AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 23
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Mar 26 Juin - 16:36

The game is not worth the candle.

Il y avait, dans la vie, des gens qui pouvaient parfois être cons, très cons. Cette fois-ci, pour l’une des rares fois, Harry venait de faire parti de ces derniers. Et merde qu’il aurait dû y penser une autre fois avant d’embarquer dans la plus grosse connerie de l’histoire. Quoique le plaisir provoquer suite à leur idiotie avait été satisfaisant. Assez pour encore faire retrousser leurs lèvres, à lui et ses potes, devant le surveillant qui piquait une véritable crise. Fin de journée, un soleil surplombant les couloirs remplis d’élèves venant de finir leurs cours, Harry Nail se tenait devant la porte du directeur, ses mains dans ses poches et son foulard bien enroulé autour de son cou. Lui qui n’allait pratiquement jamais voir le principal, aujourd’hui on pouvait dire que c’était un cas très spécial! Et malgré le fait que la journée avait bien débutée, yeah a good day.

Harry s’était réveillé, ce matin-là, avant son réveil, les sourcils froncés par la lumière qui était dégagée à l’extérieur. Une belle température avait été annoncée la vieille par ses colocataires et, sans même le savoir, ça lui avait fait chaud au cœur. Voilà bien plus de deux ans qu’il venait d’arriver au pensionnat et il était toujours aussi impressionné de voir l’horizon à travers la petite fenêtre qui faisait pénétrer des halos dans sa chambre. Ses cheveux ébouriffés, une douche coulante sur son corps et ses boutons bien attachés, le brunâtre avait fini par se diriger vers la cantine où il avait dégusté avec plaisir le déjeuner que l’on lui avait servi. Une fois le ventre plein, il était allé rejoindre ses copains habituels, puis, ils étaient tous partis en direction des cours. Quelques heures de banalités et de main traçant des mots ainsi des équations mathématiques. Venu ensuite le dîner où là, le plus bouffon d’entre les six, avait proposé l’idée la plus absurde qu’il pouvait y avoir sur terre. « Eh! Et si on remplissait une des classes spéciales de bouffe! Ça serait marrant!». Idée, pourtant vraiment bête, qui avait été acceptée avec plaisir par les mecs. Les mains pleines de farine volée dans la cuisine de la place, la classe maintenant pleine de sucre, sel et autres, ils avaient bien entendu fini par pris au piège.

C’était donc pourquoi, les six, avaient été convoqués devant le bureau du supérieur de l’école. Le surveillant était sorti, ses joues écarlates, les avait regarder pouffer de rire, puis, il avait fini par pointer un a un en leur disant les punitions qui les attendaient. Chacun une retenue d’au moins trois heures. Mais pour Harry… « Vous, monsieur Nail, ce n’est pas la première fois que l’on entend parler de vous ici! Et vous osez porter ce foulard autour du cou! Vous serez le seul de votre petit groupe d’ignorants à aller nettoyer la classe spéciale et ce jusqu’à ce que ça soit propre! Est-ce clair?!». Well… He was in the shit, yeah. Au moins ça avait valu la peine de voir le visage boursouflé de l’homme aux cheveux gris.

Et voilà qu’il avait fini par se retrouver dans la classe, de la farine jusqu’au nez, un balai en main et un sac de poubelle à ses pieds tandis que ses amis se marraient dans un coin du pensionnat en se tapant dans les mains. Regrettait-il d’avoir fait une telle connerie? Et bien vu l’état lamentable dans lequel ils avaient rendus la salle, yeah, il regrettait d’avoir approuvé dès la première phrase ce que son copain avait proposé. Il calculait que, sans aide ou coup de main, tout nettoyer lui prendrait au moins la soirée au complète, peut-être même toute la nuit. Parce que, bien sûr, la classe n’était pas petite et les six y étaient allés à fond. « Élisabeth… I’m so sorry, that was just so funny» Murmura t-il alors qu’il s’adossait contre le mur, ses pieds glissants dans un mélange de poudre blanche.

Là, avant même de pouvoir entamer son dur travail qui lui arracherait toute son énergie, la porte s’ouvrit, laissant le soleil du couloir s’introduire dans la pièce. Ah! Who was this? Il y avait, à son plus grand étonnement, un autre élève, beaucoup plus petit que lui – bon d’accord il était l’un des plus grands de la région, qui regardait l’état de la salle, un balai également dans ses mains. Ah! Ah! Lui aussi allait devoir donner un sale coup de balai ici? Ça intéressait plus au moins Harry de savoir le pourquoi de sa venue, mais de l’aide c’était toujours bien utile. Le britannique observa pendant une fraction de seconde le noirâtre, se demandant s’il ne l’avait pas déjà vu quelque part, avant de s’appuyer sur son balai, un sourire au coin de ses commissures.

- Hi there… Retenue aussi?

Ça devait être le cas, mais bon, mieux valait toujours poser la question – il pouvait toujours être quelqu’un qui venait lui apporter du matériel supplémentaire même s’il était bien équipé. Harry ôta son écharpe blanche autour de son cou et l’enroula autour de sa taille avant de souffler devant un amas de poussières qui avait commencé à s’élever dans les airs. Il était, aujourd’hui, dans l’impossibilité d’utiliser son pouvoir, surtout parce qu’il venait de passer un test devant son professeur. Et pourtant ses amies les poussières continuaient de virevolter autour de lui. Dire que ça aurait pu lui porter un sacré avantage, mais non. Le Nail observa silencieusement l’élève inconnu devant lui, se retourna pour encore une fois observer l’état désastreux de la salle et caressa ses propres cheveux à l’aide d’une main.

- À deux ça devrait se faire… en au moins peut-être 3 heures. Ahah…

Ton humoristique ou pince-sans-rire, il avait été difficile de définir lequel. À coup sûr ils étaient dans de beaux draps pour toute la soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 22
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Mar 17 Juil - 11:19

Je ne suis certainement pas la première personne à dire sur cette Terre que j'ai une poisse légendaire. Mais s'il y a bien une chose dont je suis sûr, c'est que dans mon cas, c'est véridique. La nuit avait été agitée pour moi et, à vrai dire, j'aimerais pouvoir affirmer qu'il s'agit du second sens du terme, puisque quitte à devoir laisser place au second moi, j'aurai évité cette situation pour le moins dramatique. Dans un sens, ce n'était pas la première à laquelle je devais faire face, donc au fond, ce n'était pas bien grave.
Est-ce que je suis un gosse à problèmes ? On pourrait le dire de cette façon.
Toutefois, sachez que, quand je dis problèmes, il ne s'agit pas d'une vitre cassée par un ballon mal tirée ou une autre bêtise de ce genre. De vrais problèmes. Un peu comme le fait que je retrouve, très souvent d'ailleurs, ma couverture gelée le matin. Un soucis dont j'avais l'habitude, et que j'aurai pu régler aisément s'il n'était pas déjà l'heure de se rendre en cours.
Parfois, il m'arrivait de le trouver pratique, mais là, je dois avouer que je ne trouvais pas vraiment ce pouvoir plaisant. Je soupirais et sortis ma couverture de mon lit, la tirant jusqu'à la salle de bain que je fermais à clef tout en veillant de ne pas la casser. Avec de l'eau chaude et de la patience, beaucoup de patience, je pouvais peut-être espérer terminer ça rapidement, en une heure, si j'avais de la chance. C'est malheureusement quelque chose qui m'est déjà arrivé, et je dois dire que c'est loin d'être marrant, bien que ça puisse vraiment paraître amusant, dit comme ça.
Fort heureusement, ayant déjà répété cette opération à plusieurs reprises, il me fallut seulement trois quarts d'heure pour remettre cette couverture en état. Cela fait, je ne pus m'empêcher de soupirer de satisfaction, la remettant à la place qui lui était due. Un problème était réglé, mais désormais, il allait falloir que j'explique mon heure de retard au professeur, et j'étais sûr d'une chose, c'est qu'il n'allait pas m'écouter.

Je marmonnais quelques injures à voix basse, sachant pertinemment que ma poisse était telle que je risquais de ne jamais être cru, aussi notais-je dans un coin de ma tête de penser à faire installer une alarme à eau chaude au dessus de mon lit, qui réagirait au froid. Même si, en réalité, une telle installation avait davantage de chances de m'empêcher de dormir que de m'aider.
Après un soupir exaspéré, j'attrapais mon sac et filais rapidement hors de ma chambre, me dirigeant à grands pas vers la salle de classe. Traversant les couloirs en courant dans la plus grande direction, adressant une prière muette à un dieu susceptible de présider aux marathons, pour que personne ne me voit en train de déambuler de bon matin dans le bâtiment -ce qui, normalement, était interdit. J'arrivais finalement, grâce au ciel, devant la salle de classe et poussais la porte lentement. Après maintes explications perdues entre mes bégaiements et les ricanements des élèves du premier rang, je m'assis à ma place, muni d'une heure de colle.
Ce n'était pas une punition, juste une façon de rattraper le temps perdu, apparemment. Finalement, les cours passèrent assez vite, et au terme d'une montagne d'ennuis et de péripéties relatives à des figures géométriques qui ne vous intéresseront sûrement pas, j'arrivais devant la salle de classe. On m'avait passé un sac, des gants, et d'autres outils pour nettoyer une salle.
Rattraper le temps perdu ? C'est ça, bien sûr.
Je poussais la porte, faisant face à un autre élève qui, il faut l'avouer, n'avait pas l'air d'être de son âge. En plus d'être très grand, il parlait une autre langue, mais le fait qu'il soit là m'ôtait un quelconque doute quant au fait qu'il puisse être un élève étranger en voyage. Même si, dans un sens, cette école était déjà assez bizarre, et un tel détail ne l'aurait pas étonné en outre mesure.
Il avait eu raison de choisir l'anglais puisque, allez savoir pourquoi, j'avais beaucoup d’affinités avec cette langue. Après ça, je dois avouer que l'entendre parler japonais me rassura un peu quant à mes doutes sur sa présence ici, mais je conclus brièvement qu'il était un élève de cette école. Je me décidais donc à lui répondre, prenant ses paroles une à une tout en me mettant au travail, activant mes mains le plus rapidement possible.

- Salut, déclarais-je de la voix la plus naturelle possible. Retenue. Peut-être trois heures à deux, mais avec moi, au moins quatre.

Spoiler:
 




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 23
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Lun 13 Aoû - 21:00

Where there is a will, there is a way.
Harry n’était pas l’une des rares personnes qui adorait socialiser avec toutes sortes de personnes. Qu’il s’agisse d’un geek, d’un sportif, d’un riche prétentieux, il aimait toujours en savoir plus sur l’autre, sauf bien sûr dans des cas où sa vie était en danger ou quelque chose ne tournait pas rond dans ses affaires personnelles – ça lui rappelait bien une petite aventure dans la cour cette hiver et bon dieu qu’il en riait encore rien qu’à y penser. On pouvait pratiquement dire que, après la mort de son ancienne meilleure amie, sa bouche avait développé cette étrange aptitude à toujours prononcer des mots. C’était comme si, depuis son arrivé à Aomori, le besoin de discuter avec ses « semblables », enfin ceux qui avaient un don paranormal quelconque, avait naquit sur le bout de sa langue. Tout ça pour dire que dès l’arrivé de ce petit asiatique dans la salle, la Nail s’était aussitôt jeté sur lui pour lui poser une question toute bête. Et sans trop le vouloir, au moment même où il avait fini par se taire, il s’était rendu compte que cet étrange personnage qui, exactement comme lui, s’était retrouvé dans un sale pétrin, l’intéressait. Car il lui semblait bien l’avoir déjà vu quelque part… Ou peut-être était-ce simplement son imagination. L’élève face à lui, pourtant, ne sembla pas trop déstabiliser par leur rencontre. En effet, ce dernier s’était déjà attardé à sa tâche, écoutant que d’une oreille les paroles de l’anglais, ce qui fit froncer ses sourcils. Well… they will not take a moment to talk a little bit… - et comme si ils auraient réellement eu le temps franchement!

- Salut. Retenue. Peut-être trois heures à deux, mais avec moi, au moins quatre.

Sa phrase bourdonnant dans les oreilles du brunâtre, Harry n’avait pas pu s’empêcher d’émettre un long soupir, se disant probablement que le destin le maudissait d’avoir eu une aide qui, malheureusement, comme lui, était d’une nullité extraordinaire lorsqu’il s’agissait de faire du rangement. À croire que le hasard pouvait mal faire les choses, parfois. Mais le britannique n’éprouva cependant aucune haine envers son camarade quelconque dont le visage lui rappelait de vagues souvenirs. Ce n’était tout de même pas de la faute de ce petit s’il n’était pas doué dans ce genre de trucs – et qui l’était? Pendant deux longues minutes, Harry posa ses yeux sur le visage de l’inconnu, regardant ses traits caractéristiques et enfonça sa paire de mirettes dans celles de l’autre, espérant qu’il dise autre chose, comme pour combler ce temps mort. Parce que, yeah, il n’avait aucune envie de ramasser la, non, sa connerie. Pourtant, suite à un bon moment, il se mit à passer le balai, voyant bien que rien ne viendrait les sauver de leur besogne. Pendant les premières minutes, les deux élèves restèrent silencieux, poussant leurs balais sur le tas de poussières qui régnaient et au bout de cinq minutes, Harry n’en pouvait plus de ce silence glacial qui lui donnait la chair de poule. Why it was soo quuieeet?!

- Well… On peut dire que quatre heures c’est déjà mieux qu’une nuit complète? Finit-il par dire en sentant que l’atmosphère se détendait d’une petite coche.

Il fallait dire que niveau humour, il était à sec – surtout qu’à la base il contait toujours les pires blagues de la terre. Mais là, franchement… c’était tout simplement nul. Il aimait bien faire la conversation, peut-être, néanmoins le talent pour en partir une, il ne l’avait pas du tout – en plus généralement c’était dans d’autres circonstances beaucoup plus propices à la jasette. Soufflant un peu d’air de ses poumons, Harry observa la bouche cousue les poussières qui se faisaient de plus en plus denses autour de lui. Hum? What is that? Son pouvoir se manifestait plus que d’habitude, à croire que la fatigue, même s’il ne l’avait jamais vraiment cru, jouait un rôle capital dans le fonctionnement de son don. Plus il voulait rester éveillé alors que son corps demandait du sommeil, plus les poussières viendraient lui piquer les yeux afin qu’il s’envole dans le pays des rêves. Briefant ses pensées de se taire, l’anglais retourna son attention vers l’étranger et se rendit compte qu’il n’avait même pas encore dit son nom! Ah qu’est-ce qu’il pouvait être tête en l’air, lui!

- Au fait, moi c’est Harry, Harry Nail au complet. Et hum… Bah c’est ça.

Présentation : zéro. Il avait l’impression d’avoir eu de la misère à prononcer son propre nom – et franchement il fallait vraiment être nul pour manquer de bien dire son patronyme. Cette fois-ci, par contre, il n’attendit pas une réponse du noirâtre et se contenta de reposer son regard en direction du planche qui attendait à être nettoyer. Si seulement il avait eu la force de soulever toutes ses particules! Là il n’aurait pas eu besoin de passer un mauvais quart d’heure… En réalité, si seulement ils avaient de quoi pour transporter plus rapidement le dégât dans les sacs de poubelles, tout serait plus simple? Et si…

- Eh! Dis donc… tu n’aurais pas un pouvoir qui pourrait nous aider hein? Demanda Harry en direction de son coéquipier de « nettoyage de classe », ça pourrait aller vachement plus vite!

Pour se mettre à sourire comme un débile avec des yeux qui pétillaient d’excitation. Ah ce qu’il pouvait avoir de bonnes idées parfois!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 22
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Ven 17 Aoû - 12:49

Lorsque j'avais poussé la porte de la salle de retenue, la première chose que je m'étais demandé c'était ce que je foutais là. En arrivant avec le vieux matériel de nettoyage dans les mains et un air blasé sur le visage, mon camarade devait très certainement s'être demandé la même chose, ce qui n'avait rien d'étonnant.
D'un haussement d'épaules en entrant, je lui avais parlé d'un air neutre, tentant de ne pas exprimer ma contrariété quant au fait de me retrouver ici. Bien sûr, tout cela n'avait rien à voir avec sa présence, mais je préférais faire montre d'une certaine neutralité, n'étant pas le genre de personnes à dire beaucoup de choses à mon sujet. Par ailleurs, si tant est que ce type s'intéressait à moi, la discussion ne dépasserait sans doute pas les 30 secondes - ma vie n'étant pas des plus intéressantes, il faut l'avouer. Pourtant, coincés dans une telle situation avec pour simple jouet des outils de travaux et une salle de classe à nettoyer, il est difficile de trouver une autre occupation que se taper la discussion avec l'unique autre forme de vie présente.
Malgré tout, n'étant pas des plus sociables, je me contentais de continuer mon travail, sans chercher réellement à sujet à propos duquel parler - jusqu'à ce que ce type tente une approche directe, au premier sens du terme. Ne protestant pas durant les premières secondes où il plongea son regard dans le mien, je me défis ensuite de son emprise en reculant, repoussant doucement ses mains de mon bras, non sans lui jeter un regard interloqué. À première vue, sa taille grande mise-à-part, il avait tout d'une personne normale, si l'on exemptait ses paroles teintées d'un léger accent... anglais, peut-être ? Toujours est-il que, une fois toute cette histoire terminée, je ne mangerai plus jamais de gelée - ces dernières semblant avoir quelques effets sur le cerveau semblerait-il, en vue de la situation actuelle.

D'un autre côté, même s'il était quelque peu - bon, disons-le, totalement - bizarre, il n'avait pas l'air foncièrement méchant, je ne pouvais donc pas me permettre de l'être, même s'il me paraissait improbable de lui rendre la pareille. Préférant en rester là jusqu'à ce qu'il décide de poursuivre le dialogue, je me contentais de nettoyer calmement, commençant à m'habituer à la tâche et adopter un rythme plus rapide.
Pourtant, cinq bonnes minutes passèrent dans le plus grand silence, mais comme je m'y attendais, il ne tarda pas à prendre à nouveau la parole. Son accent n'était apparemment pas là que pour décorer, puisqu'il entama sa phrase d'un mot qui me semblait anglais - si tant est que ma mémoire était assez bonne pour ne pas se tromper sur un tel point. Vint ensuite une phrase sur laquelle je réfléchis plusieurs secondes, réfléchissant au ton sur laquelle la prendre, non sans continuer mon travail pour ne pas laisser paraître mon scepticisme.
Au final, même si son humour n'était pas des meilleurs - disons même que je me demandais encore s'il s'agissait d'une blague, c'est dire, le fait de vouloir détendre l'atmosphère était sympa de sa part. Je secouais la tête, en sortant toutes les pensées négatives qui pourraient éventuellement y sommeiller et posais mon regard sur lui. Il n'était pas vraiment soucieux du fait que je lui réponde même si, il fallait l'avouer, il avait raison.

- J'pense aussi. J'vais essayer de m'activer un peu, mais c'est pas gagné.

Ou comment plomber le moral des gens en l'étendue de quelques secondes. J'avais fait preuve d'une stupidité incroyable en faisant appel à mon pessimisme, puisqu'il s'agissait très certainement de la manière la plus simple de démotiver mon camarade en plus de balayer ce qu'il me restait de confiance. Il finit par se présenter tout à fait naturellement, donnant son nom, mais il n'avait pas l'air plus à l'aise que moi puisque ne trouva rien de plus à raconter. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres malgré moi suite à ça : je n'étais pas le seul à avoir quelques difficultés à communiquer avec les autres, bien que dans mon cas, elles soient d'autant plus présentes. Par la suite, il prit de nouveau la parole, me demandant de l'aide - ce qui ne manqua pas de m'étonner.
Avais-je un pouvoir capable de l'aider ? C'était beaucoup demandé de sa part. Mon pouvoir était totalement hors de contrôle, et en plus de ça, il y avait très peu de chances qu'on y trouve une utilité dans cette situation. Malgré tout, je me décidais à lui répondre, d'un ton cette fois-ci amical.

- Akira Shimizu. Bah, vois-tu... Je le contrôle pas très bien. Changer les choses en glace, n'importe quoi, même toi, je pourrai. Enfin, si j'arrivais à le contrôler. C'est possible avec la poussière, mais, pas moyen que j'y arrive. On devrait pas compter dessus.




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Harry Nail
avatar
garden

Féminin Age : 23
Messages : 44
Inscription le : 22/02/2012
Localisation : Dans les couloirs ~


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans
Pouvoir(s):
Club: Dessin

MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Mer 22 Aoû - 21:53

What if the proverb was : A bad begining, makes probably a good ending?
Il ne fallait pas se le cacher, Harry avait la parfaite impression que l’élève face à lui se foutait carrément de partir dans la conversation. À l’intérieur de lui une sorte de nervosité vis à vis cet évitement grondait sur le bout de sa langue, brûlant ainsi tous les mots plaisants qui, dans un futur proche, auraient pu lui servir. Pourtant sur son visage, le brunâtre paraissait des plus calmes, pas même un battement de cil le trahissait. Harry n’avait jamais été très fort, non plus, lorsqu’il s’agissait des expressions faciales. Il avait toujours abordé un air neutre lors de ses années en Angleterre et aujourd’hui, décidément, il se remerciait de tenir cette poker face. Pourquoi? Parce que ce manquement de contact entre leurs yeux le rendait mal à l’aise, au plus profond de lui. Oui, bon, il ne fallait pas non plus oublier qu’il n’était là pour prendre un thé et discuter des nouvelles intéressantes qui se déroulaient dans le pensionnat. Mais tout de même… He was making everything to be cool! Come on, mate!

Cette impression se confirma que quelques secondes suite à ses premières paroles où le jeune garçon brisa en éclats l’espèce d’ambiance à la fois divertissante et bizarre que le britannique avait essayé d’instaurer. Sa phrase, pourtant banale, venait tout juste d’anéantir les efforts de l’anglais. Hum… Yeah. Disons que, dans ses plus grandes expectatives, il s’était attendu à quelque chose de plus… sympa? Ça l’avait cloué le clapet d’Harry, comme si l’élève avait voulu dire : « Bon tu fermes ta gueule et laisse moi travailler. » Oh peut-être bien que ce n’était que lui qui avait interpréter le message de cette façon. Pourtant, dans tous les cas, cela n’avait pas eu le don de lui remonter le moral, yeah. Le Nail finit par se présenter, se disant qu’il lui serait utile d’apprendre le nom de l’étudiant aux cheveux noirs, l’évitant ainsi de l’appeler « Toi, eh, mate! ». Et il fût sous le choc de voir apparaître un sourire sur le bout des lèvres du petit. Un sentiment positif vint tout de suite gagner Harry, faisant remonter ses commissures vers le haut, et le jeune anglais ajouta l’idée qui lui passa par la tête, le questionnant sur son pouvoir quelconque.

- Akira Shimizu. Bah, vois-tu… Je le contrôle pas très bien. Changer les choses en glace, n’importe quoi, même toi, je pourrai. Enfin, si j’arrivais à le contrôler.

Le tout fut dit d’une manière aimable, ce qui, heureusement, soulagea complètement les pensées nerveuses du britannique. Akira Shimizu, c’était ça? Il n’avait jamais entendu un nom pareil de toute sa vie. C’était peut-être un prénom assez usé, ici, au Japon - rien ne pourrait le dire à Harry. Mais ce qui l’intéressa réellement fut son pouvoir. Transformer les trucs en glace? Mother of god! C’était la classe ça! Le grand brunâtre se permettait une tonne d’idées autant sadiques qu’utiles qui, à l’aide de ce don, pouvaient être réalisables. Il était chanceux, lui. Même s’il ne le contrôlait pas comme Harry, Akira avait au moins l’air un plus cool que lui, le mec qui jouait avec les poussières – ça collait pour une fille. Un autre désavantage de ses amies. Il allait finir par s’y habituer… yeah, one day.

- C’est possible avec la poussière, mais, pas moyen que j’y arrive. On ne devrait pas compter dessus.

Ça l’avait surpris. Le Nail ne s’y était pas entendu, à entendre ce que lui-même murmurait sur le bout de ses lèvres avant son arriver. Ah? C’était possible avec la poussière? C’était d’un ridicule. Si bien que malgré son possible, Harry ne parvint pas à éviter d’éclater de rire. Sa voix résonna dans toute la salle, tout comme le bruit du claquement du manche de son balai contre le sol, et il se tortilla en deux. Il riait comme si l’asiatique venait de dire l’une des meilleures blagues au monde. Quand le rire finit par se taire tranquillement, le britannique inspira longuement et essuya ses yeux d’un revers à l’aide de son doigt. « I’m really tired, I think, Élizabeth. » chuchota t-il en espérant que son amie l’entende au ciel. Harry détourna son regard en direction d’Akira, admirant en tentant d’éviter de retomber dans une escalade de rire ses yeux qui paraissaient être surpris.

- Sorry… C-c’est juste que, sur le coup, je ne pouvais pas m’en empêcher. Disons que je contrôle les poussières.

Pour finalement laisser passer un dernier pouffement de sa bouche. Qui avait-il eu de si drôle dans les propos du noirâtre? Rien, absolument rien. Seulement Harry avait trouvé la situation plutôt ironique. Alors qu’il possédait le pouvoir parfait en cette situation, il lui avait fallu interroger un second élève ayant le don le moins nécessaire pour accomplir leur tâche. En réalité, on pouvait dire qu’il avait ri de sa propre stupidité, aussi simple que ça. Harry se décida à se pencher vers le bas, relevant à l’aide de sa grande main le balai et posa ses fesses contre le sol, un sourire sur son visage.

- Mais, comme toi, je suis dans l’incapacité de l’utiliser, en ce moment. Enfin je n’ai pas essayé et je suis assez fatigué comme ça. Je ne veux pas dépasser la limite.

Ce qui serait une des plus idiotes idées de ce monde. Harry avait toujours utilisé avec soin son pouvoir, sans jamais l’user jusqu’au bout. Aujourd’hui, pourtant, il s’était pratiquement laissé porter à cette limite extrême face à l’enseignant chargé de lui. L’expérience lui avait enlevé pratiquement toute son énergie, c’était à peine s’il avait parvenu à se relever après. Il s’imaginait donc que, en passant par-dessus cette ligne qu’il s’était imposé, qu’il finirait par dormir pendant environ une bonne semaine – comme l’autre fois enfin de compte. Quoique…

- Mais on peut toujours essayer, si on veut sauver du temps.

À quoi bon passer quatre heures à se débattre avec un balai que de plutôt tout ranger à l’aide de son pouvoir? Dans les deux cas, il finirait par être crevé de fatigue. Autant dire qu’il ne risquait rien de grave, non plus. Et il voulait aussi se rendre plus loin, voir les choses autrement. Qui avait-il de l’autre côté de la limite? Harry pinça sa lèvre du bas, évitant tout de même de la faire saigner, et se redressa sur ses pieds en passant une main à l’arrière de sa tête. Et vu l’état de la salle, peut-être que ça allait en valoir le coup?

- Tu en dis quoi, Akira?
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimizu
avatar
garden

Masculin Age : 22
Messages : 428
Inscription le : 14/06/2012
Localisation : Bordeaux


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 3ème année / 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   Mer 29 Aoû - 12:37

Vous est-il déjà arrivé, au cours d'une quelconque histoire, d'avoir la sale impression que les gens se foutent éperdument de votre gueule ? C'était un peu ce que je ressentais actuellement, durant les instants qui suivaient la révélation d'Harry : il maîtrisait la poussière, il possédait le parfait pouvoir en cette situation. Et dire qu'il m'avait demandé la nature de son pouvoir alors qu'il aurait lui-même pu tout régler en une fraction de secondes.
D'un air blasé, soupirant suite à sa remarque qui avait été précédée d'un rire - lequel ne m'avait pas été des plus agréables, bien que ce détail n'apparaissait pas au sein de mon expression, je m'étais contenté de prendre un air pensif en réfléchissant à la situation. Sa seconde révélation rendit cette affaire claire, lorsqu'il affirma être suffisamment fatigué et ne pas vouloir se fatiguer dans l'utilisation de son pouvoir. C'était quelque chose qui se comprenait, et expliquait ainsi le fait qu'il n'ait pas parlé plus tôt d'un tel détail qui aurait pu nous sauver depuis longtemps.
Toutefois, il faut savoir que lorsqu'on est aux côtés du grand moi, je suis toujours apte à proposer les plans les plus idiots ! Quelle que soit la façon, nous allions sortir de cette salle de retenue, dussions-nous y laisser nos chaussettes. Tout en fixant Harry de mes grands yeux, je pensais à la manière que nous aurions de se sortir de cette situation en tirant parti de leur pouvoir.
Lui comme moi étions dans l'impossibilité totale d'utiliser le nôtre, mais l'avantage - si tant est qu'on pouvait appeler ça comme ça - d'Harry était que, dans sa situation, il lui fallait juste un peu de temps pour l'utiliser et sortir d'ici en moins de deux. Parallèlement à ça, il y avait moi : je n'avais aucun talent dans la maîtrise de mon pouvoir, d'une poisse et d'une maladresse à couper le souffle, étant toujours incapable de faire quoi que ce soit avec ce qui semblait plus être une malédiction qu'un don quelconque. Pourtant, tandis que je réfléchissais, perdu dans mes pensées, à une alternative qui utiliserait le talent de mon camarade, ce dernier proposa son aide, ayant bel et bien dit essayer.
Ainsi, il avait moyen de se rater ? Je ne voulais même pas penser aux conséquences que présenteraient l'échec de ce plan qui semblait pourtant être si parfait, vu de loin.

- J'vois le genre. Pas question que tu le fasses si c'est pour y rester... J'ai une idée.

Je n'avais pas la moindre idée de quoi faire pour nous sortir de là. Je continuais de ramasser les poussières, puis posais les outils sur la table et soufflais un peu. Le regardant d'un air qui témoignait de ma stupidité - cette caractéristique étant pour le moins naturelle chez moi, je sautais sur la table la plus proche et m'assis sur le bord de cette dernière. Dans un murmure qui donnait l'impression que je me plongeais dans mes réflexions quant à la mise-en-oeuvre de mon plan, je pensais juste à la façon que je pourrai de restaurer l'énergie d'Harry.
Mon pouvoir était d'une inutilité totale de ce fait-là, et à moins qu'une personne avec un don de transfert d'énergie passait dans le coin - en supposant que ce pouvoir existe, nous étions coincés. Sauf si j'arrivais, par un miracle des plus impossibles, à geler le temps, me permettant ainsi de prendre tout mon temps à mon magnifique travail d'intérêt général - bien que personne ne porte d'intérêt à de vulgaires tables. D'un autre côté, il y avait moyen de donner un temps de repos à Harry pour qu'il s'occupe ensuite de virer toute la poussière en quelques secondes. Oui, s'il lui fallait moins de temps de repos qu'il ne nous en fallait pour nettoyer cette salle entière, nous gagnerions du temps en nettoyant cet endroit.
De cette façon, pas moyen que nous restions cloîtrés ici toute la journée à laver la salle. J'avais envie de faire des choses aujourd'hui, et le lavage d'une salle de classe ne tombait pas en tête de ma liste de loisirs. Pourtant, j'avais la sale impression que cette journée serait des plus mauvaises, et donc que j'allais tout y rater, y compris mon pseudo plan pour échapper à quelques heures de retenue - si tant est que l'on peut appeler ça comme ça. Ce n'était pas notre travail de nettoyer les salles, et ça n'avait rien de bénéfique pour nous - contrairement à ce que nous avaient dit les professeurs.

- Repose-toi un peu, je vais nettoyer. Quand tu seras prêt, utilise ton pouvoir, mais pas avant.

Ainsi, c'était parfait. Pourtant, en cet instant, je n'aimais la façon dont je me comportais. Oui, c'est vrai, nous étions en pleine retenue et cherchions une solution pour nous sortir de là, mais j'arrivais encore à penser à ce genre de choses. Je n'étais pas le genre de personnes à me cacher derrière de vulgaires excuses relatives à une quelconque situation difficile. Bien au contraire, je n'avais cesse de me reprendre ou me maudire intérieurement de mon comportement qui n'avait rien d'exemplaire - en particulier dans cette situation là. Mon visage afficha une mine plus calme, signe des dizaines de baffes intérieures que je m’assénais, n'ayant aucune envie de gâcher cette rencontre qui avait pourtant si bien commencé.
C'est vrai, mon impulsivité me jouait sans cesse des tours semblables à celui-ci : je m'emportais, en oubliant toutes ces manières que j'avais travaillé toute ma vie auprès de ma défunte famille. Je secouais la tête pour en écarter bon nombre de pensées mauvaises et me décidais à me rattraper : ce n'est pas avec des regrets qu'on change, mais avec des actes qui effaceront des mémoires toutes les mauvaises choses que l'on a faite.

Puis, finalement, j'avais réfléchi. Sans surveillance, je ne voyais pas l'intérêt de continuer à faire ce travail. Regardant Harry, je finis par soupirer et posais mon balais dans mon coin avant de m'étirer et de gagner la porte. Ouvrant celle-ci, je commençais à partir, non sans lâcher un commentaire :

- Bah, pourquoi rester ici ? Personne ne nous surveille. Viens, on s'taille. Revenons demain, et puis, utilisons nos pouvoirs une fois en forme.

Et, lui adressant un signe de main, je m'en allais dehors, retrouver la liberté.




« Vadorrissement parlant. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes I feel a little bit stupid [PV : Akira Shimizu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Premier étage :: Salles de Cours Spéciaux-