AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Things may come to those who wait || PV Mélodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar




MessageSujet: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Jeu 15 Mar - 4:32

Poussant la porte de la salle des professeurs – avec plus ou moins de succès, considérant qu'il essayait de le faire en s'appuyant dessus avec son épaule -, manquant par la même occasion de laisser tomber les quelques dossiers coincés sous son bras – vive les réflexes -, Honami jeta un rapide coup d'oeil circulaire autour de lui, ses yeux parcourant la pièce dans laquelle il venait d'entrer, comme à la recherche de quelque chose.

Personne.

''Oh. Et ben...'' Il fallait croire que la plupart devaient se trouver en classe. Probablement. Enfin, ce ne serait pas vraiment surprenant, considérant l'heure qu'il était. Finissant par s'éloigner du cadre de la porte, s'installant à la première table qu'il vit, il s’assit sur la chaise la plus prêt, laissant tomber sa canne par terre dans un claquement sonore avant d'étaler ce qu'il avait entre les mains sur la table, donnant soudainement à la scène une allure un rien bordélique.

Sans doute pouvait-on se demander ce qu'il faisait là, dans la salle des enseignants au beau milieu de la journée alors qu'il aurait très bien pu travailler dans son bureau, ou même dans sa chambre. Et ce, surtout considérant le fait qu'au final, ce n'était pas comme s'il était vraiment un professeur – mais si quelqu'un aurait voulut lui faire remarquer la chose, sans nul doute ne l'aurait-il tout simplement que gentiment envoyé balader en lui disant de se mêler de ses affaires. Mais oui, c'était probablement là une question que l'on aurait pu se poser, car après tout, il n'y venait pas très souvent – pour ne pas dire jamais.

Pour peu, on aurait presque pu croire qui cherchait de la compagnie.

Idée un rien ridicule en soit. Ou peut-être pas tant que ça; car, après tout, quand on était seul, on avait personne à énerver, personne sur qui tomber sur les nerfs. Et que la solitude finissait parfois par devenir pesante, surtout pour quelqu'un comme lui. Puis, de toute manière, s'il était pour rester un bon moment ici, il fallait bien qu'il finisse un jour par rencontrer un peu tout le monde pas vrai? Sans doute.

Se saisissant de l'un de ses stylos, il ouvrit son premier dossier avec un enthousiasme discutable, commençant à lire ce qui y était inscrit, ajoutant une note ou deux ici et là. Disons juste que la paperasse n'avait jamais été la partie qu'il appréciait le plus de son travail – trop ennuyant, trop bureaucratique, trop impersonnel, trop mind numbng pour lui. Non, il préférait de loin avoir quelqu'un en face de lui, quelqu'un à observer, à étudier de fond en comble, quelqu'un qu'il pouvait essayer de décrypter - c'était toujours d'autant plus satisfaisant lorsqu'un client réfractaire se laissait finalement aller -, et...

Okay, peut-être qu'il s'emportait un peu. Les papiers avaient tendances à lui faire cet effet. Paperasse. Mauvais. Voilà. Soupirant légèrement, tellement bas que c'est tout juste s'il c'était entendu, il se remit à l'ouvrage. Tournant la page, s'écrasant un peu plus profondément au fond de sa chaise, Honami laissa échapper un vague sourire en coin un rien dérisoire en apercevant une faute d'orthographe particulièrement idiote que la personne ayant remplit la chose avait faire. D'ailleurs, c'était qui l'imbécile qui avait – oh, c'était lui. Oups. Roulant des yeux, semblant plus amusé par sa propre stupidité qu'autre chose, il ratura l'erreur fautive avant de jeter un rapide coup d'oeil à l'heure indiqué sur son téléphone. Moins de quinze minutes s'était écoulées entre le moment où il avait mit les pieds ici et maintenant. Ce qui voulait dire qu'il n'avait personne à voir avant encore au moins 1h30 – parce que certains de ces petits morveux avaient parfois tendances à ne pas se présenter. Ah, leur perte.

-Mhh... fit-il sur un ton presque contemplatif, fixant un moment l'écran avant de reposer son portable à l'envers sur la table.

Au moins, comme ça, il n'allait pas être porté à vérifier combien de temps c'était écoulé à toutes les cinq minutes. Ses doigts pianotant distraitement sur la table, il retourna de mauvaise grâce à sa lecture, remontant machinalement ses lunettes sur son nez. Enfin, au moins, il pouvait toujours se dire qu'il avait de la chance d'avoir plusieurs cas intéressants – quoi que, dans une école pareil, le contraire aurait été plutôt étonnant. Comme cette rouquine, par exemple, qui...

Ah. Voilà que son esprit se mettait à errer dans toutes les directions encore une fois.

-Bon, allez, ça va pas se faire tout seul, hein... murmura-t-il dans un vague effort de motivation plus ou moins réussit.

Jamais plus que maintenant il n'avait souhaité pouvoir payer quelqu'un d'autre pour faire de genre de choses pour lui. Et au diable la confidentialité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Dim 18 Mar - 16:47

Joie. Telle était son humeur de la journée, ou plutôt, le mot qui la définissait cette journée. Tout allait bien, les cours qu'elle faisait était animés, et les élèves paraissaient vraiment attentif. Bref, c'était une belle journée pour la jeune professeure de musique. Cette dernière avait une pause entre deux cours, et hésitait. Elle ne savait pas si elle devait aller en ville pour aller admirer les instruments de musique dans une vitrine, ou alors rester pour travailler un peu son prochain cours.

Restant plantée dans le couloir pendant un moment, elle regardait le plafond, comme une gamine qui cherchait à savoir si un bonbon à la fraise était meilleur que celui à la cerise. Une question simple, mais qui était vital pour un gamin, sachant qu'il ne pourrait prendre qu'un seul des deux. Que faire... Au pire, elle pouvait très bien rester pour jouer un peu de piano, juste pour le plaisir. Et cela correspondrait à quel bonbon ?

Souriant de sa nouvelle idée, elle se dirigea donc vers sa salle de cours, et ferma la porte derrière elle. Vide et silencieuse, on avait du mal à croire qu'il y avait eu une classe avant. Le contraste était frappant, mais un peu de calme ne tuait personne, n'est-ce pas ? Aussi, elle se dirigeait vers son piano, qui luisait de propreté. Car elle prenait grand soin de ses instruments, il n'y avait pas à dire. S'asseyant sur le tabouret, elle posa ses longs doigts sur le clavier, avant de commencer à jouer.

Les notes étaient douce, et emprunt d'un peu de mélancolie, mais elle aimait ce genre de mélodie. Cependant, elle ne s'attarda pas. Elle arrêta de jouer quelque seconde plus tard, puis se releva. Elle avait oubliée quelque chose dans la salle des profs, et retourna donc dans le couloir. Mais elle n'était pas pressée, aussi, elle prenait son temps durant le trajet. La journée était si belle, il fallait en profiter.

Arrivée à destination, elle ouvrit la porte, et remarqua de suite une chevelure brune qui lui était complètement inconnue. C'était un professeur aussi ? Elle ne le connaissait pas du tout. Ou alors simplement de vue. Quoi qu'il en soit, elle avait toujours ce sourire niais, tandis qu'elle refermait la porte derrière elle.

« Bonjour ! Je ne vous ai jamais vu encore. Vous êtes nouveau dans l'établissement ? »

Amical, chère Mélodie, pour ne pas changer. Elle s'installa sur la chaise en face d'elle, et regardait l'homme. Elle ne l'avait vraiment jamais vu, ce qui l'étonna. Même si elle était un peu tête en l'air, elle se serait souvenu si jamais on avait parlé d'un nouveau prof. Sauf s'il n'était pas prof en question. Dans ce cas, il serait quoi ?

Infirmier ? Non, peu probable. Psychologue ? Hm... Possible. Oui, très probable même. Mais elle ne fit aucune remarque. Après tout, c'était à lui de se présenter tout seul, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 21 Mar - 5:52

Perdu comme il l'était dans les mots qui s'étalaient sur les pages blanches posées sur la table, comme pour se moquer de lui avec leur nombre qui lui paraissait en cet instant presque infini, Honami ne réalisa pas tout de suite que quelqu'un venait, enfin, d'entrer dans la salle des profs pour, peut-être, le sortir de son ennui. Ce ne fut que lorsque la jeune femme – car il s'agissait indubitablement d'une jeune femme – referma la porte derrière elle que le bruit attira son attention, le faisant lever les yeux pour finalement poser ces dernier sur la concernée.

De longs cheveux blonds, des yeux clairs, un visage qui lui était encore, pour le moment, inconnu, et un sourire définitivement amical. Mh. Sans doute devait-il s'agir de l'une des quelques enseignantes qu'il n'avait, pour l'instant, toujours pas eut l'opportunité de croiser. Mais qu'à cela ne tienne; au moins, maintenant, il avait une bonne raison pour délaisser une fois de plus ces stupides papiers – qui avaient d'ailleurs, pour une raison obscure, la fâcheuse tendance à s'accumuler drastiquement. Parce qu'il n'allait tout de même pas ignorer la seule compagnie qu'il avait en cet instant, pas vrai?

-Bonjour ! Je ne vous ai jamais vu encore. Vous êtes nouveau dans l'établissement ? lui dit soudainement l'inconnue.

La regardant s'asseoir sur la chaise en face de lui, il haussa un sourcil, un sourire en coin vaguement moqueur prenant place sur ses lèvres avant même qu'il ne puisse s'en rendre compte. Au moins, elle ne donnait pas l'impression de passer par quatre chemins. Et n'était sans doute pas particulièrement des plus timides, non plus, pour adresser ainsi la parole à un inconnu. Ah. Mais ce n'était certes pas lui qui allait s'en plaindre.

Tapotant durant un court instant son crayon sur sa pile de paperasse, son sourire s'élargissant quelque peu, il finit par poser ce dernier sur la table, fermant sans plus de cérémonie son dossier. Parce que c'était impolie de travailler en pleine face d'une personne qui était en train de vous parler, pas vrai? N'allons surtout pas croire qu'il s'agissait là d'un simple excuse pour justifier sa flemmardise, voyons.

-Mh... peut-être... ou peut-être pas. J'imagine que ça dépend de ce que tu entends par 'nouveau', probablement, répondit Honami en posant son coude sur la table, appuyant son menton sur son poing fermé.

Et au diable le vouvoiement. De toute manière, il n'était pas reconnu pour être quelqu'un qui avait l'habitude de faire dans les formalités. Et puis, ce n'était pas non plus comme s'il était en train de lui raconter n'importe quoi. Après tout, au bout de presque six semaines, pouvait-il réellement être considéré comme étant véritablement quelqu'un de nouveau? À déterminer, probablement.

Penchant légèrement la tête, continuant de la fixer, il plissa les yeux tandis qu'il la dévisageait, son air amusé ne quittant pas son visage. Parce que, enfin, il avait quelque chose d'intéressant à faire, parce qu'enfin, il avait quelqu'un à qui parler, quelqu'un à écouter, et puis pourquoi pas, quelqu'un avec qui il pouvait jouer au fameux jeu du 'et si on pariait combien de temps ça va te prendre avant que tu me lâches ton premier bobard?' Ou du moins, disons que la chose dépendait grandement du temps qu'elle allait passer ici, après tout – pour ce qu'il en savait, dans moins de deux minutes, elle serait peut-être déjà repartie.

-Honami Ikeburo, finit-il par lui lâcher en se redressant vaguement sur sa chaise, ne quittant néanmoins pas totalement sa position un rien affalée. Et à qui ai-je l'honneur de m'adresser?

Il aurait sans doute pu lui tendre la main – il paraissait que c'était là ce que demandait l'étiquette -, mais enfin... Disons juste que ça lui aurait demander un effort. Puis, il jeta un rapide coup d'oeil en coin au portable posé sur la table, toujours face contre terre. Ah, c'était malin; maintenant, il devait le prendre pour regarder l'heure – chose qu'il ne manqua d'ailleurs pas de faire, quittant des yeux la jeune inconnue pour la première fois depuis qu'elle était entrée dans la pièce. Mh. 20 minutes s'étaient écoulées depuis la dernière fois qu'il avait vérifié. Encore trop peu, mais c'était déjà mieux que rien.

-Et sinon, tu fais quoi ici? lui demanda-t-il soudainement, reposant du même fait son regard sur elle.

Probablement aurait-on pu se demander ce qu'il entendait par là, s'il lui demandait quel poste elle occupait au pensionnat, ou encore tout simplement ce qu'elle faisait ici, en plein milieu de l'après-midi, dans une salle pratiquement déserte du moindre occupant.

Et sans doute que, si on lui avait posé la question, il aurait répondu qu'elle prendrait bien sa question comme bon lui semblait – de toute manière, les deux réponses pouvaient s'avérer intéressante, pas vrai?


Dernière édition par Honami Ikeburo le Mer 9 Mai - 3:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Lun 26 Mar - 17:40

La jeune femme continuait de le fixer, et elle put voir alors qu'il avait un air amusé, tandis qu'elle pouvait sentir que l'ennuie de son interlocuteur disparaissait. Au moins, il n'allait pas continuer d'écrire alors qu'elle était là, c'était bien ! Toujours avec son sourire amical, elle continuait de le regarder, le trouvant décidément bien bizarre. Enfin, elle avait ce genre d'impression avec tout le monde, donc ce n'était pas vraiment une première. L'inconnu était une chose que les gens trouvait bizarre en général, simplement parce qu'ils ne savent pas à quoi s'attendre.

Mais bon, cela n'allait jamais au niveau de la peur pour Mélodie. Non, ce qui était inconnue était juste une chose à découvrir pour elle, rien de plus. Aussi, c'était pour ça qu'elle aimait parler aux gens, simplement pour découvrir les côtés qu'elle ne connaissait pas d'eux, qui lui était inconnue.

« Mh... peut-être... ou peut-être pas. J'imagine que ça dépend de ce que tu entends par 'nouveau', probablement »

Ainsi, il passait directement au tutoiement. Elle ne fit aucune remarque, souriant de plus belle. Non, elle ne l'avait jamais vue, mais il semblait bien bizarre, c'était clair. Toujours avec son air amusé, elle pouvait sentir de nouveau qu'il paraissait un peu.. excité. Enfin, pas comme les enfants ou autre, mais cela pouvait peut-être provenir du fait qu'il ne s'ennuyait plus. Ou pas ? Elle ne faisait que supposer.

Il la fixait, mais elle ne détournait pas les yeux. Il avait vraiment un air bizarre, c'était une chose. En tout cas, elle comprenait quelque part que le fait qu'il puisse parler à une personne devait être un peu plus distrayant que de travailler sur une pile de paperasse, elle même qui aime pourtant bien noter ses élèves, au bout d'un moment, elle ne peut s'empêcher de dormir dessus. Mais cela n'arrive que quand elle est vraiment fatiguée. Ce qui était assez rare tout de même.

« Honami Ikeburo,... Et à qui ai-je l'honneur de m'adresser ? »

Il se redressa sur sa chaise, mais juste un peu, et elle pencha sa tête sur le côté. Elle n'avait jamais entendue ce nom auparavant, sauf si sa mémoire lui jouait des tours. Ce qui ne serait pas non plus une première. Il prit son téléphone pour vérifier quelque chose, et elle se demanda alors si elle lui gênait. Mais bon, il lui aurait dit si cela s'avérait être le cas, non ? Peut-être pas. Elle n'en savait rien, mais elle l'espérait, car elle n'aimait pas déranger les gens.

Mais si cela avait été le cas, elle aurait sans doute sentie une point d'agacement ou autre sentiment similaire, et ça la rassura un peu.

« Et sinon, tu fais quoi ici ? »

Elle le fixa de nouveau, vu qu'il en faisait de même, et répondit.

« Je m'appelle Mélodie Ravensgate, et si je suis ici c'est parce que j'ai oubliée quelque chose pour mon prochain cours de musique. Mais vu qu'il se passe la prochaine heure j'aurais pu passer plus tard, seulement vu que j'ai une mémoire de poisson rouge, j'ai préférée venir le prendre maintenant, au risque de l'oublier encore après... Je ne te dérange pas au moins ? »

En fait, elle n'aimait vraiment pas déranger les gens. Aussi, un air anxieux vint tirer ses traits sans vraiment qu'elle ne le sache.

« Non parce que tu avais l'air assez occupé avec tout ce travail... »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Ven 30 Mar - 5:41

Clignant des yeux alors qu'il l'écoutait parler – quoi que, pour le moment, on aurait presque pu trouver qu'elle monologuait toute seule -, Honami ne pu s'empêcher de secouer un rien la tête, souriant légèrement. Mélodie, mh? Pour une raison qui lui échappait encore, il ne pouvait s'empêcher de la trouver drôle, à sa manière. Un rien amusante, sans que, pourtant, ce soit là quelque chose qu'elle cherchait à faire, qu'elle cherchait à être. À cause de sa manière de parler, peut-être. Probablement.

Ou alors, cela était aussi possiblement dû à cette espère de franchise qu'elle semblait – pour le moment, du moins – posséder. Cette façon de s'adresser, comme ça, à un pur inconnu. Ça, et le fait que son don, son espèce d'instinct ne s'était toujours pas manifesté, signe qu'elle n'avait, pour l'instant, pas essayer de lui raconter n'importe quoi. Rafraichissant, vraiment. Et donc intéressante, à sa manière. Pour tout de suite. Parce que, malgré tout, on y croit jamais vraiment, que les hypocrites, on en trouve partout – lui le premier -, et que ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle ne devienne comme tous les autres.

Puis une pause. Comme si elle avait terminé de parler, mais pas tout à fait encore.

-Non parce que tu avais l'air assez occupé avec tout ce travail...

Et cette expression sur son visage; avait-elle donc si peur que cela de le déranger d'une quelconque façon? ''Ahah... drôle...'' Oui, drôle, comme ne peut que l'être l'ironie. Car, après tout, n'était-ce pas justement ce qu'il attendait depuis tout à l'heure, que quelqu'un, enfin, vienne le 'déranger'? Mais, après tout, ce n'était pas comme si elle pouvait le savoir, pas vrai; et que, étant comme il était, c'était là quelque chose qu'il ne pouvait pas laisser passer.

-Et qu'est-ce que tu ferais si je te disais que c'était le cas? lui dit-il finalement, se penchant légèrement vers elle, haussant un sourcil vaguement interrogateur alors qu'il la dévisageait.

Pas vraiment sérieux, mais juste un peu. Juste assez pour, peut-être, avoir l'air de croire un minimum ce qu'il venait de dire, croire qu'il pensait vraiment que oui, sa présence l'agaçait réellement. Le tout, pour quelques secondes, quelques instants, juste assez pour que ce soit dérangeant, avant que son éternel sourire reprenne place sur son visage. Pas tellement amical, non, pas réellement gentil, mais présent juste parce qu'il semblait toujours là, même quand il ne devrait pas. Et pour lui montrer qu'au final, il ne faisait que plaisanter – sûrement.

-Oh, bah... tu sais ce qu'on dit, hein. La paperasse, c'est juste bon à ramasser la poussière. De toute façon, entre une présence humaine et un tas de dossiers emmerdants, le choix est vite fait, ajouta Honami, replaçant distraitement ses lunettes.

Il aurait sans doute dû mettre ses verres de contacts, d'ailleurs, ce matin. Ah, flemme, quand tu nous tiens. Puis, reprenant le crayon qu'il avait déposé sur la table un peu plus tôt, il se remit à tapoter sa pile de papier avec l'extrémité de celui-ci, semblant ne pas vraiment remarquer la chose. Mauvaise habitude qu'il avait prit au fil du temps à force de le faire en présence des gens. Juste parce que ça en faisait chier certains, et que pour cette raison, ça lui était resté.

Et le tout, sans jamais réellement quitter la jeune femme aux cheveux clairs des yeux alors que, finalement, il prenait la peine de revenir sur ce qu'elle lui avait dit; cette partie qui, sur le coup, n'avait pas été aussi importante que le reste car inutile dans l'instant présent. ''Professeur de musique, eh?'' Apparemment, il ne c'était pas trompé avec ses spéculations – il s'agissait bel et bien d'une enseignante. Et s'il en croyait son nom, elle ne venait probablement pas du Japon. Dieu seul sait ce qu'elle pouvait bien faire ici, alors.

À voir. Pour plus tard.

-Et puis, du coup, lança-t-il soudainement, comme s'il venait de réaliser quelque chose, lâchant du même fait son stylo. Si t'es venu ici pour venir chercher quelque chose... c'était quoi, ce quelque chose en question? Tu devrais d'ailleurs peut-être voir pour le trouver tout de suite, mh? Après tout, si tu as une mémoire aussi oublieuse que tu le dis... ce serait tellement... dommage que tu repartes sans.

Vague élan de gentillesse lui venant de nul part? Probablement pas. Appelons plutôt ça de la curiosité – car, après tout, il suffi d'un rien pour s'occuper, lorsque l'on a rien à faire - et que tout est bon pour faire passer le temps. Ça, et que, tant qu'à y être, il avait soudainement bien envie de savoir ce qu'elle avait bien pu oublier ici, lui-même n'ayant, après tout, rien remarqué qui sortait de l'ordinaire lorsqu'il était venu s'installer dans la pièce. Oh, ce n'était pas comme s'il avait porté une attention particulière à la chose, mais tout de même... Il voulait savoir, voilà tout.

Juste parce qu'il le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 11 Avr - 21:25

Il avait un drôle d'air sur le visage, et Mélodie ne comprit pas de suite pourquoi. Avait-elle dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Non, sinon elle aurait sentie sa gêne. Ou son agacement. Ah oui, c'était ça, il avait prit une mine un peu agacée. Pourtant, elle ne sentait pas l'émotion. Ainsi, il le faisait exprès ? Il était vraiment bizarre ce professeur... D'ailleurs, était-ce seulement un prof ? Elle n'avait jamais vu autant de paperasse pour un seul cours, ou même plusieurs, aussi, elle se demanda bien ce qu'il pouvait enseigner...

« Et qu'est-ce que tu ferais si je te disais que c'était le cas ? »

Mélodie trouvait la réponse simple. Très simple même. Elle s'excuserait tout d'abord, pour ensuite partir en le laissant travailler. Et en prenant aussi ce dont elle avait besoin pour son prochain cours. Il s'était légèrement approché en disant ça, avec un sourcil arqué, mais elle ne fit aucune remarque. Déjà parce qu'il n'était pas agacé, donc elle n'avait pas à dire ce qu'elle allait faire, et aussi parce qu'il était vraiment bizarre.

Pourquoi demander ce genre de chose, si ce n'était pas le cas ? Eh oui, Mélodie et sa simplicité, elle ne voyait pas du tout la raison qui poussait les personnes à poser ce genre de questions. C'était d'ailleurs pour ça que les psy lui posaient un problème. Ils étaient tellement compliqué que ça en donnerait la migraine à la pauvre blonde. Non, elle est blonde, mais pas stupide. Ne pas confondre simple et idiote, merci.

Bref. Il paraissait pourtant sérieux dans ce qu'il disait, et sans son don, Mélodie serait tombée dans le panneau. Mais ce n'était pas le cas, aussi, elle fixait toujours Honami avec un sourire. Il était bizarre, mais semblait gentil. Encore une chose avec Mélodie. Elle voyait des gens sympa partout. Jusqu'à ce qu'elle les connaisse vraiment, avec leur émotions... Non pas qu'elle ne dépends, mais disons que cela l'aide beaucoup à connaître les personnes.

« Oh, bah... tu sais ce qu'on dit, hein. La paperasse, c'est juste bon à ramasser la poussière. De toute façon, entre une présence humaine et un tas de dossiers emmerdants, le choix est vite fait. »

C'était clair que le chois était vite fait, du moins pour la jeune femme. Il reprit son crayon, et tapota le tas de dossier avec le bout de ce dernier, et la blonde eu un air bizarre. Elle faisait ça souvent aussi, c'était vraiment une mauvaise habitude. Haussant les épaules, elle se disait que finalement, il y avait pas mal de monde qui faisait ça, alors bon... Bref. Elle se remit à scruter l'homme en face d'elle, se demandant ce qu'il pouvait bien enseigner comme matière.

« Et puis, du coup... Si t'es venu ici pour venir chercher quelque chose... c'était quoi, ce quelque chose en question? Tu devrais d'ailleurs peut-être voir pour le trouver tout de suite, mh? Après tout, si tu as une mémoire aussi oublieuse que tu le dis... ce serait tellement... dommage que tu repartes sans. »

Mélodie le fixait un instant, puis se releva d'un coup. Elle avait totalement oubliée ce qu'elle était venue chercher ici, heureusement qu'il le lui avait rappelée.

« J'étais venue ici pour mes partitions. J'en ai besoin pour le cours prochain, et aussi pour le club quand j'y repense... »

Elle lui retourna un sourire, puis se dirigea vers son casier. Prenant ses clés de sa poche, elle l'ouvrit pour y prendre un petit tas de feuilles, remplie de notes, et referma son casier. Posant le tas sur la table, elle s'assit de nouveau sur la chaise, et fixa Honami.

« Mais vous êtes enseignant aussi ? Ou alors vous êtes autre chose ? »

Elle ne savait pas trop ce qu'était le « autre chose », mais elle ne savait pas non plus ce qu'il pouvait y avoir en autre chose. Peut-être stagiaire ou autre, mais cela l'étonnerait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 18 Avr - 16:30

La regardant se lever sans pourtant esquisser le moindre geste autre qu'un vague mouvement de tête, Honami la suivit du regard alors que la jeune femme se dirigeait vers ce qui était probablement son casier dans le but de – très probablement, du moins – prendre ce qu'elle avait oublié plus tôt. Il avait d'ailleurs, sur le coup, été un rien surprit lorsqu'elle s'était levée de sa chaise, vaguement prit de court par sa réaction presque brusque. Il fallait sans doute croire qu'elle n'avait réellement pas envie de l'oublier une nouvelle fois, eh. Ses partitions, hein? Ah. Logique, sans doute. Probablement.

Haussant un sourcil, ses yeux se posèrent sur ce qu'elle avait maintenant entre les mains, petite piles de feuilles parsemées de lignes et de notes qui formaient sans nul doute des mélodies qu'il serait bien en peine de comprendre, l'air vaguement intrigué. Mais enfin, il fallait dire qu'il ne s'était jamais réellement intéressé à la musique. Trop occupé avec une chose et une autre, tout le temps. Et avant ça... disons juste qu'il avait eut... autre chose en tête.

-Mais vous êtes enseignant aussi ? Ou alors vous êtes autre chose? lui dit la jeune femme blonde une fois qu'elle se soit réinstallée sur sa chaise, juste en face de lui.

Ah. La question qu'il attendait. Comme on attend quelque chose dont on ne peut s'empêcher de se ficher un peu malgré nous, mais que l'on sait va arriver un jour ou l'autre malgré tout. Et que, souvent, les gens sont comme ça. Ils veulent savoir, sans cesse, tout le temps, ou ne demande que parce qu'il s'agit là de ce qu'il 'faut faire', que cela fait partie de la norme, des convention sociale qui nous régissent. Et parce que, finalement, sans réfléchir, il avait déjà sa réponse toute prête, comme si son cerveau ne pouvait s'empêcher de la balancer avant même d'avoir eut le temps de vraiment le réaliser.

-Devines.

Et il ne pouvait que remarquer le léger changement qu'avait eut la jeune enseignante dans sa manière de parler. Remarquer comment elle avait commencé par le vouvoyer, comme le font souvent les gens, pour ensuite le tutoyer, probablement parce que lui-même l'avait fait, et maintenant, elle reprenait l'utilisation du vous. Allez savoir pourquoi. Peut-être y avait-il une raison derrière la chose, peut-être pas.

-C'est pas évident, pourtant? Ah, j'aurais cru, je suis déçu, ajouta-t-il, une légère pointe de sarcasme dans la voix. Et tu sais, je pensais pas que j'avais l'air si vieux, t'as pas besoin de me parler comme si j'étais ton grand père. Je vais finir par mal le prendre.

Ou pas. Probablement pas – ce n'était certes pas ce genre de chose qui allait vraiment le déranger, après tout. Même si, quelque part, il ne pouvait s'empêcher d'en rire. Et, toujours, il ne pouvait que de se demander combien de temps elle allait prendre pour finalement trouver ce qu'il pouvait bien faire ici. Une minute, ou plus, ou moins; qui sait, peut-être avait-elle même un don qui pourrait l'aider. Qui sait.

C'était d'ailleurs quelque chose qui, même s'il ne l'aurait probablement jamais avoué pour rien au monde, ne manquait souvent pas de l'étonner, ces espèces de pouvoir étrange qu'avait les gens. Car, sans cesse, toute sa vie, il n'avait jamais connu personne – ou du moins, personne d'autre que lui – qui en possédait un, et que parfois, il avait l'impression que certains des pouvoirs des gens semblait presque plus sortir d'un film de science fiction qu'autre chose. Et elle. Elle, cette presque inconnue, cette jeune femme aux cheveux blonds, quel type de don pouvait-elle bien avoir? Quel genre de pouvoir possédait-elle qui faisait qu'elle se retrouvait à enseigner ici plutôt qu'ailleurs?

Ah. Il ne restait plus qu'à trouver. Éventuellement.

Baissant un peu les yeux, posant ces dernier sur la table, Honami tendit le bras, se saisissant de l'une des pages que Mélodie avait posée devant elle un peu plus tôt, sans avertissement aucun, l'observant avec un intérêt feint alors qu'il penchait légèrement la tête sur le côté, sa tête toujours appuyée contre son poing fermé.

-Une professeur de musique qui oublie ses partitions... C'est drôle, j'aurais plutôt cru que ça aurait été un des derniers trucs que tu aurais oublié, mh...

Parce que ça n'avait sans doute rien à voir, mais qu'il s'en foutait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 2 Mai - 17:57

Il avait un drôle d'air, comme s'il avait attendu cette question. Pourtant, c'était simple comme question, non ? Pourquoi l'attendre dans ce cas ?

« Devines. »

Elle eu un sourire. Elle avait cette vague impression qu'elle le dérangeait, toujours. Seulement, comme elle l'avait pensée précédemment, si elle le dérangeait, elle l'aurait sentie. Mais elle ne sentait rien de ça. Non, seulement un sorte de... fatigue. Oui, il semblait fatigué. En même temps, cela n'était pas vraiment étonnant, il avait l'air de prendre son travail à cœur.

« C'est pas évident, pourtant? Ah, j'aurais cru, je suis déçu... Et tu sais, je pensais pas que j'avais l'air si vieux, t'as pas besoin de me parler comme si j'étais ton grand père. Je vais finir par mal le prendre. »

Elle mit un temps avant de comprendre qu'elle l'avait de nouveau vouvoyé. Elle eu une moue désolée.

« Désolée, il m'arrive souvent de passer du vouvoiement au tutoiement, et ainsi de suite. »

Pauvre Mélodie, ton éducation était pourtant des plus simple, surtout qu'il avait l'air plus jeune que toi ce jeune homme.

Mais pourtant, cela lui arrivait. Comme elle avait vouvoyé le prof de philo à leur rencontre, et qu'il lui avait fait la même remarque. Pourtant, ils avaient presque le même âge, alors elle devrait vraiment penser à bien réfléchir avant de parler des fois. Mais Mélodie, spontanée comme elle était, et surtout très tête en l'air, oubliait facilement ce genre de remarque.

Cependant, elle pensait vraiment à faire un effort pour la prochaine fois. Après tout, les gens pouvaient vraiment mal le prendre.

Il prit alors une de ses pages remplie de partitions, sans le lui demander, mais elle ne fit aucune remarque. Peut-être était-il intéressé par la musique ?

« Une professeur de musique qui oublie ses partitions... C'est drôle, j'aurais plutôt cru que ça aurait été un des derniers trucs que tu aurais oublié, mh... »

Elle eu un petit rire, avant de prendre de nouveau la parole, toujours sur son ton aimable.

« Oui, je suis très tête en l'air, j'oublie les choses les plus simple assez souvent, mais je finie toujours par m'en souvenir à un moment donné. Heureusement d'ailleurs. Les élèves sont assez.. Agités ces derniers temps. Il doit se passer quelque chose je pense... Donc si jamais je devais oublier un cours, je les entendraient presque hurler à mes oreilles. »

La blonde rigola doucement. Il était vrai que les élèves étaient assez agités ces derniers temps. Mais pourquoi ? Elle ne le savait pas, elle pouvait simplement le sentir, rien de plus. Passant une main dans ses cheveux blonds, elle remarqua alors ce qu'il y avait d'écrit sur les papiers du jeune homme.

« Ah d'accord... Tu es le nouveau psy, c'est ça ? »

Elle avait une lueur dans les yeux, comme si elle venait de trouver une chose des plus difficile au monde. Mais elle était comme ça, et ne changerait pas de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 9 Mai - 2:16

L'écoutant d'un air qui se voulait un rien distrait, Honami haussa un sourcil alors qu'il l'entendait parler. Parce que, quelque part, il ne pouvait pas s'en empêcher. Il n'y avait pas à dire, il avait bien fait de venir ici, dans ce pensionnat étrange dont-il avait pourtant refusé l'invitation et rangé la lettre d'invitaton dans un coin comme on se débarrasse de quelque chose d'indésirable. Ne serait-ce que pour les gens qu'il y avait rencontré, ces gens étranges qui, bizarrement, sortaient de l'ordinaire sans qu'il ne sache pourquoi. Comme Haine avec sa franchise à toute épreuve, et maintenant elle.

Mélodie, avec ses sourires tellement sincères et sa jusqu'à présent abstention de mensonge. C'était à se demander si, elle aussi, elle était un peu comme Haine, à sans cesse – ou presque – dire la vérité, ou si ce n'était tout simplement qu'il n'avait pas encore posé les bonnes questions, de celles qui vous font vous demander comment diable est-ce que vous pouvez répondre sans vos perdre dans vos bobards, dans vos conneries, de celles qui vous donne envie de ne tout simplement rien répondre en attendant que ça passe, en attendant que l'on oublie même que l'on vous a demandé quelque chose.

Ou alors, peut-être cachait-elle tout simplement son jeu, faisant comme si de rien n'était avec ses airs innocents. Peut-être. Parce que même si, quelque part, quelque chose – son instinct de psy, se serait sans doute amusés à dire certains – lui disait que ce n'était sans doute pas le cas, on ne savait jamais. Non, on n'était jamais trop prudent. Parce que qu'il n'y avait jamais rien de tout blanc, et que cette jeune femme ne faisait pas exception à la règle, et parce que, par définition, le genre humain est hypocrite. Et menteur.

-Ah, nah, finit-il par dire en la regardant. Je parie plutôt qu'ils seraient fou de joie si vous ne vous présentiez pas au cours.

Puis, se retenant de froncer les sourcils alors qu'il la voyait regarder l'un des dossiers qu'il avait probablement dû oublier de fermer en même temps que les autres, il pencha légèrement la tête, s'appuyant un peu plus contre son poing, accrochant au passage l'anneau qu'il avait à l'arcade sourcilière – qu'il avait eut la flemme d'enlever, comme tous les autres. Tendant son autre main, il ferma sans plus de cérémonie le dossier qui était posé sur la table, signe universel qui signifiait 'tu ferais sans doute mieux de te mêler de tes affaires' – parce qu'avec la confidentialité et tout ça, il valait mieux éviter que n'importe qui pose les yeux la dessus.

-Ah d'accord... Tu es le nouveau psy, c'est ça ?

Pas mal, pas mal, assurément. Un peu dommage qu'elle ait mis si peu de temps à le deviner, mais enfin, on y pouvait rien, mh? Restait juste à voir si ce n'était qu'un simple coup de chance, ou s'il était vraiment si transparent – même si sa pile de dossiers était, quand on y pensait bien, un assez bon indicateur de la chose.

-Mh... psy, eh? Oui. Ou non. Peut-être... C'est ton seul choix? fit-il en souriant légèrement.

Puis, posant les yeux sur la feuille qu'il avait toujours entre les mains, il considéra un moment la rendre à l'enseignante avant que son sourire ne s'agrandisse un peu plus. Puis, sans lui accorder plus d'attention, lentement, délibérément, il plia le morceau de papier en deux. Puis une autre fois, puis une fois encore, la chose prenant de plus en plus la forme d'une espèce d'origami un peu mal fait.

Et, à chaque nouveau pli dans le papier parsemé de lignes et de notes noirs, un étrange sentiment de satisfaction perverse qu'il aurait probablement été en mal d'expliquer, mais qu'il ne pouvait s'empêcher de ressentir chaque fois qu'il faisait quelque chose qui avait de forte chance de déranger quelqu'un. Parce qu'il savait que ce n'était pas une bonne idée de plier de la sorte la feuille de partition d'une presque pure inconnue qui allait sans aucun doute en avoir besoin.

Mais que, pourtant, il le faisait quand même.

-Bon, allez, dit soudainement Honami en laissant tomber ce qui ressemblait vaguement à une grenouille en papier un peu mal faite sur la table. C'est pas que c'est pas intéressant, ajouta-t-il sur un ton qui signifiait clairement le contraire, mais quitte à perdre notre temps ici, autant bien en faire quelque chose d'autre que de rester assit à s'échanger des politesses qui en servent à rien, mh?

Ses yeux errèrent un moment dans la salle où il était assit, comme s'il cherchait, dans les tréfonds de son esprit, quelque chose à faire, alors que, finalement, il avait déjà une idée en tête. Une idée bien particulière qui, si peut-être un rien idiote, immature, restait néanmoins assez intéressante. Ou du moins pour lui.

-Et si on jouait au jeu des 20 questions? Histoire de passer le temps en attendant que tu doives aller en cours. C'est facile, et puis, ça permet d'apprendre à connaître les autres sans s'embarrasser du bavardage ennuyant qui sert à rien.

Un sourire. Qui se veut vaguement rassurant sans vraiment l'être, de ceux qui signifie clairement 't'en fais pas, tu n'as rien à craindre' mais qui, pourtant, laissent tout présager du contraire.

-Allez, je commence. On va faire facile pour débuter, mh? Alors, tu as quoi comme pouvoir? fit Honami en la fixant plus intensément.

Sans lui laisser le temps de dire oui, de dire non, sans lui laisser le temps de seulement réfléchir à la chose, réfléchir au fait que qu'elle n'avait peut-être pas envie de partager ce genre de réponse, de parler d'elle à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, quelqu'un dont-elle n'avait pas la connaissance même de son existence à il y a tout juste quelques minutes.

''Et puis, surtout, je le saurai si tu mens''.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Mer 9 Mai - 19:16

Mélodie avait ce grand sourire sur les lèvres, le genre gamin mais assez adorable en fait. Mais en même temps, elle venait de découvrir qu'il y avait un psy, et qu'en plus, il était assez bizarre, mais aussi qu'il avait donc un don aussi. Il répondit qu'au contraire, les élèves seraient plutôt content si jamais elle ne venait pas en cours, ce qui pouvait être vrai aussi. Après tout, cela leur ferait une heure de libre, seulement, Mélodie assurait tous ces cours. Parce qu'elle aimait ça, enseigner.

« Mh... psy, eh? Oui. Ou non. Peut-être... C'est ton seul choix ? »

Elle ne voyait pas trop quel genre de prof aurait une pile de dossier pareille, ni même ce cela pouvait bien contenir dans ce cas. Alors que le fait qu'il soit psy pourrait justement expliquer pourquoi il avait tant de dossier. Bref, c'était la seule explication qu'elle pouvait trouver.

Puis, voyant qu'il hésitait à lui rendre sa feuille de cours, elle le regardait sans rien dire, quand finalement il garda la feuille. Un peu surprise, elle l'observait en train de plier sa feuille de partitions en deux, puis encore en deux, et en plusieurs morceaux. Ne comprenant pas trop pourquoi il faisait ça, elle pouvait cependant sentir une émotion naître. Une sorte de satisfaction.

Pourquoi il était satisfait ? C'était un truc de psy ? Quoi qu'il en soit, la jeune blonde était assez embêtée maintenant, vu qu'une de ses feuilles de cours était pliés en... combien ? Bref, elle avait juste à le déplier, et puis voilà.

Il n'y avait pas aussi simple. Le final donnait une sorte de grenouille un peu bizarre, mal pliée, mais qui avait tout de même une forme certaine. Du moins, pour ceux qui avaient une bonne vue.

« Bon, allez... C'est pas que c'est pas intéressant, mais quitte à perdre notre temps ici, autant bien en faire quelque chose d'autre que de rester assit à s'échanger des politesses qui en servent à rien, mh ?

Elle pencha sa tête sur le côté. Cet homme était vraiment bizarre en fait. Il regardait autour de lui, tandis que la blonde se demandait bien à quoi il pouvait penser. Après tout, ça devait être assez intéressant de savoir ce qu'un psy pouvait penser. Vu qu'en général, les gens se confiaient à eux, si eu devaient se confier à leur tour, cela promettait d'être vraiment... étrange.

« Et si on jouait au jeu des 20 questions ? Histoire de passer le temps en attendant que tu doives aller en cours. C'est facile, et puis, ça permet d'apprendre à connaître les autres sans s'embarrasser du bavardage ennuyant qui sert à rien.... Allez, je commence. On va faire facile pour débuter, mh? Alors, tu as quoi comme pouvoir ? »

Elle ne la vit pas venir. Il avait un sourire étrange, et semblait persuadé d'une chose. La jeune blonde haussa les épaules. Pourquoi ne pas lui dire après tout, ce n'était que son don, rien de plus simple.

« Mon don est simple. Il s'agit de l'empathie. »

Toujours ayant un sourire, elle se disait qu'il savait sûrement ce qu'était son pouvoir, et en quoi ça consistait. Mais en même temps, elle ne voyait pas vraiment pourquoi il voulait savoir ça. Après tout, son don n'avait rien d'extraordinaire, non ?

« Et toi ? C'est quoi ton don ? »

Elle ne savait pas vraiment comment fonctionnait son jeu, mais elle se disait que s'il posait une question, c'était peut-être à son tour ensuite, non ? Et si ce n'était pas le cas, eh bien elle répondrait encore à ses questions. Après tout, cela avait l'ai d'être assez amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Jeu 17 Mai - 4:58

De la surprise, lorsqu'il avait entendu le don de Mélodie. Ou presque. Un peu, mais pas vraiment; c'était plutôt comme si, quelque part, un semblant de réalisation c'était fait dans son esprit, comme si une nouvelle donnée était entrée en jeu et qu'il se devait de réanalyser les choses, comme si on venait de lui dévoiler une carte dont il n'avait jusqu'alors jamais soupçonné l'existence. ''L'empathie, eh...?'' Intéressant. Plus ou moins, d'une certaine façon.

Parce que ça voulait dire qu'il allait devoir faire attention. Et quelque part, un étrangement sentiment d'agacement, mêlé à une sorte d'excitation. Car il n'aimait pas que quelqu'un arrive ainsi à savoir ce qu'il ressentait, puisse connaître, juste comme ça, la moindre de ses émotions qu'il préférait, d'une certaine manière, garder pour lui-même. Enfouit quelque part, hors de porté des autres. Parce que ça ne les regardait pas. Non, pas du tout.

Et, quelque part, de l'excitation. Ou pas vraiment. Un peu plus comme un appréhension positive – si la chose était même possible. Car, d'une certaine manière, ça rendait le tout bien plus intéressant - comme un niveau de difficulté de plus dans un jeu qui n'en était pas vraiment un. Un espèce de semblant de jeu étrange où il s'amusait à voir jusqu'où il pouvait pousser cette jeune femme qui, pour le moment, semblait posséder une patience infinie.

Oui, vraiment. Tout était mieux que travailler.

-Et toi ? C'est quoi ton don ? 

Un sourire. Un autre, encore, toujours. Alors, comme ça, elle aussi, elle voulait le savoir, mh? Quelque part, il n'était pas vraiment surprit – après tout, ce genre de chose fonctionnait souvent sous le principe du donnant-donnant, et le genre humain étant ce qu'il est, il ne pouvait souvent s'empêcher de toujours savoir, toujours plus. Et même si, au final, il se doutait que cette question allait venir, une partie de lui – toute petite – aurait préféré qu'elle lui demande autre chose.

Car il n'avait pas vraiment envie de le dire.

-Quoi, tu manques tellement d'inspiration que tu dois reprendre mes questions? finit par dire Honami, un peu sarcastique, un peu chieur, dans une sorte d'accusation moqueuse, la fixant intensément derrière ses lunettes.

Reprenant l'origami qui trainait sur la table – ou alors, le semblant d'origami -, il le saisit entre son pouce et son index, l'observant un moment d'un air critique – et peut-être vaguement désapprobateur. Puis, l'enfouissant au creux de sa main, il referma celle-ci, le froissant bien comme il faut en ce qui ne ressemblait maintenant plus qu'à une petite boulette de papier tachetée, balançant négligemment cette dernière sur sa pile de dossier – un peu de la même manière dont on jette un déchet, un objet inutile.

-Mh... m'enfin, j'imagine que je n'ai pas le choix de répondre, pas vrai? dit-il en pianotant distraitement sur la table de sa main libre. Et bah, disons que j'ai une très bonne... compréhension des gens.

Ce n'était pas un mensonge. Pas vraiment, pas tout à fait; juste une moyen détourné de dire les choses, une autre façon de formuler la vérité, de rester dans le vague sans contrevenir aux règles du jeu. Même si, au final, il n'avait jamais été un très grand fervent des règles, des lois, et que ce n'était probablement qu'une question de temps avant qu'il ne balance ces dernières par la fenêtre. Pour raconter n'importe quoi, peut-être. Sans doute.

Probablement.

Et c'était son tour, maintenant. Encore. Restait juste à voir ce qu'il pouvait bien demander, ce qui serait assez intéressant, assez dérangeant, aussi, peut-être, pour vraiment valoir la peine. La peine de perdre quelques secondes de sa vie pour ça. Sans doute était-ce un peu plus difficile lorsque l'on ne connaissait pas l'autre – car on ne savait pas quelles sphères toucher, quels boutons pousser -, mais il savait s’accommoder. Oh, well. Chaque chose en son temps, de toute manière.

-Voyons voir... commença Honami d'un air pensif. Ahah... De toute ta vie... ton plus grand regret, mh?

Oui, pourquoi pas. Ça pouvait être bien, comme ça pouvait donner quelque chose de particulièrement ennuyant. Tout dépendait d'elle, de ce qu'elle voudrait bien lui dire, de ce que la réponse en elle-même pouvait être. Que pouvait bien cacher cette jeune femme souriante – trop souriante -, si tant soit-il qu'il y avait réellement quoi que ce soit à trouver. La suite le dira, probablement. Ils avaient le temps, de toute manière – presque une heure, selon les dires de Mélodie. C'était plus que suffisant.

Et puis, restait juste à voir jusqu'à quand elle allait bien vouloir continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   Dim 22 Juil - 0:04

Elle ressentit de suite les émotions de Honami. Une sorte d'agacement pointait du nez, et elle fronça les sourcils. C'était une réaction du au fait qu'il ne devait certainement pas aimer qu'on devine ses émotions. Logique donc, comme réaction.

C'était donc le genre de personne à vouloir connaître les gens sans se faire connaître. Un comportement digne de son métier, pour ainsi dire. Oui, c'était le genre même d'un psy de faire ça. Mais elle sentait pourtant un autre sentiment. Une sorte d'excitation. Seulement, elle ne voyait pas pourquoi. Si cela l'agaçait qu'elle lise ses sentiments, pourquoi en serait-il excité ?

Il était vraiment bizarre, mais elle ne le prit pas mal. Au contraire, c'était bien.

« Quoi, tu manques tellement d'inspiration que tu dois reprendre mes questions ? »

Elle l'observait, toujours souriante. Pourquoi répliquer ? Ce n'était pas une bonne chose, et surtout pas son genre de le faire. C'était un gros défaut chez elle. Elle se laissait facilement écraser par les autres, soumise. Mais le pire, c'était qu'elle ne s'en rendait pas forcément compte.

Se laisser écraser sous les paroles des autres était une chose, mais les voir autrement en était une autre.

« Mh... m'enfin, j'imagine que je n'ai pas le choix de répondre, pas vrai? ... Et bah, disons que j'ai une très bonne... compréhension des gens. »

Elle n'avait pas remarquée qu'il avait jeté son origami comme une vulgaire boulette de papier. Qui était sa partition pour son cour, non ? Elle ne s'en souvient plus. Mais quoi qu'il en soit, elle regardait la boulette de papier, avec un regard interrogateur.

Puis, elle reporta son attention sur Honami. Une bonne compréhension des gens ? Comment ça ? Il ne voulait pas en dire plus en tout cas, elle l'avait bien compris. Déjà qu'elle savait ce qu'il pouvait ressentir, il ne voulait certainement pas plus se dévoiler. Ce qui était compréhensible.

« Voyons voir... Ahah... De toute ta vie... ton plus grand regret, mh? »

Son plus grand regret ?

Regret ? …

Le regard de la blonde s'était voilé un instant, ce qui pouvait la dévoiler un peu. Car elle avait un regret énorme, qu'elle cachait depuis longtemps.

Depuis que ça s'était passé en fait.

Elle regardait Honami, et sourit de nouveau. Avec un sourire triste.

« Eh bien.. A ma remise de diplôme, je n'ai pas pu voir des personnes qui me sont chères. Et mon plus grand regret a été de ne pas les voir... »

Elle eu un soupçon de mélancolie dans la voix, mais changea vite ses idées. Il ne fallait pas laisser ce genre de pensées obscurcir les autres. Après tout, c'était à son tour de poser une question, n'est-ce pas ?

« C'est donc à mon tour... Pourquoi tu es devenu psychologue ? Enfin, tu voulais faire ça depuis tout petit ou alors ça t'es venue au fil du temps ? »

Une question qui n'avait pas de rapport avec la sienne. Après tout, cela avait l'air de le déranger qu'elle pose les mêmes question que lui, alors pourquoi ne pas changer ?

Changer de sujet surtout, c'était une chose qu'il fallait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Things may come to those who wait || PV Mélodie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Things may come to those who wait || PV Mélodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Aomori :: rpg ☆ aomori pensionnat :: Premier étage :: Salle des Profs-