle avec des lits pour que les malades puissent s’y reposer. Jugeant l’autre salle trop loin pour s’y rendre, elle s’avança jusqu’à la grande chaise où elle fit asseoir le jeune homme.

« Bouge pas je vais chercher de quoi s’occuper de tes blessures »

Elle s’avança vers l’armoire la plus proche en boitant et en fouillant un peu elle put trouver de l’eau oxygénée et du coton. En refermant l’armoire, un mauvais geste suffit pour faire tomber tout le contenue d’une étagère dont une ou deux petites bouteilles en verre se brisèrent sur le sol. Elle se hâta de se baiser pour tout remettre en ordre, mais alors qu’elle essaie de rassembler tous les débris de verre pour ne pas y marcher dessus, un morceau vint se planter dans sa main droite, juste en dessous du pouce. Etant de dos à son ami elle espérait qu’il n’ait rien vu et enleva d’un coup sec le morceau de verre qui lui arracha une grimace. La plaie n’était pas trop trop profonde mais saignait quand même pas mal. Elle y mit un bout de coton par-dessus pour la cacher et retourna vers Takeo. En faisant attention à ne pas trop bouger le coton qui commençait à se coller au sang, elle prit la bouteille d’eau oxygénée et en versa sur un autre coton puis commença à le passer sur les multiples plaies qu’il avait, en commençant par les bras.

« Tu me dis si je te fais mal »





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Sam 4 Aoû - 5:45

Finalement, ils l'avaient fait. Les deux élèves étaient enfin au pensionnat. Ce n'était pas sans peine qu'ils y étaient arrivé, mais rien ne pouvait gâcher leur plaisir. Epuisés, ils avaient décidé, où avait plutôt été forcé par leur corps, de faire une nouvelle pause sur les quelques marches conduisant à l'entrée du bâtiment. Après un court instant attendrissant, le jeune homme s'était effondré sur sa jeune ami, rentrant dans une sorte de sommeil. Cela ne dura pas très longtemps mais fit un énorme bien au jeune homme qui souffrait encore de la dernière téléportation effectuée. Pendant son repos, il avait sentit quelques choses passer dans ses cheveux, sans pouvoir mettre un nom dessus. Toutefois, la sensation que cela lui procurait lui faisait oublier toutes douleurs éprouvés par son corps. Durant ce bref instant, il se sentit comme un enfant réconforté dans les bras dans sa mère.

Lorsqu'il reprit connaissance, Takeo s'excusa alors d'avoir sombrer quelques secondes. Leur position était assez gênante mais cela ne sembla pas déranger Manami plus que cela, tant mieux. Il fallait toutefois se remettre en marche car s'ils étaient arrivé au pensionnat, les deux élèves étaient loin d'avoir fini leur périple. C'est avec la peur au ventre que Takeo saisit la poignet du bâtiment. Si cette dernière était verrouillé, cela aurait été la goutte d'eau et tant pis. Ils n'allaient pas casser un carreau pour rentrer tout de même. Par chance, et surement la première fois de la soirée, la porte s'ouvrit du premier coup, soulageant le jeune homme et la jeune fille par la même occasion.

Takeo avait malheureusement pas pensé à un détail de taille qui le frappa tout de suite : les escaliers. Et oui, que ce soit pour l'infirmerie et pour sa chambre, il fallait désormais monter deux étages et la vue de ses énormes escaliers n'étaient pas rassurante. La montée fut longue, très longue. Les deux jeunes auraient pu comparer cela à l'escalade des plus grandes montagnes de ce monde. Les deux jeunes s'aidaient alors mutuellement tout en grimpant difficilement les étages, marche par marche. Manami aidait le jeune homme à se déplacer comme dans la cours alors que ce dernier s'aidait de la rambarde pour s'appuyer le moins possible sur la jeune fille qui ne pouvait s'empêcher de faire une grimace à chaque fois que son pied gauche touchait le sol. La durée de l'escalade prit un temps indéterminé. L'esprit de Takeo était à moitié ailleurs et il avait perdu ses repères. Mais tôt ou tard, ils allaient bien y arriver.

Jouissant d'une nouvelle chance, les deux jeunes purent alors rentrer dans l'infirmerie sans problème. A croire qu'après tout ce qui leur était arriver, le destin s'était enfin mis de leur côté, c'était pas trop tôt ! Takeo se laissa alors guidé par la jeune fille jusqu'à ce qu'elle l'enfonce dans la chaise médicale avant de lui demander de ne pas bouger. Le jeune homme ne répondit alors rien, se contentant d'obéir. C'est alors qu'il entendit la jeune fille fouiller une armoire. Le bruit qu'elle faisait maintenant le jeune homme conscient qui était sur le point de retomber dans un léger sommeil. C'est alors qu'un bruit de verre cassé ramena de plus belle le jeune homme. Et oui, la maladresse de la jeune fille n'avait pas disparue. Takeo regarda alors en direction de Manami mais ne pu rien voir, en effet, cette dernière se trouvait dos à lui, ramassant les débris de ce qu'elle avait cassé. Quand elle revint vers lui, le jeune homme aperçu tout de même un morceau de coton soigneusement enfermé dans l'une de ses mains. Il voulu la questionné à ce sujet, mais elle fut plus rapide, imbibant un bout de coton d'eau oxygénée avant de tapoter délicatement le visage du jeune homme.

Les soins de Manami n'étaient pas sans douleur et même si elle lui demanda de l'informer de ses douleurs, le jeune homme resta silencieux. Son visage se crispait légèrement à chaque passage du coton. Il faut dire que désinfecté des plaies n'étaient jamais une sensation agréable mais il fallait le faire. Maintenu éveillé par les picotis produit par l'eau, le jeune se mit un peu plus droit sur la chaise avant de prendre à son tour à morceau de coton que la jeune fille avait amener. Il l'imbiba doucement et sans la gêné dans ce qu'elle faisait, tamponna à son tour les blessures de la jeune fille. L'instant était assez drôle. Les deux jeunes se soignaient mutuellement dans un jeu de grimace dû au désinfectant.

- Désolé, je sais que ça pique un peu... Chacun son tour...

Un petit rire épuisé s'échappa de la bouche du jeune, qui regardant le visage radieux de son amie, ne pouvait s'empêcher de lui sourire. A cet instant, l'ambiance devient beaucoup plus calme, plus sereine. Leurs aventures pour la soirée était enfin fini. Après tout ce qu'il avait vécu, Takeo avait juste envie de prendre Manami dans ses bras, la serré contre lui et se laisser emporter par la fatigue. Malheureusement, il ne pouvait en aucun cas faire cela... C'est alors qu'il pensa à la blessure que Manami tentait dissimulée. Il prit alors la main de la jeune fille qui fut légèrement réticente à montrer sa blessure, comportement normal. Il ouvrit alors la main de Manami, découvrant alors le coton rempli de sang. Il le retira alors et le remplaça par un autre bout de coton avant de se lever de sa chaise. Ses jambes lui faisaient un peu mal mais il était capable de marcher.

- Attend, ne bouges pas...

Il fit quelques pas vers les divers tiroirs de l'infirmerie et les ouvrit, fouillant à l'intérieur de ceux-ci. Après une dizaine de seconde, il trouva une bande adhésive et revint vers Manami qu'il invita à prendre la chaise. Ne la laissant pas rétorquer, il lui fit signe de la main une nouvelle fois avant même qu'elle ne puisse dire quelques choses. Takeo imbiba alors un coton et nettoya la plaie de la jeune fille. Elle s'était bien coupé mais aucun soin spécial ne semblait nécessaire. Il appliqua alors un peu de coton humidifié et entourant le tout avec la bande adhésive qu'il venait de trouver, créant ainsi un sparadrap de fortune pour la jeune fille. Après cela, c'était le tour de la cheville de la jeune fille. Takeo retira la chaussure de cette dernière et mis son pied à nu. La cheville était bien enfle... même si ils avaient fait leur maximum pour qu'elle ne marche pas trop dessus... les dégâts étaient là. Takeo fit alors signe à Manami de ne pas bouger et partit fouillé l'infirmerie. Toujours pris de vertige, il trébucha ça et là se prenant un coin de bureau. Il laissa s'échapper alors un petit juron mais rien d'alarmant. Après quelques minutes, il réussit à mettre la main sur une pommade et une bande. Il revint alors vers la demoiselle, lui montrant ses tributs et ouvrit la pommade.

- Attention... ça va être froid.

Il appliqua alors doucement la pommade sur la cheville enfle de la demoiselle et l'étala avec douceur, sans appuyer sur le pied d'une quelconque façon. Après cela, il mit une bande autour de la cheville, pris du recul et s'assit sur une chaise avant de soupirer. C'était enfin fini ! Il releva le visage vers Manami et dit alors...

- Bon... et bien c'est gentiment l'heure de se dire au-revoir... ?

Si cette idée-là ne le réjouissait pas vraiment, c'était finalement l'aboutissement de cette soirée...
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Dim 2 Sep - 17:46

Qui aurait pu croire que des étudiants qui se voyaient seulement pour la deuxième fois pourraient vivre autant d’aventures ensemble, surtout en une soirée ? Certainement pas eux. Mais malgré tout, ils avaient fini par réussir en rentrer dans le pensionnat. Même si la soirée avait été rude, elle avait été aussi ponctuée par de bons moments que la fleur dans leurs cheveux ne manquerait pas de leur rappeler. Tout n’était pas mauvais. Courir dans le sous-bois pour échapper aux surveillants, se perdre dans la forêt, se retrouver, partager des moments uniques, c’était à la fois excitant et marrant non ? Une chose est sûre, la jeune fille ne regrettera rien de cette formidable soirée.

Enfin rien ou presque. Les blessures corporelles, ça, elle s’en serait bien passée. Il faut dire qu’ils n’étaient pas dans un très bon état tous les deux. Entre les nombreuses entailles dues à une course dans la forêt, une cheville blessée, et les dégâts causés à lui-même par les pouvoirs de son ami, ils avaient eu bien de mal à atteindre le pensionnat. Il leur restait encore les escaliers à monter, l’infirmerie se trouvant au deuxième étage. D’ailleurs, aucune logique n’aurait pu expliquer pourquoi un tel lieu devait se trouver au second étage. Après tout, si quelqu’un se blessait en cours de sport, en se tordant la cheville, n’était-il pas plus simple de placer le lieu dédié aux soins au rez-de-chaussée ? Enfin, la fatigue et les circonstances avaient qu’ils avaient réussi à atteindre le deuxième étage sans se poser cette question. Par une chance qui ne leur était pas familière, la porte de l’infirmerie était restée ouverte. Tant mieux, parce que retourner dans leur chambre avec une tête comme la leur, ça n’aurait pas était le mieux.

Ordonnant à l’étudiant de ne pas bouger de la chaise médicale que laquelle elle l’avait installé, elle alla chercher de quoi soigner les nombreuses plaies qui lui couvraient aussi bien le visage que le reste du corps. Naturellement, sa maladresse ne l’avait pas quitté et une nouvelle blessure apparue dans la paume de la main droite de la petite blondinette. Mais elle n’allait tout de même pas en faire une formalité, alors elle se contenta de la caché avec un morceau de coton qui pris instantanément une couleur rouge. Ainsi elle put revenir vers le blessé et commencé à lui administrer les soins qu’elle pouvait, à savoir désinfecter les plaies. Elle se doutait que cela ne devait pas faire que du bien et bien qu’elle lui ait dit de lui signaler, le jeune homme ne dit rien encore une fois. Elle commençait à se demander si c’était simplement une certaine fierté qui l’avait empêché de se plaindre une seul fois durant toute la soirée ou si c’était seulement le naturel de son caractère. A un moment, Takeo pris à son tour un bout de coton et y versa un peu d’eau oxygéné dessus puis commença à soigner les blessures de la jeune fille. Devant cet acte auquel elle ne s’attendait pas du tout, elle l’observa un moment.

- Désolé, je sais que ça pique un peu... Chacun son tour...


Un rire émana en même temps de la bouche des deux étudiants. Cette scène lui faisait penser à un frère et une sœur qui se soignent mutuellement en cachette, pour ne pas se faire réprimander par leur mère avec une bêtise qu’ils auraient faite. A ce moment, toute la pression de la soirée redescendait. Ils étaient en lieu sûr, plus rien ne pouvait leur arriver, ils n’avaient plus à s’inquiéter de rien. En fait si, deux choses. La première était qu’ils risquaient de se faire prendre par les surveillants qui faisaient des rondes au moment où ils rejoindraient leur chambre. La seconde était les questions qu’on allait sans aucun doutes leur poser quand les profs verraient les multiples plaies qu’ils avaient. Mais ce n’était pas le moment de s’inquiéter pour ça. En réalité, elle avait juste envie de dormir, exténuée par cette soirée peu commune. Alors qu’ils venaient de finir de soigner leurs plaies, le jeune homme lui pris la main qu’elle s’était blessé un peu plus tôt mais elle essaya de se défaire de son emprise. Finalement il réussit à lui enlever le coton pour découvrir une plaie noyée dans le sang coagulé. Il y déposa un autre coton et se leva pour aller fouiller dans un tiroir.

- Attend, ne bouges pas...

L’instant d’après, il était revenu avec une bande adhésive et proposa à la jeune fille de s’asseoir sur la grande chaise, et avant même qu’elle ait pu ouvrir la bouche, il lui fit signe de ne pas discuter. Docile, elle s’installa pendant qu’il nettoyer sa plaie après quoi il maintint un coton mouillé avec le bande adhésive, créant un bandage autour de la petite main blanche. Il semblait décider à s’occuper de la cheville maintenant. D’abord un peu réticente quand il lui enleva la chaussure elle décida lâchement de se laisser faire, la douleur ne cessant d’augmenter. La blessure n’avait rien d’alarmant mais il était évident qu’elle ne pourrait pas courir avant deux ou trois jours. Une nouvelle fois il partit à la recherche de quelque chose dans l’infirmerie. Pendant ce temps, elle, était prise de remords. Alors que lui s’occupait d’elle comme d’une princesse, elle ne pouvait rien faire pour l’aider à apaiser ses douleurs. Douleurs qui d’ailleurs remontaient à ce même moment, puisqu’il trébucha jusqu’à se cogner la tête à un angle de bureau, lâchant même un juron. Manami se redressa rapidement mais elle n’eut pas le temps de descendre de la chaise médicale qu’il était déjà sur ses deux pieds. Peu après, il retourna auprès d’elle avec une pommade et une bande dans les mains.

- Attention... ça va être froid.

Il étala alors la pommade sur sa cheville, doucement et délicatement. Effectivement une sensation de froid s’empara instantanément d’elle mais ce n’était en rien désagréable, bien au contraire, cela commençait déjà à faire diminuer la douleur. Il plaça la bande autour de sa cheville pour y faire un nouveau bandage puis se laissa tomber sur une chaise en soupirant. Le pauvre devait en avoir marre de cette soirée.

- Bon... et bien c'est gentiment l'heure de se dire au-revoir... ?

Elle n’avait aucune envie de le quitter, ne sachant même pas s’il accepterait de la revoir après une telle soirée. En le regardant elle remarqua qu’un petit bleu s’était formé juste au-dessus de son arcade gauche, là où il s’était cogné contre le bureau un peu plus tôt. Elle se le va en attrapant la tube et pommade et s’avança en faisant attention à sa cheville. Elle se pencha vers, sa tête à peine un peu plus haute que celle de Takeo. Elle ouvrit le tube et prit une noisette de pommade sur son doigt qu’elle étala doucement sur le bleu, pour ainsi éviter qu’il ne grossisse trop. Quand elle eut fini, elle déposa une pointe de pommade sur le nez du jeune homme en rigolant. Après quoi elle se redressa et le regarda un moment, souriant en voyant la fleur encore dans ses cheveux. Puis sans avertir, elle s’avança brusquement et prit son ami dans les bras, le serrant contre elle.

« -Merci pour cette soirée, vraiment »

Elle le garda encore un moment dans son étreinte, pendant laquelle elle se mordit encore la lèvre. Elle le lâcha sans qu’il eut le temps de réagir et se redressa, résignée à devoir regagner son dortoir, qui heureusement se trouver au même étage. Pour la énième fois de la soirée, du sang couler sur sa lèvre et elle pensa qu’il fallait vraiment qu’elle perde cette mauvaise habitude. Elle se dirigea alors lentement vers la porte de l’infirmerie et l’ouvrit en grand. Elle réfléchit un moment et dû se rendre à l’évidence qu’elle ne connaissait pas son âge et par conséquent, qu’elle ne savait pas dans quel dortoir il était. Elle se retourna et sans savoir pourquoi, elle n’osait pas poser son regard sur le jeune homme, alors elle se contentait de balayer la pièce des yeux

« Je devrais peut-être te raccompagner à ta chambre ? Enfin, je veux dire, si tu es prise de vertige, ou que tu fais un malaise ou autre…. »

Elle avait prononcé la seconde phrase avec une certaine vitesse, comme lorsqu’on cherche à se justifier. Et c’était en quelques sortes le cas. Elle comprit que sa gêne venait du fait qu’il était étranger, voire carrément indécent, de proposer à un garçon de le raccompagner jusqu’à sa chambre. Mais avec son imagination débordante, elle l’avait déjà imaginé pris de vertige dans les escaliers, tombant et s’évanouissant conter les marches, ou même faire un malaise avant d’atteindre sa chambre. Elle se retourna vivement, plaquant son regard sur le couloir obscur qui était devant elle. Elle était prête à partir en courant le plus vite possible malgré sa blessure s’il se moquait d’elle, mais tout aussi prête à l’aider s’il le demandait.





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Takeo Dokku
avatar
heart

Masculin Age : 27
Messages : 442
Inscription le : 03/07/2012
Localisation : DANS TON SLIP.


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Musique

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Dim 2 Sep - 20:03

Cette soirée touchait doucement à sa fin et si c'était avec tristesse que Takeo constatait cela, il ne pouvait pas lutter contre le temps. L'heure se faisait plus que tardive, la fatigué était plus que ressentie et leurs corps plus que meurtris par les évènements de cette soirée. Ce qui avait alors commencé sur les toits se finit au sein de l'infirmerie. Notre jeune héros avait été le premier à passer sur le billard, si l'on pouvait utilisé ce terme. Il ne présentait pas de grosse blessure mais avait moult écorchure ça et là. Malgré toute le tendresse que Manami prenait, le désinfectant ne pouvait alors empêcher le jeune homme de grimacer de temps à autre. Il se retint alors d'exprimer ces petites douleurs, ne voulant pas alourdir cette situation encore plus qu'elle ne l'était.

Bien évidemment, il n'était pas le seul à être blessé et il se permit donc de nettoyer les diverses plaies présentées par son ami les mettant dans une situation des plus drôles. Tout deux étaient là, l'un devant l'autre, un coton à la main et tamponner le visage de l'autre dans un jeu de grimaces. C'était chou, chaleureux et touchant. Le visage de la jeune fille suffisait amplement au jeune homme à oublier les petits picotis de son corps. Vint ensuite le tour des blessures plus "grave". Takeo n'était pas trop touché et c'était donc à lui de prendre soin de Manami. Le caractère de la jeune fille fut assez réticent à cette idée, mais le jeune homme exprima son désir de l'aider, ne lui laissant alors pas trop le choix tout en restant extrêmement doux dans ces gestes.

Il soigna alors premièrement une blessure à la main. Aussi ironique que cela pouvait être, cette blessure était toute fraîche car elle venait de se la faire. Quelle maladresse ! Mais qu'importe. Après la main, ce fut le tour de la cheville, déjà bien enfle. Après diverses recherches et un coin de bureau en pleine tête, Takeo avait mis la main sur une pommade qu'il s'attela à mettre sur la cheville de la demoiselle, prenant soin de ne pas lui faire mal. Après tout cela, il se posa alors sur une chaise et malgré une réticence bien visible, entama le sujet de la séparation. Il le savait bien, tout avait une fin et cette journée allait avoir la sienne comme toutes les autres.

Sans répondre toute de suite à son allusion, il l'a vit alors s'approcher de lui le tube de pommade à la main. Sans qu'il n'eut le temps de bouger, il sentit alors la fraîcheur de la pommade sur le haut de son arcade endolori par la légère chute d'il y a quelques minutes. Ah, maladroit lui aussi finalement ! Durant l'acte, il l'a regarda, d'abord surpris puis avec un petit sourire face à celui qu'elle esquissait. Les derniers soins finit, elle prit la peine de laisser un petit peu de pommade sur le nez du jeune homme qui remua alors ce dernier voyant ce petit monticule blanc sur le bout de son nez. Il l'essuya alors ensuite, dans un léger rire avant de sentir le corps de Manami se coller au sien. La surprise regagna alors le jeune mais fut vite écarter par un léger plaisir s'intensifiant peu à peu. Ce "câlin" était plus que réconfortant. Il leva alors sa main droite, dans l'optique de la prendre à son tour dans ses bras mais fut trop lent et elle s'écarta, le remerciant encore pour cette soirée. Takeo exprima une légère mine triste mais essaya au mieux de ne pas la montrer. L'obscurité de la pièce l'empêcha alors de voir un léger filet de sang émanant de la lèvre de la jeune fille, du moins pour le moment.

C'était donc l'heure désormais. Elle l'avait dit, lui aussi... Il fallait se "séparer". Takeo se releva alors pour rejoindre Manami qui observait ça et là la pièce avant de lui faire une ultime proposition. Sans le regarder, elle lui proposa alors de le raccompagner, ne tardant pas à préciser la raison de cette proposition qui aurait pu paraître déplacée. Takeo n'avait toutefois absolument pas vu cela sous cette angle et cette demande ne fit que lui faire du bien. C'était un léger répit. Il allait pouvoir rester avec elle encore quelques minutes, précieuses minutes du coup. Son dortoir était à cet étage et même pas très loin de cette endroit à vrai dire, mais qu'importe, si cela pouvait paraître futile, il ne voulait décidément pas que tout prenne fin. Il répondit alors positivement, prenant la peine de détourner les raisons de Manami pour exprimer les raisons de son acquiescement.

- J'apprécierai volontiers ta compagnie encore un moment et veut donc bien repartir avec toi si tu le veux aussi...

Il sourit alors à Manami et prit les devants. Sur le coup, il ne savait que trop comment se comporter. Devait-il l'aider à marcher ? La tenir ? Lui prendre la main même ? Le jeune homme ne savait que trop faire, ni que trop dire mais désirait se rendre utile pour ces quelques dernières minutes. Sans réfléchir plus longtemps, il s'approcha de la jeune fille et passa son bras gauche autour de sa taille pour marcher tranquillement avec elle. Il sentit une légère gêne monter en lui mais qu'importe. Il se lança alors, avec sa jeune amie, dans un long couloir sombre, d'un pas lent mais assuré. Le silence était alors de mise, non pas car ils n'avaient rien à dire, mais car ils ne voulait pas se faire avoir. A mi-chemin, trouvant cela assez "lourd", Takeo murmura un petit quelques choses au milieu de se calme de mort.

- Je voulais aussi te remercier pour cette soirée.. Malgré tout ce qui s'est passé, je suis très content.

Un sourire s'était attaché au visage du jeune homme qui ne pouvait décidément pas être attristé en voyant sa jeune amie. Malheureusement, la tristesse allait vite revenir quand il reconnu le long couloir où se trouvait sa chambre. La B006BIS. Lorsqu'il arriva devant, il s'arrêta et retira son bras du corps de la jeune fille. Il s'avança d'un pas, cette fois-ci toujours lent mais à la fois hésitant. Il en fit un deuxième avant de saisir la poignée et de la serrer. Il tourna alors légèrement son visage et resta un bref instant silencieux. Il ne lui restait finalement plus qu'à baisser la poignée, la remercier et aller se coucher. Mais quelques choses.... quelques choses le retenait. Cette poignée lui semblait plus lourde que d'habitude, enfin, c'était ce qu'elle représentait qui la rendait plus lourde. Il ne voulait pas ouvrir cette porte, et encore moins la refermer derrière. Mais il ne voulait pas importuner la jeune fille non-plus.

- J'ai beau être devant la porte de ma chambre, et cela à beau être l'endroit que l'on a essayé de rejoindre depuis une vingtaine de minutes... J'ai pas envie de l'ouvrir.

Un léger rire s'échappa alors et il se frotta ensuite l'arrière de la tête par gêne, comme d'habitude. Il soupira ensuite, et abaissa la poignet avant d'ouvrir gentiment la porte. Il se retourna alors une dernière fois et dit, gêné.

- Bien... Merci pour tout... et à tout bientôt j'espère... Tu as mon numéro !

Si elle n'avait rien à ajouter, rien à redire, à faire... c'était sur ces mots que cette soirée se finirait. Dans l'espoir qu'un prochain rendez-vous ait lieu. Wait and see comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Manami Atsuya
avatar
spirit

Féminin Age : 23
Messages : 200
Inscription le : 12/04/2012
Localisation : Coinceé entre deux touches du clavier... Help ! T_T


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère année / 18 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   Lun 3 Sep - 14:30

L’heure tournait et le moment de rejoindre leurs lits arrivait à grand pas. Car même si aucun des deux élèves ne manifestaient une réelle envie de finir leur balade, leurs corps ne demandaient qu’un peu de repos. Ils avaient dépensé beaucoup trop d’énergie en une seule soirée, et ce n’était pas vraiment le fait d’avoir couru partout qui leur avait causé problème, mais plutôt les multiples utilisations de leurs pouvoirs. Mais au moins, ils étaient rentrés sains et saufs. Ils avaient réussi à aller à l’infirmerie pour se soigner de mieux qu’ils pouvaient et heureusement leurs blessures n’avaient rien de grave. Enfin, ils avaient quand même trouvé le moyen de se blesser encore une fois à l’infirmerie. Ainsi, en plus des plaies faites par les arbres et des dommages internes, la jeune fille avait hérité d’une entaille à la main faite par un bout de verre tandis que son ami se voyait ajouté un bleu au-dessus de l’arcade, attribué par un angle de bureau.

A présent ils étaient enfin entièrement soignés mais la petite blonde ne pouvait pas le laisser partir sans le remercier pour la formidable soirée qu’ils avaient passée. Ainsi, elle s’approcha de lui et le pris dans les bras un instant pour le remercier. Après quoi elle se dirigea alors vers la porte qu’elle ouvrit. Sans savoir si l’envie de ne pas le quitter était plus forte que l’inquiétude qu’elle avait pour lui, elle lui proposa de la raccompagner jusqu’à sa chambre. Chose qui la gêna quand elle se rendit compte à quel point la proposition pouvait paraitre étrange, alors elle se justifia en expliquant qu’elle ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose sur le trajet. Excuse bidon ou non, en tout cas maintenant c’était dit, et elle n’avait plus à attendre la réponse de son interlocuteur en espérant simplement qu’il ne ferait aucune remarque sur cette idée déplacée.

- J'apprécierai volontiers ta compagnie encore un moment et veut donc bien repartir avec toi si tu le veux aussi...


Non seulement il était d’accord pour qu’elle le raccompagne mais en plus de ça, il avait clairement dit qu’il appréciera sa compagnie un peu plus longtemps. C’était peut-être stupide mais cette réponse emplissait de joie la jeune fille d’une façon inexplicable. Elle pouvait passer encore un peu de temps avec lui et ce n’était pas contre son grès. Elle tourna la tête vers lui en souriant et fut heureuse de voir qui lui aussi abordait un sourire, ce qui amplifia le sien. Alors qu’elle s’apprêtait à commencer à marcher elle sentit le bras de l’étudiant passé autour de sa taille, certainement pour l’aider à marcher. Elle le regarda et lui fit un nouveau sourire en guise de remerciement sans être sûr qu’il puisse le voir compte tenu de l’obscurité. A présent ils s’avançaient tous les deux dans le long couloir, étant attentif au moindre signe pouvant indiquer la présence d’un surveillant. Le silence qui les entourait était certes de mesure mais au moins tout aussi pesant. Heureusement Takeo prit l’initiative de le briser

- Je voulais aussi te remercier pour cette soirée.. Malgré tout ce qui s'est passé, je suis très content.


Chacune de ses paroles avaient le don de la réconforter. Au moins elle savait qu’il ne regrettait pas cette soirée haute en émotions. Ils continuèrent d’avancer un peu jusqu’au moment où le jeune homme s’arrêta devant un porte sur laquelle il était inscrit B006Bis. Elle se demanda alors comment était faite la répartition des élèves dans les dortoirs, tout comme pouvait se faire la répartition des classes dans une école plus normale. Il ôta son bras de sa taille et s’avança lentement vers la porte de sa chambre. Intérieurement elle luttait contre l’envie d’attraper son bras pour lui dire de rester un peu plus mais elle n’aurait aucune raison à lui donné lorsqu’il lui demanderait pourquoi… Il attrapa la poignet et commença à la tourner lentement, à croire qu’il faisait tout pour rendre ce moment plus pénible qu’il ne l’était déjà. Son seul réconfort était de savoir qu’ils allaient peut-être se revoir un de ces jours, en espérant que la prochaine fois, ils ne se blesseraient pas de la sorte.

- J'ai beau être devant la porte de ma chambre, et cela à beau être l'endroit que l'on a essayé de rejoindre depuis une vingtaine de minutes... J'ai pas envie de l'ouvrir.

Elle le regarda, un léger sourire accroché aux lèvres. Ces paroles la touchaient vraiment et elle n’avait qu’une envie : trouver une solution pour rester encore un peu avec lui. Mais c’était impossible, tout simplement parce qu’il avait subi de plus gros dommages qu’elle, et pas seulement physiquement. En outre, il avait certainement besoin de se reposer. Un léger rire s’échappa de la bouche du jeune homme en même temps qu’il se frottait l’arrière du crâne. Elle rigola face à cette habitude qu’il avait lorsqu’il était gêné. Mais il valait mieux que se frotte la tête plutôt qu’il se morde lui aussi les lèvres jusqu’au sang. Puis elle l’entendit ouvrir la porte et elle avança d’un pas en manquant de tomber à cause de sa cheville. Heureusement elle put se rattraper et masquer sa fausse chute à temps.

- Bien... Merci pour tout... et à tout bientôt j'espère... Tu as mon numéro !

Sans réfléchir elle s’avança et se hissa sur la pointe des pieds –ou plutôt de son pied valide-, pausa doucement ses mains sur le torse de Takeo et déposa un baiser sur sa joue. Puis, lentement, elle reprit sa taille normale, remettant ses pieds à plat. Avec un sourire un peu gêné elle recula un peu.

« Toi aussi tu as mon numéro, n’hésite pas à t’en servir »

Après un nouveau sourire elle tourna les talons pour regagner sa chambre qui n’était pas beaucoup plus loin, la B003. Elle ouvrit la porte tout doucement, sans allumer la lumière pour ne pas risquer de réveiller ses colocataires. Assise au bord de son lit à couverture rouge, elle enleva ses chaussures et enfila son pyjama qui se résumait en fait à un grand t-shirt gris, beaucoup trop grand. Elle prit délicatement la fleur qui était encore dans ses cheveux puis la déposa sur sa table de nuit, tout près d’elle. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour s’endormir, l’épuisement venant finalement à bout d’elle. Le lendemain matin, une rumeur circulait déjà comme quoi l’infirmerie avait été saccagée au court de la nuit…





Phone ♥️-Link ♥️-Fiche ♥️
Merci à Azil pour l'avatar, et à Kuni, je le garde précieusement ♥

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je veux sauter du toit, et m'envoler parmi les nuages ♪ [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Toit-