AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu veux être mon ami ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chelsea S. Lewis
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 94
Inscription le : 19/06/2012
Localisation : Essaye de me trouver ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 19 ans.
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Tu veux être mon ami ?    Sam 30 Juin - 11:47

Dans la mode, on sait qu’on a réussi quand on dérange un peu les gens.


Onze heure dix neuf. Samedi 30 juin. Et un temps abominable pour chopper une insolation. Voilà à quoi se résumer la journée de la jeune fille. Dormir, encore et encore. Trop humide pour sortir, trop chaud pour être enfermée. Et puis elle revenait de soirée. Alors elle connaissait déjà son planning. Mal de crâne, gueule de bois, nausées. Décidément, super journée. Puis son armure la fatiguait tellement qu'elle décida de la désactiver pour aujourd'hui, sachant qu'elle n'avait pas prévue de sortir de sa chambre. Mais au bout d'un certain moment, elle décida d'aller faire un tour. Il y avait un peu d'air frais à l'extérieur, peut-être que cela lui fera du bien, allez savoir. C'est alors en pyjama qu'elle se dirigea vers son armoire, et choisit ses vêtements avec... goût. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Mais c'était bien le contraire. Habillée à l'arrache. Elle se dirigea vers la salle de bain en baillant, son doudou panda sous le bras et sa trousse de maquillage et de soins en tout genre.

Après avoir fait le plus dur, Chelsea s'habilla. 'Fin essaya, puisqu'elle tomba à de multiples reprises. Puis elle coiffa sa longue tignasse rose poudrée avant de prendre son sac et de sortir à toute allure prendre un peu d'air frais. En n'oubliant pas son doudou Panda, bien entendu. Elle ne sort jamais au grand jamais sans. Il y a même des fois où elle le tient en laisse. Comme quoi, elle a vraiment un problème. Mais oublions cela, si elle a des tendances SM, c'est son problème. Et après cette parenthèse, nous la retrouvons dans la cour, en train de chanter à tue tête, et de jouer avec sa peluche, son ipod à la main et une clope au bec. Bien sûr qu'il était interdit de fumer dans l'enceinte de l'établissement. Elle se savait tout ça. Pas de portable, chambres non mixte, quelle galère. C'est vrai que son ancien lycée était mieux. On pouvais faire ce qu'on voulait. Puis il suffisait de voir la tête du proviseur pour s'apercevoir que cette école n'était pas très sérieuse. Mais c'est du passé.

Toujours allongé sur l'herbe fraîche, Chelsea observait les gens qui passaient, et qui la regardaient avec insistance. Il faut dire que la demoiselle ne passait pas inaperçue. Elle fume dans l'école, elle a les cheveux roses, une gueule de bois, un panda en laisse et un blouson clouté. Vu comme ça... Elle passe pour une délinquante. Comme quoi l'habit ne fait pas le moine, car c'est une crème cette fille là. Vraiment. Elle passe son temps à s'amuser, à divertir et à rigoler. Elle n'aime pas être triste, elle aime le sourire des gens autour d'elle. C'est ça qui la rend plus forte. Etre heureux, joyeux. C'est tout un monde pour Chelsea, toute une histoire. Et pourtant c'est une histoire qui ne fait que commencer. A peine arrivée ici, elle attirait déjà les rumeurs. Non seulement elle était excentrique, et elle avait pleins d'amis. C'est le genre de nana avec qui on aime passer du bon temps, malgré le fait qu'elle soit gamine sur les bords. Mais ça c'est pas de sa faute, après tout.

Perdue dans ses pensées, un jeune homme lui tapa dans l'oeil. Pas dans le sens : "Oh, il est trop kawaii !" Mais Chelsea aimait les blondinets. Frisés, lisses, raides, qu'importe le cheveu. Ils avaient quelque chose de particulier pour la petite fille qu'était Sidney. C'était un peu le stéréotype du prince charmant qui lui restait en tête. Pour elle, tout les princes étaient obligatoirement blonds. Et puis ce visage doux, on ne peux que fondre sur place. Un visage un peu androgyne, un visage bien sculpté, comme si des milliers d'anges avaient tissés un Apollon avec du fil d'or. Oui bon elle en fait trop. Mais elle ne résistait pas en voyant des jeunes hommes blonds. Puis, il avait quelque chose de spécial, ce qui attira vite Chelsea, qui se leva, écrasant sa clope, et mangeant un bubblegum pour camoufler l'odeur de la cigarette fraîchement fumé. "Diiiiiiiiiis. Tes cheveux, ils sont naturels ?". Voici ce que venait de répliquer la jeune fille. Et sans gêne ni timidité d'ailleurs.







HANMYGAD ♥:
 


Merci à Niito, Nade, Hyuga, Chiharu & Kain pour leurs superbes avatars ♥️_♥️


Dernière édition par Chelsea S. Lewis le Dim 1 Juil - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 22
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    Dim 1 Juil - 0:27

It’s an ill wind that blows nobody any good.

Il était clair, net et précis qu’Harry ne pétait pas le feu. Et ce, dès qu’il avait ouvert ses yeux dans son lit, le britannique avait tout de suite compris qu’il allait passer l’une des journées les plus merdiques qui soit. Pourtant, sous cette chaleur pesante et l’humidité haute, aujourd’hui, samedi, devait se révéler à être un jour extraordinaire. Car il était libéré des cours et des dures heures d’exercices en mathématiques – yeah he has a lot of problems with maths. De plus dehors s’affichait un ciel neutre, sans trop de nuages, peu de soleil et une petite brise qui, si petite, ne faisait que fouetter une parcelle de seconde les fronts suants des élèves. On aurait bien dit que son cœur n’était pas à la fête pour la journée, tout simple comme ça. Une sensation qui ne s’était pas présentée sous ses yeux que depuis l’incident avec ses clochettes dans le jardin – an epic moment.

Se tirant doucement des minces couvertures offertes par le pensionnat, Harry remarqua qu’il avait de la misère à se tenir sur ses pieds, comme si une tonne d’éléphants lui avaient marchés sur le corps durant son sommeil. Sa chambre vide, la fine lumière de l’extérieur pénétrant dans la pièce, il lui avait fallu un sacré moment pour se révéler de son lit. Courbaturer, son torse nu frôlant sans trop le vouloir la commode à ses flancs, le Nail dû prendre quelques secondes pour inspirer et expirer doucement l’air de ses poumons. Shit… on aurait pratiquement dit qu’il allait tomber malade d’un moment à l’autre. Qu’avait-il bien pu faire hier soir pour se retrouver dans un état pareil? Peut-être les jeux vidéo l’avaient tellement absorbés dans leurs mondes qu’il en avait oublié de se coucher tôt – quoi qu’il le faisait tout le temps, ça. Ou s’était son pouvoir… yeah, ça devait être ça.

Il finit par se vêtir d’un bermuda noir attaché d’une ceinture bien solide, d’une chemise entrouverte ainsi que de son foulard enroulé autour de son cou - même si la température était insupportable il avait besoin de le sentir autour de sa nuque. Il huma pendant un court instant le parfum inexistant de son vieil amour, clouant ses yeux pour revoir ses beaux cheveux noirs et son sublime sourire qui l’emportait dans tant de rêves. Il aurait bien voulu qu’elle soit là, aujourd’hui, Élisabeth, pour lui tenir compagnie. Elle aurait tout de suite trouvé quelque chose qui l’aurait remis sur pied. Sauf que, bien sûr, Harry ne pouvait compter que sur lui-même pour le restant de sa vie. Et c’était en marchant bruyamment jusqu’à sa porte qu’il sortit de sa chambre pour aller rejoindre l’un des couloirs de Aomori. Le grand anglais hésita où se diriger. Il y avait tant de lieux ici, dans ce pensionnat, qu’il ne savait jamais quel endroit serait le meilleur selon humeur. Actuellement il tenait absolument à éviter ses copains qui auraient la fâcheuse tendance à le faire chier à l’aide de leurs blagues pourries. Hors de question non plus d’aller faire une partie de basket avec certaines de ses connaissances. Il voulait un endroit calme et paisible où il pourrait rêvasser comme il le voudrait. Il opta donc pour la cour, car de l’air frais lui ferait sûrement le plus grand bien avec la tête qu’il avait.

Harry se retrouva à l’extérieur en moins de cinq minutes, un sifflement d’une des chansons des Beatles sur le bout des lèvres, et fourra ses mains dans ses poches à la vue des personnes qui se tenaient dans la place. Il s’installa dans un endroit isolé, mais pas trop, ses coudes contre ses genoux repliés afin de former un triangle invisible grâce à ses jambes. Les poussières, qui s’étaient pourtant faites muettes, commencèrent à lui coller à la peau. Only a big shit this power! C’était vrai quoi! Depuis quelques semaines il n’arrivait plus à contrôler son don. C’était comme si ses amies s’étaient transformées en de véritables moustiques prêts à venir sucer son sang en se collant à son corps. Aucune explication n’avait permis d’expliquer cet étrange phénomène et malgré le dernier check point de son enseignant, les scories s’amusaient à faire les petites rebelles. Et bon dieu que c’était chiant! Surtout lorsqu’il devait prendre plus d’une fois sa douche à cause d’une rafle de cendres qui s’accumulait contre lui. En plus, en parlant de choses chiantes, Harry n’arrivait plus du tout, mais du tout, à faire le moindre dessin. Le syndrome de la page blanche… il s’en aurait bien passé, lui, cette fois-ci. Peut-être était-ce pour ça qu’il venait faire une promenade dans la cour. Trouver une idée pour lui permettre de se remettre aux arts.

- Diiiiiiiiiis. Tes cheveux, ils sont naturels ?

Une voix de fille, si surprenante et sortie de nulle part qu’elle parvint à faire sursauter Harry. Mother of god! Qui pouvait bien vouloir le déranger comme ça hein? Il se tourna, faisant ainsi volte face à l’étudiante. And wow… her hair… Ça choquait, ça pour vous le dire. Des cheveux roses, il n’en n’avait pas vu depuis des lustres. Une fille, d’ailleurs, qui lui était totalement inconnue. Et qu’est-ce qu’elle venait tout juste de dire là? Si ces cheveux étaient naturels? Well… that was a strange question. On ne la lui avait jamais posée, celle-là. Il lui semblait, en plus, que ses cheveux bruns, légèrement blonds à cause de l’éclairage du soleil, n’avaient rien de spécial. Harry releva doucement ses yeux vers son front qui lui était invisible avant de les poser dans ceux de la fille.

- I should say-… Je devrais plutôt te retourner la question.

Mots suivis par un petit sourire au coin de ses lèvres tandis qu’il croyait discerner l’odeur de la cigarette à ses flancs. Parce qu’entre eux deux, il savait parfaitement qu’elle était celle dont la couleur était loin d’être naturelle. Mais Harry trouvait que ça ne lui allait pas si mal, il avait déjà vu pire à vrai dire – une grosse fille de son ancienne institution lui venait à l’esprit. Elle paraissait tout à fait normale, hormis sa chevelure, son drôle d’accoutrement et… sa peluche en forme de panda? Mais qu’est-ce qu’elle foutait avec un truc pareil dans un pensionnat? Quoiqu’il portait bien un foulard avec deux clochettes qui sonnaient bruyamment durant une température torride. Elle devait avoir une raison quelconque de promener un doudou.

- Non, ils sont tout à fait naturels, mes cheveux, finit-il par dire pour combler l’espèce de silence qui s’était installé entre eux. D’ailleurs il est nice, ton panda.

‘Fallait pas se le cacher, ça intriguait vachement Harry de savoir pour quelles raisons elle s’amusait à le trimbaler dans la cour. Il pouvait avoir toutes sortes de raisons que même lui ne pourrait peut-être pas comprendre. Au moins il allait se changer les idées, avec elle, miss Rosie.
Revenir en haut Aller en bas
Chelsea S. Lewis
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 94
Inscription le : 19/06/2012
Localisation : Essaye de me trouver ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 19 ans.
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    Dim 1 Juil - 11:46

Si une femme est mal habillée, on remarque sa robe, mais si elle est impeccablement vêtue, c’est elle que l’on remarque.


Chelsea, toujours dans la conversation, attendait la réponse du jeune homme. Et visiblement, il paraissait être Anglais. Alors la petite Sidney se mit à sourire, dévoilant une lignée de dents blanches. "Oh, you're English ? I'm Australian ! Puis non, mes cheveux sont loin d'être naturel, je suis brune à la base. Maaaaaais. Ils sont tellement brillants tes cheveux..." Depuis qu'elle était enfant Chelsea avait toujours rêvé d'avoir les cheveux blonds. Malheureusement la nature en a décidé autrement, et elle naquit brune, mais genre limite noir tellement ses cheveux étaient foncés. Puis ils se sont éclaircis, mais sont quand même resté brun, même si elle possédait des yeux noisettes. Puis elle a fait sa teinture. D'abord c'était une erreur. Elle voulait du blond. Puis elle s'est retrouvée avec un rose creamy mignon, qu'elle décida de garder. Cela fait 4 ans maintenant que ses cheveux sont roses pâles. Et il faut avouer qu'elle a du succès depuis, avec sa chevelure mignonne.

Après cette petite parenthèse, la jeune fille continua de regarder le jeune inconnue, le Panda à la main. Ah, ce panda... Elle ne pouvais pas s'en passer depuis qu'elle était tombée dans le coma, à ses 10 ans. La seule chose dont elle se souvient, c'est qu'elle s'est réveillée à l'âge de 15 ans, et elle revoit l'homme qui vient la percuter violemment. Elle roule sur la voiture, puis son corps se dépose sur le bitume. Elle se mit alors à frissonner en repensant à ce moment. Puis il paraît même que dans son long sommeil, elle aurait vue des anges. C'est ce qu'elle affirme, à chaque fois qu'on lui demande. Elle est peut-être dérangée, mais elle a vraiment vu des êtres de Dieu lui parler. Puis quand elle s'est réveillée, on aurait dit une autiste. Elle ne parlait que de ça, tout le temps. Des anges, des anges et encore des anges. Et, ce panda a eu un rôle important dans son long sommeil, ce pourquoi elle ne le quitte plus. C'était un objet précieux qui semblait sans valeur pour autrui.

"Ah oui, tu le trouves mignon mon Panda ? Il s'appelle Tetsuo. Je ne sors jamais sans lui, c'est mon plus fidèle compagnon." Elle allait passer pour une folle. Bien entendu, comme tout les jours. Elle passait pour quelqu'un de glauque, qui parle toute seule le soir. Elle s'en fichait de passer pour une folle. C'était pas ça le problème. Elle se sentait seul. Tout le temps, les heures paraissaient plus longues que jamais. Et depuis qu'elle avait son étrange pouvoir, aucunes filles de la ville n'osait l'approcher, tellement elle avaient peur d'une fille innofensive. Elle possédait juste une armure invisible. Rien de plus. C'est pas comme si elle avait le même pouvoir que sa mère, qui était particulier. Elle lançait des malédictions, sans le vouloir. Un véritable danger public. Puis Chelsea se mit à sourire. Tout ça, c'était du passé. Maintenant, plus personne ne l'éviterai. Personne ici n'aurait une raison de l'éviter. Elle était loin d'être un danger pour cette école. Sidney soupira d'aise, en regardant le blondinet.

C'est vrai que ses cheveux étaient beaux. Ils brillaient au soleil. "Et dis moi, tu t'appelles comment ? Désolée pour cette question idiote tout à l'heure, c'est que... Je fais une fixation depuis que je suis petite sur les gens qui ont des chevelures blondes. J'ai toujours adorée ça." Ce garçon ne semblait pas méchant. Chelsea le trouvait même gentil. Même s'il avait sursauté la première fois, elle le trouvait intéressant, et la jeune fille essayait de deviner quel genre de pouvoir le garçon pouvait avoir. Elle se gratta la tête à de multiples reprises, ce genre de tics que l'on arrive pas à faire partir, puis continua de chercher.







HANMYGAD ♥:
 


Merci à Niito, Nade, Hyuga, Chiharu & Kain pour leurs superbes avatars ♥️_♥️
Revenir en haut Aller en bas
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 22
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    Lun 2 Juil - 20:07

A blithe heart makes a bloomy visage.
À peine Harry avait eu le temps de dire une phrase que Miss Rosie – il s’était décidé à l’appeler de cette manière car il ne savait pas du tout comment elle se nommait et ça lui collait bien, lui répondait. Et ça lui avait plus que surpris d’entendre son accent australien ressortir de sa bouche. Ah… she speak English too? Ce n’était pas rare d’entendre des touristes dans les environs communiquer dans sa langue natale, mais qu’une pensionnaire le parle, et même soit d’origine autre que japonaise, ça l’époustouflait. Surtout australienne… Simply wow. Bien que son accent était plutôt prononcé et très différent du sien, sans trop le vouloir, il avait l’impression que ça le rapprochait plus d’elle. Ne pas toujours être obligé de parler en japonais, c’était bien ça. Quoique pour l’instant il se retiendrait de se mettre à faire la conversation en anglais. Juste pour le temps de comprendre quelles raisons avaient poussées la fille aux cheveux roses à venir lui parler. D’ailleurs elle lui avait expliqué qu’elle était brune naturellement et que les cheveux du Nail étaient si brillants. D’accord, oui, ils semblaient légèrement illuminer, mais sérieusement il n’arrivait toujours pas à voir ce qui lui plaisait tant que ça, avec ses cheveux. Que l’on parle de sa taille, ça, yeah, il n’avait aucun problème – parce que ce n’était pas à tous les jours qu’on croisait quelqu’un qui mesurait un mètre quatre-vingt au Japon, mais de ses vulgaires mèches, c’était clairement bizarre.

En réalité, ce n’était pas juste ses questions qui lui donnaient le sentiment qu’elle était étrange, sa façon d’agir et de parler lui était aussi baroque. On aurait pratiquement dit une gamine dans l’âme, cette fille, surtout lorsqu’elle étirait les voyelles de ses mots. Bon il ne fallait pas juger les gens par les premières impressions, mais Harry ne pouvait tout simplement pas s’en empêcher. Et puis probablement qu’il n’était pas le seul à le croire, les autres étudiants qui passaient dans la cour lui lançaient de drôle de regards à la vue de sa chevelure bonbon. Pourtant, même si elle était différente des autres, le britannique ne comptait pas la laisser là et partir d’un moment à l’autre pour aller trouver un autre endroit pour se reposer. Elle était une sorte de distraction pour lui, en gros. Peut-être c’était pour ça qu’il lui avait fait la remarque sur son Panda, comme quoi il était bien – autant dire qu’il se demandait vraiment ce qu’elle pourrait lui répondre.

- Ah oui, tu le trouves mignon mon Panda ? Il s'appelle Tetsuo. Je ne sors jamais sans lui, c'est mon plus fidèle compagnon.

Alors cette peluche s’appelait Tetsuo, son plus fidèle compagnon dont elle ne quittait jamais. Ne quittait jamais… That was just… AMAZING! Quelqu’un, enfin, pour une fois, quelqu’un se promenait aussi avec quelque chose sur lui tout le temps. Il n’était pas le seul qui ne pouvait pas se séparer d’un objet quelconque. Ah maintenant elle n’était plus la fille bizarre qu’il avait rencontré, elle était tout à fait normale. Ses miroirs brillants tels des étoiles, un immense sourire sur son visage, il ne pouvait pas s’empêcher de serrer entre ses mains son écharpe autour de son cou.

-Et dis moi, tu t'appelles comment ? Désolée pour cette question idiote tout à l'heure, c'est que... Je fais une fixation depuis que je suis petite sur les gens qui ont des chevelures blondes. J'ai toujours adorée ça.

Hm? Elle était désolée pour son étrange question? Bah ça ne lui importait plus vraiment de toutes les façons, suite à ce qu’elle venait de dire. Et il comprenait mieux son comportement depuis qu’elle venait d’expliquer sa fixation pour les chevelures blondes – à chacun ses amarrages. Sauf qu’il devait absolument lui mettre en tête qu’il n’était pas réellement blond, un simple mec aux cheveux bruns qui avaient la tendance à virer vers le doré. Parce qu’elle si elle le revoyait dans les couloirs probablement qu’elle serait déçue de le voir avec sa chevelure sombre. Toussotant légèrement pour faire fuir de minuscule particules qui, seulement visibles au yeux du Nail, commençaient à se faire de plus en plus imposantes, Harry posa ses yeux sur le visage pâle de l’étudiante qui se grattait la tête.

- I’m from England. Et tu sais que mes cheveux ne sont blonds qu’au soleil. Aujourd’hui c’est exceptionnel, je ne sais pas ce qu’ils ont d’ailleurs.

C’était nouveau qu’ils paraissent si blonds, en ce banal samedi. Grande déception pour Miss Rosie, sûrement, mais ce n’était que la pure vérité. De toutes les façons il trouvait que le blond ne lui allait pas très bien. Enfin c’était ce que sa douce Élisabeth lui disait souvent alors qu’elle lui faisait un massage de tête en démêlant délicatement les nœuds qui s’y trouvaient. Et l’avis de son amie d’enfance avait toujours été plus important que celle des autres. Faisant tituber ses clochettes en replaçant son foulard pour laisser un peu d’air palper son cou, Harry se redressa sur ses pieds, bougeant ainsi les petites particules qui s’étaient amusées à se lover contre lui. Cependant il était si préoccupé à regarder le Panda qu’il en avait même oublié de contrôler son petit don. Oh ça ne dégénèrerait pas… well not now. Il lui fallait un énorme élément déclencheur pour que tout se détériore de toutes les façons.

- Et bien on se ressemble un peu, toi et moi, lui avoua t-il alors qu’il osait caresser pendant une fraction de secondes le précieux panda. Je ne sors jamais sans ce foulard et je dors pratiquement avec.

Le tout suivit par un doux petit rire de la bouche de l’étudiant. Si le monde le prenait pour un fou avec son foulard, maintenant ils étaient deux à être complètement malades. Et puisqu’ils étaient deux avec une idée pareille, ça le rassurait largement. Il ne serait pas le seul dans cette école à toujours porter la même chose. Il s’en foutait si on le croyait fou de parler à quelqu’un comme elle. Miss Rosie le ressemblait un peu et c’était suffisant pour rester avec elle.

- Harry, je m’appelle Harry Nail. Au fait, tes cheveux roses… It’s look great on you.

Pour finalement se mettre à bruyamment tousser avec l’impression d’avoir avaler un tas de poussière dans sa gorge. Damn it! Un jour il allait finir par prendre un aspirateur, absorber toutes les particules de ce monde et s’enfermer dans un endroit sans poussière shit! Il ne pouvait pas y avoir pire pouvoir sur terre, franchement. Et d’ailleurs c’était quoi son pouvoir, à elle? Oh il y en avait tellement sur terre qu’il ne pourrait jamais arriver à deviner le sien – l’autre fois il avait bien quelqu’un qui faisait du vaudouisme et ça lui en donnait encore des frissons.

- À mon tour de poser une petite question. Tu possèdes quel pouvoir toi, euh… sorry but… c’est quoi ton nom?

C’était ridiculement posé, mais c’était le résultat qui comptait, non?
Revenir en haut Aller en bas
Chelsea S. Lewis
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 94
Inscription le : 19/06/2012
Localisation : Essaye de me trouver ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 19 ans.
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    Dim 29 Juil - 13:42


❝ BECOME A PANDA. ❞



Dans la vie, on a tous un rêve. Un destin, une tâche à accomplir. Si nous sommes nés, c'est parce que l'on doit réaliser quelque chose d'important. Et le but de Chelsea, c'est d'accomplir ses rêves les plus fous. Elle ne croît pas au destin pourtant. Pour elle, tout n'est que coïncidence dans ce monde. Et en ce moment même elle allait accomplir un de ces rêves. Se faire un ami. Depuis que Sidney est enfant, elle a toujours été jeté par les autres enfants de son âge. Personne ne voulait d'elle, personne ne la voulait pour amie. Pourtant, à l'époque, elle était comme autrui. Elle s'amusait de la même manière qu'eux, elle souriait puis riait comme le ferai n'importe quel bambin. Alors elle rentrait chez elle, disait un simple "je suis rentrée" puis partit dans sa chambre. Comme tout les soirs. Et elle pleurait. Qu'importe le nombre de fois où elle restait seule. Elle était juste bonne à mettre à la poubelle. Bonne à jeter, inutile dans la vie quotidienne. Ce mal être continua jusqu'à ses 10 ans. Elle marcha sur la route quand une voiture lui fonça dessus à vive allure. Puis ce fut le trou noir, pendant plus de cinq ans. Immobile, comme la mort. Aussi froide qu'un glaçon, aussi blanche qu'un cachet d'aspirine.

Une mine triste s'afficha sur le visage de Chelsea, puis elle reprit ses esprits, petits à petits. "Oh, désolée... Mais tu sais, même en brun, je suis sûre que tu dois être mignon aussi." Et elle disait vrai. Chelsea avait toujours eu un faible pour les bruns aux yeux verts, ou même ceux aux yeux bleus. Les blonds c'était plus une vénération qu'autre chose. Comme une petite fille vénère sa chanteuse préféré ou son prince charmant. Ils avaient un charme que nul autre homme ne pouvait avoir. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Le parfait stéréotype du beau blond adorablement gentil. Mais bon. On voit ça que dans les contes de fées. Et donc elle sourit au jeune homme, en regardant les nuages bouger lentement, les uns après les autres dans le ciel bleu azur. Puis sa voix laissa sortir quelques sons léger, presque trop clair pour l'entendre. "Ah oui ? Toi aussi tu ne le quitte jamais ? Il compte beaucoup pour toi, pour que tu l'ai tout le temps avec toi, je pense..." Et puis un deuxième sourire se dessina petit à petit sur les lèvres rosés de Chelsea. Alors comme ça, il ne sortait jamais sans son foulard ? Étrangement il ressemblait à la jeune femme. Qu'importe si elle passait pour une folle avec son panda. Elle l'avait sur elle, c''était l'essentiel, elle n'avait besoin de rien de plus.

Après tout, c'est pas comme si le ridicule la tuerai. Il y a sûrement dans ce monde 100 fois pire qu'elle. Maintenant, elle ne se sentirai plus seule. Puisque le jeune homme était pareille. Lui et son foulard, elle et son panda. Elle n'est pas égoïste. Mais c'est juste que ce panda, il compte vraiment, vraiment beaucoup pour Sidney. C'est la prunelle de ses yeux. Pas une vulgaire peluche que l'on achète puis que l'on jette. Non. Si quelqu'un osait la jeter, ou lui faire du mal, Chelsea ne se le pardonnera jamais. Il est arrivé un jour où elle l'avait perdu. Elle a passé la nuit à le chercher, partout, pour enfin le trouver près d'une plaque d’égout. Elle l'avait serré tellement fort que même un humain aurait eu du mal à respirer. Car oui, contrairement à l'humain, les objets ne révèlent rien. Elle pouvait tout lui dire. Ses peines, ses joies. Tout, comme dans un livre ouvert. "Tu trouves que ça me va bien ? Vraiment ? C'est gentil ^.^" Il paraissait sincère. C'était rare les gens qui lui disaient que ça lui allait bien. Les gens chuchotaient, puis rigolait. Et Chelsea ? Elle s'en fichait. Elle est bien dans sa peau, maintenant. "Ah oui, moi c'est Chelsea Sidney Lewis. Et heu... Mon pouvoir c'est une armure invisible... Et toi, tu possède quel pouvoir ?" Puis elle rigola pour cacher sa gêne, et se secoua légèrement les cheveux.







HANMYGAD ♥:
 


Merci à Niito, Nade, Hyuga, Chiharu & Kain pour leurs superbes avatars ♥️_♥️
Revenir en haut Aller en bas
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 22
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    Jeu 16 Aoû - 0:34

Two knaves well met.

Il y avait quelque chose dans le visage de la jeune fille face à lui qui hypnotisait Harry. Elle n’avait cependant rien d’extraordinaire – excepté sa frimousse rosée, qui pouvait possiblement parvenir à enchanter quelqu’un. Mais lorsqu’il s’agissait du Nail, cette australienne l’avait basculé dans un autre monde, comme si tout était plus… rose – cette couleur allait finir par être partout à l’intérieur sa tête décidément! La forme de ses yeux! Voilà ce qui faisait qu’il ne pouvait la quitter du regard, elle avait exactement les mêmes types de miroirs qu’Élizabeth. Pas surprenant qu’il ne voulait pas lâcher son regard d’une seconde, excepté bien sûr les fois ou son envie de tousser devait complètement incontrôlable, ce qui était mieux étant donné le fait qu’il ne souhaitait pas lui donner cette étrange maladie inconnue. Il avait l’impression de se perdre dans les mêmes mirettes que son ancienne amoureuse, comme si les étoiles qui brillaient à l’intérieur se répétaient devant lui. Elle était pourtant loin de lui ressembler, autant dans l’attitude que dans la physique, mais pour ça, rien ne pouvait confirmer le contraire.

Enfin, tout ça pour dire que lorsqu’elle lui répondit au sujet de sa coloration de sa tignasse, Harry ne prêta pas vraiment attention à ses paroles. Elle avait beau avoir se petit sourire au coin de ses lèvres, seuls ses yeux l’intéressaient et le captaient comme un fou - bon, il lui faudrait peut-être changer de disque tout de même. C’était ce qu’il fit justement, lorsque le panda traversa son esprit et qu’il déposa sa main sur la peluche pour la caresser pendant une fraction de secondes, il détourna le sujet de conversation sur leur point de ressemblance. That was so cool! Le hasard pouvait parfois bien faire les choses, non? Il remerciait secrètement cette puissance céleste qui avait l’habitude de lui apporter des ennuies et des malheurs sans jamais s’arrêter. Il imaginait que de toutes les façons, il fallait bien avoir une fin aux passes dépressives dans la vie – et chose en haut était mieux de continuer dans cette direction.

- Ah oui? Toi aussi tu ne le quitte jamais? Il compte beaucoup pour toi, pour que tu l’ai tout le temps avec toi, je pense…

S’il comptait beaucoup pour lui? Ce n’était pas les meilleurs mots pour comprendre la chose. Ce foulard le maintenait en vie. Yeah… In life! Sans lui probablement qu’Harry ne serait pas dans ce lycée et peut-être même pas sur les terres de notre monde. Chaque jour où il voyait l’objet percher sur le rebord de sa commode, il lui permettait de lui donner une raison de vivre. Il pouvait y voir tous les souvenirs qu’ils avaient partagés à eux, Élizabeth et lui, durant sa courte existence. Il lui parvenait à remémorer tout l’amour qu’il portait en elle et à lui rappeler que jamais, mais au grand jamais, personne ne pourrait remplacer la jeune anglaise qui avait tragiquement trépassée il y a plus de deux ans. Et grâce à toutes ses belles pensées naquit sur les lèvres du britannique un adorable sourire. Car son écharpe le faisait sourire, mais aussi cette Miss Rosie avec son panda. Qu’avait-elle à cacher, elle aussi? Il espérait que ça ne soit pas une aussi grosse tragédie que la sienne. Personne ne méritait ce genre de fin. Puis, voyant bien qu’elle ne connaissait pas encore son nom, Harry s’était présenté en complimentant sa couleur de cheveux qui lui allait à ravir. Était-ce honnête? Plus ou moins. En réalité il ne savait pas s’il possédait des sentiments positif ou négatif envers la coloration anormale de la chevelure. Il les avait simplement transformé en de bonnes émotions, pour cette fois. Suite à un grondement de sa gorge, il lui avait demandé quel type de pouvoir elle possédait. Why not? Il était curieux maintenant… Oui, un Harry curieux, il trouvait ça légèrement comique. Il n’avait jamais aimé fouiner dans les choses des autres quand il était petit et depuis son entrée ici il adorait être curieux. Ça apportait pleins de découvertes, non?

- Tu trouves que ça me va bien ? Vraiment ? C’est gentil. Ah oui, moi c’est Chelsea Sydney Lewis.

Chelsea? Ah, c’était plutôt commun, ça, comme prénom. Heureusement pour elle, ça lui collait très bien et ça faisait disons… sans l’offenser, quelque peu gamine, comme son caractère. Mais il ne fallait pas croire qu’il détestait son côté enfantin! Non, non! C’était juste… spécial quoi. Au moins elle n’avait pas reçu un nom bidon comme le sien. Des Harry il y en avait partout! Et tellement que ça n’étonnait plus personne sur cette planète. La seule chose qui le différenciait c’était son Nail, yeah. Les moqueries dans son cas étaient souvent de mises. La dernière fois qu’il avait dit son nom de famille à quelqu’un, il avait dû lui montrer sa carte d’étudiant pour qu’il le croit tellement que l’autre était mort de rire. Ah… That was the life of a british!

- Et heu… Mon pouvoir c’est une armure invisible… Et toi, tu possède quel pouvoir?

Attendez… Avait-il bien entendu?! Une armure invisible? Alors là, il s’était pas attendu à un truc dans le genre. Quoique, non, n’importe quoi ça aurait était bizarre avec elle. Pas qu’elle était étrange – bon si un peu, mais un pouvoir, à la base, c’était inhabituel. Donc peu importe la personne, peu importe l’endroit ou les circonstances, ça faisait étrange. Au moins elle était chanceuse, elle, elle avait une protection qui ne risquerait jamais de la nuire, au grand contraire de lui. Harry retroussa ses lèvres en direction de Chelsea, faisant un peu éclairer ses dents au passage, avant de se mettre en position indien.

- Chelsea c’est un très joli nom, en passant. Et en plus tu possèdes un pouvoir quand même cool… It’s not my case.

Oui, car les poussières s’étaient chiant à la longue. En plus d’être emmerdantes, elles n’étaient pas faciles à contrôler et il y en avait partout. Aucun endroit sur terre n’était à la merci de ses particules, pas même dans une agence de nettoyage. L’air regorgeait de ses particules et le corps humain en possédaient une infime partie collée contre sur sa peau. Harry observa pendant quelques secondes l’air environnante à ses yeux et remarqua que ses amies étaient plus nombreuses, mais pas assez pour que l’on puisse discerner son don. Alors il se concentra, cloua ses yeux et pensa très fort à une image dans ses pensées. Il sentit toute sa psychique se centraliser sur son objectif et quand il ouvrit ses yeux, un panda en poussière se tenant face à lui et la jeune fille, il sourit de la plus belle.

- Je contrôle les poussières, expliqua t-il à la frimousse saumon. Ce n’est pas extraordinaire, mais bon, on fait avec ce qu’on a…

Il fit lentement bouger les pattes de l’animal et, malgré que sa tête recommençait à tourner, il força l’amas de scories à aller se poser sur les jambes de sa connaissance. Le panda bougea encore pendant une trentaine de secondes, puis, épuisé, Harry laissa retomber les poussières dans les airs. Aussitôt son don en mode « off », le Nail ne put s’empêcher de s’écraser contre la pelouse de la cour, à bout de souffle et des maux de ventre dans son estomac.

- Désolé… Je ne peux pas faire mieux. Elles sont incontrôlables! – il laissa passer une longue pause. Dit… C’est un peu indiscret, mais… Why… Pourquoi tu trimbales un panda avec toi?

Il n’en pouvait plus de tenir cette question sur le bout de sa langue et, sans trop le vouloir, elle était sortie toute seule. Ses mots passés, il regrettait un peu son côté curieux. La curiosité était un vilain défaut et pourtant, il le savait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tu veux être mon ami ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu veux être mon ami ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Extérieur :: La Cour-