AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niito Smith
avatar
heart

Masculin Age : 21
Messages : 377
Inscription le : 26/12/2011
Localisation : Hyuga te looove ♥


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans, étudiant.
Pouvoir(s):
Club: Théâtre

MessageSujet: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Dim 27 Mai - 12:17


    Pub Les nouvelles aventures de SUPERPOUSSIN sortent en Dvd ! NE RATEZ PAS CETTE SAISON ! Entre les canards et les pigeons, qui choisira-t-il ? Pour le savoir, regardez cette saison pleine de surprises !

    Il en avait l’eau à la bouche. Des étoiles dans les yeux. Les poings serrés. Il lui fallait absolument qu’il achète ce DVD. Vous savez, quand on est riche, on veut tout tout de suite. Et on l’a. Quand on est un ex-riche, on veut aussi tout tout de suite. Mais, ‘faut bouger son cul pour l’avoir. ’Faut absolument que je sache qui il va choisir ! Avez-vous déjà été accro à une série ? Si oui, vous comprendrez son comportement. Si non, bonne chance. C’est la saison neuf qui vient de sortir. Et évidemment, Niito a les huit autres, ce qui n’est pas étonnant venant de lui. Pour ce blondinet, SUPERPOUSSIN, c’est son plus grand exemple. Son modèle, depuis qu’il est gosse. Il a tout appris avec lui. S-P apparait dans ses rêves pour le laisser s’évader, il apparait dans ses cauchemars pour le protéger du mal. Il est toujours là, pour Niito et seulement pour lui. En dessous son lit, vous trouverez toutes ses figurines le représentant, il doit bien y en avoir une cinquantaine. C’est le moins qu’il puisse faire pour montrer sa gratitude envers S-P.

    « Quand je serai grand, je serai un prince et un Superpoussin ! »

    Il se mit à courir, courir en dehors de sa chambre. Dans les couloirs, dans le hall, dans la cours. Pour sortir complètement du pensionnat. Il courrait avec les bras en l’air, comme s’il allait s’envoler. –ce qu’il fera plus tard- En chantonnant le générique de son anime, de son obsession. Son chapeau sur le crâne. Il avait l’air d’un fou, mais à ce moment rien ne l’importait. Il ne pensait qu’à son poussin. Se répétant la pub dans sa tête. Effectivement, il est vraiment accro.

    Rien ne pouvait l’arrêter. Excepter un chat. Mais, ‘faut pas rêver. Il ne peut pas y avoir un chat comme par hasard à cet instant qui lui foutrait la peur de sa vie l’empêchant ainsi d’aller acheter les nouvelles aventure de SUPERPOUSSIN. N’est-ce pas ? C’est ce qu’il croyait, c’est ce que tout le monde croyait. Mais, Niito est très, très malchanceux. Alors, devinez ce qui se trouvait devant lui ? Nan, sérieusement, devinez.

    « Miaou ~ »

    Voila Niito qui était rose devenue bleu en passant par le blanc. Il tremblait, aux limites de la vibration. Ses jambes étaient devenues très, même trop faible. Il reculait du trottoir, se retrouvant ainsi sur la route. Tout ça inconsciemment. Le chat le fixait, il clignait à peine des yeux. Il ne voulait pas un seul instant détourné le regard. Pour Niito, le moindre geste brusque signait la fin de sa vie. Viens me sauver SUPERPOUSSIN ! Pitié ! S’écriait-il dans son subconscient. Mais, il n’y allait pas avoir de miracles, pas cette fois. Les larmes ne tardaient à flouter sa vue.
    Puis, un camion entre dans la dance.


JE VOUS AIME ♥️

sois gentil, pas méchant.
c'est pas gentil d'être méchant.
Merci Kido, Cloud, Kain, Jake, Haku, Ruru, Emapute, Chiha, Eden, Sora, Zayn et Anh pour tous ces magnifiques vavas ;w;
merci à EMAPUTE ema pour le vava actuel.



Dernière édition par Niito Smith le Lun 6 Aoû - 14:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Lun 28 Mai - 15:20


Je ne suis pas un héro
Mes faux pas me collent à la peau

Il avait fallu qu’Ema sorte pour qu’elle se rende compte que le soleil brillait avec une force et une intensité qu’elle ne lui avait jamais vue. Il avait fallu qu’Ema sorte pour qu’elle découvre que le gris hivernal avait fait place au bleu speedant du printemps. Il avait fallu qu’Ema sorte pour qu’elle se dise que les oiseaux chantaient assez fort sur leurs branches en fleur. Il avait fallu qu’elle quitte ses libres pour découvrir que life is beautiful if you open your eyes. Ces derniers temps, elle les avait passés entre quatre murs. Elle avait eu une vie mollement fatiguante qui se composait de petites migrations. Lit, salle de bain, cours, réfectoire. Ces derniers temps, Ema s’était enfermée dans une sorte de bulle et ses derniers contacts avec le monde humain ne se résumaient qu’à de longues conversations par sms, qu’à de brèves paroles échangées entre colocataires et qu’à de longues heures de cours durant lesquelles Ema fermaient les yeux et se laissait bercer par les paroles des multiples professeurs. Ces derniers temps, Ema n’avait été qu’une larve, une enveloppe vide qui ne pensait plus à rien. Et c’est après tout ce temps perdu qu’elle se levait enfin, rayonnante, sourire pendu aux lèvres et prête à affronter cette chaleur inhabituelle pour un coquin de printemps.

Ema était parée à l’attaque. Elle ne ressemblait en rien aux bimbos, victimes de la mode, qui sont toujours prêtes, maquillage à portée de main et toujours sur leur trente et un. Ema, elle, elle s’était juste habillée comme elle le voulait. Serrée dans son short gris, elle avait passé une bonne partie de la nuit à s’épiler soigneusement – parce que ouais, même si elle ne ressemblait pas aux fashion victimes, elle faisait quand même attention à certaines choses. Ema avait affronté son complexe des pieds en osant enfiler ses sandales brunes. Parée, dans son ample t-shirt framboise, elle avait attrapé son sac de cuir brun avant de dévaler les escaliers du pensionnant, criant bonjour aux nombreux pensionnaires. Elle ne passait même plus pour une folle à force. Quand ils la voyaient débouler n’importe où, Hyuga sur les talons, ils comprenaient tout de suite. Mais là, Hyuga n’était pas là. Il n’y avait qu’elle. Elle avait presque couru tout le long du chemin avant...

L’envie subite de se transformer devenait vraiment trop forte pour qu’elle y résiste. D’ailleurs, elle n’y résista pas longtemps. Le large portail franchi, elle se métamorphosa en un gros – oui, énorme – chat au pelage gris et aux yeux orange. Comme l’habitude. Elle parcourut les rues dans son nouvel habillement, feulant quand un chat mâle s’approchait de trop prêt. Ah ! La saison des amours bestiaux !

Il avait fallu qu’elle s’asseye sur le trottoir et qu’elle regarde les passants. Il y avait des gosses qui tendaient leurs petites mains vers elle pour la caresser. Caresses auxquelles elle répondait par un mouvement langoureux du dos et un ronronnement sonore. Elle continua son petit manège un moment avant de se rasseoir, balayant le sol de sa queue. Il y avait un garçon, un blond, avec un chapeau. Elle était sûre de l’avoir déjà vu quelque part mais l’endroit lui échappait. Au pensionnat, sûrement. Mais où ? Ema regardait la personne depuis quelques minutes, trop occupée à s’en souvenir, sans s’apercevoir que la personne s’était figée et qu’elle reculait vers la route.
Attention !

« Miaou ! »

Stupide chat.
Il n’empêche que le camion qui arrivait roulait assez vite. Camion. Ca-mion.
Ema, sans réellement réfléchir aux conséquences, s’élança vers la route et, reprenant forme humaine, bourra dans la petite créature blonde au bord des larmes.
Elle manqua de se faire écraser.
Elle manqua de perdre un pied.

A moitié affalée sur la victime, Ema grogna sous le choc. Sa tête venait de percuter le trottoir. Elle avait mal, putain. Il avait pourtant fallu qu’elle se relève pour…

… Découvrir que son pull s’était fait la malle. Et qu’elle se retrouvait là, au milieu d’un trottoir, en plein centre ville. En soutif. Elle vérifia trois fois, se pinça cinq fois. Son short, lui, était toujours là. Ses chaussures aussi, d’ailleurs.
Saloperie de pouvoir.

« Oh merde ! »

Ta gueule.
Regarde ce petit bout de chou tout apeuré qu’il est. Occupe-toi de lui.

« … Ca va ? Rien de casser ? »

Quoi de plus naturel ?
Une fille qui se transforme en animal qui sauve un garçon et qui se retrouve en soutif en public.
Bitch please.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Niito Smith
avatar
heart

Masculin Age : 21
Messages : 377
Inscription le : 26/12/2011
Localisation : Hyuga te looove ♥


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans, étudiant.
Pouvoir(s):
Club: Théâtre

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Lun 28 Mai - 19:04



    C’était aller tellement vite. Tellement vite, Niito n’a suivit que la moitié.

    Le camion arriva tellement vite. C’était trop rapide pour tout voir. Surtout que l’intention de Niito était déjà prise par le gros chat. Le gros chat qui le fixait avec ces yeux. Ces yeux qui effrayaient tant Niito. C’est d’ailleurs leurs regards qui enclenchent sa peur. Leurs regards et leurs griffes. Les chats c’est horrible. C’est comme les serpents, ça attaque d’un coup. Alors le pire, c’est lorsqu’un chat à son dos qui se lève, c’est la panique assurée. Et puis, les chats et Niito n’ont jamais eu un bon feeling.

    Par contre, le blondinet ne se doutait pas que le chat qu’il avait en face de lui était anormal. Il ne savait pas qu’il s’agissait d’une jeune fille. Il ne savait pas qu’elle était aussi à Aomori. Il ne savait pas qu’elle avait le même don qu’Akane. Non, lui il ne savait rien. Comme toujours. Enfin, revenons à nos moutons. Le camion arriva tellement vite.

    Niito a été bousculé par une jeune femme à moitié nue. Niito a été sauvé par Ema qui venait de perdre son haut en quittant son enveloppe animal. Niito était écrasé, sans rien comprendre. Il devenait écarlate à cause de sa vue plongeante sur la poitrine de sa sauveuse.

    « Oh merde ! »

    Mais, il n’y avait pas de temps à perdre. Il réalisa que le chat, c’était elle. Que le camion était à deux doigts de l’écraser. Qu’elle lui a sauté dessus pour lui sauver la vie. Il réalisa tout ça. Mais le plus important c’était que la jeune blonde se retrouvait en sous vêtement au milieu d’une grande foule.

    « … Ca va ? Rien de casser ? »

    Il ne perdu pas de temps pour lui répondre. De toute façon, le choc venait de lui arrachait sa voix. Il fallait absolument cacher les.. Atouts de cette jeune fille si courageuse. En peu de temps, Niito eu une idée. Il prit avec ses mains deux bouts de son tee-shirt et l’agrandissant le plus possible. Après ça, il glissa Ema dedans. Ils se retrouvaient à deux dans son haut. C’était étrange. Ridicule. Drôle. Et attentionné.

    Ema pouvait le sentir. Elle pouvait sentir à quel point son cœur battait vite.
    En levant les yeux, il vu son chapeau sur le sol, écrasé, sale.

    Le blondinet avait envie de pleurer. Mais il fallait voir le bon coté des choses. Il n’est pas mort, la fille non plus. Le chat n’est plus là. Il aurait pu se retrouver à la place de son chapeau. Malgré ça, il voulait encore et toujours pleurer.
    Revenons à la fille. Il avait bien envie de lui demander si elle allait bien. Il avait envie de lui dire à quel point il était reconnaissant. Il avait envie de lui dire qu’elle était folle d’avoir risqué sa vie pour la sienne. Mais, il ne pouvait rien dire. Sa voix s’était fait la malle. Il s’était donc mit en tête de l’enlacer. Un câlin pour lui montrer sa reconnaissance. Mais, n’oublions pas qu’elle ne sait pas qu’il est homo. Et déjà, comment va-t-elle réagir sous le haut et contre le torse de ce blondinet. Niito baissa les yeux pour voir ça.


JE VOUS AIME ♥️

sois gentil, pas méchant.
c'est pas gentil d'être méchant.
Merci Kido, Cloud, Kain, Jake, Haku, Ruru, Emapute, Chiha, Eden, Sora, Zayn et Anh pour tous ces magnifiques vavas ;w;
merci à EMAPUTE ema pour le vava actuel.



Dernière édition par Niito Smith le Lun 6 Aoû - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Lun 25 Juin - 17:09

Eh bah moi, je le ferai !
J'embrasserai cent petites grenouilles pour trouver mon prince charmant !
Ema avait littéralement eu chaud.
Sa vie avait déjà été touchée par la mort de diverses manières. Des accidents à la fois mortels et destructeurs comme le décès de sa tante ou encore celui de son père. Il y avait également la mort fictive de sa propre mère, dans son esprit. Sa mère, en l’abandonnant, était psychologiquement morte pour Ema. Les filles tuent leurs mères et épousent leurs pères. C’était probablement ce qui s’était produit entre Iris, Ema et Sakuraï. Œdipe s’était penché au-dessus du berceau des faux jumeaux Hatsuyo. Et maintenant, Aloïs était plongé dans un coma psychologique aux yeux de sa sœur. Il aurait seulement fallu qu’il lui réponde au moins une fois pour qu’il se réveille. Ema n’avait plus eu la force de lui envoyer une lettre. A quoi bon ? Il ne lui répondait quand même pas. Ema regardait la victime. Et ensuite, plus rien.

Eh ! Qui est l’abruti qui a éteint la lumière ?
Ema ne voyait plus que du blanc. Alors c’était ça, la lumière ? En réalité, elle n’avait pas survécu, elle n’avait sauvé personne. Elle était morte sur le coup, trainée pendant dix mètres par un camion de trente tonnes. Trainée en soutien-gorge pendant cinq minutes. Cinq minutes durant lesquels le chauffeur se demandaient ce qu’il venait de se passer. C’était assez gore, comme situation, quand même. Ema, par sa mort, aurait Sali tout le trottoir avec son sang et traumatisé une centaine de personne. Franchement, Ema, t’es gore. Ca relevait quand même un peu de la psychopathie que d’imaginer sa mort publique et sanglante. Ema gigota un peu dans son étau blanc avec la ferme intention de faire savoir aux anges qu’elle avait encore envie de vivre. Bah merde quoi ! Elle avait tellement de choses à faire ! Elle devait revoir son frère, se trouver un copain, apprendre à se transformer en un autre animal. Elle aurait voulu apprendre la danse orientale et même apprendre à coudre. En fait, sa vie ne pouvait pas se terminer parce qu’elle avait essayé de sauver quelqu’un. Cassez-vous, anges de merde ! En fait, la victime avait juste essayé de la couvrir avec son t-shirt.


Il fallut dix bonnes minbutes à Ema pour qu'elle comprenne que ce qu'elle pensait être une panne de courant n'était en fait que la protection de sa réputation par la victime. Mais quelle réputation ? Si les habitants de la ville se souvenaient bien, ils l'avaient tous déjà vu au moins une fois en soutien-gorge. Bon, d'accord. Peut-être pas en soutien-gorge. Mais dans des positions compromettantes, oui. Dès qu'elle traînait avec Hyuga, ça foirait. Les cap la faisaient foirer. Elle se souvenait parfaitement de la fois où les deux grands-mères étaient assises sur le banc et où Hyuga l'avait enlacée juste devant. Juste avant de gueuler bien fort 'Allons au Love Hôtel !'. Mieux ne valait pas parler de réputation avec Ema. En fait, elle devait avoir une réputation de folle furieuse. De dangereuse psychopathe. En fait, elle devait juste être tarée. La protection que le garçon lui offrait ne servait pas à grand chose. Elle avait juste l'air encore plus ridicule qu'autre chose. En plus, il allait tuer son beau t-shirt blanc lumineux. Et ça, ce serait vraiment stupide.

Ensuite, elle sentit des bras autour d'elle. C'était quoi, ça ? Lui ? Un câlin ? Ou un pervers qui profiterait du fait qu'elle soit aveuglée par le tissu blanc pour la tripoter discrètement. Ahah. ema, tu deviens paranoïaque, ma grande. Non, ça devait être lui. Ema, coincée, entortillée, plaquée contre un torse imberbe de jeune homme, se demandait vraiment pourquoi il faisait ça. C'était quoi, ça ? Sa réaction face à une jeune fille sans défense, en soutien-gorge noir - noir ! - planquée contre lui ? En fait, malgré ses airs innoncents, ce serait un pervers ? Non. Ema, ta gueule. Tu deviens vraiment parano, ma fille. Imagine. Si ça se trouve, c'est seulement de la reconnaissance, parce que, rends-toi compte, tu as manqué de mourir pour le sauver d'une camion. En même temps, pourquoi s'-était-il arrêté en la voyant sous sa forme animal ? Une phobie quelconque ? Ema, fais quelque chose. Tu as l'air stupide. £En plus, elle devait certainement être toute décoiffée.

« A-Attends ! »

Ema se dégagea avec beaucoup d'efforts de l'étau blanc Quanbd elle retrouva l'air libre, elle inspira un bon coup. Oh, comme l'air lui avait manqué ! Elle frotta sa tête, à l'endroit où sa tempe avant cogner le trottoir et constata avec bonheur qu'elle n'était pas blessée. En fait, elle ne saignait même pas. Elle allait juste avoir une bosse ou encore un bleu. Un truc qu'elle cacherait avec du maquillage. Pour une fois que sa trousse, qui débordait depuis pas mal de temps dans un coin de la chambre, lui servirait à quelque chose ! Ema regarda autour d'elle, zyeuta les quelques passants ayant assisté à son intervention héroïque, bourrés des questions qu'ils voulaient leur poser. Avec sa tête d'ahurie décoiffée, elle avait plus l'air en état de choc qu'autre chose. Et pourtant, elle allait bien ! Est-ce que Superman était en nétat de choc après avoir sauvé quelqu'un ? Non ! Et les pompiers ? Et les policiers ? Et les ambulanciers ? Non ! Non ! Non ! Alors, pourquoi est-ce qu'elle, elle le serait ? Elle sourit. Pour montrer qu'elle allait parfaitement bien.

« ... Oh putain. Ca caille en fait ! »

Vas-y, refais-moi une place sous ton pull. Il faisait bon vivre là-dedans ! Mais non. Ema avait une coupe de cheveux à tenir en ordre, malgré le fait que, la plupart du temps, ses mèches étaient un véritable capharanum. Elle continua d'observer la foule, mimant parfois un geste qu'ils auraient du comprendre comme 'Allez, ouste ! Laissez-moi seule ! Bande de pervers !' Non mais c'est vrai quoi. Ema étai devenue une bête de fête forraine, au milieu de cet attroupement de badaux.

« Allez ouste ! On dégage ! Y a rien à voir ! »

Et le pire, c'est que c'était vrai ? Quoi de plus marrant que de voir un garçon sauvé par un chat gris miraculeusement transformé en une jeune fille en soutien-gorge au milieu de la chaussée ? Franchement, les gens de nos jours. Ema, gueulant telle une jeune fille modèle et bien à sa place, éparpilla la foule. Et comme par hasard, il avait fallu qu'il y ait une autre personne qu'elle était sûre d'avoir déjà vu quelque part. Aomori, peut-être ?

« Eh ! Toi ! »

Fais pas l'innocent. Ema le regardait depuis qu'il avait capté que lui aussi la regardait. Droit dans les yeux, qu'il la regardais. Enfin... Juste en-dessous quoi.

« Ouais, toi. »

Le petit gars, avec la casquette et les cheveux bruns. Et la veste. Avec le petit blond serré contre elle, Ema regardait le petit brun. C'est fou ce qu'ils pouvaient être petit. Elle aussi, d'ailleurs. Que le monde est petit.

« Au lieu de me mater comme un vieux pervers, tu pourrais pas me passer ta veste ? »

Elle te la rendra. T'inquiète.
... Mais dans un mois ou deux.

Spoiler:
 





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sasykki Yamakuni
avatar
garden

Masculin Age : 73
Messages : 506
Inscription le : 26/02/2012
Localisation : DANS TON CAAAAAAAAAAAAKE ★


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère Année ~ 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Lun 25 Juin - 19:34

    Merdus, e, um. Ouais, je connais la déclinaison latine de merde. Parce que j'ai fait du latin quand j'étais gamin. Et je détestais ça. Mon professeur de latin était barbant à en crever, lassant à en gerber, tellement chiant qu'il pourrait donner envie à un taré euphorique bourré et foutu sous LSD de se suicider. Sérieusement, je crois que même le fait qu'il ait annoncé que Vespasien était mort dans sa diarrhée dans un dernier effort pour se relever était expliqué avec un sérieux tellement glacial et plat que c'en était devenu aussi amusant que l'enterrement de Bob Marley.

    Merdus. Putain, j'ai tellement rien à foutre. Je pense qu'je vais me balader un peu dans le Parc, histoire d'me changer les idées.
    Je regardais les quelques personnes se reposant à cet endroit. D'un côté, une fille dessinait quelques paysages, d'un autre côté, un étudiant s'amusait à crâmer des fourmis ( À l'aide d'une pyrokinésie quelconque, sûrement ), et encore d'un autre côté... Ah mais nan. En fait, pas que d'un seul côté. Autant au nord qu'au sud qu'au nord-ouest qu'au sud-sud-sud-sud-est qu'au nord-est qu'au nord-sud. Y'avait des couples partout. PARTOUT.

    Merdus. Sérieusement, ça commencait à m'emmerder un peu. Et puis, de t'façon, pourquoi j'y pense? Y'a plein d'gens qui sont encore sortis avec personne à seize ans! J'vois pas en quoi y'a un problème là dedans. Et puis, ça viendra. Sûrement.
    En marchant, je m'adonnais à mon passe-temps favori ( Après avoir vérifié que Chiharu n'était pas dans les parages ), qui est, oui vous l'aurez deviné, m'amuser à faire voleter les jupes des jeunes filles en fleur avec leur âme pure et candide et tellement cute qu'elle ferait chialer un zizi. Mes métaphores sont adorables, je sais.

    Merdus. Repéré. Je dois fuir. FUIR CET ENFER. Le groupe de fille que j'avais attaqué m'avait spotted. En même temps, c'tait pas hyper malin, j'étais la seule personne dans les environs à ce moment....
    Je cours, aussi vite que je peux. Candides, ces filles? Putain, mais elles étaient aussi candides que Robert le Camionneur, merde! Leurs insultes s'en allaient dans tous les sens, elles vociféraient des trucs du genre :


- Pédé! Ça va pas de regarder sous nos jupes trop sexy nos magnifiques culottes de jeunes filles en fleur avec des pandas roses dessus? On va t'marave, abruti!

    ... PAS MERDUS. J'avais réussi à semer ces furies. Mince, j'étais dans la rue. P'tain, comment je m'étais retrouvé là? ET JE SUIS OÙ?

    ... Merdus, en fin d'compte.

    Bah. Si c'est ça, autant marcher, j'ai pas grand chose à perdre.




    Cette musique. Fouah, j'arrivais plus à me la sortir de la tête. C'est fou comment une simple musique peut vous faire vous prendre pour un super héros de la mort qui fait imploser 42 atomes de Carbone issus du pancréas de Mohammed-Kévin Jaimlabeat.
    Cet air, il était entraînant... Mais en face de moi, y'avait un truc un brin moins entraînant quand même. Un p'tit blond était complètement tétanisé en face d'un chat qui le fixait. À ce moment, la musique qui s'emportait dans ma tête s'assombrit un peu, comme au début.




    Oh, un camion sauvage apparaît! Le camion sauvage utilise Giga Impact sur Jeune Blondinet.

    Cette musique apparut soudainement, comme le flash qui illuminait Bouddha quand il a atteint le Nirvana. Une révélation. Mon coeur battait, le gamin allait se faire aplatir par le camion de Robert le Camionneur.
    Merdus. Je parie que c'est ma faute. Je l'ai mentionné tout à l'heure, et là, Ô douce et divine vengeance, il vient prendre sa revanche contre le destin. Putain, nan, te fais pas écraser!

    Chat sauvage a rejoint le combat! Chat sauvage utilise Charge, puis Morphing!
    C'est super efficace!

    ... Vous l'aurez compris, le chat s'est jeté sur la blondasse pour finalement se métamorphoser ( Comment ça je dois arrêter la moquette? On est à Aomori! ) et l'envoyer balader quelques mètres plus loin et sauver l'autre glandu. Mais la fille-chat ( Mmh... J'me demande c'qu'elle donnerait, en Catwoman ) s'était bien amochée la tronche par contre.
    ...
    Merdus.

    Comble du comble, son haut s'était barré en couilles. D'un regard amusé, je m'approche l'air de rien, je les observe un peu. Le p'tit blond se mettait à presque sangloter, puis, il fourra littéralement la fille dans son T-shirt. D'ailleurs, cette fille, j'étais certain de l'avoir déjà croisée à Aomori. C'est bizarre. Pas le garçon, par contre, mais j'me demandais sérieusement s'il en faisait pas partie. Après tout, Aomori doit pas être bien loin.
    Je tournais, comme une mouche admirant une belle tache de miel, autour de ce joli couple. Malheureusement, toute une foule s'était rassemblée autour de la petite boule de chair qu'ils formaient. Putain, j'entendais que dalle. Meeeerdeuh. Finalement, et pour mon plus grand plaisir aussi, la fille ressortir du haut du blond. Aaaah, quel malheur qu'je n'sache pas encore manipuler le vent pour m'envoler...

    J'essayais de me frayer un chemin dans la foule. C'était compliqué, c'était relativement compact, mais je pouvais l'apercevoir, et il faut dire que la fille était vraiment mignonne. Elle avait l'air d'avoir crié un truc, mais j'entendais absolument rien.
    Comment ça je trouve toutes les filles mignonnes? J'apprécie les bonnes choses, nuance.
    Et puis, chaque femme recèle en elle une beauté cachée. Presque.
    Sauf que là, il faut le dire, sa beauté était tout sauf cachée. Sa peau était blanche, agréable à regarder. Presque livide sans être écarlate ni dépourvue totalement de couleur. Blanc ne signifie pas plat, bien au contraire.

    .. Bizarrement, je ne m'attardais pas sur sa poitrine mais plutôt sur son visage, et sa gorge. Un peu son ventre ou son dos, mais furtivement aussi. Doux, c'est sûrement ce qui la caractérisait le mieux à ce niveau. Bien que sa touffe de cheveux en bataille ( J'eus une petite pensée pour Salade girl à ce moment là, alias ma belle Chiharu ) donnait l'impression qu'elle sortait d'un combat contre un Roucarnage.


- Eh ! Toi !

    ... Dafuq? C'est moi qu'elle appelait? C'était un peu inespéré, ça... J'avais envie de lui parler, à vrai dire. Elle m'intéressait pas mal, elle était vachement mignonne et par dessus le marché en soutif. Mais elle avait l'air marrante, c'était l'principal. Avec une fille comme ça, on doit vraiment pas s'ennuyer.

    Je faisais quand même une belle tête d'ahuri à ce moment là, je m'y attendais absolument pas.


- Ouais, toi.

    Elle confirma donc mes pensées. Je m'approchais, avec la même tête d'ahuri que tout à l'heure. Elle était encore plus belle de près. Mais j'essayais de reprendre mes esprits et d'avoir l'air un brin sur terre.


- Au lieu de me mater comme un vieux pervers, tu pourrais pas me passer ta veste ?

    ... Merdus. Deux fois spotted en une journée. Je vais finir par croire que c'est pas mon jour.

    ... Ohputain. Un sourire s'éclaircit sur mon visage, et pour cause. Une idée m'était passée à l'esprit.


- T'es dans de sales draps, ma chérie... Bah, c'est pas mon genre de profiter d'une personne à terre de toute façon. Mais ça te coûtera quand même un petit quelque chose...

    Bahwi, quand même. Pas laisser passer une occasion comme celle-ci. Surtout que j'avais vraiment envie de la serrer contre moi.
    Mon sourire s'effaçait, pour laisser la place à un visage rougissant un brin, les sourcils froncés et les joues légèrement gonflées. Après tout, j'avais encore jamais demandé ce genre de truc, et ça m'faisait un peu peur...


- Un câlin.

    ... Vous croyiez quoi? Je suis pas Pedobear! Et arrêtez de me regarder avec ce sourire narquois! J'ai bien le droit de réclamer des câlins de temps en temps, non...?

    ... Merde. C'était vraiment gênant. Putain. Putaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaain. Je veux mourir. JE SUIS UN BOULET. Pourquoi j'ai demandé ça? La foule me reluquait bizarrement. Et j'ai même pas fait attention à la blondasse à côté. Sans réfléchir, j'arrachais maladroitement ma veste et je lui tendis. Et j'ai foutu un coup d'pied à un gars qui m'reluquait bizarrement, aussi. Ça a fait se barrer la foule, au moins un bon point.


FAN KLEUBS ★
'Cause we all love you ♥
Spoiler:
 



Je remercie du fond du coeur ma petite fleur de maïs pour cette belle signa & mes petites Nino, Chiharu, Ema mon keur d'amûwr, ma Fée chérie d'amûwr et ma Gaby-chouw d'amûwr que j'aime trop trop fort aussi pour leurs splendides avatars ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
http://pensionnat-aomori.forumactif.com/
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Mer 27 Juin - 7:55

Please just love me
with your steel heart

C’est fou ce qu’il avait l’air con. Bien sûr que c’était à lui qu’elle parlait. A qui d’autre, sinon ? Au vieux con qui l’avait maté comme si elle était une actrice porno ? A la vieille qui se serait volontiers jetée sur les dalles du temple le plus proche pour maudire la profanation d’un corps si pur et chaste ? Elle n’aurait certainement pas demandé la veste de l’adolescent dont la tête tirait plus vers le bulldog que vers l’humain. En quoi ça le perturbait ? Non, sans blague. Le soutien-gorge ? Allez. C’était juste du tissu noir. Vu de la sorte, Ema n’avait aucune notion de pudeur. C’était en partie faux. Elle ne ressentait pas énormément de gêne à l’idée d’être vue dans une tenue si légère par un inconnu. Après tout, sa rencontre avec Hyuga s’était passée ainsi : elle en sous-vêtement dans sa chambre et lui qui débarque sans crier garde. Mais Ema n’allait quand même pas plus loin que les sous-vêtements. Nue, on ne l’avait encore jamais vue. Et tant mieux dans un sens ! Qu’est-ce que ça lui apporterait ? A elle, rien. Et à l personne trop chanceuse par la vue de ce spectacle si rare, rien non plus. A l’exception, si c’était un garçon, du droit de se vanter auprès de tout le monde. En ros, rien. Bon. Qu’est-ce qu’il attendait, lui ? Avec son sourire passablement sadique. En fait, ça faisait presque peur ça. Pourquoi est-ce qu’il souriait ?

Non, mon chat. Il faut qu’Ema t’explique là. Des draps, même sales, elle en aurait bien eu besoin. Ca lui aurait évité de sentir les regards langoureux des adolescents hormonalement perturbés, là-bas, su un banc plus loin, en bande. Quoi de plus désagréable que de sentir cinq paires d’yeux couler sur sa peau si belle ? C’était comme la Vénus de Milo profanée par la bave d’une visqueuse et vicieuse petite limace. C’était absolument dégueulasse. Et de comparer la limace à des crétins, et de ressentir ce que la statue ressentait sur sa peau d’albâtre. Et donc. Qu’est-ce qu’il disait, lui ? Ah ! Il n’avait plus le sourire de tout à l’heure. Il rougissait. Ema fronça les sourcils. Non. Sans blague ? Il la regardait bizarrement il y avait à peine cinq minutes et puis, il agissait comme un gosse qui n’ose pas donner un bisou à son institutrice trop jolie. Parce que si c’était un bisou qu’il voulait, elle était prête. Du moment que ça se passait sur sa joue ou son nez ou son front. Parce que bon. Voilà quoi. Y a des choses qu’elle ne faisait pas. Ou qu’elle faisait en fonction de la gravité de la situation. Comme la fis où elle avait dû embrasser Hyuga deux fois parce que des gamines de treize ans les avaient surpris aux alentours d’une ou deux heures du matin. Et qu’elles avaient crié très fort. Dans les moments où elle devait se faire passer pour une petite copine, ça ne la dérangeait pas. Bon sang, Ema. Trouve-toi un mec, qu’on en finisse. Non, là, en fait, ce qu’il exigeait d’elle, c’était…

« Un câlin. »

Ema, modèle de féminité, de bonnes manières, de calme et de sagesse, manqua de s’étouffer sur le coup. Un câlin. Un câlin ! Et le petit blond, traumatisé et accroché à elle comme un poussin à sa maman poule, ils en faisaient quoi ? Parce que bon. Faire un câlin groupé au milieu d’une foule avec des personnes qu’elle n’avait peut-être jamais vues, ça ne faisait pas vraiment partie de ses projets d’avenir. La foule s’agita davantage et Ema posa sa main sur la tête du petit blond, le gratouillant distraitement comme si c’était un chat. C’est qu’il ne parlait toujours pas, lui.

« Ca va ? »

Un mouvement de couleurs près d’elle lui fit détourner les yeux. Alors il acceptait ? La veste avant, le câlin après ? Elle prit la veste qu’il lui tendit et l’enfila, la fermant non pas complètement, mais suffisamment pour que le peuple ne voit plus son magnifique soutien-gorge. Bon. Ca faisait quand même assez décolleté. Mais bon. Elle regarda le brun foutre un coup de pied à quelqu’un. Ce qui eut pour merveilleux effet de dissiper la masse grouillante et humaine. Elle se mit à rire. A gorge déployée, assez fort.

« Un câlin ? Sérieusement ?! »

Elle se redressa et aida le petit blond à faire de même. D’un battement de paupières, elle reposa ses yeux bleus sur le garçon. Elle repoussa des mèches blondes de son visage d’un mouvement de tête et tendit ses bras en avant.

« C’est quand même assez vache de profiter d’une fille rien que parce qu’elle demande un manteau pour se couvrir. »

Il n’y avait qu’Hyuga qui profitait d’elle de la sorte. Et à chaque fois, elle le lui faisait payer. Mais le petit blond, accroché à elle, l’inquiétait quand même un peu, à force de ne pas parler. Les bras tendus, elle se promit de s’occuper de lui quand elle aurait finit avec le brun. Un câlin, ça prenait pas trois heures.
Bon. Tu viens ?






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sasykki Yamakuni
avatar
garden

Masculin Age : 73
Messages : 506
Inscription le : 26/02/2012
Localisation : DANS TON CAAAAAAAAAAAAKE ★


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 1ère Année ~ 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Jardinage

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Lun 2 Juil - 22:09

    Mon bras était raide, aussi raide que le kiki de DSK quand il s'apprêtait à commettre la pire erreur de sa vie, aussi raide qu'un barreau en acier trempé, aussi raide que... Bah, z'avez compris quoi, pas besoin de faire d'autres comparaisons à la con qui servent à rien à la société quoi. Je sentais une pression sur mes doigts, elle ramassait mon gilet. Elle le prenait de mes doigts tremblants, bah ouais quoi. Ma demande m'avait un peu traumatisé, j'ai l'habitude de soulever des jupes moi. Pas de faire des câlins. Mais les jupes ça ennuie. Les culottes panda, ça ennuie. À force. Pas que j'en ai assez, mais surtout que le contact physique me manque. Avant, j'avais l'habitude de câliner ma grande soeur, mon papa, ma maman. Maintenant, plus rien. J'suis en manque, putain, ça m'énerve.

    Ça doit être ça qui m'a poussé à lui demander un truc du genre. Mince, je serais presque émouvant là.

    Et c'est là où je subis le vent le plus monumental de ma vie quoi. Après qu'elle aie enfilé mon gilet à mon grand malheur, elle s'est mise à gratouiller le petit blond derrière. Un petit « Ça va ? » pour voir s'il était encore en état d'marche. Pas que j'étais jaloux ( We sure trust you, Sasy ::skype:: ), mais surtout que j'avais un peu l'impression d'être oublié. M'enfin, dans un sens, on s'était pas foutus une seule seconde du blondinet depuis que j'm'étais incrusté, donc il devait sans doute à peu près l'mériter. Je pense.

    Elle a rapidement pris la parole après ça. J'en dis long, mais tout ça, ça résume qu'un petit instant, en fait.


- Un câlin ? Sérieusement ?!

    Mince. Est-ce qu'elle l'avait mal pris? Après tout, peut-être qu'elle connaissait ma splendide réputation. Meeerde. Je pensais pas que les rumeurs pouvaient aller si vite à Aomori. M'enfin, c'pas réellement des rumeurs dans la mesure où ce que j'fais est digne de Napédolon Ier du nom, mais plutôt dans le sens où c'est des trucs qui partent du bouche à oreille quoi. J'espère franchement que c'était pas ça. Parce que je connais pas cette ( Si splendide soit elle ) créature, qui m'inspirait pourtant confiance. Sérieusement, sa petite bouille me laissait vraiment pas de marbre. Ni son décolleté, d'ailleurs. ♥️

    Elle reprit donc la parole, sans vraiment perdre de temps.


- C’est quand même assez vache de profiter d’une fille rien que parce qu’elle demande un manteau pour se couvrir.

    Bah. J'm'en fiche. Je veux te câliner ma chérie, ça va pas plus loin tu sais. Même si c'est vrai que y'a plus fair-play, comme façon de demander, je l'admets. J'aime bien faire comme ça, c'est tout aussi amusant!
    Elle me regardait, droit dans les yeux, je n'sais pas si elle le remarquait elle-même. Ses petits yeux bleus pâles m'auraient fait mettre ma main dans ma poche, sérieusement.


Citation :
Petite citation du gens qui contrôle Sasy et qui aime bien faire chier le monde ♥

J'sais pas trop si vous savez, hein, mais Sasy garde constamment dans sa poche de petits tampons de coton. Vous voulez savoir pourquoi? Eh bien devinez. Si vous voulez savoir, go lire le spoiler mes chéri(e)s ♥️
Spoiler:
 

    Ses bras étaient plutôt fins, et doux. Blancs. J'avais envie de passer mes mains dessus, comme sur le reste de son corps. De l'enlacer, de passer mes mains sur sa peau. ET POUR UNE FOIS QUE J'ESSAYE D'ÊTRE BEAU DANS CE QUE JE DIS, ME FAITES PAS PASSER POUR UN PEDO. SAHRY, ARRÊTE ÇA. ON VA CROIRE QUE JE SUIS UN GROS PERVERS.



*Un Sahry sauvage apparaîîîîîîîît*


Citation :
On te voit déjà comme ça, laisse tomber vieux. T'es foutu, tu peux plus revenir en arrière. Et si j'te disais c'qu'on a prévu pour toi à Secret ♥️ Aomori, tu comprendrais à quel point ta réputation est enfoncée.

Salaud. Sérieusement, pourquoi tu m'fais ça? Merde, tu t'défoules sur moi parce qu'en fait tout le monde te prend pour un pédophile, espèce d'enflure? TU SERS À RIEN À LA SOCIÉTÉ!

Citation :
Ah ouais? Tu le prends comme ça?

Ouais. OUAIS JE LE PRENDS COMME ÇA. TU VAS M'FAIRE QUOI? Sérieux quoi Sahry, tu saoules.

Citation :
Okay. Je voulais être gentil avec toi. Tu me laisses pas le choix mon vieux. Amuse toi bien ♥️

... Merde. Sahry, hey. Fais pas de conneries Sahry. SAHRY. FAIS PAS DE CONNERIES. REVIENS. REVIEEEENS.

*Le Sasy sauvage a fui...*

Quel enfoiré. Qu'est-ce qu'il va me faire faire...?

    Revenons en à la réalité. Ouii, je parlais d'la fille. Le fait qu'elle était belle, surtout, en fait. Parce que oui, quand vous voyez une fille vach'ment mignonne qui tend les bras vers vous avec cet air innocent qui plaît tant à ces chers pédos, la simple envie qui vous envahit est de la câliner tout plein tout plein quoi.
    Et c'était c't'effet là qu'je ressentais. La peau de son cou avait l'air agréable, j'avais envie de simplement mettre ma tête sur sa poitrine et dormiiiiiiiiir.

    C'est ce que j'avais tenté de faire. Ouiii, tenté. Parce que je n'avais rien de mieux à faire que laisser mon pied buter avec grâce sur le trottoir et de m'envoler pour m'écraser sur cette pauvre fille. Et comme si ça suffisait pas de l'écraser en beauté, mes lèvres ont touché les siennes. Pas genre un fragment de seconde hein. Mais genre je l'embrassais au moment d'atterrir. SANS FAIRE EXPRÈS. Donc. Grand artiste que je suis, je m'appuyais sur quelque chose pour me relever. Hm? C'était mou. Et agréable au toucher. Pas mou, plutôt confortable. En fait, ça ressemblait à un couss... Merde. C'était sa poitrine que je pelotais comme ça. Merde. Putain. Qu'est-ce que j'ai fait? Merde. Mon dieu, je suis un boulet. UN BOULET.
    Je sers à rien. Vite, me relever. Voilà. Mince, je rougissais à mort. À mort. Elle me regardait. Putain, je devais faire quoi là? Omg. J'vais mourir. Achevez moi. Pitié. Même si c'était agréable. Très agréable.

    ... Connard de Sahry.


FAN KLEUBS ★
'Cause we all love you ♥
Spoiler:
 



Je remercie du fond du coeur ma petite fleur de maïs pour cette belle signa & mes petites Nino, Chiharu, Ema mon keur d'amûwr, ma Fée chérie d'amûwr et ma Gaby-chouw d'amûwr que j'aime trop trop fort aussi pour leurs splendides avatars ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
http://pensionnat-aomori.forumactif.com/
Niito Smith
avatar
heart

Masculin Age : 21
Messages : 377
Inscription le : 26/12/2011
Localisation : Hyuga te looove ♥


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 17 ans, étudiant.
Pouvoir(s):
Club: Théâtre

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Mer 11 Juil - 22:21

    WO. On se calme là.

    « A-Attends ! »

    Pas de panique, pas de panique. Relâche la bête qui s’agite sous ton haut et reste en mode défensive au lieu de faire le con. Regarde-moi cette pauvre fille ultra mignonne qui tape un sourire avec une crinière de lion en chaleur. Pauvre blondinette. Elle est adorable.

    « ... Oh putain. Ca caille en fait ! »

    Adorable et vulgaire, c’est génial parfait. La pauvre, elle devait avoir trop froid. Niito a même repensé à la re-foutre sous son haut. Mais soyons sérieux, pas le temps d’être fou. Elle était à moitié à poil au milieu de la rue. Avec un monde impressionnant qui l’a dévisageai. Avec un blond sous le choc à côté d’elle. Et plus loin, un brun qui restait planté là sans rien comprendre. En se mettant à sa place, la jeune fille devrait être couverte de honte et de gêne. Elle devrait partir en courant les larmes aux yeux comme tous shojo ayant un sens. Ou elle devrait pleurer dans les bras du petit blondinet en lui demandant de l’aide. Pff. Que dalle. Ema avait presque l’air.. À l’aise ? C’est quoi son problème à cette fille ? C’est le fantasme de tous les hommes. Elle est dénudée, elle a du caractère et elle ne panique pas pour trouver des vetements pour cacher son corps carrèment bandant craquant.

    « Allez ouste ! On dégage ! Y a rien à voir ! »
    Bien dit. Elle gère.
    « Eh ! Toi ! »

    OUAIS TOI ! Hum. Qui ? Oh, celui qui a regardé toute la scène tel un geek regardent star wars mais n’a rien fait . Ce gus était vraiment inutile, bordel. Il aurait pu un peu aider dans la quête de ‘sauver la princesse Ema’ mais il restait planté là. Aussi inutile qu’un Chrysacier. /mercisasy/

    « Au lieu de me mater comme un vieux pervers, tu pourrais pas me passer ta veste ?»

    Niito levait les yeux. Pour voir comment allait réagir le brun. Il aurait très bien pu être un fou utra-agressif qui aurait voulu du mal à la jeune blondinette qui paraissait inconsciente de sa façon de parler. Ou alors, le gars était plutôt du genre gros pervers qui lui veut aussi du mal, mais pas le même mal. Hum. Enfin. Il souriait. Un sourire étrange. Il se rapproche beaucoup plus du pervers d’un coup.

    « T'es dans de sales draps, ma chérie... Bah, c'est pas mon genre de profiter d'une personne à terre de toute façon. Mais ça te coûtera quand même un petit quelque chose... »

    Citation :
    J’VAIS L’MARAVE CE C*N.
    Impossible, c’est un personnage de rp, c’est virtuel. Tu peux toujours te déchainer sur Sahry avec ta force super puissante. Repassons à Niito. À cet instant, Niito pensait très fort ; « Oh le salooop ». Bon d’accord j’arrête. C’est moi qui pensait à ça. En vrai, Niito pensait –réellement- que c’est vraiment un pervers-vicieux-fou-psychopathe-méchant-sadique-qui-fait-du-mal-à-des-petites-filles. Mais même si c’était le cas. Qu’est-ce qu’il pourrait faire Niito. Hein ?

    « Un câlin. »

    Ça commence toujours par un câlin, prend garde. Niito tentait d’envoyer des messages mentaux à Ema, en lui hurlant « Ne tombe pas dans le pièèèège, c’est un méchaaant ! » C’était en vain. Les messages n’étaient pas assez puissants pour atteindre la cervelle de la jeune fille en soutif. N’importe qu’elle fille de shojo lui aurait mit une claque, ou aurait encore demandé au blondinet-ange-gentil-parfait son aide en pleurant à chaude larme sur son torse pas viril du tout. Mais Ema n’est pas une héroïne de shojo, pas du tout.

    « Ca va ? »

    Qui ? Quoi ? Hein, lui ? Merde. Réagis, on aurait dit un psychokwak hypnotisé. Il ouvra la bouche. En tentant de dire un simple ‘Oui’ un peu faible. Mais rien. Aucun son ne sortit. Sa voix avait completement disparu. Elle s’était envolée pour Hyrule. Pour un monde meilleur. Niito fixait la jeune fille dans les yeux et hocha la tête avant d’avaler sa salive. Malgré tout, le petit blond n’avait toujours pas lâché prise. ‘Faut dire qu’il s’était pratiquement crispé le pauvre. Reprend-toi Niito, c’est toujours pareil.

    « Un câlin ? Sérieusement ?! »

    Elle aida Niito à se relever. Merci maman. Mais ça voulait dire que ce « Serieusement ?! » Est-ce que ça voulait dire que ce n’est rien, ou qu’au contraire, c’est bien trop demandé de faire un câlin à un inconnu ? Son rire se trouvait dans quel clan ? Et puis le brun qui venait de frapper un gens, ça expliquerait à quel point il est dangereux ce type. Le poussin ne savait plus quoi penser. Bon après tout, c’est pas la fin du monde un câlin, hein. Mais Niito se méfiait quand même. Il n’allait pas laisser sa superwoman, ou plutôt catwoman tomber dans le piège d’un gars trop louche à son gout.
    Et bien sûr évidemment que comme par hasard bah oui c’est la vie et le destin. Il trébucha sur un trottoir, en sautant pratiquement sur catwoman. Lui volant un baiser. Ça par contre, c’est une scène de shojo.

    Citation :
    Oh le sale petit *PEGI18* de Sahry..
    Là, c’était trop. C’était certain qu’il profitait de la naïveté de la jeune fille pour lui dérobé son innocence. Mais Niito avait peur. Il avait peur de se faire péter la gueule par le brun pervers-vicieux-fou-psychopate enfin bref. Mais il ne pouvait pas laisser sa catwoman se faire agressé sexuellement. Bon, tu ne trouves pas que t’abuses Niito ?

    Il avait la chair de poule. Et un frisson qui traversait son corps de pars en pars. Tel l’illusion de phénix ! Mais il se reprit rapidement. Courage ! Il prit la jeune fille et l’a tira en arrière. Putaing ce qu’il avait peur. Il se mit en avant, gonfla son bloc au fond, fronça les sourcils pour ne pas fondre en larme. Puis sa voix toute petite tenta de former une phrase toute faible et tremblante.

    « Qu-Qu-Qu’est-ce que tu fais là-à-à ?! J. Je. Je ne te lai-laisserai pas faire ! Per-pervers. »

    Le « pervers », il l’avait dit tout doucement. Parce qu’il avait peur et son bon sens tentait tout pour ne pas trop provoquer la bête. Il avait tellement les chocottes de se recevoir un pain en pleine gueule. Ses jambes n’étaient même plus assez puissantes pour le tenir droit. Il ne regardait même pas Sasy dans les yeux, non, il fixait son poing pour voir s’il allait mettre un coup.


JE VOUS AIME ♥️

sois gentil, pas méchant.
c'est pas gentil d'être méchant.
Merci Kido, Cloud, Kain, Jake, Haku, Ruru, Emapute, Chiha, Eden, Sora, Zayn et Anh pour tous ces magnifiques vavas ;w;
merci à EMAPUTE ema pour le vava actuel.

Revenir en haut Aller en bas
Ema Hatsuyo
avatar
heart

Féminin Age : 21
Messages : 1051
Inscription le : 05/03/2011


Carte d'étudiant
Scolarité/Age: 16 ans
Pouvoir(s):
Club: Cuisine

MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   Ven 17 Aoû - 20:21


Oh girl, you can be my girlfriend
I can be your boyfriend

Y a des gens qui sont restés comme ça et qui sont morts.

Cette phrase tournait vite dans la tête d’Ema alors que ses bras commençaient à picoter. Pourtant, ça faisait même pas cinq minutes qu’elle était là, debout sur le trottoir, emmitouflée dans la veste du garçon aux cheveux, à moitié fermée. Histoire de rester féminine, un minimum. La première impression était toujours la meilleure. En restant une fille, Ema gagnait des points. Bon. Après, s’ils trainaient trop avec elle, ils pourraient observer un changement considérable dans sa personnalité, dans son sourire, dans sa voix et dans ses manières. Ils se rendront alors compter qu’elle n’était qu’une hystérique pas possible. Stop. Minute, ma chattounette. Tu les connais depuis quoi ? Dix minutes ? Vingt, peut-être ? En fait, tu ne les connais pas du tout. Si ? Tu crois ça ? Vas-y. Comment ils s’appellent ? Ahah ! Même école que toi, mais tu ne sais rien d’eux. Si ça se trouve, le blondinet accroché à ta ceinture est un vieux psychopathe qui n’attend que la prochaine ruelle pour te violer et te tuer en te démembrant lentement, avec une jouissance prononcée pour la souffrance. Et si ça se trouve, le brun, devant toi qui réclame un câlin, c’est un eunuque qui fréquente les églises pour bander en écoutant les enfants de cœur chanter le Miserere et qui a une certaine attirance pour le sexe sadomasochiste. Comme quoi tu n’étais pas encore assez paranoïaque, ma chère Ema. Et puis, merde quoi ! Il attend quoi, l’autre idiot ? Ema était déjà bien trop gentille d’accepter le câlin ! En même temps, il n’avait pas l’air si pédophile que ça, le brun. Le blond non plus, d’ailleurs. D’accord. Tu es totalement paranoïaque. Et givrée, pour penser à des trucs comme ça. Je me tais, chattounette. T’as raison, j’ai tort. Et le tort tue.

Oh le boulet.

Soit Ema rêvait. Ce qui reviendrait à dire qu’elle ne s’était jamais transformée en chat de la journée, qu’elle n’avait sauvé personne et que – pour sa dignité – elle n’était jamais apparue en soutien-gorge au beau milieu d’une rue pleine de monde. Dans ce cas, elle était sauve. Mais Ema était bel et bien réveillée. Du moins, c’est ce que l’arrière de son crâne lui cria quand il percuta, pour la deuxième fois de la journée, le sol. Mais merde ! Ca fait super horriblement mal ! De plus, c’était toujours elle qui tombait la première sur le sol et qui se prenait le béton. Et le sexe fort dans tout ça, il est où ? N’est-ce pas lui qui se vante sans arrêt de savoir mieux protéger les femmes et les enfants que les femmes elles-mêmes ? Bitch please, quoi. A l’aise.

Oh le boulet.

N’avaient-ils pas promis un câlin ? Un câlin, ça ne comprenait pas un baiser. Dans ce cas, pourquoi l’embrassait-il ? Et t’es gentil, mais tu gardes tes mains chez toi. Et si on tentait de se dégager de cette étreinte bizarre ? Voilà. Brave garçon. Ema le regarda se relever, tout paniqué, rouge comme une tomate trop mûre. C’était fun à voir. Et à savoir, aussi. Comme ça, elle savait qu’elle faisait quand même de l’effet. Ce qui ajoutait mille points à son égocentrisme féminin. Le blond n’était pas mort. Parce que c’est lui qui tira Ema vers l’arrière pour l’arracher aux griffes déjà parties du brun. Merci. Tu me sauves la vie, mon… Lapin.

« Qu-Qu-Qu’est-ce que tu fais là-à-à ?! J. Je. Je ne te lai-laisserai pas faire ! Per-pervers. »

Wow. Encore sous le choc le blondinet. Ema se releva et chancela un moment – voilà tout l’effet que produit un trottoir en béton percuté deux fois – avant de reprendre ses esprits. Elle observa le blond faisant le gros dur devant le brun. Et tout doucement, elle l’attira à lui, comme une mère poule qui couve son poussin adoré. Elle passa un bras autour de ses épaules tremblantes et le colla à elle en murmurant des « chut, chut » apaisants.

« Tout doux, on se calme, guys. Y a pas de lézard. »

Ca, c’est ce que tu dis. Tu relativises pas mal les choses, Ema. Un mec te réclame un câlin contre une veste, trébuche, t’embrasse et te pelote. Enfin. Si c’était fait exprès, comme l’aurait fait un pervers, il ne serait pas en train de rouge comme un gros coup de soleil radioactif.

« C’est quand même pas la première fois que ça m’arrive. »

Emapute. Emapute. Emapute. Emapute.
Ema n’était pas une pute. Elle se trouvait juste aux mauvais endroits, aux mauvais moments. Et c’était elle qui se choppait toujours le gage bizarre. Ou alors, elle embrassait Hyuga, pour sauver leurs peaux face à quatre furies de premières, émoustillées devant une histoire à la Roméo et Juliette.

« Et si on faisait connaissance, au lieu de se battre ? »

Dit-elle avec une voix aussi pétillante qu’un verre de Perrier, son énorme sourire accroché aux lèvres.

« Moi, je m’appelle Ema. »





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}   

Revenir en haut Aller en bas
 

I need a heroooooo ! {Pv Ema - Sasykki}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori exterieur :: Ville :: Les Rues-