AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hallelujah J. Werth
avatar
spirit

Féminin Age : 21
Messages : 107
Inscription le : 26/06/2012
Localisation : Dans un paquet de Chips !


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1° année/16 ans √
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   Jeu 28 Juin - 17:31

(c) fiche



SAMAEL, TU PUES !
Ce fut la faim qui me réveilla.
D’autres avaient le chant du coq, les aboiement du chien, les miaulements d'un chat... Moi comme la grosse conne que je suis, j’avais la FAIM. Persuadée de n’avoir plus que quelques toutes petites heures de sommeil à dormir, je me lève en sursautant en tâtant du bout des doigts le mur à la recherche de ce putain d’interrupteur qui à priori, aime jouer à cache-cache. Quelque minutes plus tard, la lumière inonda ma chambre, et tout en étouffant mon bâillement du DIAAAAAAAAAABLE, je pousse le rideau de la baie vitrée en face de moi, découvrant alors à ma grande surprise qu’il faisait encore nuit. Forcément, à trois ou quatre heures du matin, c’est très normal, je crois. De toute façon, moi j'aime pas la pas-normalité - Vous l'avez tous compris, ça, je pense.. - et je suis biologiquement conçue pour me réveiller aux heures les moins adaptées pour pouvoir satisfaire mes besoins divins. Et la preuve irréfutable de mon raisonnement est mon horloge en forme d'animal à groin de la famille des Suidae, qui égrène lentement les secondes et les minutes.

PUTAIN. Il n'est QUE onze heures et demi !

Mouarf. En parlant de cochon. Les porcs les plus célèbres sont Porky I, un empereur depuis 1948 , Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine Le Pen, Peggy la Cochonne et enfin et surtout mon ancienne grosse voisine qui pèse 200 kg. Deeee plus, le cochon n'a qu'un rêve : conquérir le monde animal. Dans ce but, les zens ont créés plusieurs milices dont la plus célébrée est la Garde Porcine qui est composée du Porco Alentajano porc noir du portugal et d'Iron Age Pig, ces derniers connus pour leur dextérité formant le corps de combat. Les porcs qui ont tenté à plusieurs reprises de conquérir le monde animal ont toujours échoués. Malgré leur laideur et leur stupidité légendaire comparables à celles d'Aidan, ils ont réussi à se rendre populaire grâce à leur ancien empereur Porky I qui fut une star du cinéma.

Ah, et aux dernières nouvelles, les porcs sont dirigés par Halouf II. C'EST CLAIR MAINTENANT QUE... Que les porcs sont plus que jamais une menace pour le monde animal.

Enfin bref, retournons à nos moutons, maintenant que je sais QU'EN FAIT IL N'EST PAS DU TOUT 3 OU 4H DU MATIN... C'est magnifique, tout mon splendide raisonnement se barre en couille. Et je ne sais pas pourquoi mais je sens que je vais me faire taper parce que... Ma voisine de chambre elle dort. Et elle déteste plus que tout au monde la fatigue, pzque c'est un état physiologique qui apparait quand on fait des nuits blanches ou quand on est fatigué ou quand on fait des nuits blanches...... Alors, étouffant un nouveau bâillement, je me glisse rapidement hors de la chambre. Puis un vent glacial me parcours, je frissonne : les couloirs ne sont pas outrageusement chauffés, comme ma chambre qui ressemble vraiment à un sauna. Et forcément, quand on passe de la Guadeloupe à la Sibérie... /meurt/

Je plonge mes doigts frigorifiés dans les petites poches en soie de ma sublimissime et royale robe de chambre, et me mets à explorer les alentours. Ici, à Aomori, on est plus d'une centaine à y vivre 24h/24, il ne faut donc pas s’inquiéter de tomber sur un inconnu ; et puis, à part les salles de cours et toussa, il y a forcément plusieurs belles et grandes cuisines, forcément. Néanmoins, à défaut d’en trouver, j’aurais quand même explosé un distributeur de BONBOOOOONS au passage.

Avec la grâce de Dexter, l’élégance d'un éléphant en tutu et la discrétion d'un mammouth des neiges, je me faufile dans des couloirs qui me sont en fait totalement inconnus – du moins c'est mon impression, puisque je suis à moitié endormie - Je ne fais que suivre les chemins qui sont les plus jolis hihi - parce que j'aime ce qui est zoli zoli hihihihihihihh hahaha ooho ooh oui XD LOL PTDR -, alors, je gambade joyeusement, je dérive dans les eaux tièdes de ma royale folie, j'improvise des danses, je raconte ma vie aux tableaux, je chevauche les rampes d'escaliers, je bondis sur les petites fissures du sol en faisant attention à pas tomber dans la marre aux crocodiles... - C’est vulgaire, effrayant, presque dégoûtant voir écœurant ce que je dis, quand on y réfléchis bien bien bien bien.... Mais, je ne suis pas une hyène, et nous ne sommes pas dans un Disney. - J’erre donc comme une joyeuse âme, les hurlements de mon ventre se faisant de plus en plus bruyants. Avec une certaine ironie, je songe qu'au fait que dans les films d’horreur, l'apparition des monstres sont toujours précédés d’un bruit quelconque qui devient angoissant. Moi, je m'annonce avec un royal gargouillement.

C'est so Glam’ !

D'ailleurs, je suis tellement glam que je vais certainement me faire élire miss Aomori du moi, avec mes futures cuisses de poulet mangés à mains nues de onze heures et demi, et mon mystique karaoké de bruits organiques. Je sais tellement pas comment est-ce que je vais faire pour trouver les cuisines que je me dis qu'en fait, si je croisais un insomniaque, là, maintenant, bah je l'enroulerais dans un tapis en le prenant pour une crêpe, mouahaha !
Et puis, quelques looongues minutes plus tard, je ne sais comment, je ne sais vraiment pas comme est-ce que j'ai fais pour arriver dans la cour d’entrée de l'institut. Mon sens de l'orientation a un putain de flair, en fait
Je prends donc mon courage à deux mains et je me transforme en une louve courageuse et solitaire, wouhou ! Je contourne la muraille de chine et me mets à courir dans tous les sens en direction de la ville. Même que je suis tellement contente - pour rien, comme d'hab - que je ne remarque mêêêêêêêêême pas que y a quelqu'un qui me suit !
Et dooonc...- *meurt* -
Les rues du village se reconfigurent au gré des envies et des perceptions de ses habitants et c’est une toute place à la décoration somptueuse qui accueille la royale blondasse que je suis. En fait, je ne suis pas arrivé ici par hasard. Comme je l'ai dis, mon instinct a du flair ! Le fait d'avoir faim et toussa ce n’était que des vulgaires épreuves destinées à me diriger vers mon.... Mon... Mon achèvement ultime ouais ! Vers ma forme suprême ! Parce que 'faut pas oublier que je suis ZE l'élue.
Un sourire onirique aux lèvres, je me mets à danser - comme un babouin certes - une danse de la pluie pour achever ce rituel de... De formation suprême. - *re-meurt* - Perdue dans une cognition délabrée, je finis par me placer au milieu de la place, patiente d’une manière presque solennelle. La patience ne relève pas de mes qualités, mais je sais bien apprécier l’attente d’un bon jeu. Et en ce moment, j'attends le maitre du jeu. Celui qui va me montrer la voix.
Des filaments de cheveux viennent caresser les hauteurs de mes pommettes. J'ai l'air folle, dingue, complètement maboule, je l'avoue. J'ai l'air cruche et stupide. Mais vous savez quoi ? Je vous emmerde, mouahaha. Je profite juste de la vie, parce que je l'adule, je l'aime, je l'adore, je l’idolâtre ! Et si l’homme en noir qui va arriver rend fier hommage à mon statut de super-boss-de-la-mort-qui-tue, la partie ne sera que biiiien sucrée cette fois.

Tchoubidoubidou, niwou-niwou-niwou !

J'entends du bruit. - Non ce n'est pas mon ventre qui est toujours entrain de souffrir d'ailleurs - Je surprends un mouvement dans l’ombre d'un coin, je bondis sur le côté vers cette dernière telle une gazelle estropiée.

HALLELUJAH ♫
« HAUT LES MAINS, PEAU DE LAPIN. »

Ah et,comme je dis toujours, quitte à déranger un psychopathe, autant lui demander où trouver les haches et le couteaux, hein. Alors :

HALLELUJAH ♫
« T'as d'la bouffe sur toi ? »







« Ce post est
crétin
et pas du tout
intelligemment
crétin ! »


Cette signature est conne et pas du tout intelligemment conne !

Spoiler:
 


Dernière édition par Hallelujah J. Werth le Lun 2 Juil - 3:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samael Zhen Juan
avatar
spirit

Masculin Age : 22
Messages : 83
Inscription le : 15/06/2012



MessageSujet: Re: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   Lun 2 Juil - 1:12

Suite au harcèlement !! ¯\_(ツ)_/¯




Samael se réveilla brusquement, une respiration haletante et la trace de sueur sur son corps marquant le cuisant sommeil qu’il vient de faire. Des violents maux de tête le transportaient, la douleur l’avait cuisiné. Il projeta son regard à travers les ventaux entre-ouverts, la face blanche recouvrait encore cette zone-ci. Samael resta immobile plusieurs minutes, assis sur son lit le regard vide avant de se lever en se cognant au lit supérieur : Quelle jolie invention les chambres au lit superposés. Une multiplicité de juron lui parcourant l’esprit avant l’objet inanimés mais modéra son agressivité.
Suite à ce léger incident, il se dirige lentement vers la salle de bain pour oublier la nuit passée et purifier des toxines accumulées dans tous les muscles. Il entra dans la douche, en se plaquant contre le mur, manquant de tombé. La journée s’annonce génial
« Si tu te jettes dans un puit, l’heureuse providence n’est pas tenue de venir t’y chercher » : cette idée prit tous son sens, à son réveil.
L’eau tombait de la pomme de douche, ruisselant le long de son corps. Mais le réveil laborieux, lui fit oublier la chemise blanche lui collant au corps maintenant. Samael la retire avec vivacité tapissant ainsi le fond du bac de rétention. La douche lui rappelle la désillusion du réveil, une noirceur des songes. Une nouvelle journée ici, au pensionnat à suivre des cours qui ne l’intéresse pas forcement.

Un existentialiste disant « Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l'autre. ». Quel sottise de dépendre des autres, La société moderne, sous l'impulsion de la technocratie fanatique, entreprend l'isolement de chacun. Une remarque intéressante vite écrasé par la croissance dévorante.
Samael ferme le robinet mélangeur coupant ainsi l’arrivée d’eau, avant de sortir en attachant maladroitement une serviette à la taille. Il examina ça montre : Seulement onze heures, même son esprit se rebelle contre lui. Que faut-il croire si l’esprit n’est plus le reflet de sois…

Extrait un jeans et passe une chemise sans prendre le temps de la boutonner ni d’arranger sa chevelure. Qui risquerait-il de croiser à cette heure-ci ? - Seules les fous ou les ennemies de Morphée.
Quitta sa chambre pour finir dans les couloirs, un vrai labyrinthe de nuit, tous les repères s’effacent sous une couche de gris. Rien ne sembler bouger, loin de l’agitation et les vas et viens de la journée. Le silence y règne en maître mais vite perturbé par des bruits des grincements et d’un pas lourd d’un individu naviguant dans le Pensionnat :
-Un somnambule perdu dans l’abime de son subconscient or un insomniaque énergique, lui aussi en quête d’un but.
Rien qu’à l’idée de l’excès d’énergie qui habite l’auteur des bruits, lui en provoqua un bâillement de fatigue. Avance avec légèreté dans ce bâtiment morose jusqu’à finir enfin dans le hall bien vide à cette heure-ci. Samael se demandait que faire à cette heure.
- Faire une description de chaque tableau croisé dans le dédale de couloir ? Je suis sûr que tu adorais Hall ^°^
Durant cet interlude , Samael quitte lentement le pensionnat.

Ce baladant au gré du vent le long des voies de circulation étrangement vide, s’enfonçant lentement dans les ténèbres, alors que le philosophe, dans ses passions et ses ennuis naît qu’après la réflexion. Il marche la nuit, précédé d’un flambeau. Samael avance sans but précis cherchant une meilleur solution pour investir son temps.
Ne faut-il avoir du temps perdu pour en apprécier la valeur ?
« Il y a le temps de la pédagogie, de la concertation, du dialogue, et à un moment donné il y a le temps de décision » Samael pris le choix d’aller à droite. La chaleur de l’été était semblable à une étude mais l’idée d’aller au port pour se rafraichir lui donne des aigreurs intenses. Samael poursuivait sa ballade nocturne, l’opulence, les dorures des bâtiments l’écœuraient. Une ville qui se veut moderne effaçant les traces des monuments de superstition. Ceci les anciens signes des religions, baigné dans la consommation est le matérialisme enveloppé dans l’épaisse et éternelle fumée de charbon masquant ainsi un jolie Crime piaulant dans la boue d’une ruelle. (-elles n’existent pas)

Une place se dessiner au loin, un être de chair s’y tenais au centre, comme perdu dans l’étendue de béton, une tâche gâchant un chef-d’œuvre. L’astre lunaire joué sur la place permettant ainsi, d’entrevoir les fines courbes drapées dans une robe laissée transparaitre de fine volute de son corps, le vent faisait virevolter sa somptueuse chevelure blonde. L’indifférence le parcourra tel le frison qui se glisse le long de son dos...
Samael s’engage sous les arches, La raison lui dicter le contraire mais la passion l’entraine. « Mais la raison est comme la montre dans sa poche: on ne voit pas l’aiguille marcher, mais ce n’est qu’au bout de quelque temps qu’on aperçoit du chemin qu’elle a fait. » Tout comme l’aiguille il déambule sous les portes convexes, mais sa course fut brusquement stoppée par cette silhouette entre aperçus. La jeune femme apparait soudainement d’une des arches, en énonçant « HAUT LES MAINS, PEAU DE LAPIN. » sur une touche d’agressivité.
Samael balaye rapidement le physique du quidam se présentant à lui

- Si tu refuses de discuter avec les sots, avec qui discuteras alors ?
Dans cette situation le froid mordant de l’hiver lui manque, étendu blanc où les sots reste chaudement chez eux: « En voulant éviter un défaut, les sots s’y jettent dans le défaut contraire ».
A chaque minute nous sommes écrasés par l’idée et la sensation du temps. Et il n’y a que deux moyen pour y échappé à ce délicieux cauchemar : le plaisir et le travail : Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons !

Samael porta son attention sur cette jeune femme, des cernes étaient visibles sous les yeux, une marque d’un réveil difficile ou écourté. Une créature ne dépassant probablement pas les 1m60, une chevelure au reflet solaires, milles cavalier aux manteaux d’or. Mais cette apparence le laissa stoïque achevant lentement sa cigarette, dévisageant l’inconnu. Pourquoi était-elle ici à une heure si tardive, drapée d’une simple voile de tissu, or lui-même n’a pas une tenue descente. Son moment de léthargie s’acheva sur « T'as d'la bouffe sur toi ? » . Samael se demande le but de cette rencontre ?
Il écrasa le mégot de cigarette devant-elle et ajoute sur un ton neutre :

« La moindre des politesses c’est de saluer avant de réclamer ! » Marque une pause et reprend « Donc, bonsoir »

Soupir légèrement, avant de passer la main dans c’est cheveux,
« La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. »





Revenir en haut Aller en bas
Hallelujah J. Werth
avatar
spirit

Féminin Age : 21
Messages : 107
Inscription le : 26/06/2012
Localisation : Dans un paquet de Chips !


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1° année/16 ans √
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   Lun 2 Juil - 5:41

(c) fiche



SAMAEL TU PUES PAS!
Haha. Hahaha. Hahahahaha. C'est un malade. Un fou. Un dingue. Un diiiiiingue, j'vous dis ! Mon dieu, je vais passer ma soirée avec un dingue. J'vais finir par demander à être réhabilitée, moi, j'vous jure, c'est pas possible, sinon ! Tsss. Cette tronche de cake mal fagotée et un peu moche sur les bords a surement l'habitude de déprimer tout le monde, mêêêêême les animaux domestiques qui, à cause de ça, ne prennent même plus la peine d'user de leur litière pour faire leurs besoins. Comme c'est charmant. Merci donc Samael - Alias Nishi - de la part de toutes tes victimes - dont je fais partis - endeuillées de leur belle moquette qui à présent puait un peu le caca, et ce, dans tous les sens du terme.
Haha.
Non, mais attendez, vous avez pas vu ce qu'il fait, là ? Il... Il... Il a écrasé sa clope par terre. SUR LE SOL. Déjà qu'avant ça il me regardait comme si j'étais un extra-terrestre, voilà que maintenant il joue les pollueurs...
Non parce que vous savez, bien que la clope découverte par Christophe Couillomb. - Car, en effet, alors qu'il marchait le long d'une plage du pacifique, il trouva sur le sable un paquet de Marlboro light et un briquet - soit destinée à rendre heureux et à faire passer au fumeur des moments chauds et inoubliables, elle n'est PAS une amie... Et, bien que la clope améliore plein de capacités chez l'homme comme par exemple la capacité à faire chier les non fumeurs - Comme le fait siii bien Samael - ça peut constiper, diarrhée-aliser, bousiller les poumons, pour enfin a-gre-ssi-vi-si-si-ni-ser la personne fumeuse.

Mais t’inquiètes pas, Samael, tu trouveras toujours des mauvais esprits, des contre révolutionnaires, des anarchistes galeux et puants qui sont là pour te mettre des bâtons dans les roues, pour te décrédibiliser, t'humilier et te ridiculiser. Et ces suppôts de Satan, immondes déchets indécrottables... J'en fais partis. Mouahahaahahahaah. Alors je te conseille d’arrêter mon petit. Même si ça peut être choquant pour toi. Même si tu peux plonger en pleine dépression... - Hahaha et là, qui c'est qui va encore en profiter ? L'espèce d'enculé de toubib nymphomane du coin, bien sûr. -

Bref. Comme tu l'as si bien constaté, Samael, l'avenir de la clope est soooooombre, vu que c'est le M-A-L ! Et l'avenir de l'homme l'est encore plus car un gars qui ne clope pas ou plus est un gros minable. Mais, c'est pas grave tu sais. Si t'en deviens un, je te soutiendrais. Et je ne dis pas ça parce que dans ce cas là je suis une grosse minable aussi, no no no no, absouloutly no.

Donc. Samael - qui en fait n'est pas aussi moche que ça - a sortit une phrase qui servait à rien, il a dit, en gros, que j’étais rien qu'une mal-polis, d'abord. C'est pas vrai parce que moi, je l'ai quand même salué comme je salue Aidan d'habitude. Et D'habitude, Aidan se jette sur moi en me faisant des bisous. Et ce beau brun-fumeur il fonctionne pas comme ça on dirait. C'est dommage. Je vais devoir le convertir. Han.

D'ailleurs, à peine j'allais lui demander d’arrêter de faire son crevard et de me faire un gros câlin qu'il a sortit DES phrases complètement... Mais coooompletement.... MAIS COOOOMPLETEMENT bizarres, j'ai même commencé à agiter rapidement la tête de gauche à droite pour essayer de comprendre - Non mais je la comprend tout à fait hein, la phrase, oui oui -

SAMAEL ♂
« La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. La politesse est une clef en or qui ouvre toutes les portes. »


...Sans blague. J'l'aurais pas deviné moi-même, tiens donc. Heureusement qu'il est là, gnii.
Ouais, bon, okay. J'ai un peu exagéré. Il l'a dite que trois fois cette phrase. Deux. BON. OK. Une fois. MAIS ! Même. Il l'a quand même dite. Et j'ai pas aimé. J'ai tellement pas aimé que c'est comme si j'avais pas écouter les autres trucs qui sont sortit de SA bouche, même s'il m'a apparemment cru assez crétine pour croire que j'allais le laisser penser qu'il pouvait penser en réalité que je pensais que je comprenais rien pour le laisser bien sur penser qu'il était le plus fort. Alors moi, je rétorque :

HALLELUJAH ♫
« AAAAAAH KEUPIN. Comment t'as essayé de faire ton crevard là. LOL. Genre tu crois que j'ai pas compris là, hein ? Vasi tu veux me pulvériser là ? »


Bref. Après avoir fait comprendre à ce taré que dans sa réplique, y avait quelque chose qui clochait, puisqu'il pourrait jamais m'avoir, MOI. L’élue. Et aussi après l'avoir lorgné assez bizarrement, je soupire. D'un grand soupire bien long, à s'en fendre l'âme. Et puis, tout en posant mes mains sur les hanches, en levant un peu la tête pour le regarder de haut, avec un regard mi froncé mi blasé je me mets à rigoler comme une dingue. Hahahaaha il a peut-etre cru que je l'aimais pas en fait. Mais nooon. C'EST FAUX. ITZ' WOURONG ! C'est clair que je l'aime ! J'aime touuuuuut le monde. Et lui aussi. Même si je l'ai déjà dis.

Vous s.... Han mais. Minute... Minute... Je suis bête en fait. Parce que Samael il est con. C'est un pure connard. Oui, car un vrai con se croit plus intelligent que celui qui ne sait rien comme moi, soit, cette espèce humaine ayant des problèmes d'intelligence qui dit que c'est toujours l'autre - Comme vient de faire Samael en disant que c'est MOI la mal-polie - N'EST PAAAAS celui qui a compris plein de choses que beaucoup de personnes ne comprennent pas, 'comprenez ?

J’arrête de rire d'un coup. Puis je fixe le gars. Je me mets à marcher vers lui, puis à courir, à voooooler ! Contre le vent lui-même ! Sauf que voilà : Coup du sort ou plan machiavélique déjà tout prêt préparé : avec toute la grande maladresse dont je fais preuve, je trébuche sur un petit caillou et me ramasse en beauté. Sauf que j'ai entrainé Nishi dans ma chute. A cause de mes reflex. Oui parce qu'en tombant, j'me suis retournée, et j'ai tiré sur le bras du jeune homme et il s'est écrasé sur moi. Ouais. IL m'a écrasé. Moi j'ai rien fais.
Pff... IL a fallu que quelqu'un tombe LITTERALEMENT sur moi quoi. m’entraînant dans sa stupide chute. Bah oui. Ça aurait pas été assez bien pour le destin, sinon. Pensez-vous donc.

Quoi qu'il en soit, alors que je suis maintenant en sandwich sous... Sous... une masse-humaine non-identifiée, je peux vous dire que j'ai soudainement – et très étrangement, beaucoup plus de mal à respirer. C'est étrange, non ? Moi, je trouve ça étrange. Étrange que celui qui se trouve sur moi n'ai pas décidé d'entamer un régime. Ouaip. C'est vraiment un mystère, ça. Sans oublier le mystère numéro deux : POURQUOI CE SALOUPARD RESTE LA, SUR MOI ? Ça lui plaît ? J'suis confortable, c'est ça ? Ou alors il tient à finir comme la torche principale d'un feu de bois, c'est ça ? Enfin, heureusement, vient le moment où la future-torche-humaine vient à se décider de prendre la décision ultime de sa vie : me laisser libre cours à l'utilisation de mes poumons, en se décalant un petit peu. Et là j'ai envie de dire : chapeau l'artiste !

Enfin bref. Me redressant que très légèrement, toujours en restant en-dessous de la masse-humaine non-identifiée, et en prenant appuie sur mes coudes, je lance à Samael un regard mi-las mi-dépité mi-énervé. La lumière blafarde de la lune qui s’était répandue sur le beige ambré de mes prunelles se dilua EN l’espace de quelques instants formant une nuance de vert gris tandis que je plongeais mon regard dans le sien. Il... Il avait de beaux yeux verts. Tellement beau que le flux de mes pensées faisait un peu fasjbfajkfbahfbafabfajvava.

Et bien sur, pour conclure en beauté, je me pince sensuellement les lèvres et je finis par lancer un truc complètement OUT :

HALLELUJAH ♫
« Hii. Ça s'rait bien que les vaches volent. »



« Attention !
Pendant que
vous lisez
tranquillement
ce post',
un con est
peut-être en train
de brûler
votre voiture. »


Cette signature est conne et pas du tout intelligemment conne !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Samael Zhen Juan
avatar
spirit

Masculin Age : 22
Messages : 83
Inscription le : 15/06/2012



MessageSujet: Re: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   Mar 3 Juil - 1:17




Dans l’étude de cette soirée, le bruit au loin semblait avoir disparu 。。。

Samael se trouvait en compagnie d’une parfaite inconnue, aux allures étranges. De par sa tenue peu conventionnelle surtout à une heure pareille. On pouvait lire un sentiment de surprise sur son visage blafard, vite transformé en stupeur. Son attention semble être bloquée, focalisé sur la cigarette, petit rouleau de tabac enveloppé dans son papier fin. Certains se présentent retissant à elle mais « les cigarettes ont au moins le charme de vous laisser inassouvi ».

Des pays adoptent la loi Evin visant à réduire la consommation d’alcool et de cigarettes, en tant que produit néfaste pour la santé et impliquant une forte dépendance.
– Merci de nous laisser seul maître d’en juger. Le travail tue or on ne le réduit pas ? Pourquoi donc
Cette occulte personne semble être perdu dans ses pensées .Enfin seulement si elle est doté de cette capacité, autres qu’énoncés des phrases sans raison logique apparente (-elles n’existent pas).
Samael souhaiterais continuer sa balade nocturne, mais la passion dévorante lui dicte le contraire : « Reste ici ! Avec un petit appât, on capture de gros poissons ». Quitte à use du temps autant l’investir pour son plaisir.

Le silence est d’or dit-on or il vient de nouveau être rompu inutilement par cette créature bornée, alignant difficiles une suite logique de moi. Probablement la fatigue jouant sur les dernières synapses intactes « AAAAAAH KEUPIN. Comment t'as essayé de faire ton crevard là. LOL. Genre tu crois que j'ai pas compris là, hein ? Vasi tu veux me pulvériser là »

La mort est une affaire très monotone et ennuyeuse, mon conseil est de ne jamais avoir affaire à elle ». Il pense avoir trouvé une autre personne foudroyé par la mort cérébrale, une forme de démence manifestant sur des cas défiant la raison.
Samael se demande de plus en plus si cette inconnue n’est pas sous l’emprise de produit psychoactive. Les signes avant gardistes sont pourtant bien présents ici. Il s’efforça de comprendre, enfin fait mine de s’y intéressant avant de décalé son attention pour admirer le ciel : La Voie lactée bien moins complexe et aussi intéressante.



Il fut pris de court, n’ayant pas prévu cette éventualité. Il se trouve être pris dans le tourbillon de la folie, ne sachant pas vraiment comme il se retrouve au-dessus d’elle. Cette parfaite inconnue est bien maladroite. Samael confina sa colère, après être sali psychologiquement, il se trouve être souillés physique par les résidus jonchant le sol et de la poussière volatiles.

La contrepartie de cette situation, il avait gagné un magnifique coussin amortissant légèrement sa chute. Cette inconnue avait la chance d’avoir une stature, un corps plutôt agréable et de délivrer une multiplicité de sensation. Il reprit ses esprits quelques secondes après, remarquant enfin qu’il était tombé tout son poids, sans ralentir sa chute. Samael se trouvait confortablement installé sur elle, pouvant sentir chaque contraction de son diaphragme à chaque respiration. Il prit le temps de l’admirais un peu, plutôt ravissante avec une odeur appétissante émanant de son corps.

Samael s’endormirait bien sur ce matelas précaire, mais elle ne doit pas probablement pas être de cet avis. Il le comprend de par le regard menaçant qui lui était adressé, toutefois cette situation l’amusé, le rendant souriant. « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Il se redresse lentement en s’aidant de Hallejulah, libérant ainsi cette pauvre créature de son étreinte étouffante. Reste accroupie en tendant une main « Vous n’êtes pas très adroite quand même, vous n’allez pas rester allongé sur le sol quand même. » ajouta sur un ton rieur pour reprendre une octave plus bas « Vous n’êtes pas fais mal ? ». Samael dicte cette phrase par simple mécanisme que par compassion car il est plus facile de déplacer un fleuve que de changer son caractère.

Il reprit un regard critique à l’entente de « Hii. Ça s'rait bien que les vaches volent. » Aurait-elle pris un mauvais coup sur la tête ou tout simplement la folie - Entre la folie et le génie la frontière est mince. Seule la folie reste tandis que les fous passent.

Samael ne souhaitait pas répondre de nouveau, préférant se cacher derrière un sourire sur les lèvres. Samael épousseta ses vêtements avant de remettre une cigarette dans le bec et l’alluma. Il inspira de bonne bouffé en penchant légère la tête en arrière, en évitant de rejeter la fumée sur la jeune femme, toujours allongé sur sol.
Il hésite sur le rôle à prendre vis-à-vis de cette rencontre, se faire passer pour gentil ? Cette idée l’amusé quelque peu. Il ne se rendit pas compte qu’il réfléchissait à haute voix en susurrant légèrement.

Des bruits de pas se font entendre sur les pavés, un groupe d’individus semble de se diriger dans leurs directions. Les silhouettes grossisse petit à petit mais Hallelujah ne semblait pas décider à bouger, peut-être que les immondices et la froideur du sol lui plaise ? Il s’adosse contre une arche de nouveau son regard sur la jeune femme, savourant la vue et sa cigarette par la même occasion, en voyant sa cigarette se consumé au fur et à mesure.


Revenir en haut Aller en bas
Hallelujah J. Werth
avatar
spirit

Féminin Age : 21
Messages : 107
Inscription le : 26/06/2012
Localisation : Dans un paquet de Chips !


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1° année/16 ans √
Pouvoir(s):
Club:

MessageSujet: Re: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   Mar 3 Juil - 23:48

(c) fiche



LOOOOOOOOLZ!
Dé-chi-rée.
Un mot. Trois petites syllabes. Sept... Euh, non. Huit lettres. Dont trois voyelles. Trois putains de voyelles. Et rien que ça, rien que ça, ça me fout la gerbe. Et sûrement l'effet de ma chance et de ma bonne étoile : quand je me suis réveillée tout à l'heure, j'étais encore déchirée. Et là aussi, je le suis encore. Et d'ailleurs, je pense que ça se voit rien qu'à la gueule que je tire. En même temps 'faut dire que le sol, c'est limite s'il devient pas mouvant, là, avec l'autre porc qui m’aplatit carrément.
Mes bras, mes mains gantées restaient raides le long de mon corps et sommeillaient péniblement, excitées par une présence qui n’aurait jamais dû se faire si insistante. Mais vous savez, ce gars, il avait beau puer la clope et peser 1980KG, c’était assez agréable de sentir ses doux cheveux sur mon visage. Je sentais battre son cœur contre le mien. Et la position dans laquelle je me trouvais ne faisant qu’accentuer le ronronnement bruyant de ma poitrine. C’était pas si gênant en fin de compte. J'me sentais en sécurité, vraiment. Alors, inconsciemment j'ai plongé mon nez au creux de sa nuque... Je n’étais plus apte à parler, tout ce que je pouvais faire c’était exprimer l’impact qu’il avait sur moi entre deux soupirs bruyants.

Enfin bon. Ça n'a pas durer longtemps tout ça puisque maintenant, il me laisse enfin respirer pleinement. Et moi, je reste allongée par terre comme un vulgaire paillasson. Je me contente juste de fourrer mes mains dans les poches de ma robe en soie tout en croisant un tout p'tit chouilla mes jambes.
Et hop, nouveau soupire. Regard levé vers le ciel, je rumine des choses incompréhensibles en silence.

SAMAEL♂
« Vous n’êtes pas très adroite quand même, vous n’allez pas rester allongé sur le sol quand même. Vous n’êtes pas fais mal ? »

...Rah. Va crever pour que je te réponde, connard. Pff. C’est dans des moments pareils que je me dis que j’aurais vraiment du rester dans ma piaule. J’aurais mieux bien de ne jamais quitter mon lit d’ailleurs… Je suis dans de beaux draps maintenant. Ce Samael, qu'est-ce que je vais pouvoir bien faire de lui, moi ? C'est un cas désespéré, celui-là. J'espère qu'ils sont pas tous comme ça, dans le futur, parce que sinon, mon dieu, il craint vachement, l'avenir de la planète. J'dirais même qu'on est dans la merde. Ou alors c'est que y a vraiment eu un gros bug pour le passage à l'an 2012 et ça lui a lessivé le cerveau !
Ah, et quand j'pense que j'suis sûrement le seul à pas le vouvoyer. L'horreur. Ça craint. Ça craint tellement que j'peux pas m’empêcher de me gifler moi même, sur le coup.

Et puis vous savez quoi ? J'aurais aussi mieux fais de ne pas avoir faim, mais c'est plus fort que moi, Je suis biologiquement conçue pour avoir la dalle aux heures les moins adaptées. D'ailleurs, en ce moment, j'ai envie d'une bonne grosse cuisse de poulet à mordiller en m’engraissant les doigts. Je suis une fille, et pourtant je suis loin de manger équilibré ou quel que soit le type de repas stéréotypé que la plupart des adultes imaginent vous voyez. Moi, le midi, je mange du chocolat au lait fondu sur du pain beurré, au petit dej' je me fais un steak, et visiblement, à onze heures et des brouettes, j'aime m'envoyer un poulet dans l’œsophage.

Voyant quelques personne passer nous regarder bizarrement, je me rends compte que je suis un peu dans une position tendancieuse, et que je parle à ce beau brun comme si c'était n'importe qui. Bon, en l’occurrence, c'est un peu n'importe qui, c'est pas comme si c'était un sur-homme, non plus. Mais voilà, quoi. Pour moi ça semble normal, mais je suppose que ça doit leur faire bizarre de voir une jeune fille - qui donne l'impression d'avoir pas plus de 12 ans - allongée comme ça, dans la rue, en pleine nuit. …

Tout en m'amusant à observer les expressions de surprise et de réprobation de ces passants, je me demande franchement si ce gars-la a une once de Q.I dans son cervelet. Non parce qu'à peine je lui faire comprendre - je crois - que fumer c'est pas bien, qu'il se remet à allumer une autre clope. Non mais j'vous jure !
Mes pupilles s'animent d'un profond dégout et je finis par soupirer bien fort. Fumer TUE, d'accord ? Fumer c'est pas bon pour la santé. Y a des risques de se chopper des maladies suuuper grave.
Et puis bon, c'est pas comme si j'allais avoir la mort de Samael sur ma conscience si jamais il crevait mais voilà quoi. On peut dire que j'avais JUSTE pas envie qu'il bousille sa santé. Parce que je suis trop gentille. Ouais.
Ah, et, comme si ça ne suffisait pas, il s'est d'un coup mis à parler tout seul après un rejet de fumée bien pourrie. Je n'entendais pas trop ce qu'il disait vu que j’étais un peu sous le choc encore. Et le fait que je ne puisse pas comprendre ce qu'il était entrain de marmonner, ça m'a encore plus frustré. J’avais carrément une furieuse envie de prendre un lance-pierre et de jouer à la guerrière, balançant des missiles partout, et poussant des glapissements de mâle bourré. Oui, j’aurais aimé jouer à la sauvageonne, une plume dans les cheveux, prendre un air méfiant, et viser Samael d’une fronde, tout en sachant pertinemment que j’allais viser sa clope et que la pierre passerait à dix mètres de la cible. Mais... ! De toute manière, je n’avais pas le matériel nécessaire pour jouer à Tarzan, puisqu’il me fallait une fronde. Pas un arc, mais une fronde, une fronde. UNE FRONDE.
Et puisque j’étais aussi douée pour le tir que pour les cours, je préférais rêvasser, sans bouger.

... Et puis BAM. Coup du destin ou grosse malchance : un grondement impérieux se fit entendre avec clarté. Un large sourire éclaira les traits enfantins de mon visage. Mon ventre m'avait encore trahit. ENCORE.
Désespérée, j'ouvre mes bras et décroise mes jambes. Je suis donc en pleine imitation jambesque de Patrick l’étoile de mer.
Sous mes doigts, une petite chose délicate fit vibrer ma paume, et je la lève avec curiosité, pour découvrir non pas une petite sourie toute mignonne mais une superbe araignée qui braquait ses multiples yeux rouges dégoulinant d’amour sur MOI.

Ainsi, je bondis sur le côté encore plus agilement qu'une gazelle estropiée, et je pousse un hurlement strident et sur-aigu, secouant la main comme une damnée. RAAAAAH. "Hurlement" n’est même pas un mot assez explicite pour décrire le cri divin que j’étais entrain de pousser ; je braillais littéralement en fixant la jolie petite bête comme si elle mesurait 10 mètres de hauteur et qu'allait me manger toute crue.
Je me mettais donc à courir dans tous les sens avec l’énergie du désespoir. Et mon désespoir était grand, oh oui très, très très grand. Ma longue chevelure blonde tourbillonnant derrière moi, traçant un sillage dénué de couleur, trahissant mon passage éphémère. J’avais vraiment peur des araignées. J’en étais carrément phobique ; elles me répugnaient. Me terrorisaient. Et ces mots ne sont clairement pas assez grand pour décrire mon dégout face à ces créatures à l'hideuse démarche. Je les haïssais. TOUTES. Qu'elles soient grandes petites, difformes, poilues, noires ou ROSES, elles avaient le don de me transformer en gamine de 5 ans. Sérieusement, c’était un fléau auquel je ne m’habituais pas, et auquel je ne m’habituerais sans doute jamais. JAMAIS.

Faisant volte-face, les points fermement serrés et les paupières fiévreusement closes, je me jette, éperdue, sur le fumeur, en tombant sur son torse. - et en faisant tomber sa clope au passage. Ha. Bieeeen fait -

HALLELUJAH ♫
« Kyaaaaaaaaaaaaaaa ! »
- criais-je en pleurant toutes les larmes de mon corps comme la damnée morte de trouille que j’étais. Dieu soit loué, toi au moins, tu n’es pas une araignée ! -

Tout en serrant Samael aussi fort que je le pouvais, mon regard chercha la bestiole poilue. J'ai commencé à paniquer lorsque je ne la trouvai plus. Panique qui atteignit très très très vite son paroxysme lorsque je la découvris, elle, ainsi que sa belle et heureuse famille, jouant à saute-mouton sur le trottoir juste à ma droite. Cette fois, je m'en fous, je ne cherche mêêêêêêême plus à comprendre, et, la chair toute pantelante, je pousse un nouveau couinement la-men-table et an-goi-ssé. Et, je glisse alors sur les genoux du brun tandis que mes mains cherchaient une chaleur réconfortante sous sa chemise malpropre.
Game over, biatch




« Si tu lis
ça, c'est que
t'as vraiment
rien d'autre à
FOUTRE ! »


Cette signature est conne et pas du tout intelligemment conne !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] Halley • Samael - Ce post est crétin et pas du tout intelligemment crétin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Ville :: Les Rues-